MANGIN@MARRAKECH

26 juillet 2016

LE PHOTO CAMERA CLUB DE MARRAKECH EN 1959

SOUVENIRS DES PHOTOGRAPHES ET CINÉASTES AMATEURS DE MARRAKECH

Cette page sur le PCCM en 1959 est la suite de celles réalisées pour 1958 et les années précédentes.

17 - PCCM - Affiche, MarrakechElle permet de garder la mémoire des "chasseurs d'images" qui ont immortalisé Marrakech et sa région à cette époque. Nous faisons appel à ces pionniers de la pellicule et à leurs familles pour qu'ils partagent avec nous les trésors qu'ils détiennent sur cette époque.

L'année 1959 est celle de l'inauguration du premier salon de l'art photographique au Maroc. Le PCCM  l'avait organisé dès 1958. Cette première au Maroc montre le dynamisme des photographes marrakchis. Grâce à Maurice Calas et Raymond Carnuccini nous avons l'affiche du Salon ainsi que les compte rendus de plusieurs réunions du PCCM.

Le Photo Caméra Club nous a encore présenté de belles images (le mardi 25 mars 1959)

 

17 - MRK Expo photo PCCMLa presse marocaine en parle: Ouvrant la séance, vendredi soir, le président Michel de LANLAY, au nom du Club, exprime les regrets causés par le départ de M. André GOLDENBERG, nommé à Rabat au Centre de la Mission Universitaire et Culturelle Française. Le président ne cache pas le vide que laisse cette mutation dans la section cinéma pour laquelle André GOLDENBERG était un animateur dévoué et compétent.

Un changement de salle pour les réunions générales est envisagé. La prochaine séance aura lieu au siège du Royal Automobile Club Marocain. Dans le courant du mois d'avril une sortie proposée par l'ami René BERTRAND se fera dans des gorges pittoresques à 80 Km de Marrakech sur la route de Ouarzazate. Le paysage rappelle un peu les gorges du Tarn.

Puis on passa à la première partie du spectacle, consacrée comme à l'accoutumée, aux diapositives.

Les actualités marrakchies.

Mlle Marie-Jeanne REVEL présenta le "Premier Salon d"Art Photographique du Maroc". On suivit ainsi les phases de la préparation depuis le balayage de la salle jusqu(à l'inauguration officielle de cette manifestation artistique.

Puis on vit sur l'écran l'arrivée, le séjour et le départ de Sir Winston Churchill à Marrakech. Deux reportages intéressants et vivants.

Congés 58

Jean LORTET emmena l'assistance sur la route de ses dernières vacances du Détroit de Gibraltar aux routes d'Espagne, puis à travers les paysages souriants de la Côte Provençale. Les 60 photos, toutes excellentes, donnaient l'impression de vivre toutes les étapes du voyage.

Tour à tour, le président de LANLAY et le vice-président BOURGUEDIEU, faisant la critique de ces premières présentations, ne ménagèrent pas leurs félicitations aux auteurs.

La vallée perdue

Ce film en couleurs de 8mm, oeuvre de Raymond CARNUCCINI fit rajeunir le club de deux ans. Cette vallée est située dans l'Ourika où en juin 1967 le photographe René BERTRAND conduisit le PCCM, qui revécut d'agréables et joyeux souvenirs. Grâce à son talent, Raymond CARNUCCINI sut rendre le cadre du paysage mouvementé de la montagne berbère et l'ambiance de gaité qui régna pendant cette sortie. Le commentaire de M. MARTEAU, auquel le président de LANLAY prêta sa voix, contribua à la parfaite présentation du film. Raymond CARNUCCINI fut longuement félicité.

Sur les traces du solitaire

De l'aube au soleil couchant, M. Pierre PRÉBOIS nous donna le visage d'une partie de chasse au gros gibier. On put suivre une équipe de chasseurs à la poursuite du sanglier. Ce film réaliste raconte les déceptions du chasseur aussi bien que sa joie devant la bête traquée, puis chargée triomphalement sur les mulets qui emportent sa dépouille. De chaleureux applaudissements suivis de félicitations saluèrent ce film en couleurs de 9,5mm sonorisé et commenté par son réalisateur Pierre PRÉBOIS.

Section photo

La prochaine réunion de travail des photographes aura lieu demain jeudi 26 mars à 21h dans le sous-sol du Grand Café de l'Atlas. Apporter des diapositives à projeter. Préparation des envois au concours du Photo-Ciné-Club Casablancais.

La presse parle aussi de la réunion de fin avril:

Agréable soirée au PCCM - M. Jean Claude BOURGUEDIEU, vice-président du PCCM pour la section photo, ouvrit la séance. Le président Michel de LANLAY, empêché n'avait pu se rendre à cette réunion générale.

Après avoir rappelé les succès remportés par les membres du club, au concours de photos, organisé récemment par le Photo-Ciné-Club Casablancais, particulièrementpar Mlle Marcelle HEIDET, à qui fut attribué le premier prix dans une série en noir et blanc, et par M. Jean LORTET qui obtint le second prix dans la série diapositives couleurs, le vice-président céda la parole à "l'écran"

La Foire de Casablanca

Grâce à Raymond CARNUCCINI, les spectateurs ont pu faire le tour des stands les plus intéressants de la récente foire de casablanca. Raymond a réalisé, en une quarantaine de photos en couleurs le tour d'horizon de cette grande manifestation annuelle.

Images du Maroc

C'est toujours avec un grand plaisir que l'on assiste à la présentation des diapositives de Jean LORTET. En trente six vues, l'auteur nous conduisit des remparts d'Essaouira au coeur de la médina de Marrakech; puis près de la porte de Bab Doukkala où son objectif a saisi d'une façon très vivante, le galop rapide des cavaliers emportés dans l'élan d'une fantasia.

Actualité-Magazine

Raymond CARNUCCINI dont on connait bien le dévouement pour le club, a filmé en noir et blanc 16mm, au cours de la sortie du 26 avril les photographes amateurs au travail. C'est avec joie que chacun a pu se revoir en pleine action.

Objectif Tassghimout

Vint ensuite la présentation de la récolte photographique, rapportée de cette sortie du club dans la région des Aït-Ourir par Jean BOURGUEDIEU, Mme Claude BÉRAUD, Andrée MAZEL, Marie-Jeanne REVEL, Marie-Claire SITZ, Laurent et Suzy VALLES. Alternativement, Andrée MAZEL et M-Jeanne REVEL, présentèrent la promenade qui emmena l'assistance, des ruines de la colline de Tassghimout au joyeux pique-nique et à la vieille kasbah, en ruines elle aussi, d'Ouanina. La fabrication rudimentaire de l'huile d'olive dans ce petit village, intéressa beaucoup les photographes. Sur l'image de la Koutoubia au clair de lune, prit fin cette soirée. Bravo pour les photographes et cinéastes qui, sans cesse, perfectionnent leur technique et la présentation de leurs belles images.

Juin 1959: Brillante soirée de fin de saison au Photo-Caméra-Club.

Vendredi à 21 heures pour la réunion mensuelle, le pavillon de la Chambre de Commerce était entièrement occupé par les membres du Photo Caméra Club et leurs amis. J.L. REVEL en fait le compte rendu dans la presse.

En ouvrant la séance, le président de LANLAY a déclaré: "Je ne vois devant moi ce soir, que des visages éclairés de joie. C'est sûrement à l'approche des vacances et de l'évasion vers des pays qui permettront aux chasseurs d'images de nous rapporter en octobre un riche butin qui embellira notre écran." C'est sur cet espoir que se sépareront, après la réunion, les membres du club.

En octobre, le succès de ce groupement actif et passionné, ira grandissant. Cette année, les amis se sont rendus aux réunions du vendredi avec plus de plaisir encore qu'au cinéma. Au PCCM règne la cordialité, l'humour, l'échange des bons tuyaux. Le photographe René BERTRAND interpelle, harangue, amuse et, entre temps glisse les conseils les plus précieux. Le spectacle présenté à l'écran est toujours varié: vues en noir, en couleurs, cinéma en noir en couleurs, parfois sonorisés.

Le président a proposé un sujet de concours des films de vacances: "Le mouvement chez l'enfant" en précisant qu'il ne s'agissait pas de simples portraits de famille.

Les images

Le feu est ouvert par une dame: Mme SCLINGAND, vues commentées en couleurs, prises au Tyrol. Des vues prises avec goût et sensibilité artistique au cours d'un voyage d'été. Très vivement applaudi

La sortie dominicale récemment organisée dans le haut Ourika par Messieurs MARTEAU et BERTRAND, a fait l'objet d'un compte rendu, lequel aurait plu à l'empereur Napoléon 1er qui répétait souvent: "Un bref croquis m'en dit plus long qu'un grand rapport". Quel intérêt n'aurait-il pas accordé à la photo !

Or donc, Mlles MAZEL et REVEL ont projeté en couleurs les documents relatant l'excursion du club. On a suivi les escaladeurs courageux, à pied, les cavalières à mulet, le pique-nique sous les rochers, la sieste où certains se sont reconnus en des poses très détendues. Admirable a été la découverte de paysages sublimes, peu connus où le club est décidé à travailler de nouveau. On a aimé plusieurs couchers de soleil et de pittoresques kasbahs. Projection agréable, très appréciée.

Ça et là avec le photographe René BERTRAND

Cahotés d'un sujet à l'autre, nous avons été essoufflés et comblés. Avec fantaisie René BERTRAND nous a promenés au dessus de vieux tapis marocains, expliquant les dessins qui font parfois découvrir des détails "coquins". Nous avons admiré l'aspect étrange d'une fin de jour sur le lac du N'Fils, des kasbahs, le jardin Majorelle où des nymphes bouleversantes se baignet au milieu des nénuphars sans crainte des grenouilles et des serpents d'eau.

René BERTRAND fit appel à d'autres nymphes pour ses futures prises de vues. Il obtint un succès joyeux. Il termina en donnant ce conseil à ceux qui vont travailler cet été: "Ne laissez pas vos appareils "chargés" à la chaleur ou au soleil. La pellicule en souffre grandement. C'est la cause de bien des échecs.

Voyage au Canada

M. SCLINGAND, vice-président du club, qui dirige la section Caméra, présente un amateur bien sympathiquement connu, M. René MIRGON qui a réalisé, au cours d'un séjour au Canada, avec Mme MIRGON, un film d'un puissant intérêt, souvent émouvant. Le film a été pris en 8mm couleurs. Opérateurs: MM CARNUCCINI, MANNEVILLE; matériel du Foyer Moderne. En sonorisation, René MIRGON a commenté la promenade qu'il nous a permis de faire avec lui. C'est un pélerinage qui ne laisse pas indifférents les coeurs français: rues et magasins aux vieux noms de chez nous, canons de bronze de notre armée royale, hautes murailles des forts de Montcalm, blasons fleurdelisés, partout des souvenirs de notre histoire et de nos drapeaux. M. MIRGON a obtenu un succès de haute qualité.

Auprès d'un berceau

Monsieur VALLIER projette le film 16 mm en couleurs, primé au Concours du club. Il est titré "Naissance d'Éric". Nous assistons à la première toilette et au premier bain de l'enfant, puis à ses premiers pas, à ses effrois devant le jouet mécanique qui vibre dans ses petites malns et lui échappe sur le plancher. Éric grandit, préside à son Noël, à la fête de Pâques, au milieu  de jeunes contemporains. Ses gestes de gourmandise sont charmants. Ce film, dont le héros est un véritable bébé Cadum rieur et joufflu, a été longuement applaudi.

Au revoir - Le Président de LANLAY compte sur une formidable progression des effectifs du club en octobre. Le club est le foyer où chacun, en bonne compagnie, bénéficie de l'expérience du voisin. La photo et le cinéma sont les découvertes sensationnelles qui complètent l'imprimerie et intéressent petits et grands.

L'activité du PCCM est ici rendue par seulement trois compte rendus de réunions mensuelles de cette année 1959 (mars, avril, juin). Il manque à cette année les nombreux autres compte-rendus que la presse a diifusé et que nous n'avons pas encore trouvés. Merci à tous ceux qui auraient d'autres documents concernant le PCCM de les partager avec tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de Marrakech et du sud du Maroc. Dans une prochaine parution du blog nous parlerons de l'Exposition photographique internationale organisée en 1960 à Marrakech par le PCCM.


18 juillet 2016

SALAM MARRAKECH EN DEUIL: JEAN MARSILIO NOUS A QUITTÉ LE 17 JUILLET

L'ASSOCIATION DES ANCIENS DE MARRAKECH PERD L'UN DE SES FONDATEURS

Jeannot-Marsilio-1983Robert Lucké, notre président, nous apprend avec beaucoup d'émotion le décès de son ami Jeannot, qu'il connaissait depuis la maternelle à Marrakech et qui l'avait puissament aidé en 1983 à créer l'ASAM - l'association des anciens de Marrakech. Jean était resté longtemps vice-président de l'association et ce n'est que récemment qu'il avait laissé sa place à plus jeune que lui.

Jean était atteint d'une maladie incurable et n'avait pas pu participer au Moussem 2016 tellement il était affaibli. D'ailleurs au Moussem 2015 il s'aidait déjà d'une canne pour se déplacer. Yvette Bennot/Marsilio sa femme qui ne manquait aucun Moussem n'était pas venue non plus en 2016, seule leur fille Dominique nous avait révélé l'issue inéluctable.

Jean était donc présent au Moussem à La Souvine le 21 juin 2015 et avec sa femme Yvette, il partageait la même table que Guy et Andrée Lamon. Guy est décédé  accidentellement le 5 aout 2015, Jean aura mit moins d'un an pour suivre la même route.

Moussem_lamon_456  Jean, Yvette, Guy, Andrée lors du Moussem 2015 (20 juin) étaient assis à la même table.

Le blog Mangin@Marrakech exprime ses condoléances et son affection à Yvette et aux familles MARSILIO et BENNOT, éprouvées par ce deuil. Il dit toute sa sympathie à Robert LUCKÉ et à tous les amis qui contribuèrent comme Jean au rayonnement de l'ASAM et de Salam Marrakech.

Ceux qui voudraient écrire les souvenirs de leur amitié avec Jean et Yvette ou adresser des condoléances à Yvette, à Dominique, aux petits enfants et arrières petits enfants et  aux familles  Marsilio et Bennot peuvent le faire dans les commentaires au bas de ce faire-part.

Une photo des débuts de l'association dans les années 80 nous rappelle une partie de l'équipe de Salam Marrakech.

Marsilio-lucké-agouram-1985

Robert Lucké, Mahmoud Agouram, Jeannot Marsilio à l'époque des débuts (Photo Salam Marrakech)

Si vous voulez partager des photos souvenirs de Jean, vous pouvez les envoyer au blog par mangindemarrakech (arobas) free.fr

Le service religiieux aura lieu à l'Église Notre Dame du Bon Secours au Pontet (84130) ce prochain vendredi 22 juillet à 14 heures. Ensuite la famille et les amis se rendront au crématorium d'Avignon pour 15h15. Le sachant, ceux qui ne pourraient être présents à leurs côtés pourront ainsi les accompagner par leurs pensées et leurs prières.

16 juillet 2016

LE PHOTO CAMERA CLUB DE MARRAKECH EN 1958

LE CINÉMA ET LA PHOTOGRAPHIE AMATEUR AU DÉBUT DE L'INDÉPENDANCE À MARRAKECH
Créé en 1956, le PCCM prend de l'ampleur dès 1957. En 1958 il est devenu un club connu et renommé.
En janvier 1958 la presse locale titre : Nombreuse affluence au Photo-Camera-Club et le journaliste rend compte du succès de la réunion mensuelle publique.
Ce jeune club connaît une prospérité, une vie, dont, à chaque réunion mensuelle, on constate les progrès rapides
Tout s'y passe dans une athmosphère amicale; on échange de "tu-peux" techniques; les séances s'accompagnent toujours de projections intéressantes et inédites, révélant de beaux talents d'amateurs.
En ouvrant la séance, le président Michel de LANLAY s'est félicité de voir dans la salle du Pavillon d'Agriculture, pour cette réunion du vendredi 24 janvier, une assistance si nombreuse.
Il a lu les suggestions déposées dans la boîte "Courrier de l'objectif". Les principales souhaitent l'organisation à Marrakech d'un Salon de la Photo, qui constituerait un véritable Festival de la Photo et du Film.
M. BOURGUEDIEU se voit confier la création d'un comité qui mettrait sur pied le salon.
Une autre suggestion expose l'intérêt que présenterait un reportage, film et photos couleurs, sur l'orange, le fruit d'or de Marrakech; récolte, traitement en usine, emballage, conserverie au Quartier Industriel.
Le concours de photos-couleurs
Le thème propose était " Le mouvement chez l'enfant". Il n'y a pas eu d'envoi en noir et blanc. Par contre, en photo-couleur il a été permis de juger 14 sujets, projetés à deux reprises. L'assistance entière a pris part au vote, notant chaque image de 0 à 20.
Le dépouillement des bulletins permit de décerner les 4 premiers prix à Mme de LANLAY. La première des vues est un chef d'oeuvre: sur une plage, deux jeunes enfants blonds, beaux et bronzés, échangent un fraternel baiser.
Pendant les opérations du dépouillement le docteur BOUDET a présenté un séduisant appareil "Pancinor" qui offre l'avantage de remplacer plusieurs objectifs.
Notre route de vacances
Mme Mady SULTAN présente, en couleurs, commentées et sonorisées, les diapositives "La route de nos vacances" en Espagne et en Portugal par Gibraltar.
Cette projection a obtenu le plus unanime des succès. Bien composées et enchaînées, très artistiques, ces vues se font admirer par leur finesse et la poésie qui s'en dégage.
Mme Mady SULTAN, nous l'espérons, vous donnera encore l'occasion de la complimenter.
Le voyage de S.M. le Roi à Marrakech

25-PHotoTentes- PCCM - pht prés de Bab-Doukala visite du RoiM. Raymond CARNUCCINI a fait un remarquable reportage filmé en couleurs et sonorisé du passage à Marrakech de S.M. MOHAMMED V; ci-dessus le village de tentes près de Bab Doukkala.
On admire la décoration de la ville, les arcs de triomphe lumineux, les fêtes et les aouaches dans les vallées de la proche montagne. Voilà un précieux document très applaudi.
À Paris
M. SCLINGAND et M. Gilbert SOUDANT ont passé des vacances prolongées à Paris, explorant le coeur du vieux Paris, le plus pittoresque, celui qui, au long des quais, palpite au bord du grand fleuve. Les eaux donnent des hommes et des choses un reflet adouci et frissonnant.
"La projection dure 15 minutes, ont précisé les auteurs, mais les prises de vues nous ont demandé 15 matinées de recherches et d'affûts passionnés".
Magnifique a été le résultat, comme l'ont prouvé les applaudissements prolongés de l'assistance. C'est un film de grande classe, digne de figurer dans un festival.
La réunion s'est terminée par un divertissement, grâce aux deux films de professionnels présentés par M. René BERTRAND: "Rive de Noël" et "La révolte des jouets"

Le photographe René BERTRAND qui soutient le PCCM se voit confier une mission spéciale en Europe (Angleterre, Allemagne, Suisse, France) par le ministre du Tourisme du Maroc de mi-avril à mi-mai 1958.

L'Alliance Internationale du Tourisme s'était réunie cette année-là à Marrakech et une projection très admirée de diapositives en couleurs de René BERTRAND sur Marrakech avait eu lieu à La Mamounia. 

"Savez--vous que vous possédez un trésor dans votre bibliothèque de photographe ? Il faut montrer sans tarder ces images dans tous les pays d'Europe. Ce sera pour le Maroc une retentissante propagande" lui fut-il déclaré !

Jean-Claude_Bourguedieu-PCCMDe son côté Jean-Claude BOURGUEDIEU (cliché ci-contre par R. Carnuccini) travaille en 1957-58 sur les diaporamas dont le nom n'est pas encore inventé (par Kodak). Pour éviter le noir entre deux diapos, il met au point sa "table manuelle" et avec deux projecteurs il explore le fondu-enchaîné. Plus tard il fera des cours sur la réalisation de diaporamas et dans ses exemples se souviendra de Marrakech.  Voir un extrait de son cours:

"...Quand vous montrez quelque chose (à l'écran), c’est inutile de le décrire. Quand vous dites : « au bout de l’avenue on découvre la Koutoubia qui nous amène dans les quartiers marocains » : cette phrase n’ajoute rien aux images. En revanche si vous expliquez que cette grande avenue « qui était l’ancienne avenue Mangin, maintenant s’appelle Mohamed V », le spectateur pense : « mais en effet, les Français on fait du protectorat. S’ils l’appelaient Mangin qui était un officier français et que tout d’un coup ça s’est appelé Mohamed V qui était l’ancien roi du Maroc, c’est qu’il y a eu un changement. En outre, on reconnaît dans cette avenue, d’après la forme de ces bâtiments, une architecture qui se rapproche plus de l’architecture occidentale, européenne que de l’architecture marocaine, arabe que l’on va voir après : le texte complète l’image.

Studios-bertrand-avenue-mangin Photo Bertrand

De même sur la Koutoubia, vous pouvez dire de quelle année elle date, que c’est la sœur jumelle de la Giralda à Séville puisque c’est le même architecte qui l’a construite. Ça, on ne le voit pas sur l’image donc vous pouvez rajouter ça dans vos commentaires.(...)

Ce qu’il faut, c’est dire ce que l’on ne voit pas exactement sur l’image et, inversement, vous montrez ce que l’on ne peut pas dire. Évitez de faire des doublons, entre ce que l’on voit et ce que l’on entend. Au début, c’est la grosse faute du débutant. Il a tendance à montrer ce que l’on entend et à dire ce que l’on voit. C’est la redondance, il faut l’éviter et je n’insisterai jamais assez là-dessus."

Le diaporama ne serait-il pas né à Marrakech ?

a-22-Juin58-PCCM - Broncoscopie juin 1959-60LE PCCM EN JUIN 1958 : Résultats du Rallye ciné-photo.

Au cours de la réunion générale du PCCM, du vendredi 27 juin, dans la Chambre d'Agriculture, le président de LANLAY a remis les prix du Rallye-ciné-photo du 8 juin dernier et qui connut un vif succès.

Voici la liste des prix:

Section photographie: 1er prix M. JAMET; 2e prix M. BISCH; 3e Edmond DESBROSSES; 4e Mme DESBROSSES; 5e Mme SCLINGAND; 6e M. de FERRON; 7e M. LE BARRON; 8e Mme PRÉBOIS; 9° M. DELAY; 10° M. LAFAY; 11° M. LE MAT, 12° M. HARDUIN; 13° Mlle SCLINGAND; 14° Mme CAMHY; 15° M. BRUGNOLI; 16° M. VURLAN.

M. BRUGNOLI reçut le prix de la meilleure photo que lui valut une de ses photos particulièrement artistique et originale. M. DAVISET se vit attribuer le prix de la malchance que des incidents techniques empéchèrent de réaliser de bonnes prises de vues.

Section cinéma: 1er prix: M. MULLER; 2e prix: M. BIHEL; 3° Mlle SITZ; 4° M. PELAY; 5e M. MENARD; 6° ex-aequo MM CAMHY et HARDY. C'est M. CAMHY qui reçut ici le prix de la malchance. Victime de pannes mécaniques de sa caméra, il n'a pu nous montrer l'humour et l'originalité de ses scènes.

Chaque concurrent reçut un prix grâce à la générosité des donateurs qui les avaient offerts et que le PCCM tient à remercier. Sa reconnaissance va tout particulièrement aux Maisons BERTRAND, ERARD-DEFORGES, GOZLAN, FERRANIA, MARTINI, PHOTO-CINÉ MANGIN, ZURITA ET M.J. REVEL.

Tandis que les photos étaient exposées sur les panneaux, les films des quatre premiers vainqueurs passaient sur l'écran. Le film de Raymond CARNUCCINI déclencha de nombreux rires dans l'assistance pour les scènes d'actualité prises pendant le rallye. sur les rives du lac du N'fis. On a pu suivre le sérieux acharnement des concurrents dans les épreuves qui leur étaient demandées: filmer une partie de boules, un changement de roue d'auto, un schampooing au savon dans un oued, l'un des concurrents donna le shampooing à son cocker.  Raymond fut salué par de chaleureuses félicitations pour son habileté de reporter-cinéaste.

Au cours de cette dernière réunion générale avant le repos des vacances, nous avons été heureux d'admirer quelques réalisations de membres de club.

Vienne et le Danube ( sur la musique "Le beau Danube bleu")

Un documentaire de Mme SCLINGAND réalisé lors de vacances en Autriche. Les vues prises avec le souci évident de mettre en valeur les monuments, les paysages ou les scènes locales nous ont fait vivre ce voyage que René SCLINGAND a commenté avec son éloquence habituelle. Marcelle SCLINGAND fut très longuement applaudie pour ses diapositives de choix.

Branchoscopie

Avec le docteur BURZONI, nous avons pénétré dans un domaine rarement exploré. Ce film nous a permis d'assister à la délicate intervention que représente une branchoscopie. C'est la seule opération de ce genre qui ait été filmée. Et si nous n'avons pu voir plus tôt ce chef d'oeuvre dans lequel le Dr BURZONI a surmonté les difficultés techniques, c'est que ce film a longtemps été retenu à un Congrès médical de Lyon. Le film a été réalisé avec la collaboration des docteurs COSSET et CASALTEROS. Des applaudissements prolongés, dirent toute l'admiration du public à l'auteur de ce film en couleurs de 8mm.

Dans une grande usine de fabrication de pellicules

 Pour terminer la réunion, des délégués de la Maison Ferrania avaient bien voulu venir jusqu'à Marrakech, pour nous présenter un film sur la fabrication d'émulsions pour photo et cinéma. Cette projection en couleurs sur film 16mm et sonorisée a vivement intéressé l'assistance qui applaudit avec chaleur.

À minuit passé, la séance fut levée. Le président Michel de LANLAY remercie les organisateurs des activités de l'année et souhaita de bonnes vacances à tout le monde, espérant que chacun reviendrait chargé d'une abondante moisson de films et de photos.

LES 19 & 24 OCTOBRE 1958 AU PCCM

Le dimanche 19 octobre, la sortie à Around du PCCM a connu un plein succès

b-21-58oct-PCCM - Un dimanche

On pourra écrire dans les commentaires le nom des visages reconnus sur la photo publiée dans la presse. Les journalistes ont rendu compte de la journée dans les colonnes des journaux.

C'est joyeusement, malgré l'heure matinale (7h30) que l'expédition photocinématographique prit la route vers la montagne, sous la conduite du vice-président du club, Jean-Claude BOURGUEDIEU.

a-20-58-oct-PCCM - sortie à ArroundUn soleil radieux, qui ne faillit pas de toute la journée permet d'assurer que la moisson de photos et de films, glanée tout au long du chemin, sera des plus réussies. Cette sortie connut un plein succès. Plus de soixante mordus se la pellicule, membres du club, parmi lesquels de nouveaux inscrits, et leurs amis, se déclarèrent enthousiasmés par cette journée.

L'année dernière, le club avait rapporté d'une promenade dans les mêmes lieux de très beaux clichés. Jean-Claude BOURGUEDIEU, qui pour sa part avait pris de nombreux portraits des sympathiques habitants du village d'Around, distribuait à chacun sa propre image. Ce geste fit la joie de tous et surtout celle des enfants. C'était la première fois que pareille attention leur était faite.

Dans le cirque d'Around, non loin de l'oued Rherhaya, face au Toubkal (4185m), après l'effort de la montée depuis Imlil, un pique-nique donnait aux chasseurs s'images les forces nécessaires pour affronter la marche du retour. À 5 heures la caravane se regroupait à Imlil autour des voitures, sous l'oeil étonné du gardien, surpris de cette affluence particulière en ce dimanche d'automne. Au moment de se séparer, après ce jour trop vite passé à 1900 mètres d'altitude, chacun remerciant Jean-Claude BOURGUEDIEU, organisateur de l'excursion, entrevoyait déjà dans son coeur la prochaine évasion.

CONVOCATION: ASSEMBLÉE ET RÉUNION GÉNÉRALES - Vendredi 24 octobre à 21h dans la Salle de la Chambre d'Agriculture, avenue de Casablanca. Le bureau du club sera élu pour l'année 1958-59. Tous les membres du club sont instamment priés d'assister au complet à cette importante réunion. Programme des projections: Diapositives en couleurs: Visite à l'exposition de bruxelles, de René ROUX; Sur la route de Zagora, de Suzy VALLES; Cinéma: Sur les pistes du Sud (film en 9,5 de Pierre PRÉBOIS. Ainsi qu'un film professionnel surprise.

LA PRESSE REND COMPTE: BRILLANTE PREMIÈRE SÉANCE DU VENDREDI AU PCCM

La réunion des membres du PCCM vendredi de 21h à minuit a prouvé que la saison qi s'ouvre allait connaître une brillante activité.

Le président Michel de LANLAY, ouvrant la séance, s'est réjoui de voir dans les rangs de l'assistance de nombreux visages nouveaux. Il a pris la parole en ces termes:"Octobre 1958. Une nouvelle saison qui s'ouvre pour le Photo Caméra Club. Reprise d'activité ? Certainement pas, car s'il est un temps où les appareils de prise de vues fonctionnent à plein rendement, c'est bien durant cette période des vacances, qui vient de se terminer pour un bon nombre d'entre nous.

Certains sont partis vers d'autres rivages, d'autres horizons, d'autres sujets, certains sont restés, bravant la canicule qui ne les a pas ménagés cette année. Tous ont pressé le bouton, tourné la manivelle, rapporté des trésors... ou des déboires ! Trésors colorés dont nous allons dans nos réunions prochaines avoir la joie d'apprécier les beautés. Déboires noirs qui assombrissent la joie de recevoir et de déficeler fiévreusement le paquet de films ou de vues attendu avec telement d'impatience (Déboires passagers qui s'effaceront au cours des réunions de travail où l'on en discutera et où l'on tentera de réparer (pour l'avenir) les erreurs commises.

De la couleur et du noir, de la joie et de la tristesse. Ne sommes nous pas là pour les embellir avec les conseils des anciens et l'amitié qui nous lie. Un bulletin a été remis à tous les membres présents dans la salle. Que ce bulletin sous sa formr nouvelle apporte à tous ces conseils et cette amitié, qu'il soit la liaison permanente avec tous; - ceux qui assiduement sont présents à nos séances, - ceux qui voudraient bien mais ne peuvent pas être de ces assidus, - ceux qui voudraient bien mais n'osent pas. À ces derniers surtout nous disons: Il faut oser; nous sommes faits pour vous et surtout pour vous. Ne restez pas seuls avec vos hésitations, vos tatonnements et votre appareil. Venez au club, vous vous épargnerez les déboires qui ne peuvent manquer de vous assaillir inutilement. Confiez-les nous, nous les effacerons. Venez avec votre 'noir' Nous vous apporterons notre 'couleur'.

Le nouveau bureau

Le bureau de 1957-1958 est en entier démissionnaire. Le président présente la liste des candidatures au bureau prochain: elle porte les noms de tous les anciens. Les membres du PCCM les estiment tous tellement irremplaçables, après les preuves de dévouement et d'expériences données, qu'ils sont réélus par acclamations, à l'unanimité.

Le président rend hommage au travail réalisé par J-C BOURGUEDIEU vice-président chargé de la section photo; il s'est révélé le propagandiste le plus efficace du club et le meilleur guide des jeunes. Félicitations également aux cinéastes. Ceux-la ont su travailler remarquablement en équipe: les PARROT, les GOLDENBERG, les SULTAN.

Remerciement à M. GOZLAN, le dévoué sonorisateur, à René BERTRAND, ERARD&DEFORGES, et à tous les commerçants qui ont aidé le club de leur générosité.

Place aux images

Après que M.GOLDENBERG eut parlé des projets cinéma et M. BOURGUEDIEU du programme photo, M. de LANLAY annonça un grand projet en 1959 pour lequel Mlle Marie-Jeanne REVEL livre bataille avec une belle énergie: un Salon de photo-cinéma, où tout le Maroc "amateur" sera convié. Que chacun donc fourbisse ses armes en vue de ce tournoi des images.

Ceci dit, l'écran s'éclaira et permit d'admirer des photos en couleurs prises par M. et Mme VALLES au cours d'une promenade sur la route d'Ouarzazate. Au micro, le commentaire était fait par une jeune voix claire, par Mme Suzy VALLES. On applaudit largement les images pleines de sensibilité, bien composées.

M. René ROUX a vu l'Exposition de Bruxelles. Il en a rapporté le butin d'une collection de fort intéressantes photos en couleurs. Le ciel n'était pas très favorable. Cependant M. ROUX a obtenu de beaux effets de nuages; on l'a vivement félicité.

La photo du mois est présentée par M. BOURGUEDIEU, c'est une rue de la Plage du Cap Ferret. Le ciel offre la douceur des couleurs irisées de la nacre et de la perle, le sable est blond, la mer bleue sans violence, le groupe qui se dore au soleil a la vivante couleur de la chair. Cette image de vacances heureuses est due à Mme de LANLAY; beau succès.

Le film de la période héroïque du club

Il fut pris au début des activités du club, au Hartsi. Il montre le commando du dimanche s'efforçant de saisir "Le mouvement" pendant les entraînements au stade des athlètes marrakchis. Période héroïque dont, avec habileté et humour, Raymond CARNUCCINI enregistra photographiquement le souvenir.

En auto vers Ouarzazate

Au début de la séance, M. Pierre PRÉBOIS nous avait fait suivre la route des chiffres en présentant, comme trésorier du club, le compte rendu financier. Il se révéla, avec plus de flamme, brillant cinéaste dans "Sur les pistes du Sud". À bord de sa voiture, nous cheminâmes au pied des fières Kasbahs. Toujours reçus avec plaisir, saluames Tinghir et pénétrames dans l'hallucinante gorge du Todra. Chasseur inoffensif, il nous montra la fuite élégante des gazelles. "Je n'ai pas, a-t-il remarqué, la prétention de vous présenter des visions nouvelles. Mon but était de montrer à mes amis de France l'un des beaux visages du Maroc". Il fut très applaudi.

La réunion se termine par un film commenté par FERNANDEL: La chèvre de M. Seguin.

Adressons sans réserve nos félicitations au bureau du PCCM. Grâce à lui et aux membres du club, Marrakech tient une belle place dans cette "Cité du Cinéma" où tant d'étrangers, tant de firmes célèbres du monde entier viennent capter nos paysages, nos couleurs, notre soleil.

Sur la fin de l'année 1958 il y eut une soirée de Gala au ROYAL AUTOMOBILE CLUB avec 130 convives. Une sélection de travaux des photograohes et cinéastes amateurs du PCCM ont été repris et améliorés en atelier pour être présentés au tout Marrakech.

2 - Soirée automobile club

On remarquera les améliorations: Les essais de Jean LORTET se sont transformés en "Dimanche en montagne"; Le voyage en Espagne d'Andrée MAZEL est intitulé "le lumineux visage de l'Andalouisie" Quant aux vues de Marrakech de jour et de nuit prises par Mlle REVEL, elles avaient pour titre: "Ombres et Lumières". Les vues de Paris d'André GOLDENBERG sont devenues "Folklore de Paris" Quant au travail des SULTAN, GOLDENBERG et PARROT il apparait sous un nouveau thème: "Un certain Spoutnik". Paris était à l'honneur ce soir là avec le sous titre "Quais de la Seine", pour le film de Gilbert SOUDANT et René SCLINGANT. Les commentaires et la sonorisation des films avaient été repris pour tenir compte des améliorations conseillées dans les ateliers du club.

Le blog remercie Maurice CALAS et Raymond CARNUCCINI de partager avec nous ces souvenirs rassemblés pour la plupart à partir des articles de presse de l'époque. Ici nous avons reproduit des documents de l'année 1958. On trouvera sur le blog la page de l'année 1957. Nous préparons aussi une année 1959 du PCCM. Les noms des personnes citées nous font penser que leurs familles ont chez elles des trésors photographiques et cinématographiques de cette époque. Nous appelons les de Lanlay, les Bourguedieu, les Boudet, les Sultan, les Soudant, les Sclingand, les Jamet, les Bisch, les Prébois, les Brugnoli, les Camhy, les Harduin, les Desbrosses, les Burzoni, les de Ferron, les Delay, les Menard, les Hardy, les Goldenberg, les Roux, les Valles et tous les autres à partager leurs souvenirs du PCCM et leurs photos.

09 juillet 2016

DEUX SPAHIS DE MARRAKECH

LE SPAHI JEAN TAROT

Spahi-Jean-TarotMobilisé en juin 1940 dans les Spahis, Jean Tarot n'y resta que deux mois et à l'Armistice il fut affecté dans les chantiers de jeunesse au Maroc, puis remobilisé en novembre 1942 dans les Tirailleurs marocains. Nous le voyons ici dans l'uniforme des spahis. Le blog a déjà présenté son histoire de 1942 à 1945 avec les Tirailleurs. Revenu à Marrakech, il s'nstallera avec sa famille à La Targa. Merci à Blandine pour ce souvenir.

Un fils recherche des témoignages sur son père

Jacques Bernon cherche  à retrouver des souvenirs: "Mon père Julien Noël BERNON né en 1906, a été sous-officier dans un régiment de spahis marocains, dans les années précédant la guerre 39-45. Il n'a jamais parlé de ces années-là, ni de celles qui ont suivi d'ailleurs (interné-résistant en Pologne ). Une photo du 3ème escadron du 3ème régiment de spahis vue sur internet ( et qui ne peut être agrandie ) me fait penser que mon père est au premier plan, à droite de l'officier." Voir --> la photo
Qui pourrait mettre Jacques sur une piste pour lui permettre d'en savoir plus ? Il vous en sera reconnaissant.

JULIENXNOËLXBERNON

Venu de ses Cévennes natales Julien Noël Bernon vit le jour en 1906 à St Julien-des-Points. Quand il arrive à Marrakech son signalement précise: taille: 1,64m, cheveux bond clair, yeux bleu clair, front vertical et visage large.

Il vient du 1er Régiment de Chasseurs à Cheval d'Alençon, et a fait avec ce régiment de juillet 1928 à juin 1930 la campagne des Pays Rhénans. Il est au 1er Hussards quant il obtient le grade d'Adjudant en janvier 1936 (JO du 16.01.1936)

Il arrive au 2e RSM le 21 janvier 1939 et sera nommé Adjudant chef, le 1er juillet 1939. Il repartira pour la France avec son régiment en octobre. Pendant ces sept à huit mois à Marrakech il exercera ses talents, notamment comme cavalier et recevra les félicitations de son chef de corps. Le photographe marrakchi Kynel était présent.

Kynel-Bernon_ mars-2016 -130

Sur l'hypodrome de Marrakech

Bernon-jacques-

Un franchissement d'obstacle sous le soleil de Marrakech (Photo Kynel)

En France l'Adjudant-Chef Bernon combattra de novembre 39 à l'Armistice du 22 juin 40. Il sera cité à l'ordre du régiment pour sa conduite face à l'ennemi. Adjudant-chef au Poste de commandement du Colonel (Colonel Geoffroy tué au combat), "a sous les bombardements et malgré une action retardatrice difficile a assuré la discipline du poste de commandement. Calme sous les bombardements il a réuni  tout un faisceau de renseignements qui ont permis le regroupement des différents éléments du régiment".  Il sera fait prisonnier à Étreval (Meurthe et Moselle) et aura la Croix de guerre 39/40. On trouvera sur le blog --> un hommage aux spahis.

Un autre spahi, le sous-officier Sainseaux, fut fait prisonnier à Étreval, mais put réussir son évasion. Voir caserne Donop.

L'Adjudant-chef Bernon sera en captivité  pendant deux ans en Allemagne jusqu'en juin 1942, puis interné comme Résistant en Pologne jusquà sa libération en mai 1945. Il aura la Médaille Militaire par décret de janvier 1946 et la Médaille commémorative française de la guerre 39-45 avec barrette France. Il fut rengagé pour un an jusqu'en mars 1946.

Qui pourrait aider Jacques à obtenir des renseignements sur son père et sur son escadron du temps où il était au 2e RSM?

Posté par TIMKIT à 14:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 juillet 2016

MARRAKECH EN 1958, LE PHOTOGRAPHE RENÉ BERTRAND

LE PHOTOGRAPHE RENÉ BERTRAND, MARRAKECH ET L'ARTISANAT

Venu de Suisse avec sa femme, il installa son studio au Guéliz et fut un photographe de Marrakech et du Haut Atlas très remarqué. Grâce à Maurice Calas, ancien de Marrakech, passionné de photographie et de cinéma d'amateur, qui les a conservées nous pouvons disposer de cartes postales de l'année 1958. Nous en exposerons une vingtaine pour commencer.

1-MRK,vue AériennenKoutoubia,1958 1 - Vue aérienne de Marrakech, la Koutoubia

Marrakech la rouge, sait changer de couleur à certaines heures, au point de devenir blanche et verte

2-MRK,vue aérienne,médina,1958 2 - Marrakech, vue aérienne, Une partie de la Médina.

Les maisons marocaines, les riads, avec leurs jardins dans la ville.

3-MRK, les tanneries,1958 3 - Marrakech, les Tanneries

L'artisanat du cuir a une place importante dans l'économie de Marrakech, André Bertrand met en perspective, les fosses des tanneries au bord des remparts, le minaret de la koutoubia et la chaîne de l'Atlas.

4-MRK, jardin Majorelle,1958 4 - Marrakech, Jardin Majorelle

En 1958 les palmiers gardaient une taille raisonnable, aujourd'hui ils ont beaucoup grandi et le jardin en est tout transformé.

5-MRK,jardin Majorelle,1958 5 - Jardin Malorelle, le grand bassin.

Marrakech est une oasis fabriquée par l'homme qui a su créer des espaces de fraîche verdure en plein désert. Majorelle utilise les techniques ancestrales des marocains pour créer et irriguer son jardin.

6-MRK, marqueteur,1958 6 - Marrakech - Le Marqueteur

René Bertrand met en valeur l'artisanat et les artisans marocains. En 1958 il y a inquiétude sur l'avenir de ces techniques à l'épreuve de la mondialisation naissante. Le photographe veut montrer le patrimoine qu'il ne faut pas brader.

7-MRK, maequeteur 2, 1958 7 - Marrakech - Le Marqueteur et ses outils

René Bertrand aime mettre en valeur les métiers traditionnels, leurs techniques, leurs outils et les chefs d'oeuvres des artisans.

8-MRK, Souk, la kissaria 1958

 8 - Marrakech - Les souks - La Kissaria

En 1958, les souks étaient peu fréquentés à certaines heures. Le tourisme souffrait des décisions des premiers gouverneurs. Tel Mehdi Sakkali, qui dès sa nomination en février 1956 en raison de ses conceptions religieuses étriquées décida de faire disparaître de la place Djemaa el Fna les bateleurs, charmeurs de serpents, danseurs, etc.. ruinant ainsi le commerce et le tourisme à Marrakech.

9-MRK, Souk,artisant babouches9 - Les souks - la confection des babouches

L'artisan devant sa table basse utilise les outils traditionnels. René Bertrand photogtaphie non seulement la babouche terminée, mais aussi l'artisan et la forme en bois qui lui sert pour réaliser ses oeuvres.

10-MRK, artisant cuivre,1958

10x-xMarrakechX-XLesXsouks - Le travail du cuivre

Le photographe montre l'excellence. Le compas est l'outil qui permet d'établir le dessin d'ensemble.

11-MRK,Souk, dinandier,195811 - Marrakech - Souk dinandier

La variété des objets de la dinanderie est une richesse de Marrakech avec ses coupes, ses sous-coupes, ses chaudrons, ses casseroles, ses cruches et ses chaudrons. L'artisan dinandier utilise ici l'un de ses outils favoris, le petit marteau qui permet d'effectuer des gravures sur le cuivre.

12-MRL,Tisserant,1958

12 - Marrakech - Les tisserands sur leur métier à tisser

Comment éviter que ces techniques se perdent, de même que les riches dessins des couvertures, alors que les industries occidentales ou extremes orientales à bas coùt inondent les marchés de produits insipides?

13-MRK,confection tapis,195813 - Marrakech - La confection de tapis.

Deux femmes accroupies devant le métier à tapis mêlent le fil à la trame. Les échevaux de couleur du même bain du teinturier sont mis en réserve pour terminer la pièce.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

14- Marrakech - La poterie

14-MRK, poterie,1958La décoration des poteries: les jarres et autres récipients terminés ont reçu un vernis qui leur donne leur meilleur aspect et contribue à la dureté de chaque pièce. Les dessins des motifs et leurs mises en couleur sont effectués préalablement à la main.

 

15-MRK,Souk orvèvres1958

15 - Marrakech - Souk des orfèvres -

René Bertrand nous montre sur la même photographie, la beauté des objets, l'artisan qui les crée, ainsi que quelques uns de ses outils. On reconnait des mains de fatma, des fibules, des boucles d'oreilles, des étuis de poignard, des chaînes, des bracelets, des bagues, etc..

16-MRK,musée,Dar si Saïd, cuivres,1958

16 - Marrakech, Musée Dar Si SaÏd - cuivres et dinanderie

17-MRK,palais Bahia,moulures de porte,1958

17 - Marrakech - Palais de la Bahia - Moulures de porte -

18-MRK,palais ,Bahia,panneaux sculté,fenêtre,1958

18 - Palais de la Bahia - Panneaux sculptés et fenêtre

19-MRK, palais, Bahia,frises,moulures,1958

 

19 - Palais de la Bahia - Plafond, Frises et moulures

20-MRK,palais Bahia,coin repos,grille,1958

20 - Palais de la Bahia - Coin repos et grille ouvragée

21-MRK, palais de la Bahia, plafond,1958

21 - Palais de la Bahia - Plafond

René Bertrand est un photographe amoureux du Maroc et principalement de Marrakech et des tribus berbères du Grand Atlas. Cette première série de photographies visant à montrer la richesse et la beauté de l'artisanat à Marrakech en 1958 sera suivie d'autres clichés du photographe dans un futur proche. Si vous avez d'autres photographies de René Bertrand vous pouvez les envoyer au blog mangindemarrakech (arobas) free.fr afin qu'elles soient publiées. Vous pouvez aussi écrire des commentaires à propos de l'année 1958, sous le règne du roi Mohammed V. Merci à Maurice Calas pour sa collection.


20 juin 2016

PREMIERES IMAGES DU MOUSSEM 2016

LE SAMEDI 18 JUIN, IMAGES DU REPAS À AVIGNON

AU RESTAURANT LES AMIES SE MONTRENT DES PHOTOS

1-copines-moussem-16

Mmes MARTIN, STEPANOFF, GARCIA

A LA TABLE DU PRÉSIDENT, LES CONCEPTEURS DE L'ESCAPADE À NOGARO

2-Robert-Lucké-Laurence-Moussem-2016

Laurence et Michel Nakache, Bernadette et Georges STACHEWSKY, Robert LUCKÉ

LA TABLE FENEYROL, ANGELLOZ, CHAUVENET

4JACKY-FENEYRO-MONGENET-MOUSSEM-160 Jacky en grande conversation avec le président Jacques Chauvenet de Salam Sports

LUCKÉ JEUNE, PAUL GARCIA, SIMONE BARUK

5-PAUL-G-LUCKÉ-FIS-BARUK

Il y a tant de choses à se raconter...

DANY STEPANOFF ET ADRIEN TILLET

6-STEPANOFF-TILLET-moussem-16

L'échange des souvenirs sportifs

LE DIMANCHE 19 JUIN AU CENTRE DE LA SOUVINE APRÈS L'APÉRITIF À L'OMBRE DES OLIVIERS

APERÇU DES CONVIVES

11-apercu-salle-a-maner-moussem-16 Les nouveaux arrivants du dimanche se mêlent à ceux qui avaient commencé la recontre la veille.

LA FAMILLE KOLLER-LEFEVRE ET COMPAGNIE

7-Table-lefevre

Les entrées et la carafe de rosé arrivent sur la table.

LES CALAS, DELAVIÈRE, POMARES

9-Calas-Delaviere-moussem-16 Maurice, Jacques, Claudine

LE STAND PÂTISSERIES ET THÉ À LA MENTHE

10-patisseries-beau-barukmoussem-16 Annie BEAU et Simone BARUK. Exceptionnellement Chama empéchée n'avait pu être présente. Son absence fut remarquée et regrettée.

UNE AMBIANCE BIEN MARRAKCHIE

12-doigts-levés-moussem-16 Ils lèvent presque tous la main.

14-Table-Peau-Mussem-16 Une table avec les frères BERTRAND, Marijo BATTESTI, Jacqueline LÈBRE  , Nicole PAU.

LA GÉNÉRATION DES LYCÉENS DU LYCÉE VICTOR HUGO

15-LVH et Hassan2-moussem-16 Avec d'autres, ils représentent les jeunes retraités qui ont connu le LVH ou le lycée Hassan II: Dany Stepanoff, Marcel Martin, Jojo Stachewsky étaient présents.

LES ÉLÈVES D'UNE MÊME CLASSE OU D"UN MÊME QUARTIER SE RETROUVENT

16-achim-moussem-16315   Ici  , Annie MARIAN / DARIER, Gérard ACHIM, Jacqueline LÈBRE.

Ces quelques photos en primeure permettront à ceux qui n'ont pas participé d'être un peu présents au Moussem 2016. Ceux qui ont pris d'autres photos peuvent les envoyer à l'adresse du blog : mangindemarrakech (arobas) free.fr  afin qu'elles puissent être publiées. Ceux qui auraient des messages à transmettre peuvent écrire des commentaires.

12 juin 2016

TRANSMISSIONS - LES ONDES RADIO À MARRAKECH

TRANSMISSIONS À MARRAKECH

Marrakech s'est éveillée aux ondes radio avec la venue du colonel Mangin et de ses troupes en septembre 1912. À l'époque la section transmission du Génie installa une superbe antenne qui pouvait bien faire 10 mètres de haut, dans les jardins du palais de l'Aguedal.

télégraphieGrâce au photographe E. Michel nous avons une photo de cette toute première installation, faite pour relier Marrakech à Rabat et Casablanca. Le photographe édita son cliché en carte postale et lui donna pour légende: Le personnel civil et militaire de la télégraphie sans fil au pied du pylone dans les jardins de l'Aguedal.

télégraphie-AguedalEffectuons un zoom pour mieux voir ces pionniers de la communication à Marrakech. une petite vingtaine de personnes. Des spécialistes des ondes radio-électriques avec leurs casquettes blanches à larges bords expliquent en particulier aux chefs d'entreprises ce que les ondes vont leur permettre de réaliser bientôt à Marrakech. Des marocains participent à l'opération.

41è R TDu côté militaire, l'unité est le 41e régiment de transmission dont l'insigne montre des ondes autour de l'étoile chérifienne et le croissant de lune enserre le T majuscule des télégraphistes.

Après cet événement fondateur de la TSF à Marrakech ( on pourrait ériger une stèle du souvenir dans les jardins de l'Aguedal à l'ancien emplacement de cette antenne). Radio Maroc commença à emettre en 1928 et le développement de la radio se fit assez vite. En 1930 l'imagination était dans la rue, notamment à l'occasion d'un concours de radios "embarquées".

30-TSF_ChameauLe chamelier sans-filiste, modèle pour la promenade tous terrains dans le bled, comportait une antenne rayonnante dont le design était inspiré de la statue de la Liberté de Bartholdi devant le port de New-York. Le sponsor DUBONNET avait installé sa marque sur le parcours.(Photo Trompette)

30TSF_vélosD'autres avaient équipé leur bicyclette avec leurs appareils récepteurs ( postes à lampes) et antennes tous formats, le roseau servant de support à plusieurs équipements.

30_TSF-juryMonsieur Dubeauclard ayant à sa droite le Docteur Veyre et à sa gauche Monsieur Chanoine

Le rallye radio marocain (article dans la presse de l'époque)

On peut ne pas aimer la radiophonie et bannir résolument de chez soi tous ces appareils aux noms barbares qui, lorsqu'ils daignent fonctionner, émettent des sons cacophoniques ou annoncent des nouvelles dépourvues de tout intérêt. ( Si vous trouvez ce tableau un peu trop poussé au noir, convenons ensemble que la T.S.F. est une merveilleuse invention dont les applications pratiques se mettent au point et s'améliorent chaque jour. Elles seront parfaites dans quelques années).

On peut donc adopter en face du mouvement sans-filiste une atitude réservée, mais on ne peut pas ne pas admirer l'ingéniosité des dirigeants de la radiophonie marocaine. Groupés en une jeune et forte Fédération, les amateurs de T.S.F. de l'Empire Fortuné, viennent de participer, le 25 mai, à une pittoresque manifestation: le Rallye-Radio marocain, succès d'autant plus mérité, qu'à de réelles qualités techniques, les concurrents surent mêler ce grain d'humour si nécessaire en pareil cas.

Le départ a été donné aux nombreux concurrents qui avaient adopté des moyens de locomotion variés. L'automobile dominait naturellement, motos, bicyclettes étaient en nombre, mais le gros succès alla au concurrent qui, amateur de couleur locale autant que de radiophonie, était juché sur le dos d'un chameau.

Le premier qui parvint au contrôle final d'arrivée fut l'automobiliste Tamini, à 11h28, suivi de près par MM Moreuil, Canas, Chanoine et Fromentin. À 11h45 arriva majestueux et paisible le chameau de M. Teulier, dont nous reproduisons l'ingénieuse installation. radiophonique.

Les autres concurrents et concurrentes grossirent peu à peu le nombre des arrivants, tant et si bien que près de cent cinquante personnes assistèrent au repas champêtre que présidait M. Canas, président du Radui-Club.

M. Dubeaucalard, directeur général des P.T.T. au Maroc, l'animateur de Radio-Maroc, avait bien voulu honorer de sa présence cette manifestation à la fois sportive et sans-filiste. À ses côtés, nous avons remarqué M. le docteur Veyre, M. Luppé, M. Barathon, M. Chanoine, etc...

Tous les assistants applaudirent chaleureusement M. Canas, qui remercia, au nom des sans-filistes marocaines., M. Dubeauclard de son appui si précieux. À l'issue du repas, le Directeur général des P.T.T. remit à M. Bertrand, président technique deu Radio-Club Marocain, la croix d'officier du Ouissam Alaouite, que lui décerne M. Lucien Saint en raison des services importants rendus à la radiophonie marocaine.

Le classement définitif des concurrents put être établi après l'examen de leurs feuilles de route. Mais une épreuve de ce genre a surtout une valeur de propagande auprès du grand public. C'est aussi, comme le souligne notre confrère "La T.S.F. au Maroc", l'occasion de mettre au point un montage nouveau, aussi réduit que possible; mais avant tout, c'est l'une des multiples manifestations de l'amateurisme, auquel tout dernièrement encore M. le général Ferrié tenait à rendre un juste hommage.

Grâce à des manifestations aussi originales, les sans-filistes marocains intéresseront les non-initiés et gagneront de nouveaux adeptes à la cause de la T.S.F.  Elle en a besoin si l'on veut que la radiophonie progresse et nous apporte tout ce que l'on est en droit d'attendre d'elle.

La radiophonie étant sans contredit, parmi les manifestations de l'esprit humain, la plus moderne et la plus attachante, il est tout à fait logique que le Maroc qui sut si rapidement et si heureusement intégrer les découvertes les plus récentes soit encore là au premier rang.

Le docteur Veyre qui à Marrakech apprit le vélo et la photographie au Sultan Moulay Abdelaziz au début du XXe siècle, inventa un modèle de poste radio qui pouvait recevoir des émissions d'ailleurs, mais aussi émettre. Ce poste avait pour nom ÉMIR. C'était bien plus perfectionné que les postes à galène.

Poste-Emir-1928-TSF

À MARRAKECH LES SANS-FILISTES FAISAIENT CLUB

TSF_Gozlam_57 L'un des plus connus était Albert GOZLAM, identifiable sur les ondes par l'indicatif CN 8 AU - Il avait aussi un commerce et faisait souvent la sonorisation des manifestations, fêtes et événements.

Radio-Atlas Service, 107 rue Arset El Maach

Albert GOZLAM est décédé en mai 2008, laissant les sans-filistes orphelins.

Qui racontera des souvenirs autour de la radio  au Maroc ?

Posté par TIMKIT à 21:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

02 juin 2016

LES ÉLÈVES PILOTES PARTAGENT LEURS SOUVENIRS

UNE PHOTO DE PROMO D'ÉLÈVES PILOTES, AVEC DES ANCIENS DE LA 61-A (plus loin des photos de la 60-E)

Promo_61_A De gauche à droite: Debouts: Sgt PONS, Sgt PENE, Sgt LAUZE, C/C BILLARD, S/Lt HENRY, Lt LE-NOUVEL, Sgt JEANSON, Sgt BIGOT, C/C COMETTI, Sgt BERTHELET; Accroupis: C/C ROBIN, C/C PLUSJAUD, C/C FUCS, C/C CUADRAD, C/C PRELY, C/C BENET, Sgt COSNE. (voir la promo 61-A photo envoyée par Michel Védrines)

Marcel PARIAT, avait plusieurs copains dans la promo 61 A, qui comprenait des marocains et des français, en particulier JEANSON, Jean-Claude COSNE et Yves-Marie BIGOT. Marcel les a connu à Marrakech alors qu'avec sa Promo, la 61B, il s'aprêtait à suivre le cursus de l'école de pilotage de la base de Marrakech. Mais c'est seulement en 1962 qu'il a récupéré cette photo d'une partie de la 61A pendant sa formation quand il est passé à L'ETR à la BA 115 à ORANGE. En effet sa promo, la 61B n'a pas pu faire sa formation à Marrakech, comme prévu.

Marcel PARIAT raconte: ".Je n'ai passé que 4 mois a MRK, du 19 octobre 1960 à février 1961 à la BE 707, nous étions très nombreux en attente et logions dans les combles des bâtiments élèves.
-J'ai fêté mes 20 ans,
-J'ai passé le permis de conduire sur une traction avant ,
-Je conduisais l'ambulance 6 cylindres Dodge du 1er secours sur le terrain annexe de Sid Zouine, toujours le premier sur les lieux après les chevaux de bois ou les pylônes dans les nuages de poussière.
-J'ai surveillé les cars d'écoliers à la sortie des cours du lycée Mangin
-J'accompagnai les sorties en cars des week-end , vallée Ouarzazate entre autres
-Les sorties avec les copains à l'Oukaimeden.
Nous étions comme des rois.
Ancien arpet de la P25."

Mais après le décès de Mohamed V, le nouveau souverain, Hassan II exigea que les troupes françaises quittent le Maroc ou bien qu'elles adoptent les uniformes marocains.

"Ma promo,la 61 B est rentrée en France nous avons été la 1 ère promo à Cognac le 15 février 1961. J'ai été breveté pilote de chasse n°39317 le 26/ 01/ 1963"

Puis Marcel a fait une belle carrière sur Mirage IIIE, Mirage F1C, Mystère IVA AlphaJet, puis à l'École de l'Air, à l'Assistance technique pour le Qatar à Doha et Directeur des EPAA. Retraité fin 1994.

Merci à Marcel pour cette photo et pour le partage de ses souvenirs, d'autres photos et témoignages sont les bienvenus.

ROGER MACHAVOINE, AUSSI ÉLÈVE PILOTE À LA BA 707 DÉCOUVRE LE BLOG: " Je suis arrivé à Marrakech en avril 1960. Le Cdt. de la BA 707 était le Col. FEUVRIER ,le patron de la DI. était le Lt-Colonel DAILLOUX qui pilotait  le C47-746YS en reconnaissance secteur, puis mon Cdt. du 1er Escadron était le Cne COLLAS, mon instructeur le Sgt. BASSET, mon testeur le Sgt. MORDEFROY. En été lors de la fermeture de la DI, je fus détaché au GEJ auprès de l'Adt-Chef GERY
Notre "chien jaune" était "chef-chef" à l'entrée de la Base. Excellent souvenir de cette période à 20 ans avec un sortie à l'Oukaimeden ..J'ai retrouvé ce blog "Mangin@Marrakech grâce à un Adt-Chef d'origine Marocaine, armée de terre, ami des Aviateurs, marié à une Française et né dans la 2ème maison sur la route de la Base. J'ai sympathisé avec ce retraité au cours de la cure dernière, mai 2016 à Vernet-les-Bains. J'etais de la promo 60 F à Marrakech, je peux retrouver quelques anecdotes et photos de cette période mais il me faut dépoussièrer les albums." Roger de la Chasse Bordel et du Bombing

L'Aviation a su le conserver après une carrière pleine de 30ans. Engagé volontaire à 20 ans, de 2ème classe à Lt-Colonel en fin de carrière à 50 ans, puis colonel honoraire en CPN. Activité aérienne très soutenue, plus de 10.000 H de vol dont 7600h sur réacteur MIII et MIV A. Toujours instructeur vol à voile à l' UCPA de St. Girons comme bénévole.

Les lecteurs du blog sont impatients de découvrir photos et anecdotes que Roger se propose de partager.

MICHEL DUTREY, ÉLÈVE PILOTE À MARRAKECH ÉTAIT DE LA 60E
"J'ai connu beaucoup d'élèves pilotes qui sont sur les photos de la 60F étant moi-même de la 60E. J'ai fait une carrière de pilote de chasse avant de rejoindre l'aviation civile. Que de bons souvenirs et de bons amis de cette période heureuse mais assez stressante en ce qui concernait l'apprentissage de pilote, pas si facile que cela..."

Pour voir les élèves pilotes de la 60 F cliquer ICI
Michel a bien connu tous les élèves pilotes de la 60F:  "Avec Darch nous étions dans la 60E, mais nous avions fait toute l'instruction militaire ensemble, CI et Pelotons 1 et 2. Beaucoup de souvenirs donc, que nous entretenons encore plus de 50 ans après. "

ROGER RÉPOND À MICHEL "Salut Michel Si tu as les photos de la 60 E et F , tu les numérises. Yvan LEONARD, notre S/?S de chambrée et ami avec Yves BIGOT , DARCHE et Pierre SAUVAJON sont sur le coup. STÉPHAN et l'ADC nous accompagnaient à Zidi-Zouine , quelques beaux souvenirs de décollages dans la verte avec un nuage de terre ....."

Bienvenue sur le blog à Michel, Roger, Marcel et à leurs amis qui sont invités aussi à faire des commentaires. Tous les anciens élèves pilotes peuvent nous envoyer photos et souvenirs pour les partager sur le blog.

MICHEL DUTREY PUBLIE PLUSIEURS PHOTOS DE LA 60E

1-Tir-au-RAM-RAM Au RAM-RAM, le pas de tir, sous les casques lourds, ou assis dessus.

2-Darche-Dautrey-Gérard_ Neveu-Delmetz-56DARCHE, Michel DAUTREY et derrière Gérard NEVEU. "Nous avions démonté le lit de DELMETZ en son absence".

3-Promo-60E-58 LA PROMO d'ÉLÈVES PILOTES 60-E2 sur le Tarmak de la Base aérienne de Marrakech

Zoom sur les élèves pilotes, côté gauche

60E-g

Zoom sur la partie centrale de la photo de promo

60E-m

Accroupi à gauche: Michel Dutrey. Parmi les élèves pilotes de la promo, 9 étaient marocains deux ont poursuivi le pilotage Mohamed Mellouki et El Mehdi.

Zoom sur les élèves-pilotes de la 60E2, côté droit

60E-d

Accroupi: deuxième en partant de la gauche Myrtile Darcheville Qui aidera à retrouver les noms des élèves pilotes et de leurs moniteurs?

premièr pas 001Premier pas: Darche et Gérard Neveu. (Merci à Darche pour la photo devant le T6)

 

4-loukaimeden-DC3-63 Un DC3 largant des vivres sur la station de l'Oukaïmeden bloquée par les neiges.

5-Colis-largué-59Un colis récupéré: "Nous ramenons un colis qui vient d'être largué. Toute la station n'était approvisionnée que par ces largages.."

6-Pot-lacher-Sidi-Zouine-60

À SIDI ZOUINE, le pot du lacher: de gauche à droite: X, X, X, X, X, X, X, X.

Michel Dutrey nous confie: "Malheureusement, je ne me souviens pas de tous ceux qui ont participé à la 60E. Sur les 62 ou 63 élèves pilotes du début, les 2/3 environ ont été, soit éliminés dès les premiers mois, soit ont renoncé d'eux-mêmes pour différentes raisons.
Après environ 60 heures de vol effectuées à Marrakech, la promotion a poursuivi sa formation sur la base de Cognac où quelques élèves pilotes de la 60D nous ont rejoints."

  La PROMO 60E à la Base école d'Orange sur FOUGA. Michel Dutrey se souvient de quelques élèves pilotes, mais pas de tous, car la promotion a beaucoup bougé dans sa composition: "Je retrouve plusieurs noms avec quelques informations, de la promo originelle et de ceux qui s'y sont rajoutés.
A noter ensuite qu'en ce qui concerne la promo 60E "chasse", une dizaine de PEA (anciens d'Algérie) ont fait leur transformation avec les dix élèves pilotes de la 60E d'origine (MRK et Cognac)."

8-Promo-Tours-chasse-B-62 Sur la base aérienne de Tours, la Chasse B.

Michel Dutrey nous parle des membres de sa promo: "Elèves Pilotes ayant fait la chasse : Girard (LTT de réserve, ingénieur de formation), Dalpozzo (dit l'ami Dal, évidemment) qui a fait une carrière dans l'armée de l'air. Marty, qui a été accidenté alors qu'il était en escadre de chasse. Beaucourt (dit KIKI) qui après une carrière de chasseur est devenu pilote "free lance", il est décédé lors d'un accident aérien à Aurillac. Roger Azelard qui après la chasse est entré à Air Inter. Duplech, dit Tonton, qui a fait une carrière militaire. Pierre Foucher, qui après un début de carrière dans la chasse a rejoint le transport puis l'aviation civile, Tchad et Coopération. Jacques Beaudeaux, dit Bodo, qui après chasse et Bombing a fait une carrière à Air France. Myrtil Darcheville qui a fait une carrière militaire. Michel Dutrey qui après la chasse a fait une carrière civile, lignes et plus longuement pilote garde-côtes des douanes. LeCorre...Puis : Belli, Abraham, Lamblot, L'Medhi, qui n'ont pas terminé leur formation de chasse.
Elèves Pilotes ayant fait le transport :Miras (EOR) ingénieur de formation. Bascop qui a fait une carrière à Air France après l'armée de l'air. Martin, qui a fait partie de notre aventure à Loukaimeden..... La liste n'est pas exhaustive....
Elèves Pilotes ayant fait Hélico : Gérard Neveu, qui a ensuite fait carrière à Air Inter. Pahud... Jean Vizioz qui a fait une carrière de pilote civil après l'armée de l'air, toujours sur hélicoptère.....
Elèves Pilotes ayant "enchaîné" directement à la DMP comme monits : Vannier (dit Dugommier), Egéa, grand musicien. Puis Hus  et Camille Lenenn qui ont fait la chasse après avoir été monits. Là aussi la liste n'est pas exhaustive... Et il y a évidemment les 10 PEA qui nous ont rejoints à Tours."

Merci à Michel DUTREY pour le partage de ces souvenirs en images et des membres de sa promo qui inspireront d'autres élèves-pilotes de Marrakech dans de nouveaux récits sur cette époque et permettront de renouer des liens anciens.

28 mai 2016

ÉCOLE AUGUSTE RENOIR, PREMIÈRES CLASSES 1959-1962

Depuis son ouverture en 1959-60 l'École Auguste Renoir a accueilli de nombreux élèves dont certains avaient commencé leur scolarité dans d'autres établissements de la ville, notamment au Guéliz.(voir plus loin)

UN RICOCHET DE L'ESCAPADE À NOGARO
Marie-Noelle-Surleau-Sommabere Blandine est revenue dans le Gers, revoir son amie Marie-Noelle SURLEAU/SOMMABÈRE.  

Elles se connaissent depuis le LVH, le lycée à côté de l'école Auguste Renoir. La photo illustre les Re-retrouvailles après Nogaro. Tout le monde sait que dans le Gers, le bonheur est dans le pré.

ÉCOLE AUGUSTE RENOIR

Nous présentons quelques classes des premières années de l'établissement qui était double car il y avait deux directeurs, messieurs BERNARD et PIOT qui chacun dirigeait une équipe d'instituteurs de la maternelle au CM2.

Nous avons regroupé une quinzaine de photos de classe des années 1960 à 1962. Certaines comportent déja plusieurs noms et prénoms, d'autres méritent d'être largement complétées.

1960- CLASSE DE CM2, INSTITUTEUR MONSIEUR AUGUSTE

Renoir-60-CM2-Auguste

Qui a eu Monsieur Auguste comme instituteur ?

De gauche à droite: rang du haut: - COHEN, VANOVERSCHELD, X, X, Georges BENAYOUN, Philippe CARRÉ:

Rang du milieu: X, X, X, X, - X, X, Karl SOUSSANA, X, X, X, X, MARTIN, - X, Gilberte GIACOMONI, X;

Rang assis en bas: NÉ, Dominique LADOUCE, Sylvaine GAMBA, X, X, X, X, X, Gaspard MACHUCA, X. 

Cette photo de Dominique SCHOOFFS est déja parue le 10 octobre 2009.

1960 - CLASSE DE CM1 - INSTITUTEUR Mr GRENIER

Renoir-60_CM1-Instit-Grenier

Grosse classe de CM1: de bas en haut, de gauche à droite: Rang assis devant: X, X, X,- X, X, X, X, X, X, X, X,- X, X, X; Rang debout sur les côtés: X, X, X, - X, X, X; Deuxième rang assis: X, X, X, X, X, X, X, X, X; Troisieme rang assis: X, X, X, X, X, X, X, X; Quatrième rang assis: X, X, X, X, X, X, X, X, X.

 1960- CLASSE DE CE2

Renoir-1959-60

De gauche à droite: Rang du haut: X, X, X, X;

Rang du milieu supérieur: MANOLLOS, X, - X, X, X, X, X, X, X, X:

Rang du milieu inférieur: NEGRAOUI, X, X, - X, X, X, WENIG, X, X, X, X, X, - Pascale TESTE, X, X;

Rang assis en bas: CLERC, X, X, X, Institutrice, X, X, X, X, X.

 1960 - COURS PRÉPARATOIRE

Renoir-60-CP-Tahsaine

 Biens serrés, les bras croisés: Assis devant: X,- X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, - X; Instituteur

Deuxième rang: X, X, X, X, X, X, X, X, X; Troisième rang: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Quatrième rang: X, X.

L'AUTRE ÉCOLE DE RENOIR EN 1960

CLASSE 4 DE MADAME CAREL (ou KAREL ?)

Renoir-60-Me Carel-Joseph-Bitoun

 De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X, x, X, X, X, X; Rang du milieu: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, Marie Noelle SURLEAU, X; Rang assis: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, Madame KAREL.

Qui dira dans quel rang se trouve Joseph Bitoun ?

CLASSE 5 -

Renoir-60-Renoir1-Classe5-Luis-Gopaldas

Qui retrouvera Luis Gopaldas sur la photo ?

1961 - 1962  DEUXIÈME ANNÉE DE L ÉCOLE RENOIR

1961-62 - CM2 -CLASSE DE MONSIEUR GRENIER

Renoir-61-62-CM2-Grenier 

De gauche à doite: Rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, GÉA;

Rang du milieu: Mr X, BRICKI, X, X, X, X, ABT, X, Gisèle GLUMARA, X, PRÉBOIS, MAHINC, X, X;

Rang assis devant: X, PUVILLAND, X, X, Abderhamane TRICKI, X, X, X, THIÉRY, X, X, X, X, X, X. 

1961 - 62 COURS MOYEN 2

Renoir_61_CM2_Chabanne

 

De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang du milieu: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang du bas: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X. 

1961-62 COURS ÉLÉMENTAIRE 1

Renoir_CE1_61 

DE GAUCHE À DROITE ET DE HAUT EN BAS:A gauche debout: X, assis: X; Rang Supérieur: Noureddine Taj, Joel Musso, X, X, X;  Rang deux, Mohamed Benallal, X, X, X, X, X, Luis Gopaldas, X, Rang suivant: X, Samir Gragueb, X, X, X, X, X, X, X, Michel Picoli; rang devant: X, X, X, X, X, X, X, Rachida Negraoui, X, X, X. A droite: debout Najia Bounagui, assis: X,

1961 - COURS PRÉPARATOIRE DE MADAME KAREL

Renoir_CP_Karel_61

 

De gauche à droite: rang debout: X, X, X, X, X, X, X, X, Evelyne GOUZIN, X, X, X, X; Rang du milieu: X, Jaouad CHBANI IDRISSI, X, X, X, X, X, X, X, X, Brigitte MAGIORANI, X, X, Jérome FRANCK, Mme KAREL institutrice; Rang assis: Georges DESCAMPS, Michel BENISTY, Marie-Hélène COUTIN, X, X, X, X, X, Marie-Thérèse CARRERA, X, X, X, François THONIEL, X. 

1961-62 MATERNELLE

Renoir_61_62_Mater_Giacomoni_22_59_48

De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X: Rang du milieu: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang devant: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X.

1962 - CLASSE DE CE2

Renoir-62-CE2_Tahsaine

De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X, X: Rang intermédiaire supérieur: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang intermédiaire inférieur: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang devant: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X.

1962 - CLASSE DE CE 1 - INSTITUTEUR MONSIEUR PIOT FILS

Renoir-62-CE1-Instit-Piot-fils-du-directeur

De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang intermédiaire supérieur: Mr PIOT instituteur, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang intermédiaire inférieur: X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang devant: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X.

1962 - CLASSE DE CE1 -MADAME N

Renoir_62_CE1_Benisty

De haut en bas et de gauche à droite:à compléter dans les commentaires

Rang du haut X, X, X, Evelyne GOUZIN, X, X, X, X, X, X, X; Rang du milieu: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang devant: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X.

1962- CLASSE DE CP

Renoir-62-CP-Favret

De haut en bas et de gauche à droite:à compléter dans les commentaires

Rang du haut X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang suivant: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Deuxieme rang: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang devant: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X.

Cette page permet de retrouver les élèves et les instituteurs sur la même courte période des débuts de l'école Auguste Renoir. La France pouvait maintenir ainsi au Maroc un enseignement  permettant d'être en cohérence avec les programmes de la République. À la même époque les autres écoles de la ville étaient remises au gouvernement marocain. Les écoles de la Palmeraie, du Hartsi, des Oliviers, du Guéliz et de la Médina changèrent de nom et dispensèrent les programmes marocains. On peut ajouter dans les commentaires des récits de souvenirs de cette époque 1960-1962 à Marrakech. Si vous disposez d'autres photos de cette période il est possible aussi de les rajouter sur le blog.   

19 mai 2016

SALAM MARRAKECH A PUBLIÉ SON 130e NUMÉRO

UN NUMÉRO COMPOSÉ D'IMAGES "LAISSANT PARLER NOTRE COEUR AUTANT QUE NOTRE MÉMOIRE"

SALAM MARRAKECH-129-130

LE MOUSSEM D'AVIGNON S'APPROCHE: 18-19 JUIN

Salam Marrakech n°130, "Le lien des anciens Marrakchis" contient pas moins de 76 messages de ses lecteurs et présente une liste de soutien qui dépasse les 120 contributeurs. Le Président Robert Lucké dans son éditorial détaille les festivités du Moussem 2016. La possibilité de venir à la rencontre des amis dès le samedi 18 juin en s'inscrivant à la soirée et au repas, de réserver une chambre d'hôtel à proximité du restaurant, puis de participer à la journée du dimanche 19 à La Souvine. 

La photo de couverture montre la restauration du Choeur de l'église des Saints-Martyrs par l'artiste portugais Carles Arola. Le blog publiera volontiers des photos en couleur envoyées par ses lecteurs.

Pour retrouver une photo de l'ancienne fresque réalisée par le frère bénédictin André Bouton et son frère Jacques, ainsi qu' un historique de la création de Salam Marrakech, activer ce lien: ICI

Saints-Martyrs-Marrakech-2015 

Par certains côtés la nouvelle fresque rappelle l'ancienne: le Christ pantocrator en majesté, dominant les astres, avec l'Évangile selon Saint-Jean ouvert, les médaillons des quatre évangélistes, les cinq martyrs franciscains sacrifiés le 16 janvier 1220 devant la Koutoubia et agitant des palmes en l'honneur de la royauté du Christ comme au jour des Rameaux, le tout avec de belles couleurs. À noter que la Koutoubia n'avait que 20 ans à l'époque. Qui nous communiquera d'autres photos des détails de cette fresque ? 

Salam-bonnes-adresses-56 Un document évocateur de souvenirs de commerces et services en 1954, dont vous trouverez la totalité dans le n°130.

Photos-diverses-salam-130 Des photos pour retrouver la mémoire et les pistes qui conduisent aux amis.

Une relique: la feuille qui a lancé Salam Marrakech en 1982, par la plume, un brin lyrique de Robert Lucké:

Salam Marrakech-n°1

Oui, mes chers soeurs et frères du MAROC. La légende ne dit-elle pas que c'est "la-bas", chez nous, qu'HERCULE est allé cueillir les pommes d'or des HESPÉRIDES accomplissant ainsi l'un de ses sept travaux ! !

Les jardins des HESPÉRIDES, SES ORANGERS...

Bientôt, ils seront en fleurs; fermez les yeus et respirez leur parfum.

Mais, aufait, pourquoi ne nous retrouverions nous pas afin d'évoquer les parfums, les sons et les couleurs de notre "MÈRE", ne sommes-nous pas frères et soeurs de lait ? l'Ànesse et la Chamelle étant les mamelles de ce petit coin de paradis appelé "MARRAKECH" 

Ceci étant, il a été constaté à chaque réunion organisée par notre Association SALAM, que les Marrakchis, apparentés et sympatisants, étaient de plus en plus nombreux. De ce fait, à la demande de certains camarades, il a été décidé de créer un groupe "MARRAKECH" tout en restant au sein de SALAM, lequel nous a permis de nous retrouver toutes et tous, et à qui nous rendons Hommage.

À cette fin, nous avons besoin de votre avis et de votre aide.

Divers projets germant dans nos esprits pour tâcher de mener à bien cette réalisation.

Tout d'abord, chaque année un rassemblement pique-nique serait organisé, a priori dans le Midi. Cette formule simple paraissant la meilleure et excluant tout souci d'organisation.

Si nos fonds le permettent, nous éditerions tous les deux ou trois mois un petit bulletin (modeste) dans lequel seraient insérés, outre les noms et les adresses, tant de Marrakech qu'en Métropole des amis qui voudraient bien se faire connaître, quelques nouvelles, avis de recherches, réflexions, remarques, historiettes, etc.. etc.. (sans aucune prétention). À ce sujet il faudrait donner un titre à ce bulletin : Pourquoi pas "Le Petit marrakchi" - "L'Écho Marrakchi" - "L'Ancien Marrakchi" - "Le Bulletin de Marrakech", puis dans la mesure de nos possibilités nous pourrions établir un annuaire des "MARRAKCHIS".

En nous communiquant votre accord éventuel, nous vous demandons une petite participation pécunière d'au moins 10 francs afin de constituer un fonds de caisse pour faire face à nos futures dépenses.

RÉPONDEZ NOUS EN GRAND NOMBRE, CELA NOUS ENCOURAGERA - FAÎTES CONNAÏTRE NOTRE INTENTION À VOTRE ENTOURAGE. MERCI....

En attendant la mise en place de ce petit projet, Rendez-vous au rassemblement des 21-22-23 Mai 1982.

LUCKÉ Robert - 10 rue A. Daudet - 13870 ROGNONAS.

C'est donc, il y a 34 ans que furent lancés les Moussems d'anciens marrakchis et la revue (dont le nom n'avait pas encore été choisi). de même furent créés un "fonds de caisse" et le projet d'un annuaire marrakchi (réalisé en 1988); mais on ne parlait pas encore de création d'une association d'anciens de Marrakech. Cela viendra très vite...comme une évidence.

Merci à Robert Lucké et à tous ceux qui composaient son équipe à cette époque d'avoir osé lancer le projet de Salam Marrakech et des Moussems. Merci aussi à tous ceux qui ont apporté leur concours à la réussite de cette aventure depuis tant d'années

Chacun peut partager dans les commentaires ce que lui évoque la nouvelle fresque de l'Église des Saints-Martyrs ou le chemin parcouru avec SALAM MARRAKECH depuis la création de son concept en 1982 ou remercier Robert Lucké pour son audace créatrice et sa persévérance dans l'amitié...