À LA VEILLE DE LA GUERRE DE 39-45, MARRAKECH PROPOSE AUX ÉLÈVES ET À LEURS FAMILLES UNE OFFRE SCOLAIRE QUI VA ÉVOLUER. LE COLLÈGE DE MARRAKECH DEVIENT LYCÉE MANGIN ET CERTAINS DE SES PROFESSEURS AURONT UNE LONGUE CARRIÈRE ET EXERCERONT APRÈS SON CHANGEMENT DE NOM EN LYCÉE VICTOR HUGO. DIX AUTRES ÉCOLES PRIMAIRES ET D'APPRENTISSAGE FONCTIONNAIENT À CETTE ÉPOQUE NOUS EN CONNAISSONS LES NOMS DE PRESQUE TOUS LES INSTITUTEURS ET PROFESSEURS. (voir plus loin)

DENISE OHANA RECHERCHE SES CAMARADES DE L'ÉCOLE JACQUES BIGART DE L'A.I.U. EN 1952.

Denise a découvert le blog grâce au Chkoun Ana de Ninette Attar. Elle nous envoie un morceau de photo de classe depuis l'Australie où elle habite et lance un appel à l'aide pour retrouver la photo complète.

Jacques_Bigart  Mon nom est Denise Ohana (mariée a Michel Azoulay de Casablanca) Je suis née a Marrakech & habitais le Mellah, Rue Affir qui avait une porte sur la médina. Mes parents voulant déménager a Casablanca pour quelques mois, puis quitter le Maroc, ont vendu cette maison pour aller habiter au ZNAN EL HAFIA où la communautee Israelite avait construit des maisons pour les gens qui avaient peu de moyens. Personellement je n'ai pas habite là, car j'etais a Casablanca où j'avais trouvé un emploi, vivant chez une tante et attendant que mes parents déménagent à Casablanca. Mes soeurs Yolande & Georgette ont habite là-bas avec mes deux frères Meyer & Benjamin.

Mon oncle était connu dans le monde des épices, son nom est Charles Ohana, un oncle aussi s'appelait Armand et etait un tailleur, un autre oncle Simon , ma tante Hélène enseignait la couture a l'école Jacques Bigart. Une autre tante s'appelait Fedida & j'avais des cousins Fedida .Mon grand père s'appelait Hadou et vendait des textiles ainsi que mon père Mardochee Ohana.
Je suis dans une famille de 13 enfants. L'ainé Joseph (mort à un jeune âge), Félix  (qui est mort accidentellement à l'âge de 37 ans ), puis Simy Ohana, Yvonne Ohana, Moi Denise, ma soeur Raymonde suivie de Yolande puis de Georgette, puis de Meyer Ohana puis Benjamin. Mon frère Albert & ma petite soeur Silvia sont morts à un jeune âge. Nous avons tous fréquenté l"ecole Jacques Bigart.
Je ne me rappelle plus precisement des prenoms de mes amies d'ecole mais voici quelques uns: Rachel Perez, Afriat Jeanette, Bouzablo, Haziza Denise, Zrihen Simy, Bitton, Georgette Ohana, Attar, Issan Simy (avec le chat sur ses genoux car son père est mort), Attias, Afriat, Perez,Abtan Perla, Attar, et finallement Denise Ohana dont le visage est coupe en deux.
Notre maitresse était Mme Azoulay, une autre maitresse s'appelait Mme Elbaz & le maitre de Gymnastique Mr Ohana, Notre professeur de musique s'appellait Mr Amar un autre professeur Mr Haziza.
 
Ayant perdu toutes mes photos d'enfance, je suis hantée par cette photo d'école. Je fais appel a toutes mes anciennes amies de Marrakech et les supplie de m'envoyer cette photo.
Avec tous mes remerciements anticipés, je vous envoie mes amitiés.
Denise 
EN CE JOUR OÙ COMMENCENT LA FÊTE JUIVE DE HANOUCA NOUS SOUHAITONS À DENISE DE RETROUVER SES AMIES ET LA PHOTO DE CLASSE COMPLÈTE. CEUX QUI TROUVERAIENT CETTE PHOTO SUR UN AUTRE SITE PEUVENT AUSSI LE SIGNALER À DENISE.

Filles-Jacques_Bigart La cour de l'école des filles Jacques Bigart

images

NOUS SOUHAITONS À NOS AMIS JUIFS DES FÊTES DE HANOUCA BÉNIES
ELLES SE DÉROULENT DU MERCREDI 27 NOVEMBRE AU SOIR AU JEUDI 5 DÉCEMBRE
ENTRE TEMPS LES CHRÉTIENS AURONT COMMENCÉ LE MOIS DE L'AVENT (Dimanche 1er Décembre) POUR SE PRÉPARER À NOËL ET À LA NAISSANCE DE JÉSUS QUI PARLAIT ARAMÉEN.
NOTRE AMI JOSEPH DADIA, PRÉSIDENT FONDATEUR DE L'ASSOCIATION DES JUIFS DE MARRAKECH NOUS PARLE DE HANOUCA:
"Hanouca, fête que Joseph Flavius a appelée Hag Haourim, Fête des Lumières. En réalité, nous devions allumer les bougies le jour, mais les sages ont dit, en araméen, "Sraga bétihara ma mé'ania": La lumière en plein jour, à quoi servira-t-elle?" Ils ont dit aussi: "Un peu de lumière chasse beaucoup d'obscurité".
ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES À MARRAKECH À LA FIN DES ANNÉES 30

À MARRAKECH AVANT 1940, PAS DE LYCÉE MAIS UN COLLÈGE ET SEPT ÉCOLES EN MÉDINA POUR TROIS AU GUÉLIZ SANS COMPTER LES ÉCOLES DE L'A.I.U.

LE "COLLÈGE DE MARRAKECH" TIENT LIEU DE LYCÉE MAIS IL LUI MANQUE LES CLASSES DES TERMINALES. IL  DISPOSE D'UN INTERNAT. Lors de l'année scolaire 1936-1937 il accueillait 266 externes, 9 demi-pensionnaires et 34 internes. Les élèves qui veulent obtenir le baccalauréat vont poursuivre leurs études à Casa, Rabat ou même Maknes pour les filles. En 1934 ce college était qualifié d'enseignement secondaire du premier cycle mixte avec une section primaire supérieure mixte mais pas de classes primaires. Lors de l'année 1933-34 il comptait 143 externes, 23 demi-pensionnaires dont 19 internes. L'effectif avait presque doublé en seulement trois ans et l'absence de lycée devenait préoccupante.

college-3e-MRK20-1940 Dernière année du Collège de Marrakech (1939). Classe de 3e. De haut en bas et de gauche à droite.Rang du haut: R. PORT, A. FERNANDEZ, René MASSACRIER, MAIGROT, COLONNA, X, X; Rang du milieu: A. TAKIS, R.DUPRÉ, André SALORD, Roger SILBERMAN, DRIXEL, M.VIEUGEOT, X, Mme la professeur, X. Rang devant: X, X, L.LAUDENSKA, FERRER, A.PLANARD, F. MARCHAND, O.BALLONGUE, R.STOJKO, X, X.(Photo Salam MRKn°20)

Sur cette photo de classe deux jeunes ont leur nom sur le monument aux morts des élèves du Lycée Mangin où ils effectueront leur seconde: René MASSACRIER et Roger SILBERMAN.

Qui se souvient des professeurs du collège dont certains comme madame Henriette Wachsmuth ont continué à enseigner au lycée Mangin et même au lycée Victor Hugo dans les années 60 ? Les souvenirs peuvent être ajoutés en commentaires. Qui parmi leurs enfants ou dans leurs familles pourra nous informer de leur devenir ?

Directeur 1937 : Émile MICHEL ( faisant fonction aussi de Surveillant général). En 1933-34, le directeur était Marcel CLAIR.

Économat: M. Marcel DENIS, faisant fonction d'économe et Mlle Marguerite SALLES employée. En 1933-34 l'économe était M. Cézaire CAZABAT.

Mathématiques et Sciences naturelles: En 1937, Mme Marie-Louise RICHARD, titulaire de la licence et Mme Henriette WACHSMUTH, titulaire de la licence. En 1933-34 elles étaient trois, mais Marie-Louise RICHARD n'était pas encore là. Il y avait Mme Jeanne ARTHUR, professeur certifié et madame Annie LASSALLE, professeur auxiliaire, mais elles ne font plus partie du collège en 1937. Mme Henriette WACHSMUTH est donc la seule à avoir gardé son poste pendant cette période.

Histoire et Géographie: En 1937, Michel GRIMARD, titulaire de la licence. Son prédécesseur en 1933 était Eugène PURAVREL.

Arabe: Mme Nelly POTERIE (1937) remplace M. Adolphe POVERO (1934).

Lettres et Grammaire: Deux professeurs: Mme Marcelle GALVANI et M. Emmanuel CHABANET enseignent  en 1937. Seul des deux M. CHABANET était là en 1933. Il enseignait avec deux autres professeurs qui ne sont plus au collège: Mme Cécile ARDOUVIN et Félix MÉRIENNE.

Quatre répétiteurs avec licence d'enseignement arrivent en 1936: Mme Georgette BOULARD, M. Claude FRECHES, M. Maurice SPITALNY, Mlle Paulette GLEYZE. 

Anglais: Georges COUTEUX (1937), répétiteur avec licence a remplacé Pierre LECONTE (1934).

Dessin: Jack SAILLANT, professeur auxiliaire avait le poste en 1933 et en 1937.

Éducation physique: Titiana IVANOR, auxiliaire et Gilbert SALAGER, auxiliaire ont créé cette activité en 1936. il n'y avait pas de professeurs d'éducation physique en 1933-34.

Surveillant général: Émile MICHEL était déja Surveillant général en 1933 du temps du directeur Marcel CLAIR. En 1937 il cumule les deux postes.

Répétiteurs: Mme Reine THIERY et M. Robert AURADOU sont répétiteurs en 1937. En 1933, le seul répétiteur était Harold MARAL. 

Mangin-4eC-Thiery-1941 Au début du lycée Mangin, Madame Reine Thiery poursuit venant du Collège de Marrakech. Photo de la classe de 5eC année 1940-41. De haut en bas et de gauche à droite: Rang du haut: André CAPELLA, Liliane POUVREAU, Jeannine FOULON, Huguette LAPRUN, Marcelle VACA, Lisette TISNES, Hélène PUZENAT, Lucile BESSON, François FRANCESCHETTI, ; Rang du milieu: Emile BARDIN, X, Gilert JOUANDON (Titi) Pierre LOUVRIÈRE, Fernand IBANEZ, Louis TORRENTE (p'tit Louis),Yves-Henri MARTIN, Armand CALABUIG, Fernand OGE, Jacques BENAIM, Rang assis: Jacques SEIGLE, X, Edmond MIKALEIDES, Andrée BESANA, Yvonne SOULIER, X, Madame THIERY, professeur de mathématiques, Roger KERBIDI, Gilbert BRUNEL, Marcel MORAUX, Jacques SPYNS.

Certains de ces noms de professeurs et d'élèves doivent évoquer des souvenirs à nos anciens. Les enfants de ces professeurs peuvent nous envoyer des photos ou des documents les concernant afin de mieux conserver leur souvenir.

LES ÉCOLES D'APPRENTISSAGE SE TROUVAIENT EN MÉDINA

Il y avait deux écoles d'apprentissage musulmanes, l'une pour les filles, l'autre pour les garçons et une école de reliure.

L'ÉCOLE D'APPRENTISSAGE DE RELIURE (reliures en cuir marocain avec titres incrustés). Cette école fut créée en 1920 et n'avait qu'une classe d'une vingtaine d'élèves.

Directeur: Bernard DUFRESNE

EMBAREK ben MEKKI, maître ouvrier.

ÉCOLE MUSULMANE D'APPRENTISSAGE

Cette école fut créée en 1921. 

Directeur 1937: M. Camille MONTEL 

Il y avait à cette époque neuf classes et environ 350 élèves.

Instituteurs: MM Roger ECHEINE (déja là en 1933-34) et Edmond MALLEVAL

Institutrice: Mme Andrée DURET (déja là en 1933-34)

Instituteurs en 1937: MM Paul HENRI (venu de l'école de Riad Zitoun), ABDELLAH M'Hamed, Marius DUPONT (déjà là en 1933-34), Lucien DURET, Maurice PROUD

Contremaître: M. Joseph SILES

Maîtres ouvriers: MM. Félix LEROUGE et BEN MAHDI CHIK

ÉCOLE DE FILLES MOULAY ABD EL AZIZ

Cette école fut créée en 1921.

Directrice en 1937: Mme Lucienne GONNET, l'école avait huit classe et 390 élèves environ.

Institutrices: MMes Paule VIDAL, Marthe TORNEZY et Marie LOYSEL.

Maitresses ouvrières: Mesdames Léonie RAT, Hafiza GASMI, Marcelle FAVRE et Françoise MALHOMME.

Cette école semble prendre la suite d'une autre école qui existait en 1933-34 pour les filles du nom d'ÉCOLE MUSULMANE TICHENBACH: Elle comptait alors deux institutrices: Lucienne DECAUDIN et Paulette VIDAL. 

ÉCOLES PRIMAIRES: Cinq écoles primaires musulmanes dont une seule pour les filles. Les écoles israélites avaient un statut particulier, nous leur avons consacré un article sur ce blog. Cinq écoles primaires européennes dont deux en Médina respectaient les principes laïques.

ÉCOLE DE FILLETTES MUSULMANES RIAD ZITOUN

Directrice en 1937: Mme Marie DESCHASEAUX déja institutrice dans cette école en 1933. Cette école fut créée en 1930. En 1937 elle avait 4 classes et environ 150 élèves.

Institutrice: Janine ROSIER (nouvelle en 1936). Elle remplace Laurence MOKHEFI présente en 1933 qui a changé pour l'école du Pacha. Paul HENRI n'est plus instituteur à cette école en 1937, mais sont créés trois postes de maîtresses ouvrières qui n'existaient pas en 1933-34.

Maîtresses ouvrières: MMes Marguerite ANDRÉ, Eugénie FÉLICIAN et Hélène FARROUCH.

ÉCOLE DES FILS DE NOTABLES. Cette sélection sociologique et économique se retrouvait dans d'autres villes du Maroc et n'était pas spécifique à Marrakech. Cette école fut transformée en COLLÉGE MUSULMAN SIDI MOHAMED, par la création de classes du secondaire, puis après son déménagement dans de nouveaux locaux en LYCÉE MOHAMED V de Bab Ghemat.

Directeur en 1937 : M. Élie RAT (déja instituteur en 1933-34) a succédé à M. le directeur GASMY

Instituteurs: MM Mostafa ABDELKAMEL, Maurice DURET (déja instituteur en 1933 avec Jean MALHOMME)) et Raoul KAZI. Autres enseignants: MM Paul DUTRIET et Julien PAOLINI.

Jean MALHOMME qui était instituteur dans cette école en 1933 avait changé pour l'École musulmane  Moulay Youssef en 1937.

Le directeur Elie RAT, arrivé avec sa famille à Marrakech en 1926 avait commencé comme instituteur à l'école de la Kenaria, Riad Zitoun Djdid. En plus de la direction de l'École il avait la classe de CEP, certificat d'études primaires. Par ailleurs il assurait bénévolement des cours du soir pour les marocains adultes.

C'est sous sa direction que l'école sera transférée avec ses huits classes dans les nouveaux locaux flambants neuf du Collège musulman de Bab Ghemat, destiné à devenir un lycée musulman. Elie RAT en fit l'ouverture officieuse, accueillit les premiers élèves et assura certains cours, tandis que M. Sallefranque en assurait d'autres. Puis il transmit l'établissement à un directeur de l'enseignement secondaire et prit la direction d'une autre école primaire. Renversé par un chauffard en 1952, il est mort avant d'avoir atteint l'âge de la retraite.

ÉCOLE MUSULMANE DE MOULAY YOUSSEF

Directeur en 1937: Raymond CONRAD, déja instituteur de cette école en 1926 qui avait été créée en 1915. Il restera directeur jusqu'en 1957. En 1937 il y avait trois classes et environ 110 élèves. Nous pubions un de ses poèmes qui témoigne de son amour de Marrakech.

Moniteur: SI AHMED CHOCROUN en 1937,

Instituteur: Jean MALHOMME (venant de l'École des fils de notables)

Marrakech, reine des villes du Maroc,

Ta seule vue nous saisit tout d'un bloc,

Dans la suie tu nous prends tout entier,

Par un charme qui t'est bin singulier,

Tous nos sens demeurent émerveillés,
De couleurs, odeurs et sons variés.

 

Entourée d'une forêt de palmiers,

Comme décor, de blancs sommets altiers,

Ta Koutoubia au centre se dresse,

Dans toute sa grâce et sa finesse,
Comme une perle dans son écrin,

De velours vert et de blanc opalin.

 

C'est en hiver que tu es la plus belle,
Avec au fond la neige éternelle,
Dans tes rues, les arbres aux fruits d'or,
Font rêver les hommes du Nord,
Venus chercher ton soleil,
Qui brille sans nuage dans le ciel.
Au printemps, tu trouves toute ta splendeur,
Au milieu des orangers et fleurs,
Ton parfum est tellement violent, 
Qu'il devient étourdissant,
Dans une atmosphère qui enivre, 
On sent vraiment le plaisir de vivre.
Ta Médina cernée de remparts,
Cache la richesse de ses bazars,
Dans les souks ombreux et mystérieux,
Les gens avancent d'un pas silencieux,
Potiers, oeuvrent dans leurs vieux métiers.
Mais, c'est aussi dans tes alentours,
Que tu nous montre tes plus beaux atouts,
Avec tes vertes vallées de montagne,
Marrakech, ville incomparable,
Ton souvenir reste impérissable.
Raymond CONRAD est décédé le 21 octobre 1986

ÉCOLE MUSULMANE DE GARÇONS DE LA KASBAH

L'école fut créée en 1914.

Directeur en 1937: Léon PRIMAT, l'école avait cinq classes et 220 élèves.

Instituteurs en 1937: MM. Lucien REMAZEILLE et André MARCHIVE étaient déja là en 1934. Cependant les instituteurs étaient plus nombreux en 1934: Marcel GOUSSERY, Edmond MALLEVAL, Camille MONTEL. Camille MONTEL fut aussi directeur de l'École musulmane d'apprentissage.

Maître adjoint en 1937: Ahmed BOUZARI

ÉCOLE MUSULMANE DU PACHA

École créée en 1925.

Directrice en 1937 Mme Yvonne CONRAD (déja institutrice en 1933-34) Elle dirigeait un établissement de cinq classes et d'environ 190 élèves.

Institutrices de 1937: MMes Marie MARRAT et Lucienne MOKLEFI ont remplacé celles de 1933-34: Léa GIROD, Paulette MAGNE, Pauline MARTHE, ainsi que l'instituteur Maurice PROUD.

Le plan ci-dessous permet de situer l'École du Pacha au sud de la rue de l"Arset el Maach

Ecole-du-Pacha

LES ÉCOLES EUROPÉENNES SE RÉPARTISSAIENT ENTRE GUÉLIZ ET MÉDINA

ÉCOLE EUROPÉENNE DE GARÇONS DE LA MÉDINA

Directeur: M. CAZABAT était directeur en 1928

Instituteurs: MM. Pierre MOLINARI, Maurice LASCOUX et Marcel ABERT sont présents en 1933 et 1937 

Institutrice: Louise AUQUE en 1937 a remplacé un autre instituteur André ROQUES qui enseignait en 1934.

Ecole-Medina-1929 Ecole de la Médina, 1930.

ÉCOLE EUROPÉENNE DE FILLES DE LA MÉDINA

En 1928 madame CAZABAT est directrice. Deux institutrices restent dans cette école de 1933 à 1937: Mesdames Marcelle DURAND et Judith-Marie PAGANELLI

Institutrices en 1933: en plus mesdames Charlotte BOUSQUET, Madeleine CASANOVA et Gilberte DERAMEIX (passée ensuite au Guéliz)

Institutrices en 1937: Mesdames Adrienne LASCOUX (en 1933 elle enseignait à l'école primaire professionnelle de filles) , Madeleine CARRERE, Antoinette CARTIER et Violette DJERASSI.

Medina-filles-vers1935 Classe de la maman de Marcel Martin, 1935. De haut en bas et de gauche à droite; Haut - Jacqueline Port- Khadija Nouaceur- Ginette Boguinus- Georgette Ruimi- Simone Blasco- Jacqueline Feugas Assises- Aurore Sanchez dcd-(X Ruimi sœur de l'autre)- Georgette Feugas- Marie Claire Paolini- X- Ascension Cañas ( future madame Martin- X.

AU GUÉLIZ, TROIS ÉCOLES SE RÉPARTISSAIENT LES ÉLÈVES

L'ÉCOLE EUROPÉENNE MIXTE DES JARDINS

Il semble que cette école (primaire supérieur) préparait au Certificat d'études primaires ceux qui ne voulaient pas entreprendre un cursus au College. 

En 1933 il y avait une seule institutrice: Émilie CAZABAT qui venait de l'école de filles de la Médina

Institutrices en 1937: Mesdames Alice MICHEL, Paulette SERRA et Henriette CHAZE/THISNES (venant de l'école du Gueliz).. Par la suite Mme CURNIER et Mlle MARQUET (voir commentaire de Marcelle D)

Ecole-Jardins-MRK-1935-36 École des jardins, 1938-39

De haut en bas et de gauche à droite: Rang derrière: X, MENANT, VERNE, Daniel HERRERO,  MONGAILLARD, X institutrice, X institutrice;  Rang du milieu: Gilbert LAVALLE, X, BORIUS,  X, X,  Camille TRINQUIER, X; Rang devant: VIEILLARD, X, X, Claude GROS, RIBOLET, Lydie ROUDNEV, Andrée MONTPIED

L'ÉCOLE EUROPÉENNE DE GARÇONS DU GUÉLIZ (construite en 1913 et ouverte en septembre 1913)

En 1928 le directeur est Eugène SICRE, qui a en plus une classe d'élèves. Les instituteurs en 1937: MM. Eugene SICRE, René FAVRE, Pierre PRABIS, Pierre BERKE, Ferdinand DARGELOS, et Fernand JUNG. En 1934 Pierre BERKE, René FAVRE, Pierre PRABIS et Eugene SICRE étaient déjà là. Sont donc partis Ferdinand DARGELOS et Fernand JUNG. Mais d'autres les ont remplacés: Pierre BOMBARDIER, Fernand CHASSIOT et Roger FORT.

Institutrices: Mesdames Henriette SICRE et Gilberte MERME n'étaient pas encore côté garçons en 1934, elles étaient à l'école de filles. On constate donc la création de trois classes nouvelles en 3 ans côté garçons.

ECOLE DE PAPA GUELIZ École de garçons du Guéliz. Classe du père de Marcel Martin qui nous commente: "De haut en bas et de gauche à droite Rang 2 - r7 en tenant compte du maitre , Maxime Nicolau dcd (Boulanger) r10 François Martin dcd (mon oncle , opérateur aux cinémas Le Régent/Le Paris/l'Eden)- Marcel Martin dcd (Mon père, Mécanicien diéséliste puis Chauffeur à la CTM) Rang 3 Marcel(?) Cucchi dcd CTM (frère de Michel et Bastien qui travaillaient aussi à la Boulangerie Nicolau)-r8 en tenant compte du maitre (x) Richard dcd (Garage de mécanique avenue de Casablanca à une cinquantaine de mètres de la station SHELL qui faisait angle avec l'avenue Mohamed V ex  Mangin. Rang 4 r2 (x) Mazoni Accroupi  à droite de la photographie, Pierre Nicolau dcd(Boulangerie, frère de Maxime)."

L'ÉCOLE EUROPÉENNE DE FILLES DU GUÉLIZ

Ecole-du-Gueliz-30-35

Huit institutrices en 1937: Mesdames Eulalie MARTIN directrice déja à ce poste en 1928, Germaine (Juliette) ENARD, Suzanne MORIN, Germaine DERAMAIX, Marguerite GOYARD, Alice POGGI, Laurence PRABIS et Lucienne ABRIOUX.

Photo des enseignantes vers 1935; de gauche à droite, assises ; Mlle DERAMAIX, Mme MARTIN, Mme PRABIS, Mme CLOITRE; debout; Mme MORIN, Mme TISNES, Mme CHALUMEAU, Mme CHENARD, Mme GOYARD.(absente Mme POGGI)

Des institutrices de 1933 deux sont passées côté garçons, six sont restées : Eulalie MARTIN, Juliette ENARD, Marguerite GOYARD, Suzanne MORIN, Alice POGGI, Laurence PRABIS mais quatre sont parties qui étaient là en 1934: Valentine CHALUMEAU, Mathilde GUILLEVIC, Andrée HUMET et Henriette TISMES. La quatrieme se marie à M. CHAZE et enseignera à l'école des Jardins en 1937.

Plusieurs lycées ouvrirent plus tard: le lycée Mangin d'abord (né de la fusion du collège et de l'école des Jardins), puis le lycée Mohamed V à Bab Ghmat. Un collège commercial et industriel devint ensuite le lycée Hassan II. De nombreuses écoles primaires furent ouvertes dans les années 50: la Targa, la Palmeraie, le Hartsi, les Oliviers, le Camp Mangin, la Base aérienne pour ne parler que du Guéliz.

Cette page est un espace à la mémoire des institutrices, instituteurs et professeurs qui ont contribué à la formation de nombreux élèves marrakchis. Nous encourageons ceux qui auraient des souvenirs de leurs enseignants à les partager afin que leur mémoire demeure. De même nous prions leurs familles et leurs amis de nous dire ce qu'ils sont devenus après leurs années d'enseignement et de partager avec nous des photos et documents. Chacun pourra s'exprimer dans les commentaires.