LÉOPOLD WILLEMSE, LE PREMIER PHOTOGRAPHE DE L'EAU ET DE LA PAIX À MARRAKECH, FUT AUSSI ÉDITEUR DE CARTES POSTALES

8 mars: journée des femmes, de l'eau et de la paix...

 © Cet article de Michel de Mondenard sur Léopold Willemse est original, il s'intéresse au travail du photographe dans sa mise en valeur de Marrakech. Sa technique photographique et son époque influencent ses choix artistiques. Cet article ne peut être reproduit sans l'autorisation de l'auteur et la mention de Mangin@Marrakech 8 mars 2011.

1CP_M_Kech_ancien_Aguedal_18

N°1- Bassin de l'Aguedal

Les reflets sur une eau immobile et paisible fascinent le photographe.

LES PHOTOGRAPHES MAILLET ET GRÉBERT ONT DÉJA ÉTÉ PRÉSENTÉS SUR CE BLOG AU TRAVERS DE LEURS OEUVRES PHOTOGRAPHIQUES. CHAQUE PHOTOGRAPHE SE DISTINGUE DES AUTRES PAR SES CADRAGES ET LA SÉLÉCTION DE SES SUJETS. L'ÉPOQUE A SON INFLUENCE SUR LES SCENES CHOISIES PAR CHAQUE PHOTOGRAPHE. MAILLET DÈS 1902 A TENDANCE À SOULIGNER CE QUI EST EN RUINE DANS LA VILLE,  PIERRE GRÉBERT CHERCHE À PRÉSENTER CE QUI DANS LA CULTURE MAROCAINE DIFFÈRE DE LA CULTURE EUROPÉENNE, IL ÉTAIT PRÉSENT EN 1912 AU MOMENT Où LA COLONNE MANGIN A CHASSÉ LE PRÉTENDANT EL HIBA POUR RENDRE LA VILLE AU SULTAN MOULAY YOUSSEF. AVEC WILLEMSE NOUS AVONS UN PHOTOGRAPHE D'ORIGINE DAUPHINOISE QUI AU DÉBUT DES ANNÉES 20 MET EN VALEUR LA VILLE DE MARRAKECH COMME "VILLE - JARDIN", CALME ET PAISIBLE, PARFAITE POUR DES PROMENADES ET FAIRE DU TOURISME.

Les cartes postales des éditions Willemse s'attachent à mettre en valeur les paysages dans leurs majestés, mais le photographe ne dédaigne pas les scènes avec des personnages. Willemse est présent à Marrakech au moment où le Sultan Moulay Youssef entre à nouveau dans la Ville Rouge. Il n'a pas comme Pierre Grébert ses entrées dans l'armée, il est plus sensible aux charmes du palais du prince Mamoun: La Mamounia. Il cherche moins la clientèle des soldats en garnison que celle des touristes heureux d'avoir découvert un pays magnifique. Il est le premier photographe qui souligne avec insistance l'importance de l'eau à Marrakech. 

Suivons la numérotation de ses cartes postales. Il commence par l'Aguedal, ce bassin et cette végétation improbables pour lui qui vient de traverser la plaine desséchée du Haouz à l'allure de désert.

2CP_M_Kech_ancien_Aguedal_20 

N°2 - Le grand Atlas

La majesté de l'Atlas depuis Marrakech frappe l'oeil. La chaîne montagneuse et ses neiges donnent une explication à la présence d'une eau abondante autour de la ville de Marrakech. Willemse choisit un cadrage qui suggère l'immensité du bassin.

0851___1_MARRAKECH__La_Koutoubia_Willemse

N°3 - La Koutoubia de Willemse ne sort pas de la terre aride, comme chez d'autres photographes. Pour lui l'important n'est pas sa verticalité, mais bien plutôt qu'elle prend racine parmi les jardins protégés par des murs.

WillemseCP_M_Kech_ancien_Pont_portugais_du_Tensift_09

N°4 - Au Tensift

Les reflets des palmiers dans l'oued suggèrent une eau abondante et paisible

WillemseCP_M_Kech_ancien_Pont_portugais_du_Tensift_01

N°5 - Pont du Tensift

Willemese en donnant de l'importance à la végétation, et en montrant la longueur du pont dont l'extrémité est trop éloignée pour être visible, signale la présence d'un oued très large aux eaux abondantes, coulant tout près des portes de Marrakech.

6img9

N°6 - Aguedal - Le Grand Atlas

7img915

N°7 - Pavillon et Bassin de la Ménara.

WillemseCP_M_Kech_ancien_M_nara_05

N°8 - La Ménara

Willemse  souligne encore les bienfaits de l'eau qui irrigue les jardins et permet de cultiver de magnifiques oliviers.

9img917

N°9 - Les Autruches. À proximité de la Ménara un élevage d'autruches existait à Marrakech comme dans d'autres villes du Maroc. La famille Muzy s'occupa de cet élevage.

10img918

N°10 - Pavillon de la Ménara. La végétation abondante profite des eaux d'irrigation.

11img919

N°11 - Cyprès dans l'Aguedal

12img920

N°12 - Aguedal - Kasba servant de remise au Canot Automobile

13CP_M_Kech_ancien_Aguedal_21

N° 13 - Aguedal, un bassin et l'Atlas

Nouvelle vue établissant un lien entre l'eau de la montagne proche et un des bassins de l'Aguedal. Willemse voudrait que les touristes comprennent que de nombreux bassins existent à Marrakech et dans les environs.

14CP_M_Kech_ancien_Mamounia__02

N° 14 - Sous les Oliviers - La Mamounia

Willemse apprécie le cadre de La Mamounia, il met en valeur la végétation, la beauté de ses jardins, ses rangées d'aloès et le potentiel de richesses de Marrakech. En 1923 le palais deviendra l'hôtel réputé que l'on connaît grâce aux architectes Prost et Marchisio, mais Willemse l'a photographié avant la transformation du palais du prince Mamoun.

16CP_M_Kech_ancien_Camp_Mangin___Fort_08

N° 15 - Camp du Guéliz - L'Intendance

Willemse photographie les sites militaires comme s'il s'agissait de monuments d'une époque révolue. L'ambiance est calme, pas de canons belliqueux, pas d'uniformes de soldats, quelques moutons broutant paisiblement. 

16img924

N°16 - Escorte de Sa Majesté le Sultan. Cette carte postale, la première dont nous ayons le cachet de la poste a été expédiée le 29 décembre 1919. La plupart des autres cartes sont datées de 1920 et 1921.

17CP_M_kech_ancien_Bab_Doukkala_23

N°17 - Arrivée de Sa Majesté le Sultan

Willemse souligne la solennité de l'événement. Les ombres portées montrent que l'après midi est bien avancée. Malgré le mouvement du cortège qui parade, la photo est d'une grande netteté. Willemse n'oublie pas de montrer une végétation fournie, signe de jardins abrités derrière les murs qui servent de tribune.

18CP_M_Kech_ancien_Camp_Mangin___Fort_09

N° 18 - Camp du Guéliz - Le parc à fourrages

À l'époque, l'armée utilisait beaucoup de chevaux, ânes et mulets. Une enceinte maçonnée protégeait les meules de fourrage. La photographie est prise depuis la colline du Guéliz; il est possible de le vérifier en comparant avec la photo de l'Intendance ( numéro 15). Willemse souligne une présence militaire, discrète, paisible et rassurante.

19img927

N°19 - Camp du Guéliz - Subsistances et campements. La correspondance de cette carte indique : " ...c'est toujours le marasme à Oyonnax et en France; donnez moi des nouvelles du pays. Bonnes amitiés. L... Capitaine Champenois - 6e Rgt d'Infanterie - Marrakech Maroc - Sans timbres."

20img928

N°20 - Vers Bab Rob. Cette carte montre Marrakech dans ses murs et révèle le mode d'irrigation, au premier plan une séguia creusée dans un sol aride.

21img929

Hors série: Le vieil Abreuvoir

On remarquera sur cette carte postale les mentions de deux éditeurs: Willemse (le photographe) et ajouté: Combier à Macon. Il n'est pas étonnant que la date de voyage de la carte soit bien plus tardive que du temps des premières éditions. Ci-dessous la correspondance au verso

Marrakech, le 13 janvier 1934

Mon cher Guiraud,

Je vous remercie de vos bons vœux et vous adresse les miens. J’ai bien reçu la nouvelle de décès de ce « Vieux père Cent » ; pour  un soldat c’est toujours un événement « grâve », car à partir de ce moment il n’est plus militaire qu’à demi !..

Vous devez sans doute faire quelques projets concernant votre retour à la vie civile ; avez-vous déjà décidé quelquechose ? Si d’ici, une amélioration se présentait, ce qui est peu probable, je ne manquerai pas de vous en aviser.

A Marrakech rien de particulier, l’hiver bat son plein ; nous avons eu pendant quelques jours 3 ou 4 au dessous de zéro, ce qui n’est pasnégligeable.

Le 6 janvier , j’ai assisté au mariage de Mademoiselle Demangeon avec Mr. Dieudonné de Konakry

Sans autre.  Recevez une cordiale poignée de main.

En marge : J’ai reçu une carte de Noël qui est marié, il vous a tous précédé.

Willemesse_02 cliquer pour agrandir

Bazooka Joe a trouvé une autre carte portant les deux noms. d'éditeurs. En effet, les Editions Willemse furent cédées aux Editions Combier, connues plus tard sous le sigle CIM. Léopold Willemse a laissé à la postéritéun trés beau cliché de Bab Djdid du temps où la porte pouvait se fermer. Merci à Bazooka Joe de nous en faire profiter.

MARRAKECH__Maroc__Bab_Djedid_Willemse

Léopold WILLEMSE est un photographe dauphinois basé à Embrun avant la première guerre mondiale. Il réalisa des photographies pour un éditeur alpin de cartes postales avant de produire ses propres cartes postales. Pour apprécier son style nous retiendrons des photographies du Dauphiné qui furent diffusées par Lambert, éditeur à Gap; cliquer sur les vignettes pour les agrandir.

1719 1000  1720Lachapelue 

Willemse a travaillé pour les éditions Lambert dans les villages au delà d'Embrun: Guillestre, les gorges du Queyras, Aiguilles. À Marrakech il devient son propre éditeur.

Nous avons retrouvé une partie de sa famille, ce qui nous permet de mieux présenter ce photographe méconnu des marrakchis. Léopold WILLEMSE, photographe à Embrun à l'est de Gap jusqu'en 1913 se maria à Marcelle REYNIER de St Bonnet en Champsaur au nord de Gap (Son Etat civil indique d'autres prénoms: Marie, Léonie, Valérie, à Marrakech elle était connue sous celui de Marcelle). Ils tentèrent l'aventure du Maroc comme d'autres Hauts Alpins ( la famille de Roger BEAU était originaire de Serres au sud de Gap). Mais ils ne partirent pas seuls, le frère de Marcelle, Émile REYNIER fut aussi du voyage. Ils arrivèrent à Marrakech fin 1913, un an après le début du protectorat. Léopold WILLEMSE et sa femme Marcelle eurent un fils Paul WILLEMSE, né en 1914 à Marrakech, probablement un des premiers Haut Alpin à naître dans la Ville Rouge. Léopold exerça comme photographe à Marrakech, mais fut obligé pour vivre d'avoir d'autres activités rémunératrices. Il aurait été aussi transporteur. Il eut une vie plus courte que sa femme, ses cartes postales n'ont pas été renouvelées après la série qui s'est vendue entre 1919 et 1923. Marcelle REYNIER-WILLEMSE possedait le Café de l'Atlas en 1925. Elle se remaria en juin 1940 à Léon COULMEAU alors que son fils Paul WILLEMSE était encore jeune.

Émile REYNIER, le frère de Marcelle se maria aussi et eut une fille Julienne REYNIER, cousine germaine de Paul WILLEMSE. Celle-ci épousa M. CRAVIATTO. Ils eurent une fille Christiane. qui fit ses études au lycée Mangin. M. CRAVIATTO est décédé alors que Christiane n'avait que six ans.  La mère de Christiane se remaria plus tard avec son cousin germain Paul WILLEMSE que beaucoup de clients du café connaissaient sous le nom de Popaul.

PhotoLafon01

© Photo Lafon : La terrasse du café de l'Atlas, années 20. Mme Marcelle Reynier/Willemse, épouse de Léopold ( le photographe des cartes postales) se trouve complètement à droite de la photo. Popaul Willemse se tient derrière la Grosse caisse de la batterie.

Parmi la série des cartes postales éditées par Léopold WILLEMSE à Marrakech, douze d'entre elles illustrent les choix du photographe tirées des collections de Roger Beau et de Jean-Marc Berger qu'il faut remercier pour leur esprit de partage. Il nous manquait les N° 6, 7, 9, 10, 11, 12, 16, 20. Nous avons lancé un appel et le site "HALFAOUI" spécialisé dans les cartes postales et photographies anciennes de Marrakech nous a répondu en nous proposant les scans des photos manquantes de la série, plus une photo hors série. Nous remercions ce grand collectionneur marrakchi (plus de 50000 cartes postales anciennes sur le Maroc) pour son aide précieuse. Voir son site dans les liens à droite de ce blog: "Marrakech au début du 20e d'HALFAOUI".

Il serait intéressant aussi, pour les collectionneurs de photos anciennes de Marrakech, de retrouver des clichés du photographe Léopold Willemse qui a exercé à Embrun et en Dauphiné. Des tirages originaux de grande valeur sur Marrakech dorment peutêtre dans des caisses en attendant qu'un prince charmant, comme le prince Mamoun, les réveillent. 

Michel de Mondenard

PS: Nous ajoutons une photo du début de l'activité du photographe Willemse qui avait son studio séparé du Café de l'Atlas. 

grand-café-de-l-atlas-photographe-willemse

 

La photo serait de 1915, le landau à droite est probablement celui de Paul Willemse, né en 1914. Sa maman Marcelle Reynier, le porte dans ses bras devant l'entrée du studio de photographie. Léopold Willemse est en costume sombre. Plus tard le studio de photographie sera fermé pour permettre un agrandissement du Café de l'Atlas.

 © Cette présentation du photographe Léopold WILLEMSE à Marrakech est originale; personne n'a écrit à ce jour sur ce photographe. C'est aussi une contribution à la mise en valeur du patrimoine ancien de Marrakech et une incitation à approfondir le sujet pour les chercheurs en Histoire de l'Art et de la photographie. La reproduction de cet article sans autorisation écrite de l'auteur est interdite. (8 mars 2011).