CLAUDE, FILLE D'UN SPAHI DE MARRAKECH, RECHERCHE SOUVENIRS ET TÉMOIGNAGES

ELLE NOUS OUVRE L'ALBUM DE PHOTOS DE SON PÈRE QUI A ÉTÉ SPAHI AU 2e RSM de 1936 à 1940 puis au 4eRSM jusqu'en 1945. Deux régiments de Spahis franco-marocains qui se sont couverts de gloire par leur courage et leur métier et qui venaient de Marrakech.

1912MRKEtendarEnlev__parSpahis_Gr_bert

Un peu d'histoire: Les premiers spahis à Marrakech interviennent avec le Colonel Charles Mangin en septembre 1912 pour délivrer la ville d'un nouveau prétendant au trône du sultan qui avait mobilisé des troupes armées. Un cliché de Pierre Grébert montre un étendard de El Heiba pris par les Spahis, la photo sera éditée en carte postale. El Heiba, fils de Ma el Aïn chef d'un parti d'hommes en bleu, fut contraint de prendre la fuite après que ses troupes furent mises en débandade à la bataille de Sidi Bou Othmane. Par la suite le 4e Spahi composé principalement d'algériens sera engagé dans la pacification du Maroc avec d'aures unités: Tirailleurs, Chasseurs alpins, Zouaves, Goumiers, Artilleurs de montagne, Artilleurs de 75, ..

En 1914 Marrakech est la garnison d'un Régiment de Spahis sénégalais.

CneEscadronSpahisS_n_galaisMRK1914 ici la photo d'un chef d'escadrons en grand uniforme.

La documentation sur les Spahis est abondante, cependant celle sur les Spahis de Marrakech méritait d'être plus développée. C'est Claude, la fille d'un Spahi de Marrakech qui nous y aide après avoir lancé un appel pour retrouver des anciens qui ont connu le camp des Grenadiers.

"Depuis quelque temps je recherche des personnes qui ont connu le camp des grenadiers et lorsque j'ai découvert votre blog j'ai été trés émue. J'ai passé mon enfance à Marrakech au camp des grenadiers  de 1937 à 1945. Je ne sais pas quel était le N°?, mais le souvenir de l'endroit, de notre maison est trés net... Mon pére était Spahi au 2e RSM, j'allais à l'institution Notre Dâme des Apôtres; que de souvenirs ! Si vous avez des documents, photos, pourriez-vous m'en parler?....." Je serais trés heureuse si je pouvais partager ces souvenirs. Mon nom de jeune fille est Sainseaux. Merci,  Claude"

D'autres lectrices ont contacté le blog: c'est Chantal Etienne qui a habité aussi au camp des Grenadiers, mais entre 1950 et 1955. C'est Francine T.  fille aussi de Spahi qui a vécu à Marrakech de 1955 à 1958.

Commençons par une photo de la Rue des Grenadiers prise par Annie Coci.

marrakechgrenadier

Selon Jean-Marc Berger cette rue se touvait non loin du lycée Victor Hugo au pied de la colline du Guéliz. (Voir--> rue des Grenadiers) 

CampMangin35

Le camp Mangin tel qu'il était avant 1935. Le quartier des Spahis se trouve en bas à gauche de ce plan. D'après Jean-Marc la rue des Grenadiers se trouvait au pied du Guéliz, donc près du quartier des Tirailleurs sénégalais. Mais si c'était près des quartiers des Tirailleurs marocains (2eRTM) il faudrait envisager une localisation de la maison de Claude en bas à droite du plan.

Claude Sainseaux raconte: "Nous sommes arrivés fin 1936 au Maroc (j'avais 6 semaines) . Aprés une période d'un an à Tiznit, nous avons rejoint Marrakech où nous avons habité le camp des grenadiers de 1937 à 1945, je ne sais plus, quel n°, l'ai-je seulement connu? ; Je me souviens trés bien des lieux, de notre maison, dont le mur du jardin était mitoyen avec la caserne des tirailleurs. Nos voisins immédiats étaient la famille du Capitaine LOTH et la famille BONOT, je jouais souvent avec la petite fille du Capitaine LOTH leur maison n'étant séparée que par un grillage. Un camarade de mon père, spahi, son nom, Cari ou Kari, habitait avec sa famille au camp de Oliviers, je crois. Je peux citer également le nom d'un camarade de papa, Philippe tué en Italie, Mr et Me CONTENSOU, Mr et Mme DRUET et leur fille Reine.
 
Nous étions trois enfants: mon frère Gérard né en 1939 à Marrakech et ma soeur Nicole née en 1942 à Marrakech également.  Je ne me souviens plus du nom de mes petites camarades fréquentant l'école Notre Dame des Apôtres, par contre je me souviens de soeur EPIPHANIE qui me donnait des leçons de piano, soeur ANGÉLIQUE, soeur DEO GRATIAS."

CLAUDE SOUHAITERAIT ÊTRE AIDÉE POUR PRENDRE CONTACT AVEC SES JEUNES VOISINS ET CONNAISSANCES ET POUR PARTAGER SES SOUVENIRS DE N.D.A. IL SEMBLERAIT QUE LE CAPITAINE ROBERT LOTH SOIT DEVENU GÉNÉRAL ET QUE SES FILLES JACQUELINE ET CHANTAL SOIENT LES ANCIENNES VOISINES DE CLAUDE. En 1943 ROBERT LOTH est lieutenant-colonel chef du 3e bureau du corps expéditionnaire en Italie. C’est en qualité de chef d’État-major du maréchal Juin qu’il participe à la bataille de Monte-Cassino. Puis il est devenu  Colonel, commandant le 4e régiment de Spahis Marocains (1944-45), à Marrakech donc. Extrait du site de: Remy Coeurdevey

LE 2e RÉGIMENT DE SPAHIS MAROCAINS (2e RSM) BASÉ À MARRAKECH (voir aussi --> page du 10 novembre 2014)

Le 2eRSM participa à la pacification du Maroc en divers lieux, ce n'est qu'en 1934 qu'il se fixe à Marrakech. En 1933 il etait commandé par le Lieutenant-Colonel MARC. En 1934 après un bref intérim du Chef d'Escadrons MOSLARD, il sera sous le commandement du Colonel BURNOL. 

 

Le Général NOGUÈS, Résident général à l'époque, en visite à Marrakech en 1936 assiste au défilé du 2eRSM sur l'avenue Mangin. Le cliché ci-dessous vient de la collection de Monique Ducou.

SpahisDucou1936

© Photo Ducou

Claude nous présente son père (ci-dessous à gauche) probablement en 1937 en tournée de police dans le bled. Il aura eu comme chef de corps le Colonel BURNOL jusqu'en 1938 puis le Lieutenant-colonel DALMAY de la GARENNE. Fin octobre 1939 il aura le Colonel GEOFFROY comme nouveau chef de corps. Le 2eRSM formant la 3e Brigade de Spahis avec le 2e RSA, retrouvera le Colonel MARC comme commandant de la Brigade. Dans cette 3e Brigade un autre Colonel BURNOL (Emmanuel frère du précédent) commandait le 2e RSA.


sainseaux006   2eRSMaMRK300 

Ci-dessus à droite en deuxième plan le fort du Guéliz et en premier plan à gauche le chef de corps du 2eRSM, le colonel Adrien, Jules, Gustave BURNOL. Au centre de la photo le capitaine Adrien, Christian DEVOUGES. L'officier à droite n'est pas identifié, mais il ne peut s'agir du Colonel GEOFFROY qui prendra le commandement du 2eRSM bien plus tard 

Ci-dessous le Spahi SAINSEAUX fait les présentations entre son cheval et sa fille Claude (1937)

sainseaux026

Ci-dessous, les spahis du 2e RSM au pied du djebel Guéliz, ancien terrain de manoeuvre surlequel fut construit le quartier Lamy, puis le lycée Victor Hugo et le groupe scolaire Auguste Renoir.

sainseaux005

Nous allons suivre la carrière militaire du père de Claude parmi les glorieux Spahis de Marrakech, d'abord d'où venait-il avant Marrakech ?

SAINSEAUX Henri Jules,

Né en février 1908 à Mortefontaine (Aisne)

Médaillé militaire, Croix de guerre 1939/45, médaille des évadés, Croix du Combattant

Incorporé le 14 mai 1929 et affecté au 31° dragons à Lunéville,

Promu brigadier le 22/10/1929, puis brigadier chef le 29/09/1930

Admis dans le corps des sous-officiers de carrière en octobre 1934 et affecté au 2° Régiment de Spahis marocains à Marrakech le 2 novembre 1936. Arrivé au corps le 20/01/1937, placé à l’escadron de mitrailleuses et d’engins (capitaine Cornubert). Passe avec son groupe de mitrailleuses au 4° escadron (capitaine Giraud) le 24/08/1937.

Promu Maréchal des Logis-chef le 23 février 1939.

SainseauxR0151

Devant une tente,.. comment verser du thé avec précision dans une bouteille? Sainseaux est à droite avec un quart.

Ci-desous une pause, pour le photographe et la postérité, dans les djebilets

SainseauxR0153

Ci-dessous les spahis sur un poste d'observation

Sainseaux406116

Une charge sabre au clair, dans la palmeraie

CHARGEdesSPAHIS

LA GUERRE

LE 2e RSM ET LE COMBAT DE LA HORGNE

A la déclaration de guerre, SAINSEAUX passe dans la zone des armées le 01/09/1939, participe en mai/juin 1940 à la campagne dans les Ardennes avec son régiment au sein de la 3° Brigade de Spahis (colonel Marc); se distingue à plusieurs reprises avec son groupe de mitrailleuses notamment au gué de Mouzaive où il gagne une première citation à l’ordre de la Brigade,  puis au combat de La Horgne, le 15 mai 1940, où l’héroique 3° Brigade résista brillament face aux panzers de Guderian; elle y perd notamment ses 2 commandants de régiment, le colonel Edouard Geoffroy du 2° RSM (marocain)  et le colonel Emmanuel Burnol du 2° RSA (algérien). 

spahis_3esc_3reg

Le 3e escadron

2e_RSM  RSM_La_Horgne2

L'insigne du 2eRSM  est aux couleurs marocaines. L'étoile chérifienne sur fond vert, est chargée du chiffre 2 du régiment et accompagnée de la devise en arabe: Nasr min Allah ( La Victoire vient de Dieu). En haut de l'écu sur fond rouge, l'inscription "Spahis" en caractères coufiques.

Le combat de La Horgne est décrit dans un article du Colonel Thierry Moné qui a publié en 2010  Les Spahis de La Horgne, ouvrage illustré, 208 pages, édité par "La Gandoura et CRCL" aujourd'hui épuisé. ISBN: 978-2-35771-010-8. Nous le remercions d'avoir apporté des précisions importantes concernant ce régiment et ses hommes.

Le Spahi qui tourne la tête vers le photographe est le marrakchi, maréchal des logis chef, Kabbour ben Aomar Zemrani. Il a été fait prisonnier par les allemands à l'issue du combat de La Horgne. Merci à Christian M. de nous avoir fait découvrir cet historique. On y trouve une photo du cimetière du village avec son carré militaire où sont regroupées 41 tombes. "Unis au combat, les Spahis de la 3ee Brigade le sont demeurés dans la mort et reposent côte à côte sans aucune préséance de grade, d’origine ou de religion"

Citation du 2e Spahis marocains Ordre n° 2.259/C du 13 juin 1956. "Magnifique régiment qui, sous l’impulsion énergique de son chef, le Colonel Geoffroy, a, le 14 mai 1940, après quatre jours de combat en retraite, reçu mission de défendre le village de La Horgne. "Le 15 mai, attaqué par un ennemi disposant d’une supériorité totale en hommes et en matériel, a résisté sans faiblir à l’assaillant en lui infligeant des pertes sévères. Contre-attaquant à plusieurs reprises pour éviter l’encerclement, n’a cessé la lutte qu’après épuisement complet des munitions. A perdu au cours des combats 10 officiers dont le chef de corps et 240 hommes. "Son héroïque résistance a forcé l’admiration de l’adversaire qui, spontanément, sur le terrain de faction, lui a rendu les honneurs militaires. Cette citation comporte l’attribution de la Croix de Guerre avec palme.

Sainseaux participe avec les vestiges de son unité aux contre-attaques victorieuses des 9 et 10 juin à Vandy-Terron et Voncq.

Fait prisonnier avec les restes du régiment à Etreval le 23 juin 1940, au lendemain de l’armistice obtenu par le maréchal Pétain, il est interné au quartier Donop à Nancy.

Peu avant la déportation vers l’Allemagne, il s’évade le 24 juillet 1940, rallie la portion centrale du régiment reconstituée à Montauban, puis rejoint Marrakech le 29 août suivant.

Il aura eu comme chef de corps en juin 1940 le chef d'escadrons AZEMAR.

Le site de l'amicale du -->  2eRSM apporte beaucoup de renseignements sur l'histoire de ce corps marrakchi.

Citation du 2e Spahis marocains (Marrakech)   Ordre n° 2.259/C du 13 juin 1956.

"Magnifique régiment qui, sous l'impulsion énergique de son chef, le Colonel Geoffroy, a, le 14 mai 1940, après quatre jours de combat en retraite, reçu mission de défendre le village de La Horgne.

"Le 15 mai, attaqué par un ennemi disposant d'une supériorité totale en hommes et en matériel, a résisté sans faiblir à l'assaillant en lui infligeant des pertes sévères. Contre-attaquant à plusieurs reprises pour éviter l'encerclement, n'a cessé la lutte qu'après épuisement complet des munitions. A perdu au cours des combats 10 officiers dont le chef de corps et 240 hommes.

"Son héroïque résistance a forcé l'admiration de l'adversaire qui, spontanément, sur le terrain de l'action, lui a rendu les honneurs militaires.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec palme.

LE 4e RÉGIMENT DE SPAHIS MAROCAINS (4eRSM) RECRÉÉ À MARRAKECH

Après dissolution du 2° RSM, SAINSEAUX est muté le 1er octobre 1940 au 4° RSM qui vient d'être transféré à Marrakech depuis seulement le 01 septembre 1940 ; affecté au 4° escadron le 08/12/1940.

Nommé adjudant le 14 mars 1941.

SainseauxMRK003  sainseauxMRK010

Sainseaux, en grand uniforme des spahis. Photographié depuis la tribune officielle, lors d'un défilé, place du 7 septembre à Marrakech.

Ci dessous, l'escadron de Spahis en 1941-42

Sainseaux033

Devant le perron de la maison de la rue des Grenadiers

 sainseaux073

Claude la grande soeur, son frère et leur père. Qui reconnaîtrait la maison ?

sainseaux050

Ci-dessus: Les officiers et sous-officiers spahis à Marrakech: Sainseaux est le huitieme en partant de la gauche.

Ci-dessous, au camp du Guéliz, l'étendard du régiment de spahis marocains

sainseaux004

Ci-dessous, la Noubah des tirailleurs défilant au Guéliz avant ou après les spahis et descendant l'avenue Mangin. On distingue au loin la Koutoubia

Sainseaux008

Ci-dessous, l'escadron de Sainseaux dans la palmeraie de Marrakech

Palmeraie36

LES COURSES HIPPIQUES À MARRAKECH 

Claude ajoute quelques photos de courses hippiques des années 1941-43 en pensant aux cavaliers anciens marrakchis que son père aurait pu connaître. "Mon père , qui était un fin cavalier, participait trés souvent aux concours hippiques organisés à Marrakech , peut-être des personnes s'en souviendraient-elles?"

La récompense sur l'hippodrome de Marrakech

Sainseaux038  sainseaux039

et à l'entrainement entre 1941 et 1943.

L'obstacle triple négocié sans faute.

Sainseaux538a

4eRSMLE 4e RSM, LA CORSE, L'ITALIE, LE RHIN ET L'AUTRICHE

Le 8 septembre 1943, inspection du général d'Armée GIRAUD, le 15 septembre 1943, le 4° RSM est réorganisé sur le type « Régiment de reconnaissance de division d’infanterie et il est rattaché à la 4° Division marocaine de montagne ».

Sainseaux est nommé au grade d’adjudant-chef le 16 mai 1943. Il embarque à Alger le 2 décembre 1943 et participe avec le 1° groupe d’escadrons de son régiment à la libération de la Corse.

En 1943/44, le 4° RSM faisait partie de la 4° Division Marocaine de Montagne (D.M.M) conçue à l’origine pour la libération de la Corse (Général Sevez, jusqu’en septembre 1944) où elle a été engagée en partie avant d’être affectée en février 1944 au Corps Expéditionnaire Français (CEF) en Italie. Le régiment, commandé par le colonel de LAMBILLY (tué à Monticelli le 16 mai 1944) puis par DODELLIER, était constitué des 4 escadrons de reconnaissance et chars légers des capitaines LEROUX, d’ALMONT, FARCY et de GALLON.

mai44edulyautey_4eRSM

Ce cliché est une illustration de la progression des Scouts cars du régiment des Spahis de Marrakech en mai 1944 (Voir le site scout cars

Sainseaux débarque à Pozzioli en Italie le 28 mars 1944 où le 4°RSM participe à la campagne d’Italie au sein du Corps expéditionnaire Français (CEFI). Détaché avec son régiment du 11 au 19 mai 1944 à la 3° Division d’Infanterie Algérienne (D.I.A), l’adjudant-chef Sainseaux se distingue dans les opérations menées pour la conquête du Garigliano, notamment aux combats pour la prise de Castelforte, l’ouverture de la route de Rome et la prise de Sienne ; il y gagne une nouvelle citation à l’ordre du régiment.

 4eRSM44

Photo, tirée d'une coupure de journal , que le chef de char Sainseaux avait envoyé à sa femme lorsqu'il était en Italie. Elle a été prise à Sienne; on y voit 3 spahis au garde-à-vous devant leur char. Claude ajoute: "c'est le premier à droite en regardant la photo, il a dessiné une petite croix juste au dessus de lui."

Citation du 4e Régiment de Spahis Marocains.

Magnifique Régiment de Cavalerie qui, du 11 mai au 2 juin, toujours à l’avant-garde, n’a cessé de provoquer l’admiration de tous par son agressivité dans les combats les plus durs, son ardeur dans la poursuite et sa belle tenue au feu.

Du 11 au 18 mai, aux ordres du colonel de LAMBILLY, glorieusement tombé, est demeuré à l’avant-garde de la 3e D.I.A. livrant sans répit bataille, sur une profondeur de 25 kms de Castelforte au delà d’Espéria, à un ennemi defendant âprement un terrain tourmenté.

Du 20 mai au 2 juin, remis à la disposition de la 4e DMM, conxtituée en Corps de Montagne, a combattu sans relâche sous les orders du chef d’escadrons DODELIER en maintenant toujours le contact, forçant les resistances successives d’un adversaire particulièrement tenace. Après s’être ouvert la route de Lénola, a participé à la conquête de Vallecorsa et au nettoyage des vallées de Rio Casale et d’Amaseno; puis luttant côte à côte avec l’infanterie, a permis le debouché dans la plaine de Rome en s’emparant de Caarpineto et de Montelanico.

A ainsi au prix de durs sacrifices en personnel et en materiel, infligé de Lourdes pertes à l’ennemi et contribué pour une large part aux succès des troupes françaises en Italie.

Sainseaux rembarque à Naples en septembre 1944 avec son régiment pour la campagne de France. Le 4°RSM y participera activement jusqu’au 2 mai 1945.

PLUS TARD APRÈS L'INDOCHINE, EN 1955, LE 2eRSM REVIENDRA À MARRAKECH SOUS LE COMMANDEMENT DU COLONEL BLONDEAU

Certif 2è RSM 2 

Merci à Christian M. pour cette carte imprimée par C. Hébréard et signée du Lt Cl Blondeau

UN SITE INTERNET PRÉSENTE CETTE ÉPOQUE OÙ LA CAVALERIE S'EST ENCORE PLUS MÉCANISÉE: SPAHIS 55-58 

MERCI À CLAUDE POUR CES SOUVENIRS DES SPAHIS DE MARRAKECH. NOUS INVITONS LES PERSONNES QUI EN AURAIENT D'AUTRES À LES PARTAGER SUR CE BLOG EN AJOUTANT DES COMMENTAIRES OU EN ENVOYANT DES PHOTOS.

MERCI AUSSI À CELLES ET CEUX QUI POURRAIENT RÉPONDRE À CLAUDE SUR SA RECHERCHE DE LA MAISON OÙ ELLE A HABITÉ AU CAMP DES GRENADIERS ET SUR SES PETITES CAMARADES DE SON QUARTIER ET DE NDA.

MERCI À TOUS CEUX QUI AIMERAIENT SALUER L'INITIATIVE DE CLAUDE ET HONORER LE SOUVENIR DES SPAHIS MAROCAINS DE MARRAKECH.

DSC00512

Ci-dessus une photo hommage communiquée par Jean-Louis ROY: Les Spahis aux Invalides en avril 2011.