UN PHOTOGRAPHE DU DÉBUT DU PROTECTORAT EXPOSE SES PREMIÈRES PHOTOS SUR MARRAKECH EN CARTES POSTALES

 © Cette présentation du photographe de Marrakech Ernest Désiré MICHEL et de son oeuvre est originale, elle ne peut être reproduite, même en partie sans l'autorisation de l'auteur et la mention de Mangin@Marrakech à la date du 16 octobre 2013.

Ernest-Michel

La première collection de photographies sur Marrakech éditée en cartes postales par Ernest MICHEL est domiciliée à Berrechid. Ernest MICHEL ne se contente pas d'éditer des cartes postales, il les vend au détail et pour cela installe son commerce au plus près de l'armée. Les soldats de tous grades sont les plus grands consomateurs de ce mode de correspondance et de ces images-souvenirs. La plupart des autres photographes sont domiciliés à Casablanca; Ernest MICHEL s'installe à Berrechid près des campements militaires. A l'origine Ernest MICHEL n'était pas photographe mais passionné de nouvelles technologies.

Ernest MICHEL se déplace depuis Berrechid pour photographier Marrakech. Il le fait à une période sensible et agitée ( fin 1911 - début  1912), qui précède l'occupation de Marrakech au mois de juillet-aout 1912 par El Hiba et ses Hommes en bleu venus du désert. Il arrive à Marrakech en même temps que le photographe Félix, lequel s'était fixé à Mazagan plutôt qu'à Berrechid pendant la période d'occupation par El Hiba.

La première collection éditée à Berrechid sera partiellement rééditée quelques mois plus tard et mêlée à des clichés pris ultérieurement pour constituer la première collection de Marrakech. Les deux collections initiales avec des cartes numérotées de 1 à 24 ont pour titre "Maroc. - Marrakech."  avec une exception pour la vue n°3 qui porte seulement "Marrakech". Les premières cartes postales indiquent: Cliché réservé E. MICHEL Ber Rechid, puis  E. MICHEL Marrakech (Reproduction interdite). En effet Ernest MICHEL s'établit à Marrakech fin 1912 et domicilie officiellement son entreprise à Marrakech en janvier 1913.

Les premières photographies éditées à Berrechid sont proposées à la vente en mai 1912.

Ernest MICHEL venu au Maroc en 1908 a fait l'acquisition, probablement en 1911, d'un appareil à soufflet performant et léger pour l'époque, fabriqué par LB (Lacour Berthiot) célèbre pour la qualité de ses optiques. 

LB  Lacour-Berthiot-catalogue L'appareil ne va pas sans les conseils d'utilisation.

Les cinq premiers clichés de la série éditée à Berrechid sont pris depuis les toits du Mellah de Marrakech ou du haut de la montagne d'ordures qui le dominait. Photographe est un métier dangereux à Marrakech avant l'entrée du Colonel Mangin dans la ville le 9 septembre 1912. La plupart des marocains à l'époque refusent d'être photographiés et s'insurgent contre les photographes.

0588 + 1 1 - Vue prise de la Montagne d'Ordures - Au fond le Dar-Makzen. Cette photographie est remarquable, elle est aussi nette pour les maisons du premier plan que pour les murailles du palais à l'horizon.

0567,7 + 2 Maroc MARRAKECH vue prise de la Montagne d'ordures du Mehla Michel 2 - Vue prise de la Montagne d'ordures du Mehla. Avant le Protectorat, il était interdit aux habitants du mellah de sortir leurs ordures de la ville. La seule solution était de les entasser. L'équivalent d'un terril s'élevait à l'entrée du mellah. 

0573 + 3 MARRAKECH Vue partielle de la Ville Michel 3 - Vue partielle de la ville. Cette vue a bien été éditée à Berrechid, même si le mot Maroc de la collection n'apparaît pas. Il faut la considérer de la même époque que les autres vues éditées à Berrechid.  

4-B-0572 + 4 Maroc

 4 - Vue de la ville et des principales mosquées.

0575 + 5 5 - Vue partielle, au 2eme plan les jardins et les montagnes extérieures.(Djebilets)

CP6b_Bab Khemis 02 6 - Porte "Bab-Khmich" Extérieur. Il faut lire Bab Khemis, porte du (souk) du Jeudi.

0496 + 7 7 - Porte "Bab-Khmich", Intérieur

CP8b_Koutoubia 53 8 - La Mosquée de la Koutoubia. Les photographes par prudence à cette époque évitent de prendre en photo les marocains, sinon de loin.

CP9b_Remparts 52 9 - Murs entourant le Dar Makzen. 

CP10b_Mosquée El Mansour 06 10 - Mosquée Moulaï-Iazid. 

CP11b_Place Djemaa El Fna 07 11 - Place Jemaa-el-fna. Le cliché a été pris depuis une fenêtre ou une terrasse.

CP12b_Bab Ghemat 02 12 - Porte "Bab -Ghmat". Ernest MICHEL photographie les portes de la ville, lieu habituel des voyageurs et des étrangers, il laisse un espace vide, une distance, entre son appareil et la porte.

13-A_Bab Khemis 01 13 - Route de Bab-el-Khmich. C'est probablement d'une tour ou d'une terrasse que la photographie est prise. Le marocain au premier plan ne sait pas que son image de dos est immortalisée.

CP14b_Place Djemaa El Fna 41 14 - Place Jemaa-el-Fna et la Tour de la Mosquée de la Koutoubia, hauteur 77mètres.  Comme souvent à cette époque, le photographe demande aux personnages du premier plan de consentir à rester immobiles le temps de la prise de vue, ce qui n'est pas nécessaire pour les personnages éloignés.

0330 + 15 le vieux Pont qui passe au dessus de l'Oued Tensif Michel 15 - Le vieux Pont qui passe au-dessus de l'Oued Tensift.

0595,3 + 16 Maroc Marrakech Dans les jardins extérieurs Michel 16- Dans les jardins extérieurs. Le cavalier est Ernest MICHEL, son beau frère a pris la photo.

CP17b_Oued Issil 01 17 - Ravins de l'Oued-Icil - Le Pont Tagriant. L'absence de personnages est une illustration de la difficulté du métier de photographe, obligé de choisir des sites plus ou moins désertés.

14-Michel 18 - Mosquée dans une rue de la ville. On remarque à gauche une enseigne. Il s'agit de la résidence et du commerce d'import-export de Carl FICKE, le représentant des intérêts allemands à Marrakech. Le début de la guerre de 1914 provoqua la cessation de son commerce, mais non pas la cessation de son activité subversive qu'il continua depuis les Iles Canaries.

29Deca-Michel-Ber-Porte Bab Agnaou-le courrier au dos de cette carte date de 1912 19 - Porte "Bab-Knaoa" que l'on dit avoir été transportée par les Portugais (lire Bab Agnaou). Au verso la correspondance d'Henriette.

29Deca-(Bis)-Michel-12-12-12-porte Bab-Knaou

"Mechra Ben Abbou, 12-Xbre 1912. Henriette T. L'autre jour pris le thé chez un marocain dans un gourbi accroupies sur le sol... nous étions bien droles. Quelles impressions nouvelles pour moi. Je crois tout le temps rêver en cet étrange pays où tout manque de ce que nous avons l'habitude de voir, mais où nous nous arrangeons très bien de tout. À vous H."

CP20b_Souk aux grains 01 20 - Sur le marché aux grains. Prendre une foule de si près est exceptionnel avant la venue de la Colonne Mangin le 7 septembre 1912. Il est probable que le cliché est postérieur à cette date.

CP21a_Quartier des pauvres 01 21 - Village des pauvres à l'intérieur de la ville. Ces habitations abritaient des familles venues du Sous pour profiter de la prospérité relative de Marrakech.

22-Michel 22 - Petite place Jemaa el Fna et mosquée Ksabi - Les marocains se laissent photographier plus facilement

23-A_Mosquée Ben Salah 01 23 - Place et Mosquée Ben Salah -

24-A_Derb de la médina 17 24 - Une rue au centre de la ville

A partir du numéro 25 les cartes postales d'Ernest MICHEL ne portent plus la mention de l'édition à Berrechid, mais exclusivement à Marrakech. Les premiers clichés montrent la ville de Marrakech telle qu'elle se présentait fin 1911 -début 1912. Les clichés suivant illustreront les débuts de la présence française et les honneurs rendus au Sultan Moulay Youssef à partir de septembre 1912.

La collection "Marrakech"

La collection suivante est intitulée tout simplement "Marrakech" et sera numérotée de 1 à 80, une vingtaine de vues recevront une deuxième numérotation, probablement à l'occasion d'un retirage. Puis après une interruption des numéros 81 à 100, la série reprendra au n° 101 et se poursuivra jusqu'au n° 126. Tous ces clichés ont nécessairement été pris pendant l'année 1913 et au plus tard avant la mobilisation de la guerre de 1914, car Ernest MICHEL fit partie des mobilisés et fut cantonné à Casablanca. C'est donc la ville de Marrakech dans les premiers mois de la présence française qu'Ernest MICHEL présente.

8-A-0005 + 8  8 - Les canons sur la plateforme de la Montagne du Guiliss (sic)

0664 + 22

 22 - Cour extérieure du Palais de l'Aguadal. Les soldats Sénégalais font leur lessive dans la séguia tandis que d'autres se promènent

 

21-A_Michel1916Vanniers 23 - Industrie - Les vanniers

27-A_Mechouar (palais du Sultan) 06 27 (3) - Les fidèles accompagnent le Sultan à la prière. Le Sultan Moulay Youssef séjourna à Marrakech en plusieurs occasions.

28-A_Mechouar (palais du Sultan) 17 28 - Vue générale extérieure du Palais des Sultans de l'Aguedal

33_A-Palais de la Bahia 07 33 - La Résidence - Vue d'une salle et d'un plafond du Palais de la Baïa. Lyautey avait établi les services du Protectorat dans les palais afin de protéger ce patrimoine de transformations inopportunes.

39-A_Fontaine Publique 01 39 - Voûtes abritant une prise d'eau.

CP43a_Bab Doukkala 10 43 - Porte des Doukala

CP44a_Aguedal 11 47 - Un pavillon dans l'Aguadal. Peu de photographes ont immortalisé ce pavillon.  La jeune femme habillée en clair et le petit garçon en sombre plus à droite sont la femme et le fils du photographe.

CP54a_Mechouar (palais du Sultan) 07 54 - 1 - Fêtes du Mouloud - Chevaux et Mulets des riches Marocains devant l'entrée du Palais du Sultan

CP55a_Mechouar-Aguadal (palais du Sultan) 12 55 - Le personnel civil et militaire de la télégraphie sans fil au pied du pylone dans les Jardins de l'Aguadal. Ernest MICHEL est le seul photographe à nous révéler la localisation de l'antenne.

CP56a_Hôpital militaire Maisonnave 11 56 - Intérieur du Palais des Sultans de l'Aguedal

CP60_Méchouar (prise d'arme) 19 60 - Les trois "décorés" par le Résident général pendant la grande revue. ( Probablement le 7 septembre 1913 pour le premier anniversaire de la libération de Marrakech)

CP61_Remparts 53 61 - Une tente recouvrant une des tours du mur d'enceinte. - Sous la tente le Sultan assiste à la Grande revue.

CP65a_Bab Doukkala 18 65 - Entrée en ville par la porte des Doukhala, de l'automobile du Résident général. Un an avant Lyautey, le Colonel Mangin entrait à cheval par la même porte.

CP68a_Mechouar (palais du Sultan) 18 68 - L'Aguadal - Première cour intérieure du Palais

CP73_Palmeraie 22 73 - Un coin de la Palmeraie

CP77_Palais de la Bahia 16 77 - La Résidence - Intérieur du Palais de la Baïa. (Les numéros 81 à 100 n'ont jamais existé dans cette collection d'Ernest MICHEL.)

La seconde partie de la collection "Marrakech"

CP103a_Camp Mangin & Fort 11 103 - Vue de la Montagne du Guiliz à travers la Palmeraie. Si dans les premiers mois les campements de militaires se trouvaient principalement près du palais de l'Aguedal, et dans l'oliveraie du jardin de la Ménara, très rapidement des noualas puis des baraquements furent édifiés au pieds des collines du Guéliz.

CP104_Ménara 38 104 - Le lac et le petit Palais de la Ménara.

CP105a_Dar Baroud 01 105 - Les Sénégalais au travail (Dar Baroud)

CP107a_Camp Mangin & Fort 12 107 - Le camp du Guilliz (Il deviendra plus tard Le Camp Mangin)

CP109a_Camp Mangin & Fort 23 109 - Le hangar d'aviation.  Ce premier hangar était situé au nord est des jardins de la Ménara, à l'opposé du futur emplacement de la Base aérienne.

CP111a_Camp Mangin & Fort 24 111 - Le pavillon du Cercle des Sous-officiers au milieu des jardins du Guilliz

114-Lotissement-Gueliz

 Ernest MICHEL publie sous forme de carte postale les lots numérotés de chaque terrain du nouveau quartier du Guéliz à vendre par adjudication le 5 juin 1913.

Il se fit construire une villa en achetant le lot 117. Cette villa a été transformée par ses nouveaux acquéreurs en établissement médical: la Polyclinique du Sud.

 

 

 

 

  114 - Plan de la nouvelle ville

116-Michel-juifs 116 - Les juifs sur leur terrasse à l'entrée du Résident général. 

CP119a_Koutoubia 62 119 - Camp des Sénégalais de la Koutoubia

CP124a_Dar Baroud 02 124 - Préparation de la cuisine par les femmes sénégalaises.

La guerre contre l"Allemagne est venue trop tôt pour que nous puissions profiter des talents photographiques d'Ernest MICHEL au delà de 1914. Mobilisé, il n'a pas pu poursuivre la photographie et s'est orienté ensuite vers d'autres activités professionnelles en rapport notamment avec l'hôtellerie et l'automobile. Il existe d'autres séries de photographies réalisées par Ernest MICHEL, le livre de son petit fils Claude MICHEL édité en 2003 les présente. La ville de Marrakech et les marrakchis sont reconnaissants à Ernest MICHEL d'avoir immortalisé leur patrimoine à l'époque charnière de l'instauration du Protectorat.   Michel de Mondenard

Merci à nos collectionneurs à qui nous avons emprunté les clichés qui composent cet article, merci Bazooka Joe, merci Halfaoui et merci Joseline et Jean-Marie pour les cartes n°43 et n°19 avec la correspondance d'Henriette.

 © Cet article de Michel de Mondenard sur le photographe Ernest MICHEL est original, il s'intéresse au travail de l'artiste dans sa mise en valeur de Marrakech et dans la datation des clichés de chacune de ses collections. La situation politique d'abord tendue puis apaisée a une incidence sur le travail de l'artiste, lequel met en valeur les sites de la ville tout en faisant du reportage sur les événements de son époque.

Cet article ne peut être reproduit sans l'autorisation de l'auteur et la mention de Mangin@Marrakech 16 octpbre 2013.

Claude_Michel

Un magnifique livre rassemble l'oeuvre photographique d'Ernest Michel et met en perspective les lieux photographiés en 1911-14 avec les mêmes sites tels qu'ils subsistaient 90 ans plus tard. Claude MICHEL, petit fils du photographe, a réalisé un travail de recension, d'illustration et d'explication remarquable.

 

  • Broché: 175 pages
  • Editeur : Maisonneuve & Larose (20 novembre 2003)
  • Langue : Français
  • ISBN: 978-2706817069
  • Dimensions du livre: 24 x 21,4 x 1,4 cm

 

Top-messages-asso-Michel-15-11-2013

 Votre blog est à nouveau primé par Canalblog cette semaine parce que vous avez été nombreux à cliquer sur "J'aime" en haut de cette page. Votre blog est classé 1er parmi les blogs "associations" qui sont au nombre de 12904 chez Canalblog. Merci à Ernest et Claude MICHEL pour la notoriété de Marrakech et de l'Association ASAM des anciens marrakchis dont le Moussem d'Avignon aura lieu le dimanche 15 juin 2014.