LES PARAS AUSSI ONT VÉCU À MARRAKECH !

Brevet_para  

 Brevet Parachutiste dont la définition résume la mystique des soldats  du ciel:

Le parachute te porte, les ailes du grand saint Michel te protègent, l'étoile te guide, les lauriers te rappellent la gloire des anciens, la couronne de chêne la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes

GRÂCE À C. MEILLANT NOUS POUVONS OUVRIR UNE PAGE POUR EUX ET POUR TOUS CEUX QUI SE SOUVIENNENT D'EUX.
"Pour ma part j'ai fait six ans chez les Paras colo, classe à Mont-de-Marsan, brevet para à Pau (106 205 ), stage commando à Bayonne, 2ème BPC puis 6ème RPC à Marrakech. Je suis arrivé au mois d'avril 1955 au 2ème BPC. Le 1er Aout 1955 il est devenu le 6ème RPC. Je suis resté au 6 jusqu'en fèvrier 57 ensuite je suis parti en A E F Brazzaville ce qui m'a permis de voir le Cameroun, le Tchad, l'Oubangui Chari (centre Afrique ) et le Congo. Il y a eu de bons moments mais de fichus quarts d'heure. On avait vingt ans !"

brigade_paras_colos  Béret_Amarante   ancre_or  

A gauche la Chimère, insigne de l'épaule droite; au centre le béret amarante et à droite l'insigne para de bérêt des Troupes de Marine.

Devise de la première demi Brigade coloniale de commandos parachutistes (citadelle de Bayonne ) dans les années 50 : QUI OSE GAGNE

Devise du 6ème R P C qui dépend de la Demi Brigade : CROIRE ET OSER  

C. MEILLANT a découvert le blog et l'a enrichi de ses commentaires, "paramicalement", il nous envoie des documents et partage avec les anciens plusieurs photos souvenirs de ces années 1955-57 à Marrakech en mémoire des paras de Marrakech.

P1010100 

General_Gilles17   P1010099

Le commandant Victor CHAUDRUT du 2e BPC recevant le fanion et les traditions du célèbre 6e BCCP d'Extreme Orient (créé en 1948) des mains du Général GILLES le 1er aout 1955 à Marrakech.

 

Victor Jean Chaudrut né en août 1914 à Coutras en Gironde. Saint-Cyrien de la promotion «Soldat Inconnu» (1936-1938) est en 1940 à la tête du Corps Franc du 57e RI. Avec deux palmes sur la croix de guerre, il est le lieutenant le plus décoré de l'armée française. Il est fait prisonnier et enfermé dans la forteresse de Colditz. il perce un tunnel avec d'autres prisonniers. Après 1949 il intègre la Demi-brigade des parachutistes coloniaux. Il sera d'abord chef de corps au 10e BPCP en Indochine en 1953, puis du 2e BPC à Marrakech (1954-1955) et quand le bataillon deviendra un régiment, le 6e RPC,  sous les ordres du Lieutenant-Colonel Romain Desfossés, il deviendra Chef de corps du 4e BCCP à Dakar (1956-1958) pour le transformer en 7e RPC. Il rejoint le 8e RPIMa le mois de ses 46 ans pour le tirer avc succès d'une situation compromise. Commandeur de la Légion d'Honneur en 1994.

Fanion_6eRPC
Le fanion du 6e RPC et sa garde. Au dernier plan, les collines du Guéliz.

Le général Gilles décide de créer à Marrakech un bataillon Para celui ci sera mixte africain et européen

Au mois de mai 1954 est formé à Bayonne le 2em BPC sous le commandement du commandant Chaudrut, deux compagnies partent pour l’Indochine en octobre 1954 sous les ordres du Capitaine de Fossarieu . Le reste du Bataillon part pour le Maroc en décembre 1954. A son passage à Casablanca il récupère les éléments du 4em Bataillon du 6em RTS et va ensuite s’installer au camp Mangin à Marrakech , lieu dit le Guéliz situé près du quartier Européen

Il est mis à la disposition du Général commandant supérieur au Maroc

Au moi d’août la 1er compagnie saute à Khénifra en maintien de l’ordre, le s/lieutenant LeCann est mortellement blessé, il y a plusieurs blessés parmi les paras. Au retour cette compagnie qui fait mouvement par route sur Marrakech retrouve et récupère le corps du Général Duval décédé dans un accident d’avion (le 22 aout 1955) et le dépose à Kasba tadla ( si mes souvenirs sont bons )

En septembre le 6 effectue plusieurs interventions en médina de Marrakech

En novembre le 6ème RPC fait mouvement sur Casablanca. Après un court séjour il est envoyé pour environ deux mois dans le Rif en effectif complet ou en commando

Boured : marche de nuit départ vers minuit arrivé vers 9h1/2  sur le fort de Bouzineb ou les tirs d’artillerie avaient fait leurs œuvres. Trois prisonniers sont faits par un caporal-chef et le para Vales de la 2em compagnie, récupération de fusils et des cartouches

 Dans les jours qui suivent le 6 mène des opérations de bouclages et de ratissages le long de la frontière espagnole. De nuit, suite à une erreur  d’un guide local, la première compagnie qui devait se placer le long de la frontière se trouva prés d’un poste de garde espagnol après un échange de tir il y eu un mort chez les paras le parachutiste Kouakou. La compagnie est arrêtée, elle sera rendue à sa destination un ou deux jours plu tard, avec armes et bagages.

Pour éviter de possibles infiltrations des patrouilles sont effectuées dans la zone d’El-Khemis. 6 ou 7 novembre le 6àme RPC s’installe dans la région d’El khemis ou les rebelles mènent une activité sérieuse. La nuit suivante la 3em compagnie subit des tirs de groupes rebelles, les paras ripostent sérieusement il y eu quelques morts côté rebelles.

Au mois de décembre, le 6 fait des escortes, monte des embuscades, des patrouilles. Les rebelles tâtent les réactions des paras par des accrochages plus ou moins violents. Dans un de ces combats le sergent Lafont est tué . Le 21 novembre en fin de matinée un groupe de rebelles est intercepté alors qu’il profite de la chaleur pour passer la frontière coté espagnol.

Le 11 décembre, le commando du s/chef Archambaud est attaqué en pleine nuit par un groupe de 15 a 20 rebelles qui s’est enfui après des échanges de coups de feu. C’est dans le Rif que nous avons apprit à dormir et crapahuter dans la neige.

Début janvier le 6 a  quitté le Rif pour Fès par la route, puis nous avons embarqué dans le train direction Marrakech Le train s'est arrêté en route pour soigner les blessés suite à l’explosion d’une grenade dans un wagon.

Février ou mars 1956, le 6 est envoyé par route sur Meknès, Rabat ,Fez, Oujda un commandant de régiment a été kidnappé. il est rendu sain et sauf. Du 20 au 27 avril le 6 séjourne à Berguent ou il remplie diverses missions sur la frontière. il rejoint Oujda le 28 . En mai et juin on voit le 6 un peu partout Marnia (Algérie) Oujda, Rabat, retour Oujda d’ou l’on repart pour Djérada, Guefait , Debdou ,Taourirt puis retour a Marrakech.

Au mois de juillet des troubles se produisent du coté  d’Agadir, des postes militaire du sud sont harcelés le général demande l’intervention du 6ème RPC. Le capitaine Feat et sa compagnie ( la 3eme ) sautent en parachute sur Foum-el-hassan. Les conditions étant difficiles il y eu quelques blessés à l’atterrissage. La 4eme compagnie du capitaine Levy s’installe dans la palmeraie d’icht

L’année 56 a vu le décès du s/lieutenant Le Nabour

Fin octobre le 6 rentre à Marrakech et n’ayant plus a intervenir sur le sol Marocain se prépare pour de nouvelles aventures: marches, tirs, exercices de combat.

Le 10 juillet le 6ème RPC quitte Marrakech pour Chréa en Algérie.

Deux officiers tués : le s/lieutenant Lecann en 55 et le s/lieutenant Le Nabour en 56

Deux sous officiers tués dont le sergent Lafont

Quatre marsouins para tués

Quinze à vingt blessés par balle irrécupérables pour le régiment     

DC_Thami_El_Glaoui23janvier56 

Enterrement de Thami El Glaoui, Pacha de Marrakech le 23 janvier 1956. Les paras du 6, postés sur les terrasses des toits, appuient le service d'ordre. Photo Roger Beau.

 

Défilé

Défilé au R.T.M. Marrakech

relevé dans un journal de Marrakech

GRANDE PARADE CHEZ LES PARAS

Samedi à 15h 30

              C’était une grande parade chez nos parachutistes .               

Ils étaient inspectés pour la première fois par le Général Bazillon, nouveau chef de la Région et commandant de la Division de Marrakech

Mais la cérémonie qui se déroulait à terre avait été un mouvement de curiosité dans les cieux. Les vieux guerriers du paradis étaient accourus et, par les hublots de l’azur, ils contemplaient les paras. Le grenadier Flambeau et les vieux briscards de la guerre de septante s’étonnaient de l’allure nouvelle de la plus moderne des troupes, si peu semblable à celles qui portèrent jadis bonnet à poil et culotte rouge.

CHEVALIERS MODERNES

Les parachutistes avaient les yeux tournés vers leur chef ,qui de la voix et du geste les animait comme un chef d’orchestre le commandant Chaudrut ,un athlète éclatant de jeunesse, en tenue de combat, c’est à dire vêtu d’une combinaison couleur de mousse et de feuille morte, les manches haut retroussées, le poignard à la ceinture.

Tous ces guerriers sont pareillement équipés. Seul l’armement diffère, mais les regards ont la même flamme, la même hardiesse, la même énergie. Et quel défilé, sans musique, des sections et des compagnies, au seul martèlement cadencé des hauts brodequins de saut.

Le Général les regardait défiler avec l’allégresse d’un chef heureux de constater une perfection. Il se tenait au garde-à-vous et rendait le salut aux chefs. 

Un seul luxe, chez ses jeunes paras français ou sénégalais: les poitrines constellées de décorations, Légion d’Honneur, Médaille Militaire, Croix de Guerre, Médaille des blessés, ramenées principalement d’Indochine.

Marrakech a le droit d’être fier de ses chevaliers de l’air au béret amarante.

 

Koutoubia_para

À proximité de la Koutoubia le Camp Simon, et Dar Baroud.

2em B P C Insigne_du_6e_RPC

À gauche l'insigne du 2e BPC, à droite celui du 6e RPC. Avant la mutation du 2e BPC en 6e RPC le 1er aout 1955 est paru sur la Revue Allo Ancre, ici Dragon de la première Demi-Brigade coloniale de commando Parachutiste, un article de présentation du 2e BPC à Marrakech, devise: À LA MORT, À LA VIE. Nous remercions C. Meillant de nous l'avoir fait connaître pour le reproduire ci-dessous. 

ICI: 2ème B.P.C. (Maroc)

ARRIVÉES

Le Capitaine COSSART, prenant le commandement de la 1ère Compagnie.

Le Capitaine ANROCHTE promu aux fonctions de commandant de le 2ème Compagnie

Le Lieutenant REEB, affecté à la 2ème Compagnie,

Le Sous-Lieutenant MIRCHER, affecté à la 3ème Compagnie

 À signaller aussi l’arrivée de deux importants renforts, l’un d’Européens venant de Bayonne, l’autre d’Africains venant de Dakar.

Avec cet apport nouveau, le 2ème BPC est au complet. Le quartier Mangin prévu pour loger 350 hommes, en absorbe actuellement 650.; chacun sait que le parachutiste est matière compressible. Un certain chef de service auto nous l’avait démontré en aout 1954 alors que la 2ème BPC avait nom de 6ème BPC . Il se prepare actuellement pour se couvrir de gloire sur les T.O.E.

ENCADREMENT DU BATAILLON

Pour ceux qui veulent des noms:

Au P.C. : Commandant CHAUDRUT, Capitaine FLORENTIN, Capitaine FAUR, dernier survivant du 4/6ème RTS et qui, entre autres fonctions, est chargé tout spécialement du cinema et des cimetières de la garnison; Lieutenant LE CANN, chargé des plaisirs (Foyer et BMC) . Lieutenant COLEABAN, maître de la logistique, Lieutenant ROGUES chargé des transmissions et de la mobilisation. 

CCS: Capitaine LEVAVASSEUR, Lieutenant MALEVILLE (ordinaire et casernement), Lieutenant JAVELAUD (instruction para), Lieutenant RUTILI (payeur), Capitaine GUICHARDIÈRE (médecin)

1ère Compagnie: Capitaine COSSART,  Lieutenant REMAUD et Lieutenant GUILBAUD, officier des sports à ses moments perdus.

2ème Compagnie: Lieutenant FOURNIER, Lieutenant REEB, Lieutenant JACQUEMIN.

3ème Compagnie: Capitaine ANROCHTE, Lieutenant LIPPI-RENUCCI, Sous Lieutenants GARCHER et MIRCHER.

C.A. créée le 1er juin: le lieutenant GORE, secondé par l’Adjudant-Chef LEPAUT.

SÉJOURS HORS GARNISON

Le Bataillon a effectué ses manoeuvres de printemps aux Aït Ourir, petit village situé à 40 kms au sud de Marrakech au pied de l’Atlas. Le bivouac coquettement installé par le Capitaine FAUR dans un bois d’Eucalyptus fut l’objet de visites innombrables de la part des épouses curieuses, et de nombreux généraux non moins curieux. Un repas de corps, divinement preparé par le Sous-Lieutenant GARCET et, toujours élégant popotier et quelques exercices d’ensemble effectués par les goumiers de l’Atlas et les légionnaires d’Agadir, ont permis de nouer des liens solides entre les paras et ces unites considérées d’élite.

Les grandes manoeuvres du Maroc sont annoncées. La participation du Bataillon se fera sous la forme d’un commando de “moustachus” actionné par l’Adjudant-Chef BUISSON. On leur promet de grandes émotions, circulation en Buick, en civil, et avec de jolies femmes. Tout à fait style “espionage international”.

Une mission plus normale sera donnée au commando du Sous-Lieutenant GARCET. Parachutage de nuit chez l’ennemi et enlèvement du grand chef adverse, mais chut, secret 

ACTIVITÉS INTÉRIEURES

À part ces moments, courts, d’émotions violentes, la vie de la garnison reprend ses droits. De temps en temps une compagnie dégage pour le maintien de l’ordre à l’occasion de la venue d’un grand chef (civil)  ou de l’assassinat d’une personnalité.

Nos activités nocturnes effraient quelque peu les habitants limitrophes et les postes de garde et les officiers de permanence des corps voisins ont cru plusieurs fois à une attaque généralisée provenant de terroristes.

Le Bataillon va connaître de nouvelles recrues avec l’arrivée de six chiens de guerre venant d’Allemagne, le Sous-Lieutenant GARCET va être promu à la dignité de grand-maître des chiens. 

Le général commandant supérieur désire que nous formions au corps un peloton motocycliste et nous a attribué pour cela seize motos Terrot 500 cm3. Personne encore ne s’est permis de chevaucher ces engins, à part le sergent FORET, vaguemesre de longue date, lequel, d’ailleurs après maints essais, a jugé plus raisonnable de faire l’achat d’une Vedette (d’occasion) pour le transport du courrier.

ACTIVITÉS AÉROPORTÉES

Elles sont réduites. Nous sommes loin hélas, de bénéficier du stric élémentaire quotidien donné à nos camarades du 1er B.P.C. Nos 15heures de vol mensuelles nous permettent quand même de breveter 15 Africains par mois et ces néo-parachutistes se comportent tout aussi bien que leurs amis brevetés de Pau ou Dakar.

ACTIVITÉS SPORTIVES

Depuis le mois de janvier, les résultats ont été obtenus (dans l’ordre chronologique) aux divers championnats de la division de Marrakech.

Cross-country: 2ème BPC, huitième sur 10 équipes 

Volley-ball: 2ème BPC bat le 640ème RA et remporte la coupe 

Foot-ball: 2ème RT bat le 2ème BPC

Sports collectifs: 2ème BPC classé 3ème sur 5 équipes engagées. Demi-finale du championnat du Maroc de Basket: 6ème RTS bat le 2ème BPC.

Coupe d’hiver de natation: Lieutenant GORE se classe 2ème sur 6 concurrents (brasse). Le 2ème BPC se classe 1er de la Division au Tir de précision.

Pentathlon militaire: l’équipe du 2ème BPC entraînée par le Lieutenant GUILBAUD et le Sergent NICOLAS est championne de la Division.

Une nette amélioration a été constatée depuis notre arrivée à Marrakech et sous l’impulsion active de l’Adjudant LE MOULLEC nos équipes ont à coeur de gagner la seule place qui leur convient: la première.

ACTIVITÉS DE MONTAGNE

Le centre d’instruction montagne de l’Oukaïmeden, situé à 80 kms au sud de Marrakech, à 2600mètres d’altitude, reçoit une section du régiment par mois. Les européens de la 3ème Compagnie ont inauguré les sorties en altitude et la section du Lieutenant LIPPI-RENUCCI a eu l’honneur de camper au sommet du Toubkal (4125 mètres). L’expérience a été tentée avec les Africains et il est constaté qu’ils grimpent tout aussi bien que les blancs, du moins en été.

INDISCRÉTIONS

Question posée à un candidat européen au C.A.T.2. Quels genres de Nord connaissez-vous ? Réponse: Le Nord géographique, le Nord magnétique et le Nord Atlas.

En ville !

Bar_ToutVaBien3

Bouquet, Meillant et Charpentier consomment... au Bar Tout va Bien

janv 

Le Bar Tout Va Bien en 2011 est devenu le Star Food @Photo Roch Polidori

Felix

Chez FELIX, le 15 aout 1956

Piscine

Trois paras à la piscine de Marrakech. A gauche C. MEILLANT

 CASA

A Casablanca, au retour d'une perm en France. C. Meillant à droite

Junker

Entraînement de sortie d'avion sur un Junker

Pliage_de_Parachute LaFeniere

A gauche, pliage sommaire après le saut, à droite une étape sur la route entre Marrakech et Casa.

embarquement d'un stick_DC3

Embarquement d'un stick sur DC3

Paras_0649 

 Après l'entraînement,.. le saut...

Rif

La recherche du contact dans le RIF

BouZineb

Vuchner et Meillant au Fort de Bouzineb dans le Rif

legionnaire 

Palmeraie de Icht, sud Maroc: Antoine Colle ( ancien de la Légion ) en tenue Méhari; un Para s'adapte à tout.

Sc_Leroy

Section du Sergent-Chef LEROY à l'époque du 2e BPC

En haut: Robert Tino-Tavioleri, X, X, X, Grenier, Le Pennec,

Au milieu: X, X, X, X, X, X, X,

Devant: X, Goumenen, X, Bonnenfant, X,

Photo prise par Boulanger
 

Merci à C. MEILLANT pour ces évocations d'un passé riche en intensité. Les Marrakch'amis lui sont reconnaissants pour ces souvenirs qu'il partage avec nous. Nous lui souhaitons une retraite heureuse en espérant que d'autres paras chercheront à renouer le contact.

QUI SE SOUVIENT DU LIEU OÙ LES PARAS ÉTAIENT CANTONNÉS ? AU CAMP MANGIN OU À DAR BAROUD (CAMP SIMON) ? 
Quelques noms de paras:
Du temps du 2e BPC: Sergent VIDAL (2e Cie) et dans la 3eCie les paras: Lucien JACQUIN, Remy KREBS, André LUGUET, Hervé LUCAS, ROMAROSON, Salmon AROMAITAI, Teiho ERITA ainsi qu'en 1955 les paras PELOUX, VUCHNER (un alsacien), Claude MEILLANT et bien d'autres..
Devenu 6e RPC le 1er aout 1955: Lieutenant GARCET,3eCie: Cap/chef FRICK, Paras: Benjamin BALL, Bernard BEUGRÉ N'DRISS, FILLION, Dali KOUASSI, Albert PALLE, Jean PETELY, Benjamin ZAMA BALO. Guy BOULANGER (54-58), VUCHNER, PELOUX, Claude MEILLANT.  

UN PARA SE FAIT CONNAÎTRE SUR LE BLOG ET COMPLETE LA LISTE. Jacques DELEVINGNE N° brevet 112634, 31.12.1955 Marrakech.: "Vive internet... Je me souviens très bien des noms. J'ai été affecté à la CCS du capitaine ANROCHTE, ensuite au Garage, adjudant-chef EGENSPERGER... Bien connu Guy BROHANT et celui que nous surnommions Le Turc, il y avait aussi Guy LHOPITAUX, LIGNAN de Rabat; LOUGARRE, dont les parents avaient un resto à Oujda, et bien d'autres si la mémoire enfouie me revient...

Sergent ALIKOFF, instructeur de saut.
Paramicalement et le plaisir d'avoir des nouvelles." J.D

Jacques 1955011 

Jacques à Marrakech en 1955

La garde du Fanion du 6

garde du fanion du 6em RPC ouverture du parachute 

Ouverture de parachutes, 

sortie_avion

Sorties d'avion

re sortie d'avion sortie d'avion 2

APRÈS LE DÉPART DU 6eRPC, LE 10 JUILLET 1957 IL N'Y EUT PAS D'AUTRES PARAS AU BÉRÊT AMARANTE À MARRAKECH.

57MRKB3b19

© Photo J. Belkowiche, mars 1957; à gauche un para du 6 avec l'insigne de son brevet parachutiste, à droite un para avec son bérêt amarante à proximité du Key Club. Il y avait aussi des bérêts verts (probablement des paras de la Légion)

57MRKB3b0025

© Photo J. Belkowiche - mars 1957

Le cantonnement des parachutistes se trouvait au Camp Mangin sur la route du Cercle des Officiers. Mais les paras disposaient aussi d'un cantonnement à Camp Simon pour un petit détachement de un ou deux commandos, tout près de la Koutoubia. Ce Camp Simon est devenu aujourd'hui l'Université Mohamed V.

L'attrait du parachutisme à Marrakech existait aussi ailleurs:

La PM parachutiste en 1955 avec le sergent Victor: http://mangin2marrakech.canalblog.com/archives/2009/11/10/15628621.html

Quand le Père Noël arrivait en parachute sur la Base 707: http://mangin2marrakech.canalblog.com/archives/2010/10/30/19183410.html

Quand madame Borman au début du Lycée Victor Hugo s'adonnait à ce sport http://mangin2marrakech.canalblog.com/archives/2010/10/30/19183410.html

Prochainement d'autres pages sur le 2e RTM à Marrakech avec Yves LEFEBVRE, le Chkoun Ana de Huguette ORIA-MORSA, les Écoles de l"Alliance Israélites par Joseph DADIA, les Parures des femmes berbères avec Jean-Marc BERGER, l'Équipe de Foot-ball du SAM avec Michel LOPEZ et d'autres surprises...

VOIR AUSSI LES PHOTOS DE GUY BOULANGER LE 4 NOVEMBRE