MANGIN@MARRAKECH

20 janvier 2015

ÉLÈVES DU LYCÉE VICTOR HUGO DANS LES ANNÉES 80 (Bac entre 84 et 90)

A Marrakech dans les années 80, les élèves et les professeurs du Lycée Victor Hugo.

Où sont les QUINCAs, anciens élèves de LVH ?

Quels souvenirs partager de ces années ?

Le blog a déja présenté des photos de classe des années antérieures grâce aux anciens élèves qui les avaient conservées et qui les partagent sur le blog avec ceux qui les avaient perdues, Voir --> Pages sur le LVH et ses professeurs. C'est maintenant le tour de ceux nés aux environs de 1960 et dont la plupart ont passé le bac entre 1984 et 1990. L'association Générations LVH informe occasionnellement de ses rencontres: une soirée aurait eu lieu le 14 juin au restaurant "L'entrepotes" et une assemblée générale était prévue en septembre dernier. Partageons ici nos souvenirs pour contribuer à garder des liens.

Cette page est une ébauche, elle mérite d'être complétée par des souvenirs de nos professeurs et par d'autres photos de classe.

Une photographie de 1984 concernant une 4e dont la plupart des élèves ont passé leur bac B en 1988. 

LVH-4e83  Parmi ces élèves ceux qui ont passé leur Bac B en 1988: Abitbol Gad
, Alami Merrouni Amal, Alami Srifi Karim
, Assassi Hanane
, Audibert Sandrine Mireille Marie
, Bendavid Elie
, Benslimane Kacem
, Boisseau Florence, Chab Abderrahim
, Elfassy David Elie, Faiz Jamila, Galland Marie Stephanie Louise, Kabbadj Amal, Maillard Stephanie Jocelyne, M Barek Leila
, Mekouar Nadia
, Zaawati Nadia.

LES PHILOSOPHES ET LES LITTÉRAIRES

Nous avons réuni plusieurs noms d'élèves qui étaient au LVH dans une filière littéraire. L'année du baccalauréat est entre parenthèses. Nous n'avons pas les noms des élèves qui étaient dans ces classes, mais qui ont passé leur bac ailleurs. Il est possible de les rajouter dans les commentaires. A noter que dans la seule année 1984 il y avait dans la série A Philosophie-Littérature deux fois plus d'élèves que dans les six années qui ont suivi.

Antonetti Christine Michele Florence (84), Badry Leila (84)
, Bakka Nadia Meryem (84)
, Ben Chekroune Nadia (84)
, Benmjid Karim (84)
, Bertheas Olivier (84)
, Boccara Pierre Daniel (84)
, Costa Christine (84)
, Cruchet Caroline Agnes (84), De Roland Marie Therese Genevieve (84), Dufaux Blanche (84)
, El Ghachi Naziha (84), El Mezouari El Glaoui Abdouh (84)
, El Yanbouai Moulay Abdelaziz (84)
, Fita Marie Paule Alexandra (84), Gadiou Christophe Maurice Auguste (84), Kebdani Sakina (84)
, Khoujahi Ali (84), Lafuente Xavier Richard (84), Lahmied Hassan (84)
, Lahricha Abdoullah (84), Larhzal Noureddine (84)
, Loutati Nadia (84), Mandouh Jalila (84)
, Nezri Nicole (84)
, Pastor Nathalie (84)
, Saliki Mouna (84)
, Seguin Marie Pierre Jeanne Nicole (84)
, Soulier Sophie Gisele (84)
, Stepanoff Irene Catherine (84), Tadlaoui Ouafi Zakaria (84)
,Taillandier Christine Janine Geneviève (84)
, Tournay Marie Christine Florence (84)
, Zemmouri Karima (84)
, 

Arbaoui Katia (85), Badry Laila (85), Benard Sandrine (85), Fantun Catherine Gabrielle (89), Gadiou Christophe Maurice (85)
, Gea Agnes (85)
, Georgandelis Fabienne (90), Juttet Gaelle Olivia (89)
, Mandouh Jalila (85)
, Mohamed Fatima (85)
, Moroni Carla Francesca (85)
, Rattazzi Monique (85)
, Soulier Sophie (85)
, Vautier Francoise Marie Christine (85)
, Vinay Johanne Christine (90).

LES ÉLÈVES DE LA FILIÈRE "ÉCONOMIQUE ET SOCIALE"

 Abtan Anne Audrey (85)
,Aqerouach Khalid (85), Brenaget Helene Jeanne Odile (85)
,Rhouami Hayat (88)
, Abtan Stephane Joseph (90)
, Ait Lahcen Ali (90)
,Benlolo Dominique (85)
, Assedou Sylvie Esther (85)
, Badry Abderrahim (89), Bendavid Meyer Michel (86)
, Bennani Abdeslam (89), 
Bennouna Lahoussine (90)
, Bensoussane Eva (86)
, Berthelot Pierre Ismael (89)
, Boccara Chloe Sophie Gaelle (86)
, Bouarif Raouf (86)
, Chauvat Sophie Marie Annick (90), Chouffani El Fassi Widad (90)
, Cohen Patricia Aouva (85), De Zangroniz Muriel (89)
, El Antri Mohamed Ismail (86), Elamrani Lalla Aziza (85)
, Elantri Mohamed Ismail (85), El Baroudi Yacine (89), El Fahidi Rachid (89/90), El Fassy Nathalie Ruth (85)
, Fethi Yacine (90)
, Fittipaldi Isabelle Valerie (90)
, Galvez Severine (90)
, Gea Gregori Marc Jesus (85)
, Goghrod Abderrahim (89/90), 
Grar Ahmed (90), Guardiola Isabelle France Marie (85)
, Guy Catherine Jeanne Albe (85),  Khaldi Radouane (89/90), 
Laachani Amine (89)
, Leclercq Fanny Marie Aimee Ambre (85)
, Lefebvre Valerie Colette (85)
, Lefebvre Olivier Daniel Hubert (89/90),  Mebchour Ahmed (85)
, M Hamedi Sabah Claire (85)
, Myara Jacob (86), Nahmias Audrey Rachel (89)
, Nahmias Corinne Ruth (89)
, Rostane Mounir (85/86)
, Saintenoy Isabelle Francette Marcelle (86)
, Sdigui Leila (89/90)
, Sidi Baba Meriem (85), Taghi Karim Jean Paul (90), Villac Frederic Marie Jacques (89)
, Weyland Nathalie Isabelle (90), Zaawati Hamza (85)
, Zemrag Mohamed (85).

Andreeva Kristina Petrova (84), Aquachar Marya (84)
, Astid M'Barka (84), Belkeziz Abdelkader (84)
, Berrada Mohammed Aziz (84)
, Boccara Cecile Marie Carine Sarah (84)
, Chab Mariam (84), Chab Saida (84), El Fassy Nathalie Ruth (84), Fassi Fihri Hicham (84)
, Hsaine Brahim (84), Mebchour Ahmed (84)
, Meguira Claire (84), Mounir Mounia (84)
, Said Thierry Rene (84)
, Talaei Khatereh (84)
, Thuillier Emmanuelle Florence (84)
, Nicosia Carole (84), Zemrag Mohammed (84).

LES FILIÈRES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES PHYSIQUES

Al Faiz Amal Elisabeth (86)
, Andreev Ivan Petrov (88)
, Arzaz El Mehdi Youssef (85)
, Assassi Azeddine (85/6)
, Azencot Ari (90), Azencot Moise Mikhael (88), Barreau David Louis (86)
, Bassieres Yves Maurice Rinaldo (89)
, Bekkai Samir (85)
, Belkeziz Elarbi (89), Benhaddou Mohamed (85)
, Benlolo Sidney (89)
, Bennouna Hasna (90)
, Berrada El Azizi Mohcine (85)
, Bouallali Mouna (89)
, Boukhaima Sofia (89), Charafeddine Mehdi (90), Chebli Rahhal (85)
, Cohen Karen (85)
, Cohen Simon Nissim (85/6)
, Collet Catherine (85)
, Cruz Beatrice Cecile Marie (86)
, De Roland Marc Dominique Jules (85)
, Dkaier Mounir (89)
, Ducrocq Muriel Madeleine Renee (89)
, El Keslassy Albert (85/86), Eychenne Pascal Gerard Jean (86), 
Faher Mohcine (85), Guy Jean Philippe (88/9)
, Ighiouer Adil (85)
, Jourdan Caroline Jeanne Christine (90), Kabbadj Nourdine (85)
, Kiadi Touhfa (85), Laanait Khalid (86)
, Laanait Rachid (85)
, Lamsouber Ali (86)
, Le Calve Didier Igor (85)
, Lésasse Guy (90)
, Moukite Zakaria (85)
, Mouyal Dan Armand (90), N'Kouka Krumah Amed Ben (85), Rahili Mohammed Amine (86)
, Sagon Raphael Jean Emmanuel Alain (85)
, Sefrioui Mehdi (88/9)
, Sidi Baba Karim (88)
, Simon Sandrine Michele Francine (88)
, Simon Valerie Marcelle Fabienne (90), Thaminy Yacine (85)
, Vottero Gabrielle (86).

Amar David (84)
, Arzaz El Mehdi Youssef (84)
, Bennis Omar (84), Berger Dominique Marie Monique (84)
, Chebli Rahhal (84)
, Cohen Annie (84)
, De Roland Marc Dominique Jules (84)
, Gadiou Frederic Jean Pierre (84)
, Ighiouer Adil (84), Kabbadj Nourdine (84), Laanait Rachid (84)
, Lecalve Didier Igor (84)
, Mowgli Ahmed (84)
, N'Kouka Krumah Amed Ben (84)
, Spillmann Eric Georges Paul (84)
Vincente Nathalie Jeanne (84)


LVH-internat-1984 Les internes du LVH en 1984. Merci d'indiquer dans les commentaires les noms de ceux dont vous reconnaissez les visages.

La filière Mathématiques et Sciences de la Nature

Une première scientifique ayant passé son bac en 1985

LVH_1984_1eS Classe de Sagon Raphael, Bertolino Frédéric, Amar David
, Chevalier Jean Luc, Communay Christophe Pierre, De Labouchere Karine Nathalie
, El Keslassy Herve
, Fenjiro Mohammed Nabil
, Guiheneuf Emmanuelle, Ifergan Jais Gad, Kebaili Khaled Majid
, Kebdani Tajeddine
, Le Guiader Patrick André
, Najmaoui Mohamed, 
Serie Pierre Alain, Spillmann Eric Georges Paul
,  Moulay Nadia
, Raymond Leon, Virapin Jean-Marc, Vottero Pascale, Zawadzki Marc Gerard Alexandre.

 

Ait Manna Hicham (90)
, Amar Philippe (86)
, Aquachar Katya (90)
, Badredine Nadine (90), Bassieres Yves (90)
, Belaachia Latifa (86)
, Belouali Karim Rahim Frederic (86), Bennouna Lamia (88)
, Bentaouit Chokri (86)
, Boufares Oum El Gheit (90), Bourguin Stephane Henri Rene (86), Boussaid Taoufiq (89), Brusse John Reginale (89), Carre Catherine (86)
, Caveriviere Frederic Camille Christian (88), Caveriviere Nathalie Isabelle (89)
, 
Chamrar Samira (88/9), Chassot Sylvain Jacques Rene (89/90), 
Chbani Hakima (88)
, Chereau Thomas (88), Cherif Kettani Hassan (90)
, Chahini Houda (86), Demnati Abdelhamid (86), Dufour Florence Marie (86)
, Durruty Vincent Daniel (86), El Alaoui El Abdallaoui Sidi Mohammed (89), El Baroudi Nadia (90)
, El Fahidi Ouafa (86)
, El Mansouri Zouhair (88), Erradi Oussamah (90), Fleury Nathalie Marie Anne (89)
, 
Girard Olivier Rene Pierre (88/9)
, Goghrod Amina (89), Hazan Melinda (89), Hicham Tariq (86), Khalil Yassir (90), Laanait Hind (89), 
Lamsouber Ghizlane (88)
, Limam Sophia (89)
, Mahraoui Karima (89/90)
, M'Barek Adnane (86)
, Mestres Anne Michele Maryse (86)
, Mestres Joan Joseph Liberal (89)
, M'Hamedi Myriam (86)
, Mittelberger Celine Astride Jeanne (90), Moulay Nadia (85)
, 
Nahmias Nessim Hai Gad (89)
, Nicolas Virginie (89)
, Ohayon Catherine (90), Ouchtar Abdelghani (90), 
Ouchtar Fatiha (88)
, Oumazir Mohamed (90), Pierre Gwenaelle Josette Daniele (88),  Simon Laurence Nicole Genevieve (86)
, Simon Sabrina (89/90)
, Soriteau Laure Natacha Macha (89)
, Taraore Lady (90), Thiemann Hans Dieter Willy (86)
, Viger Magali Solange (86)
.

Azaroual Abdelilah (84), Begri Rachida Oum Elaid Khadija (84), Belkeziz Mohamed Nabil (84), Ben Azzouz Jalil (84), Bendavid Jacob Armand (84), Benhamou Charles Levy (84)
, Boukachabine Khadija (84)
, Chafai Mustapha (84)
, Cohen Harry David (84)
, Counathedoutil Mini (84)
, Giusto Agnes (84)
, Ibrahim Sarah (84)
, Ioveva Kornelia (84), Kebdani Taj Eddine (84)
, Le Guiader Patrick Andre (84)
, Lescure Corinne Claude (84)
, Mahfoud Leila (84)
, Mennou Driss (84)
, Navarro Chantal (84)
, Navarro Jean Marc (84)
, Nicolas Emmanuel (84)
, Ohayon Michele (84)
, Rahili Sanae (84)
, Rhouami Soubha (84)
, Veillet Anne Helene (84)
.

Aidons à garder les liens entre les anciens élèves de LVH, conservons la mémoire des élèves et des professeurs de ces années. Partageons nos souvenirs. 


13 janvier 2015

ÉLÈVES DU LYCÉE VICTOR HUGO AUTOUR DE 1980

A MARRAKECH, LA GÉNÉRATION DES ÉLÈVES DU LVH QUI ONT PASSÉ LEUR BAC ENTRE 1980 & 1983

CHAMA BENZRIOUIL NOUS RAPPELLE QUE NOUS SOMMES AUJOURD'HUI LE 1er YENNAYER 2965: "C'est aujourd'hui 13 janvier, le premiier  jour du nouvel an AMAZIGH, je souhaite  une bonne et heureuse année  de paix, de santé et  de prospérité  à tous les berbères du monde ainsi qu' à  tous  ceux qui nous aiment  et que nous aimons, Chama"  Bonne année à Chama et à tous nos amis berbères. Que l'année amazigh 2965 soit bien meilleure que l'année 2964 !

LES BACHELIERS DU LVH, CRUS 80 à 83, ONT AUJOURD'HUI LA CINQUANTAINE,.. UNE PAGE DE SOUVENIRS

Cette page est dédiée aux élèves du LVH qui voudraient partager leurs souvenirs, donner des nouvelles et peutêtre renouer le contact avec des anciens élèves ou des professeurs. Chacun peut écrire des messages dans les commentaires ou envoyer documents et photos au webmaster pat le lien "contactez l'auteur" situé en haut à gauche de cette page.

Les élèves internes en 1980:

LVH-internat-1980 Si vous reconnaissez des visages, vous pouvez écrire les noms dans les commentaires, ainsi que des souvenirs de l'internat.

La filière Littéraire

Une classe de 3e en 1980 dont certains élèves obtiendront le bac littéraire en 1983. Qui se souviendra du professeur à gauche sur la photo ?

LVH-3e-1980 Ils ont obtenu le bac en 1983: Ba Mouna, Elkahia Samira
, Benabid Maria
, Chekroune Tahar, BenKirane Fatima, Benmjid Karim, Benzakour Yasmina
, Pierre Daniel
, Bouhouili Malika
, Di Lorenzo Marie Pierre, Goudouneix Danielle,  Hakim Daniel
, Jannane Amal
, Kebdani Sakina
, Khaldi Hicham, Lamrini Soumia, Larhzal Noureddine, Ljubuncic Velma, Loutati Nadia, Marcolli Livio Christophe
, Mowgli Najat
, Messaoudi Raja
, Nezri Nicole
, Pastor Nathalie, Petkov Anthoni Alexandro, Siboni Rika, Stepanoff Irene
, Tebsil Maria
, Wahabi Nadia
, Zemmouri Karima
, Zonzon Veronique. 

La deuxieme A de 1979

 

LVH-2eA-1979 Si vous reconnaissez des visages merci d'indiquer les noms dans les commentaires

La plupart de ces élèves obtiendront leur bac en 1981.

 

La première A de 1980

LVH-1980-1eA Ils ont pour la plupart obtenu le bac en 1981: Benabid Karima, Boyer Nathalie
, Casanova Marie Blanche, Chajai Atika, Chebli Zineb
, Cherradi Mariyya
, El Moubaraki Saloua
, Fassi Fihri Nabila, Gehin Philippe, Goundafi Hayat
, Langlet Francois Frederic, Loukanova Evelyne
, Loutati Imane
, Maillard Catherine, Marcolli Fabrizio, Matic Predrag
, Naciri Farid Bochra, Ouy Christine
, Stepanoff Nathalie
, Tan Kim Ann
, Vigouroux Laure. 

Pour retrouver les souvenirs des noms des autres lauréats du bac de 1980 et 1982: Aguilar Sanchez Yola (80)
, Azizi Souad (80)
, Bachir Lamia (80/82)
, Bedard Sophie (80)
, Beldjelti Samia (82)
, Belkahia Taieb (82)
, Benachir Rhizlane (80)
, Benali Hassan (80)
, Ben Bettan Lisette (82)
, Boccara Bohbot Dominique (80)
, Bonastre Pascale (80)
, Bouhad Samira (80)
, Bouquin Veronique (80)
, Boutin Jean Jacques (82)
, Chami Naima (82)
, Chouffani El Fassi Ghizlaine (82), Darkaoui Zaineb (82)
, Dellatre Isabelle (80)
, De Oliveira Leote Patricia (82)
, Debbagh Najia (82), Desmoras Elisabeth (82)
, El Amrani Lalla Nadia (82)
, El Karnighi Nezha (80)
, Figus Muriel Edith (80)
, Gui Corinne (82)
, Guichard Marin Lucas Romain (82), Guillotin Sonia (82)
, Hamichi Atika (82)
, Kabbadj Toufiq (82)
, Lachaud Eric (80), Lafuente Laurence (82)
, Lafuente Philippe (80)
, Laine Pierre Loic Igor (82)
, Lamzabi Anissa (82)
, Langlet Nelly (80)
, Luya Andre Alexandre (80)
, Maazouz Amina (80)
, Masson Thierry (80)
, Mellakh Nadia (80)
, Molins Florence (80)
, Monge Beatrice (80)
, Monge Valerie (82)
, Mursiano Aimee (80)
, Naccache Philippe Gilles (82)
, Nadal Valerie (82)
, Neciri Farid Bochra (82)
, Ozores Marie Lourdes (82)
, Pairain Pascal (82)
, Sahibou Sidq Abdellah (80)
, Sefraoui Mouhsin (82), Serraf Sandra (82)
, Sourbet Clarisse (82)
, Soussi Nacera (80)
, Tan Makrie (80)
, Thiemann Hanna Carla (82)
, Toubi Abdellah (80)
, Zafrany Judith (80)
.

Merci à ceux qui auraient des photos des classes de ces années de 1980 A et 1982 A de les patager sur le blog.

La filière Economique et Sociale : Zonzon Bertrand (Baccalauéat en 1983)


La filière Mathématiques et Sciences physiques

Une classe de première C en 1981 - 1982

LVH-81-82-1eC Une année plus tard les lauréats du bac: Assassi Omar
, Benard Pascal
, Benesty Jacob, Bonnecaze Alexis
, Boutin Nathalie, Counathedoutil Arun, Alaoui El Abdallaoui Moulay Omar
, Ichchou Serge Yacin, Ighiouer Wafa, Lamsouber Omar, Laouenan Arnaud, Jebli Ouassini Riad, Loeser Olivier
, Menebhi Rachid
, Priou Eric
, Roche Delphine
,

Les autres lauréats du Bac C entre 1980 et 1983: Abergel Prosper (81), Abitbol Anne Marie (81)
, Aftisse Atmane (81)
, Aftisse Hamid (80)
, Attias Daniel (82)
, Bensimmou Mohamed (80)
, Benslimane Mohammed (82)
, Caillet Serge (81), Chouffani El Fassi Khalid (82)
, Chraibi Jinane (80)
, Chraibi Mohamed El Habib (82)
, Cohen Berty (82)
, Cohen Daniel Sam (80/81)
, Cohen Lea (81)
, Cohen Myriam (81)
, Dala Christian (80)
, El Alamy Moulay Hafid (80/81)
, El Essaifi Najat (80/81)
, Harboun Patrick (80)
, Ighiouer Samir (80)
, Jamet Veronique (82)
, Kiadi Khalid (81/82)
, Layadi Myriam (82)
, Le Calve Catherine (81/82)
, Levy David Eric (80)
, Liman Hassan Fouad (80/81)
, Limam Hocein Karim (81), Malek Nour Eddine (82), Menouard Moulay Mimoun (81)
, Mouyal Mardochee (81)
, Myara Haim (82)
, Oustry Laurent (82)
, Sebti Oum Kaltoum Sofia (82)
, Siboni Simon (81), Souletie Pierre (80)
, Tahri Hassani Samir (81)
, Zrihen Leon Judah (80).

La filière Mathématiques et Sciences de la Nature

La classe de terminale D en 1981

LVH-1981-Term-D Dans cette classe: Amalou Abdelilah, Amalou Karim, Belmejdoub Khadija
, Benabbou Samir, Benchekroun Amine, Benouaich Eva, Berdai Rochdi
, Bernoussi Jalal Mounir, Boyadjieva Petia, Casanova Isabelle, Chbani Hanaa, Chebli Chahrazade, Dahdouh Mohammed, Darkaoui Abderrahmane
, Dayan Gabriel
, Elantry Salwa, Goundafi, Hicham Mohamed
, Id Sidi Yahia Aicha, Kostova Margarita, El Fenne Souad, Lamzabi Meryem
, Mahfoud Oum Koultoum, Mursiano Joelle, Ouchettou Mouhsine
, Oustry Laurent, Pastor Francis
, Petkova Meyli
, Peultier Isabelle
, Raytchev Blagoy Dimitro, Rus Alvarez Ana Maria
, Sefraoui Rachid, Zieme Bruno.

Classe de Terminale D en 83:

LVH-82-83-Term-D Dans cette classe: Abittbol Nicole, Abittbol Sevy
, Aglaou Nour Edine
, Assouline Michel
, Auguste Jean Pierre, Belkeziz Mohamed Nabil
, Belz Caroline
, Benchabatt André
, Benhamou Charles Levy, Benjelloun Younes, Boukachabine Khadija
, Chah Omar
, Chraibi Ibtissam
, Chraibi Mohamed Ali
, Chraibi Mourad, Elaroussi Idris, El Fassy Yael
, Ettedgui Yves Joseph
, Giocanti Véronique, Ioveva Kornelia Nicolova, Landry Laurence, Menebhi Younous
, Menouni Zouhair
, Sasportas Bloria, Navarro Jean Marc
, Nijari Karim
, Ohana Simon
, Seguin Blandine
, Tahri Hassani Jaouad, Tahri Hassani Mohammed
, Tarik Ahmed, Wroniecki Krzysztof Jan.

Les autres lauréats du bac D en 1980 et 1982: Anthoine Monique (80)
, Banabdallah Adnane (82)
, Bekkai Farid (80)
, Belz Nicolas Auguste (80)
, Benabbes Taarji Seloua (82)
, , Benayada Chaouki (80)
, Benbrahim Mounia (80)
, Benjelloun Amal (80)
,
Benzecrit Messod (80)
, Berrada Ali (82/83)
, Borowski Claude (80)
,
Chekkouri Najib (80)
, Chouffani El Fassi S (80), Chraibi Farah (80)
, Dalkir Mehmet Pinar (82), Deligne Marie Francoise (80), Demnati Dalila (80)
, Do Carmo Jean Claude (80)
, El Alaoui Halima (82)
, El Aroussi Jalal (80), El Ghazzali Farid (80)
, Essaifi Naima (80)
, Groeneveld Alain (80)
, Haddioui Taoufiq (82)
, Koeva Marietta (80)
, Lachhab Jamal (80),
Laouenan Serge (82)
, Levy Marc (80)
, Louar Kamal (80)
, Marinakis Charles (80)
, Meguira Albert (80)
, Metouelli Souad (82), Nezhi Haim (80)
, Oltcheva Elena Ivanova (82), Rafiy Bouchra (80)
, Saidi Jamal (80)
, Santander Jean Bruno (82)
, Sasportas Renée (80)
, Tazi Moncef (82), Tribot Veronique Cecile (82)
, Waskiewicz Piotr (82)
, Zie-Me Bruno (81/82)
, Zrihen Charles (83), Zrihen Deborah (82).

Voir une liste de professeurs et personnels de différents établissements sur ce blog à la page : Que sont nos professeurs devenus ? 

Le blog a réalisé cette page pour la Génération LVH des QUINCA et pour leurs professeurs D'autres générations ont communiqué leurs souvenirs et leurs photos qui se trouvent déja sur le blog. Ajouter des photos des années 80 était une évidence. Tous les anciens de Marrakech recevront avec plaisir les témoignages et souvenirs de tous ceux qui aiment la Ville rouge et le LVH.

06 janvier 2015

HAPPY NEW YEAR - A BRITISH CONSUL AT MARRAKECH IN THE EARLY YEARS OF XXth CENTURY

Je_suis_Charly

أنا تشارلي   -  I am Charlie -  ich bin charlie  -  Yo soy Charlie -  צ'ארלי אני - Je suis Charlie - Tous ceux qui défendent la liberté de conscience et d'opinion, incarnée dans la liberté de la presse dans le monde, disent depuis le 7 janvier 2015, JE SUIS CHARLIE

 

 UN LIVRE TRÈS ATTENDU D'ELSA NAGEL, VIENT DE PARAÎTRE, C'ÉTAIT HIER À MARRAKECH

Elsa-nagel-hier-a-mrk

Cet ouvrage veut se démarquer des guides touristiques.

C’est l’humain qui est au cœur de ce document sur cette période charnière, d’avant et d’après le protectorat. Ce livre donne la parole à ceux qui ont fait cette ville d’aujourd’hui, dont les histoires personnelles s’inscrivent dans la grande histoire avec des points de vue différents.

Car Marrakech mérite son nom de terre des contrastes. Elle est à l’image des souks où jouent les ombres et la lumière. Les témoignages sur la vie de cette ville autrefois devraient être édifiants sur une réalité toute de nuances de la société marrakchie d’aujourd’hui.

Elsa Nagel a grandi à Casablanca avant de poursuivre ses études à Strasbourg. Docteur ès lettres et cinéma, elle est critique de cinéma pour la radio et la presse écrite. Elle écrit aussi des bio­graphies familiales. Elle a notamment publié : L’Art du mensonge et de la vérité (Orson Welles : Le Procès et Une Histoire immortelle), éd. L’Harmattan, en 1997, et Petite France et Grand’Rue : Mémoires d’un quartier de Strasbourg, éd. Alan Sutton, en 2008. Elle a adopté Marrakech où sa mère vit sa retraite.

  • Editeur (Maroc): La croisée des chemins
  • ISBN: 978-9954-1-0496-5
  • Dépôt légal: 2014
  • Prix: 95 dh
  • Editeur France : Eddif Maroc (1 mars 2015)
  • ISBN-10: 9954104968
  • ISBN-13: 978-9954104965
  • Dimensions du produit: 1,6 x 17 x 24 cm
  • Prix: 23 Euros

UN PIONNIER BRITANNIQUE À MARRAKECH, ALAN LENNOX

Avant le début du protectorat, pendant les douze premieres années du siècle, il y avait plus de britanniques à Marrakech que de français, espagnols et allemands réunis. Plusieurs familles écossaises dont les principales s'appelaient Mac Lean, Nairn, Muir et Lennox avaient créé des affaires commerciales, une banque, un dispensaire indigène, une école de tissage. Alan Lennox d'abord agent consulaire, devint le vice-consul britannique.

Le blog a déjà parlé de ces Britanniques, majoritairement protestants qui ont contribué à l'enrée du Maroc dans le XXe siècle, notament d'Alan LENNOX qui fut (enre autres activités) l'un des premiers éditeurs de cartes postales installé dans la Ville rouge.

Or voilà que l'article que le blog lui avait consacré en décembre 2012 (photos britanniques en 1900 à Marrakech) a été remarqué par son arrière petit fils, Malcolm Lennox. Alan Lennox avait eu plusieurs enfants de son mariage en 1895 avec Bethia Lockie. Deux sont nés à Marrakech, Jock en 1901 et Alan en 1903. La famille resta à Marrakech jusqu'en 1947, date à laquelle l'opportunité d'un nouveau poste en Afrique du Sud se présenta. À 44 ans Alan, le fils plus jeune suivit ses parents en Afrique du Sud où il s'établit aussi. Aujourd'hui ses deux enfants Gordon et sa soeur aînée vivent avec les souvenirs de leurs grands parents. Gordon a un fils Malcolm qui a découvert le blog et se prépare à venir à Marrakech avec Michelle sa soeur sur les traces de leur arrière grand père.

Heureusement qu'au lycée de Marrakech nous avions d'excellents professeurs d'Anglais, car le 26 octobre le blog recevait un message: 

Hi - My grandfather was Alan Lennox, the son of the Alan Lennox. I am travelling to Morocco in January and am trying to find out as much as I can about the family history there. I did not know of these photos. My French is also non existent! Where are they located? I look forward to hearing from you - Lennox family. 

Un échange d'emails s'en est suivi et Gordon Lennox, petit fils du Vice-consul de Marrakech et père de Malcolm nous envoie des souvenirs à partager.

Tout d'abord un tract publicitaire du Syndicat d'initiative ESSI, pour inviter les britaniques à venir visiter Marrakech et la Montagne de l'Atlas. C'est un tract de 4 pages, probablement édité en 1929-1930, à l'époque où la ville de Marrakech vient seulement d'être reliée à Casablanca par chemin de fer avec wagons de voyageurs (décembre 1928).

Première page:

essi-lennox-3

Within one hour from Mar-rakech, with their eternal snows, lofty peaks and pictu-resqye valleys, Berber villages and Feudal Kasbahs, uffer a number of magni-ficent excur-sions and attrac-tive climbs; Winter sports, hunting of wild Barbary sheep and panther, touy fisching. Access by good motor roads and thence by mulet-racks. Halting places, and Inns. Guides and mules.

Deuxième.et.troisième.pages du tract:

photos-essi-lennox4-4

Trois photos dont l'une de l'Atlas, une autre de Marrakech vue depuis Bab Doukkala et l'intérieur des Tombeaux Saadiens.( ce dernier cliché de Félix a été édité en carte postale vers 1925 sous le n°188)

Le village de l'Atlas est Tagadirt N'Bour, au-dessus de l'oued N'fis et la cliché est de Majorelle. Peu de personnes savent que le peintre Jacques Majorelle s'est adonné à la photographie. Le cliché des vieux remparts de Marrakech à Bab Doukkala offrant une vue sur la Koutoubia et l'Atlas enneigé est de Félix de même que celui sur les tombeaux des Sultans Saadiens.

La quatrième page est composée d'un texte du Syndicat d'Initiatives et d'un dessin au crayon de Majorelle:

essi_lennox_1 

essi-lennox-2

Kasbah de l'Ounila oeuvre au crayon de 23 X 41 réalisée en 1927 par Jacques Majorelle. L'artiste  marrakchi d'origine lorraine aimait particulièrement le village et la région d'Ounila, vallée de l'Atlas qui lui procura une inspiration féconde.

LES PORTRAITS D'ALAN LENNOX

Alan LENNOX représente les intérêts britaniques à Marrakech, d'abord comme agent consulaire. Ses deux fils naissent en 1901 et 1903 dans la Ville rouge.

portraits-lennox-1913-1940 

portrait-Lennox-1947

Alan Lennox édite des photographies entre 1899 et 1908 à Marrakech, certaines d'entre elles ont été prises par le photographe Maillet de Casablanca. Il devient vice consul et n'édite plus de cartes postales mais collectionne les clichés du photographe Félix .Ci-dessus à gauche le portrait d'Alan Lennox en 1913 et à droite en 1940.

portrait-lennox-1960

Alan Lennox parlait l'arabe et restera à Marrakech jusqu'à sa mutation en Afrique du sud. Le troisième portrait date de 1947, peu avant son départ pour l'hémisphère sud. Le quatrième portrait est de 1980 alors qu'il vivait à Jobourg ses dernières années.

 

 

 

LES PHOTOGRAPHIES CONSERVÉES PAR ALAN LENNOX

Dans les souvenirs conservés par Alan LENNOX il y avait  des photographies de FÉLIX, non pas simplement des cartes postales, mais de vrais tirages photographiques.

La photo des remparts proches de Bab Doukkala de Félix qui figure sur le tract du syndicat d'initiative fait aussi partie de la collection personnemlle d'Alan Lennox. Elle est seuleùent cadrée plus large que la carte postale.

Lennox-felix-1 Cliché de Félix qui fut aussi édité en carte postale dans ses editions d'art n°51.

Dans les photos éditées en cartes postales par Alan Lennox, nous avons montré dans un article précédent un campement arabe, avec toute une famille. Dans la collection personnelle du Vice-consul il se trouve un cliché original du même campement pris à un autre moment.. 

lennox-campement-2 

Arab_encampment-142

 A gauche le cliché de la collection Halfaoui (cliquer pour agrandir). On peut penser qu'entre les deux clichés Alan Lennox a préféré le second. Le premier semble moins bien réglé sur les palmiers. Le premier cliché porte la mention: 

"Notre campement arabe ou de Bédouins. Ils sont venus du bled pour les dates quand elles étaient mûres en Décembre."

lennox-felix-2 La place djemaa el fna par Félix. Les bureaux d'Alan Lennox sont plus à gauche dans la Rue des Banques. Ce cliché n'a pas été édité en carte postale. Il est probablement de 1916 et devait correspondre à des souvenirs précis d'Alan Lennox.

.lennox-felix-3 Deux autres clichés de Félix. La photo de la Koutoubia a été prise le même jour qu'un cliché édité en carte postale (n°182) vers 1925 et repris en édition d'art n°62)

lennox-70-Felix-4

La photographie par Félix de la Koutoubia ci-contre est bien connue; le tirage conservé par Alan Lennox porte le numéro 70 ( coin en bas à gauche). Félix a édité en carte postale (sous le n°124) un cliché cadré plus large en 1918 et un cliché semblable colorisé vers 1928 (n°196). Voir aussi le n°41 de ses éditions d'art.

LES OBJETS SOUVENIRS DE MARRAKECH

Alan LENNOX avait aussi dans ses collections des objets marocains et notamment un poignard finement ciselé et décoré qui lui avait été offert par le Sultan Moulay Abdelaziz lui-même.

Certains de ces objets et notamment ceux qui concernaient le métier de photographe ont été offerts à un musée d'Afrique du Sud.

C'est ce que les lecteurs de la presse sud-africaine ont pu apprendre en janvier 1979.

musee-lennox-photo-16jan1979

 

Un appareil photographique qui avait été rejetté par le Sultan du Maroc en 19G1 a été accueilli par le Musée Bensoussan de Photographie de Johannesburg. Le modele n°4 Pattern Adams de Luxe qui avait été confectionné spécialement pour le Sultan, avait été rejetté par sa majesté car les pièces métalliques n'étaient pas en or. Un autre exemplaire fut fabriqué en or de 16 carats qu'il acheta 2000 guinées. L'exemplaire qui avait été rejetté par le roi fut acquis par Alan Lennox et c'est son fils qui en fit don au Musée de la Photographie de Johannesburg.

camera-lennox-zoo-lake-advertiser-79

Cet appareil possédait des perfectionnements techniques innovants, permettant d'utiliser des films à exposition rapide. Il possedait déja un obturateur pneumatique réglable en fonction de la quantité d'air dans le cylindre. Ce perfectionnement fut utilisé dix ans plus tard dans les expéditions artiques, car son fonctionnement n'était pas altéré par les très basses températures.

 

 

 

 

La direction du Musée Bensoussan de la Photographie &crivit une lettre de remerciement, listant les objets reçus dès le mois d'aout 1978 de la famille Lennox. M. A.D. Bensussan fut un des premiers maires de Johannesburg. Le Musée Bensussan de la Photographie fut donné à la ville en 1968.

.........................................................................

lettre-bensousan-Lennox

- Appareil Adams "Universal" début du siècle.

- Voigtlander Bergheil 1928-1929 

- Lizars Challenge - 1895

- Dallan Developing Task
- Sundry accessories

adams-camera-lennox

Ces précisions sont pour nous intéressantes car elles nous montrent le matériel dont Alan LENNOX disposait pour ses activités photographiques au Maroc.

 

 

.En 1904 le londonien S.L. Bensusan traverse le Maroc et écrit son journal de voyage. Il rappelle qu'il fut aidé par Cuthbert Nairn et Alan Lennox (chapitre IX). Une illustration de A.S. Forrest, montre un coin de la place Djemaa el Fna
Nous remercions chaleureusement les descendants d'Alan LENNOX de nous avoir aidé à compléter les documents réunis sur ce personnage incontournable de l'histoire de la Ville de Marrakech dans la première moitié et dès le début du XXe siècle.

4plumes-2kalach

Nous invitons aussi les lecteurs du livre d'Elsa Nagel de venir nous commenter ses différents chapitres en ajoutant leurs témoignages, car leurs propres souvenirs vont se trouver réveillés.

31 décembre 2014

LES TOITS DU GUÉLIZ - COMMENCER L'ANNÉE 2015 DU BON PIED

UN TOUR D'HORIZON VERS TOUS LES POINTS CARDINAUX POUR N'OUBLIER PERSONNE

Depuis un point haut du Guéliz nous amorçons un panorama en commençant par l'Avenue Mangin en direction du Djebel Guéliz, de la Targa, du lycée Victor Hugo, des casernes et de beaucoup de lieux de souvenirs. Un manquant dans l'Avenue: le Cinéma Le Régent. 

P1080061 Dans cette ville magique nombreux furent ceux qui vécurent des années heureuses.

P1080062 La rue Alexandre 1er de Yougoslavie ne connait plus la station Shell, mais le quartier de la Palmeraie est toujours derrière. On devine à droite de la photo un bistrot entoilé de rouge, qui n'est autre que le Tout va Bien, toujours là.

P1080059 Puis c'est l'Avenue Landais. On perçoit à gauche le toit du Tout va Bien. Le Capitaine Landais fit le tracé initial des rues du Guéliz en 1912. C'est à lui que nous devons la ville du Guéliz. A droite nous avons le célèbre Café des Négociants, 

P1080063 La façade bien connue du Café des Négociants (immeble Louis) à l'angle de l'Avenue Landais et de l'Avenue Mangin. C'est tout un quartier peuplé qui est derrière en direction de Bab Doukkala

P1080060 Le côté des numéros pair de l'Avenue Mangin; en lieu et place du Marché central et de ses stalles (échoppes) un immeuble blanc et ses commerces couverts de chromes...

P1080064 L'immeuble blanc continue en profondeur. Mais que sont ces objets rouges sur la droite ? Vous l'avez deviné: ce sont les lettres "r,  a, b." à l'envers destinées à être vues de loin pour signaler le Sky bar d'où les photos panoramiques sont prises.

P1080066 Par dessus le toit du Café de l'Atlas, s'aperçoit le quartier au sud de l'Avenue Mangin, celui du cinéma Palace et de la Grande Poste

P1080067 Les toits vers l'église des Saints-Martyrs

P1080068 La perspective vers l'Hivernage 

P1080069 Les immeubles en direction du Lycée Mangin, les plus hauts sont les plus récents.

P1080070 La rue Verlet Hanus qui conduit aux Djenan el Hartsi

P1080071 Vers les jardins de la Menara et plus à droite la Base aérienne

P1080072 Au loin le quartier de la Gare et ce qui s'appelait autrefois le quartier indus.

Pour ce début d'année 2015 un petit tour d'Horizon au dessus des toits du Guéliz permet de retrouver des souvenirs et de former des projets. Il faut seulement prendre le temps d'une consommation au Sky Bar de La Renaissance.

Alors en cherchant à voir la Koutoubia de plus près vous découvrirez une autre image ...

P1080074 Deux tourterelles qui ( comme on le sait depuis Jean de La Fontaine ) s'aiment d'amour tendre... 

Cette image permet de vous souhaiter beaucoup d'amour à donner et à recevoir pour l'année qui commence. Bonne année !

Marcel Martin avec ses voeux envoie une photo en souvenir du Père Louis-François

COMMUNION_ SOLENNELLE 1958-a-MRK avec le père Louis François Communions solennelles en 1958 à Marrakech.

Je souhaite rappeller que le père Louis-François a été un prêtre très présent dans la vie paroissiale des Saints Martyrs au même titre que le père Christophe avec lequel il formait un binome exeptionnel (Ames & Coeurs Vaillants , louveteaux , cinéma & Chantalouette). Il officiait aux messes de 9h alors que le père Christophe animait le catéchisme. Il me semble que le père Christophe arriva aux Saints Martyrs à la suite du départ du père Raoul.  Bernard Watel devrait en savoir bien plus sur cette époque. Il était enfant de coeur. 
Il me semble que le père Louis-François termina sa vie active de prêtre à Agouïm ( de l'autre côté du Tichka) où il fit un sacré "boulot". 
Tout en étant moins flamboyant que le père Christophe, il n'en était pas moins efficace. 
Il figure avec Bernard.sur la photographie de communion.
En cette fin d'année je souhaite à tous nos ami-e-s marrakchi-e-s et visiteurs du blog Mangin@Marrakech , bonheur , santé et espérance pour la nouvelle année 2015 qui arrive à petit pas maintenant. 
N'oubliez pas le Moussem d'Avignon de SALAM MARRAKECH le 22 juin et sachez aussi que des mini-moussems y verront le jour! 
Marrakchamitiés 
Marcel Martin

Toutes vos photos et témoignages d'aujourd'hui ou d'autrefois sur les Anciens de Marrakech sont les bienvenus sur le blog, de même que vos voeux aux Marrakch'amis.

20 décembre 2014

LES FËTES SE SUIVENT EN HIVER, SOUHAITONS DE BONNES FÊTES À NOS AMIS

 

IMAGE0_11111 

Animation transmise par Yves Lefevre depuis l'Alaace.

LES JUIFS FÊTENT HANOUKA 5775 CETTE SEMAINE JUSQU'AU 24 DÉCEMBRE (calendrier hébraique)

LES CHRÉTIENS CATHOLIQUES ET PROTESTANTS, DANS LE MOIS DE L'AVENT DEPUIS LE 30 NOVEMBRE, CÉLÈBRENT LA NAISSANCE DU CHRIST, JÉSUS DE NAZARETH LE 25 DÉCEMBRE (calendrier grégorien)

TOUS FÊTONS LE RÉVEILLON DU 31 DÉCEMBRE AU 1er JANVIER. LES JUIFS FÊTENT AUSSI CETTE ANNÉE LE JEÛNE DU 10 TEVET, LE 1er JANVIER

LES MUSULMANS FÊTENT MAWLID NABAWI, LA NAISSANCE DU PROPHÈTE MOHAMED LE 3 JANVIER (calendrier de l'Hégire 1436)

LES CHRÉTIENS ORTHODOXES FÊTENT NOËL LE 7 JANVIER (calendrier julien)

LES AMAZIGH FÊTENT YENNAYER, LE PREMIER JOUR DE L'ANNÉE BERBÈRE 2961, LE 12 JANVIER (calendrier julien). Le 12 janvier 2015 sera férié en Algérie pour la première fois.

Joseph DADIA nous parle de Hanouca

Pourquoi la fête de Hanouca dure 8 jours?

Plusieurs réponses sont données.

La fiole d'huile, portant le sceau du Grand prêtre, 

trouvée dans le Temple après sa purification,

suffisante pour l'allumage du candélabre, 

a allumé durant 8 nuits au lieu d'une.

Les fioles d'huile étaient fabriquées

à Téqoa sur le térritoire de la tribu d'Acher. 

Le voyage de Jérusalem à cette ville

durait 8 jours, aller et retour.

Hanouca, cette année, se termine

mercredi en fin de journée,

à l'heure où la Sainte Nuit de Noël va commencer.

Un grand symbole.

Avec mes bons voeux pour 2015

 

DES SOUHAITS POUR NOËL ET DES VOEUX POUR 2015

Maurice_Calas_14_15 Maurice Calas accompagne ses souhaits d'une citation de l'épitre de Saint-Paul aux Colossiens.

Rueda_Louise_Michel Louise et Michel Rueda illustrent leurs souhaits d'une composition joyeuse.

koutoubia_2 Raymond et Sissi Perrenoud:  La Koutoubia et nous, vous adressons nos meilleurs voeux de santé, joies, émerveillement et plénitude, bref que du BONHEUR pour cette fin d’année et surtout pour la prochaine.(Photo R. Perrenoud 1965)

Francine_Gage Francine envoie ses souhaits de Merry Christmas avec un sapin très étoilé.

Voeux FR-MA  Aziz a créé une carte de voeux aux couleurs de l'amitié franco-marocaine

Roger Beau écrit à tous ses chers amis marrakchis qui lisent le blog:

L’an dernier à la même époque je nous renvoyais à un an plus tard afin d’estimer, dans la mesure du possible, la balance entre ce que nous avions alors souhaité et ce qui s’est réalisé. Je ne suis pas certain que le bilan ait toujours été satisfaisant. Par contre, une année de plus pèse sur nos épaules, et ce constat nous fait réellement mesurer le temps écoulé.

Une autre manière de peser les années à travers les pages de SALAM-MARRAKECH ou du site MANGIN@MARRAKECH, consiste à apprendre ou à découvrir ce qu’il est advenu de certains de nos amis. Se retrouvent-ils, tous ces anciens disparus, là-haut, ou là-bas ? Aucun d’entre eux n’est revenu nous le conter. Espérons qu’ils nous attendent de pied ferme pour évoquer nos souvenirs de ce ciel bleu, de cette chaleur contre laquelle nous pestions et du chant des oiseaux qui avaient l’outrecuidance de nous réveiller aux aurores.

Et puisque, Juifs, Chrétiens (Catholiques, Protestants, Orthodoxes), Musulmans et Berbères sans oublier les peuples d’Asie pour lesquels il doit bien y avoir une commémoration à honorer, célèbrent dans cette période de l’année un panégyrique d’importance, le laïque que je suis souhaite que ce soit une occasion propice pour remplacer nos divergences, quelles que soient nos croyances ou la couleur de notre peau, par le rappel qu’en deçà de nos différences nous sommes et restons des être humains.

En nous retrouvant l’an prochain à l’heure du bilan, nous dirons peut-être : Quelle merveilleuse année nous avons enfin vécu! Roger

Voir aussi les signes d'amitié, les souhaits et les voeux dans les commentaires ci-dessous, ainsi que dans les commentaires des pages précédentes y compris celle sur les médecins de Marrakech (7 novembre).

Nous pensons fortement à tous nos amis et notamment à Huguette qui nous envoie ses voeux, a retrouvé un ordinateur qui fonctionne et nous confie que la santé de son Sauveur n'est pas très bonne. Nous leur souhaitons un Joyeux Noël et espérons pour Sauveur une meilleure santé. Bonnes fêtes à tous.

DEUX EXPOS SUR LE MAROC À PARIS

maroc_medieval_LOUVRE Magnifique expo en ce moment au LOUVRE jusqu'au 19 Janvier

Du XIe au XVe siècle, une succession de dynasties – almoravide, almohade et mérinide – ont unifié un espace politique et civilisationnel centré sur le Maroc, et étendu jusqu’à l’Andalousie. Leurs conquêtes les ont menées du sud du désert du Sahara (frange nord de la Mauritanie) au nord de l’Algérie et de la Tunisie. L’influence de ces empires, unissant pour la première fois les confins de l’Occident islamique, a rayonné jusqu’en Orient. L’exposition (près de 300 oeuvres) permet d’appréhender cette longue et riche histoire, clef de compréhension du Maroc contemporain et source de sa modernité.

MARRAKECH_FONDATION_01

 Une photo de Gabriel Veyre, autochrome 1935  

almoravides_1 

Ce sont les Almoravides qui ont construit la Koutoubia, Marrakech était leur capitale

P1090802

Le nouvel empire englobe tout le nord de l'Afrique, Marrakech demeure la capitale

P1090803 Les Mérinides , sept ans après leur prise du pouvoir déplaceront la capitale de l'empire dans une nouvelle Fez à côté de l'ancienne. Après 1465 viendront les Wattassides puis les Alaouites.

Après Le Louvre, l'expo LE MAROC MÉDIEVAL devrait migrer en Espagne

À PARIS UNE AUTRE EXPO TRÈS DIFFÉRENTE MET EN VALEUR LA RICHESSE DE LA CRÉATION DES ARTISTES MAROCAINS ALLIANT LEUR CULTURE À LA MODERNITÉ.  IMA - INSTITUT DU MONDE ARABE. jusqu'au 25 janvier

 

tente_berbere Une tente berbère sur le modèle de celle d'Azor: moderne par son volume  et sa forme, traditionnelle par ses immenses toiles en laine de chèvres et poils de chameaux. Réalisation, Tarik Oualalou, architecte.

main_de_cocotte Une main de Fatma, porte bonheur, décorée façon henné et oxy-découpée dans la paroi en alu d'une cocotte minute. Son auteur Batoul S'Himi a baptisé son oeuvre : Monde arabe sous pression -2014.

Peau_tannee Une oeuvre non pas sur toile, mais sur peau tannée, décorée aux pigments naturels de motifs traditionnels un brin phaliques. Technique utilisée dès les années 50. Oeuvre de Farid Belkahia. 

Seins

Seins par cinq, sainteté des seins, oeuvre de Mohamed Mourabiti

Passage_sur_mer Passage protégé pour piétons qui marchent sur la mer. Oeuvre de Noureddine Tilsaghani - 2014.

Cette exposition d'environ 300 oeuvres est la plus importante jamais réalisée par l'Institut du Monde Arabe. Pourquoi le Maroc ?

Le Président de l'IMA: "Il faut savoir oser et le Maroc était une évidence. Il est dans le domaine artistique, le pays du monde méditerranéen le plus créatif, le plus bouillonnant . Il est aussi celui qui revendique dans le préambule de sa constitution du 29 juillet 2011 la pluralité de ses héritages culturels. C'est un message de valeur universelle, qui peut nous faire réfléchir, nous Français, et que nous avons symbolisé sur le parvis de l'IMA par une oeuvre en plusieurs langues, arabe, français, berbère et hébraïque. Le Maroc prouve que l'on peut être à la fois un peuple un et multiple." Propos recueillis par Catherine Golliau du Point.

Joyeuses fêtes à tous!



12 décembre 2014

SOUVENIRS DE LA BASE AERIENNE 707 - PREMIERS VOEUX POUR LES FÊTES

NOUVEAU LIVRE D'UN GAMIN DU GUÉLIZ 

Couverture_tonton_brochette 

Un extrait: Premier chapitre : Pétards

En face de la maison, il y avait l’avenue Barthou et tout au bout, le cinéma Le Palace. Avec son écran géant, ses 300 places c’était la seule salle de ciné du Guéliz[1] et donc la plus belle de Marrakech.

Il y avait même des grands ventilateurs au plafond, forts appréciés quand il faisait très chaud.

Je me souviens avoir vu deux fois Viva Zapata avec Marlon Brando et Anthony Quinn.

Quels acteurs et quel film !

L’avenue Barthou était bordée de petits arbres rabougris couverts de petits fruits noirs qui ressemblaient à du poivre, mais ce n’était pas la précieuse épice. Les faux-poivriers attiraient des djaos[2] bavards qui se piaillaient d’arbre en arbre toutes les nouvelles du quartier.

A mi-chemin, sur le côté droit, il y avait un bureau de tabac où on achetait des carambars.

Des carambars et des pétards.

C’était toujours le même scénario et la même rigolade.

On entrait la mine sage, la monnaie dans la main et on demandait 2 carambars. On les aimait bien à cause des histoires drôles sur le papier d’emballage.

Obligatoire, l’emballage, car le père Tékula prenait les bonbons un par un dans un grand bocal avec ses horribles doigts qui étaient comme des pinces, des pinces effrayantes avec des ongles énormes, d’un ou deux centimètres d’épaisseur, tout sanguinolents…

Nous avions peur de lui toucher la main quand il nous tendait quelle que chose. Brrh !

Pour nous et d’évidence, c’était la preuve d’une maladie contagieuse, une horreur venue du fin fond du moyen âge, prête à contaminer le Guéliz et toute l’avenue Barthou.

Il valait mieux être prudent avec ces choses médicales terribles qui pouvaient vous tomber dessus d’un coup.

Et puis, après les carambars, on demandait des pétards. Pas des gros, trop chers, mais des petits, comme de crayons de couleur coupés en deux.

Je prenais mon air angélique.

– Deux pétards, monsieur, s’il vous plaît.

Le frère et la sœur se jetaient alors un coup d’œil appuyé, ils connaissaient la fin du film…

Ma grand-mère paternelle n’allait jamais à l’Église, mais elle était experte en persiflages, comme une grenouille de bénitier.

Mamie-moustache, on l’appelait comme ça à cause des poils qu’elle avait en abondance sur les babines, Mamie-moustache disait en plissant les yeux qu’on m’aurait donné, sur ma mine, le bon Dieu sans confession.

Mais le Diable était là et c’était à chaque fois le même éclat de rire quand, une fois sortis de la petite boutique, nous lancions les pétards allumés à l’intérieur.

Bang !  Bang !

Les explosions étaient formidables et il nous fallait courir à toute vitesse pour échapper à Tékula qui sortait de sa boutique en éructant de rage. Et la sœur Tékula sortait aussi, du fiel dans la bouche.

– Bandits ! Voyous !

Les bandits et les voyous étaient déjà loin et les vilains buralistes ne les attrapaient jamais.

N’étions nous pas les princes du Guéliz, les rois de Marrakech, la ville rose[3] ?

On ne rattrape pas les Rois ou les Princes quand on a des pinces de crabe à ses pattes velues !

Comme tous les enfants nous étions cruels mais pas méchants. Un jour comme les autres où nous nous apprêtions à commettre un nouveau forfait nous trouvâmes la sœur Tékula en larmes : elle gémissait de chagrin. De grosses larmes roulaient sur ses joues ridées.

Cette femme disgracieuse pleurait comme une petite fille et nous vîmes bien qu’elle était humaine, comme nous.

– Vous pleurez, Madame, vous avez besoin d’aide ?

– Non, vous ne pouvez rien faire, j’ai perdu mon chat Zizou qui s’est fait écraser dans la rue.

Le petit corps de Zizou gisait sur le comptoir, tout maculé de sang et les yeux retournés. Je lui ai fait une petite caresse d’amitié sur le dos et nous sommes partis comme des coupables.

Les bandits et les voyous étaient un peu émus.

Ce jour là, nous n’avons pas lancé de pétards.

Un peu plus tard dans la journée même, nous avons récupéré chez un copain un chaton de gouttière, beau comme un ange de trois semaines, adorable.

Nous avons mis le petit animal dans un panier de roseau avec un bout de tissu pour lui faire un nid et nous sommes allés le déposer discrètement devant le bureau de tabac, juste à l’heure de fermeture.

Cachés plus loin, nous vîmes, le cœur battant, le frère Tékula ramasser le panier et tirer le rideau métallique de la petite boutique.

Il devait y avoir du bonheur ce soir-là dans le petit bureau de tabac de l’avenue Barthou car nous entendîmes les cris de joie de la pauvre femme qui disait très fort, en battant des mains.

– Qu’il est beau ! Ô qu’il est beau !

– Merci !  Ô merci !

Soulagés et la conscience tranquille d’avoir accompli une bonne action gratuite nous nous promîmes de revenir le lendemain pour acheter des pétards.


[1] Guéliz, quartier européen de Marrakech

[2] Djao, Moineau

[3] En ce temps là, Marrakech était appelée « la Ville Rose » à cause de la couleur des remparts mais aujourd’hui on dit « la Ville Rouge », c’est mieux pour la Pub. 

Le Trésor de Tonton brochettes d'Alain ROUTIER est arrivé !  Il est disponible sur le site Edilivre.

Le livre papier : 19,50 €  - Le livre numérique en format pdf : 11,70 €

Le livre papier  +  Le livre numérique :20,50 €

Après les formalités habituelles (enregistrement BNF), il sera début janvier seulement en librairie, amazone, fnac etc, mais, hélas, après les fêtes..nous écrit l'auteur qui a vainement essayé de bousculer son éditeur... Mais il sera disponible pour la Saint-Valentin !!!

UNE PROMO D'ÉLÈVES PILOTES DE 1952

L'ami Halfaoui a réuni à sa collection des dessins-souvenirs d'élèves pilotes. Le travail de l'artiste nous révèle aussi des noms de cette ancienne promo: Vous avez dit 1952 ! soixante deux ans ! la plus ancienne dont nous ayons les noms !

BA707-52D 

Élèves pilotes: Saussine, Dreux, Rotse, Fonderflick, Laurent, Bayard, Poletti, Degeilh, Beaugez, Dumollard, Chérell, Bévalot, Ali, Savary, Limberger, Jouhant, Rondet, Conini, Granda, Jeannin.

52D-BA707 

"Souvenir de tous à chacun" Marrakech - BA707-52D

On trouvera une liste de plusieurs promos d'élèves pilotes par ce lien --> Promos 53 à 60

UN ANCIEN DE LA BASE VOUS ADRESSE SES VOEUX POUR LES FÊTES

aout 2014 

Le chibani Jean-Claude DAVID, auteur des Missions spéciales à Marrakech nous envoie une photo récente et nous écrit à la veille des fêtes: "Le doyen vous salue bien et vous envoie cette photo prise sur la plage de Dinard cet été; et j'en profite pour vous présenter mes meilleurs voeux de bonheur et de bonne santé pour 2015..et je suis toujours heureux en dépouillant toutes les nouvelles de MRK et de la BE 707 qui paraissent sur le blog....BONNE ANNEE...Jean-Claude

Missions spéciales 1 - Missions spéciales 2 - Missions spéciales 3 - Missions spéciales 4 - Missions spéciales 5

Merci Jean-Claude, tu inaugures sur le blog les voeux pour les fêtes et l'année nouvelle 2015. Bonne année à toi!  Le blog est heureux de publier tes voeux et le fera aussi pour ceux qui lui parviendront. 

UN BRIN D'HISTOIRE DU GROUPE DE BOMBARDEMENT GB 1/23 À MARRAKECH EN 1940-43

En mai 1940, le groupe avait besoin de renouveller ses avions peu performants. Le Capitaine MEIFFREN, parti à bord d'un Loockeed pour Marignane revint le 22 juin 1940 avec trois LeO 451 et deux autres équipages, ceux du Lieutenant CHAVETON et de l'Adjudant-chef PAGELOT. En France, Pétain signe l'Armistice.

Le GB 1/23 (élément du groupement 7) est orienté sur la base de Marrakech et la rejoint le 25 juin. Le 9 juillet, il est renvoyé sur Blida. Le groupement de bombardement 7 est dissout. A la suire du raid anglais sur Mers el Kebir, le GB 1/23 est envoyé pour des actions de représailles sur Gibraltar.

Des souvenirs concernant la Base de Marrakech

(voir un document .PDF de l'escadron Arbois pour des informations sur d'autres bases)

Le Haut-Commandement (Air- Maroc) avait décidé que le GB 1/23 serait stationné à Marrakech plutôt qu'à Meknes, car plus proche des ports d'Agadir, Mogador et Safi. Les familles des pilotes rejoignirent Marrakech au cours du mois de janvier 1941 et s'y plurent.

Le Commandant FRANDON commande le Groupement 1/23 secondé par le Capitaine HOCHE. La commission d'Armistice avait prévu de doter le Groupe de 13 LéO 451, il en reçoit 14. Il faut savoir que la commission d'Armistice était installée dans l'hôtel Balima. Et le service de renseignement français avait installé un service d'écoute dans les caves de l'hôtel. Aussi le Groupe était-il informé des futures visites "à l'improviste" de la commission à Marrakech. Ce qui permettait d'envoyer avions et matériels et équipage en supplément sur la Base de Ouarzazate.

Le Capitaine THIRY et le Capitaine MENARD commandent chacun une escadrille, alors que la Base était commandée par le lieutenant-colonel RENARD-DUVERGET, surnommé le « Chacal du potager ».

Peu d'heures d'entraînement sont prévues parla Commission d'Armistice, seulement 8 heures par pilote et par mois. Cependant pour poursuivre l'entraînement des jeunes pilotes, les pilotes confirmés n'effectuaient que 4 heures de vol par mois pour permettre aux jeunes de s'entraîner 12 heures par mois. Cela nécessitait de tenir des carnets de vols  qui étaient cachés aux commissions allemandes et italiennes d'armistice et d'en confectionner d'autres plus "conformes".

Le probleme des carnets de vol était minime par rapport à la difficulté d'obtenir des moteurs en état de marche. L'accord passé par le Gouvernement de Vichy prévoyait que les moteurs fabriqués en France devaient être répartis 2/3  pour l'Allemagne et 1/3 pour la France. Les sabotages étaient de ce fait nombreux avant qu'ils ne quittent la France ce qui fait qu'ils ne tenaient le plus souvent que 30 ou 40 heures.

Plus tard, après le débarquement anglo-américain de novembre 1942, des moteurs Pratt et Whitney équipèrent le LéO 451 qui devint bien plus performant..

Groupe 7-GB-1-23

On a reconnu sur la photo le Cne Thiry, le Lt Delacourt, tué le 13 mars 43, le Sous-Lieutenant Petit, l'Adjudant-chef Ecker tué le 10 juin 1942, l'Adjudant Chef Bénit, l'Adjudant Villard, l'Adjudant Aymard, tué le 10 juin 1942, l'Adjudant Dao, l'Adjudant Chnebelen, l'Adjudant Blanc, l'Adjudant Jarnais, le Sergent-Chef Madaule, le Sergent-Chef Freiss, tué le 13 mars 1943, le Sergent chef Brouquier, le Sergent chef Boulay tué le 10 juin 1942, les Sergents Castin, Berboulet, et Bazon.

Les troupes américaines débarquent le 8 novembre 1942 à Safi et Casa. Le groupe est alors envoyé au terrain de Sidi Zouine. Le Capitaine Thiry était ce jour là en déplacement à Oran, pour faire passer des examens aux jeunes sous-lieutenants et aspirants de l'école de l'air. Un extrait des ses mémoires à son retour à Marrakech depuis Meknes où il avait déposé le Capitaine Puget du 2/23 et Fez où le commandement l'avait envoyé pour y laisser son Goéland et prendre à la place un Potez 63:

"Je me suis aperçu qu'il fallait au moins trois jours, pour remonter cet avion dont les moteurs et les hélices étaient par terre. C'est pour cela que j'ai gardé mon Goéland. Je suis arrivé à Marrakech par un brouillard dense, dont seul émergeait la Koutoubia. Je me suis mis à son niveau, je suis descendu doucement dans le brouillard, j'ai vu à la verticale passer les toits des hangars et je me suis posé : Personne sur la base! Tout le monde était à plat ventre dans les tranchées. On m'avait pris pour un Grumman. L'après-midi, nous partions à Sidi Zouine avec nos LéO et moi, avec mon Goéland. »

Le personnel du 1/23 était plutôt heureux; il appelait de tous ses voeux la venue des américains, car sans eux, comment vaincre l'Allemagne. Malheureusement, le haut commandement apeuré, ordonne la riposte au débarquement, c'est ainsi que le 10 novembre, une estafette à moto, arrive à Sidi Zouine, avec un papier ordonnant le bombardement de Safi, le port abritait de nombreux navires américains. Le Commandant FRANDON déchire le papier et fait mettre la moto en panne. Le 11, les avions américains bombardent la base de Marrakech: le LéO n° 82 est atteint par une bombe et brûle. Et c'est avec un humour grinçant que le rédacteur du journal de marche écrit : « Les grands triomphateurs des derniers jeux olympiques, trouvant que les performances françaises en athlétisme étaient médiocres, ont inauguré une nouvelle méthode d'entraînement pour leurs camarades : rendre le démarrage plus prompt par la bombe, maintenir la foulée plus rapide par le mitraillage. »

Le 12 novembre, le groupe part de Sidi Zouine et rentre à Marrakech. Peu après, "la  Mamounia » sera le lieu de rendez-vous de quelques combattants de la campagne de Sidi Zouine. Et quand le 16 novembre, une délégation américaine à bord de 15 avions de chasse, vient rendre visite à la base de Marrakech, les esprits apaisés et soulagés savent à présent qu'ils ont avec eux l'énorme machine de guerre américaine. Et pour le bonheur de tous, l'entraînement reprend à partir du 23 novembre.

La vie de groupe reprend donc avec plus ou moins de bonheur, le 30 novembre, le Sergent-Chef Chauvire embarque à l'atterrissage et casse le LéO n° 3032. L'Adjudant-chef Largeaud fait la tête : c'était son avion!

En février 1943, le Sergent mécanicien Hamel s'empare du Simoun n° 351, et décolle vers Gibraltar. Sa tentative ne réussit pas, il rejoint le groupe le 8 mars et chacun l'accueille avec sympathie. Deux jours plus tard, le Simoun est ramené par un équipage.

Un jour, le Capitaine THIRY emmène l'évêque d'Alger sur le trajet Casablanca-Alger. Le mauvais temps, hélas, oblige l'équipage à se dérouter à Orléansville. L'évêque, pas content du tout, s'exclame : « J'aurais dû prendre l'avion américain. » « Alors vous seriez au Ciel » lui répond le Capitaine Thiry qui venait d'apprendre que le Dakota américain s'était écrasé en essayant d'atterrir à Alger- Maison blanche.

En février, le groupe passe sous le commandement du Colonel Pelletier Doisy. À cette époque, le groupe perd ses LéO 451 qui sont convoyés à Boufarik. Les Léo sont remplacés par les Cessna 78, bimoteurs, équipés de moteurs Jacob et superbement équipés en radio. Le Cessna 78 est une machine étonnante : il est fiable, on le met en route tout seul comme une automobile. Il possédait même un radio compas. Le chic était de piloter en gants blancs. Malheureusement, l'utilité de ces avions était discutable.

Le 1er avril, le Capitaine Massoni prend le commandement de la 2ème escadrille. Un pot généreux consacre la prise de commandement. Le moral est bon, chacun fait son petit numéro, les plus remarqués sont l'Adjudant Rolland et le Capitaine Meiffren.

Début Juin, le groupe quitte Marrakech. Le Lieutenant Grall part en échelon précurseur le 4, pour Kouribga. Le 10, a lieu la soirée d'adieu à Marrakech . Mais le groupe restera moins de trois mois à Kouribga. Le 2 août, le général Valin rend visite au groupe et le 1er septembre est prononcée la dissolution.

« Le Groupe 1/23 est dissous à la date du 1er septembre 1943. Cinq équipages du groupe dont deux de la 1ère Escadrille et trois de la 2ème Escadrille sont désignés pour rejoindre le détachement devant partir pour l'Angleterre. Le reste du personnel reste à la disposition d'Air Maroc qui prononcera ultérieurement des affectations collectives ou individuelles..."

GUY TEYSSEIRE NOUS AVAIT PROMIS DES SOUVENIRS DE SON PÈRE HENRI TEYSSEIRE OFFICIER PILOTE SUR LA BASE 

Capitaine Teysseire Henri, °1902 + 2002, affecté au Maroc, 1938 à 1946, affecté 63° escadre, groupe 2/63 puis 1/52 puis Ecole d'application de Marrakech 1/1/1943 au 10/07/1946 

Extrait des mémoires d'Henri Teysseire, Officier de la légion d'honneur

J'étais affecté à Marrakech où j'ai retrouvé de vieux avions de l'ancien temps, des quadrimoteurs « Lioré » de 20 ou 30 ans d’âge.

Marrakech c'était la ville, bien mieux que Kasba-Tadla. On a loué une petite maison dans la palmeraie et on faisait de petits circuits de reconnaissance, des prises de photos. Une fois je suis allé à Colomb-Béchar sur ces quadrimoteurs.

Et puis il y avait ces bruits de guerre en 1939 et on se disait : " si on part avec ces avions là, on va se faire descendre du premier coup, à 130 ou 140 Km/h ". On a quand même eu des avions un peu plus rapides mais ce n’était pas encore ça.

Vers fin 39 début 40 nous avons reçu enfin des avions américains, heureusement, car nous avions toujours nos vieux bimoteurs, avions de bombardement de nuit mais tres peu maniables; on ne pouvait pas se défendre là-dessus.

C'étaient des " Glenn Martin " bombardiers légers, bimoteurs qui font du 440 km/h aussi rapides que les avions de chasse allemands, 4 mitrailleuses : là on pouvait se défendre. Mais il a fallu aménager les commandes, blinder le siège, régler les mitrailleuses et tout, et quand il y a eu l'attaque allemande en mai, on nous a envoyé sur le front à ce moment là.

Pendant quelques mois, il y a eu une drôle de guerre où les gens se regardaient face à face sans attaquer. On nous a envoyé combattre quand les allemands étaient dans les Ardennes. Nous étions en retrait du côté d'Evreux et on devait aller bombarder pour soutenir les troupes françaises.

Seulement l'état-major était en retard d'une guerre : "je n'ai jamais vu l'aviation aussi mal utilisée ". C'était une guerre de mouvement à ce moment là : l'avion d'observation partait, il repérait les colonnes allemandes sur les routes. C'est alors qu'il aurait fallu bombarder. Mais il y avait une telle succession d'ordres différents que nous n'allions bombarder qu'à midi avec 4h de retard et le soir c'était pareil. L'avion de reconnaissance partait à 12h, voyait les allemands qui repartaient à 14h et on nous envoyait bombarder à 20h quand ils étaient arrêtés, DCA installée qui nous tirait dessus, c'était terrible !

D'ailleurs, une fois, le chef d'escadrille qui revenait de reconnaissance vers Péronne dans la Somme voit dans la forêt les colonnes allemandes bloquées, entassées sur 5 ou 6 rangs. II dit : " Même en fermant les yeux, on peut taper dedans, démolir presque tout ça ". Tout le monde s'équipe en vitesse, on dit : "On va y aller, on y va "....Seulement nous étions en escadrille au sol. "Allo, il faut aller bombarder là. Ah non, il faut d'abord passer par le groupement (nous étions en groupe et il fallait passer par le groupement) "Allo, le groupement ...... Ah non, il faut passer par l'escadre ..... Ah non, il faut passer par le Général  Commandant le corps d'armée ! Trois heures après, nous étions encore le parachute sur le dos à attendre pour aider le point d'appui français! Quand nous sommes arrivés, c'était trop tard, le point d'appui était balayé, les allemands étaient passés ....... Voilà comment ça marchait pendant la guerre avec tous ces états-majors échelonnés !.......II fallait passer par eux alors qu'il aurait fallu réagir dans la demi-heure même pas, dans le quart d’heure, aller sur place. Et voilà comment on a perdu la guerre !...

Les allemands qu'il fallait bombarder le matin, on les bombardait à midi alors qu'ils étaient arrêtés avec leurs DCA (quand ils étaient en mouvement il n'y avait que les mitrailleuses qui nous tiraient dessus, ce n'était pas trop grave mais une fois installés il y avait tous les canons, etc.…, et ça pétait de partout. Le soir c'était pareil ils étaient arrêtés, camouflés, on trouvait juste 2 ou 3 camions en retard sur les routes, on ne faisait rien de bon, c'était tout ce qu'on pouvait bombarder. On était vraiment découragés à se crever la «paillasse» comme ça, pour rien, et puis comme on se déplaçait souvent, les allemands avançaient, on reculait ..... Les avions se déplaçaient très vite mais l'échelon roulant avec les camions venaient derrière et quand ils arrivaient, nous on devait repartir plus loin : on ne se rejoignait jamais ; c'était nous les pilotes qui devions charger les bombes et tout le matériel, faire le plein d'essence, vérifier, on était complètement crevé ; les mécaniciens, les armuriers arrivaient au dernier moment. Les allemands avançaient de partout. Nous étions, mi-juin, à Cognac à ce moment-là. Alors repli en Tunisie, ou nous sommes allés bombarder l'Italie, les ports de la Sicile et ça s'est arrêté là. On est resté en Tunisie quelques temps puis on nous a replié sur Marrakech.

Oui, on a fait une drôle de guerre !...  Mais heureusement qu'on l'a faite avec des avions américains.

Une fois nous avons été attaqués; moi j'étais ancien pilote de chasse je pouvais me défendre, alors j'ai manœuvré pour dégager les copains qui ne savaient pas se débrouiller car ils fichaient le camp, juste le contraire de ce qu'il faut faire. Dès qu'on est attaqué il ne faut jamais fuir devant un avion car il se met derrière vous et il vous tire dessus. II faut toujours faire face, et je suis arrivé à en dégager 2 ou 3 comme ça, en abattant un ou deux avions allemands avec mes 4 mitrailleuses. Je n’ai pas eu le temps de voir s’ils tombaient ou non, je tirais dessus jusqu'à ce qu'ils dégagent. C'est le plus grand combat que j'ai fait avec eux. Après on combattait guère, on les évitait c'est tout, car on ne pouvait guère combattre contre un chasseur.

Enfin j'ai eu une vie variée car j'ai changé au moins 10 fois d’emplacement : j'ai commencé à Istres, puis à l'école de mécanicien de Nîmes, retour à Istres ; à Bourges j'étais chef d'atelier moteur, de nouveau à Istres comme élève pilote, après à Lyon, le Maroc, Cazeaux, Madagascar, Lyon, Reims, le Maroc ......Bref une vie de nomade ; je ne me suis promené. J'ai commencé sur les tout petits avions de chasse pour terminer sur les gros " Wellington " anglais (après la guerre, nous n'avions plus d'avions et les anglais nous donnaient ceux qu'ils ne voulaient plus et que nous étions bien contents d'avoir : de beaux avions encore avec 2000 CV de chaque côté et pilote automatique, bien équipés). Du Maroc on allait sur Dakar, puis très souvent, après la guerre, on faisait la liaison Maroc-Marseille : toutes les semaines, un avion partait de Marrakech pour Marignane et à tour de rôle nous faisions le voyage par tous les temps. Des fois, je partais de Marrakech pour Oran, Alger, Tunis, toute l'Afrique du Nord dans la semaine. .......

En 46, on a commencé à dégager les cadres : j'avais droit à un congé de personnel navigant (après plus de 2 ans, donc 4 ans de congés) et j'étais très fatigué à ce moment-là. A Marrakech, on faisait de l'instruction, la formation d'équipages, il fallait voler de jour et de nuit. Souvent je volais 2 à 3 heures dans la journée puis il fallait passer toute la nuit sur une piste annexe (Sidi Zouine) et j'étais très fatigué. Aussi quand il y a eu ces demandes de congés, j'en ai profité et c'est là que je me suis fait rapatrier à Lyon en 46. J'étais en congé jusqu'en 51 (à la retraite à partir de ce moment).

ILS VOLAIENT À MARRAKECH EN 1934

Il y avait quatre groupes en 1934 au Maroc: 1er Kasbah-Tadla, 2e Bou-Denib, 3e Marrakech, 4e Meknes, Cependant cette organisation coiffait dix escadrilles: 1e escadrille Ksar-es-Souk, 2e escadrille Kasbah-Tadla, 3e escadrille Bou-Denib, 4e escadrille Marrakech, 5e escadrille Ouarzazate, 6e escadrille Agadir, 7e escadrille Meknes, 8e escadrille Meknes, 9e escadrille Rich..., 10e escadrille Fes

Le 3e groupe avait son commandement à Marrakech et coiffait la 4e escadrille de Marrakech, ainsi que la 5e escadrille de Ouarzazate. Le commandant de la base était en même temps le commandant du Groupe

Le Commandant Sylvestre Tavera commandait la Base et le 3e Groupe de Marrakech de Juillet 1933 à Mai 1934. Son successeur de mai 1934 à janvier 1934 fut le Commandant Pierre Colle qui venait du 2e Groupe de Bou Denib.  Leur Adjoint  au commandement du 3e Groupe était le Capitaine Jean Moraglia.

La 4e escadrille était commandée par le capitaine Paul Roelants et pat le Capitaine Charles Thonyo. Le Lieutenant René Baillefin commandait l'annexe du Parc. Faisaient aussi partie de la 4e escadrille le lieutenant Émile Damidaux et le lieutenant Léopold Ducos.

La 5e escadrille basée à Ouarzazate dépendait du Groupe de Marrakech, elle était commandée par le Capitaine Charles Bailly et son adjoint le Capitaine Léopold Davout d'Auerstaedt. Il y avait aussi deux lieutenants dans cette escadrille de Ouarzazate: Le Lieutenant René Albertus et le lieutenant Marie Chemildin.

Qui nous parlera de ces pilotes ?

Ces quelques tranches d'Histoire complètent nos connaissances sur Marrakech, sa base aérienne et ses pilotes à l'époque de la seconde guerre mondiale et de ses suites. Merci à ceux qui ont partagé ces souvenirs. Merci aussi d'avoir pu évoquer ces hommes qui ont pris le risque de perdre la vie pour affronter le nazisme. Nous nous souviendrons de leurs noms et saluons leurs familles.

26 novembre 2014

SALAM MARRAKECH SE FAIT UNE BEAUTÉ

LA REVUE SALAM MARRAKECH SE FAIT BELLE

voir aussi Élèves de Notre Dame des Apotres, autres objets souvenirs évocateurs, livres, expo Maroc et futures rencontres

Salam-Marrakech-2014 Le lien des anciens de Marrakech inaugure une nouvelle maquette illustrée par une oeuvre primée du célèbre peintre orientaliste Roger Vivès "Fantasia dans le Sud Marocain"

Si vous n'avez pas reçu la revue Salam MRK dans votre boîte aux lettres, demandez-là à Robert Lucké ou à Laurence, vous avez une adresse et deux téléphones pour les joindre. Robert Lucké 10 rue Alphonse Daudet - 13870 Rognonas, tél. 04 90 94 97 23 & 06 03 21 10 35

Vous y trouverez un Éditorial de Robert Lucké particulièrement intéressant et documenté

Plusieurs pages sur les informations communiquées par les lecteurs, une quarantaine avec quelques deuils et hommages. Un pionnier de Marrakech l'architecte Haberlach. Récit d'un voyage en car de Casa à Marrakech en 1920 par Pierre Di Benedetto, la liste des soutiens qui retent en contact avec Robert Lucké. Une relation avec photos des principaux moments du Moussem 2014. Des souvenirs de méchouis et de groupes d'amis à l'occasion d'autres moussems. Des photos de classes des années 50, Des souvenirs de voyages à Marrakech et région. Une promenade à Marrakech évoquée par P. de Mazières. Un lexique de mots typiquement marrakchis par Gérard Achim. Un poème de Nicole Guyard à la gloire de Marrakech. 

Gueliz-en-fete-90Gueliz-en-fete-91 On trouve aussi dans la revue des actualités récentes avec l'opération Guéliz en fête et la parution du nouveau livre de Christian Viala dont le nom de plume est Christian Durieux ON SE RETROUVE DEMAIN.. SALUT ! Presses du midi à Toulon. 

Salam_Marrakech-2014 Noter aussi la semaine de l'Amitié à Marrakech du 12 au 19 mars 2015

CE QUE SALAM MARRAKECH DIRA DANS SON PROCHAIN NUMÉRO... LE MOUSSEM 2015 AURA LIEU À AVIGNON LE DIMANCHE 21 JUIN ET POUR CEUX QUI LE PEUVENT LE SAMEDI 20 EN SOIRÉE

VOTRE BLOG VOUS RECOMMANDE LA REVUE SALAM MARRAKECH, ET VOUS DEMANDE DE VENIR NOMBREUX AU MOUSSEM EN RÉSERVANT LA DATE  DU 21 JUIN DÈS AUJOURD'HUI POUR RENCONTRER DES AMIS.

BLANDINE IGNORAIT LEUR PRÉSENCE DANS SA VILLE MAIS VIENT DE RETROUVER AVEC BONHEUR À ANGOULÈME DEUX AUTRES ÉLÈVES DE NOTRE DAME DES APÔTRES.

Patricia, Blandine et Bernadette, Tarot et Uzureau de Soto Patricia De SOTO/UZUREAU, Blandine TAROT/VIGOUR et Bernadette De SOTO, heureuses d'être ensemble. Merci à elles de nous offrir ces sourires. Si certains lecteurs voulaient rétablir un contact ils peuvent utiliser le lien "contactez l'auteur" en haut de cette page.

Pour remercier Patricia, Blandine et Bernadette, nous présentons une photo de NDA prise alors qu'elles n'étaient pas encore nées, mais qui évoquera le bel uniforme.

NDA-Carollo

 Qui est sur la photo ? qu'est ce que cette image vous inspire ? Partagez vos souvenirs ou vous réflexions dans les commentaires.

Insigne de Division de MRK

LES AMIS PARTAGENT DES SOUVENIRS

Christian M. collectionneur d'insignes a trouvé celui de la Division de Marrakech. "Un coup de bol" nous dit-il !

Il s'agit de l'insigne de toute la Division de Marrakech, non seulement les troupes cantonnées au Camp Mangin, mais également des villes du sud du Maroc. Merci à lui.

Maghreb-780 La plus belle des terres, c'est le Maghreb, Et j'en ai la preuve: La pleine lune s'y observe, Et vers lui le soleil se rend.

C'est par cette citation d'un texte écrit par Ibn Battuta vers 1349 à l'occasion d'un voyage que s'ouvre l'exposition sur le Maroc du Moyen Age actuellement au Musée du Louvre de Paris

Expo-Maroc-Louvre779

Sous la Pyramide du Louvre se trouve une belle expo sur les dynasties berbères du Maroc au Moyen Age. 

Pyramide-Louvre0775 

Allons voir sous la Pyramide!

Expo-Maroc-Louvre 

Vous y retrouverez des souvenirs avec de beaux objets

BAZOOKA JOE NOUS INDIQUE UN LIVRE

Colonne-Mangin

A la conquete du Maroc Sud avec la Colonne Mangin 1912 1913 Lettre-Préface du général Charles Mangin. 19 gravures et une carte.

Mais il ne reste que des exemplaires sur le net car l'éditeur n'en a plus.

Bazooka Joe nous envoie aussi une carte postale de l'église des Saints Martyrs, avec sa correspondance

J Intérieur de l'Eglise du Gueliz ROUDNEV verso 

Une église rustique ?

I Intérieur de l'Eglise du Gueliz ROUDNEV recto

Photo Roudnev

 

Merci à Robert Lucké pour la parution de la Revue Salam Marrakech, à Laurence et à toute l'équipe. Il est temps de penser à les soutenir en faisant en sorte de leur souhaiter de Bonnes et Joyeuses fêtes de Noël et du Nouvel An. Soutenons-les pour les encourager dans leur "sacerdoce" de conservateurs des liens entre Marrakchis.

Pensons à leur adresser nos voeux et réservons la date du 21 juin 2015 dans nos agendas

Merci aussi à tous nos amis qui partagent avec nous leurs souvenirs. Oui remercions les de leurs contributions

 

10 novembre 2014

PAGE EN L'HONNEUR DES SPAHIS DE MARRAKRCH

À LA MÉMOIRE DES SPAHIS DE MARRAKECH ET DE TOUS NOS SOLDATS

Célébrons le 11 novembre avec eux !

Les spahis firent leur apparition à Marrakech en septembre 1912. Le 4e Spahis avec un recrutement venu d'Algérie, de Tunisie et de l'Hexagone,  et également un escadron de Spahis sénégalais participe à la libération de Marrakech en chassant le prétendant El Heiba et son armée d'hommes en bleu qui voulaient renverser le sultan Alaouite.

Spahis_senegalais_marrakech283

Il y eut un seul blessé au 4e Spahis: Ahmed el Khechini, originaire de Tunisie. L'escadron de Spahis sénégalais commandé par le capitaine, puis chef d'escadron Renn campa dans la Palmeraie, là où l'Hôpital civil fut construit bien plus tard. Plusieurs photographes ont montré ces soldats et leurs familles. Une école primaire fut ouverte spécialement pour leurs enfants en âge scolaire. Marrakech avait la plus grosse école pour enfants Sénégalais de tout le Maroc, 22 élèves garçons et 18 élèves filles (pas loin de la parité).

Spahis_hopital_marrakech_1912

Près de la fontaine du palais de l'Aguedal à Marrakech transformé en hopital; deux spahis sénégalais devisent assis avec un frère d'armes du 3e Zouave debout devant eux.

Spahis_Peloton_du_1er_escadron_senegalais_14juillet1913_longchamp 

Défilé au galop d'un peloton de Spahis sénégalais à Longchamp lors de la Revue du 14 juillet 1913

Très vite furent créées cinq escadrons de Spahis marocains qui regroupées dans un seul régiment participèrent à la Grande guerre. Le Maroc n'étant pas encore entré officiellement dans la guerre au côté de la France, le régiment commandé par le lieutenant-colonel Dupertuis fut appelé curieusement "Régiment de marche de Chasseurs indigènes à cheval." En janvier 1915, le Maroc entrant officiellement dans la guerre, il change de nom: Régiment de marche des spahis marocains. Il sert d'abord début septembre dans la région d'Épernay, puis de mi-septembre à mi-novembre, il est engagé dans la Course à la mer, jusqu'aux Flandres et en Belgique pour la bataille de l'Yser où il se fait remarquer par sa brillante conduite au feu. 

La presse des tranchées de décembre 1914 (il y a exactement 100 ans) avait publié des dessins et des commentaires éloquents.

Bleu_blanc_rouge_dixmude  À la bataille de Y..  Mohamed ben Ali, qui dans un engagement précédent n'avait pas eu l'occasion de tuer un seul ennemi, faute d"avoir pu les approcher se trouva fort humilié. Aussi quand son escadron arriva sur l'Yser, s'avança-t-il immédiatement au delà des tranchées jusqu'à l'entrée d'un château. Il s'embusqua dans un massif, attendant avec une patience tout orientale qu'un allemand se présenta à la distance voulue. Le premier qui parut fut abattu. Accourus à la rescousse deux de ses pareils subirent le même sort. Après quoi Mohamed ben Ali courut vers sa tranchée. Littéralement fou de joie, il exécuta, avant d'y descendre, une danse frénétique ponctuée de défis homériques à l'adresse de l'ennemi qui enveloppa ce brave d'une rafale de projectiles. Mohamed ben Ali dansait toujours. Aucune balle ne l'atteignit. Il descendit lentement, lorsqu'il eut fini cette fantasia héroïque, dans la tranchée parmi ses camarades. Aux gronderies cordiales de son lieutenant, le spahi répondit: "Mohamed ben Ali ne crains pas les allemands, ni aujourd'hui ni demain ! " ( extrait de l'hebdomadaire Les trois couleurs - épisodes, contes et récits de la grande guerre - 31 décembre 1914, n°4, 10 centimes.) Cette histoire est suivie d'un autre dessin, avec aussi son commentaire:

spahis_marocains_boue_couteau  La nuit suivante, Mohamed ben Ali et une dizaine de ses camarades s'étant complètement déshabillés, s'enduisirent le corps d'une épaisse couche de boue. Ils sortirent alors de la tranchée, leur couteau bien affilé entre les dents. Couchés sur la terre, faisant corps avec elle, ils rampèrent avec tant de lenteur et de patience qu'ils arrivèrent à la ligne ennemie sans que le moindre bruit eut éveillé l'attention des sentinelles.

Leur retour fut plus silencieux encore. Rien n'avait été révélé de leur expédition, mais au matin, surpris de l'absence de riposte de l'ennemi, deux officiers s'avancèrent jusqu'à leur tranchée; elle ne contenait que des cadavres. Pas un allemand n'avait échappé à la vigilance des Spahis marocains.

IMAGES AU COURS DE LA GUERRE DE 1914-1918

spahis_prisonniers_dixmude_1914  Spahis marocains ramenant des prisonniers allemands de Dixmude

Campement_net_spahis_marocains_ribecourt  Un campement de Spahis marocains à Ribécourt dans l'Oise

Spahi_Souain_Champagne Un Spahi marocain dans le village dévasté de Souain en Champagne;

Un reportage photographique fut réalisé, puis publié en avril 1916 pour montrer aux Britannique que les Spahis marocains étaient à nouveau prêts à combattre."Moroccan Spahis to Aid Europe's Delivrance". 

8avril1916Spahis

Les spahis marocains s'illustrérent dans toutes les batailles en 1914-1916, puis en 1917 furent engagés dans l'Armée d'Orient. Pendant toute cette période seuls les Spahis sénégalais sont basés à Marrakech, et de nombreux marrakchis rejoignent le Régiment de Spahis marocains. Marrakech se prépare en 1921 à accueillir son propre régiment de Spahis.

Plusieurs spahis de Marrakech sont morts sur le sol de France par exemple: Mohamed ben Ahmed, né vers 1895 au Douar El Aouamer, fraction des Ouled ben Séba vers Safi, recruté en 1915 à Marrakech Mle : 2540, 2e RSM 5e escadron. Mort pour la France à l'hôpital des suites d'une congestion pulmonaire le 15 juillet 1918.

Une nouvelle caserne pour les Spahis de Marrakech en 1922

Caserne_Spahis_mrk_1921_22

Ministère de la Guerre - Adjudication à Marrakech le 29 novembre 1921 à 9 heures précises. Travaux à exécuter sur devis au camp du Guéliz pour la construction d'un bâtiment pour la Cavalerie.

Le cahier des charges et les pièces relatives aux marchés sont déposés dans les bureaux des chefferies du Génie de Marrakech, Casablanca et Rabat. Les pièces nécessaires pour être admis à concourrir devront être fournies au plus tard le 24 novembre 1921 au Chef du Génie de Marrakech. Le 22e qui redeviendra 2e Spahis effectue son retour effectif à Marrakech en 1924.

monument_spahis_casa  Un monument créé par le sculpteur Paul Landowski représentant un Spahi marocain serrant la main d'un Cavalier français fut érigé sur la Place Administrative de Casablanca, en l'honneur de tous les Spahis marocains morts pour la France pendant la Guerre de 1914-1918. Ce monument fut plus tard transféré à Senlis.

Entre les deux guerres les spahis de Marrakech furent associés aux combats du Bou Gafer (février-mars 1933); ci-dessous un apperçu à travers quelques citations individuelles: Spahi BELKREIR ben MERZOUK, Lt Pierre-André CODET, Lt Armand ROBILLOT, S/Lt SI MOHAMED ben MOHAMED, Médecin-Capitaine Jean-Germain VIAL, Capitaine René-Gaston HOUSSIN, Lt MARCHETTI.

citation_Belkreir_ben_Merzouk_08_32_n_1086

citations_Codet_37_2RSM_BO1086

citations_spahis_1933_medecin

citations_spahis_1933_marchetti

Sont réunis ci-dessous les noms de plusieurs des officiers du 2eRSM après ces combats. Ils commandaient le 2e RSM en 1934 : 

Le Colonel Adrien, Jules, Gustave BURNOL, frère aîné du Colonel Emmanuel BURNOL (MplF-1940) tombé à La Horgne le 15 mai 1940. Le Lt-Colonel Olivier, Alphonse, Marie MARC, Le chef d'Escadron Germain, Lionel MOSLARD, le Chef d'Escadron Jean-Marie, François, Gabriel de CARDES, le Chef d'Escadron Robert, Louis, Camille de SEROUX, le Capitaine Paul, Charles, Louis MAZOYER, le Capitaine Maurice, Louis JOPPE, le Capitaine Jean-Marie PEYREGNE, le Capitaine Charles, Isidore BUTERI, le Capitaine AbdelKader BEN CHOUKA, le Capitaine Jules, Félix, Marie, Léon SERVE, le Capitaine Jean GRIPON, Le Capitaine André, Christian DEVOUGES, le Capitaine Thévenin COURBALLÉE, le Capitaine René, Gaston, Marie HOUSSIN (citation Bou Gafer), le Capitainne Bernard, Gabriel FAUCONNIER, Lieutenant Charles BONNEAU, il épousa une marrakchia, la fille de l'imprimeur Camille HÉBRÉARD et plus tard prit la succession de son beaupère à l'imprimerie. Lieutenant Charles, François MARCHETTI (citation Bou Gafer), Lieutenant Antoine MAITRE, Lieutenant Henri DUDOGNON, Lieutenant Marie, Michel, Eugène LE FRANC DE POMPIGNAN, Lieutenant Jacques, Marie, Louis DODELIER, Lieutenant Armand-Marie Georges ROBILLOT (citation Bou Gafer), Lieutenant Georges, Henri MATHON, Lieutenant Michel LE TELLIER, Lieutenant Paul DILLOT, Lieutenant Alfred PILLAFORT, Lieutenant Bernard DE LAITRE, Lieutenant Henri, Charles-Marie BOUVAIS DE LA FLEURHAYE.

Parmi les cadres du régiment et en plus du Capitaine ABDLKADER BEN CHOUKA déja mentionné, nous notons dans ce régiment les noms du Sous-Lieutenant SI MOHAMED BEN SI MADANI EL GLAOUI, du Sous-Lieutenant SI ALLAL BEN ACHIR, du Sous Lieutenant M'BARK BEN AHMED, du Sous-Lieutenant BOUCHAIB BEN MOHAMED, du Sous-Lieutenant MOHAMED BEN MOHAMED (citation Bou Gafer), du Sous-Lieutenant MOHAMED BEN EMBAREK SOUSSI, du Sous-Lieutenant AHMED BEN ABDERRAHMAN, du Sous-Lieutenant MOHAMED BEN DAOUI BEN SALAH (Mplf en Juin 1940), du Sous-Lieutenant AHMED BEN L'BIZIOUI.

TROIS ANNÉES PLUS TARD (1937) ON REMARQUE MUTATIONS ET PROMOTIONS PARMI LES OFFICIERS DU 2eRSM EN GARNISON À MARRAKECH

Le Colonel Adrien-Jules Gustave BURNOL est toujours à la tête du régiment, le Lt-Colonel MARC n'est plus là mais un autre Lt-Colonel a pris ses fonctions, il s'agit de Marie-Joseph, Léon de GALARD TERRAUBE. Le Chef d'Escadron Germain Lionel MOSLARD prit l'intérim du chef de corps; est aussi présent le Chef d'Escadron de SEROUX, mais de CARDES n'est plus là et c'est Mathieu, Philippe, Victor FORTOUL qui lui succède.

Parmi les capitaines récemment promus sur place: Charles BONNEAU qui épousa Mlle Hébréard, fille de l'Imprimeur marrakchi C. Hébréard; Marie-Michel LEFRANC DE POMPIGNAN (MplF, 14.5.40), Antoine MAITRE. Plusieurs capitaines sont venus d'autres régiments: Rémy, Germain RAYNAUD; Roger, Benoit COURTOIS, Maurice, André, Jean EBENSCHWILLER; Robert CORNUBERT.

Les nouveaux Lieutenants promus sont SI MOHAMED BEN SI MADANI EL GLAOUI, M'BARCK BEN AHMED, Paul GODILLOT, Marcel DUGUÉ-MAC-CARTHY, Ernest Henri CHAUME, Jean VOINOT, Bertrand de CHAIS NÉ DE BOURMONT, Louis, Jean GAILLON, Robert, Michel BAUDOIN, Gislain, Marie DE BENOIST (MplF, 5.12.44), Charles-Marie de LOUSTAL, Lucien REBORA.

Outre le Capitaine BEN CHOUKA ABDELKADER et les deux sous-lieutenants promus lieutenants, les officiers marocains comptent sept sous-lieutenants dont plusieurs nouvellement promus: SI MOHAMED EL HASSAN BEL HAMDOUMIA, SI BEKKALI OULD EMBARECK OULD BEL HABIB, BOUCHAIB BEN ABDELKADER.

Spahis_marocains_1940_StDi_ 

Spahis marocains à St-Dié (Vosges) en 1940

Les Spahis du 2eRSM morts pour la France en 1939-1940 de décembre 1939 à juin 1940.

Le Colonel GEOFFROY (Edouard, Émile, Stanislas) est à la tête du 2e Régiment de Spahis Marocains depuis le début des combats.

Les deux premiers morts tombent à Givet dans les Ardennes (4 décembre 1939): Charles Albert TREIBER né à Wintzenheim en 1905 et le Spahi Lahoussine BEN AHMED né aussi en 1905.

Trois autres meurent à l'hopital de décembre 1939 à février 1940 suite à des blessures ou des maladies: Boujmaa BEN BARCK né en 1915, Mohamed OULD SIDI AMOUMARE et Lhassen BEN AHMED né en 1914

Du 11 au 14 mai 1940 aux combats de Vendresse tombent: Le Maréchal des Logis Joseph PEREZ né en 1916 à Chanzy (Algérie), Philippe LEFORT né en 1912 à Isques (Pas de Calais), les spahis de 1eClasse  Hamou BEN TAHAR né en 1897 et Lahoussine BEN IDDER, né en 1899, les spahis de 2e Classe: Mohamed BEN AOMAR né en 1920, Lacen BEN AHMED né en 1915, Lahoussine BEN AHMOU né en 1912, Lahsen BEN AHMED né en 1907, Mekki BEN M'BAREK BEN HADJ AHMED.

Aux combats de La Horgne du 15 mai 1940 sont morts pour la France: le Colonel Edouard GEOFFROY né en 1890 à Montauban (Tarn et Garonne), les spahis de 2e Classe Mohamed BEN BIHI né en 1898, Mamoun BEN ALI né en 1904, Abdallah BEN SALEK né en 1914, Aomar BEN BOUCHAÏB BEN MOHAMED né en 1915, Mohamed BEN ALLAL né en 1916, Bouziane BEN KERROUM né en 1917, Adolphe ROSIAN né en 1917 à Werlebach, le lendemain 16 mai: le Spahi de 1ere classe Khalifa BEN AHMED né en 1904, les spahis de 2e classe Mohamed BEN BOUCHAÏB né en 1912 et Charles VIMARD né en 1913 à Saint-Maur (Val de Marne).

Aux combats de Vandy et Terron sur Aisne 9-10 juin 1940 furent tués à l'ennemi: Le Lieutenant Mohamed BEN DAOUI BEN SALAH né en 1909, le Maréchal des Logis Aomar BEN FATMI né en 1906, le Brigadier Jacques Henri PERIER né en 1900, le Brigadier Mohamed BEN AHMED né en 1906, le spahi de 1ere classe Salam BEN LAHOUSSINE né en 1913,  les spahis de 2e classe Bouchaïb BEN TAHAR né en 1902, Embarck BEN LARBI né en 1902, Majoub BEN M'BARK né en 1912, Abdesselem BEN LAHOUSSINE né en 1914, Brahim BEN MOHAMED né en 1916,  et pa la suite le 10 juin: Maréchal des Logis André PERNOT né en 1911, Brigadier Lorma BEN BRAHIM né en 1905, le Brigadier Ahmed BEN ALLAL né en 1910, le Brigadier Ahmed BEN MOHAMED, le Brigadier Mohamed BEN N'HAMED né en 1915, Spahi André Gabriel BÈS né en 1909, Louis Joseph GONZALEZ né en 1917 à Sidi bel Abbès,  Spahi Rahal BEN ABDELKADER né en 1917, Ahmed BEN BARK né en 1909, Spahi Hassan BEN ABDAHAMAN, Spahi Abdellah BEN LIMANE BEN M'BARK né en 1920, 

Du 11 au 12 juin, le Maréchal des Logis Ali BEN SI MOHAMED OU AHMED né en 1908, le Spahi Maati BEN BOUCHAÎB né en 1919, Le 12, le Spahi Aomar BEN EL HADJ né en 1907, René SOULAS né en 1917, Georges SEGUIN né en 1920, 

Du 13 au 14 juin: le spahi Ferradj BEN MILOUD né en 1916, le Spahi Messaoud BEN BOUJEMA né en 1918, Le lieutenant Galmier STHMER, d'abord porté disparu et n'ayant pas été fait prisonnier par les allemands, réapparut, devint capitaine dans la Cavalerie et fut fait chevalier de la Légion d'Honneur en octobre 1944 (Selon les recherches du Colonel Thierry Moné)

Le 16 juin à Germisay (Haute-Marne): Le lieutenant Émile Pierre CHAUME né en 1905, le Brigadier André DANVIN né en 1920, le Spahi Henri Marcel BRODU né en 1919. le Spahi Jean André COLAS né en 1920, le Spahi André Louis SOLIGNAC né en 1919 à Lyon, de même Auguste TERNIN-ROZAT né en 1910 à Lille (Nord) 

Le 16 juin, le Lt Roger Louis Fernand DIGNY né en 1912 à Nancy est mort à Leurville 

À Germisay furent tués également: Ahmed BEN SALAH né en 1901 Douar Vaghat tribu Rifa le 20 juin 1940, de même Jean André GILBERT né à Tours en 1921, Marcel P.A. HAZÉ né en 1910 à Paris et le même jour Embarek BEN MIMOUN né en 1902 aux Ait Youssi (Algérie) est tué à Illoud (Haute-Marne)

Le Spahi Bachir BEN MOHAMED fut porté disparu en 1940 sans que la date précise de sa disparution soit connue. Le Spahi El Hassan BEN DRISS né en 1915 à Marrakech est aussi porté disparu mort pour la France en 1940.

La_Horgne_monument_2eSpahis Le monument de La Horgne dédié aux Spahis

Quelques noms de prisonniers du 2e Spahis marocains:
Sergent-Chef Kabour ben Aomar né en 1911 à Marrakech 

Brigadier Djilali ben Mohamed né en1908
Brigadier Mohamed ben Abdelaziz né en1902, 
Soldat 1e Cl Mohamed ben Ahmed 
Soldat 1e Cl Djilali (Ali) né en1901 à Marrakech 
Soldat 2e Cl El Aoumi ben Ahmed Mle 6190 
Soldat 2e Cl Bark ben Mohamed, 4/2e Spahis
Soldat 2e Cl Bark ben Salem 2/2e Spahis 
Soldat 2e Cl Mohamed ben Abdeslem 2/2e Spahis 
Soldat 2e Cl Mohamed ben Addi 
Soldat 2e Cl Miloudi ben el Hassane né en 1917 
Soldat 2e Cl Miloudi ben Ali, 4/2e Spahis
Soldat 2e Cl Miloud ben Jillali, né en1921, 
Soldat 2e Cl Aomar ben Brick, né en 1920 à Marrakech 
Soldat 2e Cl Driss ben Aomar né à Marrakech 
Dans les camps de prisonniers et les hopitaux il y eut aussi des décès de Spahis du 2e RSM
René Albert PRINCE né en 1911 à Paris est mort le 1er Juillet 1940 à Vittel (Vosges)
Hamouad BEN LARBI né en 1898 à Marrakech est décédé le 8 juillet 1940 à l'Hôpital de Rennes
Gheziaoui BEN TAÏEB né en 1917 à Thierville en Algérie est mort le 10 juillet 1940 à Nancy
Louis SAVIDAN né en 1914 en Côtes d'Armor est mort le 10 novembre 1940 en Allemagne
Henri AZEMAR, chef d'escadrons, né en 1888 à Cambrai mplF 9 mars 1941 à l'hôpital de Lyon (Rhône). C'est lui qui rassembla le régiment dispersé après La Horgne et en prit le commandement provisoire.
Marcel Léon GHÉKHIÈRE né dans le Nord en 1913 décède à Toulouse le 10 avril 1941.
Allal BEN AHMED né à Ben Ahmed Cheik Amar mort le 2 septembre 1941  à Garein (Landes)
El Aouni BEN AHMED né en 1921 au Douar Abdeslem (Algérie) meurt le 18 juin 1943 à Rion (Landes)
Plusieurs Spahis furent décorés, ce fut le cas du Maréchal des Logis Ahmed Ben Abbou, Médaille militaire et Croix de Guerre avec Palme. Le document qui l'atteste nous a été transmis par Monsieur Samir Merzouki que nous remercions, il le tenait de Monsieur Mbarek Guennouni, enseignant à la retraite et fils du défunt Benabbou.

Ahmed_ben_Abbou

Le Lt Colonel de KERANGAT né en 1885 prit le commandemant du régiment après l'intérim du Chef d'Escadrons AZEMAR.
Plusieurs officiers du régiment nous interrogent:

Bekka__dar_el_baida

Le Lieutenant Bekkaï ben M´barek Lahbil né en 1906 était lieutenant au 2e RSM.  Il était sorti Sous-Lieutenant de l'école d'officiers de Meknes de Dar el Beida (photo H.Azdod ci-contre), major de sa promotion devant Oufkir en 1928. Le lieutenant de Spahis Bekkaï ne participa pas aux combats de La Horgne car il avait été grièvement blessé à un genou quelques jours avant.  Devenu Colonel et Pacha de Sefrou, il fut par la suite de décembre 1955 à avril 1958, le Président du Conseil de deux gouvernements. Il fut choisi par le Sultan Mohamed V en accord avec le Gouvernement français et eut en particulier lors du premier gouvernement jusqu'en octobre 1956 à préparer les traités mettant officiellement fin aux protectorats français et espagnols. Choisi ensuite comme premier ministre par Mohamed V, il forma son premier gouvernement .
Le lieutenant Hassan Bennis, né en 1904 qui avait fait la même école que Bekkaï et Oufkir fut fait prisonnier par les allemands à La Horgne après une très courageuse résistance de son groupe. Consigné à l'École de Saumur contrôlée par le Gouvernement de Vichy, il s'en évada et rejoignit le Maroc.
Hassan_Bennis_Lt
Qui nous parlera aussi  des autres officiers et notamment des marrakchis ?
Lt Bernard né en 1912, 
Lt Bommenel né en 1907,
Lt Boussion (R) né en 1909,
Cne Buresté médecin, né en 1907 ( très certainement Marrakchi. Un Dr André Buresté figure sur un annuaire à l'adresse du 37 rue R'Mila )
S/Lt Championnat né en 1902,
Lt Camille Collomb (R) né en 1900 (très probablement Marrakchi, il y avait une entreprise Ch. Collomb à Marrakech déja en 1928)
Cne Robert Cornubert né en 1890
Lt Courtin (vétérinaire)
Lt Dabadie (R)
Lt Jacques Duron né en 1912 
S/Lt Filliard né en 1902
S/Lt Bertrand Léopold Gailhanou (R) né en 1904 (probablement Marrakchi, une entreprise de ce nom existait à Marrakech)
Lt Gallon né en 1905
Cne de Géloes né en 1895
Cne Giraud né en 1902
Cne Paul Godillot né en 1905
Cdt Guingal né en 1887
S/Lt Lafaille né en 1905
Lt Marcel Dugué Mac Carthy né en 1910
Cne Antoine Maître 1898
Lt Maré (R) né en 1904
Lt Mercier B
Lt Pajanacci médecin de Casa(R) né en 1907
Lt Rapinal (R) né en 1911
S/Lt Galmier Sthmer (R) né en 1901
Lt du Tertre né en 1910
Lt Vidal vétérinaire
Lt Vivier né en 1909
Cne Woehr (R) né en 1902, certainement marrakchi. La famille originaire de Suisse entretenait un domaine agricole dans le bled près de Marrakech. Charles Woehr fut même secrétaire général de la Chambre d'Agriculture de Marrakech.
Nous avons noté en particulier les capitaines Buresté et Woehr, le lieutenant Clément Collomb, le S/Lieutenant Gailhanou mais peutêtre que d'autres de cette liste ont des liens avec Marrakech. Qui nous le dira ?

cote12_Voyage_Hutzinger_Avenue_Dar_el_Maghzen_Rabat_oct42_19

En octobre 1942 le Général Huntziger passe en revue les troupes stationnées au Maroc. Un peloton de spahis lui présente les armes à Rabat.
Au début de 1943 ce qui reste du 2e Spahis marocain, sert à constituer un nouveau régiment à Marrakech sur le modèle US. Le nom de 4e RSM lui est donné. Il est doté de scouts cars. C'est la conquête de la Corse, puis l'Italie, la Campagne de France, comme déjà relaté antérieurement avec l"Adjudant chef Sainseaux (voir--> Spahis à Marrakech). Voir aussi le --> livre autobiographique de Louis Talvard.
Après l'Indochine en 1955,  le 2eRSM revient à Marrakech. Grâce à l'ami Halfaoui qui collectionne photos, et cartes postales anciennes sur Marrakech nous pouvons présenter des photographies de cette nouvelle période, plus proche de nous, où les Spahis étaient à nouveau en garnison à Marrakech.  Les missions consistent en opérations de sécurité, protection, et tournées de police dans le Sud Marocain. Les personnels marocains quittent le régiment pour  constituer les unités des FAR - Forces Armées Royales avec l'aide d'officiers et sous officiers Français. Pour compléter le 2e Régiment de Spahis il est fait appel aux appelés du contingent dont les premiers arrivent à Marrakech en 1956.
                
L'arrivée du 2e Spahis en 1955 sur la Place du 7 septembre à Marrakech ne passe pas inaperçue. Le régiment est alors sous les ordres du Lieutenant-Colonel BLONDEAU.

2e_Regiment_de_Spahis_Marrakech_Arrivee_du_Regiment_a_Marrakech C'est une cavalerie moderne, entièrement mécanisée qui apparait aux  marrakchis.

Spahis_peloton_EBR33 En bordure de  la Palmeraie, les EBR 75 - Engins blindés de reconnaissance ont remplacé les AMM8 et les chevaux

Spahis_exercice_peloton71 Un exercice de peloton dans la Palmeraie

2e_Regiment_de_Spahis_Marrakech_Passage_du_Tizi_N_Tichka Le passage du Tizi n Tichka par les EBR 75

spahis_batiment_escadron23 Le bâtiment d'un escadron au camp militaire du Guéliz.

2eme_Regiment_de_Spahis_Marrakech_la_veranda_du_foyer La véranda du foyer.

Spahis_foyer_bar_12 Le Foyer-bar à l'intérieur.

Spahis_cercle_Ssoff69 Le cercle des sous officiers.

Spahis_piscine_officiers79 La piscine de garnison des officiers et leurs familles .

2eme_Regiment_de_Spahis_Marrakech_la_salle_de_demonstration_auto La salle de démonstration auto.

Spahis_fanfare_94 La fanfare en grand uniforme traditionnel sous les faux-poivriers.

2eme_Regiment_de_Spahis_Marrakech_sport_equestre_Capitaine_d_Aroxy La tradition cavalière - Le capitaine d'Aroxy.

2e_Regiment_de_Spahis_Marrakech_Un_coin_du_Paddock Un coin du paddock.

L_Etendard_du_2eme_Regiment_de_Spahis_Marocains_a_Marrakech L'Étendard du 2e Spahis avec ses EBR au pied de la Koutoubia de Marrakech.

En 1958 le Régiment quitte le Maroc pour rejoindre les Forces françaises en Allemagne à Saint-Wendel, puis à Spire, il a alors changé de nom pour celui de 22e Spahis. La longue page des Spahis à Marrakech est tournée définitivement.

Merci au Colonel Moné, à Samir Merzouki, au collectionneur Halfaoui de cartes postales et de photos pour leurs recherches et leurs documents.

Beaucoup d'anciens se souviendront de cette époque où les Spahis faisaient corps avec les habitants de Marrakech. Plusieurs d'entre nous en auront des souvenirs. Ils sont invités à les partager ici pour que vive la mémoire.

05 novembre 2014

MÉDECINS, PHARMACIENS, DENTISTES, SAGES FEMMES AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE À MARRAKECH

LES PIONNIERS DE LA MÉDECINE À MARRAKECH - CHRONOLOGIE

Au début du Protectorat, en 1912-1913 à Marrakech, les médecins, chirurgiens et pharmaciens de l'armée s'occupent aussi des populations civiles. Les médecins civils sont rares, souvent hérités des ambassades de différents pays comme l'Espagne, l'Allemagne ou la Grande-Bretagne. L'Angleterre autilise les services du docteur Nairn depuis 1890, l'Allemagne est représentée par le Dr Holtzman conseiller d'Abd El Hafid et la France avait installé le dispensaire du Dr Mauchamp, dont la mort fut si tragique. En 1913 il n'y a pas encore de contrôle sur les diplomes des médecins et professions de santé. Par exemple une pharmacie est ouverte au nom de Dayan et Hermet et une autre au nom de Dusserre qui ne figurent pas dans la liste des agréments parue par la suite. Du côté Marocain on trouve à l'époque des pharmaciens-médecins et des chirurgiens-barbiers sur la Place Jemaa ej Fna

Sur_la_place_Djmaa_El_Fna_Pharmacie_Arabe 

Pharmacien-médecin ambulant 

A partir de 1916 il est entrepris de délivrer des agréments pour l'installation au Maroc des nouveaux praticiens avec nécessité de présenter ses diplômes, ce qui n'était pas le cas avant. À Marrakech les années 1916 - 1917 voient l'agrément presque exclusif de pharmaciens à l'exception inestimable de la doctoresse Françoise LÉGEY, médecin dont nous avons déjà parlé sur ce blog. Diplomée de la Faculté de médecine de Paris du 4 juin 1900 et autorisée à exercer à Marrakech le 16 avril 1917, venant d'Alger à l'invitation du Maréchal Lyautey en raison de son expérience réussie auprès des femmes algériennes. (voir --> Doctoresse Françoise Légey). La petite chirurgie marocaine traditionnelle se pratique sur la place Jemaa el Fna

les_barbiers_chirurgiens 

Plusieurs échoppes de Barbiers-chirurgiens 

Jean_Oustry_1906

Quatre pharmaciens reçoivent l'agrément en 1916-17:
Félix MARCHAI, pharmacien diplomé d'Alger en 1913, est autorisé à exercer à Marrakech en décembre 1916. 
Louis FAURE pharmacien diplomé de Toulouse en 1902 est autorisé à exercer le 25 janvier 1917.
Jean OUSTRY pharmacien diplomé en 1906 à Alger. Exerce d'abord à Alger, il est autorisé à exercer à Marrakech le 27 janvier 1917. Pharmacie située 166 avenue Mangin
Ottorino INNAMORATI, pharmacien diplomé à Pérouse (Italie) en 1904 est autorisé à exercer en mars 1917
 
Les besoins en sages-femmes, dentiste, médecins et pharmaciens se sont ensuite développés progressivement avec la croissance régulière de la population pendant dix ans jusqu'en 1927.
Puis avec l'ouverture de la nouvelle ligne de chemin de fer en 1928 et la création de nouvelles sociétés et activités, l'afflux à Marrakech de membres des professions médicales s'amplifia.

Mathilde_Bruner_40

La période 1918-1927 - La grande diversité des origines des médecins est à souligner, ils viennent de différents pays, comme d'ailleurs les nouveaux marrakchis: français, italiens, espagnols, suisses, belges, britanniques.
Devant la pénurie, le protectorat accepte des non-diplomés, notamment pour les dentistes. Il ne donne l'autorisation en cas de non diplome qu'à des praticiens expérimentés, comme le britannique Cuthbert Nairn.
 
Mme BRUNER née CHIALVO Mathilde, sage femme, diplomée d'Aix en 1917, fut autorisée d'exercer à Marrakech en avril 1918. Un article sur la premiere sage-femme diplomée de Marrakech a été publié.(voir --> Mathilde Bruner)

Manuel_Canas_Fuentes_

Eugène de MORESTEL, n'avait aucun diplome de dentiste, mais Marrakech manquant de dentiste sa candidature fut tolérée et confirmée le 4 mai 1918.
CANAS FUENTES Manuel médecin, diplomé de l'université de Cadix (Espagne) en décembre 1918, ancien interne des hopitaux de Cadix, fut autorisé à exercer à Marrakech le 11 juillet 1919 (voir --> Canas Fuentes)
Gabriel VAILHE, pharmacien, diplomé de Marseille en décembre 1908, autorisé à exercer à Marrakech en avril 1920
Henri ROUTHIER médecin diplomé de Paris le 10 juillet 1919 fut autorisé à Marrakech en décembre 1921. Médecin fonctionnaire chargé de la Santé et de l'hygiène publique. En 1934 et encore en 1937, il délègue au Dr Paul DUTHU la Prophylaxie régionale.

Dispensaire_prophylactique 

sante_hygiene_publiques_mrk

Une des actions du dispensaire prophylactique; Pour éviter les maladies contagieuses en médina et au mellah, notamment le typhus qui faisait beaucoup de morts, les jeunes marocains isolés "errants et faméliques" habillés de guenilles  étaient conduits au dispensaire situé place Jemaa el Fna où on leur permettait de se laver, d'avoir de nouveaux vêtements et de déposer leurs haillons dans une coque qui était brûlée ensuite. Des dépistages avaient lieu aussi dans les écoles.

Jean MADELAINE, médecin, fondateur du VCM en 1921, membre de la Chambre mixte de Commerce et d'Agriculture de Marrakech en 1935. Une rue de Marrakech porta son nom. Décédé accidentellement en 1930.

Gilbert_Faure_Beaulieu

Gilbert FAURE-BEAULIEU médecin, diplomé de Paris en décembre 1911, licencié en Sciences, ancien assistant d'ophtalmologie des Hopitaux de Paris, autorisé à exercer à Marrakech en décembre 1921. Medecin fonctionnaire chargé du dispensaire ophtalmologique.
Jean BARTOUX pharmacien, diplômé de Clermont-Ferrand en janvier 1909, autorisé à exercer à Marrakech le 18 janvier 1922; 
Mme RONDANINA née NICOLATI, sage-femme, diplomée d'Alger en juin 1922 autorisée à exercer le 10 novembre 1922
Guthber NAIRN pharmacien britannique non diplomé, mais toléré en raison de sa longue expérience, autorisation du 9 mai1923

Henri_Raynaud_1925

Mlle Aïda CARAPEZZA médecin diplômée à Palerme (Italie) en janvier 1918, autorisation d'exercer à Marrakech du 22 mars 1924, place Jemaa el Fna
André VINCENT, dentiste non diplômé mais toléré, en raison de la pénurie dans cette spécialité, autorisé à exercer en décembre 1925
Jean BARNÉOUD, médecin diplomé de Montpellier en décembre 1924 autorisé à Marrakech le 19 février 1926. Medecin fonctionnaire, chef du Bureau d'Hygiène. En 1934 il est assisté des infirliers Bonnefoy PIETRI et Don Luis SUSINI.
Henri RAYNAUD pharmacien de 1ere classe, diplomé de Lyon en 1918, Chevalier de la Légion d'Honneur et Croix de guerre, licencié es sciences 1914, docteur en pharmacie 1925, autorisé à Marrakech le 18 aout 1926
Paul COLLE médecin, diplomé à Paris en novembre 1919 autorisé du 16 novembre 1927.
De 1929 à 1933 les médecins se multiplient
Six apports en 1929

Edmond_Diot

Mme COLOMER née GÉRARD, sage-femme du 8 novembre 1908 à Bordeaux, autorisée à Marrakech le 19 janvier 1929
Lucien, Edmond DIOT médecin diplomé de Nancy en 1922, ancien élève de l'Institut Pasteur à Paris, Chef du Laboratoire régional de bactériologie, Médecin-fonctionnaire, chef du dispensaire antisyphilitique et autorisé à Marrakech le 5 avril 1929. Ci-dessous le laboratoire de l'Hopital Mauchamp où travaillait le Dr DIOT. Pour lutter notamment contre les maladies vénériennes et leurs transmissions, il fallait isoler au plus tôt les sujets contaminés. Le laboratoire permettait de les dépister en vue de les soigner.

LABORATOIRE_MAUCHAMP_ Laboratoire du Dr Diot à l'Hôpital Mauchamp

Jean_Charles_PelletJean, Charles PELLET médecin diplomé de Lyon en 1908, ancien chirurgien des hopitaux de l'Armée? Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre, et autorisé du 9 avril 1929

Rudolph PEETS médecin, originaire d'Estonie, diplomé de Trieste en avril 1923, autorisé du 5 septembre 1929. Il fut aussi le médecin des colonies de vacances, notamment celle de Sidi-Farès

Rudi_Peets_Sidi_Farr_s_1931

Mlle Adrienne DECOR, médecin, diplomée du 9 novembre 1926 à Paris, autorisée à Marrakech en décembre 1929. Médecin fonctionnaire Maternité indigène (adjointe de la la Doctoresse Françoise Légey à laquelle elle succédera vers 1933)
Mme VERVEUR Yvonne, sage-femme diplomée de Lyon le 3 juillet 1925, autorisée à Marrakech le 30 décembre  1929, Infirmière spécialiste à la Maternité indigène. En 1937, elle sera remplacée par deux infirmières: Jeanne MAGNET et Marie NORMAND.
1930: Quatre praticiens de plus, dont un dentiste diplômé
Yves CROZE médecin, diplomé du 13 mars 1923 à Toulouse, autorisé à Marrakech le 19 mai 1930  
Mme CHEVRIER née DUPIN, sage-femme diplomée de Bordeaux le 28 juillet 1930, autorisée du 1er septembre 1930 à Marrakech
Louis KALNIN médecin diplomé de Dorpat (Estonie) en juin 1915, autorisé à Marrakech le 25 novembre 1930

Pierre_Martin_1931

Jean CAILLÈRES, dentiste, diplomé de Bordeaux en juillet 1930, autorisé à exercer à Marrakech en décembre 1930, installé Immeuble Louis, avenue Mangin
Six nouveaux en 1931: 
Pierre MARTIN pharmacien diplomé le 13 novembre 1924 à Paris, Croix de guerre, autorisé à Marrakech du 5 mai 1931
Mme MENAGER née SCHNEIDER, sage femme diplomée du 18 aout 1928 à Paris, autorisée du 26 mai 1931
Haïm ROTHSTEIN médecin diplomé en novembre 1885 à Moscou et autorisé à Marrakech le 16 juin 1931 1931
Aaron_Lapidus
Khalil Abi ARIF dentiste, diplomé à Beyrouth de juin 1933, autorisé à exercer en septembre 1931

Aron LAPIDUS médecin diplomé de Paris du 12 avril 1920, ex chef de service d'urologieà l'hôpital de Tananarive, chargé du service de l'Urologie à l'hopital Mauchamp et autorisé le 15 octobre 1931 à exercer à Marrakech

Maurice_Jacoud

Maurice JACCOUD médecin diplomé à Genève en 1925, ancien interne des hôpitaux de Genève, ancien chef de radiologie à la polyclinique de Genève, diplômé de médecine coloniale à l'université de Pais et autorisé à Marrakech le 19 novembre 1931
 
Cinq nouveaux praticiens en 1932:
Miss WOODHOUSE Gertrude, sage femme, diplomée du Central midwives board, autorisée du 20 janvier 1932

Henri_Modot

Henri MODOT médecin dipomé de janvier 1912 à Paris, ancien interne de chirurgie des hôpitaux de Saint-Denis, Chevalier de la légion d'Honneur, Chirurgien des Hôpitaux militaires (concours 1924), chirurgien de la Maternité et autorisé à Marrakech du 23 février 1932. Après la retraite du Dr MODOT, c'est le Docteur BERTHELEMY prit sa suite.
Mme Léa LAU CALUL née CHALIER, sage femme diplomée du 5 octobre 1927, autorisée du 20 juin 1932

Ovsei_Cunea_1930

Louis BRIMONT médecin diplomé du 3 juillet 1930 à Paris, autorisé à Marrakech le 29 juin 1932. Médecin fonctionnaire, responsable du Groupe sanitaire mobile. Il l'est encore en 1934, mais sera remplacé en 1937 par le Dr Augustin LE DISEZ.
Ovsie CUNEA médecin diplomé du 23 juillet 1930 à Montpellier et autorisé à exercer le 12 aout 1932 Voir --> article Dr CUNEA.
 
Ouverture de trois cliniques en 1932-1933
Clinique chirurgicale du Dr Henri MODOT, située, avenue du Haouz au Guéliz et autorisée du 21 juillet 1932. Elle ouvrira en fait le 1er juin 1933 avec au Rez de Chaussée une salle de stérilisation, une salle pour opération aseptique, 4 chambres pour malades, au premier étage le logement du chirurgien et sa famille. Le service est assuré par deux infirmières françaises diplomées et un personnel marocain.
Clinique du Dr A. LAPIDUS, clinique située avenue des Remparts, dans   un cadre de verdure agréable et tranquille.
Clinique chirurgicale du Dr Maurice JACCOUD, sise place Moulay Ali et autorisée du 27 février 1933. Au milieu d'un parc verdoyant, loin des bruits de la ville, la clinique dispose d'un appareillage de radiologie moderne, une salle de disthermie et une salle de contrôle de pneumothorax.
L'hôpital Mauchamp disposait aussi d'une salle d'opérations dans une aile de construction récente.

SALLE_D_OPERATION_MAUCHAMP Ce bloc opératoire fut aménagé en Médina pour les marocains. Les européens fréquentaient l'hôpital civil du Guéliz ou les cliniques privées.

Jean_Dreyfuss

Un pharmacien et deux médecins arrivent en 1933:
La ville de Marrakech est fière de pouvoir présenter en cette année 1933 un dispositif médical capable de rassurer les touristes à la santé fragile. Une grande partie des photos-portraits ci-dessus a été réalisée dans ce but.
Jean DREYFUSS, Pharmacien de 1ere classe de la Faculté de Lyon en 1927, docteur en pharmacie (1930), Diplômé d'hygiàne et de bactériologie à la Faculté de Lyon.

Georges_Akiki

Georges AKIKI, diplômé de la Faculté de Genève en 1931, diplômé de médecine coloniale, diplômé en gynécologie et obstétrique de l'hòpital Broca de Paris

Marc_Philippe

Marc PHILIPPE, médecin diplômé de Nancy en 1931, ancien médecin du Service anti-paludique du Maroc.
Cette nouvelle page du blog est l'occasion d'établir une liste complète et précise sur les dates d'ouverture des cabinets médicaux des premiers médecins et personnels de santé établis à Marrakech avant 1934.  Nous avions fait un début de présentation de ces praticiens marrakchis sur ce blog, mais elle était incomplète et ne tenait pas compte de la chronologie. Pour avoir les noms d'autres médecins et praticiens exerçant en 1957 on se reportera à la liste publiée sur --> l'article précédent.
MEDECINS MILITAIRES; La liste chronologique de l'arrivée des médecins à Marrakech ne comprend pas les médecins militaires que nous ajoutons ci-dessous, du moins ceux qui étaient en fonction au milieu des années 30:
En 1934 le Medecin-Chef de la Région de Marrakech était le Medecin-Lt Colonel René GRAINDORGE. Il avait autorité sur l'Hôpital Maisonnave (Palais de l'Agdal) et sur tous les médecins militaires de la région.
Nous nous limiterons à ceux de l'Hôpital Maisonnave et à ceux de la "Place de Marrakech"
Hopital militaire Maisonnave
Medecin chef: medecin-commandant SONDAG Alexandre, Medecin commandant RIBOLLET Alexandre,  Medecin capitaine LAUR Léon, Pharmacien capitaine: CARRIOU Georges, Capitaine d'administration: LOMBARD Léopold, Dépendant de la Santé et Hygiène publique: CROZES Yves, Infirmières: AUBLANC Louise, LAVIELLE Catherine; infirmier MORIN René
Place de Marrakech: 
Medecin commandant, MARTENE André, Medecin capitaine GUIDON Lucien, Medecin capitaine GRENIER Jean, Medecin capitaine, POUBLAN Henri, Medecin Lieutenant LACOMBE Henri, Medecin Lieutenant MATHEY Jean, Medecin Lieutenant RIOUX Yves, Lieutenant d'administration: BERGET Lucien, Lieutenant d'administration, CHOMERAT Etienne.
Plus tard arriveront les premiers médecins marocains diplomés: Dr Abdelaziz BERRADA, Dr A. DJOUDI, Dr KEBAILI, nous ne savons pas la date exacte des installations après 1933.
LES VÉTÉRINAIRES Les soins aux animaux amenèrent aussi des vétérinaires à Marrakech, plus particulièrement à partir de 1927
Vétérinaires autorisés en raison de leurs diplômes:
NAIRN Brice, diplomé du 18 juillet 1924 à Glasgow, autorisé du 1er juin 1927
MARQUANT Georges 1927, diplomé d'Alfort du 10 janvier 1913, autorisé du 27 décembre 1927
DEYRAS Gustave, diplomé de Lyon le 1er novembre 1921, autorisé du 3 janvier 1928
GENTY André, diplomé du 14 décembre 1931 à Toulouse, autorisé du 18 novembre 1932
Les vétérinaires militaires de Marrakech figuraient en 1933 dans une autre liste ci-dessous:
Véterinaire-commandant Edmond-Charles EISENMENGER
Vétérinaire-capitaine André-Gilbert CHAILLOT
Vétérinaire-capitaine Marcel-Léon BEAUVILLAIN
Vétérinaire-lieutenant Raymond ASNAR.
Merci au collectionneur Halfaoui pour les cartes-photos de l'hôpital Mauchamp éditées par le Service de Santé et d'Hygiène, ainsi que les cartes postales anciennes. Merci à la Revue Salam Marrakech d'avoir publié des portraits de médecins et pharmaciens sous-titrés de leurs noms. Nous avons réuni dans cet article des sources administratives sur les dates des agréments et des sources privées ce qui n'avait jamais été réalisé avant. Espérons que les dates indiquées aideront nos lecteurs à mieux situer leurs souvenirs et à mieux comprendre le travail extraordinaire des ces pionniers. Les commentaires et documents sur tel ou tel de ces acteurs et actrices du développement de Marrakech sont les bienvenus.

03 novembre 2014

LE MOUASSINE DE JOSEPH DADIA

Joseph Dadia à qui nous devons plusieurs récits où son histoire personnelle s'inscrit dans l'histoire de la ville de Marrakech, nous offre une visite d'un ancien quartier de Marrakech, le Mouassine. Cet écrit fait partie d'un recueil de textes intitulé "Le souffle vespéral", une contribution à la Saga des juifs de Marrakech (pp115-8). Il s'agit d'un quartier dont l'histoire concerne toutes les communautés.

CP_M_Kech_ancien_Fontaine_Mouassine_02  Fontaine du Mwasin

mwasin, mouassine

Natif de Marrakech, je n'avais pas entendu parler de ce quartier, situé entre El Kennaria et El Kissaria au coeur de la Médina, distant à peine de quelques encablures de la fameuse place Jamaâ-El-Fna, où enfant, j'allais admirer les acrobnaties des Oulad Hmed OuMoussa.
J'ai vu le jour non loin de là, à la Maternité Marocaine de Marrakech - "Dar Madame Logey", comme dit ma mère. Les ruelles fraîches et animées d'El Kissaria m'étaient familières, avec ses échoppes et ses bazars. J'y accompagnais maman pour ses emplettes.
Riad El Arous, je le connaissais de nom,  de même que le lointain Bab Tarhzoult, où je me rendais en calèche chaque jour avec maman et ma tante Zhor pour soigner mon oeil gauche, éraillé par la pointe d'un bout de bois, à la suite d'un geste imprudent et involontaire de notre voisin Berto. Ces images de ma tendre enfance sont toujours présentes dans ma mémoire.
Mouassine_1920 
L'atmosphère du Mouassine, je ne l'ai goûtée que bien plus tard, au détour de mes lectures assidues sur le Maroc: "Avant la création de la Capitale (Marrakech) au XIe siècle (Par Youssef Ibn Tachfin, en 1062), les juifs habitaient la vieille cité d'Aghmat et de Tasghimout, d'où ils émigrèrent pour venir se loger dans le quartier du Mouassne. En 1557, le Sultan les réunit dans le Mellah qu'il fit construire près de son Palais, afin de les tenir sous sa protection" (de Parigny - Marrakech p.137, Paris 1018); Ce texte éperonna ma curiosité.   

P1070520

Le regretté David Corcos, dans son article sur "Les Juifs au Maroc et leurs Mellah" (Studies in the History of the Jews of Morocco, pages 64 à 130), citant Marmol et Diego de Torres, nous ouvre la porte des Mouassine.
Avec l'avènement d'une nouvelle dynastie au Maroc, celle des chérifs Saâdiens, Marrakech était devenue la Capitale de l'Empire. Elle reçut un nombre de réfugiés Juifs d'Espagne et du Portugal, des anciens marranes de la Péninsule Ibérique, des îles Canaries et même des lointaines Antilles. Tout ce monde s'était installé dans deux quartiers différents, les Beldiyyin (juifs autochtones) continuaient de vivre par petits groupes épars au milieu des musulmans. Cependant vers 1542, ils avaient une Kissarya à eux où ils s'adonnaient spécialement à l'orfèvrerie.

Entree_Kissaria_Semarine

Danielle sortant de la Kissaria, par la porte près de la Fontaine du Mouassine

Puis il semble que Mégorashim (juifs expulsés d'Espagne) et Beldiyyin se soient pour la plupart regroupés dans un seul quartier, celui de Mwasin. Le Sultan du Maroc nommait les Mégorashim "Hbab Allah" les Biens-Aimés de Dieu - en raison de leur degré de sainteté et de leur pouvoir par la prière d'appeler la pluie sur Marrakech, même en plein été ou en période de sécheresse.

CP_M_Kech_ancien_Fontaine_Mouassine_03  La même porte, près d'un siècle avant. (L.Lèvi editeur)

"Le quartier des Juifs, nous dit Marmol (Luis de Marmol Carvajal - L'Afrique Tome II, p. 59), était autrefois au milieu de la ville, en un lieu où il y a plus de trois mille maisons...", soit 15000 personnes, selon l'estimation de Diego de Torres.
Les juifs de Marrakech - (Awlad El Blad - les enfants de la Cité - en raison de ce qualificatif, le musulman pouvait appeler le juif "mon frère" - yakhouya) - se sont concentrés pour la plus part dans ce quartier, où se trouvaient les synagogues et les institutions communautaires.
Au Mwasin, se trouvait un petit cimetière, et, c'est pour cela que de nos jours encore les Cohanim (les juifs portant le nom de Cohen) ne se rendent pas dans ce quartier, car il leur interdit, en tant que descendants du Grand Prêtre d'aller dans les cimetières.
En 1563, les musulmans construisirent dans ce quartier une belle mosquée qui porte le nom de "Jamaâ Aschorfa". D'après le témoignage de l'historien Al-Oufrani, les musulmans s'abstenaient de prier dans cette mosquée, sous prétexte qu'elle fut édifiée sur un cimetière juif.

mosquee_mwasin2013 

La Mosquée du Mouassine en réparation en 2013

Je voulais voir de mes yeux ce quartier, ancienne résidence de mes ancêtres marrakchis. J'ai attendu plusieurs années pour réaliser mon rêve. Ce fut un samedi après midi, par une belle journée ensoleillée de fin janvier 1989, accompagné de mes amis de toujours David Dayan, Marc Moryoussef et d'un jeune confrère avocat marrakchi, que je franchissais pour la première fois de ma vie ce merveilleux quartier, dont le nom évocateur me fascinait de son parfum et de son histoire.

Mwasin_Font13 

La fontaine du Mouassine aujourd'hui

"Voici Bordj El Yahoudiya, voilà l'ancien cimetière juif" me répètent les habitants de ce quartier. Des ruelles propres, paisibles, nobles avec de vastes fondouks de l'époque andalouse. Je me sentais chez moi. Ces lieux, je les connaissais. Je les ai portés dans mon coeur. Une joie intérieure m'illuminait. Je ne me lassais pas d'arpenter ce quartier.J'interrogeais enfants et vieillards. Tous connaissaient la présence juive de ce quartier. La tradition orale est vivante et ardente dans la mémoire des habitants du Mwasin. Le souvenir juif de ces lieux est toujours vivace.
Quelques jours après dans les couloirs du Palais de la Cour d'Appel de Marrakech, une jeune consoeur me confia qu'elle était native du Mwasin. Mon ami Moulay Abdellatif Bachiri-Taoufiq, aussi. Le charme secret de ce quartier m'habitera à jamais. Mes racines juives et marocaines jaillissent là-bas.
La légende des juifs de Marrakech sait raconter que "ce fut à cause du scandale provoqué par une musulmane qui accusait faussement un juif, chargé de nous réveiller pour les prières nocturnes du mois d'Ellul, de l'avoir maltraitée la nuit dans une rue", ils durent changer de résidence.
En 1438, les juifs de Fès ont été chassés de Fes-El-Bali où ils résidaient depuis des siècles, pour s'installer dans leur mellah, pour avoir été accusés de profaner  avec du vin la mosquée de la ville.

P1070519

Le Palais du tapis du Mouassine

Les Juifs de Marrakech quittèrent le Mouassine, pour s'installer près de Bab Aghmat, afin qu'ils fussent séparés des Musulmans, en un quartier, fermé de tous côtés de murailles, sans avoir qu'une porte qui va à la ville, et une autre petite qui répond à leur cimetière, et dans cette enceinte sont bâties plusieurs maisons et synagogues.
Cent cinquante neuf années après celui de Fès et deux années environ après le Ghetto de Rome, le Mellah de Marrakech fut fondé en 1557 (pour la tradition orale 1577/5317). C'est le Sultan Moulay Abdallah Al Ghalib Billah qui les réunit tous dans le Mellah, qui existe encore de nos jours sous le nom de Hey Salam, à proximité de la Qasbah et du Palais Royal (Qasr El Badi)
En ce temps là, le Mellah était un beau quartier avec de belles maisons et des jardins, un quartier vaste et agréable où les marchands chrétiens n'obtenaient même pas l'autorisation de s'établir. Mais, tous les Agents et Ambassadeurs des Princes étrangers pouvaient y habiter.
C'est là que vécut l'ambassadeur du roi du Portugal, puis de Philippe II d'Espagne, Don Francisco de Costa, qui était probablement un juif caché, un marrane. Ce grand seigneur avait été nommé Ambassadeur au Maroc en 1579 et fut surtout chargé de racheter la fine fleur de l'aristicratie portugaise faite prisonnière après la défaite de la bataille des "Trois Rois" (1578) près d'El Kébir. Il logeait dans une belle maison appartenant à un juif et située près du cimetière juif. Il demeura dans le Mellah de Marrakech, où il mourut en Avril 1591. Il laissa un testament dans lequel il demandait à être enterré dans cette maison ou dans son jardin, bien qu'il y eut un cimetière pour les chrétiens à Marrakech.

cimetiere_israelite_mrk24 

Le cimetière juif en 1922

Fondée en 1062 par l'Almoravide Youssef Ibn Tachfin, Marrakech resta d'abord interdite aux juifs qui continuaient à vivre à Aghmat Ourika à 40 km au sud est de la ville. Mais ils étaient autorisés à y passer la journée pour les besoins de leur commerce. C'est le monarque Saâdien Ahmed Ed Dahabi (1578-1603) qui invita les Juifs d'Aghmat à venir s'établir à Marrakech.
En 1190, Zachariah Ben Yehouda Aghmati rédigea un commentaire des traités talmudiques: Baba Qama, Baba Metzia, Baba Batra.
Au 12eme siècle, Abraham Ibn Ezra, le grand poète espagnol pleurait les communautés juives d'Afrique soumises aux tourments du Pogrom: "Je prends le deuil pour le Dräa première victime. Au jour du Shabbat le fils et la fille répandirent leur sang  comme de l'eau... Je convoque le deuil, comme la misère, sur le peuple de Sigilmassa ville de gloires et de savants, dont les lumières sont recouvertes par la ténèbre... Ile de beauté - peuple de Tlemcen - et sa splendeur détruite - ô ville royale et perdue - Somptueuse Marrakech ! Tes élans précieux sont transpercés sous l'oeil insatiable de l'ennemi..." Il s'agissait du grand règlement de comptes des Almohades dressés contre les Almoravides et leurs protégés. Les villes de Draâ, Sigilmassa, Tlemcen, Marrakech, Fes, Ceuta, Meknes furent pillées et virent leurs communautés juives atteintes entre 1140 et 1147.

CP_M_Kech_ancien_Fontaine_Mouassine_05  La Fontaine et la Mosquée du Mouassine - 1922

Dans un autre manuscrit, il n'est pas question de Marrakech, mais d'Aghmat. Aghmat, capitale des anciens rois vaincus au XIeme siècle par les Almoravides, a eu son époque de splendeur. Avant la fondation de Marrakech, elle fut la résidence des rois de Mas'mouda et la capitale de tout le pays. Il semble qu'elle partagea plus ou moins ce rôle avec Nfis, ville située probablement au confluent de Tensift et de l'oued Nfis. 
Henri terrasse dans son ouvrage "Villes impériales du Maroc" (Artaud, 1937 - page 56) nous éclaire ce passé prestigieux: Ce pays démesuré, à la fois éclatant et sombre, fut lent à trouver sa capitale, comme si sur ces vastes espaces, l'homme ne savait pas trop où s'accrocher et se maintenir. Aux limites mêmes du désert saharien, les villes naquirent et disparurent avec une déconcertante facilité, sans jamais pouvoir étendre bien loin leur influence, ni avoir le temps de fonder des traditions. Pourtant, le Sud marocain était, lorsque l'Islam s'y établit, un pays de sédentaires. Ses premières métropoles Nfis, Aghmat, se construisirent au contact de la montagne et de la plaine: grands marchés d'échanges entre deux régions complémentaires, ces centres anciens s'étaient tous installés dans le Dir. Grâce aux eaux descendues des hauteurs, s'étend au pied de l'Atlas un long ruban de terres fertiles qui forment un véritable bocage méditerranéen. Nfis a disparu; Aghmat n'est plus qu'une bourgade. Mais des témoins plus récents nous permettent de restituer très exactement ce que furent ces premières agglomérations urbaines. Demnat au milieu de ses jardins, de ses oliviers, avec le lacis étincelant de ses séguias, offre l'image réduite de ce que furent ces capitales rurales, grands marchés sans murailles. Toutes berbères, elles rayonnaient seulement sur une partie du Haouz et quelques vallées."
Aghmat correspond à l'Aghmat Ourika des auteurs arabes. Ourika désigne une petite tribu dont Aghmat fait partie. Le mot Aghmat a deux sens. Dans le sens large, c'est un vasteespace tant en culture et/ou vergers, pour la plupart entourés de murailles. Dans le sens étroit, Aghmat est le lieu où on retrouve nettement quelques vestiges de la prospérité de l'ancienne capitale du Haouz.
Figuiers, amandiers, trembles, grenadiers verdissaient en bosquets dans les jardins d'Aghmat, où vivaient ceux des miens dans le bonheur et l'opulence, dans un cadre féérique de vie où se mêlaient aux chants des oiseaux les mélodies de la prière et de l'étude. Heureux temps englouti sous les décombres d'une ville en ruine, auréolée de gloire, légendaire, que l'Histoire finira un jour par raconter.
Marrakech fut pendant de longs siècles un foyer de diffusion de la science juive pour les régions du Souss, de l'Atlas et des villes de la côte méridionale de l'Atlantique.
Joseph Dadia 

Fnaque0522  La librairie du Mouassine

Merci à Joseph Dadia pour cette retrospective historique des déplacements de la communauté juive et l'évocation d'Aghmat avant le Mouassine, puis de l'abandon de ce quartier pour le Mellah, un quartier qui aujourd'hui conserve encore quelques témoignages d'un passé récent. Nous invitons nos lecteurs à ajouter dans les commentaires d'autres souvenirs de ce beau quartier du Mouassine.



Fin »