TRANSMISSIONS À MARRAKECH

Marrakech s'est éveillée aux ondes radio avec la venue du colonel Mangin et de ses troupes en septembre 1912. À l'époque la section transmission du Génie installa une superbe antenne qui pouvait bien faire 10 mètres de haut, dans les jardins du palais de l'Aguedal.

télégraphieGrâce au photographe E. Michel nous avons une photo de cette toute première installation, faite pour relier Marrakech à Rabat et Casablanca. Le photographe édita son cliché en carte postale et lui donna pour légende: Le personnel civil et militaire de la télégraphie sans fil au pied du pylone dans les jardins de l'Aguedal.

télégraphie-AguedalEffectuons un zoom pour mieux voir ces pionniers de la communication à Marrakech. une petite vingtaine de personnes. Des spécialistes des ondes radio-électriques avec leurs casquettes blanches à larges bords expliquent en particulier aux chefs d'entreprises ce que les ondes vont leur permettre de réaliser bientôt à Marrakech. Des marocains participent à l'opération.

41è R TDu côté militaire, l'unité est le 41e régiment de transmission dont l'insigne montre des ondes autour de l'étoile chérifienne et le croissant de lune enserre le T majuscule des télégraphistes.

Après cet événement fondateur de la TSF à Marrakech ( on pourrait ériger une stèle du souvenir dans les jardins de l'Aguedal à l'ancien emplacement de cette antenne). Radio Maroc commença à emettre en 1928 et le développement de la radio se fit assez vite. En 1930 l'imagination était dans la rue, notamment à l'occasion d'un concours de radios "embarquées".

30-TSF_ChameauLe chamelier sans-filiste, modèle pour la promenade tous terrains dans le bled, comportait une antenne rayonnante dont le design était inspiré de la statue de la Liberté de Bartholdi devant le port de New-York. Le sponsor DUBONNET avait installé sa marque sur le parcours.(Photo Trompette)

30TSF_vélosD'autres avaient équipé leur bicyclette avec leurs appareils récepteurs ( postes à lampes) et antennes tous formats, le roseau servant de support à plusieurs équipements.

30_TSF-juryMonsieur Dubeauclard ayant à sa droite le Docteur Veyre et à sa gauche Monsieur Chanoine

Le rallye radio marocain (article dans la presse de l'époque)

On peut ne pas aimer la radiophonie et bannir résolument de chez soi tous ces appareils aux noms barbares qui, lorsqu'ils daignent fonctionner, émettent des sons cacophoniques ou annoncent des nouvelles dépourvues de tout intérêt. ( Si vous trouvez ce tableau un peu trop poussé au noir, convenons ensemble que la T.S.F. est une merveilleuse invention dont les applications pratiques se mettent au point et s'améliorent chaque jour. Elles seront parfaites dans quelques années).

On peut donc adopter en face du mouvement sans-filiste une atitude réservée, mais on ne peut pas ne pas admirer l'ingéniosité des dirigeants de la radiophonie marocaine. Groupés en une jeune et forte Fédération, les amateurs de T.S.F. de l'Empire Fortuné, viennent de participer, le 25 mai, à une pittoresque manifestation: le Rallye-Radio marocain, succès d'autant plus mérité, qu'à de réelles qualités techniques, les concurrents surent mêler ce grain d'humour si nécessaire en pareil cas.

Le départ a été donné aux nombreux concurrents qui avaient adopté des moyens de locomotion variés. L'automobile dominait naturellement, motos, bicyclettes étaient en nombre, mais le gros succès alla au concurrent qui, amateur de couleur locale autant que de radiophonie, était juché sur le dos d'un chameau.

Le premier qui parvint au contrôle final d'arrivée fut l'automobiliste Tamini, à 11h28, suivi de près par MM Moreuil, Canas, Chanoine et Fromentin. À 11h45 arriva majestueux et paisible le chameau de M. Teulier, dont nous reproduisons l'ingénieuse installation. radiophonique.

Les autres concurrents et concurrentes grossirent peu à peu le nombre des arrivants, tant et si bien que près de cent cinquante personnes assistèrent au repas champêtre que présidait M. Canas, président du Radui-Club.

M. Dubeaucalard, directeur général des P.T.T. au Maroc, l'animateur de Radio-Maroc, avait bien voulu honorer de sa présence cette manifestation à la fois sportive et sans-filiste. À ses côtés, nous avons remarqué M. le docteur Veyre, M. Luppé, M. Barathon, M. Chanoine, etc...

Tous les assistants applaudirent chaleureusement M. Canas, qui remercia, au nom des sans-filistes marocaines., M. Dubeauclard de son appui si précieux. À l'issue du repas, le Directeur général des P.T.T. remit à M. Bertrand, président technique deu Radio-Club Marocain, la croix d'officier du Ouissam Alaouite, que lui décerne M. Lucien Saint en raison des services importants rendus à la radiophonie marocaine.

Le classement définitif des concurrents put être établi après l'examen de leurs feuilles de route. Mais une épreuve de ce genre a surtout une valeur de propagande auprès du grand public. C'est aussi, comme le souligne notre confrère "La T.S.F. au Maroc", l'occasion de mettre au point un montage nouveau, aussi réduit que possible; mais avant tout, c'est l'une des multiples manifestations de l'amateurisme, auquel tout dernièrement encore M. le général Ferrié tenait à rendre un juste hommage.

Grâce à des manifestations aussi originales, les sans-filistes marocains intéresseront les non-initiés et gagneront de nouveaux adeptes à la cause de la T.S.F.  Elle en a besoin si l'on veut que la radiophonie progresse et nous apporte tout ce que l'on est en droit d'attendre d'elle.

La radiophonie étant sans contredit, parmi les manifestations de l'esprit humain, la plus moderne et la plus attachante, il est tout à fait logique que le Maroc qui sut si rapidement et si heureusement intégrer les découvertes les plus récentes soit encore là au premier rang.

Le docteur Veyre qui à Marrakech apprit le vélo et la photographie au Sultan Moulay Abdelaziz au début du XXe siècle, inventa un modèle de poste radio qui pouvait recevoir des émissions d'ailleurs, mais aussi émettre. Ce poste avait pour nom ÉMIR. C'était bien plus perfectionné que les postes à galène.

Poste-Emir-1928-TSF

À MARRAKECH LES SANS-FILISTES FAISAIENT CLUB

TSF_Gozlam_57 L'un des plus connus était Albert GOZLAM, identifiable sur les ondes par l'indicatif CN 8 AU - Il avait aussi un commerce et faisait souvent la sonorisation des manifestations, fêtes et événements.

Radio-Atlas Service, 107 rue Arset El Maach

Albert GOZLAM est décédé en mai 2008, laissant les sans-filistes orphelins.

Qui racontera des souvenirs autour de la radio  au Maroc ?