CHRISTIAN VIALA CONNU AUSSI SOUS LE NOM DE PLUME DE DURIEUX NOUS A LÉGUÉ DES POËMES QUI PARLENT À NOS COEURS. 

Il est décédé alors que les feuilles tombent des chataigniers des Cévennes en automne. L'inhumation aura lieu le vendredi 16 novembre 2018, à 11 heures, au cimetière d'Alès (Gard), dans la sépulture familiale. Christian avait aussi beaucoup d'amis à Toulon et sa région.

ROBERT LUCKÉ NOUS INFORME AUSSI DU DÉPART D'UN AUTRE DE SES CHERS AMIS ROBERT BONIFACE AU MILIEU DU MOIS D'OCTOBRE À MONTPELLIER

NOUS SAVONS PAR SA SOEUR MONIQUE QUE ARMAND AMZALLAG, ANCIEN DU LYCÉE MANGIN EST DÉCÉDÉ EN ISRAEL 

"J'espere si c'est possible de toucher les anciens amis marrakchis de mon frÈre Armand Amzallag qui ont fréquenté le cours complementaire GEORGES ET MAURICE LEVEN ET L'EX LYCEE MANGIN ENTRE LES ANNEES 1950 A 1956 pour annoncer le deces de mon frere bienaimÉ a l'age de 83 ans le 2 novembre 2018 a Ashquelon Israel à la suite d'une leucemie dont il a beaucoup souffert. Sa perte pour notre famille est immense."

ARMAND-amzallag-LYCEE-mangin-1954-seconde-2 La classe d'Armand en 1955-56 avec le professeur RZETELNY. Nous espérons que ceux qui les connaissent préviendront ses anciens camarades de classe. (Photo Daniele Accart-Pavy). ARMAND est rang du haut le 3e à partir de la gauche avec la tête légèrement de profil. Les noms des élèves identifiés sont Jean-Jacques WACHSMUTH,  LUCIANI, Armand AMZALLAG, Albert ASSOULINE, Jean CERVONI, André HAZAN, PEREZ, Aimé LEVY. MOULOUD, J.P. SANANÈS, Joseph ASSOULINE, Salomon PEREZ, BITTON, Roger SULTAN, Danièle ACCART/PAVY, Mérito ELMOZNINO, du COLOMBIER, NAHMANY. S'ils ont reçu ce message ils peuvent faire signe en écrivant un commentaire.

Les anciens de Marrakech et du Lycée Mangin s'associent au deuil et à la peine de toute la famille d'Armand Amzallag et remercient Monique de leur en avoir fait part.

 CHRISTIAN VIALA - DURIEUX 

Christian-Durieux-2580

 Ancien du Lycée Mangin, Christian fut journaliste à la radio, écrivain et poëte.

Nous reproduisons plus bas un poême plein d'émotions écrit pour les anciens de Marrakech à Toulon en 2003.

Ses livres:

 

- Souk d'embrouilles à Marrakech - 2006

- Les calèches de Marrakech - 2007

- Objectif SNA JADE - 2008

- On se retrouve demain ... Salut ! Presses du Midi Ed. Toulon 2013.

« On se retrouve demain. Salut ! ». C'est par ces mots que l'auteur terminait ses matinales lorsqu'il travaillait dans les « locales » de Radio France. Avant cela, il était passé par le music-hall, le cabaret, la télé, les radios commerciales. Il avait plusieurs cordes à son arc : animateur, reporter, comédien et même producteur. Dans ces quelques pages, il nous livre ses souvenirs, avec humour et avec un certain recul. Il en profite aussi pour régler quelques comptes ! « On se retrouve demain. Salut ! » Une façon plaisante de plonger dans ce monde de l'audiovisuel, plein de paillettes, de rires, mais qui cache aussi des déceptions, des injustices et des peines.

Rappelle-toi ami, ta jeunesse passée

Sous le soleil ardent d'unéternel été.

Rappelle-toi ami, l'odeur des orangers.

Rappelle-toi ami, et puis n'oublie jamais.

 

Les remparts, l'Hivernage, les neiges du Toubkal,

Les fiacres trottinant, les jardins de l'Agdal.

Les souks, la Palmeraie et l'avenue Mangin.

Les caravaniers devant leurs dromadaires,

Descendus à pas lents du haut pays berbère.

Les petits ânes bruns au regard triste et doux,

Chancelant sous leurs charges: Hara! Hara zidou!

Spectacle permanent; la place Djemaa el Fna !

Les charmeurs de serpents, plus loin la Koutoubia.

Les marchands de brochettes agitant leur rabouz,

Les chfinges et l'ataï pour un chouïa de flous.

Les moutchous débrouillards qui cirent les chaussures

Ou guident l'étranger, ou gardent les voitures.

Les femmes en djelabah marchandant des kermous,

Tandis qu'un groupe d'hommes vêtus de leurs burnous,

Assis dans un café, sirotent le kaoua.

 Un taxi surchargé file vers Bab Doukala.

L'air sent bon les épices et le soleil est chaud.

Ce qui fait la fortune de quelques porteurs d'eau.

Les touristes ravis par les danseurs Gnaoua.

S'en vont, en ribambelle, voir une Médersa.

Et toi, tu vivais là, dans ce décor grandiose !

Enfant habitué à côtoyer ces choses,

Tu rêvais, insousciant, sous les jacarandas,

Respirant à plein nez l'odeur des acaccias.

Tu courrais dans la rue de l'immeuble Gidel,

Et le bruit de tes jeux s'élevait jusqu'au ciel,

Atitcha la fava et au quinet aussi,

Dans les allées fleuries des jardins du Hartsi.

Semelles crêpes, chapeau mou, la valise !

Cris de guerre joyeux dans les rues du Guéliz !

L'Histoire d'un jour pourtant t'es tombée sur la tête !

Tu as fait tes paquets, adieu les Djebilettes !

Fini la ville rouge, il t'a fallu partir !

Maintenant tu vis loin, avec tes souvenirs.

Mais tout au fond de toi, c'est le sol marocain.

Et tous ces souvenirs de quand tu étais gamin,

T'aideront aujourd'hui à attendre demain.

 

Rappelle-toi ami, ta jeunesse passée,

Sous le soleil ardent d'un éternel été.

Tappelle-toi ami, l'odeur des orangers.

Rappelle-toi ami, et puis n'oublie jamais i

Les anciens du Lycée Mangin, ses amis de Marrakech expriment leurs condoléances à ses proches. Ils auront une pensée pour le poête.

 

Robert-Boniface-Montpellier-34

ROBERT BONIFACE NOUS A AUSSI QUITTÉ

Robert a fait partie de l'équipe de Rugby de l'ASAM qui vainquit le RUC de Casablanca. La presse dans ses pages sportives avait mis en valeur la qualité de ses placages sur les joueurs adverses. Robert est décédé le 14 octobre et la cérémonie d'obsèques a eu lieu le 19 octobre à Montpellier où il vivait..

80165353_o

Il pratiquait aussi le cross; et le demi-fond : 1000, 1500, 3000 où il a gagné de nombreuses médailles.

80165727_o Avec le sport il s'était fait beaucoup d'amis qui sont tristes aujourd'hui.

Boniface-robert-cigogne-MRK-1980

Il aimait se dire originaire de Marrakech et ancien élève du Lycée Mangin. Marrakech était un peu comme son nid où comme un oiseau il aimait revenir chaque année après la migration. C'est pourquoi il n'est pas étonnant qu'il fut fasciné par les cigognes aux nids perchés sur les murs. Il aimait les photographier. 

 Les marrakchis expriment leurs condoléances à sa famille et tous ses proches.

Ceux qui voudraient exprimer leurs condoléances peuvent le faire en écrivant un commentaire au bas de cette page. Il est possible aussi de rajouter des récits, des poêmes ou des pensées à l'intention d'Armand, Christian et Robert et de leurs proches.