MANGIN@MARRAKECH

26 février 2015

RÉCEMMENT DISPARUS - PÈRE GILLES, PILOTE PIERRE SAHUC,

LE PÉRE GILLES PÉGURIER LAISSE UN GRAND VIDE

PIERRE SAHUC MONITEUR PILOTE A LA BA707, PUIS AU 1 BERP NOUS A QUITTÉ

MICHEL PORTILLO, AUTREFOIS INSPECTEUR DE POLICE EN MÉDINA, EST DÉCÉDÉ CE 28 FÉVRIER (voir le commentaire d'Huguette, sa nièce)

CHARLES HOLBING, PEINTRE MARRAKCHI MÉCONNU, ENSEIGNA LA PEINTURE ET LE DESSIN AU LYCÉE IBN ABBAD. Il fut à l'origine de jeunes vocations artistiques.

Merci à Philippe Caillères de partager avec nous une des oeuvres caractéristique de l'art du maître.

Charles_Holbing-02    Ch.O. Holbing - Village berbere, 58 X 48, Marrakech 1950.

Le blog réalisera bientôt une page avec des oeuvres de Charles Holbing pour faire honneur à cet artiste marrakchi habitant le quartier de Bab Doukkala et pour la mémoire de ce professeur qui sut transmettre son savoir. Si vous disposez d'une de ses oeuvres merci de la photographier et de la communiquer au blog afin qu'elle soit publiée. Vous pouvez aussi partager vos souvenirs de ce professeur et de cet artiste marrakchi

La fraternité franciscaine et la paroisse des Saints-Martyrs sont en deuil. Nous avons appris que le frère franciscain devenu père Gilles et prêtre à Marrakech venait de "vivre sa grande rencontre avec le Seigneur" en novembre dernier. Ses funérailles et l'eucharistie d'action de grâce ont eu lieu à Marrakech le lundi 24 novembre 2014 à 11 heures en l'église des Saints-Martyrs.

Nous n'avons aucune photographie du Père Pégurier et faisons un appel à nos lecteurs  pour remédier à cette lacune. En attendant nous proposons une photographie de l'église ND des anges, dite de la Médina au derb Nakous où le Père Pégurier dont le visage est en partie caché se trouve avec ses catéchumènes en mai 1957.

Gilles-Pégurier-1956 

Marie-France Béchara a communiqué cette photographie en précisant que c'était la dernière messe de communion célébrée dans la petite église le 19 mai 1957

Le frère Pégurier prit l'habit franciscain à Pau, le 7 juillet 1944 avec les frères Agel Albarel, Henri-joseph de Castelbajac et Jean-Paul Barué et arrive au Maroc vers 1953. A Marrakech il est prêtre à ND des Anges. , le père Gilles, l'avait restaurée à la suite d'un incendie. "Tout était à la chaux, en crépi et les cimaises étaient faites de troncs de palmiers. L'autel était au milieu de l'église ...et le prêtre célébrait face à l'assistance. La décoration y était de la plus grande sobriété. Un lieu de prières...". Le Père Pégurier fut muté un temps à Rabat et soutint une thèse de doctorat en Sorbonne. Quand il revint à Marrakech la chapelle de ND des Anges, celle où Lyautey allait se recueillir, celle que le Père Gilles rénova, avait été vendue par morceaux et l'équipe de prêtres regroupée à l'église des Saints-Martyrs. 

Le Père Gilles Pégurier avait créé une fondation Le Majal  et s'est investi dans le monde associatif. Dans l'équipe de prêtres et de frères ces dernières années il était appelé: " la mémoire des lieux, puits de science et de sagesse".  Il était un scientifique en sociologie rurale de zones en voie d'urbanisation, il enseignait et publiait sous son prénom d'état civil Jacques Pégurier. Ses travaux en géographie humaine sont une contribution au service du Maroc et des marocains;

- Pour une approche socio-économique de la région du Tensift - 1973
- Urbanisation d'un Centre rural au Maroc. Etude d'un cas -
- L'Intégration urbaine dans les villes petites et moyennes de la région économique du Tensift (Sud-Ouest marocain) - 1977
- Espaces Urbains en formation dans le Tensift - 1981
- L'Intégration urbaine dans les villes petites et moyennes de la région économique du Tensift - 
L'une de ses conférences relativement récente (mai 2011) montrait l'actualité des principes du fondateur de son ordre:

François d'Assise : une réponse à la crise de l'écologie

Une causerie du Père Gilles Pégurier de Marrakech. Saint-FRANCOIS est un saint du moyen âge... Comment prétendre qu'il puisse apporter une réponse quelconque à la crise de l'écologie de nos jours ? 
Le Père Gilles Pégurier est resté 70 ans franciscain et s'est fait beaucoup d'amis y compris en dehors de sa fraternité et des chrétiens du Maroc.
Chacun peut ajouter des épisodes de la vie du Père Gilles ou des souvenirs dans les commentaires... On peut témoigner de ce qu'il a apporté à ceux qu'il a rencontré... Penser aussi à des photographies pour raviver la mémoire... 

LE MONITEUR PILOTE PIERRE SAHUC NE VOLERA PLUS SUR LA JULIE

Pierre SAHUC 06 Sur la Julie

Son neveu nous l"apprend:"C'est avec tristesse que je vous annonce le décès de mon oncle, Pierre Sahuc, élève pilote (1960) puis moniteur de la base école 707 de Marrakech où il a passé de longues années."

Sur une photo envoyée par Jean-Michel SAUX, il se trouve parmi les moniteurs pilotes de la promo 60-B 1er escadron.

Sahuc-Pierre-60B-1 

Pierre Sahuc est le troisieme en partant de la droite. Son nom figure aussi dans la liste des Moniteurs-pilotes qui ont formé les pilotes marocains de la 1er BERP

Pierre SAHUC 05 En fougat

"Pour ce que j'en sais, il a fait partie des forces aériennes marocaines puis a été réintégré dans l'Armée française."

Pierre SAHUC 03

"Moniteur d'avions puis d'hélicoptères (escadrille Baden), il a fini sa carrière à Salon de Provence. Ensuite il a pris sa retraite et entre pétanque, parties d'échec et piscine, il a vécu heureux entre Aix en Provence et Marseille. Il est décédé à Marseille en avril 2014 des suites d'un cancer."

Pierre SAHUC 04Pierre SAHUC 02

 

 

"Ci-joint, quelques photos de lui, a bord de "La Julie", sur Fouga, ou en uniforme.

Il a rejoint le ciel qu'il a tant aimé ainsi que sa femme Claude qui l'y avait précédé.

Gilles, son neveu."

Ses élèves pilotes de la BE 707 et les pilotes marocains de la 1er BERP, ainsi que ses camarades Moniteurs pilotes de Marrakech, auront une pensée pour lui. Nous remercions aussi Gilles son neveu pour les souvenirs qu'il partage et nous lui disons notre sympathie.

HOMMAGEAÀAL'INSPECTEURACHEF DE POLICE MICHEL PORTILLO

Huguette partage avec nous sa tristesse:
Chers amis, je me permets de rendre hommage sur le blog, à mon cher Oncle qui vient de nous quitter, ce 28 Février à Dijon. Il avait 94 ans, et c'était un ancien du Maroc. C'était le Frère de ma Maman et depuis la disparition de mes Parents, il était un Papa pour moi. Ancien Tirailleur il a participé au conflit comme ses deux Frères. 
A la fin de la guerre il est rentré dans la Police au MAROC. Il a été muté dans plusieurs villes de notre beau Pays, mais il est resté très longtemps à MAZAGAN. 
Nous avons eu la chance qu'il soit muté à Marrakech en Médina et, il n'a pas travaillé avec Sauveur qui, lui, était au Guéliz. 


Comme je suis très triste je clos ce petit hommage que j'ai voulu te rendre mon cher Oncle pour l'amour que tu as porté et donné à toute ta petite famille. 
Tes filles sont très malheureuses mais elles savent que je suis là pour elles.  Nous avons été une famille très unie et nous le resterons toujours...au revoir mon cher Oncle.  Huguette.ta nièce qui t'aime ...

Nos condoléances aux filles de Michel Portillo, à Huguette et Sauveur, à ses proches, à ses collègues de la Police, à tous ses amis. 

 


18 février 2015

QUAND JEAN-PIERRE KOFFEL NOUS RACONTAIT LE GLAOUI

Jean-Pierre-Koffel

JEAN-PIERRE KOFFEL, ancien élève du Lycée Mangin de Marrakech, devenu professeur de français au Maroc, écrivain de nombreux romans et initiateur de plusieurs jeunes auteurs marocains, a écrit le récit de quelques uns de ses souvenirs dans un livre "Au jour les jours" qu'il n'a jamais cherché à faire éditer, mais a confié à quelques amis. Les circonstances de sa vie ont fait qu'a dix-neuf ans il a rencontré le Glaoui seul. Il nous fait le récit de ces souvenirs dans un style agréable et nous montre une facette peu connue de cet homme au destin hors du commun. (voir sur Jean-Pierre Koffel disparu en novembre 2010 d'autres souvenirs)

 

                              LE GLAOUI

ThamiGlaouiQuand je suis arrivé à Marrakech, en août 1939, j’avais six ans. Mon père – M. Calvaruso, le second mari de ma mère, architecte et entrepreneur, mouhendiz – y était venu pour la construction d’une aile supplémentaire à l’Hôtel Mamounia. J’entendais parler du Glaoui – dont le nom faisait rire les petits pieds-noirs insolents et grossiers mais qui était fort estimé de leurs aînés, plus respectueux à son endroit. Passée la guerre, mon père a bien fait sa place dans la communauté européenne de Marrakech et il avait un culte particulier pour le Glaoui, dont il avait une photo encadrée sur son bureau.   

Tharaud-MRK-Seigneurs-Atlas

J’avais lu l’admirable portrait qu’avaient fait du Glaoui (il avait quarante ans à l’époque du portrait) les frères Tharaud dans Marrakech ou les seigneurs de l’Atlas (que nous avions à la maison) et franchement, ces pages sont un modèle du genre. Je ne puis résister au plaisir de citer, presque de mémoire : “Voici Hadj Thami ..., fastueux seigneur qui, .... avec son long visage maigre, ses grands yeux, son air félin, doux et violent tout ensemble, son sourire énigmatique, l’extrême recherche de sa toilette (toujours dans la simplicité, mais d’un goût achevé et d’une élégance unique, car il ne porte rien qui n’ait été tissé spécialement pour lui par les femmes de ses tribus) rappelle assez bizarrement... un seigneur du XVIe siècle en France ou en Italie.”

Glaoui-Saint-1930

Et un peu plus loin, voici le chef-d’œuvre : “Soudain la porte s’ouvrit, le vent souffla quelques bougies, et je vis entrer le Glaoui, précédé par des esclaves qui portaient des lanternes. Avec sa haute mine, son profil aigu, ses yeux noirs et fiévreux, son burnous dont les pans, retombant sur lui comme des ailes, ne laissaient apercevoir qu’un peu de la blancheur du caftan, et des babouches jaunes légèrement poudrées de neige, on eût dit un immense oiseau apporté par la rafale.”  Ce texte est de 1920. (la photo ci-contre avec M. SAINT, Résident Général est de 1930)

 

Stynia-glaoui

En 1950, je ne savais pas grand-chose du Glaoui. Je connaissais sa résidence, Dar El Bacha, son magnifique hammam de la rue R'mila, ouvert à tout le monde  et où j’ai fait mon baptême du bain maure, ses oliviers de la Ménara et de l’Agdal où les gens allaient gauler pour son compte en chantant (yahou li llah) à la saison des olives (ka isousou f’zitoun).

CP M'Kech ancien_Dar El Glaoui 01 01

Mon père  avait en estime Haj Idder (les Pieds-noirs disaient Ajidère, et ça rimait avec frigidaire), un gros bonhomme noir aux yeux cruels, autant qu’il m’en souvienne, genre Mobutu ou Idi Amine Dadda, le secrétaire du pacha, je crois bien. Ce Monsieur Haj Idder était en relations avec le couple Patruno  (on disait Mme Patruno sa maîtresse et que les Patruno avaient avec lui des affaires, dans l’hôtellerie notamment). M. Patruno (ma mère et moi, nous l’aimions beaucoup, car il poussait encore la chansonnette) était, en 1950, un petit bonhomme rondouillard et jovial (le cocu type), ancien ténor à la Scalla de Milan, qui avait perdu sa voix et s’était reconverti dans l’hôtellerie, avec son épouse, une grande et forte femme de caractère. Ils avaient l’Hôtel de la CTM, carrément place Djema el Fna (comme on disait, collant des djim – originaires d’Algérie – partout), avec terrasse panoramique, restaurant – une bonne table – , brasserie. Comme le tourisme ne marchait pas fort à Marrakech en été, les Patruno avaient un second hôtel – avec Haj Idder ? – à Vichy, celui-là, pour la saison. Dix mois par an à Marrakech et deux à Vichy, dans leur Hôtel du Parc (où venaient d’ailleurs beaucoup de Pieds-noirs de Marrakech). M. Calvaruso connaissait M. Patruno – qui était Italien comme lui, alors que Madame était Française comme ma mère – et ils se fréquentaient. M. Calvaruso était, comme beaucoup de ces Européens de l’époque, un fêtard, aimant la bonne chère, s’alcoolisant beaucoup, fumant bien sûr, pilier de bars (L’Atlas, Les Négociants, entre autres) et qui mettait son foie à mal. Une cure à Vichy s’imposait. C’est comme ça que, en 1951, nous sommes allés en cure à Vichy; c’était mon premier voyage en France.

vichy-hotel-parc-majestic

Cette année-là, je m’étais fait coller à la première partie du baccalauréat en juin et j’étais représentable en septembre. J’avais donc amené avec moi de quoi travailler, notamment l’arabe classique. À l’Hôtel du Parc, chez les Patruno, je me levais de très bonne heure pour bachoter à l’aise dans le salon de l’hôtel. À six heures du matin. Ce matin-là, j’étais à une table contre le mur, avec mon Pérez (choix de textes arabes) et mon Belot (dictionnaire arabe-français) en train de faire une version. À un moment, je sens une présence derrière moi, légère, et une voix où s’entend une surprise agréable, me dit : « Tu fais de l’arabe ! » Je me retourne et je vois le Glaoui. Comme Saint-Exupéry avec le Petit Prince, je n’ai pas cherché à savoir d’où il tombait à cette heure-là et à cet endroit-là. Précisons qu’en 1951, je n’avais encore aucune raison de lui en vouloir politiquement. Notre conversation, en français, n’a pas été très longue. Il était impeccable, net, exactement comme dans la description des Tharaud, mais en pas solennel du tout, en simple, en détendu – ah ! ces gens très matinaux ! 

traviatta-affiche

Voici un extrait de notre dialogue doux et feutré dans un salon d’hôtel de province où les curistes dormaient encore : « – Tu  aimes la musique ? –  Ça dépend ce qu’on appelle musique. – La grande musique. – Oui beaucoup. – Et l’opéra ? – Oui beaucoup. – Alors, j’ai un billet pour toi : ce soir, au théâtre du Casino, on donne  La Traviata. Je t’emmène. » Je ne sais pas si j’ai dit merci, mais j’y suis allé et je voyais un opéra pour la première fois de ma vie. Avec le Glaoui.

edith-piaf)-colombia

À quelques jours de là, même scène, au même endroit (le salon de l’hôtel). Voici un extrait du dialogue : « – Tu aimes Édith Piaf ? – Non. – Tu as peut-être tort. J’ai un billet pour toi : ce soir, au théâtre du Casino, pour aller écouter et voir Édith Piaf. Viens si tu veux. » J’y suis allé. Avec le Glaoui. Et nous sommes même allés saluer Piaf – toute simple, toute blanche, toute noire – dans sa loge. Je n’aime toujours pas Piaf et je ne sais toujours pas si le Glaoui savait qui j’étais, sinon un petit Français de Marrakech qui avait eu l’idée originale de faire de l’arabe et qui aimait la musique. 

Lui, il aimait la musique. Il a reçu le compositeur pianiste Maurice Ravel six mois chez lui et au Mamounia, avant 1933, année où Ravel a été atteint par ces troubles cérébro-moteurs dont il devait mourir en 1937. Nul doute que le Glaoui ne l’ait gavé des musiques  du Haouz et de l’Atlas. Retrouvons les Tharaud : “Ce Chleuh ..., dans sa jeunesse, ... ne pouvait assister aux chants et aux danses de son pays  sans se jeter aussitôt avec passion  dans l’improvisation et la ronde.”

irene-chantal-traviatta

 Cette passion, j’en ai eu la preuve, était une passion pour la musique, quelle qu’elle fût et il a voulu faire à Marrakech un cadeau seigneurial : en 1952, La Traviata, sur scène, au Théâtre-Cinéma Palace, avec Irène Chantal, de l’Opéra de Paris. Évidemment, j’y étais. Le Glaoui pas. Je ne l’ai plus jamais revu depuis Vichy avec Piaf. 

(Au jour les jours, inédit de Jean-Pierre Koffel, pp. 98, 99 ,100; Voir sur ce blog la fin du Glaoui 23 janvier 1956)

Theatre-cinema-palace 

Théatre-Cinéma Palace où se produisit Irène Chantal en 1952

blog-glaoui

Votre blog vient d'être distingué par "canalblog' pour cet article signé par Jean-Pierre Koffel.

Peut être n'avez-vous jamais rencontré le Glaoui à Vichy, peutêtre n'avez-vous jamais assisté à la Traviata ou à un concert d'Edith Piaf avec le Glaoui. Mais peutêtre avez-vous un souvenir d'une rencontre avec le Glaoui, vous ou un proche qui vous l'a raconté. Si c'est le cas les amis du blog vous encouragent à partager le récit de ce souvenir. À vos plumes ou si vous préférez, à vos claviers !

12 février 2015

ÉLÈVES DU LYCÉE VICTOR HUGO - DÉBUT DES ANNÉES 70 - BACs DE 73 À 75

Les élèves qui étudiaient au Lycée Victor Hugo de Marrakech et leurs professeurs au début des années 70. (voir plus bas aussi un souvenir du professeur Paul Koeberle)

semaine-amitié-mrk-report-mars15

L'AMITIÉ DEMEURE INÉBRAN-LABLE, MAIS LA SEMAINE DE L'AMITIÉ EST DIFFÉRÉE. ELLE N'AURA PAS LIEU AUX DATES INDIQUÉES DANS LA REVUE SALAM MARRAKECH

L'affiche était engageante, la célébration d'un anniversaire dix ans après promettait un évènement exceptionnel et pourtant... le Dr Aziz Cherkaoui, Président du Club organisateur et ancien du lycée Victor Hugo nous annonce que la semaine est reportée "suite à différents actes odieux" (assassinats d'Hervé Gourdel" en Algérie, de Charlie Hebdo et autres à Paris)

LA SEMAINE DE L'AMITIÉ EST REPORTÉE; MAIS CE N'EST QUE PARTIE REMISE, 

Aziz Cherkaoui ajoute: 

Chers amis, soyez assurés:
1- que nous serons heureux de recevoir tout 41 qui décide de venir nous voir comme beaucoup actuellement le font a titre personnel.
2- que je vais me mettre personnellement en relation avec les quelques inscrits que je remercie,  pour voir avec eux la suite de l'opération .
PUISSENT LES LIENS D'AMITIÉ NE JAMAIS ROUILLER

LES LITTÉRAIRES QUI ONT PASSÉ LEUR BAC EN 73, 74 OU 75. Cette page a été conçue pour accueillir les souvenirs des anciens élèves, souvenirs des classes et des professeurs, souvenirs des amis et des amies. Chacun peut les partager dans les commentaires. C'est aussi une page pour permettre les retrouvailles entre amis.

Le Bac A de 1973 a eu pour lauréats: Alami Mchichi Idriss, Almsaadi Latifa, Attaourti Nadia, Battioui Laila, Belvisi Anne Franco, Belvisi Genevieve, Belkhir Karima, Benesty Hora Dominique, Charrie Claude Marc, Chotin Marc Andre, Demnati Meryem, Demnati Nadia, El Abid Fatima, Elalamy Moulay Driss, Elmkies Liliane, Fayard Bruno, Foukalne Jamaldine, Goumi Naima, Grillet Marie Andre, Jardin Elisabeth, Laagouza Aicha Lafond Arielle, Lazard Rose Marie, Lobet Philippe, Lounis Leila, Maufront Jean Paul, Mourji Mohamed Amal, Nait Bourhim Nadia, Parnaud Dominique, Ramon Jean François, Ruiz Capparos Isabelle, Samaras Marie, Senhaji Soumia, Taillard Geraldine, Tijani Nourelhouda, Zaidane Khadija. Certains d'entre eux étaient en 3e1 en 1970

LVH-Chotin-Gicqueau-3e1-70-Term73 

Ajouter dans les commentaires les noms de ceux qui n'étaient plus là en 1973

De même la Deuxieme Littéraire 2e3 en 1971

LVH-Chotin-71-2e3-Term93 Préciser les noms des élèves selon les rangs et ajouter les noms des professeurs dans les commentaires.

Les lauréats du bac littéraire en 1974: Abdelali Raphya, Ahl Maatallah Loubab, Almsaadi Latifa, Amoch Sylvia, Battioui Laila, Benazzouz Khalil, Benesty Hora Dominique, Benhamou Clara, Benhamou Myriam, Benhida Rafika, Benkirane Amina, Bennani Ijlal, Benrahmoun Nezha, Bensalek Assia, Bensimmou Malika, Bensoussan Renee, Bohbot Linda, Bouazamour Malika, Bouingal Naima, Clier Perrine, Demnati Meryem, Demnati Nadia, Fete Dominique, Friggeri Jean Guy, Gire Fabien Henri, Kakayanis Helene, Israel Vivian Esther, Komiha Rachida, Krzywdziak Teresa,Lafond Arielle France, Lamkyes Aimee Eveline, Le Bras Martine, Messaoudi Hiba, Mougel Dominique, Otmani Souriya, Poschk Elke, Taoufiq Najia, Teyssier Elisabeth, Trehorel Gwelene, Zaidane Khadija. On trouvera certains d'entre eux dans la Troisième de 1971

lvh-pretre-israel-lebras-3e71-Term74 Compléter par les noms des professeurs dans les commentaires.

Les élèves qui étudiaent en terminale A en 1975: Abdelali Raphya, Ahl Maatallah Loubab, Almsaadi Latifa, Amoch Sylvia, Battioui Laila, Benazzouz Khalil, Benesty Hora Dominique, Benhamou Clara, Benhamou Myriam, Benhida Rafika, Benkirane Amina, Bennani Ijlal, Benrahmoun Nezha, Bensalek Assia, Bensimmou Malika, Bensoussan Renee, Bohbot Linda, Bouazamour Malika, Bouingal Naima, Clier Perrine, Demnati Meryem, Demnati Nadia, Fete Dominique, Friggeri Jean Guy, Gire Fabien Henri, Kakayanis Helene, Israel Vivian Esther, Komiha Rachida, Krzywdziak Teresa, Lafond Arielle France, Lamkyes Aimee Eveline, Le Bras Martine, Messaoudi Hiba, Mougel Dominique, Otmani Souriya, Poschk Elke, Taoufiq Najia, Teyssier Elisabeth, Trehorel Gwelene, 
Zaidane Khadija.

LES ÉCONOMISTES 

LES ÉLÈVES DE B QUI ONT PASSÉ LE BAC

La promotion de 1973: Alaoui Harouni Moul, Albergel Joelle, Benkiran Mourad, Benzecrit David, Bicharra Jacqueline, Cournuejouls Thinha, Dardari Saadia, Deschaseaux Catherine, Guenoun Andre, Guerreiro Christophe, Lahna Zhour, 
Lampert Chantal, Loudghiri Asma, Loudiyi Omar, Maatallah Saida, Mazzacco Lucia, Mourji Mohamed, Naciri Farid Ouafa, Ohayon Sylvia, Olier Jacques Gilbert, Ottmani Noureddine, Saad Layla, Sendid Mohamed, Trehorel Soizick.

Une classe de seconde en 1972 qui présentera le bac en 1974

LVH-2e-1972-Coutin-Marie

Les bac B de 1974: Ahmane Mustapha, Castelli Fabienne, Couette Catherine, 
Coutin Marie Hélène, Elfrom Rachid, Filloucat Catherine, Lampert Chantal, Ohayon Clémentine, Provenzano Pierre, Qassimi Rachid, Trehorel Soizick Ros. Compléter dans les commentaires les noms qui ne sont pas sur la photo.

Les mêmes (ou presque)en Première B de 1973:

LVH-Kamar-Provenziano-73-1e-74Term Merci de compléter les noms des élèves et des professeurs dans les commentaires

LES LAURÉATS EN MATHÉMATIQUES ET SCIENCES PHYSIQUES

Les terminales en mathématiques de 1973: Abad Jose Antoine, Amziane Mohammed, Belkeziz Abderraouf, Benhamou Sol, Bocquel Herve Guy, Cousinery Caroline, Dayan Chantal, Ohayon Albert, Sebag Samy, Soussana Michel, Thalal Abdelmalek, Thoniel François, Zaranis Helene Odil.

Les lauréats du bac C en 1974: Abad Jose Antonio, Amziane Mohamed Naji, Aquedim Badreddine, Arduin Gilles, Belkeziz Abderraouf, Benesti Reinette, Berthault Jean Michel, Boisson Philippe, Israel Jacques Jacob, Komiha Najia, Lasry Gui, Liman Nebil, Nordine Mohamed, Oueldennaoua Abdellah, Sbai Rachid, Sofiane Abdellah, Wahbi Sabah.

LES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES DE LA NATURE

Terminales D en 1973

 

LVH-arji-cirrito-73-TermD 

En principe les noms des lauréats ci-dessous correspondent aux visages de la photo. Merci d'ajouter les autres noms et ceux des professeurs dans les commentaires.

Les bacs D en 1973: Alanou Muriel Anne, Arji Mohammed, Benadada Jalal, Benhayoun Fouad, Benigno Antoine, Boukerma Es Sediya, Brismee Betty, Chbani Idrissi Amal, Chbani Idrissi Raja, Cirrito Francesca, Coutin Jean François, Emeric Michele Elia, Gabay Joseph, Gigomas Pierre Jean, Harboun Claudine, Jamil Mohamed, Lebel De Girard De C, Levy Ruth, Mghinia Hayat Keltoum, Mounir Nadia, Ohana Solange, Pedro Jose Luis, Samaras Dimitri, Sebbag Yves Jacques, Sekkal Mustapha, Tigzirine Abdelaziz.

Terminale D de 1973-74

LVH-Term-D-73-74-Ch_Chotin 

Les noms de cette photo se trouvent à quelques différences près dans la liste ci-dessous. Prière d'indiquer les noms des professeurs dans les commentaires.

Les bacs D en 1974: Attaourti Saida, Bendani Tayeb, Benesti Alain, Bitton Jacob Guy, Bourriouaiat Saloua, Chbani Idrissi Amal, Chotin Christian, Chraibi Mariam, Mathieu Dominique, Meghira Simy Danielle; Oiknine Michel, Oulamine Mohammed, Rokneddine Naima, Suner Eric Jean, Sy Aminata Fatou, Tigzirine Abdelaziz (sur la photo).

On pourra les voir tels qu'ils étaient l'année précédente en 1eD4 -1973

LVH-73-1eD4-oulamine^chotin-TermD-74 

Ajouter des souvenirs dans les commentaires

Les bacs D en 1975: Attaourti Saida, Benesti Sultana, Bourriouaiat Ahmed, Bradly Rachid, Carré Philippe, Chatr Sghir, Cohen Simon, El Gharairi Sophia, El Jani Mouzoune, Florescu Doina, Gay Philippe Michel, Gex Pierre, Le Rumeur Yves, Liman Naila, Menebhi Bahia, Meyer Brigitte, Neddjar Mohamed, Oiknine Gilbert, Oulamine Mohammed, Salmon Maryvonne, Thiemann Hans Peter, Vautier Christian.

Il est possible d'ajouter les photos manquantes pour permettre de raviver les souvenirs et de retisser des liens entre anciens. Le blog complétera cette page avec vos photos et vos récits.

Pauli-Koeberle01

UN ANCIEN PROFESSEUR DU LVH DÉCÉDÉ EN 1974. Paul Koeberle fut vice champion de France universitaire du 400m. Il venait de Mogador-Essaouira où il était devenu un spécialiste des phéniciens. Au Lycée Victor Hugo, il fut un temps professeur de sciences naturelles pour des 4èmes et enseignait la géologie. Puis il fut professeur de Français et rentrant en France à Strasbourg la ville de sa naissance il poursuivit ses cours jusqu'à sa retraite. Pendant la guerre 39-45 il servit dans les Spahis au 4e RSM, et avait participé à la reconquête en combattant notamment à MonteCassino, ce qui explique cette photo. Merci à sa famille qui partage ce portrait pour le blog et permet à ses anciens élèves d'exprimer leurs souvenirs en mémoire de ce professeur très aimé de ses classes.

 

Marcel Martin ajoute des souvenirs: "J'ai découvert la photographie de Mr Paul Koeberlé en militaire. J'avais, comme je l'ai fait pour Mr Pierre Orieux (professeur de Français ), tenté de le retrouver ; sans succès.
Ainsi il est décédé relativement jeune (1974) car en 1962/1965 période où il a professé au Lycée Victor Hugo , il devait avoir entre 45 & 50 ans .

Je l'ai eu comme prof de français en 5ième où il remplaça madame ORIEUX (gravement malade), puis en 4e comme professeur de sciences (géologie, avec pour mémoire à tous les anciens  la collection de pierres que nous devions présenter en fin de troisième trimestre), il était particulièrement pointu sur tout.

J'ai gardé le souvenir d'un bon professeur dont le soucis constant était de faire progresser tous les élèves de la classe. Par sa pédagogie, il n'avait jamais besoin de faire respecter le calme dans la classe. Il mettait toujours en avant bien entendu le travail mais entretenait  le dialogue avec tous les élèves .Il  était toujours disponible pour répondre aux demandes et questions qui lui étaient proposées. Il avait une franchise décapante.
La encore pour mémoire et pour un certain nombre, à la fin avril, premiers jours de mai, alors que les championnats du lycée se déroulaient, organisés par Messieurs Etiévan, Nicoli, Rambaud et Azoulay; il ne manquait pas d'assister aux différentes compétitions et particulièrement le 400 m tout en encourageant par sa voix les jeunes athlètes en devenir que nous étions alors!
Par ailleurs il avait fait un travail remarquable, sur les iles au large de MOGADOR (ESSOUIRA maintenant), de recherches historiques et archéologiques , il nous en a souvent parlé, il en a même fait un livre: Mogador et les Îles Purpuraires, Hesperis, 1955
J'ajoute la photographie de la classe de 5 VI où nous avions eu pour professeurs :
Français - Paul Koeberle / Math Madame Thiery/Anglais (voir photographie)/Sciences Naturelles Mlle MAZELLE/Musique Madame BELISHA-Dessin Mr Magnard- EPS Mr Rambaud"

Annexe du L Mangin 5 VI (LVH) 

De Gauche à Droite et de haut en bas; Haut: ASSAYAG- Georges SAUBAU- BERNAL- Abdallah BOUKFAOUI- GUSTINI- Georges BRUNO- Marcel MARTIN- René MAGRO- FOURNIER-  David BITTON-

Milieu : BENAMOU- Joseph ELKAIM- Michel ZVIKEVITSCH- Michel POUCHARD- AFFLALO- Amir ELFAKIR- Jean Paul BOISSINS- Hassan BOUKILI- Mamoun LOUDGHIRI- Jean Claude BODEAU-

Assis: Henri RBIBO- Hafid NEGRAOUI (+)- Jean François COMMERçON- Guy MORENO- Gilbert ZRIHEN- Joseph IFRHA-Prof d’anglais Mlle LAURENT- ROUSTAN- Bernard MOYA- Georges KELNER- Michel Masson- Jean LUSSON.

Merci à Marcel Martin d'avoir partagé ses souvenirs de la première année de fonctionnement du LVH du temps où il était encore l'annexe du Lycée Mangin

Membres CLUB41MRK: ALAMI Mohamed et Hakima, ARNOUX Xavier, BENBELLA Mohamed et Hayat, BENJELLOUN Hakim et Rachida, BENNANI Khalid, BENNOUNA Anas et Salma, BERRAHOU Salah Eddine et Horia, BOUZAGHAR Azeddine, CACHAL Jacques, CHERKAOUI Aziz et Aouatif, COULAND Christian et Corinne, EL JAZOULI Jaouad et Nadia, ESSADKI Omar et Badia, GRISEL René et Marie, HICHAM Abdelkarim et Naziha, HOURÈS Daniel et Véronique, IDRISSI KAITOUNI Abderahim et Farida, JAMALI Hakim et Abtihaj, RAHAL Kchirid et Souaad, KHALFAOUI Jalal et Siham, LAHLOU Mahmoud et Nezha, LARAKI Jalil et Aida, LEGENDRE Jean-Claude et Anne-Marie, LENFANT Bruno, MENEBHI Larbi et Nancy, MESTARI Allal et Farida, PETILLON Jean, PERRY Daniel et Régine, RAMBOUR Michel et Thérèse, ROUAUD Michel et Martine, SILVESTRI David et Khadija, TIHAMI Azeddine et Marie-Hélène et VERBEKE François-Xavier et Brigitte.

05 février 2015

MAX MOREAU UN ARTISTE PEINTRE BELGE À MARRAKECH

MAX MOREAU PORTRAITISTE SÉJOURNE À MARRAKECH ENTRE 1947 & 1950.

MAX MOREAU est un portraitiste belge qui fut Marrakchi pendant une période continue de trois ans et dont certains se souviennent encore. Il avait fait des passages plus rapides à Marrakech en 1930 par exemple juste après son mariage et en 1936. Il exposait au Palais de la Bahya. Certains ont gardé la mémoire de sa femme Félia Leclercq.

Tous les peintres marrakchi ont réalisé des portraits, mais Max Moreau, formé par son père, le peintre Henry Moreau, s'en est fait très tôt une spécialité.

Commençons donc par un portrait que Monica nous a confié pour qu'il puisse être partagé.

Odette-Ducou-MRK-Max-Moreau 

Il s'agit d'une très belle femme dont l'artiste Max Moreau a réalisé un portrait très lumineux. Certains se souviennent peut être d'Odette Ducou, la maman de Monica et d'Alain disparue beaucoup trop tôt. (1949 - Aquarelle 70X55.). Monica a donné l'exemple, ce qui a permis à Philippe Caillères, ancien du lycée Mangin, d'envoyer au blog un autre portrait de jolie jeune femme.

20140914_170937_Max-Moreau-Cailleres 

Jeune femme en bleu (Marrakech, aquarelle 57 X 42). Merci à Philippe

Le_Fellah-Max-Moreau-49

Monica nous présente aussi deux portraits de la même époque (1949). Max Moreau a surtout réalisé des portraits en couleur, peintures à l'huile ou aquarelles, mais il utilisait volontiers aussi le crayon. Ici Le Fellah. 

max-moreau-marchand-aux-fruits

 

 

 

 

 

 

 

Max Moreau réalise aussi des portraits de marocains marrakchis dans le cadre de leur commerce. Ici une toile appelée Marchand de fruits. (1947, toile 93 X 70). Max Moreau a réalisé d'autres portraits du même genre avec d'autres vendeurs marrakchis

 

Cuisine-mrk-1949

Max Moreau nous présente une "cuisine marocaine" comme nous en avons connu, avec son canoun, son soufflet, ses poteries, sa gargoulette. Par la même occasion l'artiste fait le portrait d'une femme représentée dans une posture très classique à l'époque. (toile 1949, 92 X 70)

 

Marchand de melons et pastèques 

Détail d'une oeuvre plus complete, Marchand de pastèques et de melons.

 

General-d_Hauteville-dec-1949Monica conserve aussi le portrait du Général d'Hauteville, chef de la Région de Marrakech. Un portrait semblable par Max Moreau fut édité dans plusieurs publications et notamment dans le catalogue de la Foire de Marrakech de 1951. Le Général fut la cible d'un attentat le dimanche 20 juin 1954, sur le chemin entre Dar Moulay Ali et la chapelle de derb Nakous. Il fut sérieusement blessé, ce qui nécessita une convalescence de plusieurs semaines. Ce portrait était accompagné sur le catalogue de celui du Glaoui, Pacha de Marrakech. Il aurait réalisé les portraits d'autres militaires comme le Général Juin, le Colonel Delmas, mais aussi celui d'Henry Vermote, de Maître Destieux et même de Jacques Majorelle...

 

max-moreau-jeune-flutiste-gnaoua-mrk-1949

Pour apprécier l'oeuvre de Max Moreau nous proposons d'autres oeuvres peintes à Marrakech.

Le jeune joueur de fifre Gnaoua fut peint aussi à Marrakech. (1950, aquarelle et gouache, 62 X 48 )

 

 

Portraits d'hommes et aussi portraits de femmes

 

beaute-marocaine-max-moreau-

 

 

 

 

Beautéemarocaine. ( 51 X 40 )

Exceptionnellement Max Moreau peint des lieux de Marrakech.

Dans la médina on trouve de grandes demeures à colonnes: Intérieur de cour, (1936, 80 X 60 )max-moreau-mrk-cour-intérieure-1936- 

Les peintres font souvent des autoportraits; Max Moreau n'a pas dérogé à cette pratique. Cela permettra à ceux qui l'ont connu de retrouver leurs souvennirs. Il s'agit d'une partie de son autoportrait. Sur l'original complet apparait un détail en rapport avec Marrakech.

extrait-partiel-autoportrait-moreau

max-moreau-femme-arabe-triant-grains-1947

 

 Femme marocaine triant du grain entre ombre et lumière (1947, toile 93 X 70)

Max-Moreau-MRK-1947

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le fier marocain (1947, aquarelle 55 X 46,5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Max-Moreau-Artisan-mrk-1949 

Un artisan marocain en 1949 (photo d'une peinture à l'huile 100 X 82)

extrait-Le fumeur de kif 

Extrait partiel d'une oeuvre plus complete présentnt un fumeur d'herbes

 

mendiant-mrk-Max-Moreau-1930 

Un mendiant (1930, toile 65 X 50)

moreau_max-50-portrait_d_enfant~64x53 

Ce portrait de jeune fille est une aquarelle de 1950.  Il s'agit probablement d'une jeune marrakchia. Qui la reconnaitra ?

Max-Moreau-MRK-48 

Une autre marrakchia, portrait de 1948

profil-marrakchi-47-max-Moreau-60X45 

Profil marrakchi - de 1947, aquarelle 60 X 45

max-moreau-jeune-garcon-taraza-1949-63x48 

Jeune garçon coiffé d'un Taraza, 1949, 63 X 48

La-discussion-max-moreau-1950-79X59 

Max Moreau a réalisé quelques oeuvres dans l'Atlas ici La Discussion, toile 79 X 59 de 1950

 

Un autre vendeur marrakchi sur la place Djemaa el fna

max-moreau-mrk-1949-marchand-de-grenades

Un titre qui allait devenir un programme: Le vendeur de Grenade... (1949, toile 101 X 80). Après quinze années à Paris où il réalisera moins de portraits mais plus de scenes de rues, il s'installera avec Félia en Espagne à Grenade où il achevera ses jours à 90 ans en 1992.

Blog-Moreau-Max

Le meilleur spécialiste de Max Moreau est PierreLapalus, auteur de l'article Le peintre portraitiste Max Moreau paru dans la Lettre mensuelle de  septembre 2001

Votre blog, parmi quelques autres, vient d'être distingué par "canalblog" comme "Blog à suivre"

Merci à Monica d'avoir partagé avec nous les oeuvres de l'artiste peintre Max Moreau et de nous l'avoir fait connaître. Il y a certainement parmi les anciens de Marrakech d'autres personnes qui possèdent des oeuvres de cet artiste belge, marrakchi d'adoption. C'est volontiers que le blog publiera les photos des oeuvres que vous voudrez bien présenter.

Si ces images vous ont évoqué des souvenirs n'hésitez pas à en faire le récit dans les commentaires. Beaucoup d'entre nous vous en seront reconnaissants.

Posté par TIMKIT à 22:20 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 janvier 2015

DOCTEUR MADELAINE - UN PIONNIER COURAGEUX

UN PIONNIER DE MARRAKECH, MÉDECIN

Lz Docteur Jean Constant Madelaine fut une personnalité marquante de Marrakech. La ville rouge lui doit beaucoup. Françoise MADELAINE fille du docteur et ses filles nous ont aidé à compléter le peu que nous savions déjà par un article paru sur Salam Marrakech en 1994. Nous les remercions de partager des souvenirs et des photos.

J-Madelaine7

Le Docteur Jean Constant MADELAINE est né le 25 juin 1885 à Beaumont-sur-Sarthe. Fils de pharmacien, il passe son baccalauréat en 1904. Il demande à faire ses classes militaires pour pouvoir poursuivre en toute tranquillité ses études de médecine ensuite. A l'époque l'engagement était de 3 ans ... Mais il est libéré au bout d'un an pour poursuivre ses études. Il fut champion cycliste universitaire. Aux Jeux olympiques de Londrss en 1908, une chute spectaculaire le 16 juillet dans la deuxième manche de la course cycliste des 100 km avait obligé Madelaine à quitter la piste sur une civière. Dans la même course Octave Lapize, au début de sa carrière, avait obtenu la médaille de bronze.

Il se marie en 1910 à Thérèse Dupuich, soutient sa thèse de médecine: Contribution à une thérapeutique de la Coxalgie et obtient son doctorat en 1912. il s'installe comme médecin à Conneré, à 40 km seulement de son lieu de naissance.

La Grande guerre: Jean Madelaine est rappelé sous les drapeaux lors de la mobilisation générale le 5 août 1914 et affecté au 302eme régiment d'Infanterie à Chartres. Son régiment fait partie de la 54e DI et perd 400 hommes à Rembercourt-aux-pots lors de la seule journée du 7 septembre. Le 12 septembre 1914 il est promu médecin aide-major de 2ème classe. Puis le régiment passe à la 40e DI jusqu'au 15 décembre où il reçoit 300 hommes.Il passe ensuite à la 67e DI et à partir de juin à la 65e. Il aurait fait la campagne d'Allemagne avec le 46ème régiment d'infanterie.

Il a une citation pour s'être distingué à plusieurs occasions et notamment au mont d'Arras du 30 mai au 3 juin 1915 "en assurant de façon parfaite malgré un bombardement intense les pansements ainsi que l'évacuation des blessés".
A sa demande il passe au Régiment de marche des Tirailleurs marocains le 26 Novembre 1915.  IL recevra 6 mois plus tard une nouvelle citation après une dure et sanglante bataille dans la région de Verdun où ces valeureux tirailleurs se sont couverts de gloire.
  « Affecté  à sa demande au Régiment des Tirailleurs Marocains. Sur le front n’a cessé de faire preuve de ses belles qualités de dévouement et de mépris du danger, au cours des engagements des 22-23-24 mai 1916 devant Douaumont. A assumé avec le plus grand calme et malgré un bombardement violent, de son poste de secours, les pansements et l’évacuation de très nombreux blessés. A été lui-même blessé par l’éclatement d’un obus qui a tué dans ses bras le blessé qu’il soignait »Deux citations, la Croix et la Légion d'Honneur décernées pour faits de guerre, une blessure sont les preuves glorieuses de la façon dont le médecin Capitaine Madelaine a fait son devoir au service de la France.D'après les sources familiales c'est par cette expérience au sein des Tirailleurs Marocains qu'il a apprécié les marocains et a appris leur langue. Le régiment fut relevé et en 1916 réintégra le Maroc. Puis le 10 août 1916 le Dr Madelaine est affecté au dispensaire des troupes à Casablanca. La guerre terminée, il se fixa sur cette terre marocaine à laquelle il s'était profondément attaché.

Dr-Madelaine- Photo2

Le Tafilalet : En 1917, il fut envoyé aux confins Algéro-Marocains où grondait la révolte des Mahadistes. Le Maréchal Lyautey lui confia la mission de pacification dans le Tafilalet. Dans la Kasbah de Tighmat, il a donné la mesure de toute sa beauté morale et savait gagner les coeurs autour de lui. Mais sa mission fut attaquée par des insoumis. Il échappa par miracle au massacre. Toujours aussi dédaigneux du danger, toujours amoureux de l'effort, il dispensa à tous, sans exception tous les trésors de son coeur et toutes les ressources de son art.
Il est désigné comme médecin-chef le 10 octobre 1916 à l'infirmerie d'Azibal.

04/10/1917 : Rejoint le 4ème régiment des Tirailleurs Marocains à Thimhadit.

04/11/1917 : En mission au califat de Thigmart (Tafilalet). C'était un lieu de contrebande et la présence française gênait les contrebandiers parmi lesquels des allemands qui armaient les populations.

"En octobre 1917, le Dr Madelaine est intallé depuis 48h  à peine à la Kasbah de Tighmart, quand une délégation de Tafilaliens réclame un soin pour un vieux caïd qui se meurt. N'écoutant que son devoir d'humanité, le docteur Mdelaine suit ses solliciteurs sans prévenir l'officier et l'interprête qui devaient rester à ses côtés. Devant la porte de la citadelle 200 Tafilaliens sont assemblés. Le courageux médecin fend cette presse sans sourciller. En route, la foule s'accroit, ils sont bientôt cinq ou six cents sous la palmeraie. D'audacieux énergumènes lui tirent la barbe pour le provoquer.

Devant le caïd vénérable qui se tord de douleur et le supplie de le délivrer, Madelaine d'un coup d'oeil diagnostique une rétention d'urine. Il sort de la poche de son veston une trousse, choisit une sonde, la trempe dans de l'huile d'olive qu'il se fait apporter, et pénètre du premier coup dans la vessie. Au fur et à mesure que la vessie se dégonfle, le bonheur  s'épanouit sur la figure du caïd. Aussitôt, la foule en délire, est frappée comme par miracle. Une bruyante acclamation reconduit le Dr Madelaine à Tighmart où l'attendent deux jours d'arrèts, pour ne pas avoir prévenu son escorte. (Raconté par Roland Elissa-Rhals)

09/11/1917 : Arrive à Bou Denib

22/01/1918 : Nommé médecin de 1ère classe (rang 1916)

JM Photo-Salam- 2

Médecin à Marrakech: Blessé, il est désigné comme médecin-chef, mis à la disposition de la subdivision de Marrakech le 25/10/1918 pour être affecté à l'hôpital Mauchamp proche de la Mamounia.

28/10/1918 : Il reçoit la Croix de guerre et il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

I23/12/1918 il est d'abord rattaché à la Subdivision de Meknes. C'est en 1919 que son jeune frère Jacques, aussi médecin militaire, vient le rejoindre à Marrakech pour ses congés. Jean MADELAINE créée le dispensaire anti-syphilitique de Marrakech 
1922, sa hierarchie militaire l'apprécie « Dirige avec zèle, intelligence et activité le dispensaire anti-syphillitique de Marrakech situé à l'Arset el Maach."
Photo parue dans Salam Marrakech en 1994. Elle figure aussi page 116 du livre "Hommes et Monuments de Marrakech" publié par Aziz Cherkaoui.

Il est aussi élu à la Chambre mixte de Commerce et d'Agriculture de Marrakech ( Il est à la section agricole). En 1924 la Chambre mixte a décidé de faire inscrire au prochain Conseil de gouvernement du Maroc la question des textes de propriétés Maghzen louées à long terme et a adopté à l'unanimité un rapport du Dr Madelaine sur cette question. 

Demnat-Dispensaire-Madelaine-avril2013

Par la suite il créra l'infirmerie de Demnat.(photo ci-dessus prise en avril 2013)
Il recevra en 1929 une médaille de la Faculté de médecine pour son action prophylactique anti-variolique auprès des marocains de Demnat. Ses successeurs à Marrakech, les docteurs Gérard Dulucq et Jean Sutervie furent aussi décorés.
1930 : Médecin-chef de poste et de l’infirmerie indigène à Azibal.
Inscription militaire ‘A rempli les fonctions de médecin-chef de Ouarzazate, poste en contact avec la dissidence ».A profité de son court séjour pour faire avec le commandant du Cercle des tournées fréquentes en milieu indigène, qui ont été d’ne heureuse influence auprès d’une population encore peu sûre. Unaniment apprécié par tous les officiers du poste. Très ingénieux. Capable de faire un très bon chef de service d’un corps de troupes ou d’une formation sanitaire de campagne.
Il avait comme Français et comme Médecin montré de quoi était capable sa grande âme d'apôtre et sa belle intelligence; il n'avait jamais manqué de montrer l'importance de sa tâche, tâche entièrement faite d'abnégation, de probité et de courage.
Remarquable praticien, il connaissait à fond la psychologie, les coutumes, les moindres tendances vers le bien et le mal. Il a procédé à de nombreux accouchements et recueillis les premiers cris de bébés marocains et français comme ceux en 1927 de Marcel Nicolau, de la Boulangerie Nicolau.

J-Madelaine-cycliste 6

Le Sportif: Le Docteur Madelaine était un grand sportif; il pratiquait le cyclisme de compétition depuis la fac de médecine à Paris. Ce fut lui qui importa à Marrakech le premier vélo de course. En juin 1921 il créa et présida le Vélo-Club de Marrakech (V.C.M.) où se sont illustrés Jean Alfano, Maurice Goyard, M'JID (également goal de l'A.S.M.), Omar Bihi et Juncas (tous deux marchands de cycles en Médina). Il fut à la base de la construction du Vélodrome Octave Lapize (détruit depuis).

La Presse-15juin1908-Madelaine-Lapize

Le premier vélodrome du Maroc fut construit à Marrakech. Deux vélodromes étaient en projet au Maroc, celui de Marrakech fut inauguré le 12 avril 1922 au nom d'Octave Lapize qui avait participé aux jeux olympiques dans la même course que Jean Madelaine.  La piste a 333 metres de tour avec des virages à 35° de relèvement. Les travaux de terrassement et les tribunes ont été menés à bien en 22 jours, de façon à permettre l'inauguration au cours de la Grande semaine de Marrakech. Les fonds nécessaires ont été recueillis par une émission de parts à 25 francs la part.
Trois rencontres cyclistes oni été données avec un succès d'assistance sans cesse croissant y compris chez les marocains. Déjà quelques jeunes marocains ont fait preuve de grandes qualités. Les principaux champions marrakchis étaient Alfano, Derbez, Sonin, Melou, Pradel. Les coureurs cyclistes de Rabat et Casablanca se nommaient alors: Jacob, Champetier, Capel, Révillon, Bras, Lamorthe et venaient concourir à Marrakech. C'est au docteur Madelaine que Marrakech doit d'être la première capitale du cyclisme marocain.
Il gardait toujours l'ardeur d'un néophyte et était de ceux qu'il fallait souvent freiner sur les pentes dangereuses qui mènent parfois au sacrifice de soi-même.
Il encourage aussi le cyclotourisme qu'il pratique lui-même; L'écho d'Alger en aout 1924 salue la performance de l'instituteur marrakchi Jean Darbet, qui avec les conseils du Dr Madelaine réussit un Marrakech-Tunis à Vélo en solitaire, une première pour l'Afrique du Nord.

Dr-Madelaine-accident 8

L'accident mortel: Le 10 décembre 1930, sur la route des Aït-Ourir (près du Golfe du Pacha), il fut victime d'un accident mortel de la circulation, son automobile percuta un camion: il venait d'avoir 45 ans ! Toutes les autorités civiles, militaires, religieuses de tous les cultes, la population européenne et marocaine de Marrakech et des environs lui ont fait de touchantes obsèques. Le cercueil recouvert du drapeau français avait disparu sous les fleurs et les couronnes. Une profonde tristesse s'était abattue dans la région du Sud qu'il aimait tant.
L'absoute fut donnée à la Chapelle de l'hôpital Maisonnave. Le deuil fut conduit par Monsieur Wahl, grand ami du défunt. M. Arnaud, Président de l'Association des colons de la région, M. Lejeune, Vice-président de la Chambre d'agriculture, M. le Dr Colombani, Dr du service d'Hygiène Publique, le Général Huré, Commandant de la Région, prononcèrent l'hommage suprème.

Le Médecin-Commandant Coulon fit son rapport: "Le Docteur Madelaine avait été convoqué par mes soins par note de service à venir ce jour assister à la première conférence de l’Ecole de Perfectionnement des officiers de réserves du service de santé de la région. Le docteur Madelaine était venu de Demnate dans son automobile personnelle ainsi qu’il l’avait fait les années antérieures où il avait toujours été assistant assidu des conférences. Il assista à la séance inaugurale des cours de 17H30 à 19H00, heure à laquelle il me quitta  la porte de l’Hôpital pour rentrer chez lui ; L’accident survint une demi-heure plus tard à quelques kilomètres de Marrakech alors qu’il rejoignait son domicile dans son automobile."

Le Docteur Madelaine fut un grand serviteur de la France; cet homme de bien dont la vie s'était passée au service des autres et dont le coeur n'avait jamais battu que pour les belles et grandes causes, avait l'estime et l'affection de tous sans exception, du plus riche au plus humble des Marrakchis de tout horizon et de toutes croyances.
"Des vies aussi belles, aussi intégralement consacrées à un sublime idéal de bonté et de charité, comportent une leçon que nous ne devons et ne voulons pas laisser perdre."
Il laissait quatre enfants: deux filles et deux garçons. L'un de ses fils, Noël, est revenu à Marrakech où il géra durant de nombreuses années un cabinet d'assurance situé 25 Trik Koutoubia. 
Merci Docteur Madelaine, Marrakech se souviendra à jamais de son bienfaiteur !
Pendant un temps la rue qui longeait le jardin du Hartsi porta son nom, catte voie conduisait au vélodrome Octave Lapize, elle est devenue RUE EL QADI AYAD. Puis les autorités de la ville lui donnèrent le nom d'une nouvelle voie dans le quartier de l'Hôpital civil, aujourd'hui RUE EL ALAOUIYNE. Plusieurs d'entre nous ont habité ces rues ou les ont fréquentées.
Nous remercions Françoise et les petites filles du Dr Madelaine pour les informations et documents qu'elles nous ont fourni. Le blog recevra volontiers pour les joindre à cette page d'autres photos et témoignages que les anciens voudraient partager. Chacun peut ajouter aussi dans les commentaires ce que la lecture de l'histoire de ce brillant pionnier, bienfaiteur de Marrakech leur inspire. Il est venu parce qu'il s'était fait des amis dans les tranchées de 1915 à 1916 parmi les Tirailleurs marocains, il connaissait leur langue et appréciait leurs coutumes..



20 janvier 2015

ÉLÈVES DU LYCÉE VICTOR HUGO DANS LES ANNÉES 80 (Bac entre 84 et 90)

A Marrakech dans les années 80, les élèves et les professeurs du Lycée Victor Hugo.

Où sont les QUINCAs, anciens élèves de LVH ?

Quels souvenirs partager de ces années ?

Le blog a déja présenté des photos de classe des années antérieures grâce aux anciens élèves qui les avaient conservées et qui les partagent sur le blog avec ceux qui les avaient perdues, Voir --> Pages sur le LVH et ses professeurs. C'est maintenant le tour de ceux nés aux environs de 1960 et dont la plupart ont passé le bac entre 1984 et 1990. L'association Générations LVH informe occasionnellement de ses rencontres: une soirée aurait eu lieu le 14 juin au restaurant "L'entrepotes" et une assemblée générale était prévue en septembre dernier. Partageons ici nos souvenirs pour contribuer à garder des liens.

Cette page est une ébauche, elle mérite d'être complétée par des souvenirs de nos professeurs et par d'autres photos de classe.

Une photographie de 1984 concernant une 4e dont la plupart des élèves ont passé leur bac B en 1988. 

LVH-4e83  Parmi ces élèves ceux qui ont passé leur Bac B en 1988: Abitbol Gad
, Alami Merrouni Amal, Alami Srifi Karim
, Assassi Hanane
, Audibert Sandrine Mireille Marie
, Bendavid Elie
, Benslimane Kacem
, Boisseau Florence, Chab Abderrahim
, Elfassy David Elie, Faiz Jamila, Galland Marie Stephanie Louise, Kabbadj Amal, Maillard Stephanie Jocelyne, M Barek Leila
, Mekouar Nadia
, Zaawati Nadia.

LES PHILOSOPHES ET LES LITTÉRAIRES

Nous avons réuni plusieurs noms d'élèves qui étaient au LVH dans une filière littéraire. L'année du baccalauréat est entre parenthèses. Nous n'avons pas les noms des élèves qui étaient dans ces classes, mais qui ont passé leur bac ailleurs. Il est possible de les rajouter dans les commentaires. A noter que dans la seule année 1984 il y avait dans la série A Philosophie-Littérature deux fois plus d'élèves que dans les six années qui ont suivi.

Antonetti Christine Michele Florence (84), Badry Leila (84)
, Bakka Nadia Meryem (84)
, Ben Chekroune Nadia (84)
, Benmjid Karim (84)
, Bertheas Olivier (84)
, Boccara Pierre Daniel (84)
, Costa Christine (84)
, Cruchet Caroline Agnes (84), De Roland Marie Therese Genevieve (84), Dufaux Blanche (84)
, El Ghachi Naziha (84), El Mezouari El Glaoui Abdouh (84)
, El Yanbouai Moulay Abdelaziz (84)
, Fita Marie Paule Alexandra (84), Gadiou Christophe Maurice Auguste (84), Kebdani Sakina (84)
, Khoujahi Ali (84), Lafuente Xavier Richard (84), Lahmied Hassan (84)
, Lahricha Abdoullah (84), Larhzal Noureddine (84)
, Loutati Nadia (84), Mandouh Jalila (84)
, Nezri Nicole (84)
, Pastor Nathalie (84)
, Saliki Mouna (84)
, Seguin Marie Pierre Jeanne Nicole (84)
, Soulier Sophie Gisele (84)
, Stepanoff Irene Catherine (84), Tadlaoui Ouafi Zakaria (84)
,Taillandier Christine Janine Geneviève (84)
, Tournay Marie Christine Florence (84)
, Zemmouri Karima (84)
, 

Arbaoui Katia (85), Badry Laila (85), Benard Sandrine (85), Fantun Catherine Gabrielle (89), Gadiou Christophe Maurice (85)
, Gea Agnes (85)
, Georgandelis Fabienne (90), Juttet Gaelle Olivia (89)
, Mandouh Jalila (85)
, Mohamed Fatima (85)
, Moroni Carla Francesca (85)
, Rattazzi Monique (85)
, Soulier Sophie (85)
, Vautier Francoise Marie Christine (85)
, Vinay Johanne Christine (90).

LES ÉLÈVES DE LA FILIÈRE "ÉCONOMIQUE ET SOCIALE"

 Abtan Anne Audrey (85)
,Aqerouach Khalid (85), Brenaget Helene Jeanne Odile (85)
,Rhouami Hayat (88)
, Abtan Stephane Joseph (90)
, Ait Lahcen Ali (90)
,Benlolo Dominique (85)
, Assedou Sylvie Esther (85)
, Badry Abderrahim (89), Bendavid Meyer Michel (86)
, Bennani Abdeslam (89), 
Bennouna Lahoussine (90)
, Bensoussane Eva (86)
, Berthelot Pierre Ismael (89)
, Boccara Chloe Sophie Gaelle (86)
, Bouarif Raouf (86)
, Chauvat Sophie Marie Annick (90), Chouffani El Fassi Widad (90)
, Cohen Patricia Aouva (85), De Zangroniz Muriel (89)
, El Antri Mohamed Ismail (86), Elamrani Lalla Aziza (85)
, Elantri Mohamed Ismail (85), El Baroudi Yacine (89), El Fahidi Rachid (89/90), El Fassy Nathalie Ruth (85)
, Fethi Yacine (90)
, Fittipaldi Isabelle Valerie (90)
, Galvez Severine (90)
, Gea Gregori Marc Jesus (85)
, Goghrod Abderrahim (89/90), 
Grar Ahmed (90), Guardiola Isabelle France Marie (85)
, Guy Catherine Jeanne Albe (85),  Khaldi Radouane (89/90), 
Laachani Amine (89)
, Leclercq Fanny Marie Aimee Ambre (85)
, Lefebvre Valerie Colette (85)
, Lefebvre Olivier Daniel Hubert (89/90),  Mebchour Ahmed (85)
, M Hamedi Sabah Claire (85)
, Myara Jacob (86), Nahmias Audrey Rachel (89)
, Nahmias Corinne Ruth (89)
, Rostane Mounir (85/86)
, Saintenoy Isabelle Francette Marcelle (86)
, Sdigui Leila (89/90)
, Sidi Baba Meriem (85), Taghi Karim Jean Paul (90), Villac Frederic Marie Jacques (89)
, Weyland Nathalie Isabelle (90), Zaawati Hamza (85)
, Zemrag Mohamed (85).

Andreeva Kristina Petrova (84), Aquachar Marya (84)
, Astid M'Barka (84), Belkeziz Abdelkader (84)
, Berrada Mohammed Aziz (84)
, Boccara Cecile Marie Carine Sarah (84)
, Chab Mariam (84), Chab Saida (84), El Fassy Nathalie Ruth (84), Fassi Fihri Hicham (84)
, Hsaine Brahim (84), Mebchour Ahmed (84)
, Meguira Claire (84), Mounir Mounia (84)
, Said Thierry Rene (84)
, Talaei Khatereh (84)
, Thuillier Emmanuelle Florence (84)
, Nicosia Carole (84), Zemrag Mohammed (84).

LES FILIÈRES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES PHYSIQUES

Al Faiz Amal Elisabeth (86)
, Andreev Ivan Petrov (88)
, Arzaz El Mehdi Youssef (85)
, Assassi Azeddine (85/6)
, Azencot Ari (90), Azencot Moise Mikhael (88), Barreau David Louis (86)
, Bassieres Yves Maurice Rinaldo (89)
, Bekkai Samir (85)
, Belkeziz Elarbi (89), Benhaddou Mohamed (85)
, Benlolo Sidney (89)
, Bennouna Hasna (90)
, Berrada El Azizi Mohcine (85)
, Bouallali Mouna (89)
, Boukhaima Sofia (89), Charafeddine Mehdi (90), Chebli Rahhal (85)
, Cohen Karen (85)
, Cohen Simon Nissim (85/6)
, Collet Catherine (85)
, Cruz Beatrice Cecile Marie (86)
, De Roland Marc Dominique Jules (85)
, Dkaier Mounir (89)
, Ducrocq Muriel Madeleine Renee (89)
, El Keslassy Albert (85/86), Eychenne Pascal Gerard Jean (86), 
Faher Mohcine (85), Guy Jean Philippe (88/9)
, Ighiouer Adil (85)
, Jourdan Caroline Jeanne Christine (90), Kabbadj Nourdine (85)
, Kiadi Touhfa (85), Laanait Khalid (86)
, Laanait Rachid (85)
, Lamsouber Ali (86)
, Le Calve Didier Igor (85)
, Lésasse Guy (90)
, Moukite Zakaria (85)
, Mouyal Dan Armand (90), N'Kouka Krumah Amed Ben (85), Rahili Mohammed Amine (86)
, Sagon Raphael Jean Emmanuel Alain (85)
, Sefrioui Mehdi (88/9)
, Sidi Baba Karim (88)
, Simon Sandrine Michele Francine (88)
, Simon Valerie Marcelle Fabienne (90), Thaminy Yacine (85)
, Vottero Gabrielle (86).

Amar David (84)
, Arzaz El Mehdi Youssef (84)
, Bennis Omar (84), Berger Dominique Marie Monique (84)
, Chebli Rahhal (84)
, Cohen Annie (84)
, De Roland Marc Dominique Jules (84)
, Gadiou Frederic Jean Pierre (84)
, Ighiouer Adil (84), Kabbadj Nourdine (84), Laanait Rachid (84)
, Lecalve Didier Igor (84)
, Mowgli Ahmed (84)
, N'Kouka Krumah Amed Ben (84)
, Spillmann Eric Georges Paul (84)
Vincente Nathalie Jeanne (84)


LVH-internat-1984 Les internes du LVH en 1984. Merci d'indiquer dans les commentaires les noms de ceux dont vous reconnaissez les visages.

La filière Mathématiques et Sciences de la Nature

Une première scientifique ayant passé son bac en 1985

LVH_1984_1eS Classe de Sagon Raphael, Bertolino Frédéric, Amar David
, Chevalier Jean Luc, Communay Christophe Pierre, De Labouchere Karine Nathalie
, El Keslassy Herve
, Fenjiro Mohammed Nabil
, Guiheneuf Emmanuelle, Ifergan Jais Gad, Kebaili Khaled Majid
, Kebdani Tajeddine
, Le Guiader Patrick André
, Najmaoui Mohamed, 
Serie Pierre Alain, Spillmann Eric Georges Paul
,  Moulay Nadia
, Raymond Leon, Virapin Jean-Marc, Vottero Pascale, Zawadzki Marc Gerard Alexandre.

 

Ait Manna Hicham (90)
, Amar Philippe (86)
, Aquachar Katya (90)
, Badredine Nadine (90), Bassieres Yves (90)
, Belaachia Latifa (86)
, Belouali Karim Rahim Frederic (86), Bennouna Lamia (88)
, Bentaouit Chokri (86)
, Boufares Oum El Gheit (90), Bourguin Stephane Henri Rene (86), Boussaid Taoufiq (89), Brusse John Reginale (89), Carre Catherine (86)
, Caveriviere Frederic Camille Christian (88), Caveriviere Nathalie Isabelle (89)
, 
Chamrar Samira (88/9), Chassot Sylvain Jacques Rene (89/90), 
Chbani Hakima (88)
, Chereau Thomas (88), Cherif Kettani Hassan (90)
, Chahini Houda (86), Demnati Abdelhamid (86), Dufour Florence Marie (86)
, Durruty Vincent Daniel (86), El Alaoui El Abdallaoui Sidi Mohammed (89), El Baroudi Nadia (90)
, El Fahidi Ouafa (86)
, El Mansouri Zouhair (88), Erradi Oussamah (90), Fleury Nathalie Marie Anne (89)
, 
Girard Olivier Rene Pierre (88/9)
, Goghrod Amina (89), Hazan Melinda (89), Hicham Tariq (86), Khalil Yassir (90), Laanait Hind (89), 
Lamsouber Ghizlane (88)
, Limam Sophia (89)
, Mahraoui Karima (89/90)
, M'Barek Adnane (86)
, Mestres Anne Michele Maryse (86)
, Mestres Joan Joseph Liberal (89)
, M'Hamedi Myriam (86)
, Mittelberger Celine Astride Jeanne (90), Moulay Nadia (85)
, 
Nahmias Nessim Hai Gad (89)
, Nicolas Virginie (89)
, Ohayon Catherine (90), Ouchtar Abdelghani (90), 
Ouchtar Fatiha (88)
, Oumazir Mohamed (90), Pierre Gwenaelle Josette Daniele (88),  Simon Laurence Nicole Genevieve (86)
, Simon Sabrina (89/90)
, Soriteau Laure Natacha Macha (89)
, Taraore Lady (90), Thiemann Hans Dieter Willy (86)
, Viger Magali Solange (86)
.

Azaroual Abdelilah (84), Begri Rachida Oum Elaid Khadija (84), Belkeziz Mohamed Nabil (84), Ben Azzouz Jalil (84), Bendavid Jacob Armand (84), Benhamou Charles Levy (84)
, Boukachabine Khadija (84)
, Chafai Mustapha (84)
, Cohen Harry David (84)
, Counathedoutil Mini (84)
, Giusto Agnes (84)
, Ibrahim Sarah (84)
, Ioveva Kornelia (84), Kebdani Taj Eddine (84)
, Le Guiader Patrick Andre (84)
, Lescure Corinne Claude (84)
, Mahfoud Leila (84)
, Mennou Driss (84)
, Navarro Chantal (84)
, Navarro Jean Marc (84)
, Nicolas Emmanuel (84)
, Ohayon Michele (84)
, Rahili Sanae (84)
, Rhouami Soubha (84)
, Veillet Anne Helene (84)
.

Aidons à garder les liens entre les anciens élèves de LVH, conservons la mémoire des élèves et des professeurs de ces années. Partageons nos souvenirs. 

13 janvier 2015

ÉLÈVES DU LYCÉE VICTOR HUGO AUTOUR DE 1980

A MARRAKECH, LA GÉNÉRATION DES ÉLÈVES DU LVH QUI ONT PASSÉ LEUR BAC ENTRE 1980 & 1983

CHAMA BENZRIOUIL NOUS RAPPELLE QUE NOUS SOMMES AUJOURD'HUI LE 1er YENNAYER 2965: "C'est aujourd'hui 13 janvier, le premiier  jour du nouvel an AMAZIGH, je souhaite  une bonne et heureuse année  de paix, de santé et  de prospérité  à tous les berbères du monde ainsi qu' à  tous  ceux qui nous aiment  et que nous aimons, Chama"  Bonne année à Chama et à tous nos amis berbères. Que l'année amazigh 2965 soit bien meilleure que l'année 2964 !

LES BACHELIERS DU LVH, CRUS 80 à 83, ONT AUJOURD'HUI LA CINQUANTAINE,.. UNE PAGE DE SOUVENIRS

Cette page est dédiée aux élèves du LVH qui voudraient partager leurs souvenirs, donner des nouvelles et peutêtre renouer le contact avec des anciens élèves ou des professeurs. Chacun peut écrire des messages dans les commentaires ou envoyer documents et photos au webmaster pat le lien "contactez l'auteur" situé en haut à gauche de cette page.

Les élèves internes en 1980:

LVH-internat-1980 Si vous reconnaissez des visages, vous pouvez écrire les noms dans les commentaires, ainsi que des souvenirs de l'internat.

La filière Littéraire

Une classe de 3e en 1980 dont certains élèves obtiendront le bac littéraire en 1983. Qui se souviendra du professeur à gauche sur la photo ?

LVH-3e-1980 Ils ont obtenu le bac en 1983: Ba Mouna, Elkahia Samira
, Benabid Maria
, Chekroune Tahar, BenKirane Fatima, Benmjid Karim, Benzakour Yasmina
, Pierre Daniel
, Bouhouili Malika
, Di Lorenzo Marie Pierre, Goudouneix Danielle,  Hakim Daniel
, Jannane Amal
, Kebdani Sakina
, Khaldi Hicham, Lamrini Soumia, Larhzal Noureddine, Ljubuncic Velma, Loutati Nadia, Marcolli Livio Christophe
, Mowgli Najat
, Messaoudi Raja
, Nezri Nicole
, Pastor Nathalie, Petkov Anthoni Alexandro, Siboni Rika, Stepanoff Irene
, Tebsil Maria
, Wahabi Nadia
, Zemmouri Karima
, Zonzon Veronique. 

La deuxieme A de 1979

 

LVH-2eA-1979 Si vous reconnaissez des visages merci d'indiquer les noms dans les commentaires

La plupart de ces élèves obtiendront leur bac en 1981.

 

La première A de 1980

LVH-1980-1eA Ils ont pour la plupart obtenu le bac en 1981: Benabid Karima, Boyer Nathalie
, Casanova Marie Blanche, Chajai Atika, Chebli Zineb
, Cherradi Mariyya
, El Moubaraki Saloua
, Fassi Fihri Nabila, Gehin Philippe, Goundafi Hayat
, Langlet Francois Frederic, Loukanova Evelyne
, Loutati Imane
, Maillard Catherine, Marcolli Fabrizio, Matic Predrag
, Naciri Farid Bochra, Ouy Christine
, Stepanoff Nathalie
, Tan Kim Ann
, Vigouroux Laure. 

Pour retrouver les souvenirs des noms des autres lauréats du bac de 1980 et 1982: Aguilar Sanchez Yola (80)
, Azizi Souad (80)
, Bachir Lamia (80/82)
, Bedard Sophie (80)
, Beldjelti Samia (82)
, Belkahia Taieb (82)
, Benachir Rhizlane (80)
, Benali Hassan (80)
, Ben Bettan Lisette (82)
, Boccara Bohbot Dominique (80)
, Bonastre Pascale (80)
, Bouhad Samira (80)
, Bouquin Veronique (80)
, Boutin Jean Jacques (82)
, Chami Naima (82)
, Chouffani El Fassi Ghizlaine (82), Darkaoui Zaineb (82)
, Dellatre Isabelle (80)
, De Oliveira Leote Patricia (82)
, Debbagh Najia (82), Desmoras Elisabeth (82)
, El Amrani Lalla Nadia (82)
, El Karnighi Nezha (80)
, Figus Muriel Edith (80)
, Gui Corinne (82)
, Guichard Marin Lucas Romain (82), Guillotin Sonia (82)
, Hamichi Atika (82)
, Kabbadj Toufiq (82)
, Lachaud Eric (80), Lafuente Laurence (82)
, Lafuente Philippe (80)
, Laine Pierre Loic Igor (82)
, Lamzabi Anissa (82)
, Langlet Nelly (80)
, Luya Andre Alexandre (80)
, Maazouz Amina (80)
, Masson Thierry (80)
, Mellakh Nadia (80)
, Molins Florence (80)
, Monge Beatrice (80)
, Monge Valerie (82)
, Mursiano Aimee (80)
, Naccache Philippe Gilles (82)
, Nadal Valerie (82)
, Neciri Farid Bochra (82)
, Ozores Marie Lourdes (82)
, Pairain Pascal (82)
, Sahibou Sidq Abdellah (80)
, Sefraoui Mouhsin (82), Serraf Sandra (82)
, Sourbet Clarisse (82)
, Soussi Nacera (80)
, Tan Makrie (80)
, Thiemann Hanna Carla (82)
, Toubi Abdellah (80)
, Zafrany Judith (80)
.

Merci à ceux qui auraient des photos des classes de ces années de 1980 A et 1982 A de les patager sur le blog.

La filière Economique et Sociale : Zonzon Bertrand (Baccalauéat en 1983)


La filière Mathématiques et Sciences physiques

Une classe de première C en 1981 - 1982

LVH-81-82-1eC Une année plus tard les lauréats du bac: Assassi Omar
, Benard Pascal
, Benesty Jacob, Bonnecaze Alexis
, Boutin Nathalie, Counathedoutil Arun, Alaoui El Abdallaoui Moulay Omar
, Ichchou Serge Yacin, Ighiouer Wafa, Lamsouber Omar, Laouenan Arnaud, Jebli Ouassini Riad, Loeser Olivier
, Menebhi Rachid
, Priou Eric
, Roche Delphine
,

Les autres lauréats du Bac C entre 1980 et 1983: Abergel Prosper (81), Abitbol Anne Marie (81)
, Aftisse Atmane (81)
, Aftisse Hamid (80)
, Attias Daniel (82)
, Bensimmou Mohamed (80)
, Benslimane Mohammed (82)
, Caillet Serge (81), Chouffani El Fassi Khalid (82)
, Chraibi Jinane (80)
, Chraibi Mohamed El Habib (82)
, Cohen Berty (82)
, Cohen Daniel Sam (80/81)
, Cohen Lea (81)
, Cohen Myriam (81)
, Dala Christian (80)
, El Alamy Moulay Hafid (80/81)
, El Essaifi Najat (80/81)
, Harboun Patrick (80)
, Ighiouer Samir (80)
, Jamet Veronique (82)
, Kiadi Khalid (81/82)
, Layadi Myriam (82)
, Le Calve Catherine (81/82)
, Levy David Eric (80)
, Liman Hassan Fouad (80/81)
, Limam Hocein Karim (81), Malek Nour Eddine (82), Menouard Moulay Mimoun (81)
, Mouyal Mardochee (81)
, Myara Haim (82)
, Oustry Laurent (82)
, Sebti Oum Kaltoum Sofia (82)
, Siboni Simon (81), Souletie Pierre (80)
, Tahri Hassani Samir (81)
, Zrihen Leon Judah (80).

La filière Mathématiques et Sciences de la Nature

La classe de terminale D en 1981

LVH-1981-Term-D Dans cette classe: Amalou Abdelilah, Amalou Karim, Belmejdoub Khadija
, Benabbou Samir, Benchekroun Amine, Benouaich Eva, Berdai Rochdi
, Bernoussi Jalal Mounir, Boyadjieva Petia, Casanova Isabelle, Chbani Hanaa, Chebli Chahrazade, Dahdouh Mohammed, Darkaoui Abderrahmane
, Dayan Gabriel
, Elantry Salwa, Goundafi, Hicham Mohamed
, Id Sidi Yahia Aicha, Kostova Margarita, El Fenne Souad, Lamzabi Meryem
, Mahfoud Oum Koultoum, Mursiano Joelle, Ouchettou Mouhsine
, Oustry Laurent, Pastor Francis
, Petkova Meyli
, Peultier Isabelle
, Raytchev Blagoy Dimitro, Rus Alvarez Ana Maria
, Sefraoui Rachid, Zieme Bruno.

Classe de Terminale D en 83:

LVH-82-83-Term-D Dans cette classe: Abittbol Nicole, Abittbol Sevy
, Aglaou Nour Edine
, Assouline Michel
, Auguste Jean Pierre, Belkeziz Mohamed Nabil
, Belz Caroline
, Benchabatt André
, Benhamou Charles Levy, Benjelloun Younes, Boukachabine Khadija
, Chah Omar
, Chraibi Ibtissam
, Chraibi Mohamed Ali
, Chraibi Mourad, Elaroussi Idris, El Fassy Yael
, Ettedgui Yves Joseph
, Giocanti Véronique, Ioveva Kornelia Nicolova, Landry Laurence, Menebhi Younous
, Menouni Zouhair
, Sasportas Bloria, Navarro Jean Marc
, Nijari Karim
, Ohana Simon
, Seguin Blandine
, Tahri Hassani Jaouad, Tahri Hassani Mohammed
, Tarik Ahmed, Wroniecki Krzysztof Jan.

Les autres lauréats du bac D en 1980 et 1982: Anthoine Monique (80)
, Banabdallah Adnane (82)
, Bekkai Farid (80)
, Belz Nicolas Auguste (80)
, Benabbes Taarji Seloua (82)
, , Benayada Chaouki (80)
, Benbrahim Mounia (80)
, Benjelloun Amal (80)
,
Benzecrit Messod (80)
, Berrada Ali (82/83)
, Borowski Claude (80)
,
Chekkouri Najib (80)
, Chouffani El Fassi S (80), Chraibi Farah (80)
, Dalkir Mehmet Pinar (82), Deligne Marie Francoise (80), Demnati Dalila (80)
, Do Carmo Jean Claude (80)
, El Alaoui Halima (82)
, El Aroussi Jalal (80), El Ghazzali Farid (80)
, Essaifi Naima (80)
, Groeneveld Alain (80)
, Haddioui Taoufiq (82)
, Koeva Marietta (80)
, Lachhab Jamal (80),
Laouenan Serge (82)
, Levy Marc (80)
, Louar Kamal (80)
, Marinakis Charles (80)
, Meguira Albert (80)
, Metouelli Souad (82), Nezhi Haim (80)
, Oltcheva Elena Ivanova (82), Rafiy Bouchra (80)
, Saidi Jamal (80)
, Santander Jean Bruno (82)
, Sasportas Renée (80)
, Tazi Moncef (82), Tribot Veronique Cecile (82)
, Waskiewicz Piotr (82)
, Zie-Me Bruno (81/82)
, Zrihen Charles (83), Zrihen Deborah (82).

Voir une liste de professeurs et personnels de différents établissements sur ce blog à la page : Que sont nos professeurs devenus ? 

Le blog a réalisé cette page pour la Génération LVH des QUINCA et pour leurs professeurs D'autres générations ont communiqué leurs souvenirs et leurs photos qui se trouvent déja sur le blog. Ajouter des photos des années 80 était une évidence. Tous les anciens de Marrakech recevront avec plaisir les témoignages et souvenirs de tous ceux qui aiment la Ville rouge et le LVH.

06 janvier 2015

HAPPY NEW YEAR - A BRITISH CONSUL AT MARRAKECH IN THE EARLY YEARS OF XXth CENTURY

Je_suis_Charly

أنا تشارلي   -  I am Charlie -  ich bin charlie  -  Yo soy Charlie -  צ'ארלי אני - Je suis Charlie - Tous ceux qui défendent la liberté de conscience et d'opinion, incarnée dans la liberté de la presse dans le monde, disent depuis le 7 janvier 2015, JE SUIS CHARLIE

 

 UN LIVRE TRÈS ATTENDU D'ELSA NAGEL, VIENT DE PARAÎTRE, C'ÉTAIT HIER À MARRAKECH

Elsa-nagel-hier-a-mrk

Cet ouvrage veut se démarquer des guides touristiques.

C’est l’humain qui est au cœur de ce document sur cette période charnière, d’avant et d’après le protectorat. Ce livre donne la parole à ceux qui ont fait cette ville d’aujourd’hui, dont les histoires personnelles s’inscrivent dans la grande histoire avec des points de vue différents.

Car Marrakech mérite son nom de terre des contrastes. Elle est à l’image des souks où jouent les ombres et la lumière. Les témoignages sur la vie de cette ville autrefois devraient être édifiants sur une réalité toute de nuances de la société marrakchie d’aujourd’hui.

Elsa Nagel a grandi à Casablanca avant de poursuivre ses études à Strasbourg. Docteur ès lettres et cinéma, elle est critique de cinéma pour la radio et la presse écrite. Elle écrit aussi des bio­graphies familiales. Elle a notamment publié : L’Art du mensonge et de la vérité (Orson Welles : Le Procès et Une Histoire immortelle), éd. L’Harmattan, en 1997, et Petite France et Grand’Rue : Mémoires d’un quartier de Strasbourg, éd. Alan Sutton, en 2008. Elle a adopté Marrakech où sa mère vit sa retraite.

  • Editeur (Maroc): La croisée des chemins
  • ISBN: 978-9954-1-0496-5
  • Dépôt légal: 2014
  • Prix: 95 dh
  • Editeur France : Eddif Maroc (1 mars 2015)
  • ISBN-10: 9954104968
  • ISBN-13: 978-9954104965
  • Dimensions du produit: 1,6 x 17 x 24 cm
  • Prix: 23 Euros

UN PIONNIER BRITANNIQUE À MARRAKECH, ALAN LENNOX

Avant le début du protectorat, pendant les douze premieres années du siècle, il y avait plus de britanniques à Marrakech que de français, espagnols et allemands réunis. Plusieurs familles écossaises dont les principales s'appelaient Mac Lean, Nairn, Muir et Lennox avaient créé des affaires commerciales, une banque, un dispensaire indigène, une école de tissage. Alan Lennox d'abord agent consulaire, devint le vice-consul britannique.

Le blog a déjà parlé de ces Britanniques, majoritairement protestants qui ont contribué à l'enrée du Maroc dans le XXe siècle, notament d'Alan LENNOX qui fut (enre autres activités) l'un des premiers éditeurs de cartes postales installé dans la Ville rouge.

Or voilà que l'article que le blog lui avait consacré en décembre 2012 (photos britanniques en 1900 à Marrakech) a été remarqué par son arrière petit fils, Malcolm Lennox. Alan Lennox avait eu plusieurs enfants de son mariage en 1895 avec Bethia Lockie. Deux sont nés à Marrakech, Jock en 1901 et Alan en 1903. La famille resta à Marrakech jusqu'en 1947, date à laquelle l'opportunité d'un nouveau poste en Afrique du Sud se présenta. À 44 ans Alan, le fils plus jeune suivit ses parents en Afrique du Sud où il s'établit aussi. Aujourd'hui ses deux enfants Gordon et sa soeur aînée vivent avec les souvenirs de leurs grands parents. Gordon a un fils Malcolm qui a découvert le blog et se prépare à venir à Marrakech avec Michelle sa soeur sur les traces de leur arrière grand père.

Heureusement qu'au lycée de Marrakech nous avions d'excellents professeurs d'Anglais, car le 26 octobre le blog recevait un message: 

Hi - My grandfather was Alan Lennox, the son of the Alan Lennox. I am travelling to Morocco in January and am trying to find out as much as I can about the family history there. I did not know of these photos. My French is also non existent! Where are they located? I look forward to hearing from you - Lennox family. 

Un échange d'emails s'en est suivi et Gordon Lennox, petit fils du Vice-consul de Marrakech et père de Malcolm nous envoie des souvenirs à partager.

Tout d'abord un tract publicitaire du Syndicat d'initiative ESSI, pour inviter les britaniques à venir visiter Marrakech et la Montagne de l'Atlas. C'est un tract de 4 pages, probablement édité en 1929-1930, à l'époque où la ville de Marrakech vient seulement d'être reliée à Casablanca par chemin de fer avec wagons de voyageurs (décembre 1928).

Première page:

essi-lennox-3

Within one hour from Mar-rakech, with their eternal snows, lofty peaks and pictu-resqye valleys, Berber villages and Feudal Kasbahs, uffer a number of magni-ficent excur-sions and attrac-tive climbs; Winter sports, hunting of wild Barbary sheep and panther, touy fisching. Access by good motor roads and thence by mulet-racks. Halting places, and Inns. Guides and mules.

Deuxième.et.troisième.pages du tract:

photos-essi-lennox4-4

Trois photos dont l'une de l'Atlas, une autre de Marrakech vue depuis Bab Doukkala et l'intérieur des Tombeaux Saadiens.( ce dernier cliché de Félix a été édité en carte postale vers 1925 sous le n°188)

Le village de l'Atlas est Tagadirt N'Bour, au-dessus de l'oued N'fis et la cliché est de Majorelle. Peu de personnes savent que le peintre Jacques Majorelle s'est adonné à la photographie. Le cliché des vieux remparts de Marrakech à Bab Doukkala offrant une vue sur la Koutoubia et l'Atlas enneigé est de Félix de même que celui sur les tombeaux des Sultans Saadiens.

La quatrième page est composée d'un texte du Syndicat d'Initiatives et d'un dessin au crayon de Majorelle:

essi_lennox_1 

essi-lennox-2

Kasbah de l'Ounila oeuvre au crayon de 23 X 41 réalisée en 1927 par Jacques Majorelle. L'artiste  marrakchi d'origine lorraine aimait particulièrement le village et la région d'Ounila, vallée de l'Atlas qui lui procura une inspiration féconde.

LES PORTRAITS D'ALAN LENNOX

Alan LENNOX représente les intérêts britaniques à Marrakech, d'abord comme agent consulaire. Ses deux fils naissent en 1901 et 1903 dans la Ville rouge.

portraits-lennox-1913-1940 

portrait-Lennox-1947

Alan Lennox édite des photographies entre 1899 et 1908 à Marrakech, certaines d'entre elles ont été prises par le photographe Maillet de Casablanca. Il devient vice consul et n'édite plus de cartes postales mais collectionne les clichés du photographe Félix .Ci-dessus à gauche le portrait d'Alan Lennox en 1913 et à droite en 1940.

portrait-lennox-1960

Alan Lennox parlait l'arabe et restera à Marrakech jusqu'à sa mutation en Afrique du sud. Le troisième portrait date de 1947, peu avant son départ pour l'hémisphère sud. Le quatrième portrait est de 1980 alors qu'il vivait à Jobourg ses dernières années.

 

 

 

LES PHOTOGRAPHIES CONSERVÉES PAR ALAN LENNOX

Dans les souvenirs conservés par Alan LENNOX il y avait  des photographies de FÉLIX, non pas simplement des cartes postales, mais de vrais tirages photographiques.

La photo des remparts proches de Bab Doukkala de Félix qui figure sur le tract du syndicat d'initiative fait aussi partie de la collection personnemlle d'Alan Lennox. Elle est seuleùent cadrée plus large que la carte postale.

Lennox-felix-1 Cliché de Félix qui fut aussi édité en carte postale dans ses editions d'art n°51.

Dans les photos éditées en cartes postales par Alan Lennox, nous avons montré dans un article précédent un campement arabe, avec toute une famille. Dans la collection personnelle du Vice-consul il se trouve un cliché original du même campement pris à un autre moment.. 

lennox-campement-2 

Arab_encampment-142

 A gauche le cliché de la collection Halfaoui (cliquer pour agrandir). On peut penser qu'entre les deux clichés Alan Lennox a préféré le second. Le premier semble moins bien réglé sur les palmiers. Le premier cliché porte la mention: 

"Notre campement arabe ou de Bédouins. Ils sont venus du bled pour les dates quand elles étaient mûres en Décembre."

lennox-felix-2 La place djemaa el fna par Félix. Les bureaux d'Alan Lennox sont plus à gauche dans la Rue des Banques. Ce cliché n'a pas été édité en carte postale. Il est probablement de 1916 et devait correspondre à des souvenirs précis d'Alan Lennox.

.lennox-felix-3 Deux autres clichés de Félix. La photo de la Koutoubia a été prise le même jour qu'un cliché édité en carte postale (n°182) vers 1925 et repris en édition d'art n°62)

lennox-70-Felix-4

La photographie par Félix de la Koutoubia ci-contre est bien connue; le tirage conservé par Alan Lennox porte le numéro 70 ( coin en bas à gauche). Félix a édité en carte postale (sous le n°124) un cliché cadré plus large en 1918 et un cliché semblable colorisé vers 1928 (n°196). Voir aussi le n°41 de ses éditions d'art.

LES OBJETS SOUVENIRS DE MARRAKECH

Alan LENNOX avait aussi dans ses collections des objets marocains et notamment un poignard finement ciselé et décoré qui lui avait été offert par le Sultan Moulay Abdelaziz lui-même.

Certains de ces objets et notamment ceux qui concernaient le métier de photographe ont été offerts à un musée d'Afrique du Sud.

C'est ce que les lecteurs de la presse sud-africaine ont pu apprendre en janvier 1979.

musee-lennox-photo-16jan1979

 

Un appareil photographique qui avait été rejetté par le Sultan du Maroc en 19G1 a été accueilli par le Musée Bensoussan de Photographie de Johannesburg. Le modele n°4 Pattern Adams de Luxe qui avait été confectionné spécialement pour le Sultan, avait été rejetté par sa majesté car les pièces métalliques n'étaient pas en or. Un autre exemplaire fut fabriqué en or de 16 carats qu'il acheta 2000 guinées. L'exemplaire qui avait été rejetté par le roi fut acquis par Alan Lennox et c'est son fils qui en fit don au Musée de la Photographie de Johannesburg.

camera-lennox-zoo-lake-advertiser-79

Cet appareil possédait des perfectionnements techniques innovants, permettant d'utiliser des films à exposition rapide. Il possedait déja un obturateur pneumatique réglable en fonction de la quantité d'air dans le cylindre. Ce perfectionnement fut utilisé dix ans plus tard dans les expéditions artiques, car son fonctionnement n'était pas altéré par les très basses températures.

 

 

 

 

La direction du Musée Bensoussan de la Photographie &crivit une lettre de remerciement, listant les objets reçus dès le mois d'aout 1978 de la famille Lennox. M. A.D. Bensussan fut un des premiers maires de Johannesburg. Le Musée Bensussan de la Photographie fut donné à la ville en 1968.

.........................................................................

lettre-bensousan-Lennox

- Appareil Adams "Universal" début du siècle.

- Voigtlander Bergheil 1928-1929 

- Lizars Challenge - 1895

- Dallan Developing Task
- Sundry accessories

adams-camera-lennox

Ces précisions sont pour nous intéressantes car elles nous montrent le matériel dont Alan LENNOX disposait pour ses activités photographiques au Maroc.

 

 

.En 1904 le londonien S.L. Bensusan traverse le Maroc et écrit son journal de voyage. Il rappelle qu'il fut aidé par Cuthbert Nairn et Alan Lennox (chapitre IX). Une illustration de A.S. Forrest, montre un coin de la place Djemaa el Fna
Nous remercions chaleureusement les descendants d'Alan LENNOX de nous avoir aidé à compléter les documents réunis sur ce personnage incontournable de l'histoire de la Ville de Marrakech dans la première moitié et dès le début du XXe siècle.

4plumes-2kalach

Nous invitons aussi les lecteurs du livre d'Elsa Nagel de venir nous commenter ses différents chapitres en ajoutant leurs témoignages, car leurs propres souvenirs vont se trouver réveillés.

31 décembre 2014

LES TOITS DU GUÉLIZ - COMMENCER L'ANNÉE 2015 DU BON PIED

UN TOUR D'HORIZON VERS TOUS LES POINTS CARDINAUX POUR N'OUBLIER PERSONNE

Depuis un point haut du Guéliz nous amorçons un panorama en commençant par l'Avenue Mangin en direction du Djebel Guéliz, de la Targa, du lycée Victor Hugo, des casernes et de beaucoup de lieux de souvenirs. Un manquant dans l'Avenue: le Cinéma Le Régent. 

P1080061 Dans cette ville magique nombreux furent ceux qui vécurent des années heureuses.

P1080062 La rue Alexandre 1er de Yougoslavie ne connait plus la station Shell, mais le quartier de la Palmeraie est toujours derrière. On devine à droite de la photo un bistrot entoilé de rouge, qui n'est autre que le Tout va Bien, toujours là.

P1080059 Puis c'est l'Avenue Landais. On perçoit à gauche le toit du Tout va Bien. Le Capitaine Landais fit le tracé initial des rues du Guéliz en 1912. C'est à lui que nous devons la ville du Guéliz. A droite nous avons le célèbre Café des Négociants, 

P1080063 La façade bien connue du Café des Négociants (immeble Louis) à l'angle de l'Avenue Landais et de l'Avenue Mangin. C'est tout un quartier peuplé qui est derrière en direction de Bab Doukkala

P1080060 Le côté des numéros pair de l'Avenue Mangin; en lieu et place du Marché central et de ses stalles (échoppes) un immeuble blanc et ses commerces couverts de chromes...

P1080064 L'immeuble blanc continue en profondeur. Mais que sont ces objets rouges sur la droite ? Vous l'avez deviné: ce sont les lettres "r,  a, b." à l'envers destinées à être vues de loin pour signaler le Sky bar d'où les photos panoramiques sont prises.

P1080066 Par dessus le toit du Café de l'Atlas, s'aperçoit le quartier au sud de l'Avenue Mangin, celui du cinéma Palace et de la Grande Poste

P1080067 Les toits vers l'église des Saints-Martyrs

P1080068 La perspective vers l'Hivernage 

P1080069 Les immeubles en direction du Lycée Mangin, les plus hauts sont les plus récents.

P1080070 La rue Verlet Hanus qui conduit aux Djenan el Hartsi

P1080071 Vers les jardins de la Menara et plus à droite la Base aérienne

P1080072 Au loin le quartier de la Gare et ce qui s'appelait autrefois le quartier indus.

Pour ce début d'année 2015 un petit tour d'Horizon au dessus des toits du Guéliz permet de retrouver des souvenirs et de former des projets. Il faut seulement prendre le temps d'une consommation au Sky Bar de La Renaissance.

Alors en cherchant à voir la Koutoubia de plus près vous découvrirez une autre image ...

P1080074 Deux tourterelles qui ( comme on le sait depuis Jean de La Fontaine ) s'aiment d'amour tendre... 

Cette image permet de vous souhaiter beaucoup d'amour à donner et à recevoir pour l'année qui commence. Bonne année !

Marcel Martin avec ses voeux envoie une photo en souvenir du Père Louis-François

COMMUNION_ SOLENNELLE 1958-a-MRK avec le père Louis François Communions solennelles en 1958 à Marrakech.

Je souhaite rappeller que le père Louis-François a été un prêtre très présent dans la vie paroissiale des Saints Martyrs au même titre que le père Christophe avec lequel il formait un binome exeptionnel (Ames & Coeurs Vaillants , louveteaux , cinéma & Chantalouette). Il officiait aux messes de 9h alors que le père Christophe animait le catéchisme. Il me semble que le père Christophe arriva aux Saints Martyrs à la suite du départ du père Raoul.  Bernard Watel devrait en savoir bien plus sur cette époque. Il était enfant de coeur. 
Il me semble que le père Louis-François termina sa vie active de prêtre à Agouïm ( de l'autre côté du Tichka) où il fit un sacré "boulot". 
Tout en étant moins flamboyant que le père Christophe, il n'en était pas moins efficace. 
Il figure avec Bernard.sur la photographie de communion.
En cette fin d'année je souhaite à tous nos ami-e-s marrakchi-e-s et visiteurs du blog Mangin@Marrakech , bonheur , santé et espérance pour la nouvelle année 2015 qui arrive à petit pas maintenant. 
N'oubliez pas le Moussem d'Avignon de SALAM MARRAKECH le 22 juin et sachez aussi que des mini-moussems y verront le jour! 
Marrakchamitiés 
Marcel Martin

Toutes vos photos et témoignages d'aujourd'hui ou d'autrefois sur les Anciens de Marrakech sont les bienvenus sur le blog, de même que vos voeux aux Marrakch'amis.

20 décembre 2014

LES FËTES SE SUIVENT EN HIVER, SOUHAITONS DE BONNES FÊTES À NOS AMIS

 

IMAGE0_11111 

Animation transmise par Yves Lefevre depuis l'Alaace.

LES JUIFS FÊTENT HANOUKA 5775 CETTE SEMAINE JUSQU'AU 24 DÉCEMBRE (calendrier hébraique)

LES CHRÉTIENS CATHOLIQUES ET PROTESTANTS, DANS LE MOIS DE L'AVENT DEPUIS LE 30 NOVEMBRE, CÉLÈBRENT LA NAISSANCE DU CHRIST, JÉSUS DE NAZARETH LE 25 DÉCEMBRE (calendrier grégorien)

TOUS FÊTONS LE RÉVEILLON DU 31 DÉCEMBRE AU 1er JANVIER. LES JUIFS FÊTENT AUSSI CETTE ANNÉE LE JEÛNE DU 10 TEVET, LE 1er JANVIER

LES MUSULMANS FÊTENT MAWLID NABAWI, LA NAISSANCE DU PROPHÈTE MOHAMED LE 3 JANVIER (calendrier de l'Hégire 1436)

LES CHRÉTIENS ORTHODOXES FÊTENT NOËL LE 7 JANVIER (calendrier julien)

LES AMAZIGH FÊTENT YENNAYER, LE PREMIER JOUR DE L'ANNÉE BERBÈRE 2961, LE 12 JANVIER (calendrier julien). Le 12 janvier 2015 sera férié en Algérie pour la première fois.

Joseph DADIA nous parle de Hanouca

Pourquoi la fête de Hanouca dure 8 jours?

Plusieurs réponses sont données.

La fiole d'huile, portant le sceau du Grand prêtre, 

trouvée dans le Temple après sa purification,

suffisante pour l'allumage du candélabre, 

a allumé durant 8 nuits au lieu d'une.

Les fioles d'huile étaient fabriquées

à Téqoa sur le térritoire de la tribu d'Acher. 

Le voyage de Jérusalem à cette ville

durait 8 jours, aller et retour.

Hanouca, cette année, se termine

mercredi en fin de journée,

à l'heure où la Sainte Nuit de Noël va commencer.

Un grand symbole.

Avec mes bons voeux pour 2015

 

DES SOUHAITS POUR NOËL ET DES VOEUX POUR 2015

Maurice_Calas_14_15 Maurice Calas accompagne ses souhaits d'une citation de l'épitre de Saint-Paul aux Colossiens.

Rueda_Louise_Michel Louise et Michel Rueda illustrent leurs souhaits d'une composition joyeuse.

koutoubia_2 Raymond et Sissi Perrenoud:  La Koutoubia et nous, vous adressons nos meilleurs voeux de santé, joies, émerveillement et plénitude, bref que du BONHEUR pour cette fin d’année et surtout pour la prochaine.(Photo R. Perrenoud 1965)

Francine_Gage Francine envoie ses souhaits de Merry Christmas avec un sapin très étoilé.

Voeux FR-MA  Aziz a créé une carte de voeux aux couleurs de l'amitié franco-marocaine

Roger Beau écrit à tous ses chers amis marrakchis qui lisent le blog:

L’an dernier à la même époque je nous renvoyais à un an plus tard afin d’estimer, dans la mesure du possible, la balance entre ce que nous avions alors souhaité et ce qui s’est réalisé. Je ne suis pas certain que le bilan ait toujours été satisfaisant. Par contre, une année de plus pèse sur nos épaules, et ce constat nous fait réellement mesurer le temps écoulé.

Une autre manière de peser les années à travers les pages de SALAM-MARRAKECH ou du site MANGIN@MARRAKECH, consiste à apprendre ou à découvrir ce qu’il est advenu de certains de nos amis. Se retrouvent-ils, tous ces anciens disparus, là-haut, ou là-bas ? Aucun d’entre eux n’est revenu nous le conter. Espérons qu’ils nous attendent de pied ferme pour évoquer nos souvenirs de ce ciel bleu, de cette chaleur contre laquelle nous pestions et du chant des oiseaux qui avaient l’outrecuidance de nous réveiller aux aurores.

Et puisque, Juifs, Chrétiens (Catholiques, Protestants, Orthodoxes), Musulmans et Berbères sans oublier les peuples d’Asie pour lesquels il doit bien y avoir une commémoration à honorer, célèbrent dans cette période de l’année un panégyrique d’importance, le laïque que je suis souhaite que ce soit une occasion propice pour remplacer nos divergences, quelles que soient nos croyances ou la couleur de notre peau, par le rappel qu’en deçà de nos différences nous sommes et restons des être humains.

En nous retrouvant l’an prochain à l’heure du bilan, nous dirons peut-être : Quelle merveilleuse année nous avons enfin vécu! Roger

Voir aussi les signes d'amitié, les souhaits et les voeux dans les commentaires ci-dessous, ainsi que dans les commentaires des pages précédentes y compris celle sur les médecins de Marrakech (7 novembre).

Nous pensons fortement à tous nos amis et notamment à Huguette qui nous envoie ses voeux, a retrouvé un ordinateur qui fonctionne et nous confie que la santé de son Sauveur n'est pas très bonne. Nous leur souhaitons un Joyeux Noël et espérons pour Sauveur une meilleure santé. Bonnes fêtes à tous.

DEUX EXPOS SUR LE MAROC À PARIS

maroc_medieval_LOUVRE Magnifique expo en ce moment au LOUVRE jusqu'au 19 Janvier

Du XIe au XVe siècle, une succession de dynasties – almoravide, almohade et mérinide – ont unifié un espace politique et civilisationnel centré sur le Maroc, et étendu jusqu’à l’Andalousie. Leurs conquêtes les ont menées du sud du désert du Sahara (frange nord de la Mauritanie) au nord de l’Algérie et de la Tunisie. L’influence de ces empires, unissant pour la première fois les confins de l’Occident islamique, a rayonné jusqu’en Orient. L’exposition (près de 300 oeuvres) permet d’appréhender cette longue et riche histoire, clef de compréhension du Maroc contemporain et source de sa modernité.

MARRAKECH_FONDATION_01

 Une photo de Gabriel Veyre, autochrome 1935  

almoravides_1 

Ce sont les Almoravides qui ont construit la Koutoubia, Marrakech était leur capitale

P1090802

Le nouvel empire englobe tout le nord de l'Afrique, Marrakech demeure la capitale

P1090803 Les Mérinides , sept ans après leur prise du pouvoir déplaceront la capitale de l'empire dans une nouvelle Fez à côté de l'ancienne. Après 1465 viendront les Wattassides puis les Alaouites.

Après Le Louvre, l'expo LE MAROC MÉDIEVAL devrait migrer en Espagne

À PARIS UNE AUTRE EXPO TRÈS DIFFÉRENTE MET EN VALEUR LA RICHESSE DE LA CRÉATION DES ARTISTES MAROCAINS ALLIANT LEUR CULTURE À LA MODERNITÉ.  IMA - INSTITUT DU MONDE ARABE. jusqu'au 25 janvier

 

tente_berbere Une tente berbère sur le modèle de celle d'Azor: moderne par son volume  et sa forme, traditionnelle par ses immenses toiles en laine de chèvres et poils de chameaux. Réalisation, Tarik Oualalou, architecte.

main_de_cocotte Une main de Fatma, porte bonheur, décorée façon henné et oxy-découpée dans la paroi en alu d'une cocotte minute. Son auteur Batoul S'Himi a baptisé son oeuvre : Monde arabe sous pression -2014.

Peau_tannee Une oeuvre non pas sur toile, mais sur peau tannée, décorée aux pigments naturels de motifs traditionnels un brin phaliques. Technique utilisée dès les années 50. Oeuvre de Farid Belkahia. 

Seins

Seins par cinq, sainteté des seins, oeuvre de Mohamed Mourabiti

Passage_sur_mer Passage protégé pour piétons qui marchent sur la mer. Oeuvre de Noureddine Tilsaghani - 2014.

Cette exposition d'environ 300 oeuvres est la plus importante jamais réalisée par l'Institut du Monde Arabe. Pourquoi le Maroc ?

Le Président de l'IMA: "Il faut savoir oser et le Maroc était une évidence. Il est dans le domaine artistique, le pays du monde méditerranéen le plus créatif, le plus bouillonnant . Il est aussi celui qui revendique dans le préambule de sa constitution du 29 juillet 2011 la pluralité de ses héritages culturels. C'est un message de valeur universelle, qui peut nous faire réfléchir, nous Français, et que nous avons symbolisé sur le parvis de l'IMA par une oeuvre en plusieurs langues, arabe, français, berbère et hébraïque. Le Maroc prouve que l'on peut être à la fois un peuple un et multiple." Propos recueillis par Catherine Golliau du Point.

Joyeuses fêtes à tous!



Fin »