ALAIN CROSNIER NOUS OFFRE DES PHOTOS ET DANIEL ARBACETTE NOUS PARLE DE PAIN ET DU LIVRE D'UN GÉNÉRAL D'AVIATION FORMÉ À MARRAKECH

69-T6-ECOLE de MRK UN T6_D

BE 707, VIEUX SOUVENIRS

La BE707, était livrée en pains, baguettes et croissants par la Boulangerie du Guéliz. Daniel Arbacette qui participait aux livraisons en garde le souvenir et nous apporte en plus la référence du livre du Général Albert Pestre, qui parle de la Base aérienne de Marrakech en 1943 à l'époque où il apprit à devenir pilote: "Nous avions le grand plaisir de livrer la BA707 en pains dés l'aube avec les JUVA 4 de la maison" et Daniel poursuit:

"J'ai découvert dans le livre écrit par un cousin de ma femme, qu'il nous a dédicacé, À QUOI TIENT LA VIE..., du Général Albert Pestre, qu'il a fait partie d'une des  premières promotions de l'Ecole de l'air (fondée en 35 et pour l'heure à Marrakech) à la Base 707 entre le 17 Juillet 1943 et le 15 janvier 1944 d'où il partit pour Casablanca et les Etats Unis parfaire sa formation de pilote. Il y cite le commandant Dartois, les jumeaux Pierre et Henri Ferrando de sa promotion (Pierre périra aux USA en 53 sur un T33); le commandant Michaud, second de l'Ecole de l'Air, Jean Pierre Chabot (qui perira en Indochine en 47), ses camarades de baptême de l'air,  Andre Poillot et Georges Fehner.
Il évoque leur arme un fusil Lebel  1886-93, une fameuse ascension du Toubkal pour leur aguerrissement... les cours de formation avec sa 2° brigade sous les ordres du capitaine de Villaret, leurs avions :  le Morane parasol et le Noorth, des avions de chasse le Curtiss P36 et le Dewoitine 520... et surtout le fameux défilé du 11 Novembre 1943 devant ... le General de Gaulle et Winston Churchill !!! (...) il  cite dans sa dernière page concernant Marrakech, un camarade de promotion devenu célèbre en tant que journaliste : Jean Jacques Servan Schreiber !"
On trouvera sur le blog d'autres précisions historiques sur l'École de l'Air à Marrakech.

Pestre

Le livre du Général Pestre: À quoi tient la vie... est un récit autobiographique intéressant au plan historique et touchant par la sensibilité qu’il dégage. Albert Pestre, né en Algérie en 1924 et ancien élève de l’École de l’Air (promotion AFN 1943), nous fait partager ses émotions de pilote de bombardement et de transport dans des situations parfois périlleuses, et sa nostalgie pour une Algérie tant aimée. 

Le récit revient sur une enfance heureuse en Algérie, où son père directeur d’école et sa mère institutrice participent activement à la présence française jugée positive pour l’éducation, et la santé. Souvent, il est le seul élève européen parmi les petits Arabes dont il partage tous les jeux. Une chronique amusante de la vie locale visite Tlemcen et ailleurs : Ramadan, mariage traditionnel, chéchias, gandouras et burnous... et se termine par le Débarquement des Alliés en Afrique du Nord en novembre 1942, où l’auteur prend part à la Résistance.

 

Gal_Pestre02

 

Il prépare le concours de l’École de l’Air en 1943, loin d’une Alger submergée de troupes et parfois attaquée par les avions de l’Axe. La classe préparatoire militaire, en uniforme du 4e RTA avec punaises, pain rassis, froideur extrême l’hiver, rappelle que tout n’est pas rose pour accéder au ciel, pas plus qu’à l’École de l’Air de Marrakech où la formation militaire s’apparente à un "bahutage" permanent. Un premier contact difficile avec les filets d’air sur un Douglas DB-7, avec un crash dont il est le seul survivant, clôt une phase initiatique où il réussit à s’extraire miraculeusement d’un avion en feu... ce qui lui donne confiance en sa bonne étoile et justifie le titre de son livre. Il débarque aux États-Unis le jour de ses 20 ans pour sa formation au pilotage : un stage de dix-huit mois dans un pays de cocagne et novateur dont à son sens on devrait s’inspirer... Jean Louis Roy ajoute ( ci-dessus à droite) un spécimen de l'écriture du Général Pestre sur une dédicace de son livre à René Roy: "Je connaissais le Général Pestre pour l'avoir rencontré à plusieurs reprises aux repas mensuels du Tomato lorsque j'accompagnais mon père (qu'il avait connu à Evreux quand il commandait la Base, mon père était alors Président de l'Association des anciens de l'Ecole de pilotage 1939), c'était un homme plein de charmes et d'une grande modestie. Albert Pestre est malheureusement décédé en 2009 à Chaville."

Une des pages sur Marrakech tirée de son livre:

A 

A   

Pour celles et ceux qui, comme Lalla Claudine voudraient acheter le livre d'Albert Pestre: 

  • DATE DE PARUTION : 1ere : 01/10/05, 2e edition: 2006.
  • EDITEUR : SDE: Société des Écrivains
  • ISBN : 2-7480-2675-6 Il se trouve aussi d'occasion
  • EAN : 9782748026757

A

Debouts de gauche à droite: Jean Marc Pineau - Henri Coisne - Henri Ferrando - Jean P Chabot - Albert Pestre - André Poillot - René Blanc - Denis Barois - Robert Clément - Accroupis: Jean Brit - Georges Lescure - Georges Fehner.

Listes des 22 détachements par Patrice Lavardet des Cadets français certifiés entre le 7 janvier 1944 et le 22 décembre 1945 (la formation des détachements 21 et 22 s'arrêta aux USA avant la certification).

Albert Pestre faisait partie du 9e détachement dont la formation se déroula à Craig Field Alabama pour les pilotes de Monomoteurs P47 Thunderbolt et à Shaw Field pour les pilotes de bimoteurs B26 Marauder. Les épreuves de certification eurent lieu le 20 novembre 1944. Les noms des pilotes de la 9e sont suivis de leur certification quand elle est connue: soit P47, soit B26-1er pilote, soit B26-Copilote.

Atlan Henri B26-1, Aureillan Marcel B26-Co, Barois Denis B26-1, Baron Pierre P47, Bayle Cécil B26-1, Becquet Georges B26-1, Beaume Daniel, Blanc René B26-1, Bouttefroid André B26-1, Briffe Pierre, Brit Jean, Campocasso Louis P47, Carrier Jean P47, Chabot Jean-P P47,  Chaudon André B26-Co, Chesnais René, Chollet Georges B26-1, Clément Robert, Coisne Henri,  Depardon Gérard B26-1, Despouy Raymond B26-1, Duthu Roland B26-1, Elineau Émile P47, Fehner Georges,  De Feraudy Georges, Ferrando Henri P47, Ferrando Pierre P47, Forestier Jean, Georges Robert P47, Girard Claude, Grangette Jacques, Hardouin Gilbert P47, Humbert Jean, Julienne Louis, Lacomme Louis P47, Languillaume Jacques, Le Gall Yvan, Lemarié Paul B26-1, Lenoir Jacques B26-1, Lescure Georges,  Lhussa Jean B26-1, Lignon René, Magnin Adrien B26-1, Margain Jacques B26-1, Maumejean Marcel, Mesnard Charles P47, Meunier René B26-1, Mougenot Marcel P47,  Norloff Henri, Ogier Julien, Oulès Marcel, Palluau René, Parodi Roger,  Pestre Albert B26-1, Pineau Jean-Marc B26-1, Poillot André, Pujol Louis, Quenard Eugène, Quinel Jean P P47, Raulin Charles P47, Renevier Bruno B26-1, Roussille Pierre P47,  Saint-Cricq Maurice P47,  Saint-Hilaire René, Servan-Shreiber Jean-Jacques P47, De Sevin Thierry,  Thévenon René B26-1, Thion Maurice P47, Thomas Jean, Thourot Edmond B26-1, Trinquet Bernard, Turpault Gérard B26-1,  Turtaut Pierre-Denis B26-1, De Villepin Olivier B26-1.

ALAIN CROSNIER QUI TRAVAILLE À PRÉSERVER LE PATRIMOINE AÉRONAUTIQUE, RÉUNIT DES PHOTOS ET PRÉPARE UN LIVRE. IL NOUS PERMET DE VOIR DES PHOTOS PRISES SUR LA BASE DE MARRAKECH.

Les fameuses nouallahs dont parle Jean-Claude David dans ses Missions spéciales à Marrakech

51_nouallah_

1951 - Sergent Jacques Deschamps de l'école de pilotage, devant sa Nouallah.

mai_50_nouallahs    

La BE 707 en mai 1950: Les nouallahs des élèves pilotes. Photo Philippe Golain

Les parkings et les hangars en 1952-1953

 

52 pkg & hangars

Parrking et hangars T6 en décembre 1952. Cliché SIRPA Air 

53 pkg-twr      

Parking T6 de l'École de Marrakech en 1953. Photo Marcel Paquelier

56 vue MRK    

En 1956, le parking des T6 de la DI de l'École de Marrakech a pris de l'ampleur. Photo Revue de l'Air

EN 1959 L'ÉCOLE CONTINUE

59 amphi cabine 

Un Amphi-cabine pour des élèves de l'École de pilotage avec des visages à reconnaître. Photo SIRPA Air

59_BA_707__

Piste et parking de la Base École de Marrakech en avril/mai 1959 Photo Pierre Barbier 

59 dernier virage

Dernier virage avant la piste de Marrakech en 1959. Photo Philippe Château.

CETTE PAGE CONSTITUÉE GRÂCE À ALAIN CROSNIER ET DANIEL ARBACETTE COMPLÈTE D'AUTRES PAGES DU BLOG CONCERNANT LA BE 707. EN ESPÉRANT QU'ELLE INCITERA CEUX QUI Y ONT VÉCU À RACONTER LEURS SOUVENIRS.