LES DERNIERS BACS DES SÉRIES A,B,C,D AU LVH DE MARRAKECH ( 91-94 )

LVH-1erS-93-Bac94  Première scientifique en 1993. Ils ont passé leur Bac en 1994. Voir plus loin la photo de Terminale et identifier les visages.

AIDE À L'ÉCRITURE

VOUS AVEZ UNE IDÉE DE LIVRE, OU DE TOUT AUTRE ÉCRIT

MARIE-LOUISE VOUS PROPOSE DE FRANCHIR L'ÉTAPE DE L'ÉCRITURE EN RÉDIGEANT POUR VOUS.

Présentation:

Crayon nomade, sève trois continents, amarage terre volcan après trente déménagements

J'ai été encouragée à l'atelier d'écriture de César Cassarine, à Clermont-Fd, de 2003 à 2015, durant environ 6-7 ans

j'écris des chemins, des rencontres multiculturelles, sous toutes formes : roman, théâtre, contes, nouvelles, poésies, recettes...

je souhaite écrire mes propres livres encore et toujours, bien sûr,il y a 9 livres à ce jour, 2 contes-spectacles plus des petits textes

mais aussi écrire sur commande, car c'est très stimulant, je peux tout faire : discours, inaugurations, éloges, poèmes, livres.... ABSOLUMENT TOUT.

 

Mariage touareg

 *

Le premier jour elle est ta mère

De tes yeux la grande lumière

Douce la main à te guider

Infinis les pains du donner

Et les chants à bercer

Ton cœur inquiet

*

Le second jour elle est ta sœur

Sourire clair regard frondeur

De première reine de ton cœur

Piquante à la mode bonne humeur

Avec ces petits riens en rire moqueur

Aux canines du bonheur

*

Le troisième jour elle est ta femme

Tu l’as reconnais qui brille ta flamme

Tu la respectes à la caresse de vos âmes

Elle te reçoit et devient femme

Alors demain sera tien

et le vivrez vôtre sans fin

 

Mon palmier

Une respiration de mer intérieure, lente et paisible.

La sensation pleine de tous mes pores caressés.

Un moment d’éternité.

Qui me soulève et me chavire. Un peu comme les bras d’Habslem le berbère. Habslem, le premier homme de ma première vie, après mon père.

Dans la cour babillent les enfants. Leurs éclats de rire s'enfuient et s’éparpillent à l’infini, jusqu’à la rive au doux balancement de ma plénitude de mer.

…j’ai fermé les yeux pour mieux voir.

Je le sens tout près, là, avec sa tiédeur de drap qui m’enveloppe toute. Je le sais liane de vie, esprit à moi qui s’est fiché dans la terre safranée. Et qui m’enracine tout en haut.

En plein mon ciel de turquoisine. 

La poussière est tombée. L’air glisse doux-salé sur mes lèvres. Je bois la détermination dans ma bouche assoiffée.

Et d’abandonner au printemps des tortues les petits pains d’épices du goûter.

Alentour, la terre tonne. Les hommes en armes quadrillent l’avenue du marché.

Mais moi, je suis bien. 

Je me coule dans les bras de son ombre, je me chavire à ses caresses tièdes. Je m’envole à sa légère pesanteur, qui m’habite et me transporte. 

Ici, le temps s’est arrêté. Au ventre de mon arbre de vie, et qui allonge son long col, à m’enlacer.

Il est quatre ans, dans les bras enchanteurs de l’ombre de mon palmier.

Maintenant, je sais.

Que mon arbre d’école m’envole à la source vive des mots.

Cueillir la magie à l’instant de ma naissance éveillée.

 

La colline aux pots de Djerba

 

Trois jeunes filles allaient devant

Leur long corps drapé sous le vent

Trois joyeuses beautés vite passant

Le trio des mères suivait un peu en arrière

 

Trois jeunes filles allaient devant

Au ventre brun des collines courant

Leurs bras pressés à la bouche du vent

Les mères berçant le dernier enfant de leur chair 

 

Et celle-ci au chapeau tressé

Dans les rideaux du ciel ses yeux d’eau salée

Tout près, Fatima tête nue, Fatima l’exilée

Qui glisse nus pieds sur la terre dorée

 

La voici arrêtée aux voiles du vent

Et son regard traverse la brique à l’antan

De la colline creusée qui cuit tout entière

Au four du potier brûlant la forge de mer

 

Fatima les pieds ailés recueille les pots brisés

Caresse les cent mille ans du vieux potier

Et ses mains douces oublient de se presser

Laissant la hâte du temps à la douane de mer 

 

Couleur verte, pardon, ça commence bleu

 

Ça doit être ça, un arbre

Etonnement découvrir l’arbre en écailles dépenaillé tristement dénudé

Mes petites sandales retrouver la poussière ocre claire

Ciel délavé, soleil éteint à l’été fané

Le gros bateau au ventre noir a vomi les valises inquiètes

Silence décoloré, figée repliée au grillage protecteur de la fenêtre arrière

Souvenir au serpent sans fin enrouler l’écume de mer

Poignarder la métaphysique au vide qui ne rend rien

Implacable loi du vide, jamais plus sonder le vide

Le train, le bateau, les longs imperméables dégoulinants trop chauds

Regarder en arrière pour la première fois de ma première vie

Regarder mon soleil chatouillé matin aux oiseaux du jardin

Jambes arrêtées à ma grand-mère à pois, ma balançoire, ma Fatima

Jambes arrêtées, loin déjà

Coup sec dans le dos, vagues de foule mouvante, raccrocher le flot

Inexorablement marcher la dernière poussière

Regarder la mer, encore et encore, regarder la frontière de mer

Seule quatre ans braver la proue du bateau, me garder du néant

Fuguer une dernière fois la belle avenue, fuguer les fusils alignés serrés

Mon marché, mon soleil, mon beau marché cassé

Silence l’été déteint, deux yeux ouverts à l’eau calme du canal

Sans bruit étaler les eaux bleutées, il glisse léger un bateau petit

Et le pont immobile durant des heures, le pont soudain dérouillé

Les bras du pont s’ouvrir tout grand saluer le bateau vacancier

Magie du ciel plongeant au cœur de l’eau qui ne dormait que d’un œil

J’ai peur des crocodiles aux gros yeux, j’ai presque un peu peur

Silence tout doux reprendre le fil

Les yeux ouverts à la vie d’ici

Des heures, des jours, immobile filer l’improbable

Un oiseau piailleur déchirer les pâleurs d’en haut

Encore un bateau blanc glisser insouciant le canal de Sète

Bleu, blanc, silencieuse marine au pays sans palmiers

Il pleure ma petite boîte à musiquer la montagne rouge

Les bras d’Habslem, ma Fatima

Là-bas.

Ces quatre textes sont la propriété de Marie-Louise ORIA, ancienne du LVH et ne peuvent être édités sans son autorisation écrite. Pour entrer en contact avec elle, utiliser le lien "contactez l'auteur" en haut à gauche de cette page. Vous pouvez aussi dire dans les commentaires celui des quatre textes que vous préférez.

JEAN-PIERRE PRÉBOIS NOUS MONTRE D'AUTRES OEUVRES SIGNÉES "PRIEUR".

QUI POURRA LE RENSEIGNER SUR L'ORIGINE DE CES TABLEAUX CONSERVÉS DANS SA FAMILLE ?

Tableau Prieur 1 Signature tableau Prieur 1 

Cette oeuvre n'est pas datée, le prénom du peintre pourrait être J. ou JF ou même H... Qui aurait repéré cete signature chez un orientaliste de ce nom?

Tableau Prieur 2 Signature tableau Prieur 2 L'oeuvre ci-contre a plusieurs points de ressemblance avec la première, pourtant la signature est différente, les "r" minuscules n'ont pas la même calligraphie. Le prénom commence sûrement par "J"; on pense à Jean ou Jeanne mais pourquoi pas Jacqueline ou Jérémie? La scène pourrait représenter une rue d'Algérie.

Peutêtre avez-vous chez vous une autre oeuvre de ce peintre venu à Marrakech probablement dans les années 30 ? Si vous avez des mentions au dos du tableau ou si la tradition familiale vous permet de mieux identifier l'artiste, merci de renseigner Jean-Pierre PRÉBOIS dans les commentaires. Il faut peutêtre envisager deux peintres de la même famille ne portant pas les mêmes prénoms. L'un des deux ou chacun des deux serait passé par l'Algérie.

Les frères Prieur-Bardin sont connus comme peintres orientalistes; l'aîné Eugène est le moins célébre, le cadet François, Léon a surtout travaillé sur le Bosphore et à Marseille. Les prénoms ne correspondent pas avec les signatures ci-dessus. S'agirait-il d'un autre membre de cette famille qui serait aussi peintre ? 

Certains se souviendront des enfants de Pierre et Paul PRÉBOIS, biens connus à Marrakech. Les plus âgés Patrick et Chantal sont des anciens du LVH. Merci de leur dire si vous possédez aussi des oeuvres signées PRIEUR.

QUATRE ANNÉES DE BACHELIERS AU LVH DE 91 à 94. Ils ont aujourd'hui un peu moins de 40 ans !

LES TERMINALES DE 1991. Il n'y avait pas de section A au LVH cette année là. Seulement 25 bacheliers au total. Une année à effectifs limités !

Section B 1991 LVH - Ils étaient dix.

Assermouh Youre, Baccon Guillemette Michelle Pierrette, Benchekroun Mehdi, Chouffani El Fassi Widad, Cortes Véronique, Fenjiro Kenza, Gabriel Nadia Marie Louise Sylvia, Gonzales Christelle Noëlle, Saad Mehdi, Safiry Mounia (B)


Section C 1991 LVH - Quatre C seulement en terminale.

Bauchet-Bouhlal Jean Alexandre, El Omari Myriam, Hagos Abeba ; Hammoumi Meryem (C). Jean Alexandre est de la famille du Casino de Marrakech.

Section D 1991 - LVH - Onze bacheliers

Al Faiz Leila Khathleen, Alami Merrouni Houria, Amrani Joutey Mehdi, Benabdallah Tarik, Boukhaima Yasmina, Charafeddine Mariem, El Keslassy Dov, El Kochairi Mounia, Kiadi Wassila, Marin Nathalie, Sahli Ghizlane (D)

LES TERMINALES DE 1992 - 56 bacheliers sur les quatre sections

Section A - 1992 - Neuf bacheliers

Abitbol Anny, Barakat Mehdi, Brissel Monia, Diwane Nadia, Hammouti Sonia, Lamghari Myriam, Quillivic Sonia Marie, Tigzirine Sophia, Willem Farah (A)


Section B – 1992 - Douze

Aliane Mouna, Bachir Ainad, Belkacem Hind, Benssoussane Joelle, Bermondy Cecile Marie, Bourhis Edern Louis Marie, Cortes Nathalie, Fantun Frédéric, Houari Larbi, Lahrichi Fahim Amine, Nitraud Ludivine Florence, Zaawati Khalid (B)

Section C - 1992 - Quinze

Ait Manna Jamal Eddine, Alami Merrouni Houria, Arji Hassan, Auffret Daniel Jean Philip, Benhaim Mikhael David, Bouamrani Mehdi, Charkioui Saad , Chati Zaccharia, El Omari Yacine, Lalaoui El Mouttalib My El Oualid, Lamsouber Rabatatiaa, Lazrek Imane , Dolfi Othman , M Barek Sassi Amine, Tragus Jean Daniel (C)
Zaccharia Chati est l'un des administrateurs du Groupe LVH sur Facebook.

Secion D - 1992 - Vingt

Alami Merrouni Houria, Benbrahim Salma, Beye Frédérique, Bouallali Sanae, Brohmi Samiya, Chaarani Leila, Chakib Salma, Chakir Karim, El Baroudi Karim Mohamed, Elayadi Zahra, Gas Mickael Christophe, Kadiri Mohamed Fouad, Laghrari Zoukari Hind, Laghrari Zoukari Hind, Langlois Stephanie Laure Mar, Pinto David, Sami Ismael, Tlemcani Hind Sandra, Tligui Majda, Vicaire Nathalie Johanna (D)


LES TERMINALES DE 1993 - 47 bacheliers dur les quatre sections

Section A – LVH 1993 - Neuf bacheliers

Boccara Mathieu Benjamin, Cherraf Karima, El Fassy Cathy Raquel, Georgandelis Frédéric, Lahlou Yasmina, Oucama Sofia, Rubi Pascual Vanessa, Santos Loreiro Lidia, Temnati Ouassima (A)

Section B – LVH 1993 - Onze

Ait Manna Yasmina, Benslimane Amine, Bensoussane Joelle, Boussaid Leila, El Baroudi Mehdi, Essaydi Moulay Abdeljalil, Fantun Frédéric, Cazenave Fabien Pierre Jean, Lahrichi Fahim Ghita, Masson Jean François, Sebbane Sanaa (B)


Section C – LVH 1993 - Onze

Alami El Mehdi, Arji Karim, Bousta Jaafar, El Kochairi Ilhem, El Maizi Karim, El Omari Yacine, Fleurette Olivier, Laouni Abdelwahab, Mansouri Hind, Mansouri Kenza, Ouahmane Hicham, (C)

Section D – LVH  1993 - Seize

LVH-Ter-D-93

Ait Manna Jamal Eddine, Assermouh Yasmine, Ayrault François Charles Xavier, Belbachir Karim, Benboubker Mohamed Nabil, Berrada Elazizi Radia, Daum Jeremie Maelan Ismael, Derouiche Mehdi, Hammoumi Zineb, Hazan Naomie, Kettani Salima, Laanait Yassine, Lamsouber Rabea, Mourad Kamelia, Moussannif Lamaane, Olfi Othman (D)

LES TERMINALES 1994 - 64 bacheliers sur les quatre sections.

Section A – 1994  LVH - Douze

Albert Katarzyna Krystyna, Assfar Fatima, Ben Chekroune Anis Yacine, Benlolo Isabelle, Benrhamous Nadia, Garcia Ruiz Jose Ignacio, Guennouni Hassani Mehdi, Hamad Maia, Housni Fouad, Mohamed Samira, Rubi Pascual Vanessa, Temnati Ouassima (A)
Housni Fouad a créé le site GénérationSlvh

Section B – 1994 - LVH - Quinze

Abitbol Danielle, Alaoui Harroni Fatima Zahra, André Isabelle Monique, Benboubker Mehdi, Conde Amal Nabil, El Baroudi Kamal, El Mansouri Fatima Ezzahra, Gendre Maryline Marthe, Grar Mohamed, Kaisser Hadda Melissa, Proust Cedric Jean Marc, Ripoteau Jean Charles Seb, Lamniai Sophia, Sami Hind, Saouab Hicham (B)
 Fatima Ezzahra El Mansouri est Maire de Marrakech depuis 2009.

Section C – 1994 - LVH - Onze

Amraoui Younes, Arsalane Saphya Cla, Bensouda Mehdi, Berrada Loubna, Boussaid Laila, Bouziane Adil, Hamdoune Mehdi, Kabbaj Mohammed Saad, Laouni Abdelwahab, Lefebvre David Jean Charles, Zihri Hourya (C)

LVH-Ter-S-94 

Indiquer les noms dans les commentaires

Dominique BIGO  Bac S 1995

Section D – 1994 -LVH - Vingt-six,

Abecassis Hélène, Alami Idrissi Sana, AmeurGhizlane, André Nicolas Patrick Marc, Ansidei Gaelle, Aouroud Lamya, Aquachar Jlil, Benabid Adil Dany, Bennis Kamil, Bouallali Hind, Chlyeh Nouha, Cruz Valérie Marie, Dadi Kamal, El Ahmadi Ghizlaine, Elbiaz Imane, Errhaimini Ezzoubeir, Hicham Ali, Hoffmann Isabel, Housni Alaoui Nawal, Hseine Faycal Zaki, Jabbouri Salima, Laanait Yassine, Laghrari Zoukari Salma, Meziane Zineb, Sahli Hicham, Semmate Khalid (D)


A partir de 1995 les nouvelles sections L, ES, S,.. avec plus d'options, parviennent au bac. Si vous avez des photos de classe avec vos amis de cette période au LVH, même s'il ne s'agit pas de terminales vous pouvez les pafrtager sur le blog. C'est un puissant moyen pour permettre à des amis de se retrouver.