NOUS PENSONS À SES ENFANTS: GISÈLE, ALAIN, JEAN-PIERRE et YVES ainsi qu'à ses proches et ses nombreux AMIS.

Félicie avait vécu son enfance en Médina dans le quartier Riad Zitoun. Elle fréquentait l'école de la rue Arset El Maach où elle s'était fait des amies.

Auzende-Felicie-46-47 

1946-47+arset-el-maach

Classe de madame Durand, école Arset El Maach, année 1946-47, Félicie est tout en haut à droite (agrandissement ci-contre). Félicie hors de l'école avec ses amies du quartier. Sur cette photo Francette Torondel, Jacqueline Petit, Francine Pierri, Michèle Chevalier, Yvonne Oiknine, Yolande Salciccio, Lydia Arakeloff avec qui elle avait conservé des liens durables.

Auzende-430

Sur cette photo de gauche à droite, Marie-José Lecq, CICIE, Lydia Arakeloff, X, Mlle Bensoussan.

Félicie nous avait décrit le quartier de son enfance. Au derb Skala ses parents tenaient la PENSION AUZENDE

 "À l'entrée du Riad Zitoun Kédim en venant  de la place Djema el Fna  passée la porte  monumentale à gauche il y avait un Bar, il me semble que cétait Mr BOYER , en face du Bar il y avait le restaurant DUMAS.
Puis après le restaurant, il y avait la première épicerie de  PÉPÉ RUBI, par la suite il s'est  installé rue Bab  Agunaou; après Mr RUBI se trouvait un marchand de poissons, un ferronnier M. NOTARO, un petit derb conduisant chez Raymonde JUSNEL, le Hammam. Puis, descendant Riad Zitoun  sur la gauche c'était l'hôtel restaurant de Mme MULLER, une personne au fort caractère. Face au restaurant  se trouvait le Marabout Sidi BOULOUKAT.  Cette rue  débouchait sur Bab Agnaou  près de l'armurier Mr ARIBE.  En continuant après le restaurant de France  il y avait un fournil puis des échoppes des deux coté de la rue, sur la gauche la grande fontaine  et à l'angle du derb SquaÏa il y avait la boulangerie  pâtisserie SORBIEÈRE et dans le derb squaïa il y avait  les familles DECHELETTE,  LEMERCIER, CABRERA, la Pension AUZENDE, puis TORONDEL,  le musicien  Mr PAGAN.  Dans l'immeuble TAZI   les familles PAOLINI  TORRE.

Après le derb Squaïa en continuant Riad Zitoun juste à côté de la Fontaine, il y avait un marchand de sfenjs
Si el Hadj ALI un ami de mes parents. Ah! les sfenjs de  Si ALI, ouak ouak qu'ils étaient !
Après Si ALI il y avait  la maison de Mr et Mme FAURE, les bouchers charcutiers,  grands-parents de Roger BEAU, vice président du bureau du SALAM MARRAKECH ;  ce que j'ai pu jouer dans cette cour !
Après  eux,  dans une ruelle sur la gauche, résidaient les familles MARTOS et  DELGADO ainsi que la famille TAUREL. 
La famille TILLET habitait une petite ruelle face à Mr et Mme FAURE, les bouchers et au fond de  cette petite ruelle se trouvait un Marabout dont je ne me souviens plus le nom ; Adrien TILLET doit s'en souvenir!   
Dans le Riad Zitoun de nombreux tailleurs marocains cousaient des djellabas, des sarouels,… d'autres familles occupaient les deux côtés de la rue , puis on arrivait  place des  Ferblantiers. »

Le "Père Auzende" avait parallélement des compétences dans la construction et notament dans la charpente de toitures alpines puisqu'il fit la toiture d'un du gros chalet du SJS (service de la jeunesse et des sports) de l'Oukaïmeden en été de l'année 1948.

FÉLICIE ÉPOUSE ARMAND JAMET

Armand-430

Armand avait aussi ses amis adeptes de la natation. De gauche à droite, François Martin, Jean Gangarossa, X, Armand JAMET, René Migot, Joseph Bonastre.

Armand jouait aussi de l'accordéon avec d'autres musiciens et exerce avec bonheur comme photographe.

Jamet-432 De gauche à droite, Joseph Bonastre, Armand Jamet à l'accordéon, Norbert Jamet père, Edmond Mikaleides dit Mickey à la batterie.

Les parents d'Armand étaient aussi des anciens de Marrakech. 

poussin-d-or-invitation

En 1930, ils ont ouvert le restaurant le Poussin d'Or, prés de l'ancienne Poste du Guéliz, rue Alexandre 1er de Yougoslavie, qui a l'époque se nommait rue des Derkaouas. 

Poussin-d-or-Salam-MRK_0013

au poussin d'or-MRK

Marguerite et Norbert Jamet, ont cessé cette activité en 1937. Plus tard Marcel Clapaud fut le propriétaire du Poussin d'Or.

Une facture rédigée par Marguerite JAMET, la maman d'Armand. Elle était une spécialiste de la cuisine lyonnaise. Ils possedaient aussi une maison dans la vallée de l'Ourika et Armand et Cicie en louaient une autre aussi au bord du torrent. La pêche aux truites était abondante et Cicie savait les préparer merveilleusement (un blog en parle)

Aprés le restaurant, Norbert fut opérateur de cinéma, puis il a ouvert un atelier de bobinage de moteurs électrique, et de frigoriste. Il avait son atelier face au Commissariat du Guéliz et le domicile familial au 63 rue Clémenceau, juste à côté du magasin de mercerie "Au Petit Bonheur" tenu par la maman d'Huguette Morsa.

Quittant Marrakech pour la France, Armand et Cicie se sont installés à Lédignan, village gardois, pas très éloigné de la Grande Motte. L'état de santé d'Armand s'était dégradé et il avait dû être hospitalisé en Lozère à partir de février 2013. Armand est décédé seulement quelques mois avant Cicie.

Le blog présente ses condoléances attristées à leurs enfants, ainsi qu'à leurs proches.