L'HÔPITAL MAISONNAVE: DES SOLDATS SOIGNÉS DANS UN PALAIS

POUR CE 11 NOVEMBRE 2017, 99 ANS APRÈS L'ARMISTICE - LA MÉDECINE ET LA CHIRURGIE MILITAIRES DE MARRAKECH À L'HONNEUR.

En mémoire des médecins, chirurgiens, pharmaciens, hygiénistes, officiers d'administration, infirmières et infirmiers européens et marocains qui souvent au risque de leur santé et même de leur vie ont soigné les soldats et les civils, enrayé les épidémies et accompagné les handicapés et les mourants. Honneur à leur travail et à leur dévouement.

LE PALAIS DAR EL BEIDA

Le Palais du Sultan du Maroc à Marrakech avait été délaissé par le Sultan Moulay Abdel Aziz, puis par le Sultan Moulay Hafid au profit des Palais de Rabat et de Fez. L'épisode du prétendant El Hiba venu de Tiznit en été 1912 avec ses hommes bleus à Marrakech pour prendre le pouvoir avait vu la plupart des Palais de Marrakech (à quelques rares exception, comme les palais des Glaouis) occupés et partiellement pillés par les Hibbistes.

Dar Beida- Maisonnave-1912_4 Les bassins de Dar el Beida avaient été laissés sans eau, comme à l'abandon.

Le 6 septembre 1912 la colonne du colonel Charles Mangin s'élance pour arracher 9 prisonniers français retenus par El Hiba dans Marrakech. Le colonel Mangin défait l'armée de Merebbi Rebo à Sidi Bou Othmane, et dépèche la cavalerie commandée par le Commandant Simon sur Marrakech. Dans la nuit El Hiba mesurant la défaite complète de ses troupes s'enfuit vers Taroudant et le Sud. Le Commandant Simon entre dans Marrakech le 7 septembre. Les prisonniers sont libérés saufs. 

Les troupes de Mangin eurent cinq morts et 23 blessés. Le Palais Dar el Beida, abandonné par les Hibbistes fut réquisitionné pour loger les malades et les blessés, qu'on ne pouvait soigner durablement sous tentes. Les officiers sans troupes y logèrent aussi. La distance qui séparait ce Palais de la Médina de Marrakech avait l'avantage d'isoler les malades du coeur de la ville.

Agdal-perspective_o La photo aérienne montre d'abord le palais Dar el Beida entourré de son écrin de verdure, les jardins de l'Aguedal. Plus loin la médina de Marrakech enserrée dans ses remparts. Au loin vers la gauche se devine le Guéliz.

L'hôpital accueillait les blessés mais aussi des malades:  le manque d'eau dans les puits sur le chemin de Marrakech, l'utilisation éventuelle d'eaux souillées firent contracter des maladies épidémiques. Les médecins JULIEN, MAY et QUÉTIN qui accompagnaient la colonne Mangin soignaient toutes sortes de maladies contagieuses. Mais le premier médecin atteint sérieusement à Marrakech fut le jeune médecin-major MAISONNAVE. Il a succombé à une fièvre typhoïde et il est mort le 6 octobre 1912, à l'Hôpital de campagne n°6 (établi dans le Palais Dar el Beida). Il accompagnait le 3e Bataillon de Zouaves.

Le Palais Dar el Beida, situé dans les Jardins de l'Aguedal, fut construit sur l'ordre du Sultan Si Mohamed vers la fin du XVIIIe siècle, puis restauré et embelli vers 1850 par le Sultan Moulay Hassan. Ses successeurs l'avaient occupé et réservé à leurs femmes afin qu'elles puissent se promener tranquilles dans les jardins de l'Aguedal. C'était le palais du harem du Sultan reignant.

MAISONNAVE_AVION-001

  Photo aérienne de Dar el Beida par Flandrin où apparaîssent les différentes cours intérieures et les bassins.

La réquisition du palais par le Colonel Mangin confirmée par le général Lyautey ne portait que sur Dar el Beida, et non sur le pavillon Dar Rédouane, situé à l'écart où les femmes du Sultan Moulay Youssef purent s'installer lors de sa venue triomphale à Marrakech le 13 décembre 1912. Dar el Beida accueillit non seulement l'hôpital militaire, mais aussi les bureaux de l'Intendance, l'Administration, le Trésor, les Postes et la Télégraphie.

MAISONNAVE_ADF-infirmiere-007  Ambulancière reprisant les vêtements d'un tirailleur sénégalais au bord du bassin.

Premières impressions par une infirmière de l'ADF

Mlle FERRAND infirmière-ambulancière arrivée en septembre 1912 a connu les premiers jours d’installation à Marrakech, puis a suivi une colonne à Mechra ben Abbou pendant 4 mois. Revenue à Marrakech avec la colonne, elle voit les changements:
« A Marrakech notre vie eut le même caractère qu’à Mechra mais dans une toute autre installation : nous avions quitté un hôpital très simple de tentes et de baraquements, avec vue du grand bled, et nous arrivions dans un palais (un ancien palais du Sultan), dont l’hôpital occupait la partie réservée au Harem. Nous étions là pour aider les infirmiers à donner des soins, pour les guider, et surtout pour remonter moralement les malades."  

Maisonnave-Dubois-1921-8  Photo Dubois: Un tourne disques 78 tours pour le moral des malades et blessés.

La première messe à Marrakech fut célébrée à l'extérieur devant Dar el Beida par le Père FABRE. 

Maisonnave-Dar Beida-Messe-Maillet-1912-6Photo Maillet, 1912.

Le Père Apollinaire COLOMBIÉ célébra ensuite un dimanche sur deux à Dar el Beida, l'autre dimanche à la chapelle en bois du Guéliz.

Pendant la guerre de 14-18 le Général LYAUTEY fit aménager MAISONNAVE en un hôpital moderne. Tous les équipements y furent  fonctionnellement réalisés en conservant la beauté architecturale et artistique du Palais, ainsi que son cadre de l'Aguedal avec ses plantations et ses bassins d'agrément et d'irrigation, remplis d'eau draînée depuis le Grand Atlas. Les régiments de Marrakech partirent pour combattre en Europe et certains revinrent avec leurs blessures. La compagnie des mobilisés de Marrakech resta au Maroc et combatit à Azilal. 

Maisonnave-Sancan-1919-6

 Photo Sancan: le repos des blessés. Les médecins sont distingués: Le docteur Jacques GUILHEM, médecin Major de 2e classe reçoit en janvier 1919 une médaille d'argent pour ses actions en vue de la lutte contre les épidémies. 

Maisonnave-Dar Beida-Limanton-1913-4 Photo E. Limanton : les militaires en convalescence prennent le soleil.

MAISONNAVE_Limanton-010  Photo Limanton: Zouave et sénégalais en palabre.

Maisonnave-Dubois-Dar-Beida-1920
En janvier 1922 un autre médecin Charles GILLOUIN, meurt de fièvres typhoïdes. Les infirmières de l'association des Dames Françaises (ADF) sont toujours les seules à desservir l’hôpital Maisonnave en appui des médecins et infirmiers de l'administration. Elles écrivent:
"Le palais du Sultan où est installé l’hôpital est un des plus beaux du Maroc.(…) Il y a des plafonds de cédre peint, de toute beauté, qui firent l’admiration du Président  MILLERAND , quand il parcourut le palais en avril dernier. Le Service de Santé y a fait adjoindre des annexes merveilleusement aménagées.
Dans un parc de huit hectares, où les oliviers, les orangers, les grenadiers pressent leurs frondaisons vivaces et fraîches, des séguias à l’eau rougie par la terre de Marrakech, courent dans tous les sens avec un bruit de sources, l’Atlas féerique et neigeux fait à tout cela une inoubliable toile de fond." 
Les patients profitent des jardins de l'Aguedal pour hâter leurs guérisons. (photo plus haut à droite) Le pavillon des officiers ci-dessous à gauche)

Maisonnave-Dames_françaises-Pavillon-officiers-1922

"C’est dans ce parc merveilleux que des pavillons charmants sont affectés à la chirurgie, à la maternité, aux officiers et aux civils en traitement. La fièvre typhoïde, le paludisme, les broncos-pneumonies frappent beaucoup de soldats. 

Le général DAUGAN, Commandant la subdivision de Marrakech et Mme ont continué l’aimable tradition du Général et de Madame de LA BRUYÈRE, et rapproché avec beaucoup de bienveillance la distance entre le Dar Si Saïd ( siège du général commandant de région) et l’Hôpital." 

Maisonnave-septembre-1922-Lecherbonnier

5 octobre 1923, l’ADF envoie un lot de livres pour les patients de l’hôpital Maisonnave.
A droite photo du pavillon et de l'équipe de chirurgie.
Noël 1925 à l’Hôpital Maisonnave de Marrakech:
"Le traditionnel sapin, offert par les pépinières municipales avait été dressé au milieu de la cour d’honneur et la musique du régiment de la Légion Étrangère nous prêtait son concours. C’est au son de cette excellente musique qu’eut lieu la distribution des cadeaux de Noël. (…) Chacun reçut deux objets de son choix, 2 paquets de cigarettes, 1 gâteau, 2 oranges, 1 sac de bonbons et un quart de café sucré. Personne ne fut oublié, tout le personnel civil et militaire, les musiciens, chacun fut gâté et environ 400 personnes défilèrent ce jour là devant nos tables bien garnies. 

Maisonnave-Association_Dames-Françaises-Noël-1925

Le matin au réveil, bonne surprise pour les blessés et malades. Chacun reçut une enveloppe contenant un beau billet de 5 francs tout neuf, don généreux de La Croix Rouge." 

MAISONNAVE_Salle-Limanton-016_5

Le pavillon des infirmières s’appelait « Les toubibas » 
En mars 1927, assemblée constitutive du premier comité marocain des ADF: celui de Marrakech. "Depuis 1912 les infirmières des ADF sont à Marrakech à l’hôpital Maisonnave, installé dans un des plus beaux palais de la ville. Elles se sont particulièrement distinguées dans la récente épidémie de typhus.
La grande sécheresse  qui règne dans l’extrême sud , en anéantissant les récoltes, a refoulé sur Marrakech un lamentable exode d’affamés dont la misère était effrayante
Pour récolter des fonds, une grande fête a été donnée dans le beau cadre de LA MAMOUNIA. Grâce au zèle de chacun, à la générosité de M. MAJORELLE qui a composé et tiré à cette occasion une belle eau-forte; à la poétique éloquence de M. METERIER,  au dévouement général, le succès a été complet et une magnifique recette a été versée entre les mains des autorités officiellement chargées de secourir les malheureuses victimes."  Photo Limanton: Belle porte donnant sur une salle.

maisonnave-Amidieu-3

Les infirmiers du 32e SIM (Service Infirmier militaire sont exposés aussi aux épidémies. Au premier semestre 1928, on enregistre à Maisonnave les décès de Zebrouk MERZOUGA et de Yves VAILLANT.

Décembre 1928/ janvier 1929

"Le typhus s’étant déclaré à Bensergaou près d’Agadir. Le médecin en chef de la division de Marrakech est venu à Agadir. Le docteur Pierre AMIDIEU visita les malades tous les jours. La promptitude et le dévouement du Dr AMIDIEU et de ses collaborateurs ont vite conjuré un danger qui aurait pu devenir une épidémie générale. 

32eSIM

Cependant deux infirmiers du 32e SIM, l'adjudant André Lefebvre et le caporal Albert BOUYER perdent la vie en 1933.
Personnels de Maisonnave en 1934 : Les Docteurs: René GRAINDORGE, Henri ROUTHIER, Pierre AMIDIEU, Paul DUTHU, Jean BARNÉOUD, Gilbert FAURE-BEAULIEU, Louis BRIMONT, Augustin LE DISSEZ, Edmond DIOT, Alexandre SONDAG, Alexandre RIBOLLET, Léon LEUR, Adrien CAMPREDON, Georges CARIOU,
Administration: Gaston MUNIER, Cne Léopold LOMBARD,
Infirmières: Yvonne ALLARD née OMNES, Infirmier: Jean BOUBE,

maisonnave-porte

Juin 1935 - Le Comité local de l'ADF fait le bilan de l'année 1934.
Pendant les 4 premiers mois de l'année 1934, jusqu'à la fin de la pacification, les combattants furent prioritaires. Les Infirmières responsables furent Mme DUDOGNON et Mlle LIENART. L'ouvroir fabriqua des vêtements ce qui permit aux goumiers de recevoir  burnous et vêtements chauds pour eux et leurs enfants. Ces beaux résultats sont dus à la magnifique activité de Mme BERLIOZ, directrice de l’Ouvroir, secondée par Mmes TRUCHET, VINCENT, AMPHOUX, etc… Tous ces noms montrent l'implication des familles de Marrakech dans les oeuvres sociales pour les militaires.
Remerciements aussi à Mmes DORÉE, LAMBERT, CHOLLET, AURENGE, et à Mlle DES DÉSERTS, ainsi qu’aux docteurs RIBOLLET, CAMPREDON, et GAUTHIER. Au comité Mme PARISET remplace Mme MARC. 
Le photographe ROUDNEV, réalise une photo des personnels d'administration vers 1933-34

maisonnave-4

De gauche à droite et de haut en bas: Debout: X, X, X, X, Paul ROY, MANSART, X, X, X; Assis: DUPONT, MICOULAS, DAHAN, SONDAG, LOMBARD, LEVY, PIERROT, X; Accroupi: MASOLIVER.
A partir de la fin de la Pacification, au mois de mai 1934, les activités des infirmières ont été réorientées vers d'autres spécialités.
Des infirmières ont pu être affectées au dispensaire antituberculeux, à l’hôpital indigène Mauchamp, à la Polyclinique, à l’oeuvre des « Enfants à la Montagne ».
Toutes les infirmières ont reçu le baptême de l’air afin de pouvoir être convoyeuses en avion si nécessaire.
Le médecin colonel GRAINDORGE, directeur régional est en instance de départ. Le corps médical se compose des docteurs ROUTHIER, RIBOLLET, DIOT, LAPIDUS, MODOT, DUTHU, CROZES, GAUTHIER, BRIMONT, LACOMBE, RIOUX, TINARD et du Pharmacien CARIOU. 

maisonnave 1

De gauche à droite, debout: PELLEGRIN, AUDIGIER, Mlle de LA SALLE, DAHAN, Paul ROY, Mlle BRIEY, FAVIER, DEZARNAUD; Assis: Dr GAUTHIER, BROUSSOLLE, RAMERY, AMIDIEU, RIBOLLET, CAMPRODON, X, CHOMERAT.
La construction de l'Hôpital civil du Guéliz à l'entrée de la Palmeraie, conçu par la SHP (Santé et Hygiène Publique) du Protectorat va permettre de transformer le pavillon des civils de Maisonnave en pavillon des Sous-officiers.
Plus tard l'Hôpital civil prendra le nom d'Ibn Tofail.
La photo du Bloc opératoire vers 1935 montre certains visages:

bloc_operatoire_1935  De gauche à droite debout: Mlle BRESSON, BRAHIM, Adjudant Paul ROY, Médecin capitaine GAUTHIER, LAHOUSSINE, X, X,.. Assis devant: Médecin commandant RIBOLLET.

Parmi les sous-officiers en 1935 : MM DUPONT, MICOULAS, DAHAN, LEVY, PIERROT, ACQUAVIVA, MASOLIVER, PHILIPPIN, MAURIZI, POZZO DI BORGO, BERNARD, DEGOIX, FAVIER, DEZARNAUD, Paul ROY.
Parmi les employés civils MM Marceau FENEYROL et Auguste CLEROUIN (joueurs célèbres du SAM), PELLEGRIN, Gaston HULEUX, Louis FEUGAS, KRAFT et RAHAL Ben ALI (qui deviendra plus tard l'économe d'Ibn Tofail).

MAISONNAVE_Felix- Galerie-014_2

Photo de l'entrée d'une galerie avec un plafond peint.
Mai 1936 - Comité de Marrakech de l'ADF
On évoque l'Arbre de Noël 1935 de l’hôpital Maisonnave: préparé par Mmes CHOLLET et LAMBERT.
Ouvroir : Mme BERLIOZ a offert : 74 chandails, 602 pièces de layettes, 155 chandails pour enfants, 80 paires de sandales,..
Les infirmières interviennent dans les différents hôpitaux et dispensaires, Maisonnave, Mauchamp, Maternité, dispensaire antituberculeux, polyclinique, goutte de lait, oeuvre des enfants à la montagne.
Un Bal de bienfaisance est organisé par Mmes LAURENT et TRUCHET.  Ouverture de cours de formation d'infirmières en novembre 1936 par les médecins de l’hôpital Maisonnave, comme presque chaque année.
L'épidémie de typhus en 1936 provoqua un afflux dans tous les établissements hospitaliers de Marrakech et des environs, tant pour les soins curatifs, mais également pour la prévention des maladies.
Les écoliers de l'école Arset el Maach qui résidaient à l'hôpital Maisonnave du fait de la profession d'un de leurs parents, étaient conduits assis dans l'ambulance hippomobile de l'hôpital. Il y avait Laure et Roland Roy, Joseph, Yolande, Lily, Carmen,Coco et Roger. Ils passaient devant le cimetière de l'Aguedal qui fut le second cimetière européen, ouvert en 1912 et transféré après l'Indépendance au cimetière du Guéliz.  (le premier "cimetière chrétien" se trouvait encore en 1920 près de Bab el Khemis). Source Salam Marrakech n° 28 et 37.

maisonnave-Ramery-Joseph-3

En 1937 les principaux noms des dirigeants de Maisonnave: Dr Henri ROUTHIER, médecin-chef de la région de Marrakech. Dr Joseph RAMERY, commandant, médecin-chef de l'hôpital Maisonnave, Dr Alexandre RIBOLLET, Commandant Hôpital Maisonnave,  Dr Edmond DIOT, Dr Henri POUBLANC, medecin capitaine, Dr Jacques BROUSSOLLE, médecin capitaine à la Légion, Dr Charles HENAFF, pharmacien capitaine, Etienne CHOMMERAT, lieutenant d'administration. Le docteur BROUSSOLLE succomba à une fièvre typhoïde en janvier 1938.
En mai 1938, une équipe d’infirmières est active à l'hôpital Maisonnave. La direction perpétue leur formation. Plusieurs noms de médecins, d'infirmières et d'infirmiers nous ont été conservés.
Les infirmières bénévoles de l'association des Dames françaises (ADF): Mlle BRU Émilie, Mlle HAAG Lucie, Mlle JURAN Emma.
Les médecins militaires: Jean JUILLARD, médecin capitaine, René DEMONET, médecin lieutenant
Les infirmiers de la 32e SIM (32e Section d'Infirmiers militaires) à Maisonnave en 1938: le sergent Roger BOUCHITÉ, le sergent François VANDURNE, le caporal Raymond ASSELIN, le caporal Jean WALTER, le soldat ABDELLAH ben LHADJ ALI, le soldat ALI ben AHMED, le soldat André BÉRANGER. C'est aussi à cette date que le Dr BERGIER, médecin du Service de la Santé Publique à Marrakech meurt du typhus.
Au cours de la guerre 1939-1946: La mobilisation vit à MAISONNAVE de nombreux marrakchis hospitalisés, Français et Marocains, blessés au cours des campagnes en Corse, Italie, France, Allemagne et Autriche et rapatriés dans leur ville. Une infirmière-ambulancière de Marrakech s'y  distingua, Madame Marthe BRUNIQUEL qui y gagna ses galons de lieutenant en dirigeant un hôpital de campagne.
Les médecins pendant la période de guerre furent le Commandant PINELLI, les médecins capitaine VIDAL-NAQUET, DE RUDDER, BERTHELEMY, médecin lieutenant OBERLE et des médecins civils conventionnés: Paul DUTHU, DIOT et METENIER. Sur la fin de la guerre les médecins chefs étaient les médecins-colonels GEAY et LADOS.
Les infirmières à ne pas oublier: Mme PILLET, Mme HAGOPIAN et Mesdemoiselles de LA SALLE, AUBLANC, BRIEY, BRESSON, MORET et Antoinette LONGRO.
En 1946 l'infirmier civil LAHOUSSINE était tué dans un accident avec le capitaine ROCQUIGNY et l'Adjudant VÉRICEL. L'hôpital MAISONNAVE reçut son numéro d'identification: HM n°338
Dans les années 50 officiait le docteur AUMEUNIER et d'autres que nos lecteurs pourront ajouter dans les commentaires.
J. BOILEAU a passé 6 mois d'octobre 1954 à mars 1955 à Maisonnave comme infirmier militaire et a d'excellents souvenirs de Marrakech.
Jean-Claude PLAISANT appartenait de novembre 1956 à aout 1957 à la 11e section d'infirmiers militaires à Marrakech.
Avec la construction d'un nouvel hôpital militaire, l'hôpital Maisonnave fut fermé pour une autre utilisation. Il fut notamment la résidence des officiers des FAR.
Regardons encore les clichés du Palais dont le site n'est plus accessible au public aujourd'hui.

MAISONNAVE_Felix-cour-centrale008_5  Photo du riad par le photographe Félix. 

MAISONNAVE_013  Le photographe de CAP donne une autre vue du riad. 

MAISONNAVE_012  Les frères Levy présentèrent une vue de la Cour d'honneur se reflétant dans le bassin. 

MAISONNAVE_011 Sous un autre angle, le même site de la Cour d'honneur. 

D A nouveau le riad avec ses colonnes. 

D Les merveilleux plafonds en bois de cèdre. 

MAISONNAVE_013_5 

Merci au Service de santé des Armées, présent partout au Maroc, qui conduit depuis un siècle ses nombreuses missions sanitaires et ses actions humanitaires dans la dignité des traditions des hommes au képi rouge. Merci aux médecins, chirurgiens, pharmaciens, infirmières et infirmiers qui ont voué leurs vies aux autres.