MANGIN@MARRAKECH

19 mai 2016

SALAM MARRAKECH A PUBLIÉ SON 130e NUMÉRO

UN NUMÉRO COMPOSÉ D'IMAGES "LAISSANT PARLER NOTRE COEUR AUTANT QUE NOTRE MÉMOIRE"

SALAM MARRAKECH-129-130

LE MOUSSEM D'AVIGNON S'APPROCHE: 18-19 JUIN

Salam Marrakech n°130, "Le lien des anciens Marrakchis" contient pas moins de 76 messages de ses lecteurs et présente une liste de soutien qui dépasse les 120 contributeurs. Le Président Robert Lucké dans son éditorial détaille les festivités du Moussem 2016. La possibilité de venir à la rencontre des amis dès le samedi 18 juin en s'inscrivant à la soirée et au repas, de réserver une chambre d'hôtel à proximité du restaurant, puis de participer à la journée du dimanche 19 à La Souvine. 

La photo de couverture montre la restauration du Choeur de l'église des Saints-Martyrs par l'artiste portugais Carles Arola. Le blog publiera volontiers des photos en couleur envoyées par ses lecteurs.

Pour retrouver une photo de l'ancienne fresque réalisée par le frère bénédictin André Bouton et son frère Jacques, ainsi qu' un historique de la création de Salam Marrakech, activer ce lien: ICI

Saints-Martyrs-Marrakech-2015 

Par certains côtés la nouvelle fresque rappelle l'ancienne: le Christ pantocrator en majesté, dominant les astres, avec l'Évangile selon Saint-Jean ouvert, les médaillons des quatre évangélistes, les cinq martyrs franciscains sacrifiés le 16 janvier 1220 devant la Koutoubia et agitant des palmes en l'honneur de la royauté du Christ comme au jour des Rameaux, le tout avec de belles couleurs. À noter que la Koutoubia n'avait que 20 ans à l'époque. Qui nous communiquera d'autres photos des détails de cette fresque ? 

Salam-bonnes-adresses-56 Un document évocateur de souvenirs de commerces et services en 1954, dont vous trouverez la totalité dans le n°130.

Photos-diverses-salam-130 Des photos pour retrouver la mémoire et les pistes qui conduisent aux amis.

Une relique: la feuille qui a lancé Salam Marrakech en 1982, par la plume, un brin lyrique de Robert Lucké:

Salam Marrakech-n°1

Oui, mes chers soeurs et frères du MAROC. La légende ne dit-elle pas que c'est "la-bas", chez nous, qu'HERCULE est allé cueillir les pommes d'or des HESPÉRIDES accomplissant ainsi l'un de ses sept travaux ! !

Les jardins des HESPÉRIDES, SES ORANGERS...

Bientôt, ils seront en fleurs; fermez les yeus et respirez leur parfum.

Mais, aufait, pourquoi ne nous retrouverions nous pas afin d'évoquer les parfums, les sons et les couleurs de notre "MÈRE", ne sommes-nous pas frères et soeurs de lait ? l'Ànesse et la Chamelle étant les mamelles de ce petit coin de paradis appelé "MARRAKECH" 

Ceci étant, il a été constaté à chaque réunion organisée par notre Association SALAM, que les Marrakchis, apparentés et sympatisants, étaient de plus en plus nombreux. De ce fait, à la demande de certains camarades, il a été décidé de créer un groupe "MARRAKECH" tout en restant au sein de SALAM, lequel nous a permis de nous retrouver toutes et tous, et à qui nous rendons Hommage.

À cette fin, nous avons besoin de votre avis et de votre aide.

Divers projets germant dans nos esprits pour tâcher de mener à bien cette réalisation.

Tout d'abord, chaque année un rassemblement pique-nique serait organisé, a priori dans le Midi. Cette formule simple paraissant la meilleure et excluant tout souci d'organisation.

Si nos fonds le permettent, nous éditerions tous les deux ou trois mois un petit bulletin (modeste) dans lequel seraient insérés, outre les noms et les adresses, tant de Marrakech qu'en Métropole des amis qui voudraient bien se faire connaître, quelques nouvelles, avis de recherches, réflexions, remarques, historiettes, etc.. etc.. (sans aucune prétention). À ce sujet il faudrait donner un titre à ce bulletin : Pourquoi pas "Le Petit marrakchi" - "L'Écho Marrakchi" - "L'Ancien Marrakchi" - "Le Bulletin de Marrakech", puis dans la mesure de nos possibilités nous pourrions établir un annuaire des "MARRAKCHIS".

En nous communiquant votre accord éventuel, nous vous demandons une petite participation pécunière d'au moins 10 francs afin de constituer un fonds de caisse pour faire face à nos futures dépenses.

RÉPONDEZ NOUS EN GRAND NOMBRE, CELA NOUS ENCOURAGERA - FAÎTES CONNAÏTRE NOTRE INTENTION À VOTRE ENTOURAGE. MERCI....

En attendant la mise en place de ce petit projet, Rendez-vous au rassemblement des 21-22-23 Mai 1982.

LUCKÉ Robert - 10 rue A. Daudet - 13870 ROGNONAS.

C'est donc, il y a 34 ans que furent lancés les Moussems d'anciens marrakchis et la revue (dont le nom n'avait pas encore été choisi). de même furent créés un "fonds de caisse" et le projet d'un annuaire marrakchi (réalisé en 1988); mais on ne parlait pas encore de création d'une association d'anciens de Marrakech. Cela viendra très vite...comme une évidence.

Merci à Robert Lucké et à tous ceux qui composaient son équipe à cette époque d'avoir osé lancer le projet de Salam Marrakech et des Moussems. Merci aussi à tous ceux qui ont apporté leur concours à la réussite de cette aventure depuis tant d'années

Chacun peut partager dans les commentaires ce que lui évoque la nouvelle fresque de l'Église des Saints-Martyrs ou le chemin parcouru avec SALAM MARRAKECH depuis la création de son concept en 1982 ou remercier Robert Lucké pour son audace créatrice et sa persévérance dans l'amitié...   


08 mai 2016

TOMBES DE MILITAIRES, MORTS PENDANT LA GUERRE DE 39-45, AU CIMETIÈRE DU GUÉLIZ

LA CASERNE DU 2e RTM EN PHOTOS ET CARTES POSTALES

Avec l'anniversaire de l'Armistice du 8 mai 1945, nous faisons mémoire de tous ceux qui ont combattu pour la liberté et délivré l'Europe de l'déologie nazie. Le 2e RTM, parti de Marrakech en 1939, puis à nouveau en 1943 a participé à cette libération au prix de nombreuses vies. 

Le père de Jean-Michel, comme d'autres pères de lecteurs du blog ont servi au 2e RTM. Jean-Michel voulait repèrer l'ancienne caserne de son père sur un plan pour aller la voir lors d'un prochain pélerinage dans la Perle du Sud. Jean-Michel a quitté Marrakech à 13 ans et a conservé des cartes postales de 1941. Il s'agit de photos de Girardot, éditées à Vesoul.

L'ENTRÉE ET LE POSTE DE POLICE

2°RTM 2 -entree-et-poste-de-police

 Ici, le service de garde effectué par les élèves caporaux du Groupe d'Instruction en 1941. Cette entrée avait été photographiée par Félix en 1917 (Felix n°93 et 94). Dans l'axe s'aperçoit le monument central, le bâtiment de commandement, puis la montagne du Guéliz.

LA COUR CENTRALE

2°RTM 5 cour-centrale Le monument de la cour centrale

DRAPEAU ET GARDE AU DRAPEAU

2°RTM 3 drapeau-et-garde-au-drapeau La place centrale. Le drapeau du régiment et les différents fanions des compagnies.

LE BÂTIMENT DE COMMANDEMENT

2°RTM 4 -batiment-de-commandement Ce bâtiment, avec ses auvents, est caractéristique.

Mais ces vues ne nous donnent pas la situation du quartier Dupas (2eRTM), excepté la silhouette de la colline du Guéliz qui nous indique une direction. Déja en 1917 le photographe Félix publiait sur cartes postales la même entrée. Le 117e d'infanterie occupa ces quartiers en 1917-18 ( photos Félix n° 126, 127, 128 )

LE BÂTIMENT DE COMMANDEMENT EN 1917

82703395_o Photo Félix n°128

UNE PHOTO AÉRIENNE DE FLANDRIN VERS 1930

Caserne 2RTM aérien Au milieu, la place centrale, plus loin la cloture du camp avec l'entrée entre les deux postes de garde, puis des terrains vagues non construits,.. Sur la gauche l'ancienne gendarmerie.

Ces cartes postales permettent d'affirmer que l'entrée de la caserne du 2eRTM se trouvait au sud du camp Mangin, Avenue Pierre Sémard. Elle s'appelle depuis la fin des années 50: Avenue Al Mouqaouama.

Caserne 2RTM (1)

Une photo satellite récente permet de voir que les bâtiments centenaires de la caserne du 2e RTM sont toujours debouts et que le lycée Victor Hugo se trouve plus au nord.

Merci à Jean-Michel FILIPPI de nous avoir aidé à retrouver le berceau du glorieux 2e RTM.

LES TOMBES DE MILITAIRES ENTRE 1939 & 1945 AU CIMETIÈRE DU GUÉLIZ

Tous les soldats morts à Marrakech et sa région, n'ont pas leur tombe au cimetière du Guéliz, loin s'en faut. Les tombes qui s'y trouvent sont pour la plupart celles de nos soldats dont les cercueils n'ont pas été rapatriés en raison de circonstances particulières. Il s'agit souvent de légionnaires d'origine étrangère qui n'avaient plus de famille connue, mais aussi de pilotes, officiers et hommes de troupe morts à l'époque du conflit 1939-1945 où il était impossible de transporter les cercueils en France. En ce 8 mai 1945, nous faisons mémoire en particulier de ceux, morts entre 1939 et 1945 dont les tombes se trouvent au Guéliz. Nous en comptons environ 120 pour cette période. Cette liste est inédite, parce qu'elle rassemble des renseignements épars et indique la localisation de la plupart des tombes; elle ne peut être reproduite sans en mentionner l'origine et la date de publication: Mangin@Marrakech, 8 mai 2016

La lettre H correspond au carré militaire, elle est suivie du numéro de la ligne, puis du numéro de la tombe.

1939

Sépultures des décédés en 1939 : La plupart ne sont pas mentionnés comme "morts pour la France" car leur décés résulte de maladies ou d'accidents en dehors du service. Les légionnaires du 4e Étranger sont les plus nombreux: 9 décès du 4eREI et un du 1er REC, un sergent du Génie,  un tirailleur, un artilleur, un brigadier du Train, deux aviateurs.

Skotarzack Zemon légionnaire 2e Classe 4e REI, mort le 1 janvier 1939,  H11-235

Matelet Marius Sergent 2e RTM  (ou RTS) mort le 22 aout 1939, H3-66

Fraysse Ange Marie Sergent-chef 31e bataillon du Génie mort le  8/9 avril 1939  H3-56

Balzer Heinz légionnaire 2e Cl  4e REI mort le 4 juin 1939, H11 - 236

Pacaud Daniel maréchal des logis RACM Régiment d'artillerie coloniale du Maroc mort le 8 juin 1939  H2-40

Brunet Friedrich légionnaire 2e Classe 4e REI mort le 12 juillet 1939 H11-237

Bernasconi Giovanni légionnaire 2e Classe 4e REI Matricule 62702 mort le 18 juillet 1939 H12-251

Deleuw Peters légionnaire 2e Classe 4e REI mort le 18 juillet 1939

Laroche Pierre brigadier chef 123e escadron du train des équipages militaires 123e ETEM mort le 26 juillet 1939  H3-62

Charolino Guiseppe légionnaire 2e Classe 4e REI Matricule 68331 mort le 9 aout 1939 H12 - 255

Azzopardi Alfred 2e Classe Base aérienne mort le 6 septembre 1939, H4-77  (écrit parfois azzarardi)

Tréoul Raymond Sergent, mort le 20 septembre 1939 H4-78

Hawke Edouard Henry John, Capitaine GAO 581 (Groupe aérien d'observation), né le 20 avril 1908 à Laval, mort pour la France le 26 novembre 1939  H4-8

Delay Victor Brigadier 2e REC mort le 20 novembre 1939 H4-79

Mann Alphonse légionnaire 1ere classe 4e REI mort le 13 décembre 1939 H12-25

Rennen Johann ( ou Renven) né le 17 mars 1904 à Benrath (Allemagne) légionnaire 2e Classe 4e REI mort le 29 décembre 1939  H2-252

Schierloth Louis adjudant 4e REI, mort le 31 décembre 1939  H12 - 254

1940

Les tombes des décédés en 1940, concernent six légionnaires du 2e et 4e REI et ce qui est nouveau par le nombre six aviateurs de la base qui à l'époque se nomme BA207. Le mois de mars 1940 fut particulièrement meurtrier parmi les pilotes où on remarque le décès d'Henri Lacaze dont le frère fut célèbre à Marrakech dans le sport automobile.

Lenk Vojtek, légionnaire au 2e REI, mort le 10 janvier 1940 - H13-279

Kleiber Karl, sergent-chef, 4e REI mort le 2 février 1940 - H12-256

Oulad Brahim ( Brahim ould Charef ben Mostefa ) né le 22 nov 1902  à Mostaganem - gendarme, mort le 28 fev 1940 maladie contractée en service –– H13  274 (H16-352). Sa tombe est une tombe musulmane.

Lacaze Henri, sergent chef, 63e Esc mort le 5 mars 1940 - H6-135

Rebours Joseph, Sergent, 63e Esc mort le 5 mars 1940 - H6-132

Besko Stanislas, Adjudant, Air, Ecole de Pilotage, mort pour la France le 29 mars 1940

Le Taillandier de Gabory Alain, né le 24 novembre 1911 à Virsac (Gironde), Adjudant, moniteur à l'École de Pilotage, mort pour la France le 29 mars 1940. Son cercueil fut rapatrié sur la région de Bordeaux en 1947 à l'initiative de sa famille, ce qui fait que sa tombe ne se trouve pas à Marrakech.

Durand Abel, 63e Esc mort le 31 mars 1940 - H4-88

Ludwig Otto né le 28 aout 1904 à Neustadt (Allemagne) Caporal 4e REI, mort le 10 avril 1940 - H13-275

Moos Germain, légionnaire 4e REI, né le 1er juillet 1893 à Sion (Suisse) mort le 21 avril 1940

Berthaud Yves Caporal BA 207 mort le 23 avril 1940 (H4 85)

Cherubin Charles, légionnaire de 1ere classe, 4e REI mort le 2 octobre 1940 - H13-277

Cationol Jean, apprenti radio, marine, mort le 23 octobre 1940 - H5 -108

Van Oobert Pierre, 1ere classe, 2e REI mort le 27 novembre 1940 H5 - 112

1941

L'année 1941, voit à nouveau beaucoup de décès de légionnaires (Belges, Suisses, Allemands, Tchèque, ..) Le 2e REI a remplacé progressivement le 4e REI parti pour le théâtre des opérations. Ils sont dix légionnaires exclusivement du 2eREI. Les tombes d'un artilleur, d'un soldat du Génie, s'ajoutent à 2 tombes d'aviateurs, la base aérienne est devenue BE707.

Vandermeulen Armand Toussaint, légionnaire de 2e Cl. 2e REI, né le 9 mai 1911 à Carmières (Belgique) mort le 31 janvier 1941  H13 - 280

Kersako Jacques, légionnaire de 2e Cl. 2eREI, mort le 6 février 1941 H13 - 281

Vigneron Hubert, soldat de 1ere Cl. né à Forbach (Moselle), DTM, mort le 25 février 1941 H5 - 110

Varin Gilbert, Marcel, Henri, né le 11 avril 1900 à Porrentuy (Suisse), Adjudant, 2e REI, mort le 27 fevrier 1941 - H14 - 297

Joray Marc Caporal, ne le 9 mai 1902 à Delemont (Suisse) 2e REI mort le 17 avril 1941 - H14-302

Figuière Pierre, Marcel, Louis,né le 3 février 1917 à Paris Sous-Lieutenant, M.S.A.C. Groupe 1/52 de l'aviation, mort le 6 mai 1941 - H5 - 104

Grosse Adolphe, né le 10 aout 1904 à Walterdoff (Allemagne) caporal-chef, 2e REI, mort le 7 juin 1941 - H14 - 299

James Henri, né le 19 fevrier 1896 à Mayence (Allemagne), Caporal, 2e REI, mort le 21 juillet 1941 - H14 - 300

Guellier André, Auguste, né le 12 octobre 1921, à Crépinville (Eure et Loir), 2e Cl. 41e Génie mort pour la France le 24 septembre 1941 - H7 - 150

Gysin Maurice, légionnaire de 1ere Cl. 2e REI, mort le 3 aout 1941 - H14-301

Schmitt Guillaume Sergent, né le 27 janvier 1907 à Thionville (Moselle), 2e REI, mort le 18 aout 1941 - H14-304

Vernoux Henri, né le 21 octobre 1920 à La Rochelle, 2e Cl, RACM (régiment d'artillerie coloniale) mort le 1 octobre 1941 - H7-148

Le Mée Émile, né le 16 février 1906 à Angers, Adjudant BE 707; mort le 26 octobre 1941 H7-146

Pavlik Jan, né le 20 mai 1915 à Prague (Tchécoslovaquie) Caporal, 2e REI, mort pour la France à Tachdirt le 3 novembre 1941 - H14-306

Sander Albert, Caporal-chef, 2e REI, mort le 16 avril 1941 - H14-298

1942

L'année 1942 voit beaucoup de décès. Les légionnaires du 2eREI sont six. Les aviateurs sont six, trois du GB 1/23 sont décédés le même jour. Apparait cette année là le corps des artilleurs avec 5 morts. Un nombre significatif de décès résulte du débarquement anglo-américain sur le Maroc en novembre 1942: cinq tués entre le 8 et le 11 novembre. Cette année là, le 2eRTM compte trois soldats parmis les tombes. On compte aussi plusieurs décés de soldats originaires de La Réunion incorporés au CRRC (Centre de rapatriement des réfugiés coloniaux).

Gilbert Léon, Émile, Marcel, né le 6 février 1899 à Paris, Capitaine, 2e REI, Mort pour la France le 9 janvier 1942 - H15-320

Devaux Luciano, 2e Cl. RACM (regiment d'artillerie coloniale du Maroc) mort le 16 mars 1942     (Devauy) H7-153

Hoier Guillaume, né le 13 janvier 1901 à Datdesheim (Allemagne) légionnaire 2e Cl. 2e REI, mort le 20 mars 1942  - H15-324

Stoker Albert, Sergent-chef, 2e RTM, mort le 29 mars 1942, H7-154

Roux Georges, Fernand, Jules, né le 12 avril 1905 à Nice, Adjudant RACM (regiment d'artillerie coloniale du Maroc) mort par accident le 7 mars 1942, H7-152

Deimay Arthur 2e cl. 2e REI  mort le 6 juin 1942,  H15-321         

Berdoulat Armand Sergent BA 207 Groupe 1/23 né le 30 janvier 1914 à Lissac (Ariège), mort pour la France, le 10 juin 1942 (Hopital Maisonnave) (H8 169)

Pacaud Roger, Claude né le 18 janvier 1912 à Saint-Maur-des-Fossés, Lieutenant C.B. 1/23 Mort pour la France (accident Base aérienne) le 10 juin 1942, H8-177

Eckert René, Jules, né le 6 janvier 1907, à Obernay, (Bas-Rhin), Adjudant-chef C.B. 1/23, mort pour la France (accident d'avion) le 10 juin 1942, H8-175

Escoffier Jean, Louis, né le 31 janvier 1921 à Saint-Jean de Thurigueux(Ain), militaire ? à la Base aerienne, Mort le 22 juin 1942, H8-178

Zucconi Pierre, né à Serra di Scapamène (Corse du Sud) Adjudant 31 du Train, mort le 11 septembre 1942, H9-194

Lions Julien, soldat de 2e Cl. RACM (régiment d'artillerie coloniale du Maroc), mort le 13 octobre 1942, H9-202,

Dupont Christian, né à Dun-sur-Auron (Cher), Brigadier, 11e Groupe autonome de Chasseurs, mort pour la France à Safi,(Zleta de Sidi M'Barek) le 9 novembre 1942, H9-195

Patrick Georges, né le 4 février 1909, à Yassy (Roumanie), légionnaire, 2e REI, mort pour la France à Sidi Mokhtar le 10 novembre 1942, H15-323

Frattini Jean, Antoine, Henri, né le 30 décembre 1912, à Châmons-en Champagne, Lieutenant, 1/52 MSA,  Mort pour la France, tué en service aérien commandé, le 10 novembre 1942, H8-176

Gonserovsky Ernest, né le 7 octobre 1904, à Stendhaal (Allemagne), Sergent-chef, 2e REI, mort pour la France à Sidi Mokhtar, tué au combat le 10 novembre 1942, H16-343

Martinez José, né le 30 juillet 1920 à Gandra (Espagne), légionnaire, 2e REI, Mort pour la France, (Hopital Maisonnave) le 10 ou 11 novembre 1942, H15-326

Braussen Raymond, Charles, né le 18 aout 1922, à Buissoucourt (Meurthe et Moselle) soldat 2e Cl. 2e RTM, Mort le 21 novembre 1942, H9-197    ( Brausen)

Walter Charles, né le 9 mars 1909 à Nancy, Sergent-chef, 2e RTM, mort pour la France (accident), le 6/7 décembre 1940/42, H5-107 

Duvail Albert, Quartier maître, Marine nationale, Artillerie de côtes à Fédala, Mort pour la France des suites de blessures, le 13 décembre 1942, H9-193

Payet Antoine, né le 1er mai 1917, à St-Lou La Réunion, soldat de 2e Cl. RACM (regiment d'artillerie coloniale du Maroc)  Mort le 15 décembre 1942, H9-199

Hubschwerlin René  Chef de bataillon AI (Affaires indigènes), mort le 23 décembre 1942, H16-359 

Rabory Marcel, Maréchal des logis-chef, RACM (régiment d'artillerie coloniale du Maroc) Mort le 24 décembre 1942, H9-203

Riquebourg Emmanuel, soldat de 2e Cl. CRRC, mort le 25 décembre 1942, H10-217

Gonthier Christophe, Joseph, né le 15 janvier 1918, à Clioas La Réunion, soldat de 2e Cl. CRRC mort pour la France par accident, le 25 décembre 1942, H10, 215

Grondin Cécilien, né le 15 juillet 1917 à Le Tampon, La réunion, soldat de 2e Cl. CRRC, mort pour la France par accident, le 25 décembre 1942, H10-221

1943

L'année 1943 voit six décès au RACL (Régiment d'Artillerie Coloniale du Levant) qui avait son quartier au pied de la montagne du Guéliz et comptait plusieurs soldats originaires de Madagascar. Cinq aviateurs, principalement des officiers ont perdu la vie à Marrakech cette année là.

Gramont Georges, Jean, né le 12 aout 1919 à Réaup-Lisse (Lot et Garonne), soldat de 2e Cl. 1er RCA Mort pour la France le 1 janvier 1943, des suites de ses blessures, H10-216

Winter Reinhold, né le 21 aout 1889 à Neummuster (Allemagne), légionnaire de 1e Cl. 2e REI, mort le 6 mars 1943, H16-344

Rajaonina, né en 1917 à Ambaladi, RACL, Regiment d'artillerie coloniale du Levant, mort le 27 mars 1943

Rakotobe, né en 1915, à Taravahita, Soldat de 1ere Cl. RACL, mort le 28 avril 1943, H5-102

Berthe de Pommery François, né 24 janvier 1917 à Dijon Cote d’Or Lieutenant Base école EAPN Mort pour la France le 5 mai 1943 (H8 111)

Bourguignon d'Herbigny André Jean René né 23 novembre 1920 (Neuilly 92) Caporal - Armée de l'air Base école, Mort pour la France le 5 mai 1943 (H5 106)

Tefinicky Canonier, soldat de 1ere Cl. RACL, mort le 18 mai 1943, H11-238

Rakoa Albert, soldat de 2e classe, RACL, Mort le 7 juillet 1943, H11-245

Rochas Jean-Paul, né le 21 février 1918, à Paris 7e, Lieutenant, pilote, Base aérienne, mort pour la France le 8 juin 1943, H11-244

Faure Pierre Clément, né le 1er aout 1913 à Saint-Martin de Valamas (Ardèche), Capitaine, Base aérienne, mort pour la France en service aérien commandé le 7/8 juin 1943, H11-246

Fluhmann Jacques, Marie, Émile,né le 18 novembre 1915, à Paris 7e, Lieutenant, 31e ETEM (escadron du Train des équipages militaires), mort le 22 juin 1943, H10-226

Lemanita Prosper, mort le 5 juillet 1943, H11-248

Iday Alphonse, né en 1913, à Mamorona (Madagascar), soldat de 2e Cl. RACL, mort le 9 juillet 1943, H11-243

Falhon Jean, né le 14 septembre 1910, à Saint-Renan (Finistère), Sergent-chef, 32e COMA, mort le 17 aout 1943, H11-241

Papalconomo Basilio, soldat de 2e Cl. 15 CMP, mort le 11 novembre 1943, H15-328

Pateux Raymond, né le 20 avril 1920, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), Brigadier, CO-33F,  Mort pour la France le 25 novembre 1943 suite à un accident. (PaJeux) H13-284 

Dijoux Gabriel, né le 9 septembre 1918, à Le Tampon, La Réunion, soldat de 2e Cl. CRRC (Centre de rapatriement des réfugiés coloniaux), mort le 26 décembre 1943, H10-219

Arnoulin Jean-Pierre, né le 6 janvier 1918, Paris 8e, Sous-Lieutenant, Base aérienne, Mort pour la France le 28/29 décembre 1943 en service commandé, à Chemaia, H13-295 .

1944

L'année 1944 est la plus meurtrière pour les aviateurs. Onze tombes d'aviateurs dont deux capitaines, disparus le même jour (4 avril) et un troisième capitaine le 25 septembre. Il n'y a plus de légionnaires,  de tirailleurs, l'infanterie est sur le continent. Restent le Train, le Génie et quelques corps de services.

Leray Guy Roland, Joseph, né le 12 mars 1908, à Paris, Soldat de 2e Cl. 201 TRA (31e Train) Mort pour la France par accident, le 18 janvier 1944 à Tamelet, H12-263

Saury Armand-André, né le 30 septembre 1916, à La Calle, Constantine, Sergent-chef pilote, Base école, mort pour la France, le 22 février 1944, tué en service aérien commandé, H13-292

Dubalen Guy, Pierre, né le 6 décembre 1916 au Mali, Lieutenant observateur, Mort pour la France le 20 mars 1944, à Safi, tué en service aérien commandé, H14-315

Debaize Gabriel (Georges) né le 2 janvier 1920, à Cherbourg-Octeville (Manche), Capitaine pilote, Base école, Mort pour la France le 4 avril 1944, tué en service aérien commandé,  (Debraize) H13-290

Fourniol Henri, né le 6 janvier 1910, à Villefranche/Mer (Alpes-Maritimes), Capitaine, pilote  Base aérienne, mort le 4 avril 1944. tué en service aérien commandé. H13-289

Baridon Henri, Edouard, né le 14 décembre 1920, à Trois-Marabouts, Oran, soldat de 2e Cl. COIN6, (Centre d'organisation de l'infanterie)  mort pour la France le 25 avril 1944. H13-288

Perrault Léon, Spéville, né le 14 octobre 1916, à Salazie La Réunion, soldat de 2e Cl. au COAC mort le 25 avril 1944, H13-287

Laurent Robert, né le 20 juin 1905 à Chatou, Adjudant-chef, 2e RSM,  mort le 2 mai 1944, par autolyse, H15-330

Charlet Maurice, né le 9 avril 1912, à Carvin (Pas de Calais), soldat de 2e Cl. 14 Groupe de forces terrestres anti-aérienne, mort pour la France le 8 mai 1944, H14-314

Perez René, Sergent-chef, 2e RTS, mort le 12 mai 1944,  H1-43bis

Ferre Louis, né le 6 avril 1915, à Beni-Saf, sergent-chef, 2e RTM,  mort pour la France,tué à l'ennemi le 22 mai 1944 (Mont Castello), H1-42bis

Lamure Lucien, né le 26 septembre 1921, à Paris 20e, soldat de 2e Cl. Base aérienne, mort pour la France, le 22 mai 1944, H14-310

Leroux Roger, né le 30 octobre 1924, à Moulines, Calvados, Caporal Base aérienne, Mort pour la France, le 8/10 juin 1944, tué en service aérien commandé, H14-311

Harchingup Jean, Sergent, Base aérienne, mort pour la France le 8/10 juin 1944, H15-338

Helou Paul, Ernest, né le 1er décembre 1917, à Plouguer, Finistère, Sergent-chef, Base aérienne, mort pour la France, tué en service aérien commandé le 10 juin 1944, H15-339

Demangeat Marcel, né le 2 février 1911, à Laval sur Valogne, Adjudant mitrailleur, Base aérienne, mort pour la France, le 14 juin 1944, tué en service aérien commandé, H15-337

Boury Jean, né le 1er juin 1908,à Loches (Indre et Loire) Sergent-chef, Base aérienne, mort le 26 juillet 1944, H15-325

Vuillenez Robert , Marechal des Logis, CA RACL, mort le 2 juillet 1944, H15-334

Langlois-Berthelot Jean-Pierre, né le 10 aout 1922, Paris 14e, Sous-Lieutenant, Base aerienne, mort pour la France le 10 aout 1944, tué en service aérien commandé, H15-332

Demange Maurice, Adjudant, 2 COSM,  mort le 14 aout 1944, H16-345

Batard Jules, François, né le 23 aout 1887, à Chavin (Indre), Chef de Bataillon, 56e Bataillon,  mort pour la France (maladie) le 17 aout 1944, H16-344

Marraud de Sigalony Marie Thérèse Georges mort le 21 sptembre 1944

Grall Jean-Marie, né le 10 mars 1902, à Plourin-les-Morlaix, Finistère, Capitaine,pilote, Base aérienne, mort le 25 septembre 1944 (Rehamna), tué en service aérien commandé, H16-346

Rouesca Joseph, soldat de 2e Cl. 31 Génie,  mort le 26 octobre 1944, H16-333.

1945

Peu de tombes de militaires décédés en 1945, quatre en tout.

Salomon Philippe, BIMP, mort le 12 janvier 1945, H16-350

Serpaud François, Raymond, né le 31 mai 1914 à Lille, Adjudant, 6e centre d'organisation de l'infanterie, mort le 9 mai 1945, H16-358

Arnaud André, né le 28 avril 1923 à Paris, soldat de 2e Cl. 2e RSM, mort pour la France à Chichaoua, le 21 mai 1945, H16-362

Weber Henri, Xavier, Maréchal des Logis-chef, C0 748, 49e Cie muletière,(Train) mort pour la France de maladie contractée en service le 6 septembre 1945, H16-364.

LE CAFÉ MAURE, PROCHE DU 2e RTM

2°RTM 1 cafe-maure Qui se souvient de ce café ? Est-il encore debout? Merci encore à Jean-Michel pour ses cartes postales.

Les marrakchis n'oublient pas leurs morts, notamment ceux qui ont servi dans les différents régiments qui avaient leurs quartiers dans la ville, au pied du Guéliz ou qui se trouvaient à la Base aérienne 207, puis 707.  Certains noms évoqueront des souvenirs. Ceux qui voudront apporter des compléments, ou des remerciements à nos soldats peuvent le faire dans les commentaires.

30 avril 2016

SOUVENIRS DE LA RENCONTRE D'AVRIL 2016 À NOGARO ET NOUVEAU PROJET..

GEORGES STACHEWSKY NOUS A DÉCRIT LE PROGRAMME DE LA RENCONTRE DES MARRAKCHIS À NOGARO....

...AVEC CLAUDINE XIMA/LEMAURE NOUS NOUS ARRÊTONS SUR CERTAINS ÉPISODES DE CES RETROUVAILLES MÉMORABLES ... ET DONNONS RENDEZ-VOUS..  ...DANS UN AN AU PAYS BASQUE.

LORS DE CETTE RENCONTRE LES MARRAKCHIS VISITÈRENT UNE CAVE D'ARMAGNAC

P1030637-Boutique Quelques amis du blog photographiés par Claudine devant la boutique: de gauche à droite: Babeth Galibert, Anne Massart/Lalanne, Blandine Tarot/Vigour.

P1030639 (1)-Artagnan

SOUS LE REGARD BIENVEILLANT DE D'ARTAGNAN

Claudine commente: "Une rencontre en pays Gascon fort sympathique, très bien organisée par Georges Stachewsky et Bernadette .

Accueil amical à l'arrivée, avec pour chacun un petit pâté de canard à emporter, nous sommes "étiquetés" nom, prénom et origine de résidence.
Sitôt déjeuner visite des caves (vins, Armagnac et Floc de Gascogne) avec dégustation.
N'oublions pas notre célèbre d'Artagnan , fort romancé il est vrai , mais qui a réellement vécu dans ce pays."

P1030642 (1)-Barriques Philippe Lalanne , Roland et Babeth Galibert .

Les enfants de la Base 707 ne manquent pas une occasion de se retrouver que ce soit à Marrakech ou dans le Sud-Ouest, plus précisément au Pays Basque

P1030644 (1)-Lemaure-Phil Philippe Lemaure rêveur devant le nombre impressionnant de barriques. 

P1030641-Cuve Les immenses cuves

P1030638 (1)-alambics Les alambics aux cuivres rutilants.

Aussi, des anciens de la Base 707 ...

P1030645 (1)-Labartette ...Mr et Mme Labartette, toujours aussi dynamiques venus pour retrouver l'esprit de d'Artagnan et sa botte secrète !

L'ACCUEIL DE L'ORGANISATEUR

20160415_115536-accueil-Stache

"Georges Stachewsky nous accueille à l'entrée de l'hôtel, avec l'aide de Bernadette"

Jean-Claude Oustry qui fut élève au lycée Mangin et professeur au lycée Victor Hugo guette les nouveaux arrivants avec Georges et Bernadette.

P1030680 (1)-mousquetaire-enseigne

Claudine: "Tout au long de notre séjour nous avons pu nous régaler des spécialités de la région nombreuses et succulentes!

La visite d'une conserverie artisanale nous a ouvert des horizons. La présentation par le jeune propriétaire ( entr'autre conteur, chanteur , acteur amateur), pleine d'humour fut un régal auditif ..avant dê devenir un régal gustatif.
Il nous a tout fait goûter et expliqué la fabrication - toujours ponctué d'anecdotes savoureuses et drôles,  Foie gras de canards, confits, fritons, migrelines, rillettes, pâtés, saucisse confites au foie gras, etc... le tout arrosé par un petit blanc doux Mmmm.
il était 10h du matin ! mais "ça passait fort bien.
...Et à nouveau à table pour midi !"

P1030688 (1)-Blandine-resto Blandine Vigour et son époux venus d'Angoulème

P1030681 (1)-Galibert-Massart Philippe Lemaure, Anne Massart/Lalanne et Roland Galibert à la première table, derrière Jean Claude Oustry, Michel Darriet et...

P1030683 (1)-Labartette

Mr et Mme Labartette assis, Claudine Martinez/Calas debout et quelques oeuvres exposées de Vamvadelis
Claudine: "Un diaporama sur Marrakech HIER er AUJOURD'hui s'imposait pour une rencontre d'anciens Marrakchis.
Roger et Annie Beau sont venus nous rejoindre le Dimanche, et ont largement contribué à commenter ces clichés "souvenirs".
Tout le monde a regardé et s'est "remémoré" avec grand plaisir.
....Puis ce fut encore le moment de se sustenter !!!!"

P1030647 (1)-Georges-micro "Le Maire de Nogaro (en noir) à côté de Georges nous a présenté sa ville d'environ 2000 âmes, mais ayant de nombreuses attractions: Arènes pour les courses de vachettes, circuit automobile célèbre permettant aux élèves stagiaires de s'exercer sur des formules 1 et motos de compétitions. École technique , école d'ingénieurs, collège , lycée, équipe de rugby, Aéroclub etc...."

P1030648 (1)-massart Anne et Roland

P1030684 (1)-Calas-Seguin Maurice Calas et Christiane Craviatto/Seguin

P1030686 (1)-Darriet Table Darriet - Oustry

P1030687 (1)identifier Claudine: "À l'extrème gauche Bernadette qui nous a accueilli avec Georges , et à côté la cousine de Léa De sotto (Léa était dans ma classe en CM1 au Guéliz)"

20160416_200632-assiette Un aperçu du contenu des assiettes!

Table "Notre table  Anne, Roland, Moi  Philippe Lalanne, Babeth."

20160416_200741_2-Table-Lemaure-Galibert Babeth, Philippe Lemaure  Anne Lalanne  /Massart  Roland Galibert ..

VISITE DU MUSÉE AGRICOLE GASCON

20160416_160542-Musée Pressoir

20160416_160533-Musee Un pressoir de quelques siècles...

RENCONTRE AVEC DE JOYEUX GASCONS

Claudine:"Heureusement que pour digérer tout cela un groupe folklorique fort sympathique nous a tous entraÎné dans leurs danses, en nous en expliquant à chaque fois le sens. 

P1030658 (1)-Danse Le groupe gascon

P1030653 Danse-folk(1) Coucou Anne! 

P1030662 (1)Danse-fplklo Roland Galibert entre dans la danse

P1030666 (1)-Danse-Folflor Philippe Lemaure aussi...

P1030673 (1)-Danse-Folklorique Babeth également sur la piste.

Claudine ajoute: "Le soleil a été en partie notre compagnon durant cette rencontre et nous nous sommes fait de "nouvelles relations ", entre-autre il y avait la cousine de Léa  Desotto , Léa était en CM1 au Guéliz avec moi.'

Échanges de mails avec plusieurs. Tout le monde a dit "à l'année prochaine !"

Donc au mois de septembre comme tous les ans nous allons sur la côte basque, et Jojo de MRK (son nom est pas possible !) doit venir nous rejoindre quelques jours , ainsi que Roland et Babeth Galibert, Anne Massart est sur place, et une autre participante de Nogaro qui habite Ciboure .
Ce "sommet" en vue de préparer une nouvelle rencontre au pays basque d'anciens Marrakchis.
Je dois avouer qu'Avignon ça nous fait loin pour un WE.  Les participants sont d'une génération "d'avant nous" et je n'y ai pas retrouvé de connaissances. La plupart sont dans le Sud-Est ,... étendons un peu la France!
La formule de Robert Lucké peut être légèrement modifiée, le principe des retrouvailles-souvenirs étant toujours la base.
En plus nous proposons une découverte partielle de la région et de sa spécificité.
Ce qui n'exclut en rien la rencontre de Salam de Robert, mais qui permet géographiquement à tout un chacun de faire un ou plusieurs R.V. dans l'année."
 
Merci à Claudine et à son groupe d'amis pour ce compte rendu tonique et pour ce nouveau projet de rencontre entre anciens marrakchis en 2017 au Pays basque ! Nul doute que de nouveaux participants seront conquis par la formule de JOJO  de Marrakech. Merci aussi à ceux qui donneront leur avis sur cette nouvelle formule de rencontre des anciens de la Ville rouge .

 

Posté par TIMKIT à 21:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

21 avril 2016

ESCAPADE DE MARRAKCHIS À NOGARO 15-17 AVRIL 2016

SOLENCA À NOGARO 15-17 AVRIL 2016 

Georges Stachewsky, qui a organisé cette rencontre, fort agréable dans un village du Gers qu'il connaît bien, nous raconte ces journées ensoleillées et les illustre de photos. Annie et Roger Beau apportent d'autres photos pour se souvenir de cette rencontre.

666-notre salle

1er  JOUR

Le vendredi matin nous avons accueilli la trentaine d’anciens « Mar-rakchis » dans le bel hôtel SOLENCA de NOGARO. Une grande salle joliment décorée nous était réservée pour le séjour.

670-Vanvadelis

 

Georges VAMVADELIS exposa sa petite collection de tableaux que tout le monde a pu admirer.

686-cave-nogaro À gauche Michel Darriet,

Après le déjeuner nous nous sommes rendus à la Cave de NOGARO pour une dégustation du Floc, apéritif régional et quelques vins du pays.

685-cave-nogaro

Notre guide nous expliqua le déroulement de la vinification. Quelle admiration devant ces immenses tonneaux d’Armagnac avec des âges antérieurs à 1980 ! Photo: Annick BORDE et Louis DERIEUX

687-boutique La Boutique René et Denise DOUDARD, Huguette et Émile LABARTETTE

688-alambique Les alambics

2015 04 16 Nogaro 11

Louis DERIEUX et Annick BORDE - Gilles VIGOUR 

En rentrant à l’hôtel nous avons eu le plaisir de rencontrer le Maire de Nogaro Christian PEYRET qui est venu spécialement pour nous voir. 

2015 04 16 Nogaro 12 (1)

Il nous a parlé de son village de 2000 habitants avec bonheur et conviction. Il a développé les nombreux atouts économiques de Nogaro  et parlé des animations nombreuses et diverses qui font le plaisir de ses concitoyens.

A table: Philippe LALANNE et Anne MASSART / de dos : Philippe et Claudine LEMAURE

2015 04 16 Nogaro 13  Jean Luc MORVAN - Annick BORDE - Louis DERIEUX - de dos : Gilles et Blandine VIGOUR

2015 04 16 Nogaro 14 La salle : - Frederic BOIS et Bernadette DESOTO - Notre chauffeur - Babette ABT (soeur de Georges Stachewsky)

2015 04 16 Nogaro 16

 Les convives: -Claudine LEMAURE - Philippe LALANNE -Philippe LEMAURE -Jean Pierre SARRAN

697-danseurs-gascons

Cette journée s’est terminée dans une ambiance musicale avec une troupe de danseuses et danseurs gascons.

702-danseurs-gascons

Tout le monde s’y est mis pour apprendre quelques pas ce qui engendra beaucoup de rires et de joie sur la piste.

710-danseurs-gascons

2ème JOUR

Le lendemain matin nous nous sommes rendus dans une conserverie de canards que nous avons visité avec le maître des lieux. Un réel plaisir nous a envahi lors de la dégustation.

795-conserverie-canard- 

797-conserverie-canard

Toutes sortes de produits réalisés à la ferme nous ont été présentés et ont charmé nos papilles, sans compter les éclats de rire dus à une présentation humoristique du maître de maison qu’on n'oubliera jamais.

Le samedi Annie et Roger Beau, rejoignent le groupe et prennent des photos du repas et de ses tablées. (Voir plus bas)

Le samedi après midi fut un peu plus calme avec la visite du Musée du Paysan Gascon.

799-groupe

Nous avons admiré les anciens matériels agricoles ainsi que tous les outils utilisés jadis par nos arrières grands pères. Cela nous a permis de constater la rapide évolution technologique depuis une cinquantaine d’années. La visite s’est poursuivie dans une charmante maison gasconne. Tout y était, la grande table de ferme avec ses chaises, les ustensiles de cuisine, la vaisselle etc. Nous sommes ensuite entrés dans une chambre dans laquelle se trouvaient des anciens vêtements masculins et féminins dont les culottes « fendues » que portaient nos grands mères : grosse rigolade dans la chambre ! Quelle surprise aussi lorsque nous sommes entrés dans une ancienne classe reconstituée avec le tableau noir, les bancs d’école, les livres de lecture et de calcul. On se croyait vraiment à l’école Renoir !

Une belle visite « instructive » de la vie de nos « anciens »

Au retour, j’ai présenté un Diaporama « Marrakech d’hier et d’aujourd’hui » pour avoir un aperçu de l’évolution rapide de notre belle ville rouge.

La soirée continua avec un repas gastronomique gascon évidemment. Un repas très apprécié en présence de notre « agriculteur conteur » du vendredi venu nous raconter quelques histoires gasconnes avec tout l’humour qu’on lui connaît. Notre dîner se termina avec des chansons basques qui ont séduit tous nos anciens Marrakchis. Quel Bonheur !

Après ces deux journées agréables nous nous sommes quittés le dimanche matin avec un peu de tristesse mais avec l’espoir de se retrouver l’année prochaine. Une petite équipe s’est déjà constituée afin de commencer à étudier notre prochain rassemblement. D’autres anciens Marrakchis venant d’autres régions pourront aussi nous rejoindre.

A bientôt mes amis Marrakchis avec mes remerciements les plus sincères et chaleureux pour votre participation.

Jojo de Marrakech

LES PHOTOS DU REPAS DE SAMEDI

2015 04 16 Nogaro 01 Table 1:  Emile et Huguette LABARTETTE - Claude et Christiane SEGUIN - Claudine et Maurice CALAS (debout de dos)

2015 04 16 Nogaro 02 Photo 2:  René DOUDARD - VERDIER Michèle debout - Roger BEAU debout

2015 04 16 Nogaro 03 Photo 3:  Georges QUILICI face à Roger BEAU

2015 04 16 Nogaro 04 Photo 4:  Georges QUILICI et SURIEAU Marie Noëlle debout, de dos Roger BEAU face à Georges STACHEWSKY

2015 04 16 Nogaro 05 Photo 5: Michèle VERDIER et Georges QUILICI

2015 04 16 Nogaro 08 Photo 6: Georges QUILICI debout de profil Anne MASSART,

2015 04 16 Nogaro 07 Photo 7 : Georges QUILICIto 7 : 

2015 04 16 Nogaro 06

Photo 8: Annick BORDE - Louis DERIEUX - Gilles VIGOUR

2015 04 16 Nogaro 09

Photo 9: Christiane et Claude SEGUIN - Claudine et Maurice CALAS, Huguette et Emile LABARTETTE - SURLEAU Marie Noëlle debout

2015 04 16 Nogaro 10 Photo 10 : Annie BEAU (de dos) - René DOUDARD - Georges QUILICI

 

PHOTO SOUVENIR DEVANT L'HOTEL SOLENCA

82

Merci à Georges pour avoir organisé cette rencontre amicale et touristique et permis à des anciens de Marrakech de se retrouver dans un cadre agréable. Les participants peuvent aussi compléter par leurs commentaires. Et ceux qui n'ont pas pu venir pourront exprimer leurs regrets et leur détermination à participer à la prochaine rencontre.

15 avril 2016

DISPARITION DU PROFESSEUR PIERRE ORIEUX

ARMELLE ORIEUX, SA FILLE, NOUS APPREND LA TRISTE NOUVELLE

Chers amis et anciens élèves de Pierre Orieux, j'ai l'immense tristesse de vous apprendre la nouvelle du décès de mon père Pierre Orieux survenu le 7 avril 2016 à la Réunion où il vivait avec moi depuis quelques temps. Il a été jusqu'à la fin cet homme pétri de bonté et de lumière, fin lecteur et amoureux de la vie que vous avez connu et aimé. Jamais il ne s'est départi de son magnifique sourire et même si son cerveau était comprimé par un méningiome de la taille d'un poing, il lui restait tant de compréhension et d'humanité qu'il a continué de communiquer à tous ceux qui l'approchaient sa paix et sa sérénité incomparables. Il ne vous a jamais oubliés...puisse-t'il continuer de vivre dans vos mémoires...Votre amie, Armelle Orieux

 Pierre et Marie-Pierre Orieux à l'époque de leur présence au Maroc

Pierre et Marie-Claire Orieux   Pierre, Professeur de lettres au LVH dans les années 58-68.

Marie-Claire Orieux (décédée en 2008) était professeur de philosophie au lycée Ibn Abbad

Pierre-Orieux-2009    Pierre Orieux à Montpellier en 2009

Professeur au LVH dans les années 58-68, il a laissé de nombreux amis parmi ses anciens élèves de Marrakech.

Nous éprouvons une grande tristesse à la nouvelle de la disparition de ce professeur aimé et exprimons à Armelle, toute notre sympathie dans cette épreuve.

Le blog recevra les récits de souvenirs en hommage à Pierre Orieux que vous pouvez envoyer au webmaster par le lien "contacter l'auteur", en haut et à gauche de cette page. Vous pouvez aussi exprimer vos condoléances dans les commentaires en bas de page. Ils seront transmis à Armelle et à sa famille.

Posté par TIMKIT à 12:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


08 avril 2016

LE THÉÂTRE À LA BASE ÉCOLE 707 EN 1956

QUAND LES SOUVENIRS DES UNS RÉVEILLENT CEUX DES AUTRES..

Le blog a déja publié des témoignages et des images sur les activités culturelles et notamment théâtrales à Marrakech au milieu du XXe siècle. Ces souvenirs partagés, empreints d'émotion, en amènent d'autres, comme par contagion, pour enchanter notre mémoire:

Bonjour, à la faveur d'une recherche sur le blog, j'ai retrouvé une photo sur laquelle apparaît Alain Colas, alors tout jeune garçon. Acteur dans cette pièce moi-même je possède d'autres clichés et le programme de cette manifestation sur la BASE. Comment entrer en contact éventuellement et échanger lorsque vieux ringard on à des sueurs froides devant un PC. Coordonnées postales peut être si cela existe encore ? Merci et bravo pour votre travail à la lecture duquel je consacre beaucoup de temps et de plaisir. Amicalement, Bernard Godbille.

Bernard a été mis en relation avec Alain COLAS grâce au blog et il a envoyé des documents que nous n'avions pas encore.

ON PURGE BÉBÉ, PIÈCE DE GEORGES FEYDEAU - BE 707 - MARS 1956

godbille2 N°1

godbille3 N°2

godbille4 N°3

godbille5 N°4

godbille6 N°5

godbille7 N°6

godbille8 N°7 Les acteurs saluent le public sous les applaudissements à la fin de la représentation.

Jacqueline GARNIER dans le rôle de Julie FOLLAVOINE, Janine DUBOS dans les rôles de Rose et de Mme CHOUILLOUX, Bernard GODBILLE dans le rôle de Mr FOLLAVOINE, Lucien DOUROUX dans le rôle de Mr CHOUILLOUX, Alain COLAS dans le rôle de Toto FOLLAVOINE, André PEIGNEUX dans le rôle de TRUCHET.

Toto Follavoine est devenu un auteur de théâtre, l'expérience de Marrakech a été décisive dans sa vie d'adulte. Il en porte témoignage:

Merci infiniment pour ces photos. Infiniment.
C'est avec beaucoup de plaisir et d'émotion que je les ai regardées et détaillées.
Que j'y suis revenu, que j'aurais souhaité qu'elle s'animent.
Que de souvenirs et de serrements de cœur y sont rattachés !
L'enfance, le Maroc (pays), l'époque, la base aérienne, le cinéma(lieu) et cette représentation théâtrale.
Pour moi, le summum de mes souvenirs de Marrakech.

Mes parents n'avaient gardé que la photo où j'apparaissais. 
Quel bonheur de découvrir les autres.
De revoir tous ces visages, ces costumes, ces attitudes.
De ressentir à nouveau le choc qu'avait produit sur moi cette expérience.
Pas seulement la représentation en elle-même 
mais aussi les répétitions, le travail de mise en scène,
cette complicité qui règne entre tous les comédiens...
Et de regretter de n'avoir pas fait carrière dans cette branche.

J'avais l'âge que j'avais, j'étais en CM1.
Aussi, je ne partageais pas le monde des adultes. 
Et mes parents ne fréquentaient pas ces acteurs amateurs.
Je me suis toujours demandé, d'ailleurs, par quel heureux hasard on avait fait appel à moi.
Donc, je n'ai rien à dire sinon que le spectacle avait été plébiscité.
Une voiture avec haut-parleur avait sillonné la base pour nous annoncer le lundi soir.
Quelques jours après, le Colonel nous avait reçu dans sa villa autour d'un verre pour nous féliciter.
Plus tard, nous avons donné une représentation au Camp Mangin.

Cette réussite, due à des sous-officiers et Hommes du rang,  raviva une rivalité.
A la rentrée, les officiers montèrent  "Monsieur de Pourceaugnac"
- avec notamment une troupe d'enfants - mais je n'ai pas été convié à y participer.
Ce qui, bizarrement, me laissa complètement froid.
Et puis, ils ne faisaient que de la figuration, moi, j'avais eu un texte à dire !

C'est très émouvant de se revoir à ce moment-là.
Avec ses envies, ses ardeurs, ses jugements, ses espoirs, ses rêves.
Sa fierté. Sa volonté de réussir, d'être quelqu'un. Quelqu'un qui compte.
Qui laissera une trace. Dont on parlera. Et de s'enflammer...
Un moment où rien n'est joué. Ni "joué". Où tout est possible.
Et de constater en fin de course ce qui s'est réellement passé.
Que notre vie a été ce qu'elle a été. Qu'elle aurait pu être tout autre.
Qu'il s'en est fallu de peu. Mais que c'est celle-là qu'on a eue.
...
Je ne te dirai jamais assez merci pour ce blog.
Alain.

godbille_couv-2_3  Le programme pieusement conservé par Bernard est devenu une relique fragile. Une autre pièce "LE CHAUFFEUR" de Max MAUREY fut jouée en première partie. Une seule photographie en garde le témoignage.

godbille9 N°8

Janine DUBOS, dans le rôle de Mme NOCK, Jacqueline GARNIER dans le rôle de VICTOIRE, André PEIGNIEUX dans le rôle de Mr NOCK, Richard MONTAL dans le rôle d'ALCIME, Philippe BOURG dans le rôle d'ERNEST, Henry RIBAULT dans le rôle de FILFER.

Bernard GODBILLE surnommé affectueusement Nanard avait beaucoup de soutiens qui ont signé son programme

godbille_couv-4

Avec tous nos compliments de la part des supportrices assidues de l'orchestre:1  Gisèle X, Rolande X, Geneviève X, Paulette X, Gilberte X, 2 des conducteurs de voitures.. , 3 du pianiste de l'orchestre ..

LA CHORALE à la Chapelle en 1955

À ces souvenirs de théâtre de mars 1956, Bernard en ajoute une autre de la chorale en 55 avec une photographie assez nette pour reconnaître des visages. Il s'agit d'une sortie de répétition après l'office du dimanche. Mme Ferry a été reconnue avec ses lunettes dans la main droite.

godbille10 Devant la chapelle de la Base: Comme souvent les divas reçoivent des bouquets de fleurs.

De gauche à droite, premier rang: X, X, X, X, X, X, Me FERRY, Me X, X, X.

deuxième rang: X,   X, X, X,   X, X, X.

 Merci à Bernard pour ces documents porteurs de souvenirs, évocateurs aussi d'autres pièces de théâtre à la Base ou au Palace ou au Casino. Nous invitons les lecteurs du blog à compléter cette page de leurs témoignages sur le théâtre et le chant choral à cette époque.

25 mars 2016

AUGUSTE RENOIR - L'ÉCOLE PRIMAIRE AU PIED DU DJEBEL GUELIZ

 

ANTOINE_GÉRARD

NOUS PENSONS À BRUXELLES, ET À TOUS LES ENDEUILLÉS ET BLESSÉS DES ATTENTATS. Pour nous anciens de Marrakech, nous demandons à Antoine GÉRARD, le fils de l'ancien Consul de Belgique à Marrakech de transmettre notre sympathie au peuple Belge. Antoine GÉRARD, autrefois élève au Lycée Mangin, dans la même classe que Jean-Pierre MRECHES et Roger BEAU, pris en photo lors d'un Moussem à Avignon. 

Auguste_Renoir-_Autoportrait-1879

UNE DOUZAINE DE CLASSES DES ANNÉES 1969 à 1972 À l'ÉCOLE AUGUSTE RENOIR DE MARRAKECH

VISAGES DE PLUSIEURS INSTITUTEURS ET INSTITUTRICES

Autoportrait de l'artiste Pierre-Auguste Renoir en 1879

CLASSExDExPIERRExYVESxBEAU - MATERNELLE EN 1972-73

1972-73-Maternelle Renoir PYB Qui reconnaitra les visages des maîtresses et des élèves ? Pierre-Yves est le premier à gauche rang assis devant. Merci à lui pour ces photos de classe que ses anciens condisciples recherchent peutêtre. L'une des maîtresses est Maryline Torrente/Ducou.

PIERRE-YVES BEAU UN AN PLUS TÔT EN PRÉMATERNELLE 1971-1972

1971-72 Prématernelle RENOIR PYB Autres maîtresses et élèves à nommer. Qui identifiera les visages ? Pierre-Yves est le 13e en partant de la gauche rang du haut. L'une des maîtresses est Marie-France Béchara/Dautriche. (voir commentaire de Marcel Martin

COURS MOYEN 2 -ANNNÉE 1970

Renoir-70-CM2-Magiorani-Cecile Écrire les noms et prénoms dans les commentaires

COURS MOYEN 2 - ANNÉE 1970

Renoir-70-CM2-Friggeri Merci d'écrire les noms dans les commentaires.

COURS ÉLÉMENTAIRE 2 - ANNÉE 1970

Renoir-70-CE2-A-Midi Dans les commentaires, prière d'inscrire les noms et prénoms

COURS ÉLÉMENTAIRE 1 A - ANNÉE 1970

Renoir-70-CE1A-Caillet Qui se reconnaîtra ?

COURS ÉLÉMENTAIRE 1 B - ANNÉE 1970

renoir-70-CE1B-Abouhodaifa Les reconnaîssez-vous ?

COURS ÉLÉMENTAIRE 1B - ANNÉE 1970

Renoir-70-CE1B-Pacull Ecrire les noms et prénoms dans les commentaires.

COURS PRÉPARATOIRE - ANNÉE 1969

Renoir-1969-Pacull-CP-c Institutrice: Mme Dorian. Qui reconnaîtra la demoiselle à l'ardoise ? et les autres ?

COURS ÉLÉMENTAIRE 1 - ANNÉE 1969

Renoir-69-CE1b-Midi-Dauce Quelle est la maîtresse ? Mme Cousinery; Qui tient l'ardoise sur les genoux ?

COURS MOYEN 1 - ANNÉE 1969-1970

Renoir-69-CM1-Friggeri Qui se souviendra du maître Mr Melines,  et identifiera les élèves ?

MATERNELLE - ANNÉE 1969-1970

Renoir-69-70-Matern-Jeunet  Qui se souviendra des visages? Maîtresses: Mlle Torrente, Mme Lanlo. Merci à Marie-France pour son commentaire.

Merci de rajouter des photos de classe de l'École Renoir. On trouvera plusieurs classes des années 1959-1966, ainsi que des enseignants présents en 1970 par:  ce lien

QUELQUES VISAGES D'INSTITS POUR ÉVOQUER LES SOUVENIRS

instit-renoir-65-66-CM2

Instit-Renoir-69-CE1b

Instit-Renoir-70-70-Mater

 

 

 

 

 

 

 

Mr X, Mme Cousinery - Mme Lanlo

instit-renoir-70-CE2-A

instit-renoir-70-CE1B

 instit-Renoir-70-CE1A

 

 

 

 

 

 

 

Mme Jouandon, Mme Cousinery, M-F Bechara-Dautriche 

Instit-Renoir-70-CM2-Frig

Instit-Renoir-70-CM2

instit-renoir-70-Mater

 

 

 

 

 

 

 

 

Mr Dexet, M. Renaud, Mlle Torrente 

Merci d'identifier les visages dans les commentaires et de partager vos souvenirs...

15 mars 2016

EN MONTANT VERS PÂQUES

ÉCOLES DE MARRAKECH

L'ÉCOLE NOTRE DAME DES APÔTRES RECRUTAIT LARGE

NDA__1099 C'était quand ? Blandine envoie une photo de classe de Notre Dame des Apôtres de Marrakech.... de la part de Martine INGUERES, née LAVIERO.. Elle est assise au premier rang , la deuxième à partir de la droite...
Rang du haut: Soeur X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang du milieu: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang devant: X, X, X, X, X, X, X, X, X, Martine LAVIERO, X.

Qui aidera Martine à retrouver les noms de ses camarades ?

Qui nous racontera des souvenirs et nous parlera de l'uniforme ?

UNE CLASSE DE NDA EN 1947

NDA-1937-431

 

Qui se souvient de ces personnes et de leurs familles ? Claudine DEGOIX, MILLER, Colette GREMILLET, MELSCHOFT, MAUBOS, FILIPPI, CABONNEL,... ?

Pour d'autres photos --> NDA 

DU CÔTÉ PROTESTANT, L'ÉCOLE DU DIMANCHE

ecole_du_dimanche Devant l'ancien temple de l'Hivernage, fermé en 1980. De haut en bas et de gauche à droite:

Rang du haut: Fernande et Gérard QUARMENIL,Rosemarie FANKHAUSER, X, Gabrielle CHAVANNE, Robert BERTRAND, Alain GRENIER, Jacques VIALA, Marthe HUILLE.

Rang moyen-haut: Alain TORRENTE, Alain DUCOU, Maryline TORRENTE, Jacques PERRENOUD, Annie GRENIER, Manon de TONNAC, Anne-Marie LESTRINGANT, X, X, Thierry de TONNAC;

Rang moyen : Eric de TONNAC, Luc VIALA, André BERTRAND, X, Isabelle LESTRINGANT;

Rang devant: X, Pierre-Yves LESTRINGANT, X, X, Claire VIALA, X, Marguerite FANKHAUSER, TORRENTE, X de TIENDA, Véronique de TIENDA, X de TIENDA.

 Merci de compléter les noms et les prénoms.

UN GROUPE DE L'ÉCOLE DU DIMANCHE EN 1949-50

Ign__ball20

De haut en bas et de gauche à droite: Debout les monitrices Igné BALL et Solange MAUTNER;  Rang debout: Claudine PERRIER, François de MONDENARD, Monique DUCOU, Betty BALL, Joelle MOEGLIN, ROUSSEAU, Daniel MULLER, Françoise BONNIOT; assis devant Robert BERTRAND, Raymond PERRENOUD.

 

"NOUVELLE PHOTO" DE LA TARGA PRISE EN 1939.Targa_Pacaut_Rene

La fête de la Saint-René ne passait pas inaperçue à La Targa. 

René PACAUT et René DARIEUSSEC étaient parmi les premiers arrivés à Marrakech avec le Maréchal Lyautey en 1912. Cette photo ira rejoindre celles de La Targa prochaine- ment.

Qui nous parlerait des familles Pacaut et Darieussec à La Targa ?

blog-suivre-montant-vers-pâques

Votre blog vient d'être remarqué par Canalblog qui l'a sélectionné parmi les blogs à suivre. C'est toujours un encoura-gement d'être ainsi distingué.

Bonne montée vers Pâques à ceux qui célèbrent la crucifixion sur le Golgotha le vendredi saint et fêtent la résurrection du Christ le dimanche de Pâques à Jérusalem !

 

05 mars 2016

LA BASE 707 EN 1940 - HISTOIRE D'UN JEUNE ÉLÈVE PILOTE

LA BASE DE MARRAKECH EN 1940

Marcel_Monjean_ pilote-MRK

GRÂCE AU CARNET DE VOL D'UN JEUNE ÉLÈVE PILOTE NOUS RECUEILLONS DES RENSEIGNEMENTS SUR LA BASE DE MARRAKECH EN 1940.

Après la déclaration de guerre à l'Allemagne, Marcel MONJEAN s'engage à 19 ans le 3 septembre 1939. Il a déja  son brevet de pilote d'avion de tourisme depuis aout. Il est orienté vers la base aérienne BA109 de Tours le 9 décembre 1939. Le 22 décembre il suit une formation rapide à l'école de pilotage de Cholet. À la suite de cette formation il est envoyé à Marrakech comme élève pilote militaire et la commence le 11 janvier 1940.

Nous avions peu d'éléments sur la base de Marrakech et la formation des pilotes en 1939-40. Nous savions qu'en 1939, l'escadrille 2/63 équipée depuis avril de bimoteurs bombardiers Amiot y a son port d'attache. Elle sera dotée un an plus tard des nouveaux Glenn Martin 167 américains. Le pilote Jean Hippeau a partagé ses souvenirs de la Base en 1939.

En fait nous n'avions pas de témoignages concernant le 1er semestre 1940, époque pendant laquelle Marcel Monjean y est élève pilote. En revanche pour le deuxieme semestre 1940 nous avons plusieurs témoignages.

Nous savons par exemple que le Capitaine Plique effectua le  regroupement des LeO 451 du Groupe lourd II/23 entre le 25 juin et le 19 aout 1940. Nous avions dans le même temps de juin à octobre 1940, les souvenirs et photos de Guy Maumont, alors jeune mécanicien avion. Jean Kiechel aussi mécanicien arrive à Marrakech en novembre 1941 où il est affecté au GAR 1/52 que nous connaissons aussi par le pilote Emile MAIRE.  L'école de l'Air n'avait pas encore été transférée de Salon à Marrakech. Cela n'interviendra qu'en 1943 à la suite de l'occupation par les nazis de l'ex zone libre. Nous en avions fait l'historique . École d'application du personnel naviguant (EAPN) dès janvier 1943.

Les documents concernant notre jeune élève pilote nous renseignent sur la vie de la Base et notamment sa Division d'Instruction pendant la courte période du 1er semestre 1940. 

Marcel Monjean avait fait une courte formation de pilote d'avion militaire à Cholet

L'EEP 30 (École élémentaire de pilotage) de Cholet dépendait de l'EAP 14 (École auxiliaire de pilotage) d'Angers, laquelle dépendait de l'EPP1 (École principale de pilotage) d'Étampes.

La base de Marrakech (BA 207) avait une École principale de pilotage (non numérotée) mais qui fonctionnait sous la même organisation que les bases d'Étampes (EPP1) ou Avord (EPP2) ou Istres (EPP3).

ORGANISATION D'UNE EPP (depuis octobre 1939)

Une EPP était organisée comme suit : Commandement, Division instruction au sol, Division d'instruction aérienne et Compagnie administrative.

  Les appareils étaient affectés à la Division d’Instruction Aérienne qui comprenait : 

- 25 chasseurs monoplaces (MS.406, MB.151/152 et quelques D.500),
- 20 biplaces d’entraînement (HD.182, LeO.20)
- 5 Caudron C.635 Simoun,
- 22 NAA-57 biplaces de perfectionnement.(ancêtre du T6)

Le cursus durait 4 mois et une EPP accueillait 75 élèves tous les 2 mois ; il y avait donc en principe 300 élèves simultanément en formation. La formation était complétée par une spécialisation en Centre d'Instruction CI (CIC pour la chasse, CIB pour Bombardement, CIR pour le Renseignement)

Dans les faits, le cursus des titulaires du brevet de pilote de tourisme était de 5 mois et celui qui débutaient sans ce brevet avaient une formation de 11 mois. Puis une autre organisation vint créer les Centres d'instruction ( CI ) et les associer aux EPP afin de permettre une affectation plus rapide des pilotes dans les unités combattantes.

La Base de Marrakech en 1940 était organisée en EPP. Elle portait le nom de "Base École de Marrakech, École Complète de Pilotage"

Nous savons que Marcel Monjean est arrivé à Marrakech le 11 janvier 1940 et son carnet de vol nous indique qu'il était Élève pilote et qu'il vola sur Luciole 3 la première fois le 26 janvier 1940, avec son moniteur l'Adjudant de Gabory qui devait se tuer avec son avion dans un accident quelques jours plus tard.

carnet de vol papa page 11

Son Carnet individuel des services aériens ou carnet de vol indique tout cela en première page. Cependant sur la dernière page (à gauche) apparaissent son cursus de pilote avant son arrivée à Marrakech. D'abord dans le civil, 1er degré obtenu à 17 ans et 2e degré à 19 ans avec son brevet de pilote sur avion de tourisme n°x9394 et un total de plus de 60 heures de vol. Puis après la réquisition de l'école de pilotage de Cholet par l'armée, suite à la déclaration de guerre, sa mobilisation le 3 septembre et sa formation complémentaire à l'École élémentaire de pilotage de Chôlet  avec quelques cinq heures de vol qui lui valurent sa mutation à Marrakech pour se perfectionner sur d'autres avions militaires.

Son carnet individuel de vol comprend des renseignements sur l'École de Pilotage de Marrakech, qui a rang d'École Principale de Pilotage, avec les noms des officiers et des moniteurs, ainsi que les avions surlesquels s'effectuait la formation. On y découvre aussi que le terrain de Sidi Zouine était déjà urilisé pour la formation des pilotes en 1940.

Le Commandant de l'EPP, à l'époque le Lt-Colonel Bignolas, était aussi le commandant de la Base aérienne de Marrakech BA 207 (Ce n'est qu'en 1949 qu'elle devint BE707). Il avait sous ses ordres le Capitaine Truchement qui commandait ce qui deviendra plus tard la DI et qui à l'époque s'appelait la Division d'Instruction Aérienne (DIA). Le jeune pilote prendra dès la première minute de vol les commandes de sa Luciole3 avec son premier moniteur l'Adjudant de Gabory comme observateur.

Le nom complet de son moniteur était Alain Le Taillandier de Gabory. Il est mort pour la France le 29 mars 1940 à la suite d'un accident avec son avion. Il était né au château de Virsac en Gironde en novembre 1911 et laissait de nombreux orphelins dont certains firent de brillantes études. L'un fut Préfet du Val de Marne.

Le Lt Colonel Alphonse Bignolas venu de la Cavalerie est passé dans l'Aviation en 1918 en devenant pilote. Le Capitaine Jean Truchement venu aussi de la Cavalerie est passé dans l'Aviation en 1915, mais fit un long séjour à l'hôpital. Il prit une retraite active à Marrakech où il est mort en octobre 1960. Sa tombe (voir photo) se trouve au cimetière européen du Guéliz. Il habitait 24 rue Bab Agnaou.

C'est avec la formation de l'Adjudant de Gabory que le jeune élève pilote effectura son premier laché le 2 février sur M315. Il ne savait pas que son moniteur allait se cracher huit semaines plus tard. Il connaitra aussi d'autres moniteurs: les sergents Jouville, Ruyssen, Guise (tué en service commandé à Bergheim  le 4 novembre 1944) et Davan. Le Capitaine Truchement est remplacé à la tête de la DIA par le Commandant Duparc ? En plus du M315, il pilote le 162, le 201, le 135.

En mars ses moniteurs sont le sergent Davan et l'Aspirant Rabion, il pilote sur M315, H182, M230, Il s'exerce à Sidi Zouine les 4, 8 et 29 mars.

Les élèves pilotes se retrouvent à la piscine le dimanche

Monjean-Marcel-mai1940-piscine-Mrk Il s'agit probablement de la piscine qui se trouvait vers le casino à moins que ?

En avril il est avec de nouveaux moniteurs, le Sergent Chaudrine et l'Adjudant Baron sur M315, M230 , Potez 25. Il passe les épreuves du brevet du 17 au 20 avril.

Marcel-Monjean-MRK-1940_1 A l'abri du soleil implacable

En mai il poursuit avec l'Adjudant Baron sur Potez 25, puis avec le Sergent Abdies sur M230. Le Lt-Colonel Bignolas est remplacé par le Capitaine Ducos et la DIA est commandée par le Capitaine Moncey (décédé de maladie en aout 1940, Base aérienne 116 Luxeuil-St Sauveur)

Monjean-Marcel-piscine-mai40

En juin il est instruit par le Sergent Bouquillard (mort pour la France en mars 1941, abattu en vol - Squadron 245) et l'Adjudant-Chef Ortoli sur North American Aviation (les précurseurs des T6 étaient deja à Marrakech en 1940) puis avec le Lt Caulier.

Le Capitaine Ducos commande la DIA et le Lt Rouzaud commande provisoirement le 2e groupe d'Instruction. Il est affecté à la base aérienne de Bizerte BA 205 à la date du 18 juin 1940.

A l'issue de sa formation effectuée à la satisfaction de ses chefs, le 1er juillet 1940, il est proposé par le Lt-Colonel Bignolas, pour être promu au grade de Sergent. Mais le Général Noguès commandant les armées au Maroc avait suspendu toutes les promotions à la date du 30 juin.

démobilisation-Monjean-1940

Par la suite Marcel Monjean est affecté à la BA 205 - Bizerte (Tunisie) nais la démobilisation vient quelques semaines après le 23 septembre 1940

 Il rentre en France et se marie en mai 1942

Monjean-15 11 41 avec maman et grand père et grand mère Le pilote MONJEAN avec sa femme et ses beaux parents en région parisienne

Résistance: Monjean est dans la Résistance depuis mai 1942 jusqu'en juillet 1943 au sein du mouvement "France combattante". Ensuite, il est au Front National de la Police jusqu'en aout 1944. Son unité est chargée de la Défense de la Cité. Il est Gardien de la Paix dans la Capitale, secteur sud, 2e compagnie de circulation

Il ne parlait pas de cette période, mais ses fils ont obtenu quelques paroles:  "Je crois qu'après la démobilisation mon  père a été actif à partir de 1943 dans la Résistance sous le pseudo de James, mais il ne voulait pas en parler car disiat-il "ce n'était que son devoir". Un jour en se lâchant il m'avait dit qu'il avait failli se faire prendre par la Gestapo, car il devait effectuer un vol ??  Un de ses compagnons avait été pris par la Gestapo, car il s'était endormi, caché dans un avion "

Lors de la reprise de Paris, dans la semaine du 18 au 25 aout 1944, il est Franctireur F.F.I. et prend une part active à la Libération de Paris. Le 19 aout, 2000 policiers résistants s'étaient emparés de la Préfecture de police. Le lendemain ils prirent l'Hotel de Ville. Puis les FFI encerclent les îlots de réssitance allemands. La ville de Paris une fois libérée, le commandement FFI rend les policiers résistants à la Police parisienne: 177 d'entre eux sont morts dans ces combats.

CNR-resistance Monjean police

Marcel Monjean n'effectuera pas de démarches pour faire reconnaître sa qualité de Résistant, comme il aurait pu le faire avant 1951. Comme beaucoup d'autres, il a préféré s'intéresser à l'avenir.  Ainsi il ne figure pas sur les listes récapitulatives très incomplètes. Mais il avait conservé sa carte du Conseil National de la Résistance  et son inscription aux FFI numérotée 254257.

Marcel MONJEAN a continué à exercer dans la Police parisienne, renonçant à devenir pilote dans le privé. C'est là qu'il a effectué et terminé sa carrière. Il est décédé en 2007.

Merci à la famille MONJEAN qui nous permet de connaitre un peu mieux comment fonctionnait la formation des élèves pilotes à Marrakech pendant le premier semestre 1940.  Le blog et les anciens de Marrakech lui en est reconnaissant. En retour, des lecteurs du blog pourraient échanger avec elle sur les souvenirs des Résistants de la "France combattante", du "Front national de la Police, section Paris-sud" et des FFI ? Est ce que le pseudo de JAMES est connu dans la résistance ?

Si d'autres familles disposaient d'informations ou de photos sur la Base aérienne de Marrakech à cette époque, celles-ci seraient les bienvenues et pourraient être publiées soit dans les commentaires, soit sous la forme d'une nouvelle page du blog.

 

24 février 2016

LYCEE MANGIN, RETROUVER DES PHOTOS DE CLASSE DES ANNÉES 50

LES RECONNAISSEZ-VOUS ?

ROGER BEAU NOUS CONFIE PLUSIEURS PHOTOS DE CLASSE 

CERTAINES SONT DATÉES, D'AUTRES PAS

CERTAINES ONT DES LÉGENDES À COMPLÉTER PAR DES NOMS ET DES PRÉNOMS

RETROUVER DES NOMS NOUS AIDE À FAVORISER LES REPRISES DE CONTACT ENTRE AMIS D'AUTREFOIS

SI VOUS AVEZ D'AUTRES PHOTOS DE CLASSE, D'UN AUTRE LYCÉE, COLLÈGE OU ÉCOLE, ELLES SONT LES BIENVENUES...

Nous commençons en 1949 avec une photo de 5eIV  communiquée par Jusnel1949 02 5èIV (Photo Jusnel)

De haut en bas et de gauche à droite: rang du haut: QUISFIT, X, Ahmed TOUNSI, JPierre MRECHES, X, X, X, JJacques JEUNEHOMME, X, X, X; Rang du milieu: X, X, X, X, X, X, X, Michel LANGLADE, X, X, X; Rang devant : X, X, X, X, Monsieur BATTE, professeur de musique, X, X, X, X, X.

Qui se souvient de Monsieur Batte et des élèves de cette classe ?

La classe suivante est de 1951, il s'agit d'une 4e 

1951 11 Lycée Mangin 4° (!) Hazan André_1 Il s'agit de la classe d'André Hazan. De haut en bas et de gauche à droite: rang derrière : André HAZAN, Jean-Pierre VINAY, X, X, X, X, X, X, Bernard MOULINOU; rang devant: X, SANANES, SANANES, VÉROLA, ROUSSEAU, du COLOMBIER, X, X.

Une photo oginale de 1953, une seconde ?

1953 11 (supposé) Mangin seconde Exclusivement masculine avec pantalons plus ou moins courts. De gauche à droite: devant:  X,X,X,X,X, Pinhas BENYAYER, Alain ROUTIER; deuxieme rang: SANANÈS, X, X, Francis FRASSATI, X;  Au fond lunettes noires : QUISFIT ?

 

Classe de 2eIV en 1953

 

1953 11 Lycée Mangin 2°4 Hazan André Une classe avec André Hazan : De gauche à droite, rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X; rang du milieu: X, X, André HAZAN, SAULEY, X, X, X, X; Rang assis: X, Georges SANANES, X, X, X, X, X, X.

Une classe de 1ere en 1954 

1954 11 Lycée Mangin 1ère Hazan André_4 Classe de André Hazan. On remarquera les filles en minorité. Rang du haut: X, X, X, X, X, X; Rang des filles: X, X, X, X, X, X, X, X, X, Rang assis: X, X, X, X, X, X, X, X, André HAZAN, X.

Classe de Scienses Ex en 1955

1955 11 Lycée Mangin SE Hazan André_5 Classe de André Hazan. 

Rang du haut: X, X, André HAZAN, X, X; Rang devant: X, X, X, X, Professeur xX.

3 Photos de classe de Marijo Battesti

Classe 1, année 1954-55 en 3e

Mangin1 De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang du milieu: JJacques BERTRAND, Monique COUTARD (+), Josiane GUY, Marijo BATTESTI, X, X, X, X, X; Rang devant: Anne-Marie MAHINC, X, X, X, Professeur, X, X, X, Nicole PAU.  Merci d'indiquer dans les commentaires les noms des autres élèves reconnus

Classe 2, année 1955-56 en 2e

mangin2De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: X, JJacques BERTRAND, X, X, X, X, X, X, X; Rang devant: X, X, Marijo BATTESTI, X, X, X, X, X, X.

On dirait un Cadart en haut à gauche.

Classe 3 , année 1956-1957 en 1er

mangin3 De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: BENEDETTI, Jean-Jacquers BERTRAND, Josiane GUY, x, x, x, x; Rang devant: X, X, X, Professeur, X, X, X, X. Merci à Marijo Battesti pour ces trois photos. Elle retrouve avec plaisir au Moussem d'Avignon plusieurs de ses anciens condisciples.

 Battesti-marijo-juin2014On reconnait Marijo à droite, JJacques Bertrand, son frère Gérard, Nicole Pau, Jacqueline Lèbre,... avec quelques années de maturité en plus.

Une classe de 6eVIII en 1956 

LM-1956-6e8 De haut en bas et de gauche à droite:Rang du haut: X, X, X, X, X, Samy GOZLAN, X, X, X, X, DELOYA?, Paul GRAMMATICO, Bernard HUTTIN, X; Rang du milieu: LE CORNEC, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X; Rang assis devant: X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X, X. (Voir le commentaire de Bernard Huttin

Si vous détenez les mêmes photos avec une meilleure définition, merci de les faire parvenir au blog

Merci de nous faire profiter des souvenirs de votre mémoire

Posté par TIMKIT à 14:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :