? ? ? que se passe-t-il sur le blog de Mimi ? ? ? Marrakechetnous ?  ?  ?

LE MOIS D'AOÛT S' ÉTIRE ET APPORTE SON FLOT DE NOUVELLES ET DE SOUVENIRS

ELSA NAGEL NOUS ENVOIE DEUX PHOTOS RÉCENTES DE LA VILLE ROUGE

Parcmètre_1 Les Parcmètres sont arrivés à Marrakech

"Me voilà de retour à Strasbourg après quelques semaines passées à Marrakech... Toujours une pure émotion que de descendre la passerelle de l'avion dans cette chaleur ronde et chaude (rien à voir avec ce soleil qui pique en France) ! 40°C tout de même, mais cet été, il a fait moins chaud que les étés précédents ; Allah est bienveillant pour tous ceux qui faisaient et font le Ramadan. Bonheur intact que de traverser la médina et ses souks qui donnent envie de tout acheter, de s'enivrer de toutes ces odeurs qui se heurtent détestables et délicates, écœurantes et délicieuses mais toujours en harmonie finalement! Le chaos organisé, la nonchalance et le sourire des Marrakchis, l'Argana arraché en son sein qui rappelle l'éphémère de toute cette beauté et de toute cette gentillesse. Pauvre Marrakech fragilisée ! Heureusement, les touristes qui manquaient cruellement en ce début d'été ont enfin afflué au mois d'août. Cependant, s'il faut se réjouir que Marrakech préserve son caractère authentique tandis qu'elle se développe à tout va et qu' économiquement parlant cela crée des emplois, je regrette toutefois l'installation des parcmètres... J'ai cru halluciner en les voyant ! Et un sabot jaune est en place pour punir le
contrevenant... Que vont devenir ces petits vieux et les plus jeunes qui gagnaient quelques dirhams en gardant les voitures de telle façon qu'ils n'étaient pas obligés de mendier ? Il paraît que c'est pour limiter la corruption ! Affaire à suivre...
A très bientôt en espèrant pouvoir vous donner bientôt de bonnes nouvelles concernant l'édition de mon livre. Ci-joint, deux photos, l'une prise Boulevard Mohammed V (à hauteur de la librairie Chatr) et l'autre qui fera pleurer les anciens marrakchis qui regrettent leur marché, aujourd'hui devenu un terrain en pleine construction."

Parcmètre 2
Merci à Elsa pour ses photos et ses infos qui nous parlent de ce qui change dans la Ville rouge, nous lui souhaitons une rapide édition de son livre avant les fetes de fin d'année.

NOTRE AMI AZOR S'EST DÉCOUVERT UN VOISIN OENOLOGUE...

"Je viens faire la connaissance de mon voisin d'en face,.. on se disait souvent bonjour de loin, et on s'est parlé il y a quelques jours,.. il est l’œnologue de Zniber, le plus gros producteur des vins au Maroc. Il m'a donc fait visiter les caves de Château Roslane."

MERCI À AZOR DE NOUS FAIRE PROFITER DE SA VISITE PAR DES IMAGES

Château Ghoslane-Meknès 002 

Le chateau Roslane utilise les méthodes des éleveurs de vignobles français et rivalise avec les meilleurs. Par exemple il s'approvisionne en futs de bois de chene auprès de la Société de tonnellerie Seguin Moreau, dont le siège est à Cognac et qui dispose d'une unité de production ultra moderne à Chagny en Bourgogne. Cette société a mis au point un "nez électronique" capable de valider le profil aromatique d'une barrique. Monicana pourra nous en dire plus.

Château Ghoslane-Meknès 003 cliquer sur la vignette pour voir la qualité du chêne

ILS SE DISAIENT BONJOUR DE LOIN...

Château Ghoslane-Meknès 007

Les soins apportés aux vignes  de Chateau Roslane sont exemplaires

Château Ghoslane-Meknès 021 

Le nombre de grappes par cep est limité, pas besoin de déherbants chimiques ou de machines à vendanger brutales, tout se fait à la main.

Château Ghoslane-Meknès 017

.. et le succès gustatif et économique des crus des Celliers de Meknes se traduit par l'opulance de ses installations..

Château Ghoslane-Meknès 019

MERCI À AZOR POUR CETTE VISITE INSTRUCTIVE QUI NOUS FAIT SORTIR DE MARRAKECH

Sur les 400 000 litres produits chaque année au Maroc un quart est exporté en vrac en France. Mais tout le reste ou presque est consommé au Maroc et pas seulement par les touristes. Il suffit d'aller voir les supermarchés comme Marjane ou Label Vie; la visite de leurs rayons séparés pour les vins est édifiante. Selon un vieil arrêté du 17 juillet 1967, les boissons alcoolisées ne peuvent être vendues qu'aux non-musulmans. Le secteur du vin emploie plus de 10 000 personnes et génère un chiffre d'affaires d'environ 100 milliards d'euros dont l'état en récupère le 1/5 en taxes diverses.

QUI VA AIDER ELIANE ACOCA À RETROUVER SES AMIES  ?

"En 1964 , j'étais au bac sciences-ex au Lycée Victor Hugo à Marrakech. Pourtant je ne reconnais ni les noms ni les visages. Aidez-moi à me souvenir, J'avais Annick Chauveau comme amie,j'étais timide et effacée. J'étais aussi pensionnaire et originaire de Safi. Merci,"

ÉLIANE SE RECONNAITRAIT-ELLE SUR CETTE AUTRE PHOTO DE 5E II AU LYCÉE MANGIN ?

 

classe_5_II___n3_

 Professeur M. CLERC fils

Rang du haut: X, X, Danielle ORTUSA, X, X, X, X, Claude SANDILLON, X, E. ACOCA, Françoise BONIFACE;

Rang du milieu: X, X, X, X, X, Marie Odile MAHINC, X, X, X;

Rang assis: X, X, X, X, X, X, d'ADEMAR, X, BEILLARD, X, Anne de LAFONTAINE, X.

Merci de compléter noms et prénoms dans les commentaires.

 

MUSTAPHA AMALOU "un chic type" S'EN EST ALLÉ..

M_Amalou Mustapha_Amalou

Mustapha Amalou à St-Gaudens en 2010, entre Roger Beau et Adrien Tillet et à Vénerque en 2011

Roger Beau et Azor nous font part de l'Adieu de Mustapha Amalou.

Azor "je me permet d'annoncer le décès d'un monsieur que moi personnellement j'avais au Lycée Hassan II en 1962 comme surveillant général. Il s'appelait AMALOU. Petit de taille, lunettes blanches, il habitait dans l'immeuble du lycée où ont habités nos profs (Mme Filippi, Mr. Beyrris, et bien d'autres°; Il est décédé en France chez sa fille et sa femme, une BICHARA, famille connue à Marrakech."

Roger:  Mustapha a été surveillant général du lycée Hassan II. Il était pour moi plus qu'un ami que je connaissais depuis plus de 70 ans. Il était Kabyle-Algérien, fin lettré et conteur inénarrable. Le surgé n'est généralement pas le grand ami des élèves, et cependant c'était vraiment un chic type." 

LE BLOG ADRESSE SES CONDOLÉANCES À SA FAMILLE ET SA SYMPATHIE À SES AMIS.

LILIANE POURSUIT SA RECHERCHE DES CIRCONSTANCES DE LA MORT DE SON FRÈRE RENÉ MIGOT Sous brigadier de police, agé de 30 ans, le 15 AOUT 1953 place du Méchouar de MARRAKECH. 

André HARDY, chefs des controleurs civils de la région de Marrakech à l'époque, dans son livre, Sidi EL HAKEM, pp 162-3, témoigne: "Le seul accident grave, à ma connaissnce, fut l'assassinat dans le Méchouar de Marrakech de deux malheureux agents de police, Coumob (sic. lire Roger Coulon) et Migot, qui s'étaient laissés "engluer" dans la foule et furent mis à mal par un petit parti de voyous. Mais aucune manifestation n'eut lieu en faveur du Sultan déchu, aucun de ses serviteurs ne parut déterminé à lui faire un rempart de son corps, si besoin en eut été."

Qui apportera d'autres témoignages ou articles de presse de l'époque pour Liliane et son fils ?

SI MAMMERI, UN ARTISTE ALGÉRIEN, QUI A AIMÉ MARRAKECH OÙ IL EST RESTÉ 20 ANS

"En octobre 1916, un désir de voyager se fit sentir en moi. Je pris le chemin du Maroc, pays inconnu alors, pays mystérieux par excellence, pays de rêves et de beautés. Je ne fus pas déçu. Je me remis ardemment au travail et pris part à une exposition de peintures organisée par la Résidence de Rabat au Pavillon de Marsan à Paris, en y faisant figurer deux petits paysages de Fez. Ils plurent beaucoup et furent acquis par l’État pour le musée du Luxembourg. Pouvais-je espérer ce succès ? J’étais dans la joie. Le maréchal Lyautey, qui avait remarqué mes premiers tableaux à Rabat, s’intéressa lui-même à mes travaux et m’encouragea généreusement. Ma première exposition se fit à Paris sous son haut patronage.
 C’est ainsi que se fit ma carrière marocaine et, en 1928, M. Ricard, chef du service des Arts Indigènes, me confia une inspection des Arts Marocains à Marrakech ».

Il y restera jusqu'à sa retraite en 1948. Ses réalisations de ce temps-là ne se comptent pas. Il passe son temps à organiser le Musée Dar Si Said où il habite à Marrakech, ainsi que des Musées locaux à Mogador, Safi, Ouarzazate.

Son expérience de professeur de dessin le conduisit à faire la connaissance du corps enseignant marrakchi et beaucoup d'autres personnes. C'est ainsi que madame Milhau, professeur de lettres au lycée Mangin voulu conserver une de ses oeuvres marrakchie, une encre de chine. Merci à Jean-Jacques, son fils de nous la faire partager

©Si Mammeri

Dans le coin à droite sous le siège, il est possible de distinguer la signature de l'artiste. 

SI AZOUAOU MAMMERI EST DÉCÉDÉ LE 17 SEPTEMBRE 1954 APRÈS UNE ATTAQUE QUI L'A SURPRIS LE PINCEAU À LA MAIN.

JEAN-MARC BERGER NOUS OFFRE UNE PHOTO D'ETHNOLOGUE DE 1965

IL EN POSSÈDE DE NOMBREUSES DANS SA COLLECTION PERSONNELLE

Tétée Ait Brahim-Plateau des Lacs 1965

" Un apperçu: deux femmes de la tribu des Ait Brahim se déplaçant sur le plateau des Lacs Isli et Tlimsit, vers Imilchil en 1965 !

Document très rare dans le monde Musulman: La Tétée d'une Berbere allaitant son Bébé et découvrant son sein ! devant l'objectif du photographe.. Les capes sont typiques de cette tribu,et leur coiffure en cone indique que ce sont des femmes mariées !

Toutes mes photos proviennent de cartes postales anciennes de ma collection ainsi que celles de livres anciens sur le Maroc qui sont aussi ma collection  personnelle ! Patrimoine qui doit etre réstitué !"

LES MARRAKCH'AMIS AURONT À COEUR DE REMERCIER CELLES ET CEUX QUI CONTIBUENT A ENTRETENIR LE SOUVENIR DE LA VILLE DE MARRAKECH ET DE SOUTENIR CEUX QUI ONT BESOIN D'AIDE