Les calèches et cochers de Marrakech en danger

Le blog reçoit une requête de Kenza que nous publions volontiers. Nous ajoutons un plaidoyer pour les cochers, leurs familles ainsi que pour les chevaux synthétisé pour nous par Bou Tazoult.

 

photo 4 la calèche dans la circulation

Bonjour,
Tout d'abord bravo pour ce magnifique blog tellement riche et passionnant !
Je vous contacte car nous sommes un petit collectif de citoyens marrakchis, qui souhaitons sauver les calèches de Marrakech. Avec la crise du Corona virus, les frontières fermées, Marrakech est en berne et ses calèches se meurent.
Par notre mobilisation nous voulons lever des fonds pour nourrir les chevaux, et relancer les calèches dans la ville afin qu'elles puissent travailler avec les Marrakchis à des prix plus abordables et ainsi être une source de revenus pour les conducteurs.
A cet effet nous avons créé une page Facebook "Sauvons les calèches de Marrakech", et nous essayons de la documenter en photos, histoire, témoignages sur ce patrimoine que sont devenues les calèches de Maroc.
Avez vous des informations, photos, témoignages qui pourraient venir enrichir notre page et ainsi mobiliser et sensibiliser les gens à cette cause, 
En vous remerciant pour toute l'aide que vous pourrez nous apporter,
Kenza 

Sauvons-caleches-MRK 2

Marrakech vit en ce moment une grave crise due à la Covid-19, crise qui met en péril la santé des habitants, provoquant une famine chez les pauvres, et qui aura un impact financier pendant longtemps, par le seul biais du tourisme. 

Caleches-1955_o

Un article sur les chevaux de Marrakech en particulier, sur les animaux en général (paru sur les sites marocains, et repris dans Le Monde) témoigne de la détresse des propriétaires de calèches et de toute la masse des travailleurs contribuant à cette activité, sans oublier les montures indispensables. 

"À Marrakech, chevaux, ânes de trait et familles en souffrance (10 août 2020) 
La crise sanitaire liée au coronavirus a produit un impact négatif sur des centaines de chevaux et d’ânes de trait marocains de Marrakech tributaire de l’industrie touristique. 
Ces chevaux de trait ont pour activité principale de conduire les calèches de touristes. Depuis l’apparition du Covid-19 et l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire voire son énième prolongation (jusqu’au 10 septembre), l’interdiction de déplacements de et vers huit villes du royaume dont Marrakech, il n’y a plus d’activité pour ces animaux. Or, de milliers de personnes vivent du travail des chevaux. 

CHRISTIAN-Durieux-Caleches-MRK

À Marrakech, un seul attelage fait vivre quatre à cinq familles, dont les propriétaires, les chauffeurs et les garçons d’écurie, déclare au journal Le Monde le cocher Abdeljalil Belghaoute. « Si vous avez un magasin, vous pouvez le fermer. Si vous vendez des marchandises, vous les stockez. Mais imaginez avoir… des chevaux qui ont besoin de manger, de boire et de recevoir des soins médicaux », se lamente Abdeljalil Nouidi. La situation devient difficile à gérer pour lui et ses trois autres frères qui s’investissent dans cette activité depuis deux décennies. 
Les frères Nouidi ont l’habitude d’emmener les touristes en excursions en calèche. Cette année, ils traversent une période de vaches maigres. En juillet, ils ont dû vendre sept de leurs animaux. Y compris Cocotte, la favorite d’Abdenabi Nouidi, son propriétaire. « Ce n’est pas quelque chose que je peux facilement me pardonner », confie-t-il. Il avait promis à ce cheval de trait de le garder pour toujours. 
Afin d’aider les propriétaires, la Société pour la protection des animaux à l’étranger, SPANA a fourni les soins de base aux chevaux dès le déclenchement de la crise sanitaire au Maroc. De même, il a fourni trois mois de nourriture à près de 600 chevaux de la ville ocre et de la ville voisine d’Aït Ourir pendant la fermeture du pays. « Il est rapidement devenu clair pour nous, lorsque le confinement a été imposé, que de nombreux animaux de Marrakech auraient besoin de notre aide ou seraient confrontés à une issue désastreuse », déclare Hassan Lamrini, vétérinaire en chef du centre SPANA de Marrakech. 
Toujours est-il que la situation épidémiologique du pays ne rassure guère. Au Maroc, le bilan officiel Covid-19 (9 août) fait état de 33.237 cas de contamination, 23.347 guérisons et 498 décès. « Plus longtemps cela durera, plus les chevaux et les familles auront du mal à survivre, fait remarquer Abdeljalil Belghaoute. Nous sommes vraiment effrayés par la gravité de la situation ».""

Rapporté par Bou Tazoult, auteur d'un article sur les calèches de MRK

Sauvons les calèches de Marrakech, aidons-les !

Les calèches de Marrakech dans la littérature:

Le livre de Christian DURIEUX, paru aux Presses du Midi en 2007

Un roman de Marie Barrère-Affre, paru dans le Journal La Croix en juin 1938. Ci-joint un extrait: 

Caleche-Marie-Barrere-Affre-juin-1938-