QUAND LES SOUVENIRS DES UNS RÉVEILLENT CEUX DES AUTRES..

Le blog a déja publié des témoignages et des images sur les activités culturelles et notamment théâtrales à Marrakech au milieu du XXe siècle. Ces souvenirs partagés, empreints d'émotion, en amènent d'autres, comme par contagion, pour enchanter notre mémoire:

Bonjour, à la faveur d'une recherche sur le blog, j'ai retrouvé une photo sur laquelle apparaît Alain Colas, alors tout jeune garçon. Acteur dans cette pièce moi-même je possède d'autres clichés et le programme de cette manifestation sur la BASE. Comment entrer en contact éventuellement et échanger lorsque vieux ringard on à des sueurs froides devant un PC. Coordonnées postales peut être si cela existe encore ? Merci et bravo pour votre travail à la lecture duquel je consacre beaucoup de temps et de plaisir. Amicalement, Bernard Godbille.

Bernard a été mis en relation avec Alain COLAS grâce au blog et il a envoyé des documents que nous n'avions pas encore.

ON PURGE BÉBÉ, PIÈCE DE GEORGES FEYDEAU - BE 707 - MARS 1956

godbille2 N°1

godbille3 N°2

godbille4 N°3

godbille5 N°4

godbille6 N°5

godbille7 N°6

godbille8 N°7 Les acteurs saluent le public sous les applaudissements à la fin de la représentation.

Jacqueline GARNIER dans le rôle de Julie FOLLAVOINE, Janine DUBOS dans les rôles de Rose et de Mme CHOUILLOUX, Bernard GODBILLE dans le rôle de Mr FOLLAVOINE, Lucien DOUROUX dans le rôle de Mr CHOUILLOUX, Alain COLAS dans le rôle de Toto FOLLAVOINE, André PEIGNEUX dans le rôle de TRUCHET.

Toto Follavoine est devenu un auteur de théâtre, l'expérience de Marrakech a été décisive dans sa vie d'adulte. Il en porte témoignage:

Merci infiniment pour ces photos. Infiniment.
C'est avec beaucoup de plaisir et d'émotion que je les ai regardées et détaillées.
Que j'y suis revenu, que j'aurais souhaité qu'elle s'animent.
Que de souvenirs et de serrements de cœur y sont rattachés !
L'enfance, le Maroc (pays), l'époque, la base aérienne, le cinéma(lieu) et cette représentation théâtrale.
Pour moi, le summum de mes souvenirs de Marrakech.

Mes parents n'avaient gardé que la photo où j'apparaissais. 
Quel bonheur de découvrir les autres.
De revoir tous ces visages, ces costumes, ces attitudes.
De ressentir à nouveau le choc qu'avait produit sur moi cette expérience.
Pas seulement la représentation en elle-même 
mais aussi les répétitions, le travail de mise en scène,
cette complicité qui règne entre tous les comédiens...
Et de regretter de n'avoir pas fait carrière dans cette branche.

J'avais l'âge que j'avais, j'étais en CM1.
Aussi, je ne partageais pas le monde des adultes. 
Et mes parents ne fréquentaient pas ces acteurs amateurs.
Je me suis toujours demandé, d'ailleurs, par quel heureux hasard on avait fait appel à moi.
Donc, je n'ai rien à dire sinon que le spectacle avait été plébiscité.
Une voiture avec haut-parleur avait sillonné la base pour nous annoncer le lundi soir.
Quelques jours après, le Colonel nous avait reçu dans sa villa autour d'un verre pour nous féliciter.
Plus tard, nous avons donné une représentation au Camp Mangin.

Cette réussite, due à des sous-officiers et Hommes du rang,  raviva une rivalité.
A la rentrée, les officiers montèrent  "Monsieur de Pourceaugnac"
- avec notamment une troupe d'enfants - mais je n'ai pas été convié à y participer.
Ce qui, bizarrement, me laissa complètement froid.
Et puis, ils ne faisaient que de la figuration, moi, j'avais eu un texte à dire !

C'est très émouvant de se revoir à ce moment-là.
Avec ses envies, ses ardeurs, ses jugements, ses espoirs, ses rêves.
Sa fierté. Sa volonté de réussir, d'être quelqu'un. Quelqu'un qui compte.
Qui laissera une trace. Dont on parlera. Et de s'enflammer...
Un moment où rien n'est joué. Ni "joué". Où tout est possible.
Et de constater en fin de course ce qui s'est réellement passé.
Que notre vie a été ce qu'elle a été. Qu'elle aurait pu être tout autre.
Qu'il s'en est fallu de peu. Mais que c'est celle-là qu'on a eue.
...
Je ne te dirai jamais assez merci pour ce blog.
Alain.

godbille_couv-2_3  Le programme pieusement conservé par Bernard est devenu une relique fragile. Une autre pièce "LE CHAUFFEUR" de Max MAUREY fut jouée en première partie. Une seule photographie en garde le témoignage.

godbille9 N°8

Janine DUBOS, dans le rôle de Mme NOCK, Jacqueline GARNIER dans le rôle de VICTOIRE, André PEIGNIEUX dans le rôle de Mr NOCK, Richard MONTAL dans le rôle d'ALCIME, Philippe BOURG dans le rôle d'ERNEST, Henry RIBAULT dans le rôle de FILFER.

Bernard GODBILLE surnommé affectueusement Nanard avait beaucoup de soutiens qui ont signé son programme

godbille_couv-4

Avec tous nos compliments de la part des supportrices assidues de l'orchestre:1  Gisèle X, Rolande X, Geneviève X, Paulette X, Gilberte X, 2 des conducteurs de voitures.. , 3 du pianiste de l'orchestre ..

LA CHORALE à la Chapelle en 1955

À ces souvenirs de théâtre de mars 1956, Bernard en ajoute une autre de la chorale en 55 avec une photographie assez nette pour reconnaître des visages. Il s'agit d'une sortie de répétition après l'office du dimanche. Mme Ferry a été reconnue avec ses lunettes dans la main droite.

godbille10 Devant la chapelle de la Base: Comme souvent les divas reçoivent des bouquets de fleurs.

De gauche à droite, premier rang: X, X, X, X, X, X, Me FERRY, Me X, X, X.

deuxième rang: X,   X, X, X,   X, X, X.

 Merci à Bernard pour ces documents porteurs de souvenirs, évocateurs aussi d'autres pièces de théâtre à la Base ou au Palace ou au Casino. Nous invitons les lecteurs du blog à compléter cette page de leurs témoignages sur le théâtre et le chant choral à cette époque.