Un-brin-tiré-d-une-botte De cette botte de clochettes, le plus beau brin est pour vous.

 POURQUOI le T6 n°87 EST-IL ICI PHOTOGRAPHIÉ À SIDI ZOUINE ?  

sidizouine03

 VOIR PLUS LOIN LA QUESTION POSÉE PAR LE PILOTE JEAN-MICHEL SAUX ...

L'AÉROCLUB DE MARRAKECH 

En 1935, l'aéroclub de Marrakech fait l'acquisition d'un deuxième avion. Il s'agit d'un CAUDRON de type Pélican C-510, un modèle nouveau avec moteur Renault de 140 CV, amélioré du CAUDRON-PHALÈNE. Il est immatriculé F-ANNJ

Caudron-Pelican-ANNJ-C-510

En plus du pilote, il peut faire voyager 3 passagers et il atterri pour la première fois sur l'aérodrome de  Marrakech le 7 avril 1935 convoyé depuis Paris par le pilote KRYNEN. La couleur du Caudron marrakchi est grise et non rouge comme cela avait été envisagé. Les quatre sièges sont confortables et garnis de cuir rouge.

Le mensuel "Le manche à balai" de mai 1935 nous apprend que le F-ANNJ, baptisé "Ville de Marrakech" au champagne a pour marraine la Générale CATROUX et pour pilote attitré l'adjudant GRAL. La flotte de l'Aéroclub double d'un coup. En effet il n'y avait qu'un biplan, propriété du club, nommé "Le Koutoubia" avant le printemps 1935 dont les pilotes étaient le plus souvent les frères MAHEU et Benjamin MENGUY. Il y avait aussi des avions appartenant à des personnes privées.

Un an après, le F-ANNJ Ville de Marrakech avait effectué 160 heures de vol sur 26000 kilomètres; dont 15 heures de baptêmes de l'air. L'adjudant GRALL avait effectué des vols sur Agadir (3), Rabat Boulhaut, Foum Sguid, Boumalem, Ouarzazate, Zagora; le pilote NORMANT à Agadir; le pilote R. MAHEU vers Port Lyautey, Tanger et retour par Rabat; le pilote C. MAHEU Safi, Oualidia, puis plus tard Taroudant; pilote COSCIA: Mogador, Agadir; pilote GUILLAUME: Safi, El Kelaa, Tamlet; Pilote G. DESLANDRES: Chemaïa. Un circuit passant par Onenkrine et l'Ourika fut effectué 4 fois et aussi 2 fois le survol de Télouet par l'adjudant GRALL et ses talentueux élèves, les pilotes MAHEU et GUILLAUME.

Le 6 juin 1936 eut lieu un grand rallye des Aéroclubs marocains avec onze villes en compétition. Le "Ville de Marrakech" a été classé 2e, derrière l'avion d'Oujda. L'équipage marrakchi se composait des pilotes René MAHEU et M. GUILLAUME avec en outre M. du COLOMBIER, Vice-President de l'Aéroclub qui était le navigateur et M. G. GAYOU.

En 2010 on pouvait voir encore le hangar de l'aéroclub 

aeroclub de marrakech

Voir en bas de page la suite sur l'Aéroclub à Oualidia

LES T-6 DE MARRAKECH PORTAIENT DEUX IMMATRICULATIONS

Les plus gros chiffres permettaient d'identifier de très loin le T6 et son pilote présumé. Ces numéros à deux ou trois chiffres servaient à distinguer les avions d'une même base école.

Sur la dérive un autre nombre, en chiffres plus petits et plus long était celui du constructeur. 

T6-D-69-MRK

Ici le T6 n°69 de la Base école est immatriculé sur la dérive 80937

Jean-Michel SAUX, un pilote de la 60B fidèle au blog, nous fait une demande: 

"En cette période de confinement où nous avons beaucoup de temps libre propice aux recherches , je lance une bouteille à la mer : un ancien ( pour ne pas dire très ancien , 60 ans déjà ) de la BE 707 possèderait-il une photo du T6 N° 87 sur laquelle le N° inscrit sur la dérive est lisible ? Je remercie d'avance celui qui pourra m'apporter une réponse car cet avion sur lequel j'ai été lâché m'intéresse au plus haut point ."

Qui aidera Jean-Michel SAUX à trouver l'immatriculation du T6 n°87 ?

Sur le blog nous en avons trouvé plusieurs, mais pas de n° 87. Qui complétera la liste ?

Assez souvent le numéro d'immatriculation est illisible. Pour retrouver les images par l'outil de recherche du blog on pourra utiliser le nom du pilote qui a communiqué la photo.   

Numéros-T6

123799762

Le T6 H (HARVARD) était caractérisés par son long pot d'échappement et la partie arrière de la verrière rallongée. En bon avion Britanico/Canadien il possédait le manche du Spitfire qui déroutait un peu au début.

H5 - xx764 - LEFEVRE

H 8 - x7121 - LEFEVRE

H11 - illisible - MAUMONT

H16 - illisible - DUPREZ

H27 - illisible -MAUMONT

H28 - illisible - MORANGE

H29 - illisible - RIBAILLER

H45 - 5 17134 - CHATEAU

H49 - illisible -

T6 immatriculé aux USA

G4 - 481256 - JUNCAS (1945)

GRÂCE À CLAUDE BALESTRIERO DE LA PROMO 59E QUI A LU CETTE PAGE DU BLOG, JEAN-MICHEL A SA RÉPONSE EN MOINS D'UNE SEMAINE..

sidizouine04

LE T6 N°87 ÉTAIT IMMATRICULÉ 42 44 710, À SIDI ZOUINE POUR UN CHANGEMENT DE MOTEUR À UNE DATE INCONNUE.

Jean-Michel, agréablement surpris mais ravi a remercié chaleureusement Claude, il précise en plus:" Je n'aurais jamais pensé recevoir une réponse aussi rapide et en suis d'autant plus heureux .(...) J'ai été lâché le 16 juin 60 ( Sgt Chef Courtade ) , c-à-d depuis 60 ans dans quelques semaines.." Nous lui souhaitons un bel anniversaire déconfiné.

GRACE À UN AUTRE AMI DU BLOG, GILBERT NÊEL, QUI A ACCÈS AUX CV DES T6, Jean Michel peut consulter tout le Curiculum vitae du T6D n°87 (voir ci-dessous le 2e commentaire daté du 7 mai). Bravo les pilotes !  et bravo à Gilbert pour sa passion pour les T6 !

Pierre nous envoie une photo d'un T6 qui, après Marrakech, a joint la Base de Cognac.

T6 au dessus de la base de Cognac en 1962 Il s'agit du T6 - 80 immatriculé 42 85609. Merci à Pierre pour cet info qui interessera en particulier ceux qui ont piloté ce T6 ainsi que ceux qui pourront se souvenir des pistes de Cognac.

LES AVIONS DES AÉROCLUBS À OUALIDIA

Le 16 juin 1935 l'adjudant GRALL pose le " Ville de Marrakech" à proximité de la plage de Oualidia, déposant ses passagers. Un comité d'accueil s'était organisé autour de M. DUPRÉ, président du Conseil général de Oualidia. Il y avait aussi M. CRÉTÉ le cantinier et garde-champêtre, Amédée ANDRÉ citoyen d'honneur de Oualidia. Les passagers furent ravitaillés en coquillages, poissons et crustacés de toutes sortes qu'ils purent rapporter à Marrakech dans un étât inégalé de fraîcheur.

KLEMM-Fusbahn-Suisse

Quelques jours avant, le Dr et madame FUSBAHN de nationalité Suisse, avaient atterri sur la plage de Oualidia avec leur KLEMM de 120CV.

Amédée ANDRÉ se saisit de cette innovation pour organiser à Oualidia une grande rencontre de pilotes privés venant de Marrakech, Mazagan, Safi, Casablanca... Par exemple l'Aiglon rouge de M. DUPONT, les deux Luciole de l'Aéroclub Safiot pilotés par BIDOLET et ROUACHE.

C'était le 15 aout 1935 - les avions évoluérent toute la matinée dans le ciel de Oualidia. Puis les pilotes et leurs passagers se sont retrouvés pour une superbe diffa organisée par M. et Mme ANDRÉ. Cet événement relayé par la presse marocaine fut un énorme coup de pub pour le futur développement de Oualidia et  l'engouement qui en est résulté.

L'Adjudant GRALL passera plus tard officier et lors d'un accident survenu le 25 septembre 1944 il est décédé à 42 ans. Une rue du Guéliz porte son nom: rue du Capitaine GRALL.

Merci aux anciens pilotes de la Base 707 de répondre à la demande de Jean-Michel SAUX qui cherche l'immatriculation du T6 n°87, écrivions-nous le 30 avril. Merci en particulier à Claude BALESTRIERO d'avoir trouvé la réponse dès le 6 mai. Et à Gilbert NÊEL d'avoir retracé tout l'historique de cet avion le 7 mai. Bravo à eux !

Les familles des pilotes de l'Aéroclub qui auraient des photos, des documents ou des récits de souvenirs peuvent les partager sur le blog, soit en ajoutant un commentaire à cette page, soit en s'adressant à la rédaction du blog par : mangindemarrakech (arobas) free.fr

On peut voir aussi : 

http://mangin2marrakech.canalblog.com/archives/2014/04/29/29354440.html ou utiliser l'outil de recherche du blog avec le mot "aéroclub"