FAIRE PART: NOTRE AMIE BLANDINE NOUS APPREND UNE TRISTE NOUVELLE

"La vie de mon père Jean Tarot a pris fin sur terre ce 17 février 2018 à 12 h.... Ma peine est grande...Papa aurait eu 98 ans le 10 mars... "

Monique TAROT, son épouse; leurs enfants, Brigitte et Jean DERA(†), Blandine et Gilles VIGOUR, leurs enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, parents, voisins et alliés ont la douleur de vous faire part du décès de M. Jean TAROT, survenu dans sa 98e année. Obsèques célébrées le mardi 20 février 2018, à 14 h 30, en l’église de Lembeye 64350, paroisse ND du Vic-Bihl.

Les marrakch'amis s'associent à la douleur de toute la famille TAROT. 

Ils sont particulièrement reconnaissants à Jean TAROT qui a partagé ses souvenirs d'ancien de Marrakech et de La Targa, et de combattant de la guerre 1949-45 tant sur ce blog que sur la revue Salam Marrakech. 

Écrire "Jean TAROT" dans le rectangle du module de recherche à gauche en dessous de "Toutes les Archives" et cliquer sur "rechercher". Vous trouverez textes et photos pour se souvenir. 

Vous pouvez aussi écrire dans les commentaires témoignages de reconnaissance et messagesde condoléances.

LES JUIFS MAROCAINS FÊTENT POURIM (28 février - 1 mars 2018), NOUS LEUR SOUHAITONS DE BONNES FÊTES

Une photo de la fête de Pourim en 1957 à l'école de filles Jacques BIGART de Marrakech: la prière d'Esther. 

Pourim-ecole-filles-Bigart-1957-priere-Esther Ce cliché fait partie d'une exposition de photos de l'Alliance Israélite Universelle qui est consultable sur le site: POURIM DANS LES ÉCOLES DE L'ALLIANCE 

Ecole-fille-Jacques-Bigart-Pourim-1957 Une autre scène de la fête de Pourim 1957 à l'école de filles Jacques BIGART 

 

Merci aux internautes qui reconnaîtront des élèves de 1957 participants à la fête de les nommer dans les commentaires afin que la mémoire demeure.

MARRAKECH DANS LES DERNIERS TEMPS DE LA GUERRE

Le Maréchal Lyautey avait reçu l'ordre du gouvernement d'envoyer tous les régiments stationnés au Maroc sur le front du Nord et de l'Est de la France dès la fin de 1913, de conserver quelques troupes territoriales dans les ports du Maroc le long du littoral de l'Atlantique et de déserter toutes les villes de l'intérieur, Marrakech par conséquent ne devait plus avoir de militaires.

Lyautey a désobéi au gouvernement. Il a certes envoyé les régiments les mieux aguerris (Spahis, Tirailleurs, Zouaves en gardant souvent un bataillon par régiment pour la formation de nouvelles recrues), mais il en a conservé beaucoup plus que prévu et pas seulement dans les ports.

Casernes-114e-1918

Le 114e RI était stationné au Camp du Guéliz, de même la Compagnie des mobilisés de Marrakech, ainsi que les légionnaires du 4e Étranger et quelques artilleurs de la 11e batterie. Il fallait éviter que les premières constructions du Guéliz restent à l'abandon. Il fallait aussi montrer aux tribus de l'Atlas et du Sud que les allemands ( qui les courtisaient en leur livrant des armes ) n'étaient pas de bon conseil. Le mot d'ordre de LYAUTEY: « s’appliquer à donner partout l’impression que la guerre ne nous émeut pas, que nous en attendons l’issue en toute confiance, et qu’ici, au Maroc, la séance continue ».

Plan-de-Marrakech_1918 Le plan de Marrakech ne se limite plus à la Médina comme au début de 1913. Cependant on remarque en plus de la Palmeraie un grand nombre de jardins à l'extérieur comme à l'intérieur des remparts. Un spécialiste des jardins, le polytechnicien paysagiste Jean-Claude Nicolas FORESTIER avait été envoyé par LYAUTEY d'abord en 1911 par tout le Maroc, puis à nouveau dans le courant de 1913 pour faire des préconisations en complément des règles imposées au Guéliz par le Capitaine LANDAIS. L'urbaniste Henri PROST viendra à Marrakech à partir de 1920 seulement.

Le coeur de Ville en 1918 reste en Médina, le Guéliz est encore peu construit. 

1918-Viux-Marrakech Sur ce grossissement apparaît en I, la place Djemaa el Fna, où se trouvent les principaux commerces, les hotels et les services municipaux. En II, se situe l'État Major qui plus tard sera transféré avenue de Casablanca à l'entrée du Camp du Guéliz. En III, les Jardins de la Mamounia où n'apparaissent que quelques constructions de l'Hôpital MAUCHAMP, le célèbre hôtel LA MAMOUNIA n'est pas encore sorti de terre. En IV, la Koutoubia près de laquelle se trouve Dar Moulay Ali, la Résidence du général Brûlard et de ses successeurs.(aujourd'hui MAISON de FRANCE)

On remarquera que la Médina n'est pas encore reliée au Guéliz par la grande avenue, appelée aujourd'hui Mohammed V. Dans les jardins qui deviendront l'Hivernage, on remarque deux bassins d'irrigation carrés qui deviendront plus tard une piscine.

Le tour de la Médina par les portes des remparts.

PORTES-autour-de-marrakech-1912 En V, le Palais du Sultan, situé au Sud  est séparé du Riad Zitoun par le Mellah.

Bab-Djedid-1918

Puis en suivant les remparts à l'Est se trouve en VI la porte Bab Ghemat; En VII Bab Debbagh et en VIII Bab Khemis où se trouvait le marché le plus important de Marrakech avant qu'une grande partie des commerces  soient transférés place Jemaa El Fna. En IX, Bab Doukkala, ouverte en direction de Casablanca et Safi. En X, Bab Roob qui ouvrait vers l'Atlas. Bab Djedid (entre IX et X ) ne figure pas sur cette carte, car l'avenue qui lui correspond (Jean du PAC - Hommane el Fatouaki) n'est pas encore tracée. Elle débouche sur un terrain vague. XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

La ville nouvelle, au pied du mont Guéliz 

Gueliz-MRK-1918 La porte la plus proche de la Ville nouvelle est Bab Doukkala. Les implantations des militaires sont situées en deux endroits: d'une part les casernes derrière la colline du Guéliz et d'autre part devant la colline, le Camp avec d'autres bâtiments et des tentes. La route de la Targa est à peine esquissée. Devant le mot "Ville" un rectangle, il s'agit de la première Chapelle catholique en bois du Guéliz. La gare ferroviaire en voie de 0,60 n'est pas figurée, cependant la future Gare en voie normale qui ne sera en fonction que 10 ans plus tard est déjà mentionnée comme un projet. Le futur quartier industriel est logiquement prévu le long de la route de Mogador-Essaouira et de la voie ferrée. 

Le-Gueliz-Felix-1918

En XI, sur l'avenue principale, se trouve la première Poste du Guéliz avec quelques rares constructions. Les premiers commerces et maisons furent construits entre l'avenue de Casablanca et cette Poste devant laquelle se construiront les immeubles de la Place de l'Horloge.

Le bassin de la Ménara et ses abords 

Menara-aviation-1918 Le plan figure le bassin rectangulaire au centre des jardins. A l'origine le "champ d'aviation" se trouvait entre la Ménara et la ville comme indiqué sur ce plan. Mais très vite cette proximité fut abandonnée en raison des nuisances occasionnéees et des risques d'accidents. La nouvelle base aérienne fut construite plus à l'est, de l'autre côté des jardins de la Ménara.

Le plan de Marrakech en 1918 nous montre la Ville rouge il y a cent ans. Il est peu détaillé mais nous permet d'évoquer les noms des hommes qui ont influencé la conception de la ville: En premier LYAUTEY qui fixa les principes généraux afin de protéger la Médina de nouvelles constructions. En deuxième la capitaine LANDAIS, il a tracé le quartier du Guéliz en forme d'évantail entre la colline et les remparts de la médina et prévu les installations militaires. Il était venu à Marrakech dès 1911 avant le colonel MANGIN qui resta peu de temps dans la ville rouge. Le capitaine LANDAIS fut maintenu à Marrakech avec la responsabilité des services municipaux de la ville. Une personne moins connue fut le paysagiste Nicolas FORESTIER; il eut un rôle important, c'est lui qui en 1913 décida des jardins à créer et ceux à protéger, il empêchait de construire dans la palmeraie. C'est lui qui a prévu le quartier industriel et l'emplacement de la future gare ferroviaire. Un capitaine du Génie, le capitaine PUISSANT a doté Marrakech du Fort du Guéliz avec son système de défense; on lui doit aussi l'ouverture de routes nécessaires au ravitaillement, à l'équipement et à la sécurité de la région. Enfin le célèbre urbaniste Henri PROST est peu intervenu sur Marrakech, avec son équipe il a plus travaillé sur d'autres villes du Maroc; cependant il a pu agir sur la conception du quartier de l'Hivernage. N'oublions pas ces hommes, ils ont fait de Marrakech une ville agréable à vivre car ils ont prévu  son extension.