LA RÉGION DE MARRAKECH EUT SES CHEFS MILITAIRES, DONT CERTAINS AUX NOMS CÉLÈBRES.

CONNAÎTRE LEUR SUCCESSION PERMET DE RECONSTITUER LE SOUVENIR DES ÉTAPES D'UNE HISTOIRE ALLANT DE 1912 À 1958
Si vous cherchez leurs biographies ou leurs photographies, vous trouverez assez facilement l'histoire de certains d'entre eux. D'autres n'ont pas encore trouvé leur biographe. Ils font tous partie de l'histoire de Marrakech et des Marrakchis. Si nos lecteurs possèdent des informations ou des documents inédits sur l'un ou l'autre d'entre eux, le blog les publiera volontiers. 

Yves-Brayer-Danseurs_Chleuhs-Djemaa-El-Fna_1928 Danseurs Chleuhs sur la place Djemaa el Fna, Aquarelle de Yves Brayer en 1928 (Grand Prix de Rome 1930)

Mangin@Marrakech édite la première liste des Commandants de région de Marrakech. Vous ne la trouverez nulle part ailleurs sur internet.
La plupart avaient le grade de général de Brigade quand ils furent nommés. Cependant quatre commencèrent comme colonel. Il y eut aussi un civil d'exception qui fit un Intérim de sept mois entre deux généraux. Certains eurent une carrière partulièrement glorieuse.
1 - Colonel Charles MANGIN: septembre 1912 à février 1913.
2 - Général BRÛLARD Jean-Marie, Joseph, Armand : février 1913 à septembre 1914
3 - Colonel, puis Général Marie, Clément, Maurice de LAMOTHE: septembre 1914 à avril 1919
4 - Colonel, puis Général CHOPIN de LA BRUYÈRE : de avril 1919 à mai 1922
5 - Général Albert DAUGAN: mai 1922 à mars 1927
6 - Général Antoine HURÉ: mars 1927 à mai 1931.
7 - Général Georges CATROUX : mai 1931 à novembre 1935
8 - Général Jacques de LOUSTAL, janvier 1936 à février 1938
9 - Général François FOUGÈRE, février 1938 à juin 1940
10 - Général Henry MARTIN: juin 1940 à février 1943
11 - Général Georges LE DIBERDER, février à septembre 1943 
12 - Général Robert ASTIER DE VILLATTE: septembre 1943 à septembre 1944
13 - Colonel, puis Général  Antoine, Benoit d'HAUTEVILLE: septembre 1944 à juillet 1954
13bis - André HARDY, Intérim du Commandant de la Région: juillet à décembre 1954
14 - Général MASSIET DU BIEST: décembre 1954 à décembre 1955 
15 - Général Lucien BAZILLON: janvier à décembre 1956 
16 - Général Robert CHAVATTE: 1957 à fevrier 1958

Etat-Major-Marrakech L'État-Major à Marrakech-Guéliz à l'entrée du Camp Mangin

Colonel_Charles-Mangin_sur- le-djebel-guéliz-octobre-19121 - Colonel Charles MANGIN (1866-1925) Commandant la Région de Marrakech de septembre 1912 à février 1913. C'est incontestablement le plus célèbre, mais aussi son passage à Marrakech fut le plus court. Le blog a présenté plusieurs récits sur l'étonnante bataille de Sidi Bou Othmane qui délivra Marrakech d'El Hiba, celui qui voulait prendre la place du Sultan Alaouïte. Les récits du Capitaine Cornet montrent les premiers temps du commandement du Colonel Mangin à Marrakech. La rue principale du Guéliz porta son nom, jusqu'à ce qu'elle devienne rue Mohammed 5. Il décida avec les artilleurs la future configuration des fortifications du Guéliz. (voir photo)

General-Brulard-Jean_Marie_Joseph_Armand_Brulard

2 - Général BRÛLARD Jean-Marie, Joseph, Armand (1856-1923) Chef de la région de février 1913 à septembre 1914. Il était chargé aussi de la formation de l'armée chérifienne. Plusieurs méhallahs dirigées avec les grands caïds furent lancées en opération dans le Sous. Il fut le premier chef de région à  faire établir une brochure sur Marrakech avec ses activités commerciales, culturelles, les noms des principaux notables et responsables administratifs, ainsi que les perspectives économiques. Cette brochure accompagnée d'un plan de ville fut publiée en juin 1913. C'est sous son commandement que les premières maisons et bâtiments du Guéliz furent lotis et construits. La guerre en Europe requis la mutation du Général Brülard au commandement de la 2e Division d'Infanterie et lui fit cesser son commandement à Marrakech et au Sud en septembre 1914. 

Plan-de-Marrakech-en-1913

colonel-maurice-de-Lamothe-1913

 Ce plan de 1913, orienté à l'ouest, montre à côté de la Koutoubia la Résidence des Commandants chefs de Région: "Dar Moulay Ali" et la première localisation de l'État-Major.
3 - Colonel, puis Général Marie, Clément, Maurice de LAMOTHE (1866-1929), commanda la Région de septembre 1914 à 1919. Une rue de Marrakech porta son nom, elle s'appelle aujourd'hui avenue Yacoub el Mansour. D'abord collaborateur du général Brûlard en décembre 1912, le colonel de Lamothe prenait la direction du Service de renseignement du Maroc courant 1913. "Dès le début de son séjour, il se liait d'une sincère amitié avec les grands caïds, dont il avait si habillement su saisir la mentalité et, chose plus difficile lorsque l'on a la redoutable charge de mener la politique de Lyautey, il parvenait bientôt à leur inspirer confiance par la franchise de ses manières." Il fut promu général de brigade en septembre 1916 et après ses succès militaires sur la rebellion en fevrier-mars 1917, il reçut la cravate de la Légion d'Honneur par Lyautey en juin 1917. Il eut la difficile charge de maintenir une activité à Marrakech et le Sud, alors que la plupart des troupes étaient parties en Europe exposant le Maroc à la propagande allemande qui avait réussi à convaincre plusieurs de nos légionnaires allemands de déserter et de conseiller les troupes du dissident El Hiba et de les armer. C'est avec son appui et celui du Glaoui que fut tourné à Marrakech le premier film d'acteurs au Maroc : Mektoub. Il partit de la région de Marrakech vers avril 1919 pour commander la 2e Division en Syrie, et fut promu  général de Division en décembre 1921.

Revue-d-adieu-du-general-de-la-bruyereFrance-Maroc_General-de-la-bruyere-défilé-mai-1922

4 - Colonel, puis Général Etienne CHOPIN DE LA BRUYÈRE  (1868-1937). Nous ignorons la date exacte de sa prise de fonction comme commandant de la Région: probablement avril 1919. Le Colonel de La Bruyère avait participé à la prise de Marrakech sous les ordres de Mangin, comme chef d'Etat-Major de la Colonne.(photo: Revue d'adieu du général de La Bruyère sur l'Avenue Mangin) Il revint à Marrakech après avoir combatu à la Guerre de 1914-1918 à la tête d'un régiment de cavalerie et après le départ du général de Lamothe. Avec madame Hélène de La Bruyère, fille du Général d'Amboix de Larbont, il accorde un intérêt particulier aux questions médicales et d'hygiène, ce que poursuivra son successeur. Il s'occupe aussi beaucoup d'agriculture et d'élevage. Il met en place le lotissement de La Targa et celui de Tassoultant-Tabouhanit. Il donne plus d'ampleur à la Foire de Marrakech et organise un concours hippique. Il devient général de Brigade en mars 1921. Il fut le premier officier général à visiter le fief Glaoua à Telouet. En sa présence, place Djemaa el Fna Lyautey piqua une colère mémorable,en piétinant son képi furieux de voir que des dérogations aux règles d'urbanisme avaient été autorisées d'une part au Glaoui et d'autre part à un riche investisseur israélite par les services municipaux du colonel Demetz.  Le général de La Bruyère quitte Marrakech en mai 1922 après avoir géré la visite en avril du Président de la République Millerand.
Par la suite, en 1923, il commande le 3e groupement régional de cavalerie et sera promu général de Division cette même année.

General-Daugan-Casa-1925

5 - Général Albert DAUGAN, ( 1866-1952), Commandant la région de Marrakech est présent en mars avant le départ du Général de La Bruyère. Ils sont reçus ensemble par l'Association des Agriculteurs et des éleveurs.(19 mars 1922). Il était général de brigade depuis avril 1918 et avait commandé la Division Marocaine dès 1917. Il restera Commandant de la région de Marrakech jusqu'en mars 1927. Entretemps en 1923, il sera promu général de Division et en 1927, Commandant de Corps d'Armée.
Le 7 mai 1924, il assiste à la Heida du sultan Moulay Youssef. . De mai au 6 juillet 1925, il reçoit le commandement du Front nord dans la bataille du Rif et c'est le Général Naugès qui assure l'intérim de deux mois à la Région à Marrakech.

Insigne de Division de MRK

En 1926, la route de Telouet par le Tizi n'Tichka est terminée et le général lance une tournée d'inspection de sa région. Il est aussi célèbre à Marrakech par son épouse la générale Daugan qui créa La goutte de lait. Ce n'est qu'à partir de 1923 qu'on parle de la "Division de Marrakech", symbolisée par un insigne où figure la Koutoubia, l'Atlas enneigé et le poignard des Goums, avant on parlait de "subdivision"
Cependant, en 1927 le général Daugan est muté et reçoit le commandement du 16ème Corps d’Armée à Montpellier. Grand croix de la Légion d'Honneur en juillet 1929.

General-Huré-Resident-general-Steeg-decembre-1928

6 - Général Antoine (Jules, Joseph) HURÉ (1873-1949) Commandant la Région de Marrakech de mars 1927 à mai 1933, après avoir été Commandant du Génie du Maroc. (La photo le montre lors de l'inauguration de la Gare ferroviaire de Marrakech en novembre 1928, derrière le Résident Général Steeg). Il s'intéresse comme ses prédécesseurs à la Foire de Marrakech. Il est confronté à la rebellion de plusieurs tribus dans l'Atlas et le Sud. Il pratique la politique de pénétration pacifique chère à Lyautey. M. Bartel-Noirot témoigne: "Le général Huré venait de recevoir la soumission de deux grandes tribus qui lui avaient porté 4000 fusils, sans aucune bataille, sans aucune querelle. On l'avait convoqué, il est allé au rendez-vous et il a reçu la soumission de ces gens; et quand il a eu terminé sa conférence avec ces chefs, il leur a dit : "Et maintenant, qu'est ce que vous désirez ?" Nous désirons quatre voitures automobiles et deux camions pour nos tribus.". Voilà avec quoi on obtient le recul de la rebellion dans le sud marocain."
Le 27 mai 1931, il est promu Commandant supérieur des troupes du Maroc et laisse le commandement de la région de Marrakech au général Catroux.

General-Catroux-L'Afrique_du_Nord_illustrée_1935

7 - Général Georges CATROUX, (1877-1969) Commandant la région de Marrakech de mai 1931 jusqu'en novembre 1935
 Après la Grande-Guerre, il fait partie de la Mission Militaire française en Arabie, puis sert au Maroc (Direction du Renseignement), en Algérie (Aïn Sefra) et au Levant. Il devient Commandant de la région de Marrakech en mai 1931 après un stage à l'École des Hautes Études militaires.
Il s'engage dans la pacification active, ce sera le Todra, le coude du Draa, le Tazzarine-Tazhbalt, Sagho, Bou-Gafer. Imdras et Amtrous (Haut-Atlas) et la campagne de l'Anti-Atlas en 1934.
Le 4 décembre 1934, alors qu'il passait en revue la Base aérienne de la Menara, il est gravement blessé à la tête par le cable d'antenne d'un avion qu passait au-dessus de sa tête. Il subit une délicate trépanation. Le 3 juin 1935 il pose la première pierre du Casino de Marrakech.
Générale-Catroux-1935_
Appelé au commandement de la XIVe division à Mulhouse, il quitte Marrakech en novembre 1935.
Plus tard il deviendra  
général d’armée, ministre de la IVe République et ambassadeur français. Il fut l’un des principaux généraux ralliés au général De Gaulle après l'appel du 18 juin et joua un rôle prééminent dans l’action de la France Libre. 
il s'était remarié en mai 1932 avec Marguerite Jacob (1881-1959), fille d'un syndic des agents de change. Divorcée d'Hippolyte de Peyronnet puis du général Gaston d'Humières, elle était apparentée à Jean Cocteau. Ancienne infirmière, ayant reçu trois citations, elle se pencha sur la souffrance de la région du Sud en organisant la charité dans la défense de la santé et de l'hygiène. On lui doit à Marrakech le Pavillon Marguerite Catroux.

L'Afrique_du_Nord_illustrée-general-de-loustal-foire

8 - Général Jacques de LOUSTAL, (1876-1945) nommé à Marrakech en janvier 1936. Il avait commandé précédemment la région du Tadla.  Marié avec Sophie Herson de la famille du général Herson. Il est assisté d'un adjoint, le colonel Roches. (Sur la photo: S.A. Moulay Idriss et le général de Loustal accompagnés par MM. Faure, du Pac et Si Hadj Thami el Glaoui.) Il s'intéresse aux oeuvres sociales des anciens combattants français et marocains. Il encourage le tourisme et l'artisanat des tribus, notamment à la Foire de Marrakech. Il quitte son commandement à Marrakech en février 1938 pour commander la 2e division marocaine en septembre 1939. Il prend sa retraite peu après.

general-Fougere-MRK-1939-40

9 - Général François ( Marie-Jacques) FOUGÈRE (1888 - 1954) Il commande à Marrakech en février 1938, 4 mois après avoir obtenu le grade de général de Division. En février 1939 il accueille l'Amiral Darlan à Marrakech. En avril 1939 il reçoit le général Noguès (Résident Général) venu pour l'inauguration du barrage Frédéric Cavagnac. Le 28 mai 1939 il inaugure les nouvelles installations du refuge Neltner au Toubkal.
En février 1940 il reçoit à Marrakech la cravate de Grand officier de la Légion d'Honneur. Il quitte Marrakech en 1940 pour prendre le commandement du 24e Corps d'Armée. Après l'Armistice, il commande dans le Sud-Syrie.
10 - GÉNÉRAL Henry (Jules Jean Maurice) MARTIN (1888-1984)   Commandant la division de Marrakech à partir de Juin 1940.  Le 30 novembre 1940 il accueille le général Weygand à son arrivée à l'aéroport Ménara. Fin octobre il reçoit les généraux Huntziger et Juin.

general-martin-1941

 Jean Borotra, ministre des sports de Vichy vient parler "jeunesse" et "sports" à Marrakech le 21 avril 1941. Il serre la main des foutbaleurs du SAM. À gauche le Général Martin.  Le 18 décembre 1941, le général Martin reçoit le général Laure, venu pour inspecter la "Légion" du Maréchal Pétain. Le 4 janvier le Général Noguès lui remet la plaque de Grand officier de la Légion d'Honneur. Le 27 février 1942, il reçoit le ministre de l'intérieur Pucheu qui baptise l'avenue "Philippe Pétain" au Guéliz. Il inaugure la 21e foire artisanale de Marrakech le 5 avril 1942. Il a pour adjoint le général Le Diberder. MM Fauré et Brunel sont les commissaires de la foire-exposition. Le 8 novembre 1942 le débarquement des troupes américaines de l'opération Torch changent la donne politique. Début aout 1943, il est disgracié par Vichy mais il commande déjà la 4e DMM depuis juin. Le général de Gaulle est à Rabat avec le nouveau Résident général Gabriel Puaux. Il laissera la 4e DMM au Général Sevez pour prendre la tête de la 1ere armée française qui débarquera en Corse, à l'île d'Elbe et plus tard en Provence.
11 - Général Georges LE DIBERDER (1885-1974) Il commandait le 3eRTM en 1937 avant d'y être nommé officiellement en mars 1938. Par sa nomination à Marrakech le 25 septembre 1941, il commande seulement la ville; mais assez rapidement il devient l'adjoint du Général Martin pour toute la Région de Marrakech. De juillet à septembre 1942 il fait l'intérim du Chef de région de Fez, puis revient à Marrakech. L'opération Torch du 8 novembre 1942 entraîne de profonds changements politiques et militaires. Le général Martin prendra la commandement de la 4e DMM et le Général Le Diberder lui succédera à Marrakech.
En juin 1943 il y eut une prise d'armes à Marrakech à l'occasion du passage d'un détachement de goumiers de la Région de retour de Tunisie. Le Général Le Diberder passa en revue les Goums, les troupes de la garnison de Marrakech et un détachement de l'Armée américaine. Les goums avaient ramené une partie du butin pris à l'ennemi: camions italiens, voitures allemandes et canons de DCA. Nous manquons de photos sur cette période. Le général Le Diberder deviendra le Directeur du Musée de l'Armée à Paris.
12 - Général Robert ASTIER DE VILLATTE - (1895-1986); De 1936 à 1939 il est en poste en indochine à Tien-Tsin. Puis nommé au commandement du 12e régiment de tirailleurs sénégalais. Nommé Chef de Région de Marrakech le 10 septembre 1943, il y restera jusqu'en septembre 1944. Il y accueillera Sir Winston Churchill venu soigner ses poumons au retour de la conférence de Yalta. Il le rencontre à la Villa Taylor ainsi que Lady Churchill. C'est à ce moment que se produit l'entrevue de Churchill avec le Général De gaulle (janvier 1944). Astier de Villatte sera ensuite à la subdivision de Montpellier en 1946, Général de Division le 20 février 1947, Commandant de la 9e Région militairre en 1949 et terminera sa carrière comme Commandant des Forces françaises en Afrique Centrale, puis Inspecteur des réserves de l'Armée de Terre. Il avait épousé en 1919 Mathilde Bourgès. Nous manquons de documents et de photos sur cette année.

Gal d'Hauteville1951

13 - Colonel puis général d’HAUTEVILLE -(Roger-Marie-Antoine-Benoit) (1895 - 1970).   Marié en 1929 à Kathleen Mac Carthy. Au 2eRTM en 1935, puis il commande le territoire d'Agadir avant d'être appelé au poste de directeur du cabinet militaire du Résident Général Gabriel Puaux à Rabat. Il est nommé Chef de la région de Marrakech en septembre 1944. Il le restera jusqu'en juillet 1954, soit presque 10 ans. Photo devant la carte de la Région- Réalités 1951- 
En été 1953 apparait le coup de force du Glaoui qui rassemble la plupart des caïds à Moulay Idriss décidés à destituer le Sultan. Puis rassemblement à Marrakech pour élire un nouveau Sultan avant de marcher sur Rabat. Le nouveau Sultan Sidi Mohamed ben Moulay  Arafa fut élu à Marrakech le 13 aout 1953, jour de l'Aïd el Kébir. le surlendemain 15 aout, deux policiers, (Migot et Coulon), sont tués place du Méchouar. Le Général Guillaume informé écourte ses vacances à Vichy, mais arrive trop tard, le nouveau Sultan est élu et dans les premiers temps il est acclamé par les marocains de tout le Maroc..
Marrakech, ville jusque là calme, va être visée par des nationalistes  de Casablanca : Attentat à la grenade faisant des victimes autour de Moulay ben Arafa le 5 mars 1954; Assasinat du commissaire Monier le 15 mai 1954, le 25 mai une grenade est lancée dans la foule : 2 morts et 20 blessés; le dimanche 20 juin le général d'Hauteville qui traversait à pied la place Djemaa el Fna pour se rendre à la messe de derb nakous reçoit dans le dos une balle de révolver. Le 23 juillet c'est Jean Thivend, Délégué aux affaires urbaines qui est tué.
Sur le Conseil du général d'Hauteville, commençant une longue convalescence, le Résident général Francis Lacoste nomme le contôleur civil André Hardy pour assurer l'intérim de Chef de région.

Andre-Hardy_1908-1980

13bis -Contrôleur civil André HARDY (1908-1980) intérim du chef de Région de Marrakech de juin à décembre 1954.  Après avoir obtenu son diplôme au Centre de hautes études d'administration musulmane, il réussi, en 1931, le concours pour devenir contrôleur civil. Le contrôleur (Sidi el Hakem) jouait le rôle de commissaire du gouvernement et participait aux enquêtes.
En 1935, André Hardy est nommé premier adjoint à Berkane où il reste jusqu'a 1937, puis à Salé (1937-1937), Chemaia (1938 - 1941) et à Casablanca (1941 - 1943) .
En 1944, il devient directeur du service de Sécurité en Tunisie puis occupe différents postes à Jérusalem et à Damas. Il poursuit sa carrière à Marrakech en 1951.
D'abord au Secrétariat Général de la Région, il devient l'adjoint du général d'Hauteville, pour les territoires extérieurs. Puis après sa blessure par balle, il assure l'intérim de Chef de région. 
Sur la ville de Marrakech André Hardy fut confronté à la "Guerre des boutiques fermées" qu'il enraya. Le lanceur d'une grenade qui n'explosa pas fut ceinturé et à partir de son témoignage il fut possible de remonter toute la bande des sept ou huit terroristes des attentats précédents animée par un fquih depuis Casablanca dont faisait partie en particulier un ancien sous-officier de la guerre d'Indochine. Dès leur arrestation Marrakech retrouva son calme. André Hardy redevient adjoint en décembre 1954 du nouveau Général.
Père de sept enfants, il part pour la France avec sa famille en juillet 1956.

general-massiet-du-biest-decembre-1955

14 - Général Jacques, Louis, Marie MASSIET DU BIEST (1898-1972) Général de Division, Il avait participé à la Libération de Marseille avec les Goums quand il était colonel. Il était chef de la région d'Agadir; Il prend le commandement de la Région de Marrakech en décembre 1954 - Il le restera jusqu'en décembre 1955 atteint par la limite d'âge de son grade. Sur la photo, il salue les officiers de la garnison à l'occasion de son départ.(coll. Salam Marrakech)
André Hardy le décrit comme un "célibataire mondain, aimant recevoir et ouvrant largement les portes de Dar Moulay Ali (Résidence des chefs de région depuis le colonel Mangin) à toute une société frivole".
Création à Marrakech du 6e RPC le 1er aout. Il n'y eut pas d'incident dans la région de Marrakech pendant cette période, mais ce ne fut pas le cas dans d'autres villes du Maroc à partir de l'été 1955. Ce fut l'agitation créée par les cinquante jours de Gilbert Grandval, puis le général Duval se tue en avion le 22 aout. Le Général Boyer de La Tour, nouveau Résident général est obligé de faire face à une agitation montante.  Il fit placer de petites garnisons dans tous les centres isolés du bled. Les poteaux téléphoniques étant sciés sans pouvoir identifier les coupables, il fit mettre en place un réseau radio. Le retour de Mohamed V en novembre fut suivi d'une grande liesse populaire. Mais à Marrakech la vie continuait dans le calme et même pour certains l'insouciance.
15 - Général Lucien BAZILLON ( 1903-1985). Commandant de la région de Marrakech de janvier à juin 1956 - Officier des Affaires indigènes du Maroc entre 1928 et 1933. Élève à l’École supérieure de guerre entre 1935 et 1937, il est nommé chef du 2e bureau à l’état-major particulier du commandant en chef d’Afrique du nord de 1942 à 1943. Chef du 2e bureau de la Mission militaire française à Londres en 1944, il rejoint la 9e D.I.C. dont il est sous-chef d’état-major.
Il sert à Rabat les deux années suivantes, puis comme colonel du 7e R.T.Sénégalais à Dakar, entre 1947 et 1949. Professeur à l'École supérieure de guerre de 1949 à 1951, il est commandant de la zone ouest de Cochinchine de 1953 à 1954. Général de brigade en 1955, il devient alors chef de la région civile et militaire de Marrakech en janvier 1956.
Il passe en revue le 6eRPC revenu du Rif. Il assiste aux obsèques du Glaoui, Pacha de Marrakech décédé le 23 janvier 1956. Pendant son commandement en février, la prise de fonction de deux responsables marocains: pour la ville de Marrakech Mehdi Sakkali et pour les territoires de la province Moulay Hafid El Alaoui. Mehdi Sakkali fut incapable d'arréter les émeutes du 2 mai qui ensanglantèrent Marrakech: assassinat du frère du caïd Sektani, puis d'un ancien Khalifa du Pacha, puis du Fqih Bou Regba, puis des incendies de maisons dont celle des Mansouri, puis le caïd Hadj Omar fut tué, en fait probablement une centaine d'éxécutions de marocains par des marocains, le nombre de morts n'a jamais été connu. Du côté français il y eut la tentative d'assasinat du Révérend Père de Prémare début mars et l'enlèvement le 12 mai du capitaine Moreau qui ne fut jamais retrouvé. La bagarre entre marocains et sénégalais fit neuf morts le long de l'avenue Mohamed V le 30 juin. En fait le général Bazillon n'est plus le Chef de région, comme l'ont été ses prédécesseurs. Il assiste à des affrontements entre marocains: actions d'intimidation de l'armée plus ou moins clandestine de Libération, élimination de ceux qui semblaient avoir soutenu Moulay ben Arafa. Le général est principalement occupé à introduire les nouveaux responsables marocains dans leurs nouvelles fonctions et d'accueillir les visites-inspections des nouveaux ministres dans les domaines de leurs attributions.

general-Robert-Chavatte-1958

16 - Général Robert CHAVATTE (Pierre, André) - (1901-1990) Jeune officier il avait été en fonction à Marrakech puisque son fils François y est né en décembre 1932. Il fit sa carrière en Indochine dans les parachutistes de 1938 à 1956. Il y acquit une grande popularité. Les camps parachutistes sont attachés à son nom . Il fut nommé à la Région de Marrakech en 1957. Photo Salam MRK: le général est en présence du Président Justini, des anciens sous-officiers de réserve, de Monsieur Pingeon, maître tailleur de la garnison et de sa fille Nicole Pingeon habillée en Madelon. Nous recherchons des précisions sur les aspectss de son commandement à Marrakech. 
Les questions concernant Marrakech et sa région sont définitivement prises en charge par les responsables marocains mis en place. Reste la présence française représentée d'un côté par un Consul de France et d'un autre côté par un Délégué militaire  au grade de général. 
Madame la Générale Chavatte présidait les réunions des assistantes sociales de la Région et rendait des services éminents dans les relations franco-musulmanes. C'est à la suite de sa promotion comme Général de Division que le Général Chavatte a quitté Marrakech en février 1958.
Cet article est une contribution à l'histoire de 1912 à 1958 à Marrakech. On aura constaté que beaucoup de biographies de ces généraux restent à faire ou au moins à enrichir de documents et de photos. Nous encourageons les lecteurs du blog à partager les informations qu'ils détiennent sur ces grands acteurs de la ville de Marrakech et de sa région.
Cette rétrospective des Commandants chefs de région de Marrakech est originale. Elle ne peut être copiée sans l'accord écrit de l'auteur et la mention de l'édition: Mangin@Marrakech - 14 juillet 2017.