MANGIN@MARRAKECH

16 avril 2014

LE DÉCOUVREUR DU CHRIST DE MARRAKECH EST PARTI AU CIEL

RAYMOND THOMAS AVAIT MONTRÉ AUX MARRAKCHIS LE VISAGE DU CHRIST, TEL QU'IL LUI ÉTAIT APPARU, INSCRIT COMME UNE FRESQUE MURALE DANS SA MAISON

 

Christ-de-Marrakech Photo collection Gilberte Giacomoni. Se rapporter à l'explication de JM Berger sur la --> page du blog concernant les Saints-Martyrs et ses commentaires.

 

PARTI POUR LA FRANCE, IL S'ÉTAIT ÉTABLI À OSSUN, NON LOIN DE LA GROTTE DE LOURDES

IL A REJOINT LE CHRIST QUI AVAIT HABITÉ SON ENFANCE DANS LA NUIT DU 19 AU 20 MARS

LES MARRAKCHIS QUI L'ONT CONNU, LUI ET SA FAMILLE, ADRESSENT LEURS CONDOLÉANCES À TOUS SES PROCHES QUI VOIENT PARTIR UN JEUNE GRAND PÈRE DE 73 ANS.

Les messages de sympathie des marrakchis vont à son épouse Joëlle THOMAS, sa fille Véronique, son gendre Manu DADURE, son fils Christophe, ses petits enfants: Joëlle et Yannick, Kévin et Marion, Michaël et Stéphanie, Michel et Nadège. De même à ses frères et soeurs, bien connus des marrakchis et à ses neveux et nièces.

Ses obsèques ont été célébrées le matin du samedi 22 mars 2014, en l'église d'Ossun. 

Lourdes-Basilique Vitrail de Lourdes - Cliché Christian M

Le blog accueille ci-dessous les commentaires de ceux qui voudront partager souvenirs, témoignages et condoléances à sa famille.


09 avril 2014

FÉLIX PHOTOGRAPHIE MARRAKECH APRÈS LA "GRANDE GUERRE" - SAUVER LE CINEMA-THÉÂTRE LE PALACE

LE CINÉMA-THÉÂTRE LE PALACE À L'HONNEUR

L'association SAVE CINEMAS IN MOROCCO ne s'intéresse pas seulement aux cinémas anglais ou américains. Elle nous l'a prouvé avec le Cinéma Eden qui est toujours fermé.

Gueliz-en-fête_1

Gueliz_en_fete-2

Gueliz-en-fete-3

IL Y A QUELQUES MOIS UNE FAÇADE DÉLABRÉE...

LE PALACE Le blog a reçu une demande le 23 mars: 

Bonjour,
j'aimerais savoir si vous pourriez aider l'association "les amis du cinéma théâtre Palace de Marrakech" dont le but est de réhabiliter le cinéma et d'en faire un espace culturel. Cette association est à la recherche d'archives, témoignages...sur le cinéma et le Guéliz en général.
Je vous remercie.     Anne FRIGGERI

Bonjour Anne,

C'est volontiers que le blog Mangin@Marrakech aidera l'association. Le blog est en lien avec les anciens du Guéliz et récolte de nombreux témoignages et documents sur la vie du Guéliz depuis sa création par le Capitaine Landais en mai 1913.
Nous savons aussi combien la famille Friggeri était attachée à ce cinéma-théâtre.
Nous pouvons solliciter témoignages et documents comme nous l'avons fait pour d'autres sujets: le marché central, les anciens habitants des rues du Guéliz, les pièces de théâtre, les médecins de Marrakech dans les années 30 à 50, ...
Il y a déja quelques documents et témoignages  sur le blog concernant le Palace.(par exemple un gala de danse classique, des pièces de théatre,...)
Je peux également  faire un article sur le blog pour appeler nos amis à partager récits de souvenirs, photos et documents sur le cinéma Palace
Mais je vous propose de faire vous même cet article et de présenter aussi l'association et comment la rejoindre et la soutenir.
A vous lire     Marrakch'amitiés  Michel de Mangin@Marrakech

Le 24 mars Anne répond :

Bonjour Michel,
je vous remercie de votre réponse. J'ai transmis votre message à Mr Tarik Mounim qui s'occupe de l'association. Il va prendre contact avec vous et vous proposer lui même un article car il est plus à même que moi de vous présenter l'association et vous expliquer son but.
De mon côté, je n'ai pu que lui envoyer des photos d'époque car mon papa est décédé au mois de septembre et seul,lui, aurait pu me donner des renseignements plus précis.
Mes amitiés     Anne
Bonjour Anne,
C'est avec tristesse que j'apprends le décès de Jean-Paul FRIGGERI votre père. Je ferai paraitre volontiers sur le blog un article sur lui et sur votre famille à Marrakech ( depuis 1912) afin de lui rendre hommage.
Je vous adresse toute ma sympathie, ainsi qu'à votre famille
Avec mon amitié   Michel
Le blog Mangin@Marrakech adresse ses condoléances attristée à Madame Liliane FRIGGERI, née CHABAUD à ses enfants Jean-Guy, Jean-Marc et Anne, tous trois nés à Marrakech et ses petits-enfants, Julie et Justine Montaurier.
M. Jean Paul FRIGGERI est décédé le 12 septembre dans sa 82e année. Il était le fils de M. et Mme Plinio FRIGGERI, le neveu de M et Mme ESCHAVARIL, propriétaires des cinémas LUX et PALACE et le beau frère de René et Claudie RAMBAUD. Le blog transmettra à la famille les condoléances exprimées dans les commentaires ci-dessous.
Beaucoup d'anciens marrakchis ont des souvenirs pleins d'émotions de ces cinémas, leurs films, leurs pièces de théâtre, leurs concerts, leurs ballets. 
Le blog se propose de réunir des récits de souvenirs et des photos de ces lieux mythiques et magiques. Ceux qui en auraient sont d'avance remerciés pour leurs futures contributions.

Le ... 7 avril  :  Chers amis du Blog Mangin@Marrakech
Nous vous sollicitons pour nous rejoindre dans cette première édition du Guéliz en Fête . Nous serions heureux d'accueillir tous les anciens pour cette magnifique célébration du Guéliz, de son histoire et de son patrimoine. 
Dans le cadre de l'exposition, nous serions ravi d'exposer d'autres clichés du Guéliz d'antan, car nous avons entamé une magnifique collecte de photos numérisées et nous avons de nombreuses videos d'archives  de Marrakech de 1900 à 1979.
Vous trouverez ci joint la note d'information à consulter attentivement ( Programme planning qui est en cours de préparation pour un programme complet qui sera distribué au Public)
Un communiqué de Presse ...
Très Cordialement 
Tarik Mounim, Président fondateur de l'Association SAVE CINEMAS IN MOROCCO
UNE PAGE FACEBOOK DES AMIS DU CINEMA PALACE EST OUVERTE       https://www.facebook.com/cinemapalacemarrakech?fref=ts
UN PROGRAMME À L'OCCASION DES JOURNÉES DU PATRIMOINE EST ORGANISÉ  LES 18, 19, 20 AVRIL

2014 Gueliz en Fête

Gueliz en Fête 2014 

 

MARRAKECH EN 48 CLICHÉS AU DÉBUT DES ANNÉES 20, PAR LE PHOTOGRAPHE FÉLIX

Nous avions !nterronmpu la série des cartes postales et photos de Félix à la fin de la grande guerre. Voir --> cartes postales n°51 à 128.

La guerre de 14-18 était terminée, l'épisode d'Azilal n'impliquait plus les Marrakchis. Une nouvelle période de paix avait commencé.

Félix se recentre sur la ville de Marrakech partagée entre la Médina éternelle et le nouveau quartier du Guéliz dont la construction avait été considérablement ralentie. Seulement 20% des européens habitaient le Guéliz, les autres résidaient en Médina.

Félix montre Marrakech avec un amour manifeste pour sa ville.

La première partie exposait jusqu'aux nouvelles casernes du Guéliz. Nous reprenons la série des clichés de Félix après la parenthèse d'Azilal (cartes 129 à 140): voir--> Histoire de la compagnie des mobilisés de Marrakech.

Les clichés que nous présentons portent les numéros 141 à 189. Ils concernent tous, soit la Médina, soit le Guéliz, mais rien sur les camps militaires; Félix présente Marakech dans la paix retrouvée. Il faut dire aussi que le Protectorat a décidé de mettre en valeur le patrimoine marocain en aménageant les lieux les plus remayquables. Merci à l'ami Halfaoui de nous avoir ouvert sa collection.

 © Cet article de Michel de Mondenard est original en ce sens qu'il présente l'oeuvre du photographe FÉLIX dans sa mise en valeur de sa ville telle qu'il la voyait au début des années 20. Une photo a toujours un auteur et une date de prise de vue. Michel de Mondenard a déja mis en valeur le travail d'autres photographes de Marrakech sur ce blog comme Maillet, Pierre Grébert, Dusserres, Sancan, Navarro, Ernest Michel, Léopold Willemse et d'autres. Cet article ne peut être reproduit sans l'autorisation de l'auteur et la mention de Mangin@Marrakech 9 avril 2014.

 

142_Felix_Toits de la médina 19 142 - Vue panoramique ... sur les toits de la Médina et l'Atlas.

FelixB-141

 

141 - Bab Agnaou - Porte des portugais

Felix a choisi un angle de prise de vue qui permet de mieux aprécier la décoration de la porte et ses reliefs.

 

 

 

 

 

 

 

143_Felix_Place Djemaa El Fna 01 143 - Place Djema el Fena - Le photographe a attendu l'heure la plus favorable pour la lumière.

Felix_144_Mellah 144 - Une rue du Mellah - Qui se souviendra du nom de cette rue que ne donne pas la légende ?

145_Felix_Bab Doukkala 03 145 - Route de Bab Doukala. La route n'était pas encore goudronnée.

146_Felix_Souk aux dattes 01 146 - Souk aux dates. 

148_Felix_Ménara 35 148 Pavillon de la Ménara. Félix innove en installant son appareil plus haut que ses prédécesseurs.

fellx149  149 - Souk des Chaudronniers.

fellX150

Félix prend le temps de bien choisir son éclairage, sa position, l'équilibre des masses sur ses clichés. Il met Marrakech en valeur.

150 - Palmeraie

fellx-charmeur-serpents-1511 151 - Charmeur de serpents

fellx-Djema-elfena-152 152 -Djema el Fena - Vue d'ensemble

fellx-Arsa-Moulay_Moussa-153

Félix a déja présenté les vues les plus classiques de Marrakech. Il va innover en prenant de nouveaux sujets ou en renouvelant ses prises de vue.

153 - Arsa Moulay Moussa

fellx_Koutoubia-154  

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

154 - Koutoubia. Felix prend soin par l'angle de la prise de vue de bien faire apparaître les détails de l'architecture;

fellx_Djema-Elfena-conteur-155 155 - Place DJema el Fena - Un conteur.   Félix ajoute les conteurs aux classiques charmeurs de serpents.

fellx_Gueliz-avenue-Koutoubia-157 157 - Le Guéliz - Avenue de la Koutoubia - L'avenue est peu construite, les arbres n'ont pas encore leur taille adulte.

fellx_Avenue-Gueliz-158 158 - Avenue du Guéliz -( Mohamed V) De larges terrains vagues attendent des constructeurs. Les nouvelles constructions et les commerces aparaissent d'abord près des camps militaires où se trouvent les clients.

fellx_Avenue-Haouz-159 159 - Le Guéliz Avenue du Haouz - Félix dans cette série d'après guerre montre peu la présence européenne. L'une des ces maisons, la Villa Bel Air est toujours debout en 2014. Elle est menacée car il serait plus rentable de la remplacer par un immeuble de plusieurs étages. La rue du Haouz fut ensuite nommée Raymond Poincarré et aujourd'hui, avenue Hassan II.

fellx_Pavillon-Menara-160 160 - Pavillon de la Ménara

fellx_Cavaliers-marocains-161 161 - Cavaliers marocains

fellx_Souk-Tapis-Ben-Khemis-162 162 - Marchands de Tapis - Souk el Khemis - 

fellx_rue-ElRmila-163 163 - Une rue à El Rmila - A quoi ressemble cette rue aujourd'hui ?

fellx_Arsa-bou-achrine-164

164- Jardin Public ( Arsa bou Achrine)

 

fellx_Cour-Mechouar-165 165 - Cour du Méchouar - Félix a pris le soin d'avoir en premier plan les branches de deux faux-poivriers afin de mieux montrer la profondeur de la Place.

fellx_A-la-Musique-166 166 - À la musique. Il s'agit du kiosque à Musique du Jardin du Hartsi. L'orchestre de la Légion offrait souvent un récital le dimanche après midi. Certains apportaient des chaises, d'autres restaient juchés sur leurs chevaux.

Kiosque-a-musique-1920

 

fellx_Palais-Bahya-167

Sur ce plan de 1920, l'avenue du Gueliz prolongée est actuellement avenue Mohamed V. L'Avenue du Haouz est l'avenue Hassan II. Le premier marché couvert est à l'emplacement de la Gare ferroviaire. L'emplacement du Kiosque à Musique est indiqué, il existait donc bien avant 1920.

167 - Palais de la Bahya - Une galerie

Le Palais de la Bahya était la résidence du Maréchal Lyautey et de son administration. Ce choix eut pour effet de protéger ce Palais de modernisations qui auraient été nuisibles à la conservation de ce patrimoine marocain. L'angle prit par Félix met en valeur la profondeur de cet espace.

 

fellx_Autruches-Ménara-168 168 - Jardins de la Ménara - Les autruches - 

fellx_Piste-environ-Marrakech-169 169 - Piste dans les environs de Marrakech

fellx_Bab-Debar-Vieux-Pont-170 170 - Bab Debar et le Vieux Pont - Le cliché met en valeur le pont, la porte, mais aussi l'importance de l'espace libre entre l'oued et les remparts.

fellx_Marabout-Bab-Khemis_171 171 - Marabout à Bab Khemis

 fellx-une-rue_171 fellx_Souk-babouches-172 173 - Une Rue ; 172 - Souk des babouches;

 fellx_Porte-Mechouar-174 fellx_Jardins-Aguedal-175 174 - Porte du Mechouar; 175 - Jardins de l'Aguedal, une allée.

fellx_Bab-Djedid-176 176 - Bab Djedid - Félix aurait pu centrer la Koutoubia au milieu de la porte, il a choisi un bien meilleur cliché. L'arche de la porte n'existe plus afin de laisser un passage plus large à la circulation. Merci à Félix de nous avoir conservé ce souvenir disparu.

fellx_Marabout-Bab-Rob-177 177 - Marabout à Bab Rob

fellx_un-souk_178 178 - Un souk - Félix excelle à photographier ces rues à lumière tamisée.

fellx_un-souk-179 179 - Un souk - 

fellx_souk-potiers-180 180 - Souk des Potiers - 

fellx_Kasbah de Telouet-Region-Glaoua-181 181 - Kasbah de Telouet - Région glaoua - Parmi tous les clichés de Marrakech un seul présente un ailleurs,.. le fief du pacha.

fellx_La-Koutoubia-182

 182 - la Koutoubia

Félix nous montre des tisserands fabriquant des toiles pour confectionner des Khaïma, tentes berbères. 

 

 

  

fellx-Hotel-Victoria-183 183 - Hotel Victoria. Cet hôtel se trouvait en Médina entre Bab Doukkala et la fontaine éponyme. Un ancien plan permet de le situer plus précisément.

Hotel_Victoria-1920

fellx_Mosquée-El-Mansouria-184  fellx_Jardins-de-l-Aguedal-Porte-poudrerie-186 184 - Mosquée El Mansouria; 186 - Jardins de l'Aguedal, porte de la Poudrerie.

fellx_Fontaine-de-Bab-Doukhala-188 fellx_Tombeaux-Saadiens-189 188 - Fontaine de Bab Doukkala; 189 - Tombeaux Saadiens. Félix avant d'autres photographes met en valeur des sites jusque là ignorés des photographes. 

 © Cette nouvelle partie de la présentation du photographe Marrakchi FÉLIX est originale . C'est aussi une contribution à la mise en valeur du patrimoine ancien de Marrakech et une incitation à approfondir le sujet pour les chercheurs en Histoire de l'Art et de la photographie. La reproduction de cet article sans autorisation écrite de l'auteur est interdite. (9 avril 2014).

Si cette page vous a plu, cochez "J'aime" en haut de page. Merci pour vos messages à la famille Friggeri et pour vos commentaires à propos des cinémas Lux et Palace ainsi que pour la collection des clichés de Félix.

01 avril 2014

SALAM MARRAKECH N°119-120 - FENÊTRE SUR FÈS - PROCHAIN VOYAGE EN MAI À MRK.

LA REVUE SALAM MARRAKECH ANNONCE LE MOUSSEM DU DIMANCHE 15 JUIN À AVIGNON. POUR CEUX QUI LE PEUVENT LA FÊTE COMMENCE LA VEILLE À PARTIR DE 18 heures.

Salam-MRK-bandeau-119-120 Remarquer quelques petites différences avec l'en-tête des revues précédentes. L'e-mail de Robert est clairement indiqué. En fait c'est Nathan qui gère ses courriels. Nous savions l'an dernier que Laurence assurait le secrétariat, mais pour la première fois apparait son portable et son e-mail. Merci Laurence, les Salamistes marrakchis sont reconnaissants pour cette aide précieuse.

LES ÉVÉNEMENTS FUTURS OÙ IL FAUT S'INSCRIRE:

- LE VOYAGE - SOUVENIR 2014 À MARRAKECH ET ENVIRONS: DATES   Mardi 13 au Samedi 24 Mai. Se renseigner auprès du secrétariat de Salam Marrakech pour obtenir les tarifsLaurence 06.03.21.10.35 ou Robert 06 83 93 08 63.

- LE MOUSSEM 2014 - DATE DIMANCHE 15 JUIN - S'inscrire en précisant le nombre de personnes participantes. Un prix unique par personne comprenant l'entrée, l'apéritif, le repas est à 25 euros. Lieu: Centre sportif de la Souvine à Montfavet (près d'Avignon).

- LA SOIRÉE DE VEILLE DE MOUSSEM - SAMEDI 14 JUIN - S'inscrire auprès du secrétariat pour réserver les places au restaurant : 20 euros par personne. Pour ceux qui voudraient réserver une chambre au Vert Hotel, proche du restaurant, s'adresser à Michel au Tél. 04 90 88 45 00

LE N° 119-120 DE SALAM MARRAKECH

En plus des rubriques traditionnelles fort intéressantes: Editorial du Président,.. nos deuils,.. les lettres des anciens marrakchis avec leur localisation actuelle,.. les anciennes photos de sportifs marrakchis,.. des photos de classes des écoles et des lycées,.. de souvenirs des anciens commerces du Guéliz,.. de poèmes en l'honneur de Marrakech,.. de photos des voyages et moussems précédents,.. des listes de marrakchis soutenant financièrement la revue et avec qui on peut reprendre contact par l'intermédiaire du secrétariat,... en plus de toutes ces rubriques qui font revivre nos souvenirs la Revue nous parle d'échanges avec l'association homologue de la ville et région de FÈS, AFA Fès.

L'association des anciens marrakchis a une petite soeur des anciens de Fès, dont le siège se trouve près de Montpellier. Il y a 540 kilometres de train entre Fès et Marrakech, il n'y a que 100 kms entre Montpellier et Avignon.  

Les fassis ont fait le voyage jusqu'à Avignon à l'invitation de Robert Lucké. Ils se sont rencontrés le 22 janvier. La lettre de remerciements est dans le dernier numéro de la Revue Salam Marrakech.

Salam-MRK119-120

Monsieur le Président, cher Monsieur, cher ami,

C'est avec plaisir que nous vous adressons nos plus vifs remerciements pour l'accueil chaleureux que vous avez bien voulu nous réserver lors de notre rencontre du 22 janvier à Avignon et des objets que vous nous avez aimablement remis.
Je me plais aussi à vous transmettre la gratitude du Vice président François Cathala, du Trésorier Salvatore Pellegrino et de nos épouses qui ont passé un moment de convivialité très agréable en compagnie des membres de votre bureau, Jean Marsillo président d'honneur, Colette Angelloz, vice présidente et MM André Angelloz et Michel Nakache.

logo-AFA-Fes

Pour notre part cette réunion a atteint ses objectifs qui étaient de faire connaissance et d'échanger sur le fonctionnement de votre association. De plus nous avons constaté la similitude de vue et de pensées autour de la question de l'animation de nos adhérents, où plaisir d'être ensembles sans se prendre au sérieux est aussi notre façon de fonctionner.
Nous avons bien noté la date de votre Moussem 2014 qui est fixée au 14 (et 15) juin. Notre rassemblement est programmé les 17 et 18 mai prochains et naturellement vous êtes conviés.
J'ai l'honneur de vous demander de bien vouloir accepter la qualité de Membre honoraire de notre association.
Je forme le voeu partagé par le Bureau que d'autres rencontres soient organisées occasionnellement pour continuer ces échanges très instructifs pour nous.
Dans l'intervalle,
veuillez agréer, Monsieur le président, cher Monsieur, cher ami, nos salutations amicales et chaleureuses.
Daniel Bisror Président,  François Cathala Vice président
Association Fès Amicale d'Hier et d'aujourd'hui - 24 impasse du Merlot - 34990 Juvignac (banlieue ouest de Montpellier)
R.N.A. W343p15966 - Association créée le 22 aout 2013 - 
Grâce à Francine le blog a déja publié: des photos de Fès

69429520 La Mosquée Quaraouiyine,

LES RESPONSABLES DE L'ASSOCIATION AFA-FÈS VIENDRONT AU PROCHAIN MOUSSEM DES 14-15 JUIN À AVIGNON ET SERONT BIEN ACCUEILLIS PAR LES MARRAKCHIS.
Les fassis ont un Site internet: http://www.afa-asso.net/

site-AFA-Fes 

Peut être que l'exemple fassi sera utilisé par les marrakchis. Mais internet ne pourra jamais remplacer la Revue Salam Marrakech. Ce lien indispensable doit persister. Chaque ancien marrakchi doit s'abonner et apporter son soutien financier pour que la Revue vive. Ils sont nombreux à dire et à écrire qu'ils ont besoin de ce lien concret et palpable qu'ils peuvent feuilleter au rythme de leurs souvenirs.  Ils sont nombreux à remercier Robert Lucké et son équipe pour le bonheur que leur procure sa lecture. Participons à cette oeuvre bienfaisante en envoyant des photos, des documents, des articles, des poèmes ou tout simplement en écrivant notre reconnaissance à ceux qui ont créé ce lien et le maintiennent. 

A titre d'exemple, un extrait de quelques messages des lecteurs à la direction de la Revue montre combien est fort l'attachement des Marrakchis à Salam Marrakech. C'est aussi un moyen de renouer contact par l'intermédiaire de Robert Lucké.

Salam-MRK119-120

On remarquera que chacun est encouragé à offrir Salam Marrakech à ceux qui ne le connaitraient pas. 

Le Blog Mangin@Marrakech souscrit pleinement à la phrase:"Notre revue SALAM MARRAKECH est un lien indispensable pour tous ceux qui ne pratiquent pas "INTERNET" mais pour les autres aussi". Le blog permet à ceux qui cherchent sur internet de trouver aussi le chemin de Salam Marrakech, des retrouvailles dans les Moussems et des voyages marrakchis. 

P1080970 Pour vous une fleur de camélia nouvelle.

25 mars 2014

COMPLÉMENTS D'IMAGES

MARRAKECH SOUS DIFFÉRENTS CIEUX

Les amis du blog, après avoir lu un article ont parfois des photos et des souvenirs à envoyer en complément. C'est l'effet boule de neige.. Cela rend le blog  plus magique. Ces compléments sont les bienvenus et ravivent les souvenirs, même s'ils se rapportent à des articles anciens. Nous en avons reçu et rassemblé plusieurs et en prime, en ce début de printemps, Michel le webmaster offre une fleur de Camélia de son jardin aux marrakchias.

Camelia-de-Bombon 

TOUBKAL: Notre ami et collectionneur Halfaoui nous a trouvé une autre vue de première messe au sommet du Toubkal en mai 1935 et nous en fait profiter. Merci à lui.

Toubkal-Messe-mai35 Première messe  sur le Toubkal (Grand Atlas 4169m.) par le Père Henry Koehler, le 5 mai 1935. Probablement notre centenaire Juliette Beullac est sur la photo.

L'AVENUE: Nous publions aussi un cliché publicitaire ancien du magasin E. FRAISSE qui se trouvait sur l'avenue Mangin. Certains ont peut être connu aussi la maison LION qui lui succéda.

Salam-Fraisse L'immeuble Fraisse est toujours là en 2014, sur l'avenue Mohamed V.

Fraisse2013_p

Le bas des colonnes a été légèrement renforcé, mais le haut n'a pas changé depuis les années 20.

 

 

 

 

 

 

UN GROUPE DE SKIEURS À L'OUKAÏMEDEN EN 1962

MRK-Ouka-1962

Cette photo ira rejoindre d'autres photos sur l'Oukaimeden, mais en attendant vous pouvez repéreer les skieurs, évoquer des souvenirs et nous dire ce qu'ils sont devenus au cas où certains voudraient les retrouver. Vous pouvez notamment préciser leurs prénoms. De gauche à droite: POURRET, GILDA, Amador MARTINEZ, NICOLAU, GRÉMILLET, POURET, NICOLAÏDIS, Francine MARTINEZ, SACHA, Gino D'ANNA.

UNE CLASSE DU COLLEGE MODERNE & TECHNIQUE (Hassan II) ANNÉE 1957-58.

57-Hassan2Cette photo pourra aller rejoindre les autres photos de classe du même collège, mais dès maintenant dans les commentaires vous pouvez évoquer des souvenirs  se rapportant à ces élèves et nous dire ce qu'ils sont devenus depuis fevrier 1958 en ajoutant leurs prénoms. De haut en bas et de gauche à droite: Haut: LINARES, Eric SCHWEITZER, MIGLIANI, SALAH, CORDIER, Milieu: Gilbert CALOVINI, IBANEZ, MANOLIOS, PROVOST, TREJAU, ZERMINI, VALLERET, ELOUAM, CARROUCH, KHALED; Assis: SAWAS, X, CHOUMILLE, X, X, PATAUT (Prof d'atelier),SAÏD, IRAZE, MAUTAÏ, DAB.

EN 1946 - 1947 CERTAINES DEMOISELLES ÉTUDIAIENT AU "PETIT LYCÉE DE MARRAKECH".

Qui s'en souvient? Où se trouvait ce Petit lycée dont on devine l'architecture arrondie sur uen photo de classe. Est ce que les anciennes élèves pourront nous renseigner ? 

MRK-Petit-lycée-46-47-Hassan2 De gauche à droite et de haut en bas: Rang debout: X, X, INNOCENTI, Denise MUSA/BOUQUIN, Jackie HUMBEL, QUINTERO, Colette RIEGERT/HENNUYER, Raymonde JUSNEL/GUITER, Pierrette, Igné BALL/DARIÉ, Yvette BAUDURET, X; Rang à genoux: X, Jacqueline COIGNARD, X, X, AKIM, X, X, X. Certaines de ces demoiselles sont aujourd'hui grandmères. Merci de compléter les noms et prénoms dans les commentaires.

En espérant que ces images et ces noms inspireront des souvenirs aux anciens de Marrakech et qu'ils voudront bien les partager sur le blog et en préserver la mémoire. Beau printemps fleuri à toutes et à tous !

13 mars 2014

CARNAVAL À MARRAKECH

LES MARRAKCHIS ONT TOUJOURS AIMÉ LA FÊTE

SOUVENONS-NOUS !

CHACUN POURRA DIRE LA FÊTE DONT IL AIMERAIT GARDER LE SOUVENIR

LE BLOG PRÉSENTERA VOLONTIERS VOS PHOTOS DE FÊTES

LE CARNAVAL FUT LONGTEMPS UNE OCCASION DE FÊTE AVEC SES CHARS DÉCORÉS ET SES MASQUES

Le carnaval n'est pas une fête chrétienne, mais c'est une ancienne fête religieuse d'avant le christianisme qui célèbre la fin de l'hiver.  En raison du début du carême chrétien il fut interdit de faire la fête pendant le jeune du carême, ce qui explique que le carnaval est fêté juste avant. L'effigie d'un Roi du Carnaval est souvent brûlée. C'est symboliquement une fête où les barrières entre morts et vivants sont abolies. Le 1er Yennayer chez les Berbères (14 janvier) est une fête qui par certains côtés ressemble au Carnaval. 

LES CARNAVALS D'AUTREFOIS À MARRAKECH

photo-ROUES-wattier-carnaval-marrakech-1919 Photo Wattier 1919 - Place Jemaa el Fna, on s'amusait en montant dans les nacelles.

LA CONFECTION DE CHARS POUR LE DÉFILÉ

cote19-Carnaval-1926_4 Chars de 1926 à Marrakech. Ce char nous introduit dans l'esprit des soldats romains et des gladiateurs prêts à en découdre.

cote22-Carnaval-16fevrier1926_5 Une maison sur roues avec un canon, probablement le char des artilleurs

cote27-carnaval-fevrier26_6 Mardi 16 février 1926, un premier char en forme de poisson et monté sur pneus stationne au premier plan. Un deuxieme char derrière, transporte le roi du carnaval. Qui reconnaitra le bâtiment derrière à gauche ?

Ces trois clichés nous viennent de la collection de Freddy Côté, qui était radio au 41e bataillon du Génie. Nous pouvons les voir grâce à sa fille Françoise qui les partage avec nous.

CARNAVAL 1927 

MRK-carnaval-1927 Le char "Le Diable" premier prix du carnaval de Marrakech en 1927.

 

CARNAVAL 1930 

Pierrots-1erPrix-groupe-a-pied-SM54-Carnaval-1930-MRK- En plus des chars, de nombreux groupes déguisés participaient au Carnaval. Pierrots et Colombines remportèrent le premier prix des groupes à pied au Carnaval de 1930. Qui nous donnera les noms de ces marrakchis primés à l'époque ?

LE CARNAVAL 1933, raconté dans la presse

Les caprices de Phoebus ayant empêché le Corso de se dérouler à la date rituelle. Sa Majesté de carton Carnaval, 7e du nom, dut attendre pour manifester à ses sujets sa royauté éphémère, jusqu'au dimanche 5 mars. Les marrakchis, pour avoir attendu, n'en firent qu'une cour encore plus pressée à leur souverain d'un jour. Sous ce radieu soleil qui est ici le véritable roi, dans ce cadre verdoyant qui est l'apanage de notre originale Cité du Sud, en un charmant Corso, défilèrent les nombreux chars dus à l'originalité de nos concitoyens, et parmi lesquels les chars militaires furent spécialement remarqués.

Quart-naval-33-mrk4

Le "QUART NAVAL" dû au 4e Régiment Étranger, qui obtint le Prix d'Honneur, était un triomphe d'ingéniosité et d'a-propos.

Carnaval-3-Trireme Photo prise place du 7 septembre, remarquer le clocher tout neuf de l'église des Saints-Martyrs vers la proue.

La "Trirème d'Amilcar Barca" oeuvre du 2e Régiment de Tirailleurs, d'un puissant symbolisme, décrocha le premier prix. Il représentait la galère du Suffète, désemparée, allant à la dérive, son équipage mort au fond de la carène et seulement deux survivants.

L'original char de la 104e Section des Sous-Officiers représentant la Cantine de Madelon - cette Madelon délicieuse qu'est Mlle Paradis, la gracieuse cantiniaire de la Section.

Le char des Sénégalais, très remarqué aussi, avec sa traditionnelle hutte de pisé qu'on eut dit transplantée de quelque lointain douar. 

Parmi les chars civils, "la commune libre du Guéliz" portant, entourrée de ses demoiselles d'honneur, Mlle Lerouge, la gentille Reine de Marrakech, et le Char des méridiaunaux eurent un joli succès.

Que dire de Carnaval VII, en l'espèce Monsieur Chéron, actionnant d'une main impitoyable l'impitoyable presse fiscale qui écrase les infortunés contribuables... À côté des grands chars, de nombreuses imaginations se cristallisèrent en des oeuvres moins importantes, mais originales, et de délicieux bambins, et de truculents masques, et aussi cette élégante clique des Spahis, complétèrent le royal cortège, 

2-horloge_carnaval Une autre année, le char des Sénégalais avec un crocodile géant tournant au rond point de l'Horloge.

Char-Saint-Eloi-1960 Les pilotes et personnels de la Base aérienne ne se contentaient pas de faire défiler leurs chars le jour de Carnaval. Ils faisaient la fête, également le jour de la Saint-Eloi. (Cliché P.Brémard, 1960)

LES DÉGUISEMENTS ET LES POUPÉES

le carnaval dans la cour Rue Capperon 1949 Déguisements d'enfants Rue Capperon pour le Carnaval de 1949. Photo Monique Drouin.

Lors de la venue de personnalités les poupées garnissaient le bord de l'Avenue

poupee_venue_sultan_MRK1920 Cliché de 1920 à l'occasion de la venue du Sultan Moulay Youssef. 

LES BALS MASQUÉS ET COSTUMÉS

MRK-bal-masqué-SM68-costumee Un groupe avec par ordre alphabétique:  Christian BARBERIS, Suzanne BRIDA, René BRUS, CHABAUD, COSTA, Irène ISRAEL, Guy LAMON, Suzette LUCCHINI, de MORESTEL, Maurice MUSA, Monique SCHAFFERLING, Gérard TALLEUX, THONIEL et ...

mrk-fetes Soirée costumée en 1950 rue Jean du Pac, près de Bab Djdid chez Mme et M. BRIDA. Quelques noms en vrac: Christophe BENITEZ, Suzanne BRIDA, Rolande BRUNEL, Annie HALLEGUEN, Christian LHEUREUX,  Jeannine POTEL, Jacky THONIEL, Genevieve NOËL, DELAFOSSE, COIGNARD, GRAL, MUGNIER, LEFRANÇOIS,..

BAL DE LA POLICE AU HARTSI EN 1953 

Bal-de-la-Police-MRK52 Cliché TORRES, photo parue dans la Revue Salam Marrakech, de gauche à droite: Fernande SOULIER, Maxime ESTEVE, Jeanine LATINO, Robert ESTEVE... Que sont-ils devenus ?

danses-MRK L'ambiance festive ne quitte pas Marrakech, les anciens marrakchis la retrouvent spontanément. (voyage des salamistes en mai 2013)

Toutes ces photos et souvenirs nous rappellent nos fêtes, nos défilés de chars sur l'avenue Mangin, nos concours d'élégance lors du carnaval et de la foire, nos masques et déguisements au Hartsi et à la Base aérienne, nos bals costumés chez des particuliers. Mais la page est incomplète car il manque beaucoup d'images et de récits de fêtes.

Le blog Mangin@Marrakech accueillera volontiers vos anciennes photos de fêtes et vos récits de souvenirs. 

Complément: Lalla Claudine que nous remercions, répondant à cette invitation, partage avec nous une photo de déguisements de 1954. En écho à leurs sympathiques commentaires, Francine reconnaitra probablement des amies de la Base aérienne et Monica pourra revoir des bretonnes sous le soleil de Marrakech. 

Bretonnes-a-Marrakech Qui trouvera les noms de ces jeunes et charmantes bretonnes munies de balais ? Qui pourra nous parler de l'association des bretons de Marrakech, de leurs parades et de leurs druides ?    Qui ajoutera d'autres souvenirs ?   



05 mars 2014

LE TOUBKAL - LE PLUS HAUT SOMMET D'AFRIQUE DU NORD

100ANS

La photo de Juliette Beullac devant le gateau d'anniversaire de ses cent ans est à la page préparée par les Marrakch'amis. (cliquer ici: 100 ANS)

 

 

 

 

 

 LE PLUS HAUT SOMMET DU MAROC À 63 KMS DE MARRAKECH

139

Grâce à Hervé Brisepierre qui nous envoie deux photos de 1938 nous prolongeons la page sur l'Ouka par une page sur le Toubkal.

Personne ne savait avant 1922 que le Djebel Toubkal (4169m) était le plus haut sommet d'Afrique du Nord. Les géologues et géographes envoyés par le général Lyautey pour établir les cartes du Maroc, furent les premiers à le dévoiler. Jusque là on croyait que le Djebel Ayachi était le plus élevé, mais il culminait à 3747m et il fut escaladé pour la première fois par un européen en 1901, le Marquis de Segonzac.

parc-du-toubkal Deux groupes d'alpinistes s'étaient approchés du Toubkal en juin 1922 (Col de Tachdirt et col du Tifourar), l'un par le club Alpin dirigé par le Marquis de Segonzac et l'autre par le groupe des géographes conduit par M. de Mazières par la vallée de l'Ourika.

Le 8 avril 1923, le Club Alpin français (CAF) organisa son Congrés annuel d'Alpinisme à Marrakech, au Palais de la Baya sous la présidence de Francisque Regaud, président du CAF. Le maréchal Lyautey n'était pas présent mais avait envoyé son représentant. Compte tenu du nombre de participants (150 dont une centaine d'alpinistes) et de la faiblesse du parc hôtelier marrakchi à cette époque, il avait fallu demander à l'armée de dresser un village de tentes pour les congressistes. Le mauvais temps empécha les volontaires de réussir l'assaut du Toubkal; beaucoup renoncérent en voyant le baromètre dégringoler, peu d'entre eux dépassèrent Asni avant de rebrousser chemin sous la neige. La première ascension fut réalisée le 12 juin 1923 par le Marquis René de Segonzac accompagné de Vincent Berger et d'Hubert Dolbeau. Hubert Dolbeau était un industriel, vice président du CAF section marocaine, Vincent Berger est connu comme le romancier qui écrivit "L'appel du sud". Le Marquis René Bardon de Segonzac fut l'un des explorateurs cartographes du Maroc dès 1899 et notamment du Haut Atlas. C'était un grand sportif, il avait été champion de France d'épée et aussi champion de saut à cheval, il était Président de la section marocaine du CAF. Monsieur de Flotte de Roquevaire, géodraphe qui procédait par triangulation faisait partie de sa mission d'exploration, de nouvelles régions du Maroc furent équipées en cartes.

Segonzac-1904-maroc La section marocaine du CAF fut initiée par le Marquis de Segonzac et Monsieur Barabino. De nombreux sommets sont gravis, M. de Prendières en juin 1924 atteint les trois pointes de l'Inghemar et en juillet M. de Lepiney monte au sommet de l'Anghour et redescend par la difficile face nord. En 1926 le refuge de Tachdirt construit par les marrakchis est inauguré. En 1928 MM. de Lepiney et Stoffer gravissent l'Aksoual, puis le Ligoumi, tandis que M. Nelson parvient au sommet de l'Aoulime par la face est et au point culminant du Siroua. A cette époque des groupes sont conduits par le savant et alpiniste chevronné Louis Neltner, M. de Lépiney et M. de Mazières.  Le Syndicat d'initiative de Marrakech, présidé par M. Dorée, organise la construction de refuges et la mise à disposition d'abris dans le Haut-Atlas. Le vice président du CAF section marocaine est M. Gotteland, il prend en charge l'initiation de la jeunesse à l'alpinisme.

Louis Neltner fut l'un des principaux propagandiste de l'escalade en montagne marocaine. La ville de Marrakech avait ses alpinistes qui passaient principalement par Asni quand ils projettaient de réaliser l'ascension du Toubkal.

LA HARKA, NOM DU CLUB ALPIN DE MARRAKECH CRÉÉ EN FÉVRIER 1934.

Créé par cinq marrakchis, le club comptait une quarantaine de membres un an après sa création et se joignaient à lui des Casablancais et des Rbatis. Le président de "La Harka" était M. Depied, pâtissier marrakchi originaire des Alpes suisses; dès le début le club parvient à tenir le rythme d'une ascension par mois des sommets de l'Atlas de plus de 3500m. 

La première messe au sommet du Toubkal fut célébrée le dimanche 5 mai 1935 par le Père Henri KOEHLER, prêtre franciscain de Marrakech. Il y avait 24 ascensionistes pour gravir le Toubkal ce week-end là. 

Premiere-Messe-sur-le-Toubkal-Grand-Père-Henri-Koehler-5-Mai-1935 L'événement fut immortalisé par un cliché et une carte postale. On commençait à récolter des fonds pour construire un refuge à proximité du Toubkal.

Le club Alpin de Marrakech s'adonait également au ski. Le moniteur de l'époque était Henri Petit de Mirbeck, fils du Colonel qui avait été commandant de la Base école 707 en 1932-1933.

LE CLUB ALPIN DE CASABLANCA

Grâce à Hervé Brisepierre fils de Charles Brisepierre, industriel de Casablanca le blog peut présenter deux photos inédites prises dans l'ascension et au sommet du Toubkal en juin 1938. Nous remercions Hervé de partager avec nous ces photos copiées de l'album paternel.

Ascension_toubkal-juin-1938 Une ascension du Toubkal en juin 1938 avec une halte juste au-dessus des derniers arbustes.

Somet-Toubkal-Juin-1938 Le groupe d'alpinistes parvenu au sommet. Leurs noms ne sont pas inscrits au dos de la photo, mais Hervé reconnait son père: "avec un béret, derriere le fanion à droite." C'est précisément en 1938 que fut décidé la construction d'un refuge au pied de la face nord du Toubkal à 3200 mètres. Il reçut le nom de Louis NELTNER. Le refuge de Tachdirt à 2300 metres ne suffisait pas. Le 3 avril 1942 est fondée la Fédération Française de la Montagne, (création imposée par le Haut Commissariat aux Sports), président Louis Neltner.

 

refuges Cinq refuges: Ouka, Tachdirt, Imlil, Neltner-Toubkal, Lépiney-Tazahart.

Charles Brisepierre vient au Maroc d'abord comme ingénieur en chef pour la Société Vallourec, qui fabrique des tubes. A partir de 1937 il passe à la société Fenie qui est une filiale du groupe Vallourec, vend des produits métallurgiques et des engins de chantier. Il fait la connaissance d'André Fougerolles qui est au Maroc pour créer des centrales hydroélectriques et a besoin de gros tubes. Les amis de Charles Brisepierre de la première heure étaient sportifs; parmi eux le marrakchi Robert Lacaze (sports mécaniques) et le gadiri Guy Villepion (natation).

Le Club Alpin français de Casablanca est fondé en 1946 par Charles Brisepierre et André Fougerolles.

En 1962 l'entreprise Fenie fusionne avec la société Brossette qui deviennent Fenié-Brossette. En 1966 il en devient le PDG. Il est aussi PDG de Protec, conseil en sécurité. Il le sera jusqu'en 1974.

Officier de la légion d'honneur et de l'ordre national du mérite, croix de guerre 39/45, commandeur du Ouissam Chogi. Médaille du  courage et du devouement (sauvetage en mer). Grande médaille d'or du CAF. 

Charles Brisepierre a réalisé des premières dans le Haut-Atlas.

Quatre enfants d'un premier mariage avec Dominique Artur dont Hervé qui partage avec nous ses photos historiques de 1938, il épouse en 1968 Paulette (Fronville) veuve de M. Lionel de la Fontaine (sept enfants) en 1961. Nous revoilà donc à Marrakech où Paulette avait repris la direction de l'entreprise  familiale de La Fontaine, d'emballage et transformation d'agrumes et abricots et Orangeor pour l'exportation. La nationalisation de ses sociétés par le Maroc intervient en 1966, elle crée une association "Union des français de Marrakech" pour obtenir des indemnisations du gouvernement marocain. En 1968 elle est élue au Conseil supérieur des français de l'étranger et se remarie avec Charles Brisepierre. Ils s'installent à Marrakech dans leur propriété marrakchie de Dar ADI OU ADI. 

Merci à Hervé Brisepierre, sculpteur renommé, établi en Provence, dont le travail artistique s'exprime principalement avec le bois. Le blog a déjà publié des anciennes photos du lycée Mangin et de l'Ouka avec Patrick de La Fontaine et du Lycée Victor Hugo avec Marie-Dom

D'AUTRES MARRAKCHIS ONT DES SOUVENIRS DE LEUR ASCENSION DU TOUBKAL OU D'AUTRES SOMMETS DU HAUT ATLAS. Ce serait sympa qu'ils partagent ici le récit de leurs souvenirs et leurs photos

Eclaireurs-Unionistes-1955 Cliché Maurice Calas 1955 - Camp du CPJ. 

Aujourd'hui et depuis la fin de 1999, le refuge du Toubkal a été agrandi et modernisé (80 lits pour les personnes et 20 litières pour les mulets). De nouvelles générations d'alpinistes gravissent le plus haut sommet d'Afrique du Nord dans le confort du XXIe siècle.

Le blog prépare d'autres pages sur la colonie de vacances de Sidi Fares, les Spahis et autres unités en garnison à Marrakech, sur des personnalités marrakchies, sur Marrakech en 1928,.. Chacun peut s'adresser au blog par le lien "contacter l'auteur" pour participer à ces sujets ou en créer d'autres. Ainsi tout en retrouvant notre histoire et celle de Marrakech nous pourrons renouer ou créer des liens entre 'mordus' de Marrakech.
SOURIEZ, ON NOUS REGARDE...

Marrakech-Zwinup L'information est illustrée avec une photo ancienne de la maison disparue de Blandine, "Zwinup, le portail du Marrakech Vivant" parle de votre blog. Nous y associons le blog "Marrakech & nous" ainsi que les blogs de photos et cartes postales anciennes, notamment celui d'Halfaoui dont les images illustrent beaucoup de pages de notre blog.

21 février 2014

SOUVENIRS DE L'OUKA

GÉRARD MULLER NOUS FAIT LE PLAISIR DE PARTAGER SES SOUVENIRS D'ALTITUDE DANS L'ATLAS

L'Atlas fascinait les marrakchis, notamment quand il se parait de son grand burnous blanc. A l'occasion des vacances scolaires d'hiver et de printemps la puissance d'attraction de la station de l'Oukaïmeden était colossale. 

marrakech-vue du bastion du Djebel Guéliz- 1957 Marrakech et l'Atlas depuis le bastion du Djebel Guéliz (cliché Maurice Calas, communiqué par S.& R.Perrenoud

Gérard MULLER, dont les parents tenaient le magasin GEDA au n°37 de l'avenue Landais, raconte:

Gérard_MULLER_1955

Oukaimeden 1955

Au bas des grands sommets de l’Atlas marocain, la neige n’était pas si rare qu’on pourrait le penser aujourd’hui. Une base militaire avait ouvert la voie sous la forme d’un « bordj », une bien pompeuse appellation pour un refuge bien loin des citadelles militaires. Le bordj fût accessible aux premiers montagnards par des chemins longs, durs et dangereux. Puis le sentier s’élargit pour laisser passer les premiers quatre roues. L’asphalte en était absent. Les avalanches de neige, les chutes de rochers étaient assez fréquentes pour devenir une habitude. Lorsqu’il fallait redescendre à Marrakech, combien de fois Rambaud ou Besson ont demandés aux gamins de prendre leur barda afin de franchir à pied les zones ou la route avait momentanément disparu. J’avais, ces jours-là, coutume de me faire porter pâle. J’avais horreur de ces marches prolongées et c’était, de surcroit, une occasion inespérée de déserter, un jour ou deux, les cours du lycée en attendant dans la montagne que la route fût rouverte.

Cette photo n’est donc pas le témoignage d’une transhumance forcée. Elle est associée dans mon souvenir à un séjour des éclaireurs unionistes dans un chalet de pierre confié à la patrouille des Cigognes dont je ne devais pas être encore le chef (étais-ce Claude Seguin ?).

L’anecdote amusante, c’est que le chalet spartiate n’avait ni chauffage ni éclairage. Nous avions des lampes à acétylène qui en faisaient office. L’une d’elle, mal éteinte, avait consumé le reste de la nuit sans que l’on s’en aperçoive. Au matin nos visages, seules parties non protégées à l’intérieur des sacs de couchage, étaient couverts d’une suie grasse et noire qui nous maquillait durablement en petits ambassadeurs de « Banania ».

J’ai fréquenté depuis les plus beaux chalets des Alpes. Aucun ne pourra jamais rivaliser avec ceux de notre enfance. Rien ne nous était du. Tout se méritait. L’effort, le froid, le manque de confort et la bouffe très moyenne étaient notre lot, garant de moments fabuleux de jeunesse, à la fois simple et riche d’aventure.

 Chacun a ses madeleines. Le vent dans les fils électriques me rappelle encore les nuits de tempêtes sous les toits du SJS. Le CAF est définitivement le lieu de mes premières cigarettes. Au bas du C.C.C. je revois le soleil d’un matin frais dans une chevelure bouclée. Le petit télé-fil restera le lieu d’un drame ou mon frère faillit perdre la vie. Au bas du téléski moyen, il fallait faire montre de virtuosité pour arrondir son dernier « christiania » devant les belles Michèle, Gilou ou bien Brigitte.

De la table d’orientation, Marrakech était si belle que nous savions, d’instinct, en être amoureux toute notre vie.  

Il y avait un club au-dessus de « Chez Juju ». Quel était son nom ? « Les deux Corbacs » ? « Les Choucas » ?  C’est là que j’ai osé, un verre de vin aidant, embrasser une jeune pharmacienne alors que la lumière s’était pudiquement éteinte à minuit un soir de réveillon. C’était si bon que j’avais poursuivi alors que la lumière était revenue. La jeune femme était splendide dans ses trente ans. J’en avais seize ! Son fiancé n’avait pas apprécié. Il était du genre costaud de la race des molosses. Il m’avait pris au col et par le fond de mon pantalon pour me faire traverser la salle en vol plané. Contre le bar ou j’avais terminé mon atterrissage forcé, je me suis retourné. Je claquais des dents mais j’ai brandi mes petits poings. Ça l’a fait rire et le rire désarme. Je m’en suis bien tiré….

Moins bien avec la belle pharmacienne. Dès le lendemain, elle voulait conclure ! Je n’avais pas seulement idée de ce que j’avais à faire et de comment m’y prendre. Je me suis enfui pour ne pas avoir à avouer mon état de jouvenceau ignare. Je le regretterais encore aujourd’hui si je n’aimais pas ce qu’il y a de (romantiquement) inachevé dans ce rêve (subtilement) inassouvi !!!

Crans-Montana - Le samedi 15 février 2014   Gérard Muller

Merci à Gérard pour avoir partagé ses souvenirs de ses quinze ans. Chacun pourra évoquer des épisodes comparables au même âge. Peut être même que certains prendront le temps d'écrire pour partager à leur tour leurs souvenirs marrakchis.

Pour illustrer le récit de Gérard, nous avons retenu une photo du chalet du CCC.

MRK Environs Ouka2740 m et djebel ANGOUR Devant le Djebel Angour(3616m) le chalet à 2740m (cliché Maurice Calas, communiqué par S.&R.Perrenoud) 

Sur la route qui conduit à l'Ouka on trouve toujours un panneau publicitaire coloré... plus de lampes acéthylènes mais la Wi-Fi, comme à Crans Montana.

Chez-Juju_Ouka-Anghour Il est même possible de téléphoner...

11 Devant chez Juju Une carte postale, devant chez Juju vers 1955.

Maurice CALAS se souvient aussi de la table d'orientation du TCF

table-orientation 4  Maurice  a spécialement  resaisi quelques images d'un film en 8mm où figure André BESSON en été à l'Ouka

André-Besson-Ouka André Besson, moniteur d'escalade en été.

André-Besson-Toubkal André Besson, plus haut que le Toubkal

André-Genevieve-Besson André et Genevieve Besson nourrissant un chouca.

genevieve Besson Geneviève Besson à qui nous devons un Chkoun Ana passionnant, (29 fevrier 2012) conseille au chouca de regarder la caméra de Maurice Calas..

la foto-silva

Genevieve en 2014 se promenant dans la forêt Amazonienne se souvient des amis de Marrakech.

Georges GOMEZ ajoute quelques photos des années 50 illustrant ses souvenirs de l'Ouka et y joint ses amitiés aux Marrakch'amis:

Georges_Gomez-Ouka-2894

"Ma prise de contact avec les pistes de l'Ouka s'est soldée par la rupture du croisé antérieur de mon genou gauche."
Serait ce la même blessure en plus  profonde que celle du champion olympique de snowbord Pierre Vaultier ? 

Oukaïmeden1750 La neige semble abondante et pourtant la blessure peut survenir

skis-ouka-751

On distingue les skieurs près du moyen téleski. Mais le grand téleski ne semble pas ouvert.

Ouka_752

Merci à Gérard MULLER, ainsi qu'à nos photographes pour ce voyage dans nos souvenirs. On se rapportera aussi à d'autres souvenirs et photos de l'Ouka en écrivant "oukaïmeden" dans le moteur de recherche, colonne de gauche en dessous des archives et avant les derniers messages. On retrouvera aussi sur ce blog la présentation du roman de Gérard Muller "Séismes" qui commence en 1958 à Marrakech.  Voilà un encouragement pour que chacun raconte ses souvenirs et partage ses photos.

16 février 2014

MARRAKECH PERD MADAME HENRIETTE BAUCHET

LES SPECTACLES ET LES JEUX CONTINUENT AU CASINO DE MARRAKECH

Décès de Madame Jean Bauchet

LA REFONDATRICE DU CASINO DE MARRAKECH EN 1952 SALUE UNE DERNIÈRE FOIS LE PUBLIC ET LES JOUEURS, À 94 ANS

Madame Henriette BAUCHET, Chevalier de la Légion d'Honneur s'est éteinte le 12 février 2014. La cérémonie religieuse s'est tenue à Paris en l'église de la Sainte-Trinité, place d'Estienne d'Orves et fut suivie de son inhumation au cimetière de Montmartre.

Le blog Mangin@Marrakech avec beaucoup de marrakchis exprime sa tristesse pour cette séparation et sa gratitude pour tout ce que Madame Bauchet a apporté à la vie et à la renommée de la Ville Rouge. Ils assurent de leur sympathie ses enfants Elisabeth et Jamil BOUHLAL, Marie-Claude et Luc RICHARD, ainsi que ses petits enfants:  Jean-Alexandre et Caroline, Marlène et Antony, Jean-Luc et Amélie, et ses arrière petits-enfants: Jules, Alexandre, Jeanne, Aurore et Nicolas.

Avec son mari Jean BAUCHET, Henriette avait repris le Casino de Marrakech dont la construction avait été réalisée en 1935-36 pour une inauguration en 1937 à la veille de la guerre. C'est ce que nous a appris notre ami Jean-Pierre MRECHES le fils d'un des architectes. A la suite du débarquement anglo-américain en Afrique du Nord de novembre 1942, le Casino fut réquisitionné par le commandement américain. Il était en activité en 1949, mais vivotait. Ce n'est qu'en 1952 que Jean et Henriette BAUCHET, déjà propriétaires du Casino de Forges les Eaux et Directeur du Casino de Paris relancèrent vigoureusement le Casino de Marrakech. Ils avaient été sollicités par le Pacha Si Hadj Thami El Glaoui pour reprendre un établissement en perte de vitesse.  Ils en firent le premier casino d'Afrique du Nord.

Bauchet-Girls-1952-casino Pour l'inauguration Jean et Henriette BAUCHET avaient fait venir toute la troupe de girls du Lido de Paris en avion pour deux jours. Un coup de Poker gagnant. (photo Salam Marrakech)

Les anciens de Marrakech ont le souvenir de pièces de théâtre. Voir un programme. et de concerts : photo après un concert d'Aznavour.

Le Casino était la première étape pour la famille Bauchet d'une grande aventure marrakchie qui s'est poursuivie dans l'hôtellerie avec l'hôtel de luxe Saadi et le palace Es Saadi & Garden & Resort avec Spa et la boîte de nuit le Théatro.

Jean BAUCHET est décédé en 1995, Henriette avec son esprit d'entreprise intact a créé en 2009 le WPT (World Poker Tour), un événement international.  Une interview de Mme BAUCHET sur YouTube résume cette épopée.

Le blog Mangin@Marrakech remercie Elsa NAGEL, auteur d'un manuscrit sur "Marrakech autrefois" de nous avoir informé du départ d'Henriette BAUCHET, une grande dame de Marrakech à laquelle de nombreux marrakch'amis voudront rendre hommage: 
"C'est avec beaucoup de peine que j'ai appris le décès d'Henriette Bauchet qui était à elle seule une mémoire vivante de l'histoire et de l'évolution de Marrakech. Quelle personnalité exceptionnelle ! J'ai passé des heures passionnantes à discuter avec elle lorsque je l'ai questionnée pour la rédaction de mon livre sur la création du Casino. Malheureusement, à cause des atermoiements éditoriaux que je subis, elle ne lira pas les pages qui lui sont consacrées.  Bien à vous." Elsa Nagel

Nous souhaitons à Elsa un éditeur qui saurait s'inspirer de l'esprit d'entreprise de Madame BAUCHET, afin que nous puissions lire son interview très prochainement.

Le blog accueillera volontiers dans les commentaires ci-dessous les hommages des marrakch'amis  et les messages de condoléances. 

05 février 2014

PROMOS D'ÉLÈVES-PILOTES À LA BASE 707 ET AUTRES RÉCITS

Joyeux anniversaire à Huguette et Heureuse fête de la Saint-Valentin aux Amoureux

LE GRAND CAFÉ DE FRANCE IL Y A CENT ANS

Grand cafe de France-121-Michel Cliché E.Michel - Ci-dessous: Le Grand Café de France aujourd'hui 

Grand_café-de-France-Marrakech Imaginer déguster un jus d'orange attablé devant LA grande place.

LA LISTE DES PROMOS AVEC PHOTOS SE COMPLÈTE PAR LA 58D ET UNE PROMO DE 53

JEAN-PHILIPPE CHÂTEAU FUT ÉLÈVE PILOTE DANS LA 58D 

Il partage avec nous des photos et des souvenirs. Il nous offre une vue de la Base aérienne en 1958 entre deux T6 volant en patrouille.

2_21_MaRK__T6_piste_copie

"Personnellement je faisais partie de la promo 58 D. Le commandant d'escadron (le 2ème) était le Cne Lapous, j'ai eu comme moniteurs Marchal, Gaston, Lucas, Saunois, Bertrand, Rousset, Mathély, etc. Je garde un excellent souvenir de mon passage à MRK.
Je voudrais saluer tout particulièrement l'A/C Lacince qui nous faisait les cours de vol au sol, ainsi que le S/C Bernigaud. Je leur dois beaucoup, comme des tas d'autres élèves pilotes."

Jean-Philippe se souvient des cours de l'Adjudant-chef LACINCE:

"Cours de vol…au sol

Avant de commencer les vols il nous reste les cours de vol…au sol. C’est l’adjudant-chef Lacince, chef pilote de l’escadron où nous allons voler, qui en est chargé. Toujours tiré à quatre épingles dans un uniforme qui paraissait confectionné sur mesure, teint hâlé, lunettes de soleil Ray-Ban – un must pour faire vraiment partie de la famille  des pilotes – souriant, à la fois relax et consciencieux, il nous décrit le comportement du T-6 de la mise en route au retour au parking.

Ce moniteur avait volé, je crois, sur Spitfire et pour nous c’était une légende. D’autant qu’il avait un talent extraordinaire pour mimer ses explications : ses cours sur le décrochage et la vrille étaient de vrais morceaux de bravoure. Pour le décrochage il partait du fond de l’estrade, dos au mur, et avançait de plus en plus lentement en se penchant en arrière pour illustrer l’augmentation de l’incidence et, au moment où l’avion devait décrocher, il dégringolait littéralement de l’estrade, nous étions aux anges ! En tous cas, de la mise en route au retour au parking en passant par toutes les phases de vol il nous exposait avec un véritable talent de conteur ce que nous allions avoir à faire. Ses messages passaient remarquablement bien et nous lui devons tous beaucoup : merci adjudant-chef Lacince. "

2_5_MaRK_Promo_copie


 

 

 

 

 

 

 

58 D: Debout, de gauche à droite : Meyer, Debernard, Freyssinet , Linqué, Falcon de Longevialle, Dornès, Haratyk, S/Lt X , Jean-Philippe Château, X , Pettini , Glépin, Baudassé, Huron, Legrand, Mollier-Thomas.

Au 1er plan de gauche à droite : Buet, X , X, Galley, X, Lacroix, Franck Le Berre, Chobelet, Brach, Chair, X, Coutelen, Rassendratsirofo. (Jean-Philippe et Franck espèrent que leurs camarades de promo joindront d'autres souvenirs aux leurs)

2_11_MaRK_Cel_Feuvrier_copie

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Colonel FEUVRIER, commandant la Base École 707 et le Lieutenant JAUFFRET. 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA JULIE ET LES ÉLÈVES

2_9_MRK_JU_52

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos premiers vols d'entraînement à la navigation sur JU 52. De gauche à droite : J-Ph Château, X , Glépin, Galley, Linqué, Rouzaud (S/C), Dornès, Legrand, X ,

Les pilotes de la Julie étaient selon les vols, Cne Donne, Cne Pratt, A/C Masson, A/C Vrécourt, Cdt Lejeune, S/C Martincourt, S/C Gnaedinger.

2_22_MRK_Formation_avec_un_T6_Harvard

 

 

 

 

 

Formation avec des T6 Harvard

 

 

 

2

 

 

 

 

T6 avec l"Atlas enneigé à l'horizon

 

 

 

 

UNE PROMO DE 1953 - 1954

Salam-BE707_1953-54 Souhaitons que plusieurs élèves pilotes se reconnaissent sur cette photo et nous racontent leur promo. Un agrandissement de la partie centrale de la photo permettra de repérer les gradés et moniteurs-pilotes.

BE707-53-54_Zoom Merci à ceux qui à partir de ce zoom nous permettront d'identifier des visages et qui les inscriront dans les commentaires.

APPEL À TÉMOINS D'UN ACCIDENT EN MAI 1953

 

Commandant-Robiaud(2)

Le Commandant ROBIAUD fut le commandant de la D.I. III/707. Nous savons par exemple qu'il a signé le carnet individuel de vol de l'Adjudant Kiechel le 2 janvier 1952. Récemment un nouveau commentaire de son fils Philippe apparaissait sur le blog: "Je viens de découvrir votre site que j'ai trouvé fort intéressant. Mon père, le commandant Robiaud a commandé l'école de pilotage de la BE 707 entre 1951 et le 3 mai 1953, date à laquelle il a trouvé la mort en service aérien commandé. Je serai très heureux de trouver sur votre blog toutes informations, photos, témoignages liés à la vie de mon père. Je vous renouvelle mon complimùent pour ce blog très vivant et émouvant. Amitiés à tous ceux qui font vivre la mémoire de la BE 707."

 Philippe Robiaud apporte d'autres précisions qui pourraient aider les lecteurs du blog à faire appel à leur mémoire: "Mon père était sous lieutenant en Juin 40 et pilote au GC 2/2 3éme escadrille, Commandant Bertrou, capitaines Alexandre puis capitaine Larique. Il est sorti de l’Ecole de l’air en 38 dans la  2 éme promotion « Astier de Vilatte ». Ses états de service avant Marrakech : C’est la campagne de France au groupe 2/2 (on peut voir son  parcours quasiment au jour le jour sur Internet) puis le groupe 3/9,  je crois, après l’armistice jusqu’en 42 puis le 2éme bureau en 44, le retour à l’école de l’air comme instructeur, l’Allemagne, une mission aux USA et Marrakech à partir de 1950 ou 51.

Guiomar Moreau Surrier Robiaud En mission aux USA avec d'autres officiers: GUIOMAR, MOREAU, SAURRIER, ROBIAUD

Cdt-Robiaud-X"J’ai ses carnets de vols mais pas grand-chose sur Marrakech si ce n’est quelques photos ou objets , un compte rendu bref de sa dernière mission, où il était en binôme avec le colonel commandant la base dans une simulation d’attaque de troupes au sol. Son avion se serait mis en vrille à la sortie du piqué et du rase-mottes. C’était à tous égards sa dernière mission car il devait rentrer le lendemain pour ma communion et pour entrer à l’école de guerre à Paris. Le destin !!!  Je suis rentré à l’école des pupilles de l’air à Grenoble." Le Cdt Robiaud sur la base en compagnie d'un autre officier à identifier.

"Je me souviens du capitaine Destefanis qui nous a rapporté sa voiture et ses affaires."

Ce serait sympa que des anciens rapportent leurs souvenirs du Commandant Robiaud à Marrakech pour son fils Philippe qui n'était pas à Marrakech à l'époque.

PHOTOS D'ENFANTS DE PILOTES, DÉBUT DES ANNÉES 50

Jean-Louis Roy partage avec nous des photos prises en famille et nous offre un pelle-mêle. En 1951, la famille Roy résidait à Agadir et s'apprêtait à rejoindre Marrakech

Agadir 1951 La famille ROY devant Agadir et son port vus depuis le fort. 

Agadir 2 1951 La famille ROY devant leur maison à Agadir.

Communion privée 1953 Madame ROY et ses deux fils devant le Casino de Marrakech en 1953, époque de la communion privée de Jean-Louis.

Communion 1954 2 Communion solennelle de Jean-Louis, devant Notre Dame des Ailes, la chapelle de la Base en 1954 : Jean Verschodt, Daniel Masson, Jean Paul Dupart (ses parents avaient acheté un magasin d'armes et cycles au Guéliz, prés de l'avenue de Casablanca. Ils y sont restés assez longtemps.

Chez nous La famille ROY chez elle à Marrakech, dans son salon marocain.

Claudine Xima La Ménara en 1957, une certaine Claudine accompagnée des frères ROY.

NOTRE AMI LOUIS, le maître-chien, a réussi à obtenir l'autorisation de visiter la base de ses débuts et à la montrer à Paule sa femme. Il nous communique une photo récente prise devant le chenil. (voir Louis en 1955 avec son chien DAX, page du 04-11-2013)

Louis-et-paule_Roquet9 Paule écrit: "Nous venons vous remercier pour vos conseils précieux, qui nous ont permis d'être reçus à la BASE  ECOLE  de Marrakech, inutile de vous dire à quel point mon époux était ravi, de plus, nous avons été accueillit par le Général et des Colonels vraiment extraordinaires celà restera pour nous un fabuleux souvenir. La santé de Louis n'est pas au top... Merci encore, car sans vous, nous serions encore restés à Eden Park sans visiter la Base Ecole."  Nous souhaitons à Louis une meilleure santé (il entre au CHU le 26 février) pour une opération importante. Nous le soutiendrons. Par ailleurs c'est heureux que l'expérience capitalisée de précédents visiteurs leur ai permis de remplir les bonnes conditions d'autorisation.

Les anciens de la Base aérienne de Marrakech voudront aider Philippe à retrouver  des souvenirs de son père le commandant Robiaud, notamment ceux qui se trouvaient sur la base et à Marrakech en 1952 et au début de l'année 1953. Merci à Jean-Philipe CHÂTEAU pour les souvenirs de sa promo 58 D et pour ses belles photos et à Jean-Louis pour ses souvenirs d'enfant de pilote dans les années 50 à Marrakech. Merci aussi à Louis et Paule de nous avoir écrit qu'ils ont suivi la bonne procédure et qu'ils ont réussi. Merci à tous les anciens de Marrakech pour leurs prochains commentaires.

02 février 2014

UNE MARRAKCHIA CENTENAIRE - JULIETTE BEULLAC

JULIETTE BEULLAC AURA ÉTEINT LES BOUGIES DE SES CENT ANS.

Le blog Mangin@Marrakech a préparé avec ses lecteurs l'anniversaire des cent ans d'une grande marrakchia afin de contribuer à la réussite de la fête d'anniversaire. Nombreux sont ceux qui voudront lui dire merci. Par sa fille Bernadette nous avons le cliché où Juliette BEULLAC/PRÉVÔT marque son passage dans le club des centenaires en s'aidant astucieusement d'une petite cueillère. A côté d'elle, l'aîné de ses fils, né à Marrakech.

100ANS

Le mardi 25 février, Juliette passe le cap des cent ans. Tous les marrakchis et surtout ceux qui ont connu Juliette Beullac lui souhaitent un superbe anniversaire en lui envoyant des messages et des photos souvenirs; le blog les publie et les publiera. Les messages et les images lui seront remis pour ce jour exceptionnel. S'il y a des retardataires, leurs envois lui parviendront aussi.

Juliette- Beullac Cliché du 14 juillet 2013 DR

Juliette BEULLAC était connue à Marrakech comme cheftaine de louveteaux, monitrice de colonies de vacances, notamment à Sidi Farès et aussi comme institutrice dans une école franco-musulmane en Médina, l'école Moulay Abd el Aziz.

Après l'école du Guéliz dans la classe de la directrice Madame Martin, elle a étudié au collège en Médina, puis au nouveau collège du Guéliz dont le directeur était M. Césaire Cazabat.  Nous connaissons les noms de ses camarades de la classe de troisième: René JEANMOUGIN, France BRUNEAUD, Andrée JUSTET, Amélie PELLOUX, Rosette RODER, Denis BERGES, Irène BOCABEILLE, Germaine VALETTE, Pierre FRIGGERI (photo de classe). Avec une formation de Sténo et par l'intermédiaire d'amis, les Periès, elle a travaillé au 120 rue Verlet Hanus chez l'assureur Rousselière. Elle est devenue madame Bernard PRÉVÔT en décembre 1941, ils ont eu six enfants. Il y a trois ans Juliette a réuni quelques souvenirs pour ses enfants et en a fait un cahier dont ils partagent avec nous quelques extraits. La mise en page associe les souvenirs de Juliette à des photographies et à des noms de personnes qui l'ont connue.

Sidi_Fares-moniteurs-1930-31

Les colonies de vacances

Juliette à gauche en excursion à l'Oukaïmeden avec d'autres moniteurs et le directeur  de la colo à droite, M. FAVRE ou M. TADEI.

J’ai été embauchée pour être surveillante à la colonie de vacances des écoles laïques de Marrakech, à Sidi Fares. La première année j’étais simple surveillante ; puis j’y suis allée deux années suivantes comme surveillante générale. Ces gens étaient contre l'autorité de l’Eglise mais considéraient que je leur rendais grand service car on pouvait me faire confiance quand je m’occupais d’enfants. J’avais 16 ans, 17 ans. C’était en 1930 et 1931.

Ils me demandaient pour la colonie. Le soir, dans le grand dortoir, je faisais faire la prière. Cela a été scandaleux mais je me suis rebiffée et on m’a permis de faire dire aux enfants le Notre Père et de faire un petit moment de méditation, de remerciement. J’avais mes idées, mais on me respectait car on savait que cela marchait bien avec moi.

Cheftaine de meute de louveteaux

BEULLAC_Juliette Rang du haut : GIDEL, François THIERY, MASSACRIER, Antoine NICOLAÏ, Paul BROUSSOLLE, Jacques DIOT, Max TORNESY, GIDEL, Michel REUILLARD et Juliette BEULLAC. Rang assis: SABLEROLE, Paul GEMINEL, François CHOMEL, Robert DEROUGES, René BALEYTTE, Maurice BAZILLON, X, Jean-Pierre LESUR. 

Les louvereaux,..c’était ma vie et Maman me disait : « Avec tes louveteaux, tu ne te marieras jamais car tu ne penses qu’à ça. »

J’ai créé une meute au Guéliz, puis une à la Médina, une à la Base aérienne. J’en ai créé une à Mogador, une à Agadir. Qu’est-ce que je me démenais et tout cela marchait bien. C’était épatant. Ces garçons avaient une tenue impeccable. L’abbé Pierre Broussolle est un de mes anciens louveteaux.

L’autre fois un Monsieur m’a téléphoné pour me  dire qu’il conservait un souvenir merveilleux d’un camp près de l’oued Tensif et que cela avait été très agréable.

Je travaillais chez Rousselière  et toutes mes sorties étaient pour les louveteaux. Souvent quand il y  avait une réunion de jeunes gens ou  jeunes filles, mes  louveteaux avaient la priorité et Maman était furieuse.

Par le scoutisme Juliette était très en lien avec les CAVILLON, Jacques et Jean dont le père s'occupait beaucoup des scouts.  Elle était proche aussi de Jacqueline REUILLARD.

Ecole-abd-el-aziz-1940_SM57

Ecole de filles Moulay Abd El Aziz en Médina

Sur cette photo de 1940 Juliette est la 2e en partant de la gauche. Parmi les autres enseignantes: Mesdames POUVREAU, Françoise MALHOMME, Marthe TORNEZY, Hafiza GASMI, Léonie RAT, Mlle AYME, l'infirmière Mme BAZILLON.

Quand j'ai laissé l'entreprise Rousselière, c'était pour faire la classe aux petites Marocaines.

Maman joue au scrabble

Je leur apprenais les lettres françaises, le B-A-BA pour lire les choses les plus simples en français et à tenir un porte-plume. Dans cette école profession-nelle, certaines maîtresses faisaient un peu la classe et leur apprenaient ou à coudre, ou autre chose. Ma charge était de leur faire la classe et de leur apprendre à travailler la laine. À ce moment-là on ne fabriquait pas encore de pelotes de laine toutes travaillées; la laine se vendait en vrac. J'en achetais, je la faisais laver; des femmes venaient à l'école pour filer la laine et j'apprenais aux filles à tricoter.

J'achetais aussi de la laine que je faisais laver et teindre pour faire des tapis. Deux maîtresses marocaines leur apprenaient à faire la trame; et moi je regardais si c'était bien fait. J'en étais la responsable. J'allais au musée des arts marocains  pour rechercher les gravures de tapis anciens, pour retrouver les dessins traditionnels; ensuite on faisait un tapis, pas un grand  tapis, plutôt une descente de lit.

Notre directrice, Mme Decaudin, était une personne toujours habillée de noir car veuve et toujours en prière à l'église de Marrakech.

Juliette-lit

J'allais à la Médina à vélo et me trouvais dans des embouteil-lages de mulets, de chameaux et de bourricots, dans les petites rues de la Médina. Mon vélo crevait. A coté de l'école il y avait un cycliste marocain très très modeste qui réparait les vélos. En arrivant à l'école je lui laissais mon vélo qui était crevé et en sortant, je retrouvais mon vélo réparé, astiqué, mis en beauté, et je disais: « Combien je te dois ?» et il répondait "Ashouma ! », ce qui veut dire « C'est scandaleux ! Tu voudrais que je te fasse payer, toi qui viens t'occuper de nos petites ?"

J'ai eu toujours de bonnes relations avec les marocains de Marrakech. 

Interieur-de-l-Eglise-du-Gueliz

Juliette s'est mariée le 30 décembre 1941 à la Mairie de Marrakech à Bernard PRÉVÔT, alors capitaine vétérinaire en lien avec le  4e Régiment de Spahis Marocain. Puis l'année suivante, le 3 janvier 1942 à l'église des Saints-Martyrs. Il y eut une grande fête avec des chants scouts pour la messe de mariage et une haie d'honneur des Guides depuis l'église jusqu'à la maison. Le cliché de l'intérieur de l'Église est de Roudnev et provient de la collection Halfaoui.

Naquirent ensuite six enfants François, Roger, Bernadette, Anne-Marie, Cécile et Odile; les premiers à Marrakech. Nous remercions particulièrement Bernadette de nous avoir permis de réaliser cette page.

Blog_Juliette

 

Le blog vient d'être distingué par Canalblog parmi des miliers de blogs pour cette page anniversaire de notre sympathique centenaire. Si vous êtes d'accord avec cette distinction vous pouvez le confirmer en haut de cette page.

 

 

 

 

 

 

 

QUELQUES MESSAGES POUR JULIETTE SONT PARVENUS AU WEBMASTER

Marcel Martin a composé une carte à son intention: 

Bon_anniversaire_Juliette_Beullac 

Marcel ajoute: la carte ci-dessus est à l'attention de la vénérable cheftaine des louveteaux Marrakchis ,  afin de lui souhaiter un très heureux anniversaire entourée par tous ceux qui lui sont chers. Juliette est une de ces pionnières marrakchies  dont il est bon de rappeler  son investissement et son dévouement  pour les marrakchamis de l'époque.

En outre j'ai eu la surprise , sur la photographie de la meute des louveteaux ,de lire et voir François Thiéry tout jeune  , illustre, joueur puis entraineur de rugby au SAM et à l'ASAM mais aussi avocat entre autres affaires de Mr Medhi Ben Barka. Il est un des fils de madame Thiery qui fut notre sympathique prof de math des lycées Mangin et Victor Hugo. François
Marie-Pierre, fille de Jean Cavillon souhaite un Joyeux anniversaire à la Centenaire. "Ma mère Josette Estève et mes tantes Cavillon ont été cheftaines de louveteaux elles aussi mais elles ne sont plus là pour en parler. Jacques Cavillon est mort début janvier." Les témoins se font rares, merci à la centenaire de partager ses souvenirs.

Henri Chezalviel: Bravo à cette centenaire Marrakchie à qui je souhaite de vivre encore longtemps. Je n'ai pas connu  de louveteaux, ni des anciens du scoutisme et encore moins les colos de l'Ouka et autres.
J'avais 20 ans, militaire à l'état-Major, puis après au service sécurité de la BA de Benguerir, suivi de mon retour en France en décembre 1956. Je suis de tout coeur avec vous tous.

Francine a envoyé une carte personnalisée:

IMGP3107 et encore une autre dans un paysage connu:

les remparts

D'autres Marrakchis d'avant et d'aujourd'hui voudront féliciter  dans les commentaires notre centenaire Juliette BEULLAC/PRÉVÔT qui aime les livres d'images, fait toujours des jeux de mots avec son scrabble et participe à la Revue Salam Marrakech en envoyant articles et photos souvenirs. Merci Juliette pour tout ce que vous avez offert aux enfants de Marrakech, aux jeunes marocaines de l'école Moulay Abd el Aziz, aux jeunes louveteaux catholiques, aux jeunes laïcs de Sidi Farès et aux lecteurs de Salam Marrakech qui restent toujours jeunes.



Fin »