MANGIN@MARRAKECH

14 septembre 2014

LE PHOTOGRAPHE FÉLIX SÉLECTIONNE SES MEILLEURES PHOTOGRAPHIES DE MARRAKECH (PRISES ENTRE 1913 &1936)

Mangin@Marrakech fête ses Six ans avec plus de 610 articles, 9700 photos, 4960 commentaires, 477150 visites,.. grâce à vous ses lecteurs qui partagez vos souvenirs de la Perle du Sud.

Les Editions d’Art Félix à Marrakech

 © Cette présentation des Editions d'Art du photographe FÉLIX de Marrakech est originale, elle ne peut être reproduite, même en partie sans l'autorisation de l'auteur et la mention de Mangin@Marrakech à la date du 16 septembre 2014.

Le photographe Félix, de son vrai nom Fernand Bidon, originaire de Marseille mais Marrakchi jusqu'à son dernier souffle a photographié Marrakech et ses habitants sous tous les angles. Qui ne connait ses clichés grâce aux cartes postales abondamment éditées pendant plus de vingt ans ? Au milieu des années 30 il décide d"abandonner les éditions à bon marché et monte en qualité et en prix. Il sélectionne environ 80 clichés pris entre 1913 et 1936 en choisissant un meilleur papier et en imprimant ses légendes au verso au lieu de les sur-imprimer sur l'image.

FelixA-verso-1

Félix vise désormais la clientèle de touristes aisés. Cette dernière collection à laquelle il donne le nom des Éditions d'Art Félix réunit ses clichés les plus significatifs de la beauté de sa ville, ceux qu'il a voulu laisser à la postérité pour illustrer le patrimoine marrakchi.

 

FelixB-versos-55=58

Aucune image militaire, politique ou sur l'actualité dans cette collection, rien non plus sur les autres cultes que l'islam, ni sur le Guéliz; Félix choisit quelques rares photographies sur la Villa Majorelle ou sur l'hôtel de la Mamounia, seules concessions qu'il fait à la modernité. Les cartes postales de la première collection utilisaient un papier souvent coloré en vert au verso, ce qui donnait une qualité d'image limitée. Le Marrakech que Félix nous présente dans ses Éditions d'Art est celui du début du XXe siècle et en même temps celui du XIXe et même au delà celui des anciennes dynasties qui avaient fait de Marrakech la capitale d'un empire. Cette exposition est réalisée à partir de la collection privée de notre ami Halfaoui que nous remercions de nous permettre de mieux admirer l'oeuvre de Félix et de comprendre son projet d'artiste. 

1 – La Ville et le Grand Atlas

FelixA-1 Marrakech vit des eaux de l'Atlas qui irriguent son sol et son sous-sol. L'Atlas abrite la ville des vents brûlants du Sahara qui viennent se raffraichir sur les hauteurs. Félix réussit ce cliché lors d'un ciel particulièrement clair. La photo est nouvelle, bien plus belle que le n°92 de sa première collection prise vers 1917 et assez semblable au n°142 prise vers 1920, mais en bien plus nette car pour Félix, une édition d'Art des années 30 doit permettre de distinguer clairement la majestueuse chaîne de l'Atlas.

2 – Djema el Fna

FelixA-2 Magnifique place avec ses échoppes, ses tentes et ses halkas. Le minaret de la Koutoubia, symbole de la Ville rouge est planté au milieu avec à droite à l'horizon la Palmeraie séculaire et à gauche quelques bâtiments récents, la Poste de la Médina notamment. Probablement le cliché fut pris le même jour que le n°121 vers 1918. En 1935 la place n'était déja plus tout à fait la même.

4 – Tombeau des Sultans Saadiens – Le Mirab

Image-0 Félix présente ici un cliché qu'il n'avait pas encore édité. Les tombeaux Saadiens représentent un des plus beaux symboles de l'Art Marrakchi.

5 – La Médersa ben Youssef

FelixA-5 Ce cliché de l'entrée de la Médersa ben Youssef devant son bassin pris vers 1930 est le résultat d'un recadrage. Il existe deux tirages de Félix cadrés verticalement, le n°214 et une édition de la Revue Atlas de 1939 où le bassin est mieux mis en valeur. Pour lancer ses éditions d'Art Félix présente les détails de l'architecture de toute la façade.

6 – Palais du Pacha – La Stinia

FelixA-6 palais Félix nous avait habitué à ses photos d'extérieurs pendant toute sa première période de la Grande guerre 1914-1918. Avec le début des années 30, il nous fait découvrir la richesse artistique à l'intérieur des palais. Celui du Pacha El Glaoui reçut sa décoration dans les années 20 à partir de modèles d'autres palais décorés au XIXe siècle comme celui de La Bahia (fin XIXe). Ce cliché est nouveau, il ne figure pas dans les collections précédentes. En une seule photographie nous admirons les tissus au sol, les mosaïques aux murs, les sculptures sur bois et les zelliges au plafond.

7 – Palais de la Bahya – Petit Riade

FelixA-6-10 jardin Réédition du cliché n° 198 colorisé. Le travail des artistes tant dans l'architecture intérieure fastueuse de ce lieu que dans le détail des céramiques et des bois peints impressionne Félix, qui s'emploie à les mettre en valeur. L'architecte Mohamed-el-Mekki avait emprunté une partie de son art à la tradition andalouse. Ce cliché montre aussi le talent du photographe à donner de la profondeur dans cette image.

8 – Hôtel de La Mamounia, architectes MM Prost & Marchisio

FelixA-8-Mamounia Ce cliché est nouveau, La Mamounia fut inaugurée en 1929. Félix rend ici hommage aux célèbres architectes qui ont su intégrer La Mamounia dans l'architecture traditionnelle.

10 – Souk Akttarine

FelixA-10 souk Félix choisit un cliché encore inédit, il ne figure pas dans ses collections précédentes. Les images des souks auxquelles il nous avait habitué étaient plus sombres. Ici le personnage central est pressé, il court.

12 – Dans les Palmiers

FelixA-12 Félix a pris souvent des coins de la Palmeraie; ce cliché avec une femme portant sa charge n'apparait pas dans ses édittions précédentes.

FelixA-versos-21-22

On remarquera le métier de l'artiste qui donne à son image de la profondeur de champ. Au verso de cette carte Suzanne écrit à sa correspondante: 30 mars - Mlle H. Leclerc, 250 Bd St-Germain Paris. "Quelle merveille que Marrakech ma chérie ! Je suis éblouie et heureuse. Il fait très chaud, mais l'air est léger, délicieux. Merci de ta longue lettre qui m'a fait tant plaisir. Je suis contente que tu sois partie en Belgique. J'avais du chagrin de me sentir si bien et pas près de toi. Fez est épatant, Rabat a un charme exquis, Casa est affreux. Ici c'est le Paradis. Tendrement, Suzanne." La dos de la carte suivante est resté vierge.

 

21 – La Ménara et l’Atlas

FelixA-21 Cliché proche du n°160 à situer vers 1920, mais sur ce cliché qui a au moins dix ans de plus l'Atlas se devine à l'arrière plan.

22 – La Koutoubia

FelixA-22 Ce cliché est à situer dans les années 30. Jardins du Consulat général de France que Dominique de Villepin, premier ministre du président Chirac offrira au nom de la France à la Ville de Marrakech en 2005. Originalité, la mosquée dépasse du cadre.

23 – Palais du Pacha

FelixA-24 Félix a réalisé un cliché colorisé n°195, mais sans les roses. Mosaïques, céramiques, bois peint, bois sculpté, l'artisanat marocain est à l'honneur. Félix se garde bien de poser son appareil dans l'axe de symétrie de cette vasque; en décentrant son appareil il réalise une belle photographie.

24 – Palais de la Baya – La Salle des gardes

FelixA-23 Ce cliché, quoique ne faisant pas partie des éditions précédentes est probablement ancien.

P1070470

Félix n'éditait pas tous ses clichés en cartes postales. Certaines de ses premières collections étaient diffusées uniquement sur papier photographique. Le photographe Ernest Michel édita une carte postale en 1913 d'une autre pièce du même palais. Aujourd'hui le mobilier n'est plus exposé.

26 – Tombeaux des Sultans Saadiens

FelixA-26 Les tombeaux des sultans Saadiens constituent une des merveilles de Marrakech. On pourrait s'étonner que les premiers phoiographes du siècle comme Maillet, E. Limanton, P. Grébert, E. Michel n'aient pas proposé de cliché de ce site exceptionnel. A l'époque le site était fermé pour raison de sécurité. C'est en 1919 que des travaux conséquents furent entrepris.

Journal officiel: Remparts de Marrakech: réparations diverses et travaux de consolidation, notamment la réfection d'un bastion à l'Arset el Maach, Arsat ben Driss, Bab el Khemis.
Restauration des tombeaux Saadiens. Exécution de la frise principale au pourtour du pavillon situé dans la cour extérieure et reprise des boiseries détériorées au pourtour de l'auvent, frises sculptées et corbeaux.
Reprise et réexécution des charpentes et de la couverture en tuiles à la grande et petite koubba du bâtiment principal. Exécution d'arceaux, reprise de maçonnerie, fourniture, sculptiure, et pose de consoles, corbeaux, chéchia, panneaux décorés entre consoles, frises extérieures à la partie supérieure des koubbas.
Au 31 décembre 1919, les dépenses s'élèvent à 1 805 274 francs dont 293 910 francs au titre de l'année 1919.

27 – Tombeaux des Sultans Saadiens

FelixA-27 Cliché légèrement différent du n°223, mais probablement de la même époque.

29 – Villa Majorelle

FelixA-29 IL s'agit d'une photo relativement ancienne ( vers 1928) non éditée en carte postale; du même endroit Félix avait déjà pris une photo encore plus ancienne. Il s'agit du seul site des Editions d'Art photographié au Guéliz, style Art Déco, architecte Paul Sinoir.

30 – Les vieux murs et l’Atlas

FelixA-30 Ce cliché est nouveau, sur les clichés plus anciens des Remparts, Félix n'avait pas obtenu un rendu aussi net de la chaîne de l'Atlas.

32 – Groupe de Palmiers

FelixA-32 Cette vue n'avait pas encore été éditée en carte postale par Félix. Nous sommes en fin d'après midi. Félix la choisit comme un artiste peintre sélecionne un tableau.

35 – Fatima

FelixA-35 Félix réalise aussi des portraits sur papier photographique, il ne nous avait pas habitué à des éditions de portraits sur cartes postales.

Photo-Felix-Fumeur-de-Kif-1919

Le portrait de Fatima est d'ailleurs le seul. Félix réalisa bien d'autres portraits, pas nécessairement aussi agréables à voir que le visage souriant d'une jeune berbère. A titre d'exemple nous pouvons comparer avec un autre cliché qu'il réalisa aussi en 1919, le portrait d'un fumeur de Kif 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

36 – Le Marchand de Dattes

FelixA-36 Félix a édité des cartes postales montrant d'autres métiers. Ce cliché de berbères dans leur échoppe n'avait jamais été édité en carte postale précédemment.

42 – La Koutoubia et l’Atlas

FelixA-42 Cliché bien meilleur que le n°124 pris en 1918 où l'Atlas ne se distinguait pas. Il s'agit d'un recadrage d'un cliché colorisé n°196 photographié vers 1930.

43 – Palais du Pacha

FelixA-43  Cliché très réussi du Palais du Pacha. Félix a réalisé une image bien meilleure en se limitant à six colonnes et en évitant de prendre la façade de face, tentation fréquente des photographes inexpérimentés.

44 – Mosquée de Bab Fteuh

FelixA-44 Ce cliché n'avait pas encore été édité en carte postale par Félix, date de prise de vue non déterminée.

45 – Tombeaux des Sultans Saadiens

FelixA-45 Le même cliché a déja été édité sous le n° 188. La photographie est probalement de 1920 ou de peu postérieure, ce qui correspond à la fin des réparations et à la réouverture au public.

48 – Souk des Teinturiers

FelixA-48Cliché nouvellement édité en carte postale, mais possiblement plus ancien.

49 – Dans la Palmeraie

FelixA-49 Belle utilisation de l'éclairage  naturel pour donner de la profondeur à la Palmeraie.

51 – Des Palmiers, de Vieilles murailles, l’Atlas

FelixA-51 Ce cliché a été sélectionné dans ses Éditions d'Art par Félix pour les trois raisons contenues dans la légende et que recherchent les touristes: la vue de l'Atlas, la Palmeraie et les murailles surtout parce qu'elles sont très anciennes.

53 – Mauresques

FelixA-53 Cette photographie n'avait pas encore été éditée en carte postale.

danssous_tente_Felix_1910

 

Félix vendait aussi des photographies que les patrons de journaux éditaient dans leurs revues. A titre d'exemple une danse sous tente parmi les premières photographies de Félix.

 

 

 

61 – La Koutoubia

FelixA-61 Ce cliché a déja été édité par Félix sous le n°182 vers 1920. Il s'agit de tissage.

63 – Route de Bab Doukkala

FelixA-63 Cliché déjà édité sous le n° 145, à situer donc vers 1917.

64 – Jardins de l’Aguedal, Oliviers au bord du basinFelixA-64 Cliché n°111 de sa première collection, vers 1916-1917.

65 – Jardins de l’Aguedal, Allée d’Oliviers

Image-2 Cliché édité dans la première collection de Félix (vers 1916-1917) sous le N°100.

66 – Les Vieux remparts

FelixA-66 Cliché semblable à celui du n°122, mais ici l'Atlas est visible. Félix insiste sur l'ancienneté des remparts et non sur leur vétusté.

69 – Palais de l’Aguedal, Hôpital Maisonnave (Cour centrale)

FelixA-69 Réédition du Cliché n°106 de la première collection de Félix, nous sommes en 1916.

71 – Palais de Dar Beida, Hôpital Maisonnave

FelixA-71 Cliché identique au  n°208 de la collection. "Quatre genres principaux d'ornements se combinent. D'abord les stucks gauffrés, si chers à l'art arabe en tout pays d'Afrique ou d'Orient, stucs ayant souvent la légèreté de véritables dentelles. Ils ornent soit la partie haute des murs, soit l'intérieur des dômes. Les céramiques aux couleurs vives, aux dessins variés, sont de véritables mosaïques en briquettes de 15 à 20 cm. de  côté; elles décorent les parties basses des murs, soit à l'intérieur, soit à l'extérieur. Puis viennent les sculptures sur pierre, ou sur bois, spécialement sur bois de cèdre, formant de hauts lambris, des portes rases, ou d'élégants volets de placards, sculptés sur chaque face. Enfin la peinture, principalement sur bois; outre ceux de pure imagination, les motifs en sont le plus souvent des fleurs ou des feuillages, mais sans s'astreindre à l'imitation de la nature et faisant une large part à la fantaisie."

73 – Une porte du palais du Sultan

FelixA-73 Cliché identique au n°212 de la première édition de Félix.

74 – Place Djema el Fena

FelixA-74 Cliché n°121 de la première collection, vers 1928. A rapprocher de la carte postale n°2 de la présente Edition d'Art.

76 – Un coin des remparts

FelixA-76 Cliché n°75 de la première collection, pris vers 1915.

77 – Bab Agnaou, (Porte des Portugais)

FelixA-77 Cliché n°141 de la collection initiale, vers 1918

78 – Cavaliers Berbères

FelixA-78 Ce cliché est le même que le cliché n°161 de la première collection, il portait une légende avec une nuance "cavaliers marocains" vers 1920.

79 – Medersa ben Youssef

Image-4 Cliché pris vers 1930, le même jour que le n°5, mais quelques minutes plus tard à en juger par le déplacement de l'ombre sur la façade.

L'Édition d'Art de Félix nous incite à mieux contempler les merveilles de Marrakech. il s'agit aussi d'une édition pour touristes venus visiter Marrakech et désirant montrer aux destinataires des cartes postales ce qu'ils ont vu et apprécié. En fait, les collectionneurs observent que peu de cartes de cette série ont été effectivement postées ou écrites et que leurs acheteurs les ont plutôt conservées comme des souvenirs personnels dont ils ne voulaient plus se séparer. Merci au photographe Félix pour cette exposition permanente sur les trésors de Marrakech.                

 © Cet article de Michel de Mondenard sur le photographe FÉLIX et ses éditions d'Art est original, il s'intéresse au travail de l'artiste dans sa mise en valeur de Marrakech et dans la datation des clichés de cette collection. Cet article ne peut être reproduit sans l'autorisation de l'auteur et la mention de Mangin@Marrakech 16 septembre 2014.

Si vous avez détesté ou aimé cette page vous pouvez écrire un commentaire et compléter par des souvenirs ou tout simplement cocher la case "j'aime" ci-dessous.


09 septembre 2014

LA BASE ÉCOLE 707 - 1955-1961

Deux amis du blog, Claire et Daniel, partagent avec nous des souvenirs de la Base aérienne de Marrakech. Claire nous communique des photos et souhaite avoir des souvenirs de ceux qui ont connu sa famille, Daniel nous décrit ses souvenirs de mécanicien avion et de radio-navigant, ses amitiés et ses riches activités non professionnelles. Il espère que son témoignage suscitera l'évocation d'autres souvenirs.

Anne-Ferry

LES FERRY SUR LA BASE AÉRIENNE :

 

Claire cherchait sur le blog des souvenirs sur son grand père à la BE 707 et surprise !.. elle tombe sur une photo de sa mère. Anne Ferry institutrice à l'École de la Base (assise à gauche). Parmi les commentaires elle se rend compte que des lecteurs du blog se souviennent de sa mère et... Cliquer sur la photo.

Claire nous envoie une photo de cérémonie de décoration avec son grand père. Qui pourra l'aider à trouver la date de la photo et des souvenirs.

Ferry-3 4 5 Si vous reconnaissez des visages, vous pouvez indiquer les noms dans les commentaires.

Ferry-1 2  Qui retrouvera des souvenirs et les partagera en regardant cette photo ?

Les FERRY, c'était aussi Madame FERRY dont le souvenir est lié pour beaucoup à la Chapelle

la chapelle de la BA 707 Marrakech Merci de mentionner les noms et de partager les souvenirs sur les personnes se faisant photographier devant la Chapelle.

la chorale Marrakech La chorale avec madame Ferry. Nous sommes reconnaissants à Claire de partager ces quatre photos de son album. Qui rajoutera des souvenirs à ses photos ?

 

saisie d écran 01

saisie2

saisie3

Saisie4

saisie5

Saisie6

saisie7

Saisie8

Saisie9_JPEG

Saisie10

Saisie-11lien

Saisie-12

 

 

Saison1

saison-2

saison-3

Saison-4

hugues-panassié

Saison-6

saison-O

Saison-7

Saison-8

Saison-9

Saison-10

Saison-11

Saison-12

Saison-13

Saison-14

Saison-15

Saison-16

ELN-01

ELN-02

ELN-03

ELN-04

ELN_05

ELN-06;jpeg

ELN-07

ELN-08

ELN-09

ELN-11

ELN-12

ELN-13

ELN-14

Merci à Claire de partager des photos de sa famille et à Daniel pour ce témoignage vivant et agréable accompagné de documents et de souvenirs. Certainement beaucoup se sentiront concernés et voudront prolonger leurs initiatives.

02 septembre 2014

LES DERNIÈRES CARTES POSTALES DU PHOTOGRAPHE FÉLIX

LE COLLECTIONNEUR HALFAOUI PARTAGE AVEC NOUS SES TROUVAILLES.

A-Dubois-chapelle-provisoire-Guéliz-1918-n20

Beaucoup de photos anciennes de Marrakech se trouvent sur le site Marrakech au début du XXème siècle. Le collectionneur Halfaoui vient d'y publier une centaine de ses nouvelles acquisitions parmi lesquelles se trouvent quelques perles. Nous signalons en particulier une carte postale de la première Chapelle du Guéliz prise par le photographe Dubois en 1918. Cette chapelle provisoire en planches fut inaugurée en septembre 1913 et remplacée dès 1919 par la Chapelle située près de la Gare ferroviaire, rue Regnault (rue El Hassan ben M'Barek). Nous avons  déja parlé sur le blog (en mai 2011) de cette première chapelle (voir les éditions Sancan-Dubois). Il faut aller voir le site d'Halfaoui qui possède aussi un site sur Les Juifs au Maroc au 20e siècle. 

Nous avons trouvé dans le "Petit Marseillais" de l'époque, le récit d'un officier de Tirailleurs Algériens écrivant ses souvenirs de la messe du 21 septembre 1913:

 Une Messe au camp de Marrakech

Camp de Marrakech, 25 septembre 1913

“La messe sera célébrée demain, à 7h30, au Guéliz” (Rapport du commandant du camp du Guéliz.) – J’irai!

Il m’est sans doute arrivé quelquefois en France, de manquer la messe. Mais ici rien n’empêche d’y assister, et puis, une certaine curiosité me pousse à voir ce qu’est une messe au camp.

À 7h30, je me dirige vers l’allée des souks. C’est près de là, m’a-t-on dit, que se trouve l’église. Je cherche vainement, je m’enquiers; enfin, l’on m’indique une baraque en planches que rien, d’ailleurs, ne différencie de ses voisines. C’est là pourtant la chapelle, à côté de laquelle passerait pour une cathédrale la plus pauvre église du plus pauvre hameau de France.

Quelques voliges mal jointes forment une pièce de 9 à 10 mètres de long sur 6 mètres de large; de simples chevrons constituent la charpente, et les fermes, placées tous les trois mètres, sont contreventées par des planchettes provenant de caisses de conserves que l’on a démolies. À mi-hauteur, une lisse horizontale de renforcement partage en deux les parois; les panneaux inférieurs sont, comme le sol, tapissés de nattes en jonc. Sur l’un des grands côtés, une porte; sur l’autre une porte et une fenêtre à volet-trappe, qu’un manche de pelle tient soulevé. Une couverture en tôles ondulées complète la modeste  construction.

Combien nous sommes loin des monuments superbes dressés sur le sol de France!  Néanmoins, on prie aussi bien entre les planches de l’humble baraque qu’entre les murs dorés de certains temples où les richesses sont répandues à profusion.

À l’une des extrémités de la pièce, une table en bois blanc est installée sur une petite estrade. À gauche se dresse un paravant percé d’un petit guichet, avec un rebord pour s’accouder: c’est le confessional. Quelques bancs de bois constituent tout l’ameublement. Pas de tableaux, pas même d’images: c’est la parole nue, plus encore peut être que celle de l’étable où naquit un Dieu. Mais si le décor inférieur est pauvre, combien riche est le tableau qui parait par la croisée entr’ouverte !  On aperçoit au loin le fort du Guéliz; de hauts palmiers silhouettent leurs larges feuilles sur le ciel bleu et d’énormes bouquets de dates, encore vertes, pendent lourdement vers le sol; les marabouts alignés tachent de blanc la terre rouge. Ici, des Sénégalaises vont, ayant sur leur tête d’immenses baquets pleins d’eau; là, sans autre costume qu’un lambeau d’étoffe autour des reins, d’autres préparent le couscous. Une multitude grouillante et criarde de petits négrillons, dont le soleril éclaire la nudité, s’ébat au milieu des tentes, tandis que, tout à leurs devoirs militaries, les tirailleurs sénégalais circulent rapidement portant respectueusement la main à leur chéchia quand ils passent devant l’humble chapelle. 

Le père capucin qui officie régulièrement chaque dimanche – un dimanche au Guéliz, un à Dar Beida – arrive au trot de sa mule. Il porte un petit coffret qu’il dépose sur la table formant reposoir. Dans ce coffret sont contenus les objets nécessaires à la célébration du saint Sacrifice: linge, crucifix, calice, etc…

De la boîte ouverte il fait un autel: le couvercle levé verticalement et supportant un christ doré forme un fond tapissé de rouge sur lequel se détache un triptyque sacré. Un petit livre s’apuie sur un minuscule pupitre: c’est le missel. De chaque côté de l’autel, une bougie brûle dans une lanterne.

Un coup de sonnette et la messe commence.

Pas d’enfant de choeur, pas de chants, pas d'apparat.

Le soleil entre par la porte grande ouverte et passe aussi à travers les planches mal jointes, dessinant sur les nattes du parterre comme un grill dont les barreaux seraient chauffés à blanc. 

Nous sommes là, dans la nef – une trentaine de soldats de tous grades et de toutes armes. Dans le choeur, des civils: un homme et son fils, le chapelet à la main, une demi-douzaine d’enfants, pittoresquement vêtus; trois femmes dont l’une aux grands yeux noirs et à la figure pâle entourée de cheveux noirs, sous son burnous de laine blanche, arrive à cheval de Marrakech; enfin, une Sénégalaise, vêtue d’un long peignoir blanc à pois noirs, les pieds nus et la tête entourée d’un foulard de soie blanche, coquettement noué sur le côté gauche.

La messe s’échève dans le plus profond et le plus sincère recueillement, plus touchante cent fois que les grandes fêtes de nos cathédrales gothiques. Ce silence est plus éloquent, cette simplicité parle plus au coeur que la voix pourtant si impressionnante de l’orgue.

Dans ce décor ruisselant de lumière, ce bon capucin, pauvrement vétu, avec ses sandales, sa bure et son casque, frappe plus notre esprit que les pompeuses cérémonies de la Métropole. Ce n’est point ici l’éclat des cérémonies; ce n’est pas le désir de voir ou d'être vu qui attire à la messe. L’on s’y rend en songeant qu’en France ceux que l’on aime y vont aussi, et que, malgré la distance et la diversité des sanctuaires, ce sont les mêmes prières qui montent vers le même Dieu.

Note: Le prêtre fransicain s"appelait Apollinaire Colombié

 

LES DERNIÈRES CARTES POSTALES DU PHOTOGRAPHES FÉLIX

Le photographe Félix a illustré de ses images plusieurs époques de Marrakech, depuis 1912 jusqu'à la fin des années 30.

Nous avons montré la période de la Grande guerre de 14-18, puis la Compagnie des Mobilisés de Marrakech, puis celle des années 20 et nous avons dévoilé sa magnifique collection en couleur.

Il reste à exposer les  photos du reste de ses collections, d'une part les dernières photographies éditées en cartes postales que nous présentons ici et d'autre part une série particulière, qu'il qualifie lui-même d'Éditions d'Art Félix-Marrakech. Cette série d'environ 80 photos est une sélection de ses clichés préférés, les oeuvres où il se reconnaît plus particulièrement, celles qu'il souhaite laisser en priorité à la postérité. Nous les présenterons aussi à l'occasion d'un prochain article.

Mais commençons par ses dernières photographies éditées en cartes postales.

Nous nous souvenons de la série de cartes postales colorisées qui portait les numéros 190 à 201: "Félix essaye la couleur à la fin des années 20" Nous poursuivons avec lui sa mise en valeur de la Ville rouge au début des années 30.

FÉLIX  reprend le noir et blanc ou plutôt le sépia et explore des angles de vue qu'il n'avait pas encore tenté.

Des Kashah de l'Atlas aux Palais de la Ville rouge

Pour Félix, l'Atlas et ses kasbahs font partie de Marrakech. Les raisons en sont nombreuses; c'est l'eau de l'Atlas qui donne la vie à Marrakech, c'est de l'Atlas que viennent les Glaouas, tribu importante de la ville, c'est encore par les cols de l'Atlas que les caravanes permettaient le commerce entre Marrakech et l'Afrique sub saharienne.

fellx_202 202 - Kasbah dans l'Atlas

Le bassin de la Ménara tant de fois saisi dans la boîte noire est cette fois pris sous un nouvel angle. Félix profite du haut niveau de l'eau, proche du débordement du bassin pour prendre son cliché au raz de la surface et souligner par les sept marches l'énorme réserve prévue pour l'irrigation des oliviers.

fellx_203 203 - La Ménara

Félix nous montre ensuite un lieu où un morceau de rempart qui existait en 1913 a été abattu pour permettre la jonction directe entre la Médina et le Guéliz. Un pan des remparts se trouve visible sur la gauche de la photo.

 

fellx_204

 204 - Entrée de la Médina (Ce cliché a été colorisé, voir n°200)

Félix nous conduit de l'entrée de la Médina à l'intérieur des remparts dans les souks tels qu'ils bouillonaient durant les années 30. 

fellx_205 205 - Dans les Souks 

FÉLIX nous entraîne ensuite vers le Palais de Dar Beida; autant les souks sont animés, autant le Palais est calme.

fellx_206 206 - Cour d'Honneur du Palais de Dar Beida.

Mais le Palais menace de ruine et Félix utilise les cigognes pour faire passer le message.

fellx_207 207 - Cigognes sur les ruines du Palais de La Bedia  

fellx_208

 

 

 

208 - Palais de Dar Beida (Hôpital Maisonnave)

La richesse de la décoration tant des murs que des portes et des plafonds est mise en valeur. Félix, par son angle de vue en biais souligne la profondeur des espaces et met en valeur les reliefs.

 

 

 

fellx_209

209 - Entrée de dar Beida (Hôpital Maison-nave) 

 

Félix va nous montrer  l'intérieur des Palais et l'extérieur des Kasbahs

 

 

 

fellx_210 210- Amizmiz - La Kasbah

Félix sacrifie exceptionnellement au photo-reportage. La venue à Marrakech du Sultan Moulay Youssef lui en donne l'opportunié.

felix_211 211 - Entrée du Sultan Moulay Youssef

C'est l'occasion pour Félix de montrer la porte d'entrée du Palais de sa Majesté

felix_212 212 Une porte du Palais du Sultan

Revenons dans la Médina, d'abord au Mellah avec la place des artisans juifs.

feliX_213 213 - Place des Ferblantiers

 

felix_214

Après le quartier juif, Félix nous conduit vers la grande école islamique de Marrakech

 

 

214 - Medersa ben Youssef

fellx_215

 

Autre lieu de l'islam, le minaret de la célèbre mosquée symbole de Marrakech est à nouveau mis en valeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

215 - Koutoubia

Quittant la Médina, Félix conduit ses visiteurs au Guéliz où les nouvelles voies sont bordées d'arbres déja trop grands.

 

 

 

 

 

 

 

 

fellx_216

216 - Une Avenue du Guéliz

 

 

 

 

fellx_217 217 - Avenue du Guéliz

Sorti du Guéliz, il reste encore les voies qui traversent la palmeraie. Ces photos datent de 1935-36 car ensuite les arbres furent remplacés par des bigarradiers.

fellx_218 218 - Fontaine

Les routes sont encore des pistes

fellx_219 219 - Piste de Saffi

fellx_220 220 - Paysage

fellx_221 221 - Palmiers

fellx_222

 

 

 

222 - Koutoubia 

Deux femmes en costumes traditionnels. Félix termine par un monument ancien, témoin de l'époque d'une autre dynastie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fellx_223

 

 

 

 

  

 

223 - Tombeaux des Sultans Saadiens  

fellx_224 224 - Tombeaux des Sultans Saadiens (1510-1670).

Félix continuera la photo, mais fera des tirages spéciaux à la demande de ses clients. S'il reste éditeur de cartes postales c'est pour permettre à d'autres photographes de publier. Ce fut le cas par exemple du marrakchi Pigneux qui réalisa une série de photographies de la Mamounia éditées en cartes postales par Félix. Félix restera l'un des plus importants photographes de Marrakech et son oeuvre mérite d'être exposée et mise en valeur.

Michel de Mondenard

 © Cette présentation du photographe FÉLIX de Marrakech est originale, elle ne peut être reproduite, même en partie sans l'autorisation de l'auteur et la mention de Mangin@Marrakech à la date du 2 septembre 2014.

26 août 2014

LES COMMERÇANTS DES SOUKS À MARRAKECH EN 1954-55

LES SOUKS DE MARRAKECH, UNE DES RICHESSES DE LA VILLE

Il est intéressant de voir quels étaient les commerçants qui tenaient leurs négoces dans les souks à la veille de l'Indépendance du Maroc. Nous indiquons leurs noms en espérant que leurs familles ou leurs amis raconteront leurs spécialités commerciales.

souk_semmarine_02

Les commerces étaient numérotés dans le Souk Semmarine, nous donnons quelques noms et proposons à ceux qui voudraient compléter la liste jointe d'ajouter des noms dans les commentaires. Des photos et des documents sont aussi souhaités. Les souks font partie de l'histoire de la ville.

N°2 Mohamed el Bzar, commerçant, Kissaria 

N°6 Mohamed Djebilou commerçant, Kissaria

N°7 Abdelmajid Berrada, commerçant

14-A_Souk entrée Semarine 04 L'entrée des souks en 1913 - Cliché Ernest Michel

N°11 Mohamed ben Housseine Chraibi, commerçant, Kissaria

N°12 Mohamed Abdelouahab Kebbadj,

N°14 Hadj Mahjoub Bouziane, marchand de tapis,

souk-poteries-08

N°16 M. Barck ben Rahal, Kissaria

N°22 Abderrahmane ben Mekki ben Chekroun, kissaria,

N°26 Mohamed bel Abbès Bennani,

souk-babouches-511 Dans le souk semmarine aujourd'hui

N°28 Ahmed Charay , Kissaria

N°35 Mohamed ben Miloudi, commerçant, Kébura Kissaria

N°40 Berrada Ahmed, tissus

N°41 Mghazli Abdelmajid, commerçant en tissus

 

N°47 Maalal Mohamed maroquinerie “Luxe” 

N°48 Ahmed Bouziane Marchand de tapis, château Koutoubia

N°50 El Amrani marchand d’étoffe, Kissaria-Ouasta

 

N° 51 Moulay Abderrahmane Lamrani, commerçant, Kissaria 

N° 53 Hadj Driss Chraibi, commerçant

N° 68-70 Rahal ben Ahmed Serghini, souk el Kechabine

 

souk_caftans-05

N°73 Hadj Ali ben Ahmed, tabacs,

N°84 Mohamed Zemrani, marchand de tapis,

N°95 Mohamed ben Tahar Tazi (Hadj), Trik Douffa-au-Rbaa

N°102 Aomar Zemrani, galleries moghrébiennes

Moulay Ali ben Driss el Mrini, commerçant en tissus, Kissaria

Abdeljalil Belakziz commerçant Kissaria, Habous, Semmarine

Moulay Ali N°149 Hadj Hamad Benouna commerçant, Kissaria

 

 

CP MRK ancien_Souk entree Semarine 02

 

La Kissaria Nejjarine:

Nejjarine, N°6 Abderrahmane ben Brahim Berrada commerçant, Kissaria

Souk Najarine N°54 Hadj Mohamed ben Larbi Smiej, amine des Tisserands,

Contrejour dans les Souks - Cliché Flandrin

 

Les juifs avaient aussi leurs souks: Kissaria Djedida et Kissaria Israel.

La Kissaria Djedida du Mellah avait aussi ses commerçants; nous citons seulement quelques noms, la liste est à compléter.

Halioua Moïse, Kissaria Djedida,

Sebag Hakham et David, commerçants 28 Kissaria Djedida

La Kissaria Israel:

N°4 Harrosch Jacob,

N°5 Zohar Aaron, commerçant

N°8 Reboh Simon import-export, 

Merci de partager vos connaissances et vos souvenirs sur l'histoire des souks de Marrakech.

Peutêtre faut-il rappeler qu'au cours de la période où ces commerçants des souks exerçaient, une période politique préfigurant l'Indépendance du Maroc s'achevait le 30 septembre 1955 (12 çafar 1475). Merci à Moulay-Boubker pour les textes qui suivent:

Déclaration de Sidl MOHAMMED BEN MOULAY ARAFA
LOUANGE A DIEU SEUL l
Ce ne sont pas les hommes mais Dieu seul qui peut élever sa créature et, lorsque le Tout-Puissant Nous a désigné pour exercer la charge
suprême, ni l' ambition, ni le calcul n'ont animé notre décision. Nous voulions assurer la continuité d'une dynastie et la sauvegarde d'un trône auxquels, pendant des siècles, nos aïeux ont donné gloire et prestige; Nous voulions assurer au peuple marocain, douloureusement divisé contre lui même, la patience d'un guide et la sagesse d'un père.
Nous voulions mettre un terme à ses souffrances et le diriger vers les douceurs de la paix et les lumières du progrès.

Photo_Moulay-Elghorfi-30

Qui pourrait nier, s'il n'est la victime de l'erreur et de l'égarement, que Nos efforts, Nos initiatives et Nos soins n'aient été sans cesse consacrés à cette tâche et que Notre constante pensée a toujours été le bonheur du peuple ?
Le Miséricordieux n'abandonne jamais celui dont II charge les épaules de lourdes responsabilités et II lui accorde toujours l'aide nécessaire pour
mener à bien sa mission. Il Nous a toujours soutenu, comme Nous ont toujours soutenu Notre confiance inébranlable dans l'avenir de l'Empire et Notre amour de son peuple. Cet amour a commandé des sacrifices que Nous avons consentis chaque jour et à chaque occasion. Il Nous commande aujourd'hui , en ce jour que Dieu a choisi, le plus grand qui puisse être exigé d'un homme
qui a conscience d'avoir servi ses frères et de leur avoir consacré le meilleur de lui-même.
Nous avons en effet décidé, pour l'apaisement des cœurs et la réconciliation des pensées, de Nous tenir écarté des responsabilités du Trône ,
sans toutefois renoncer en aucune façon à nos droits. Mais cet éloignement , que le peuple marocain le reçoive, non pas comme l'aveu d'une défaite, non pas comme le signe d'un échec, mais comme nouveau témoignage de Notre dévouement à ses intérêts, de Notre espérance dans son avenir et de Notre foi dans la grandeur de l'Empire Fortuné.
L'intérêt du peuple marocain a dicté Notre éloignement, mais son intérêt peut également dicter qu'il y soit mis fin car, seul est vaincu celui que l'espérance a abandonné et l'espérance n'a jamais abandonné celui qui demeure l'esclave de Dieu et le serviteur de l'Empire Fortuné.
L'intérim du pouvoir en attendant le retour de Mohamed V, fut confié à un descendant de la lignée Alaouite
Traduction de l'acte portant délégation de pouvoir à Moulay ABDALLAH Ben Moulay HAFID.
Rabat, 1er octobre 1955
LOUANGE A DIEU SEUL !
Attendu que Nous avons décidé de Nous éloigner de Rabat, capitale de Notre royaume, pour une durée illimitée,
Attendu que pendant Notre absence, Nous ne pouvons Nous occuper, dans l'intérêt public, des affaires qui Nous incombent en tant que Souverain ,
Nous avons délégué, d'une manière parfaite, par cet écrit, Notre cousin Moulay ABDALLAH Ben Moulay ABDELHAFID, pour s'occuper des affaires de la Couronne, conformément aux traditions de la dynastie royale et dans le respect de notre religion musulmane.
Que Dieu aide ceux à qui incombera cette charge !
Salut !
Rédigé en Notre Palais à Rabat, le 12 du mois de çafar 1475, soit
le 30 septembre 1955.

SAI Moulay Hassan, fils de SM Moulay Abd el Hafid était Marrakchi et habitait Tatsour Kbir, 1 Zaouia Sidi bel Abbès en Médina.

Merci à ceux qui auraient des documents, des précisions ou des souvenirs sur les commerçants des souks à cette époque de les partager sur le blog. Merci aussi à ceux qui auraient des photographies illustrant les articles et objets des différentes activités artisanales exposés dans les souks.

19 août 2014

SA ET SARL DE MARRAKECH CRÉÉES AU DÉBUT DU XXe SIÉCLE

24 août, il y a 70 ans

La-Vigie-marocaine-9 le plus ancien et le plus fort tirage des journaux du Maroc

 

Premières entreprises importantes de Marrakech

L'année 1928 est une année stratégique du développement économique de Marrakech
En 1913, Marrakech avait accueilli de nouveaux commerces et quelques entreprises immobilières, financiaires ou industrielles. Mais il s'agissait principalement de commerces, nous en avons fait paraitre la liste sur ce blog(voir commerces 1913). En 1928, avec la nouvelle ligne de chemin de fer, les entrepreneurs s'enhardissent et investissent des capitaux en pariant sur le développement de Marrakech.
Nous commençons par citer six entreprises créées avant 1928. Pour chacune de ces entreprises (Société anonyme, ou Société à responsabilité limitée) nous sollicitons des souvenirs, documents des administrateurs ou du personnel afin d'en conserver la mémoire.
Compagnie fermière marocaine d'exploitations agricoles (CFM) Marrakech-Médina SA fondée le 25 février 1920 pour Elevage, exploitations agricoles, domaine de Tassoultant par marrakech. Administrateurs: Paul Zang, E. Gendre, Suzanne André-Lebon, P. Marnéjouls.
Société commerciale française au Maroc (siège à Lyon) SA fondée le 17 février 1922 - Société immobilière à Marrakech. Administrateurs: Claude Blouin, PDG, Robert Blouin, Aimé Garcin, Jean Gonin, 
Société d'élecricité de Marrakech SA fondée le 22 juin 1922, pour la production et la distribution d'électricité à Marrakech

Société Immobilière de Marrakech ( S.I.M. ) SA fondée en juin 1923 pour la réalisation d'un lotissement et la mise en valeur de propriétés immobilières. Le lotissement se fit sur des terrains appartenant à Monsieur Albert Egret, président délégué. Parmi les administrateurs en 1923 il y avait messieurs Henri Croze et Pierre Bardon. Siège chez Albert Egret, 26 rue Sidi Mimoun. 
Société des Mines du Djebel-Salrhef - Siege social 39 rue Verlet Hanus Marrakech SA fondée le 5 décembre 1927  pour l'exploitation de gisements miniers: plomb, zinc, argent. Administrateurs: Claude Guyot PDG. 

39-Verlet_Hanus2013 Immeuble du 39 rue Verlet-Hanus, ( rue Mohamed El Beqal) en 2013

Sud-Auto, ancien Ets SACLIER, avenue Bab Djdid SA fondée le 26 décembre 1927. Représentation des marques: Peugeot, Dodge, De Soto, Ford, Atelier de réparation, matériel agricole.
A partir de 1928, un nouvel élan est donné par la création de la ligne de chemin de fer Casa-Marrakech à voie normale. Cette ligne venait en remplacement du petit train en voie de 0,60 parfaitement inconfortable et d'une lenteur exaspérante. Nous avons établi une liste de 17 entreprises fondées entre 1928 et 1939, mais cette liste est probablement incomplète et nous sollicitons des informations pour ajouter d'autres firmes et des documents pour enrichir les données sur chaque entreprise. 
Société chérifienne d'hivernage (S.C.H.) avenue de la Ménara SA fondée le 13 juin 1928 pour la Création et l'aménagement de la ville d'hivernage de Marrakech. Convention avec l'État chérifien et la Municipalité de Marrakech du 30 mai 1930. Administrateurs: Jean Jameau Président, Pierre Béranger Vice -président (voir sur ce blog les débuts du quartier de l'Hivernage et le Casino)
Société industrielle du Sud Marocain, avenue des Oudaïas (avenue Landais). SA fondée le 15 février 1929 pour: Travaux publics, vente et réparations d'automobiles et machines agricoles.
Le Verger Marocain, 43 Trik Sidi el Yamani el Mouassine, Marrakech médina. SA fondée le 1er avril 1929 pour l'exploitation de domaines ruraux ou immeubles urbains. Administrateurs: Baron Eric de Sevin, Guy de Moustier, D'Harambure.
Société oléicole de Marrakech, 15-17 Trik el Koutoubia, SA fondée le 8 avril 1929, pour la fabrication et l'export d'huiles d'olives, huile saponifiable, pulpe de fruits, confitures de fruits, conserves de tomates, olives confites, amandes, cumin, piment.
Entrepot de La Cigogne de Marrakech Avenue de France, (avenue Mohamed VI) SARL fondée le 23 avril 1929 pour la fabrication et la vente de glaces, bieres, limonades, eaux de table et eaux gazeuses, sirops, 
Les cultures marocaines, 43 Trick Sidi el Yamani El Mouassine Marrakech-Médina SA fondée le 1 juillet 1929 pour la mise en valeur de tous domaines ruraux ou immeubles urbains.
SACEM SA fondée le 23 septembre 1929, gisement de manganese de l'Imini (siege à Casa, annexe à Marrakech, Rue Colonna d'Ornano, (rue Ibn Toumert). Voir le site http://timkkit2008.canalblog.com/
Marrakech-Auto, avenue Mangin, immeuble Garenne,(avenue Mohamed V). SA fondée le 5 décembre 1929, pour commerce de voitures et tracteurs automobiles de toutes marques, de moteurs et accessoires.
Société Le Molybdene fondée le 25 avril 1930 pour la reconnaissance et la mise en valeur du gisement de molybdenite et de cuivre d'Azegour.
Tuileries et briqueteries de Marrakech, 16 place du Mellah, SA fondée le 9 juillet 1930 pour la fabrication de produits céramiques, tuiles et briques. Administrateurs CHAVANNE et DORÉE.
Société financière, commerciale et industrielle Dar Glaoui, SA fondée le 10 octobre 1930 pour toutes opérations. 
Compagnie minière du Maroc rue Aristide Briand à Marrakech-Guéliz (rue Ouad El Makhazine). SA fondée le 24 novembre 1930 pour la prospection et l'exploitation de mines au Maroc. Parmi les administrateurs Lahoussine DEMNATI.
Société d'entreprises urbaines et coloniales - avenue de la Ménara à Marrakech- SA fondée en 1932 pour des travaux de construction de tous genres.
Compagnie africaine agricole et fruitière (CAAM) 12 rue des Doukkalas, (rue Maginot) Guéliz, (rue Sourya). SA fondée en ?
Société immobilière du Guéliz, Avenue de Casablanca - Marrakech. SA fondée le 11 aout 1932, Administrateur délégué. M. FARGEIX
Entreprise électrique de la banlieue de Marrakech, Immeuble de la Centrale  Thermique, Bd du Commandant Fages. SA de 1934 pour l'exploitation d'un réseau de distribution électrique. Administrateur: Paul ARDOIN. (Il ne s'agit pas de la Société d'Électricité de Marrakech, qui a été fondée bien avant, le 22 juin 1922).
Société d'Etudes et de recherches minières de l'Agoundis - Immeuble Demnati - SA fondée 8 octobre 1937
Pour se souvenir de ces entrepreneurs, de leurs entreprises, des personnels, de leurs réalisations et de ce qu'ils ont apporté au développement de Marrakech, nous ouvrons cette page. Merci à ceux qui détiendraient des photos, des documents, des articles de presse ou des récits de souvenirs, de les partager afin que leur mémoire reste.

blog-a-suivre-SA-SARL

Canalblog, a remarqué cette page sur les premières Sociétés à capitaux de Marrakech. Espérons que d'autres anciens de Marrakech, leurs familles ou leurs amis la remarqueront aussi et qu'ils contribueront à enrichir le souvenir du patrimoine économique de la Ville rouge.



12 août 2014

MONIQUE RECHERCHE SON AMIE LILIANE ET LA RETROUVE AVEC LE BLOG

DEPUIS LE 15 AOUT LES PHOTOS DU MOUSSEM 2014 À AVIGNON SONT EN LIGNE. (voir en bas de page comment accéder au site) Merci à la famille Beau pour ces images où vous pourrez reconnaitre amis et connaissances.

MONIQUE BERNHART A VU DES PHOTOS DE SON AMIE LILIANE SUR LE BLOG ET ESPÈRE LA RETROUVER

Monique nous écrit: "J'aimerais retrouver Liliane Legrand qui habitait 32 rue Verlet Hanus à Marrackech. Nos mamans étaient amies et tous les ans nous allions à Marrakech passer les vacances de Pâques. Nous habitions Casa que nous avons quittée lorsque j'avais 10 ans et j'ai ainsi perdu toutes mes amies d'enfance. J'ai beaucoup de photos prises avec Liliane, dont une devant la Ménara vers 1955/56"

Les amies photographiées avec Jacques frère de Monique devant le bassin de la Ménara

 

liliane à la Ménara_0001 Liliane se trouve entre Monique et Jacques son frère. Merci à Monique d'avoir si bien scanné cette photo de sa collection.

photo-Liliane-2 "Cette photo a été prise dans la Médina. Mon frère Jacques et moi encadrons Liliane."

photo-Liliane-03 "En premier plan se trouve Simone, la maman de Liliane, puis Liliane, un de ses frères, moi et mes parents. Cette photo a été prise chez Liliane. Je pense que Liliane n'a jamais vu ces photos." Le père de Liliane, Paul Legrand, était transporteur.

photo-liliane-04 "A la plage avec mes parents. Liliane était toujours souriante." 

photo-liliane-05 "Liliane, mon frère et moi à la plage."

 Une photo de 1951 montre Liliane dans sa classe.

Liliane-legrand-maternelle3-palmeraie74_o Liliane est reconnaissable 2e rang à partir du haut et 3e place à partir de la gauche.

Rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X, JUAN, X, X,

Rang du milieu haut: X, X, Liliane LEGRAND, X, X, X, RUEDA, Eliane ACOCA, Françoise BONIFACI, Jacqueline SALVA,  

Rang du milieu bas: X, X, Flavio GRAMATICO, X, Louisou PRATS, Bernard POURRET, x ANTOINE, X, X, NARDOU ? SANANES, Daniel VAN DER MASBRUGE,

Rang assis: X, X, ZUBIELLA, Bernard RÉJANE, Alain DUCOU, X, X, X, Mireille MERCIER, X. (voir le commentaire de Marcel Martin, archives du 11 septembre 2012)

Liliane-Legrand-PA-51-52 Avec les Petites Ailes, en visite chez leurs homologues américaines à la base de Benguerir. Liliane est au 2e rang, 3e à partir de la droite.(photo parue sur le blog le 22 janvier 2012)

Un bus de l'Armée US les avait conduites et ramenées. A gauche Plume Grise Suzy de Mondenard, la cheftaine. Sont présentes: devant à gauche les deux soeurs Françoise et Annie Boeuf, entre elles Monique Ducou et Marguerite Fankhauser; Betty Ball se cache à moitié derrière Liliane Legrand; plus à droite Rose Marie Fankhauser et quelques autres... qui retrouvera les autres noms ?

Liliane-Legrand-suisse Avec les Suisses de Marrakech, Liliane est la 4e en partant de la gauche. Photo parue sur le blog l1 décembre 2012

Mr DAUMULLER, bijoutier- horloger à Marrakech. 

De gauche à droite: Gérard Torrente, Maryline Torrente, X, Liliane Legrand, X, Ramelet, Marguerite Fankhauser, X, Robert Bertrand, Alain Torrente, Âne, Elizabeth Fankhauser, Betty Ball, Âne, X, X, X, X, Rose Marie Fankhauser, X.

Derrière: X, X, Denise Patiou, Irma Kagi, X, X, X. Monsieur Fankhauser tenait une boucherie. Radio Secours Torrente se situait avenue Landais. Merci de compléter les noms manquants dans les commentaires.

Monique : "Aidez moi à retrouver Liliane Legrand. J'habitais Casa et nos deux mamans étaient amies. Nous allions tous les ans à Pâques chez Liliane. J'ai beaucoup de photos d'elle. Lorsque nous allions à Marrakech nous sortions beaucoup avec Liliane, sa maman Simone, mes parents et mon frère. On faisait beaucoup de visites à droite à gauche. Simone n'avait pas de voiture et mes parents se faisaient un plaisir de la sortir. 
Quelle joie j'éprouverais de retrouver Liliane ! 
Monique Bernhart"

Merci aux lecteurs du blog de partager des indications sur des itinéraires possibles que Liliane a pu prendre en complétant cette page par des commentaires.

Marcel Martin jouait au Rugby avec Georges le frère de Liliane au club de l'ASAM et il nous envoie une photo

Equipe seniors de l'ASAM rugby saison 1964&1965 Equipe seniors de l'ASAM de Rugby, saison 1964 & 1965. En plus de Georges Legrand et Marcel Martin à gauche jouaient dans l'équipe les Stepanoff, Darier, Doridan, ...mais aussi Boujemaa, Auguste Farnadi, Joudoux, Xavier Graça, Pontdepeyre, Pierre Thiery, Filali, Georgandelis, Loutati,...

MONIQUE A RETROUVÉ LILIANE GRACE AU BLOG ET À SON RÉSEAU

Elle écrit: "Je tiens à vous remercier de l'efficacité de votre démarche pour retrouver mon amie d'enfance, Liliane.  Notre rencontre téléphonique a duré presque 2 heures. Quel bonheur ! Merci 1000 fois.   Monique Bernhart "

 

Moussem : Rappel pour la connexion (écrire tout en minuscule) :
site WEB : http://arbeau.free.fr/salam/
utilisateur : salam
mot de passe : marrakech
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Les autres consignes pour ceux qui sont intéressés sont toujours les mêmes :

La colonne de gauche , dite colonne Flash, est plus conviviale et les images s’adaptent à la taille de l’écran, mais ne permet, en principe que de consultation afin de relever les coordonnées des photos qu’on veut récupérer.

La colonne de droite, dite HTML par contre permet de récupérer sans frais les photos que chacun a retenues, puis d’en faire ce qu’il veut à titre personnel (sauf de les vendre, bien sûr).

Pierre-Yves et moi insistons sur la gratuité des récupérations, car certains membres de l’ASAM nous demandent encore combien ils doivent et parfois de leur faire des tirages, ce que nous ne voulons pas faire.

Roger, Annie et Pierre-Yves Beau

Posté par TIMKIT à 04:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 août 2014

1928, ANNÉE DU CHEMIN DE FER À MARRAKECH

L'OUVERTURE DE LA GARE FERROVIAIRE DE MARRAKECH EN 1928 STIMULE LES ENTREPRISES ET L'IMMOBILIER

La Revue l'Atlas et les exposants de la VIIIe foire de Marrakech témoignent d'une attente d'un développement de l'immobilier et du tourisme pour les Marrakchis, mais aussi d'un intérêt des entreprises casablancaises pour le vaste marché prometteur de Marrakech et sa région.

Des entrepreneurs investissent et développent leurs activités. Nous en retenons les noms. La ville de Marrakech leur doit d'avoir cru en son avenir.

ATLAS-1928_CFM page74 Cette page est extraite de la revue L'Atlas ( collection Roger Beau). En 1928 une ligne à voie normale accessible aux personnes et au fret avec traction à vapeur est ouverte. Une ligne militaire à voie étroite existait depuis 1920, de même que la Gare. La traction électrique est prévue pour les années trente. Le blog a déja présenté des images inédites sur les Chemins de fer marocains à Marrakech (voir page du 14 avril 2010)

Un avis au public précisait: "La Compagnie des Chemins de fer au Maroc a l'honneur d'informer le public qu'à partir du 1er décembre 1928 la ligne de Casablanca à Marrakech sera ouverte sur toute sa longueur en ce qui concerne exclusivement les voyageurs de 4e classe avec bagages et les services de petite vitesse. A la même date, le service cessera sur la voie de 0,60 entre Caid Tounsi et Marrakech. Pour tous renseignements complémentaires s'adresser aux gares C.F.M. et voie de 0,60."

Les cérémonies d'inauguration eurent lieu du 5 au 11 novembre 1928

programme-inauguration-fer-casa-mrk-nov1928

L'inauguration officielle de la ligne Casablanca-Marrakech fut faite en deux temps: le 5 novembre par S.M. SIDI MOHAMED, Sultan du Maroc qu'accompagnait M. Urbain BLANC, ministre plénipotentiaire, délégué à la Résidence générale et le 7 novembre par M. STEEG, Résident général. 

 

1928-Train-inaugur-mrk-photo Sa Majesté posant le pied sur le sol de Marrakech. M. Urbain Blanc le précédant pour l'aider à descendre(5 novembre 1928)

1928-gare-mrk01 Sa Majesté devant la gare qui subsiste aujourd'hui.

20140518_185252

La photo est de mai 2014 ( Lemaure DR).

Il s"agit maintenant d'une gare routière.

1928-gare-mrk02

Le 7 novembre, arrivée de M. STEEG, le Conseil d'Administration des Chemins de fer du Maroc offrait, à l'Hotel de La Mamounia un banquet au Résident général et aux hôtes du Protectorat.  Au cours du banquet M. CORDIER, président du PLM adressa ses hommages aux directeurs généraux des Travaux Publics du Maroc, disparus, MM DELURE et DELPIT

GARE-Marrakech-1930 La locomotive qui faisait la ligne de Marrakech à Casa - Le beaupère de Christian est avec la casquette blanche entouré des conducteurs de la loco. A droite le chef de train et le contrôleur.

....
Le poète avait pris place dans le train inaugural, et découvrant le charme de Marrakech, il en avait fait un quatrain inspiré.
..
Un peuple de palmiers, penchés sur des eaux vives,
Où se mirent languides des oranges d'or
De très vieux murs rougis où des portes ogives,
Ouvrent dans la cité de grouillants corridors.
...
De la lumière à flots, répandues sur les choses
Des chameliers qui vont dans des haillons drapés,
Des jardins somptueux où se pâment les roses,
Inondant le printemps de lourds parfums d'été.
....
De la neige aux sommets et du feu dans la plaine,
Des maures nonchalants et des montagnards fiers,
Sur les monts des kasbas, sauvages et lointaines, 
Dans les fonds des riads frais où l'on oublie l'enfer;
.....
Des soirs prestigieux que la lumière enchante !
Lorsque l'azur tamise ses feux adoucis,
Que tout est loin aux fins de ces journées ardentes,
Où la nuit met son calme sur nos vains soucis.
......
Contrastes émouvants, extrèmes qui s'affrontent,
Inbaccessibles pics, plaines aux grands champs roux, 
Pitoyables misères et fastes d'anciens contes,
Pays lumineux aux soirs splendides et doux.
....
Gaston Lebault
De nombreux dirigeants et responsables avaient été conviés à une rencontre au Palais de la Bahia à l'occasion de cette inauguration.

1928_train_mrk_inaug_bahia

.....

L'ouverture de la ligne des Chemins de fer marocains va stimuler l'esprit d'entreprise à Marrakech. Trois promotteurs immobiliers proposent de vastes terrains en vue du développement de Marrakech entre le Guéliz et la Médina

ATLAS 1928 -Abitbol_page9 Le premier plan du quartier de l'Hivernage fut largement modifié malgré sa publication par son propriétaire J.M.Abitbol (voir Casino et quartier de l'Hivernage).

ATLAS 1928-Israel- page6 Le lotissement de La Palmeraie, propriété de J.V. Israël, était l'espace non construit entre la place du 7 septembre (16 novembre) et les remparts de la Médina.

ATLAS 1928-StéImmo-de-MRK_page10Le troisième lotissement des Jardins et de La Palmeraie avait ses bureaux situés Sidi Mimoun à proximité de la Mamounia. Ce plan fut également modifié par les services d'urbanisme. Il était en deux parties séparées notamment par la Villa TaylorSociété Immobilière de Marrakech (SIM) fut fondée en juin 1923 pour la réalisation d'un lotissement et la mise en valeur de propriétés immobilières. Le lotissement se fit sur des terrains appartenant à Monsieur Albert Egret, président délégué. Parmi les administrateurs il y eut messieurs Henri Croze et Pierre Bardon.

Salam-MRK-immo

Vingt ans plus tard on remarque que le Palais de justice et le lycée Mangin /Ibn Abbad ont été construits dans le lotissement Abitbol (cadre rouge), mais le Casino n'y est pas inclus. On observe que le lotissement Israël ( en bleu ) a accueilli la Gendarmerie et le Génie rural et que la Société immobilière de Sidi Mimoun possédait les terrains surlesquels ont été construits l'Institution Notre Dame, l'Église des Saints-Martyrs et la Police (en vert).

Dans les publicités on observe ceux qui misent sur l'avenir de Marrakech: 87 annonceurs font confiance à la Revue L'ATLAS.  Sept d'entre eux visent toute la population du Maroc. Une vingtaine sont de Casablanca et n'ont pas de représentation à Marrakech. Ce sont donc une soixantaine d'annonceurs marrakchis qui publient sur L'ATLAS. Les trois sociétés immobilières ci-dessus en font partie. Si on cherche à les localiser la moitié à son siège en médina et l'autre au Guéliz. En Médina les entrprises sont concentrées rue Bab Agnaou et place Djemaa el Fna, quelques unes se situent en direction du Guéliz rue de la Koutoubia (ancien nom de l'avenue Lyautey) et dans l'Immeuble du Pacha. Au Guéliz les annonceurs les plus nombreux sont situés avenue du Guéliz (ancien nom de l'Avenue Mangin), puis ils sont répartis sur plusieurs rues: rue du Capitaine Capperon, rue des Chaouias, rue des Derkaouas, rue des Écoles, rue des Ouled Delim, avenue de Casablanca et aussi place du 7 septembre,...

Les annonceurs sont des sociétés de transport, des banques, des concessionnaires automobiles, des assureurs, des entrepreneurs du batiments et vendeurs de matériaux de construction, des magasins d'ameublement, des vendeurs de tracteurs, des hotels-restaurants, des sociétés d'import-export

Les marques de voitures automobiles représentées sont nombreuses: Rochet-Schneider, Renault, Chenard et Walker,Chevrolet, Berliet, Fordson, DFelage, Olivier, Twin-City, Johnston, 

Les noms des garagistes automobiles ou agricoles : G. AMIC, C. COLLOMB, A. BASTARD, J. WAHL, E. MICHEL, A. GUIRAUDEN, J.B. SACLIER Sud-Auto, Adrien GALHANOU, 

Les noms des Exportateurs-Importateurs: Raymond BENADY, J. TANUGI, 

1928-pub-Tanudji-Krupp

Les assureurs: Arthur FLANDROIS, Henri BRIENS, M. BEULLAC, 

Les magasins d'ameublement et armes: A. ARRIBE,  R. JANIN, Ernest FRAISSE, 

Arribe_1928_Pub

Les transporteurs: ÉLIAS, TORRÈS, Ernest VALETTE et Cie, CTM, CFM, 

Les entrepreneurs: Gilles PARNAUD électricien, Emile GARCIA mécanicien, Maison GAUTIER carrossier, Gustave RENNETEAU maréchallerie, 

Les matériaux: F. DERUNGS carreaux, faïences, A. GUIRAUDEN matériaux, Maison DINJEAN,

Cycles et motos: C. JUNCAS ( voir la page sur Pierrot Juncas)

Boissons: Bières La cigogne: CHAVANNE et DORÉE, Vins, A. et Ph VALLIER, 

Galerie d'Art - Tapis, Marcel LE TELLIER, Soieries Henri FORNS, 

1928-pub-atelier-Bourgain-mrk

L'atelier Bourgain de Marrakech vendait ses produits à Casablanca

Ingénieur-Architecte: PS HABERLACH, BEERLI, FEIST, REISSER

1928-publicité-Beerli-feist-teiser 

Mode: Juliette PARIS (Medina), Au Paris Mode (Guéliz), 

Photo: FELIX

Fournitures TSF: P.de BARALLE et ROUDNEV,(Roudnev avait commencé dans la radio téléphonie avant de devenir un photographe incontournable de Marrakech)

Banques: Crédit foncier d'Algérie et de Tunisie, Banque d'État du Maroc, 

Les hotels et restaurants: Grand café de Paris M. BERNARD, Grand Hotel du Pacha.

Merci à tous ces entrepreneurs qui ont cru à l'avenir de Marrakech et ont permis son développement entre les deux Grandes guerres, un développement dont les marrakchis ont bénéficié aussi après 1945 et dont ils profitent encore aujourd'hui. Nous saluons leurs familles et ne les oublions pas. Merci aussi à ceux qui nous parlerons de ces entrepreneurs dans les commentaires ou en nous envoyant des photos. 

29 juillet 2014

AUTREFOIS UNE MÈRE RECHERCHAIT À RÉCUPÉRER SON BÉBÉ, UNE FILLE; AUJOURD'HUI SA FILLE RECHERCHE SA MÈRE.

 

Phebe_AmzallagMARIE VEUT RETROUVER CELLE QUI LUI A DONNÉ LE JOUR, AINSI QUE SA FAMILLE

Le blog a reçu une demande très émouvante. Une mère avait été séparée de la petite Marie, son bébé, et avait cherché à la récupérer, en vain. Sa fille devenue adulte n'a eu de cesse de retrouver sa mère. Aujourd'hui Marie a enfin obtenu le vrai nom de sa mère et quelques autres renseignements, elle sollicite des témoignages pour la retrouver. Les lecteurs du blog qui ont plusieurs fois participé à des recherches et ont souvent réussi vont certainement s'y employer.

Marie lance un appel:

" A toutes et à tous de Marrakech, du Maroc et d'ailleurs,
Je fais appel à votre mémoire pour m'aider à réaliser le voeu qui m'est le plus cher, celui de retrouver ma mère.
Pendant la décennie des années 50-60 certains bébés d'origine juive marocaine (dont j'étais) ont été soustraits à leur mère à des fins d'adoption en France. Dans mon cas, toute trace de mes origines a été soigneusement effacée et il m'a été impossible de renouer le contact avec celle que je n'ai vue qu'une fois dont je me souvienne mais qui est restée pour toujours dans mon coeur. Pourtant ma jeune mère s'est démenée (en justice) pendant au moins quatre années dans l'espoir de me récupérer. En vain. 
Ce n'est que très récemment que j'ai réussi à réunir quelques maigres indices, que je vous livre, en espérant que l'un(e) de vous, ancien voisin, camarade d'école, collègue ou membre de sa famille (la mienne donc) pourra m'aider à retracer son parcours et à la localiser dans le Royaume du Maroc, où il est probable qu'elle vit encore.
Voici donc ce que je sais : 
Son identité de jeune fille est Pheby AMZALLAG. Elle était âgée de 23 ans au printemps 1955 (elle est donc née en 1931 ou 1932), et à cette même époque elle est passée par Casablanca (quartier Alsace-Lorraine) où elle m'a reconnue à la Mairie de Sidi Bousmara. Ensuite elle s'est mariée et a séjourné en Amérique, a eu un autre enfant entre les années 1955 et 1960. 
Vous avez peut-être croisé son chemin, et si tel est le cas, votre témoignage me sera infiniment précieux. Ma démarche ne contient  ni rancune à l'égard de qui que ce soit, ni désir de régler un compte. Mon état d'esprit est celui d'une enfant (de presque 60 ans) qui attend de revoir les Siens. 
Merci par avance de votre concours. Chacune de vos réponses sera reçue comme un cadeau. 
MARIE."

Feby-Amzallag

Aidons Marie à retrouver les siens, les Amzallag sont nombreux de par le monde, mais Pheby (ou Fiby) n'est pas un prénom fréquent, Pheby née en 1931 ou 1932 limite les recherches. Par exemple 10 ans plus tôt naissait à Marrakech une autre Fiby Amzallag qui à écrit "De Marrakech à Montréal"
Les lecteurs qui auraient des indices permettant d'orienter les recherches sont invités à les écrire dans les commentaires. Ceux qui voudraient entrer en contact avec MARIE peuvent le faire par le lien "contactez l'auteur " en haut à gauche de la page; leurs messages lui seront transmis.מזלאג, אמזלג, פאבי, פבי,
 

23 juillet 2014

LE CASINO DE MARRAKECH ET L'HIVERNAGE, FAUX DÉPART.

colombe_paix

UNE INITIATIVE POUR LA PAIX LE SAMEDI 26 JUILLET À L'APPROCHE DE LA FIN DU RAMADAN AU RESTAURANT LA PAIX RUE DE YOUGOSLAVIE AU GUÉLIZ

"FTOUR DE PAIX" À 19H30 SUIVI À 21H00 D'UNE SOIRÉE SUR LE THÈME "COEXISTER ENSEMBLEpour un arrêt des violences sur les populations civiles en Palestine et en Israël.

 

Ftour-de-Paix

Participation annoncée du Rabbin Jacky Kadoch, du Curé Antoine Collot et de l'Imam X. XXXX Si le pasteur avait été invité il aurait probablement évoqué Martin Luther King et "I have a dream.."

Renseignements: Tarik Mounim: 0661 580 090 ou Myriem Benbrahim O639 153 951

AL MOWAFAQA (l'accord): Il y a aussi des rêves modestes qui se réalisent

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

LE CASINO DE MARRAKECH, UN VIEUX PROJET LIÉ À L'HIVERNAGE

A partir de 1952 et avec la famille BAUCHET, le CASINO de Marrakech devient un lieu mythique où beaucoup d'anciens marrakchis conservent des souvenirs de fêtes et d'ouverture sur le monde. Le quartier de l'Hivernage était à cette époque un immense terrain de jeux arboré pour les jeunes et notamment le scoutisme avec très peu de constructions. Que de souvenirs heureux, de courses animées: cyclistes, motocyclistes, automobiles et aussi de kermesses !!! Monica DUCOU a travaillé à côté du Casino ( Hôtel Es Saadi) et connaissait bien l'Hivernage, elle est née à Marrakech un 23 juillet. Le blog et les marrakch'amis souhaitent un Joyeux anniversaire à Monica.   Par ailleurs notre ami Azor-le-petit-berbère avait délaissé internet, mais s'y est remis récemment. Son blog est joignable à cette adresse: petitberbere.blogspot.com/ Chroniques d'un petit berbère d'El Aderj

MAIS COMMENT L'HIVERNAGE ET SON CASINO SONT  NÉS ?

À la fin de 1931, la Chambre de Commerce de Marrakech manifeste publiquement son impatience. Elle déplore "la lenteur et le peu d'importance" des travaux effectués par la Société habilitée par la ville et le Protectorat à créer une station d'hivernage à Marrakech. 

CP M'Kech ancien_Casino 04

Les responsables de la Chambre de Commerce argumentent: "Quelques terrassements, quelques plantations d'arbres en un an représentent un effort insuffisant pour créer à bref délai, afin de profiter de la vogue actuelle dont jouit Marrakech auprès de la grande clientèle touristique, une station d'hiver digne de ce nom.

Certes, des hôtels existent à Marrakech, et de fort confortables, voire de luxueux. Mais il n'y en a pas assez. Pour employer un terme à la mode, et qui dit assez bien ce qu'il veut dire, la capitale du Sud marocain n'est pas "équipée" touristiquement. Son site, sa valeur intrinsèque, peut-on écrire, justifient la présence de nombreux grands hôtels, d'un CASINO au moins. (On a déjà autorisé les jeux à Marrakech, mais il ne manque que le Casino!)

Qu'on ne dise pas que c'est une question purement locale! On ne peut pas raisonner ainsi et pratiquer une politique arrondissementière quand il s'agit d'organiser le tourisme au Maroc. Tout le pays est intéressé plus ou moins directement à l'essor touristique de Marrakech. La Ville Rouge fait partie d'un tout."(1931, Chambre de Commerce)

LES PLANS DU CASINO FURENT PRÉSENTÉS AUX MARRAKCHIS LORS DE LA XVe FOIRE DE MARRAKECH (AVRIL 1935)

Dans le parc du Hartsi, le Stand de la Société Chérifienne d'Hivernage présentait les plans du futur Casino de Marrakech, ainsi que l'aménagement parallèle du Djenan el Hartsi. Plusieurs parlaient de résurrection de la Société d'Hivernage. D'ailleurs certains avaient remarqué que le Casino sortait de terre. On se souvenait que la Société avait posé comme condition à la Ville Rouge que le réseau d'assainissement soit terminé: "Il convenait, disait la Société, que les riches étrangers, qu'attiraient éventuellement le tapis vert" marrakchi, serti dans la naturelle verdure, ne fussent pas exposés à supporter d'odieuses odeurs, à absorber de nombreux microbes". C'est aussi lors de cette 15e foire que M. Bastard, ingénieur mécanicien, présenta son "Pou du Ciel".

LA PREMIÈRE PIERRE DU CASINO

casino-Marrakech-decembre-1936

 C'est le 3 juin 1935 que la première pierre du Casino fut posée par le Général Catroux, qui scella le procès verbal contenu dans un tube.

La maquette était dûe aux jeunes architectes marrakchis Jean-Pierre MRECHES et Emmanuel BELLANGER.

Ce Casino faisait partie d'un plan d'ensemble d'aménagement, dans un merveilleux cadre, d'une vaste Cité d'Hivernage, constituant pour les marrakchis la pierre d'angle de l'essor touristique de la grande Cité du Sud.

LA PANNE DE 1935 

casino-mrk4-bistre-premiers-travaux-dec36 Les premiers travaux avant leur suspension. Il est possible de distinguer les échafaudages malgré la qualité médiocre de la photographie.

Les Marrakchis s'inquiétaient sans comprendre de l'arrêt des travaux qui étaient pourtant partis très vite, stimulés par les entrepreneurs MM MERME et SALART. Les marrakchis ne connaissaient pas la vraie raison mais supputaient: "Un désaccord probable, soit au sein même de la Société Chérifienne d'Hivernage ? soit entre cette société et la société de gérance qui avait pris en main la construction du Casino ? soit encore avec les autorités administratives du Protectorat ?"

Mais en décembre 1936 les travaux reprennent. Alors qu'en 1935 on escomptait l'inauguration du Casino pour la saison hivernale 36, son ouverture est reportée à la saison suivante. Est ce que 1937 verra le Casino terminé ?

L'interruption de 1935 semble avoir été liée à la prise de conscience qu'il fallait d'abord résoudre le problème des égouts de la ville. Le journaliste Paul Henry explique: "La Société Chérifienne d'Hivernage dont nous sommes heureux de signaler à nos lecteurs, l'heureuse et définitive résurrection - à telle enseigne que le Casino de Marrakech sort de terre avait posé naguère à la ville comme condition essentielle à l'éxécution de ses travaux , l'assainissement de la cité: il convenait, disait-elle, que les riches étrangers, qu'attirerait éventuellement le tapis vert "marrakchi dans la naturelle verdure, ne fussent pas exposés à absorber d'odieuses odeurs, à absorber de nombreux microbes, lorsque le charme d'Orient de notre Médina les attirerait notamment parmi nos souks.." L'immense Médina assainie déversant ses déchets dans un champ d'épandage, sis à six kilometres de la ville, voilà de quoi satisfaire à la fois, et les innombrables habitants de la vieille cité, et aussi cette Société Chérifienne d'Hiverhage qui, au sein du printemps qui rit et dans le ciel et dans les jardins, commence à doter Marrakech de son équipement touristique, signe de prospérité future, car la crise ne saurait durer toujours, d'une ville dont le tourisme doit rester la primordiale source de richesse."

C'est effectivement en avril 1935 que fut réalisé le réseau d'égouts de la Médina. Une usine fut créée sur place pour mouler les buses en ciment de différents diamètres, les ovoïdes et les échelons.

casino-une-vue-de-lusine-mrk4-avril1935 Le directeur des travaux était M. Lanouzière, le chef des travaux M. Julita de l'entreprise Bringer et Tondut. À l'époque l'ingénieur de la ville était M. Cariou. M. Couget chef des services municipaux et urbaniste avait lancé l'opération dès 1932 en obtenant un emprunt de 15 millions. Première tranche de travaux: 60kms de collecteurs. Il y avait déja 40kms réalisés en 1925, mais limités à quatre quartiers seulement: Riad Zitoun, Bab Agnaou, Djemaa el Fna et Derb Dabachi. Qui nous parlera de ces personnes qui ont façonné la ville de Marrakech ?

QU'EN ÉTAIT-IL DU QUARTIER DE L'HIVERNAGE ?

Réalisant un programme établi en 1930, la SOCIÉTÉ CHÉRIFIENNE D'HIVERNAGE a commencé au cours de l'année 1935 les travaux de construction du Casino. La fin des travaux est escomptée courant 1937. Ce Casino luxueux comportera diverses salles de jeux, roulette, boule de baccarat, théâtre, salles de danses, etc.. Le programme de la Société Chérifienne d'Hivernage se complète par l'aménagement d'un quartier d'Hivernage européen situé dans les abords immédiats du Casino et qui constituera un attrait de plus pour Marrakech.

L'IDÉE DU CASINO ET DE L'HIVERNAGE EXISTAIT BIEN AVANT 1930

hivernage-1928

Un article de M. Dorée Président du Syndicat d'Initiative de Marrakech écrit en 1928 ( date de la constitution de la Société Chérifienne d'Hivernage) montre que d'autres difficultés existaient. Comment faire en sorte que les impôts du Casino financent les travaux d'aménagement et de voierie imputables à la ville de Marrakech ? Comment faire pour qu'un quartier à l'usage principal des touristes ne grêve pas les impôts des marrakchis ? Écoutons M. Marius Doré:

Marrakech 1928 - De nombreux courts de tennis ont été créés au terrain des sports du Djenan El Hartsi et à l'Hôtel La Mamounia. Grâce à son Excellence le Pacha un golf de neuf trous fonctionne et va être complété à 18 trous. Les nombreux monuments, les souks, tous les sites artistiques et pittoresques de la Médina, sont jalousement conservés dans leur caractère par la Municipalité et le Service des Beaux-Arts. 

Une première société vient de se former qui a acheté de nombreux jardins parfaitement situés, pour y créer, parait-il des grands hôtels, des villas; mais nous ne croyons pas que Marrakech puisse prendre la place qu'elle doit occuper parmi les grandes stations mondiales d'Hivernage avant que d'avoir sa Compagnie fermière du Casino et des Jeux, organisme dont la constitution nous a été formellement promise par M. le Résident Général au Conseil Supérieur du Tourisme tenu à Rabat le 14 novembre 1927

En effet que va-t-il se produire: Ou bien, ainsi que nous le demandons, la concession sera donnée à une société à qui l'on pourra imposer certaines restrictions par exemple le paiement de redevances pour permettre à la Municipalité de faire dans ce quartier de luxe les grands travaux d'édilité indispensables sans avoir à en faire supporter les charges par les Marrakchis, ou bien, tôt ou tard, une société X... installera à Marrakech un grand "Cercle privé" où les restrictions seront impossibles à surveiller et qui ne consentira à payer que des redevances nulles ou à peu près, malgré que la Municipalité devra prendre sur son budget, c'est à dire dans les poches des contribuables Marrakchis les frais énormes d'édilité que nécessitera l'équipement de la Cité d'Hivernage et de Plaisance.

Le seul moyen de lancer vite et surement Marrakech comme station mondiale, c'est la concession des jeux et Casino à une Compagnie fermière; c'est d'ailleurs ce qu'a surement compris le Gouvernement du Protectorat. Le cahier des charges est prêt, les emplacements qui doivent être cédés sont déterminés et depuis longtemps; les compétiteurs sont nombreux à ce que nous croyons savoir. Pourquoi donc différer plus longtemps du moment que nous sommes tous d'accord sur le principe et qu'il est évident que la mise à exécution de tous ces projets ne saurait être retardée sans nuire aux intérêts vitaux de Marrakech, mais du Maroc tout entier". M.DORÉE 

LE LOTISSEMENT TEL QUE PRÉVU À L'ORIGINE

ATLAS 1928 -Abitbol_page9 C'est Judah-Meyer Abitbol qui avait acheté les terrains pour construire hôtels luxueux et villas. Ce plan paru en 1928 dans la Revue l'Atlas (collection Roger Beau) montre une voierie assez différente de ce qu'elle est aujourd'hui. L'emplacement du Casino n'y figure pas, c'est normal puisqu'il sera situé sur le terrain voisin, "Future station hivernale" qui n'appartient pas à JM Abitbol. Cependant le projet d'ensemble était déja dans les cartons en 1925; M Lochot en fut l'un des concepteurs.

Sur quels terrains le quartier de l'Hivernage avait été conçu ? Un plan par photos aériennes de 1924 nous en montre la configuration.

Hivernage-1924  Les terrrains de JM Abitbol se situent entre les remparts en rouge à droite et le trait rouge à gauche qui est un mur de terre. On y remarque des réseaux de Ghetaras en bleu, des plantations en vert, il s'agit au centre d'une bande plantée d'oliviers déja anciens. Les parties en brun sont aussi de la végétation parmi laquelle des palmiers isolés. Il y a aussi quelques zones arides. Aucune construction sur cet espace, les plus proches bâtiments sont les services de l'élevage au sud de l'Avenue qui joint la Ménara à Bab Djedid.

plan MRK-Casino Sur ce plan, un nouveau tracé de la voirie remplace le projet de JM Abitbol. Le Casino est construit à hauteur des Services de l'élevage. En dehors du Lycée Mangin et du Tribunal, aucune construction n'y figure. Entre l'avenue Del Piaz et les Remparts se trouve la Rue du Temple, qui longe la bande plantée d'oliviers. Un cliché de l'ancien temple protestant, une des premières constructions de ce quartier, montre les oliviers conservés, tels qu'ils étaient entre 1943 et 1980.

EEAM-Temple-Hivernage Photo Kynel - L'ancien temple protestant fermé en 1980 et devenu plus tard le temple de l'Architecture. Sortie d'un culte sur la rue du Temple.

En mars 1940 Freddy Côté prend un cliché des terrains proches du Casino et de l'Avenue de France prolongée. La voierie est là en attente d'acquereurs de terrains à construire.

cote17- jardin-hartsi-prolongé-vers-casino-mars40_34 L'hivernage est en 1940 un quartier en devenir. Photo Freddy Coté, DR 

CP M'Kech ancien_Casino 01

Peu de marrakchis connaissent la longue histoire de la création du Casino et du quartier de l'Hivernage. Beaucoup s'imaginaient que le Casino avait été construit en 1952 par la famille Bauchet et ne savaient pas que 10 ans avant il avait servi de quartier général improvisé au commandement des troupes américaines. Le blog Mangin@Marrakech est heureux de pouvoir rendre aux marrakchis un aspect de l'histoire de leur ville avec un maillon essentiel de sa vocation touristique: le Casino dans son écrin de l'Hivernage. Le blog accueillera volontiers en commentaires d'autres informations sur ceux qui ont donné à Marrakech les moyens de ses atouts touristiques et sur leurs souvenirs de l'Hivernage et du Casino.

16 juillet 2014

4 COURTES HISTOIRES : MER, NEIGE, CIEL, GOUNDAFI

NOS AMIS DE MARRAKECH PENSENT À NOUS

Med Azzam nous propose une photo du marché central avant sa destruction.

Marché Guéliz avant Carré Eden à comparer avec  la vue actuelle du même carrefour.

Carré Eden Marrakech

La question posée est "Où va la préférence de chacun ?" avant ? ou après ?"
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Chama Benzriouil retrace le Moussem 2014, cette belle journée de retrouvailles.        

                             SALAM MARRAKECH, SALAM FEZ    

Cette année le moussem des anciens de Marrakech qui s'est tenu à la Souvine le 15 juin, fut honoré par la présence du président des anciens de Fez M.Daniel Bisror et madame ainsi que le vice président M François Cathala et madame..
       J'ai eu le privilège d'être à table  avec mes compatriotes fassis, moi qui suis venue de Marrakech pour cette journée de retrouvailles. J'ai constaté que quelque soit la distance ou le nombre d'années de séparation, les anciens du Maroc n'oublient jamais leur racine, et c'est avec nostalgie que le président de l'AFA Daniel  Bisror me raconte qu'il est natif  du mellah de Fez et qu'il a déménagé dans les années 40 pour la médina de cette belle ville. Enfant, il jouait  avec d'autres enfants du quartier de différentes nationalités et sans aucune  distinction de race, ni de couleur et plus encore de religion. La cohabitation dans le respect mutuel était une règle primordiale entre voisins; Personne ne cherchait à faire de différences entre musulmans, juifs, chrétiens ou orthodoxes, et bon nombre de grecs vivaient avec nous ! Ce sont d'agréables souvenirs du Maroc terre de salam où la paix règne depuis des siècles. Et j'ajoute qu'en effet dans le coran, comme dans la torah et la bible, le respect d'autrui et l'amour de son prochain sont la règle d'or  pour tout les humains et ceci bien avant la création de l'ONU.
Bienvenus nos chers compatriotes fassis au sein de Salam Marrakech  et que dure et perdure la solidarité salamite !                                                     
                                                     Chama Benzriouil, Marrakech

20140714-Consulat-de-France-a-Mattakech Photo M'ZALI - La fête du 14 juillet 2014 dans les jardins du Consulat de France à Marrakech. Merci à nos amis marocains pour cette photo évocatrice d'autres 14 juillet à Marrakech.

QUATRE HISTOIRES COURTES

MER - LES VACANCES À OUALIDIA

Pour échapper aux chaleurs torrides de Marrakech en été, beaucoup migraient vers les vallées de l'Atlas ou vers la côte Atlantique et ses plages. Celle de Oualidia était des plus prisées et les adolescents de l'époque s'y sont bâti des souvenirs inoubliables. Marcel Martin partage avec nous un cliché qui nous rappelle des visages et des amitiés.

Oualidia que de belles années Photo Marcel Martin DR

De gauche à droite, en haut:  Valdemar CAMPOS, Jean Claude MANSION, Farouk KHERBANE, X, Pierre CABRERA(+) & Régine FUGARDI qui s'épousèrent.
au milieu : Gilbert GRACIA, Martine MAHMED, Yasmina KHERBANE, Manou AGUILAR, Madeleine TOURNIER, Maxou GEORGANDELIS
Devant - Suzette CAMPOS, Gilbert D'ANNA.

Géneviève Caturla fille de Mr&Mme ZéZé au souk de Oualidia

Marcel présente aussi un autre cliché du Souk de Oualidia avec Genevieve Caturla à droite, fille de --> M.&Mme Zézé, rue Clémenceau. Genevieve a été revue au Moussem 2014 à Avignon.
Qui nous racontera Oualidia autrefois  et nous dira ce que sont devenus les vacanciers.... ?
Qui partagera d'autres photographies des vacances à la mer.
 
NEIGE - LES SKIEURS DE L'OUKAÏMEDEN
Les marrakchis ont toujours eu une affection pour les sports, nombre d'entre eux en pratiquaient plusieurs. La station proche de l'Oukaïmeden a permis a beaucoup de découvrir un autre sport et aussi de révéler des champions.  

Hervé-Brisepierre-DR Photo Brisepierre DR.

Des images d'une compétition de Slalom spécial à l'Ouka. Hervé Brisepierre ouvre l'album familial et nous invite à reconnaître Robert Lacaze, vieil ami de Charles Brisepierre. Sa fille Olivia Lacaze vit toujours à Marrakech. Hervé pense reconnaître aussi M. de Cazenove, exploitant à Mechra Ben Abou, également vieil ami sportif qui avait son chalet à l'Ouka. Hervé Brisepierre est sculpteur et travaille le bois à Fontvielle (BdR)

Hervé-Brisepierre-Ouka Qui est la demoiselle qui porte le dossard n°1 ? Qui reconnait d'autres concurrents ?

Qui nous racontera ces compétitions et leur suites ? Qui nous fera parvenir d'autres photos et souvenirs ?

CIEL - LES SAINTS MARTYRS: PREMIÈRES COMMUNIONS, COMMUNIONS SOLENNELLES,

Pour compléter les pages déja publiées sur les --> communions à Marrakech, Yves Lefevre nous fait l'amitié de nous envoyer des photographies de ses soeurs Michèle et Daniele avec cette particularité de distinguer l'âge de la Première communion de celui de la Communion solennelle.

Lefevre-MicheleLefevre_Daniele 

Premières communions, le 22 mai 1952 de Michèle et Danièle Lefevre.

Trois ans plus tard, communions solennelles, aussi à l'église des Saints-Martyrs.

Communions-55 Photo Lefevre DR - Jeudi 22 mai

Danièle et Michelle Lefevre 17 mai 1956

 Lefevre-solen  communion61 

XXXXXXXXXXXXXXXX Michelle LMichelle était dans la même classe que Michel Zins. Grâce à Yves Lefevre le blog a présenté une page de souvenirs et de photos sur le 2eRTM.XXXXXXXXXXXFEU

GOUNDAFI - L'AVENUE MANGIN/MOHAMED V - UN FILS D'OFFICIER DU 2e RTM habitait en face du Marché Central. Il revient constater les changements.

JP Haton - 3bis Photo JP Haton DR, L'ancien marché à gauche remplacé par le Carré Eden. Café de la rue Sourya (autrefois rue Maginot)

JP Haton - 3 Photo JP Haton DR - Le même jeune quelques années plus tôt. C'est à ce niveau que se trouvait l'appartement de ses parents. Immeuble Goundafi. 

"Nous habitions un des deux immeubles Goundafi sur l'avenue Mangin, en face du marché scandaleusement détruit!.  On voit en face un bâtiment en construction qui est maintenant un grand café, à l'angle de l'avenue Mohamed 5 et de la rue Sourya.
Je n'ai hélas aucune photo des deux immeubles Goundafi et de leur jardin dans leur ensemble! De telles photos existent-elles? Ce serait pour moi un très grand plaisir de les voir..." Jean Paul HATON

JP Haton - 1 Photo JP Haton DR - Photo de JP Haton et de son père prise dans la cour de l'immeuble Goundafi. "L'avenue Mangin est derrière la barrière en bois et le marché plus loin derrière"

JP Haton - 2 Photo JP Haton DR - La photo de JP Haton et ses parents est prise dans le "Camp des oliviers " où habitaient également des officiers et sous-officiers. 

Jean-Paul_Haton45_

 

"Je me souviens des noms d'amis et de copains : Rognoni, Séropian, Hartmann, etc., ainsi que d'une amie de mon âge qui habitait aussi un des immeubles Goundafi, Jeanine Salut, dont je n'ai pas de nouvelles."    
Qui permettra à Jean-Paul d'avoir des nouvelles de ses amis d'autrefois ? Qui aura une photo de ce qu'est devenu le jardin de l'immeuble Goundafi ? 
Jean-Paul est devenu un éminent spécialiste de l'interface homme-machine et un précurseur dans le domaine de la reconnaissance de la parole. Il a fait paraitre de nombreuses publications scientifiques.

Quatre courtes histoires pour renouer ou créer des liens, pour compléter des souvenirs, pour que notre futur s'enrichisse de nos expériences. Un grand merci à Marcel, Hervé, Yves (avec Danièle et Michelle) ainsi que Jean-Paul. Merci à eux d'avoir partagé avec nous leurs photos. A notre tour de répondre à leurs questions ou de compléter leurs souvenirs en écrivant dans les commentaires.

C'est sympa aussi de la part de ceux qui vivent à Marrakech, de partager avec nous, récits et photographies. Nous sommes reconnaissants à Chama et Med Azzam pour leurs signes d'amitié.



Fin »