PRINCIPAUX NÉGOCIANTS ISRAÉLITES DE MARRAKECH IL Y A 100 ANS

NOUS AVONS FAIT CONNAISSANCE AVEC LES NOMS DES TRENTE PRINCIPAUX NÉGOCIANTS MUSULMANS DE MARRAKECH tels qu'ils apparaissent sur un document de juin 1913 (Voir sur ce blog la page du 2 octobre 2010).

Sur ce même document figurent les noms des principaux négociants israélites de Marrakech il y a un siècle.

 grande_place_du_MellahMaillet

Cette photo de Maillet représente la Grande place du Mellah il y a cent ans.

le_mellah_place_des_JuifsMaillet

Carte postale de Maillet offrant une autre vue du Mellah

 

Cette page nous permet aussi de saluer nos amis juifs de Marrakech qui cette semaine fêtent Hanouka, la fête des lumières qui dure huit jours et qui est symbolisées par le chandelier à 8 branches plus une. Nous saluons notamment Joseph DADIA Président de l'AJM, association des juifs de Marrakech qui nous a fourni des documents et des témoignages que nous présenterons bientôt.

 

Les noms de la liste étaient fortement représentés à Marrakech quarante ans après l'institution du Protectorat à la veille de l'Indépendance du Maroc.

 

1 - Benhaïm (David), 2 - Corcos (Joshua), 3 - Ben David Ohayon (Moïse), 4 - Hazzan (Jacob), 5 - Ros ilio, 6 - Tourgman, 7 - Abitbol (Meier) - 8 Pères (Jacob), 9 - Azoulay (Elie), 10 - Tordjman et C'", 11 - Obadayer, 12 - Bensoussan (Josué), 13 - Zafrani (David), 14 - Ohayon, 15 - Pinto (Isaac), 16 - Sibony, 17 - Amzalag, 18 - Benhabou, 19 - Bensaoud, 20 - Anoch, 21 - Lévy (Salomon), 22 - Coriat.

 

TÉMOIGNAGES SUR CES PERSONNALITÉS

Grâce à des amis du blog nous avons pu réunir quelques témoignages et photos sur certains d'entre eux. Que ceux qui voudraient compléter le fassent dans les commentaires ci-dessous. Il faut noter cependant que les historiens, même les historiens juifs, se sont peu intéressés aux familles juives du début du XXe siècle, alors que leur intérêt s'est plutôt porté sur d'autres périodes comme celle de la fin du règne du Sultan Sidi Mohammed. (1750-1789). C'est par exemple Robert Asseraf qui page 40 de son livre donne quelques noms, mais peu en rapport avec Marrakech.

Asseraf40

Il faut ajouter que le Sultan Sidi Mohamed avait développé Mogador pour décourager les négociants chrétiens d'aller jusqu'à Marrakech, car il ne voulait pas être accusé par son peuple d'avoir ouvert les portes du pays aux roumis.  Même les consuls européens n'étaient pas bien vus à Marrakech, les pays étrangers devaient se faire représenter par un musulman ou par  un israélite. En revanche cette disposition de tout concentrer à Mogador offrait des opportunités aux israélites qui connaissaient en général mieux les langues étrangères que les arabes et pouvaient développer des activités de mandataires, interprètes, transporteurs ou secrétaires pour le compte des sociétés européennes ou en rapport avec elles.

Réunir des informations sur les 22 négociants juifs de Marrakech de la liste de juin 1913 reste donc un travail à faire par les historiens. Ceci n'est pas aisé car la communauté juive n'a pas cherché à conserver d'archives sur cette période. Le blog a pu collecter des témoignages sur quelques uns d'entre eux:

 

1 - Benhaïm David, (1875-1952) avait 38 ans à cette époque. C'était le fils de Jacob Benhaïm et Fortunée Cohen. Il avait des négoces avec l"Angleterre et importait des tissus et des thés

David_Benhaïm Il habitait rue des Domaines, encore au début des années 20, ensuite 69-73 Arset el Maach à côté des El Grably. Nous remercions sa petite fille Renée de nous avoir communiqué ces adresses. Elle pense que son activité de négoce au début du siècle était surtout en rapport avec Borgeaud et Reuthemann

 

2 - Corcos (Joshua), corcos3mr  aiucorcosjoshua5 aiucorcosmardo5fx

En 1907, d'après le journaliste Christian Houel du quotidien Le Matin qui enquêtait sur la mort du Docteur Mauchamp et sur les accusations portées contre le Docteur allemand Holtzman à propos de ses responsabilités dans ce meurtre, Ishua Corcos était le chef de la communauté juive, très introduit auprès de Moulay Hafid, frère du Sultan Abd El Aziz. ,"Ishua Corcos jouit de toute la confiance de Moulay Hafid. Grand, robuste, la tête couverte du vaste foulard bleu des rabbins, dont les pointes retombent sur sa poitrine, il est d'une distinction accomplie. Trente cavaliers l'escortent quand il se déplace pour le compte du Sultan." Christian Houel : " Mes Aventures Marocaines ", édition Maroc-demain, Casablanca, 1954.

Joshua Corcos(1832-1929) avait suivi la voie de son père dans le « leadership » juif de Marrakech. Comme lui, il était banquier et conseiller financier des sultans Moulay Hassan I, Moulay Abdel-Aziz et Moulay Hafid et bénéficiait de leur protection. Il était aussi le conseiller financier de la famille du Glaoui.

 Joshua Corcos était surnommé « le millionnaire du Mellah », car il aidait financièrement la communauté. Il était apprécié et estimé des juifs comme des musulmans. Une rue de Marrakech portait le nom de la famille Corcos, Son fils Mordechai Corcos (Marrakech, 1885-1944) lui succéda comme président de la communauté et chef des affaires de la famille de 1930 jusqu’à 1938. Mais il n'avait pas la personnalité et l’énergie de son père. Sa fille Freha Corcos (Marrakech, 1889-1974) fut mariée avec Abraham Meyer Corcos (Marrakech, 1880-1961), qui appartenait à la branche Castiliene de la famille. Un de ses enfants est Maurice Meyer (Marrakech, 1916) il était actif dans les affaires locale de la communauté juive et un Mohel très connu. Il s’est marié avec une cousine, Lina Corcos (Mogador, 1922), un des membres de la famille établi dans cette ville

Paul Pascon (Capitalisme et agriculture dans le Haouz de Marrakech, 1988) précise les domaines dans lesquels les Corcos exerçaient leur négoce: "Quelques israélites,comme les Corcos, Aferiat,...ont surtout le monopole du tabac, du soufre, du salpêtre, assurent l'importation du café et de produits manufacturés pour le compte du Palais."

mellah_portail_maison_corcos Portail de l'ancienne maison Corcos pris en photo récemment par notre ami Hassan Azdod pour le plaisir des lecteurs du blog. Cliquer sur la vignette pour agrandir la photo. Hassan nous conseille de lire un livre de Benech, Le Mellah de Marrakech, dans lequel nous découvrons la vie exceptionnelle de Yachouaa Corcos trésorier et homme de confiance du Sultan. Les filles Corcos qui par la suite ont habité Arset El Maach étaient toutes, nous dit Hassan, d'une grande beauté. 

3 - Ben David Ohayon (Moïse), ( à compléter)

4 - Hazzan (Jacob Hazan)

Le receveur distributeur de la poste française en 1907 et depuis 1903 était  M. Jacob Hazan, né en 1836, il avait pour collaborateur son neveu de 18 ans Abraham Corcos, Il était installé à Riad Bayti (ma maison) à l'entrée du Mellah et quand plus tard une nouvelle poste fut créée entre Djemaa el Fna et la Koutoubia, le bureau de poste de M. Hazan fut autorisé spécialement à poursuivre son activité pour le Mellah.

Hazan02

L'ancien bureau de poste de Riad Bayti tel que rénové aujourd'hui en Maison d'hôtes.

SceauHazan02

Sceau de la Poste française, d'autres pays européens avaient aussi leur poste.

La première École Israelite fut créée à Marrakech  rue du Commerce, au centre du Mellah, vers 1901-1902, les élèves avaient entre 14 et 18 ans. Elle était financée en partie par la Communauté et par une subvention de la Première Poste Française de M. Hazan.

A l'arrivée de Mr FALCON, directeur, elle fut transférée ( avant 1907) à la rue Francisco, toujours au Mellah.

Le journaliste Christian HOUEL a pu visiter l'École juive de l'Alliance en 1907: "Nous entrons dans la classe où professait le directeur, M. Falcon. C'était encore un homme jeune. Sorti de l'École Normale d'Auteuil, sa carrière marocaine était déjà longue : Tanger,Tétouan, Mogador, Casablanca, et enfin Marrakech avaient reçu tout à tour ce pèlerin de la langue française. Il recevait dans son école, près de 300 garçons répartis en plusieurs classes, et une école de filles dirigée par Mme Falcon comptait près de deux cents fillettes. Après le meurtre du docteur Mauchamp, le Gouvernement décora de la Légion d'honneur l'explorateur Louis Gentil et M. Falcon... des palmes académiques !" Par ce reportage du journaliste Houel nous constatons que les élites scolarisées des juifs marocains ( environ 500 élèves en 1907) pratiquaient la langue française à une époque où la population française de Marrakech pouvait se compter sur les dix doigts.

Falcon2    Dames02

M. Falcon Dr. , M. Boujo professeur, Mme Falcon Dce, Mle Garzon, professeur en 1907.

L'ÉCOLE DE L"ALLIANCE : Dès l'arrivée de M. Falcon son directeur ( avant 1907), les cours des matières principales se faisaient en français et en hébreu. L'arabe, l'anglais, l'espagnol étaient enseignés en langues secondaires. Plus tard au début du Protectorat il y eut également l'Ecole Franco-Israelite située hors du Mellah, près de la place des Ferblantiers face au cimetière musulman de Sidi Ahmed El Kamel.  Puis fut construite l'École de l'Alliance Israélite de Djenan El Afia, le nom de Jacques Bigart lui fut donné. Le Directeur était Mr. Moïse Bibasse. Lors de l'année scolaire  1927/28 M. René Camhy arriva à Marrakech et il épousa Melle Berthe Goldenberg, institutrice dans la même école.

 

5 - Rosilio,

 

6 - Tourgman,                     

le_mellah_rue_des_balconsMaillet riche_rue_JuiveMaillet

 

Rue des Balcons et autre rue riche du Mellah par Maillet

7 - Abitbol (Meier)

Meyer Abitbol fut président de la communauté juive de Marrakech après Mardochée Corcos.

 

8 - Pères (Jacob),

 

9 - Azoulay (Elie),

10 - Tordjman et C'",                

Tordjman2 Mme Tordjman parée pour une fête Photo publiée par l'AJM de Joseph DADIA.

11 - Obadayer,

 

12 - Bensoussan (Josué),

13 - Zafrani (David),

 

14 - Ohayon, aiuohayonIsac

Raphaël Ohayon, fils d'Isaac Ohayon et de Esther née Zafrani écrit: " Je suis né au N° 26 de La rue Affir, au Mellah de Marrakech. Mon père était négociant en thé de Chine, j'étais marchand d'huile d'olives,"

15 - Pinto (Isaac),

16 - Sibony,                                                                      

rue_du_mellahMaillet

Rue des balcons au Mellah, carte postale de Maillet"padding: 0px; margin: 0px;">

17 - Amzalag,

18 - Benhabou,

19 - Bensaoud,                                                                 

rue_principale_du_mellahMaillet

Rue principale du Mellah par Maillet.

20 - Anoch,

21 - Lévy (Salomon),

22 - Coriat.

La plupart des photos du Mellah ont été prises par le photographe Maillet, les photos des Corcos et d'Isaac Ohayon viennent du beau livre d'Aziz Cherkaoui, Marrakech (Médina) Hommes et Monuments, 2010;

mellah_169

 

LE DOCUMENT DE JUIN 1913 DONNE AUSSI D'AUTRES LISTES, CELLE DES COMMERCANTS EUROPÉENS SERA ÉDITÉE ULTÉRIEUREMENT.

 

Merci à celles et ceux qui disposeraient de photos ou de témoignages concernant ces 22 négociants et leurs familles. Ils peuvent écrire dans les commentaires ci-dessous ou proposer des photos par le lien "contactez l'auteur" en haut à gauche de cette page.