Les marrakchis s’étaient mobilisés très tôt dans le but d’équiper le Haut Atlas de refuges pour Alpinistes et pour Skieurs, et aussi pour en faciliter l’accès par la route; même les pistes empierrées étaient très insuffisantes et ne permettaient pas à un véhicule de dépasser l'altitude de 1900m. Le Syndicat d'Initiatives et du Tourisme de Marrakech, SITM n'avait pas attendu 1933 et la fin de la pacification pour établir des refuges dans les vallées du Reraïa et de l'Ourika et pour convaincre les autorités de créer de nouvelles routes d'approche du massif du Toubkal. C'est l'époque de l'ouverture du refuge d'Arround (1950m) et de celui de Tachdirt (2350m). Le lundi de Pâques 1934 le SITM organise une excursion par autocars qui permet de faire connaître aux marrakchis, au-delà d'Asni, la nouvelle "voie autocyclable" jusqu'à Arround. Mais cette voie s'arrête à 2000m, c'est encore loin du plateau de l'Oukaimeden et des sommets. 

Carte-Haut-Atlas-Theophile-Jean-Delaye Carte dessinée par Théophile Jean Delaye, elle permet de situer les principaux massifs et refuges au sud de Marrakech

LA HARKA, CLUB ALPIN DE MARRAKECH : Un groupe de marrakchis mordus d'alpinisme et de ski, crée une association pour développer les sports de montagne dans le Haut-Atlas marocain précisément dès cette année 1934. Il est composé de Joseph d'ÉPIED éleveur au Génie rural,  Jacques THIBAUDET, inspecteur des Eaux et Forêts, Gabriel BULLE ingénieur TP, M.BALEYTE cadre administratif de la mairie, PUISSESSEAU lieutenant dans les Tirailleurs marocains, brillant épéiste par ailleurs, ... Un groupe de cinq trentenaires qui réunissaient des compétences complémentaires. L'ingénieur TP savait tracer les routes et prévoir le franchissement des oueds et des torrents, le lieutenant pouvait obtenir le concours de l'armée, l'inspecteur des Eaux et Forêts savait se procurer du bois pour construire ou pour se chauffer en montagne, le cadre administratif avait ses introductions à la Mairie de Marrakech pour la communication en faveur des sports de Montagne et l'éleveur savait organiser des caravanes d'ânes et de mulets équipés de profonds chouaris pour les transports. 

A partir d'Arround il fallait prévoir de tout porter à dos de bêtes. Une caravane pour un groupe d'alpinistes se composait de dix à quinze mulets car la marche d'approche était longue ( plus de 5 heures de marche) avant de pouvoir pratiquer l'escalade ou la glisse. La cohorte de mulets servait surtout à monter les équipements, le couchage, les tentes, la nourriture et les ustensiles. Cette longue caravane leur avait donné l'idée de baptiser leur groupe "La Harka", une association totalement pacifique en dépit de son nom guerrier.

Caravane-Muletiere-Haut-Atlas-1935 La Harka dans un lacet:  à gauche de face le mulet de tête, au milieu deux mulets de profil, à droite et de dos deux caravaniers avec chapeaux à larges bords pour se protéger du soleil.

En 1934, le syndicat d'initiative et de tourisme de Marrakech (SITM) venait de construire un refuge neuf  aux abords du cirque d'Arround à presque 2000m d'altitude. Il en avait fait la promotion dans un article de la revue "L'Afrique du Nord illustrée" datée du 28 avril. Les bureaux du SITM étaient situés place Djemaa el Fna. Les touristes y trouvaient les informations sur les possibilités d'alpinisme dans la région sud. Les quelques refuges récemment ouverts y étaient indiqués. Chacun pouvait s'y procurer les services d'excellents guides berbères et aussi des couvertures. Le syndicat d'initiative de Marrakech donnait déja tous détails utiles sur les possibilités d'excursions ainsi que l'époque optimale pour les réaliser. Son président M. Marius Dorée, marrakchi de grand prestige, était favorable à confier à La Harka la responsabilité de la promotion et du développement touristique dans le Haut-Atlas.

En effet le dynamisme de LA HARKA, le Club Alpin de Marrakech, s'était traduit en beaux projets en ce printemps 1934. - Décision d'une souscription et de démarches pour construire un refuge sur le plateau de l'Oukaïmeden (les premiers à en formuler le projet). - Réalisation d'une "Première Fête de la neige" à l'Ouka. - Organisation de sorties et compétitions de ski en hiver et au printemps et d'ascensions collectives à Pâques et en été.  - Effort publicitaire autour de la beauté du Haut-Atlas et de ses possibilités touristiques et sportives avec une présence remarquée d'une Exposition Alpine par La Harka à la Foire de Marrakech. Tout celà représentait beaucoup d'énergie et un effort financier considérable. Mais à la fin de l'été une centaine d'alpinistes, la plupart de Marrakech,  et quelques uns aussi d'autres villes marocaines et d'autres pays étaient monté au plateau de l'Oukaïmeden et souvent plus haut. Les projets se réalisaient. La ville de Marrakech était fière d'avoir un club alpin dynamique.

Mi-octobre 1934, le Président, Joseph D'Epied, parodiant la fable de La Fontaine, publie un article dans le Petit Marocain: "Pour l'essor de l'Alpinisme". Quand la bise fut venue, LA HARKA, - telle la cigale de la fable - se trouva fort dépourvue...  Suit un appel financier pour la caisse de LA HARKA afin de terminer l'aménagement du refuge de l'Ouka. En fait le gros oeuvre avait été réalisé en été 1934. Il restait à poursuivre les travaux de second oeuvre pour qu'il soit prêt et inaugurable au début de l'année 1935.

Le dynamique Mr. J. d'EPIED, président de La Harka, est un marrakchi bien implanté, né avec le siècle il s'est marié à Marrakech en décembre 1928 avec Lucy Eyraud; Il travaille dans le civil pour le Génie rural (au Guéliz) mais habite 15 derb Arset Aouzel (en Médina). Il a écrit au Président du SITM, M. Marius DORÉE auquel il propose de présenter le projet de LA HARKA pour créer une station de ski à l'Oukaïmeden. Il demande à Henry PETIT de MIRBECK, moniteur de sports de montagne et fils du Commandant de la Base aérienne de Marrakech de venir soutenir avec lui ce projet de nouveau refuge devant l'Assemblée générale du Syndicat d'Initiative de Marrakech. Ils voulaient obtenir la confirmation de l'appui total du Syndicat d'Initiative pour leur projet à l'Oukaïmeden et les moyens nécessaires à sa réalisation.

Ainsi le 20 novembre 1934 deux représentants de La Harka assistent au Conseil d'Administration du Syndicat d'initiative et du Tourime de Marrakech où siégeaient avec le Président DORÉE, Messieurs PIERRE, FAURÉ, LOUIS, LAMBERT, BIDON (Photo Félix), PITOIS, GÉMINEL, BEAURIEUX. Les marrakchis doivent à ces pionniers dynamiques les bases de l'essor touristique de la Ville rouge et de sa région. Souvenons-nous de leurs noms.

Joseph d'ÉPIED présente les projets de LA HARKA, laquelle veut faire connaître les incomparables beautés du Grand Atlas. Il décrit les nombreuses activités du club alpin marrakchi, ses programmes futurs et les illustre par des documents photographiques. Le Conseil d'Administration convaincu assure La Harka de son appui le plus complet et de son désir de l'aider dans sa tache, mais demande plus de précisions sur le projet de refuge à l'Ouka et sur sa voie d'accès.

LA HARKA encouragée se mobilise à nouveau et prépare la saison 1935.

Nous ne connaissons pas tous les noms des premiers membres du Club Alpin de Marrakech "La Harka", ces pionniers, mais au cours de cet article nous en citerons plusieurs parmi les plus connus. (Si certains anciens de Marrakech disposent de photographies ou de documents sur eux, ils peuvent les transmettre à l'auteur du blog.)

L'assemblée générale de LA HARKA du 9 février 1935 (Club Alpin de Marrakech)

Au début de sa deuxième année d'existence officielle: 32 membres actifs. 16 votants présents ou représentés. Le bureau est reconduit en grande partie: Le Président J.d'EPIED et le 1er Vice-Président THIBAUDET par 15 voix chacun; le 2e Vice-Président BULLE, et le Trésorier BALEYTE, par 12 voix chacun, le Secrétaire nouvellement élu est M. PUISSESSEAU aussi élu par 12 voix. Ce groupe est très uni autour de sa présidence.

Autres noms de membres de La Harka cités: Mme Jossic, Mlle Coriat, MM Perret, Cousinery, Coriat, Bocchia, Deville, Itelli, Perrin, Bost, Lycurgue, de Livry, Gracium. Excusés: Dugendre et Marchetti de Casablanca, Gerbaud d'El Kelaa. 

Dans son rapport d'activité de l'année 1934, le président J. d'Epied cite la création effective d'une section de ski, la création en cours d'une section féminine, 13 sorties d'alpinisme pour 65 participants. Parmi les projets à réaliser: - présence d'un stand "La Harka" à la Foire de Marrakech, - création d'un Cercle du club alpin à Marrakech, (projet de location de la salle du bastion de Bab Doukkala). Par ailleurs tous se réjouissent  de la prochaine Sortie du club de La Harka la semaine suivante au week-end des 16-17 février sur le Plateau de l'Oukaïmeden.

L'assemblée générale se termine par une séance de formation du moniteur-skieur Henry PETIT DE MIRBECK sur l'équipement et l'approvisionnement des alpinistes et l'emploi de la corde en montagne.

LA HARKA défend l'idée de la création d'une Station de Ski à l'Oukaïmeden, choisit le tracé de la route le plus favorable pour y accéder  et soutient le projet de construction d'un refuge comme première construction d'une Station marocaine dédiée aux Sports de Montagne.

En février, comme prévu, La Harka effectue une équipée de 3 jours à l'Ouka. Ses responsables présentent et soutiennent leur projet le 22 février devant le Syndicat d'Initiative  et du 2 au 4 Mars repartent pour étoffer leur dossier de présentation du site exceptionnel de l'Oukaïmeden. Son président  Joseph d'Epied remet au journaliste du Petit Marocain le récit de cette deuxième équipée. Nous notons dans cet article la rencontre des responsables de LA HARKA avec le Général Catroux, nouveau chef de région. Ils l'ont convaincu de l'intérêt d'appuyer la construction d'un chalet-refuge sur le plateau de l'Oukaimeden, comme ils l'avaient obtenu du Syndicat d'Initiatives de Marrakech et de son Président Marius Dorée. 

Le_Petit_Marocain_HARKA-d'Epied-21mars-1935

Le Petit Marocain publie cet article relatant les équipées des pionniers et intitulé "Le Plateau de l'Oukaïmeden futur centre marocain des sports d'hiver en Haute montagne." En introduction le journal écrit: "L'actif président du Club Alpin de Marrakech, "La Harka", M. J. d'Epied, nous dit aujourd'hui, au cours d'un récit d'une randonnée de trois jours en haute montagne, quel admirable centre de sports d'hiver sera l'Oukaïmeden pour le Maroc lorsque l'accés en aura été rendu plus facile." En effet comme cela est décrit dans l'article la route d'accès actuelle est très belle, mais dangereuse et se poursuit par une piste muletière très longue. 

(Vous pouvez agrandir la photo de cet article pour le lire en totalité )

La piste "autocyclable" des Eaux et Forêts part d'Asni et va rejoindre le Camp de Vacances de Sidi-Farès. Partant de la "Bonne Auberge", la piste suit la vallée du Reraïa et s'élève très rapidement en face du confluent de l'Iminen avec des à-pics vertigineux sur l'Oued. (à ne pas recommander aux chauffeurs novices). La piste arrive ensuite au village d'Ifeghane, puis elle devient mauvaise du fait de la fonte des neiges. Puis c'est Agadir petite agglomération juchée sur un piton, il faut laisser l'automobile et charger les bardats sur des mulets. Ensuite c'est Tadment et la vallée qui monte vers le Tiz-Erag. Il faut franchir la crête à 3000m avant de voir en contrebas le plateau de l'Oukaïmeden tout blanc de neige au pied de l'Angour tout noir. Il ne reste plus qu'un quart d'heure de descente avant d'arriver à un "azib" (abri de berger) établi sous un rocher où il sera possible de dormir. Le champ de neige est là il ne reste plus qu'à skier. 

Plateau-Oukaimeden-1935

Mangin@Marrakech a retrouvé la note de "La Harka" présentée au Syndicat d'Initiatives de Marrakech le 22 février 1935. Nous la reprodusons ici:

Note sur l'utilité de la construction d'un refuge ou d'un gîte de haute-montagne au plateau de sports d'hiver de l'Oukaïmeden lue à l'assemblée générale du Syndicat d'initiatives.(présidée par Marius Dorée)

Le club Alpin de Marrakech, composé de onze membres s'est rendu pour la première fois le dimanche 17 février, à l'Oukaïmeden, dans le but de renseigner le Syndicat d'Initiatives de Marrakech sur les possibilités de ce plateau, en tant que centre de sports d'hiver, et par des photographies et des détails sur l'opportunité de la création d'un refuge, précédant l'établissement de la future station de sports d'hiver dans cette partie de l'Atlas.

Voici donc, Monsieur le Président le résultat de nos observations que mes camarades m'ont chargé de vous exprimer, agissant ainsi, non seulement dans notre intérêt, mais dans celui de toute la région (de Marrakech).

Voies d'accés à l'Oukaïmeden en prenant Asni comme point de départ - tous les gens allant à la montagne commencent par aller à Asni - point central, dans l'axe de nombreuses vallées: toutes praticables hiver comme été en face du Toubkal et de ses satellites.

1° ). À mulet ou à pied: par rive gauche de l'Iminem, par Imesker, Tinoughar, Tideli et Gliz : 5 heures de marche environ.

2° ). En auto; par la nouvelle piste des Eaux et Forêts, par Ifeghane, jusqu'à Sidi Farès (15 km environ) plus deux heures de marche pour atteindre le plateau.

3° ). En auto, par la piste partant de Tahanaout et allant rejoindre le camp de vacances de Sidi Farès.

De toutes ces voies seule la seconde nous paraît présenter quelque intérêt à condition qu'elle soit praticable une grande partie de l'hiver.

Situation: Le plateau de l'Oukaïmeden est l'endroit idéal pour la construction d'une station de sports d'hiver, partant du Tizi N' Tighatene et se poursuivant presque sans interruption jusqu'au plateau du Yaggour, aux pieds du Meizen, en passant par le Tameksaout et le Timenkar.

Balcon suspendu audessus de l'immense plaine, à l'intersection de plusieurs vallées. Iminen, Aït Irène: à proximité de la vallée de Tachdirt et de l'Ourika. en un point proche des grands plateaux de l'Angour enneigés plus de cinq mois par an (de novembre à mars), fenêtre ouverte sur l'Ouenkrim, le Toubkal et tant d'autres, l'Oukaïmeden par l'amplitude de ses champs de neige et leur exposition plein Nord, à l'abri des vents grâce au relèvement des falaises donnant sur l'Aït Ireour, ne, à une altitude où la neige demeure plusieurs mois de l'année - les Eaux et Forêts ont observé la persistance de cette neige pendant plus de 4 mois chaque année - l'absence absolue de rochers dangereux pour les skieurs, l'abondance de la neige et son épaisseur uniforme ( 70 cms, à l'heure actuelle), la facilité de l'établissement de pistes de bobs et de luge, de tremplins de saut et enfin les pentes merveilleuses qui se prolongent pendant plusieurs kilomètres font de ce coin encore ignoré de l'Atlas, le paradis des skieurs et des alpinistes.

Situé en un endroit où il y a de l'eau et du bois en abondance, à proximité de plusieurs villages: Gliz à 1h15, Sidi Farès à 2 heures (avant toute amélioration des pistes), le refuge de l'Oukaïmeden serait susceptible de servir en tout temps, été comme hiver:

- Relais pour les touristes désirant faire un circuit vers Tachdirt et Arround en partant de Sidi Farès (Camp de Vacances)

- Relais pour les alpinistes désirant se rendre dans la vallée de l'Aït Irène, à l'Angour, à l'Inghemar, au Likoumt.

L'utilité de ce refuge étant démontrée, son emplacement devrait être choisi près d'un azib (abri naturel), à l'extrémité Nord-Est de l'arrête du Djebel Oukaïmeden, dans une brêche séparant le premier plateau rencontré lorsqu'on arrive par Gliz du second qui constitue véritablement l'assise du futur centre de sports d'hiver.

Le refuge Construction - Ce refuge devrait être construit face à l'Angour, adossé à la falaise du Tiz Erag. Il devrait comprendre: une grande pièce servant de dortoir munie de simples bat-flancs, une pièce plus petite servant de cuisine et un WC.

-Une cheminée dans chaque pièce devrait permettre le chauffage indispensable à pareille altitude.

-Un débarras donnant dans la cuisine servirait à entreposer le bois nécessaire au chauffage.

Un ameublement très rudimentaire suffit. Ce que nous proposons, c'est un toit capable de nous abriter; nous et les camarades qui viendront ensuite.

- Le dortoir devrait pouvoir loger au minimum 15 personnes. Avec des bat-flancs, une pièce semblable à celle du refuge d'Arround suffirait.

La construction en pierre est préférable à toute autre, vu la température que cet abri aurait à supporter. La pierre ne manque pas, quant au sable il doit facilement se trouver dans l'Assif Aït Irene.

La couverture serait composée, soit par des tôles ondulées maintenues à la paçonnerie par des crampons en fer, avec un faux plafond en lattes: soit économiquement par un hourdi indigène passé au lait de ciment et recouvert d'asphalte.

La question du gardiennage pourrait plus simplement être résolue, soit par une porte en bois protégée à l'extérieur par une grille, soit par une porte en fer renforcée par deux barres cadenacées.

Les fenêtres seraient bien entendu également grillagées.

Documentation: Les photographies présentées donnent un simple aperçu de la pente neigeuse située au Col Tighatène au pied de l'Oukaïmeden. Quelques autres donnent une idée imparfaite des sites rencontrés sur le chemin du plateau.

LA HARKA, si vous le permettez et envisagez favorablement ce projet de construction, complétera cette documentation par d'autres photographies et des renseignements plus précis surtout en ce qui concerne la voie d'accès partant de Sidi Farès (voie que nous comptons emprunter pour nous y rendre) et l'emplacement du refuge futur.

Dans ce but, quelques membres du Club Alpin de Marrakech dont MM Thibaudet (inspecteur des Eaux et Forêts), Bulle (ingenieur des TP), Henry de Mirbeck (moniteur-skieur)  et moi-même, se rendront à l'Oukaïmeden le 3 mars prochain.

En soumettant ce projet à votre approbation, Monsieur le Président (Marius Dorée), avec toutes les observations qui me paraissaient susceptibles de vous éclairer, j'ai cherché à vous faire partager notre idée et nos espoirs en souhaitant que vous compreniez que nous ne parlons pas seulement pour nous, mais que nous avons un but: l'essor de l'alpinisme dans le grand Atlas, dans cette région unique au Maroc.

On nous parle d'Ifrane, d'Azrou, que sais-je.. Nous qui avons l'Oukaïmeden, nous commes silencieux et pourtant, rien qu'au point de vue ski les terrains ne sont pas comparables; l'Oukaïmeden l'emporte avantageusement.

Venez à l'Oukaïmeden, terrain en friche promis aux plus belles moissons. Et grâce à vous, si vous le voulez, Monsieur le Président, les sillons tracés par les skieurs de La Harka porteront bientôt leurs fruits.

Ayons bon espoir, le Syndicat d'Initiative tient la charrue, et la Harka sème le bon grain au vent des hautes cîmes.

Projet-route-Asni-Ouka- 2                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Vient ensuite la période estivale de La HARKA en 1935. En juillet dans la revue "L'Afrique du Nord illustrée" parait un nouvel article:  

À Marrakech s'est formé un groupement jeune où l'entrain et l'enthousiasme règnent et où on fait du bon sport. Le Club Alpin de Marrakech dont le président est M. J. d'Epied possède aujourd'hui plus de 40 fervents et sa renommée franchissant l'oued Tensift, lui a valu des adhésions de Casablanca et de Rabat. LA HARKA ne se contente pas d'exister sur le papier. Elle est vivante et bien vivante. Elle est active car elle ne compte pas moins de dix-huit ascensions réalisées depuis sa création, soit une par mois, ce avec un nombre toujours croissant de participants. Ses sorties ont fait connaitre aux marrakchis amoureux de la montagne, les pics les plus élevés de la chaine du grand Atlas, depuis le djebel Bou-Ourioul, haut de ses 3580 mètres jusqu'au djebel Toubkal qui dresse sa cime à 4167 mètres. Fourcade, 

L'événement de la messe au sommet du Toubkal

"Tout récemment encore les 4 et 5 mai, a eu lieu pour la seconde fois l'ascension de cette dernière montagne, la plus imposante de la chaîne. Vingt-quatre atlasistes (24 ce nombre est important, car deux ans plus tard il ne sera pas dépassé) 24 y prenaient part et atteignirent le sommet. Sur ce sommet même fut célébré une messe , ce qui bat à coup sûr les records d'altitude de l'Office..." 

messe-toubkal-Henry-Koehker

La revue "Le Maroc Catholique" a publié un long article du Père Koehler, curé de l'église des Saints Martyrs, sur cette ascension. Le Père Koehler y remercie le Président de La Harka pour l'excellente organisation mise en oeuvre. On y trouve aussi dans cette revue des photographies exceptionnelles de l'événement. Certaines ont été éditées en cartes postales et diffusées par tout le Maroc pour susciter des envies de Montagne.

L'activité de "LA HARKA" ne se borne pas aux sorties et aux ascensions elle se prépare à développer le ski à partir du site de l'Oukaïmeden dont l'altitude de 3100 mètres est particulièrement propice. C'est un excellent moniteur M. Henry Petit de Mirbeck ... qui initie ses compagnons à ce sport si prenant.

M. Henri Rabanit, rédacteur de l'article dans "L'Afrique du nord illustrée" souligne l'engagement de M. d'Épied, l'actif président, grand animateur de "LA HARKA". "Il la conduira aux plus brillantes destinées pour la plus grande gloire de l'alpinisme marocain, frère cadet de celui de France." Une photo est jointe à cet article. 

Photo-Ouka-Harka-Alpinisme-13juillet-1935La vue plonge vers l'itinéraire de montée tracé pour parvenir au plateau de l'Oukaïmeden.

Irhef-Ourika-1350-1937

Les refuges déjà construits: En été 1935, le chalet-refuge de l'Oukaïmeden est en construction, tandis que le Syndicat d'Initiatives et de Tourisme de Marrakech présidé par Marius DORÉE rappelle les refuges déjà construits et qui sont entretenus toute l'année pour favoriser les excursions en montagne. 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxRefuge d'Irreft - 1250m

Tachdirt-2350m-1937

- Près du cirque et du village d'Arround dans la vallée de l'oued Reraïa et à 1950m.

- Dans la vallée de l'Ourika, au village d'Irreft, refuge à 1250m

- Au village de Tachdirt à 2355 m dans la vallée de l'Imminem

- Prés du village du Tichki à 1975 m, vers le Djebel Yagoun.

Refuge de Tachdirt - 2355m 

Timichi-2060-1937

 - Vallée de l'Ourika, refuge du village de Timichi à 2060m.

Ces refuges comprennent une chambre pour les dames et une autre pour les messieurs. les lits sont en fer et garnis d'un bon matelas. Une salle commune sert de réfectoire et de cuisine.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxRefuge de Timichi - 2060m 

Chaque refuge a ses WC. Chacun est équipé d'une table, bancs, brocs, seau, cuvette, etc.. Tout est prévu pour passer une bonne nuit de repos.

L'inauguration du premier refuge sur le plateau de l'Ouka et Deuxième Fête de la neige.

Refuge-Oukaimeden-1935 2

Les 1 et 2 février 1936 fut inauguré le Refuge de l'Oukaïmeden avec le Syndicat d’initiative de Marrakech, les services des Eaux et Forêts et La Harka le vaillant club de sports d'hiver de Marrakech.    De même fut célébrée la deuxième Fête de la neige. M. de MAZIÈRES représentait le CAF, le Club Alpin Français qui s'inquiétait de  voir  cette nouvelle station s'établir sans lui. Le CAF avait été consulté, mais avait déclaré ne pas subventionner la construction d'un refuge s'il n'en devenait pas propriétaire.

Les membres de La Harka, club Alpin de Marrakech présents: Joseph d’EPIED, Henry PETIT DE MIRBECK, Roger BOST, D’AZAMBUJA, Lady Mary DUNCAN, Mlle VOISENET, Mlle CERDA, et deux nouveaux: M. Léon FOURCADE et M. PAUME. Plusieurs amis non-membres étaient venus à l'Ouka pour l'événement.

Quatre invités: Mme SABLAYROLLES, M. de MAZIERES, Président de la section marocaine du CAF Club Alpin Français, le lieutenant CRAPELET, champion militaire de ski, le lieutenant PASCAUD.

Insigne-CAF-Montagne

M. de MAZIERES au nom du Club Alpin Français a offert le Champagne, et a remis la médaille de Bronze du CAF à M. d’ÉPIED Président de la Harka.  Le soir du 1er février 1936 a été tiré un feu d’artifice très réussi. Tandis que les fusées multicolores montaient vers les étoiles la lettre H, lettre initiale de la Harka, se dessinait sur la neige. Le refuge illuminé par les lanternes vénitiennes attendait les danseurs qui jusqu'à minuit passé  oubliant leur fatigue, s'en donnèrent à coeur joie.

Le lendemain le lieutenant CRAPELET, champion militaire de ski fait des démonstrations. Des jeux sont organisés, notamment les courses de ski en tandem.

Le Petit Marocain exprime les remerciements des marrakchis au général de LOUSTAL dont l'appui a permis, la contribution du Service de l'Intendance et celui des contrôleurs civils de Marrakech-banlieue.

La revue du Club Alpin Français confirme la remise de la médaille au Président J.d'Èpied. 

HARKA-D'Epied-Alpinisme-2fevrier-1936Cette médaille était associée à une affiliation de La Harka au CAF avec un changement de nom: "Club Alpin Français section du Maroc-Sud". De nouveaux adhérents, notamment des fonctionnaires poussés par leurs administrations respectives qui comprennent l'importance du projet, ainsi que quelques adhérents du Touring Club de France. En particulier M. de Mazières va pousser le Dr Pourtau, médecin hygiéniste de la ville à se porter candidat à la présidence de la section pour obtenir quelqu'un de moins marrakchi que J. d'Epied et de plus acquis à la dépendance du club au Club Alpin Français. Le Dr POURTAU obtient l'adhésion de notables, parfois ni skieurs, ni alpinistes de s'inscrire au CAF afin d'avoir le soutien de leurs suffrages aux assemblées générales.

Dans la presse locale du 16 mars 1936 le Dr POURTAU fait paraître le plan qu'il a conçu pour prendre la présidence. Cependant ce n'est que le 20 novembre qu'auront lieu les élections destinées à confirmer ce plan.

LA-HARKA-FIN-16mars-1936Il utilise la notoriété de certaines personnes: M. de Petit de Mirbeck n'est pas candidat à la fonction de Vice-Président; il est cependant prêt à accompagner le club sur le plan technique comme avant. Le professeur de piano Roger Bost, très apprécié des Marrakchis n'est pas candidat à la fonction de secrétaire, mais il est le professeur de piano des enfants du Dr Pourtau et il prend sa carte du Club Alpin Français. D'ailleurs le 20 novembre Roger Bost refuse d'être secrétaire car il comprend que le but de l'opération est de marginaliser l'ancien président.

10 juin 1936 – mise en place d'un pluviomètre au Toubkal par M. KARST, ingénieur Hydro-géologue. Trois membres du Touring club, section de Marrakech l'accompagnent: M. Léon FOURCADE, Mme JOSSIC, M. PAUME.

En été 1936 d'autres ascensions collectives sont organisées.

FIN NOVEMBRE LA HARKA DEVIENT LA SECTION DU MAROC-SUD DU CLUB ALPIN FRANÇAIS.

Si La Harka à ses débuts ne s'était pas affiliée au CAF, c'est qu'elle avait hésité. En effet pour adhérer il fallait payer une adhésion de club local très importante et disproportionnée pour un club naissant. Les premiers membres de La Harka avaient préféré utiliser leurs ressources modestes à la promotion du ski et de l'alpinisme dans le Haut-Atlas et à organiser son développement par des interventions auprès des décideurs civils et militaires en faveur de la construction de refuges, de routes et l'organisation de formations et de sorties avec tous les aspects logistiques.  Par ailleurs le CAF national avait pour règle interne de ne pas subventionner la construction d'un refuge s'il n'en était pas le propriétaire. Cela entraîna une négociation : 10000 francs du CAF ( la moitié du devis de construction du refuge) à condition que La Harka s'afilie au CAF et adopte ses statuts. Joseph d'Epied y était totalement favorable.  Par ailleurs, le CAF obtenait l'intégration dans le conseil d'administration de cadres fonctionnaires du protectorat comme Jacques de LÉPINEY, scientifique spécialiste des insectes et alpiniste reconnu mais résidant à Rabat.

Le premier refuge de l'Ouka-1936 La photo a été prise par le fils de Léon Fourcade

Les 6 et 7 novembre 1936 le président J. d'Épied, commissaire d'une collective conduit deux groupes de la section du Haut-Atlas et atteint avec l'un le sommet du Jebel Afekhoï (3751m) et avec l'autre groupe la cîme du Jebel Hadj (3200m)

Les 20-21 novembre une cordée dirigée par Paul Roché effectue l'ascension du Jebel Erdouz (3575m).
J. d'Epied et Paul Roché sont les plus actifs alors que d'autres ne participent pas ou peu aux activités sportives de la section. Certains sont des notables qui soignent leur image.

LE CONTROLE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION CHANGE DE MAINS

Dans le Petit Marocain du 2 décembre 1936 on apprend qu'une assemblée générale extraordinaire de la Section du Haut-Atlas marocain s’est tenue  le 20 novembre 1936. Président Dr POURTAU médecin hygiéniste de la Ville, et adhérent au club de trés fraîche date;  vice-président: M. d’EPIED (ex-président), Secrétaire général M. FOURCADE Cadre au Contrôle des douanes et M. BALEYTE cadre administratif de la ville, trésorier de la section.

Présents: M. Roger BOST, Jacques BROUSSOLLE médecin capitaine, Jean STAMBACH juge suppléant, Jean LAFARGE, Félix ARIN avocat, Claude BEAURIEUX avocat, Paul ROCHÉ magistrat, Mlle VOISENET, Lady Mary DUNCAN, Mlle VERNIÈRE, CORIAT. Apparaissent de nouveaux noms d'adhérents dans le comité et une prédominance de carrières juridiques. J. d'Epied est contraint de laisser la présidence au Dr POURTAU, médecin fonctionnaire dépendant de la Ville et venant de Mogador. On concède la vice-présidence à l'ancien président fondateur. Le but de Mr de Mazières est atteint. Il a obtenu la marginalisation de l'ancien président et son remplacement par un médecin. D'un côté il offre le champagne et remet la médaille du CAF au Président J. d'Epied, de l'autre il contribue à le marginaliser avec certaines complicités. 

Ordre du jour de cette assemblée:

- Formation de la nouvelle commission d’établissement du programme des sorties collectives pour le 1er semestre 1937.

- Demande d’une vraie piste muletière entre Arround et les Azibs d’Ouanoums (3100m) à inclure dans les demandes du SITM (Syndicat d'initiative de Marrakech).

- Vote du projet de refuge (futur Louis Neltner) financé partiellement par le CAF , devis estimé de M. Gabriel BULLE ingénieur TP : 20000 francs. 

Louis-Neltner-photo-pipe

- Organisation de trois Conférences de Louis NELTNER sur l’ascension française du Karakoram dans l’Himalaya en mars 1936. Salle du Cinéma Le Régent prêtée par M. TOSI à Marrakech les 8  décembre et deux autres conférences à Rabat et Casablanca à la suite... 10 décembre au cinéma Triomphe à Casablanca; 11 décembre au cinéma Royal à Rabat. Photo de Louis Neltner fumant la pipe après l'expédition du Karakoram interrompue par les intempéries. Louis Neltner offre le produit financier de ces 3 conférences pour la construction du refuge du Toubkal. La somme recueillie atteindra 5528,50 francs.

- Élection à prévoir d'un nouveau Conseil d'Administration de 9 membres remplaçant celui du 20 novembre qui sera élu dans six semaines le 7 janvier 1937. 

- La section devra établir le réglement du refuge de l’Ouka et prendre en charge les réparations et l'entretien. Tarif réduit pour les membres du CAF.

- Inscription de nouveaux membres: PÉPIN, Casa; DERETHE, GAYRAL (ski), MARMEY Rabat, VIALARD, WILD Mogador, RAOUX, Jean LAFARGE Marrakech.

En attendant ce nouveau conseil d'administration, les collectives se poursuivent: Jean Stambach commissaire a pris la direction les 11 et 12 décembre d'une caravane qui a successivement gravi l'Oukaïmeden (3208m) et le Jebel Angour (3614m)

Les 25 et 26 décembre, une collective partant de Tachdirt avec Lafarge commissaire, s'est rendue au Tizi N'Likoumt (3625m) 

SIX SEMAINES APRÈS L'AG de NOVEMBRE : LA NOUVELLE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA SECTION DU HAUT-ATLAS MAROCAIN SIÈGE À MARRAKECH.  On ne parle plus de La Harka sauf dans le solde des comptes. J. d'EPIED est évincé brutalement du groupe de direction.

Le 7 janvier 1937 à 15h15 sous la présidence du Dr POURTAU, assisté de Fourcade secrétaire général, Balaytte trésorier, a lieu la réunion générale annuelle de la section du Haut-Atlas Marocain du CAF dans la salle des services municipaux de Marrakech. Etaient présents: MM d'Epied, Fourcade, Balaytte, Bulle, Conrad, Beaurieux, Mourier, Thoniel, des Desert, Vernière, Brondel, Jean Stambach, Vatin, Dr Broussolle, Paul Roché, Campredon; Mmes Campredon et Fourcade. Les noms d'anciens membres de La Harka d'origine Suisse, Portugaise, Britannique ou autres mais marrakchis de longue date disparaissent.

Lecture de la lettre de MM de Lépiney et Dresch du CAF proposant le maintien de l’ancienne section du Maroc avec siège  à Marrakech et disparition des deux sections actuelles : Maroc Nord et Maroc Sud. C'était une proposition qui flatait le groupe de Marrakech, mais demandait une lourde organisation. 

Décision de l'assemblée: informer M. de Mazières (Président du CAF pour le Maroc) que la section du Maroc-Sud (appellation officielle) sera heureuse de recevoir en renfort l’effectif actuel de la section du Maroc-Nord, anciennement section du Maroc. Il sera demandé à Paris de nous accorder officiellement le titre de Section du Haut-Atlas marocain.

Rapport financier du trésorier: comptes 1936: Cotisation 650 francs, reliquat de La Harka: 55,75 francs.( C'est la dernière fois que le nom de "La Harka" apparaît dans les documents administratifs)

Élection de 9 membres pour former le Conseil d’Administration:  Dr Adrien Pourtau : 27; Léon Fourcade: 27; Bulle: 25; Beaurieux: 24; Jacques de Lépiney: 23; Félix Arin: 23; Jean Stambach: 21; Paul Roché: 20; Joseph d’Épied: 19. On remarque que des consignes ont été données à certains nouveaux pour que l'ancien président recueille moins de voix que tous les autres. Le nom de Petit de Mirbeck qui n'était pas candidat avait été substitué à celui de d'ÉPIED sur les bulletins de plusieurs. C'était légal mais brutal.

La séance est levée à 20 heures et le CA s’est immédiatement réuni pour procéder à l’élection du bureau: Dr POURTAU, président  5 voix; M. Félix ARIN 1er Vice-président 5 voix; 2e Vice-Président Paul ROCHÉ 4 voix, Secrétaire général Léon FOURCADE 7 voix; Trésorier: Gabriel BULLE: 6 voix. M. BALEYTE; l'un des 5 fondateurs de La Harka a quitté le club, il était nécessaire de trouver un autre trésorier, c'est Gabriel BULLE qui a accepté de lui succéder. Le Dr POURTAU n'est pas un marrakchi de longue date, il occupait un poste équivalent à Mogador/Essaouira avant d'être muté à Marrakech.

En fait la nouvelle organisation donne plus de pouvoir au Secrétaire général Léon Fourcade qui est souvent mieux informé que le Président, lequel est aussi président d'autres associations sportives de Marrakech. Du temps de La Harka pas de secrétaire général, seulement un secrétaire du Comité directeur. La direction de La Harka, était bien plus collégiale. 

La revue de Géographie marocaine, très liée aux autorités du Protectorat, basée à Rabat publie à cette époque plusieurs articles de quelques auteurs connus, plus un article du nouveau secrétaire général de la Section de Marrakech, Léon FOURCADE, lui donnant une place parmi quelques grands noms du Club Alpin Français (Louis Neltner, Dr Russo, M. de Mazières, Théophile Jean Delaye, Gattefossé,...) 

L'activité du Club Alpin du Haut-Atlas en 1937 se ralentit, un peu comme si la transformation du club de La Harka en section du CAF avait affecté le dynamisme

On apprend dans la presse locale que la réunion du Conseil d'administration de la section du Haut-Atlas marocain s'est tenue le 3 mars, soit deux mois plus tard que l'année précédente. L'ancien président Joseph d'Épied n'a plus de fonction. Pierre VOIRON fonctionnaire de police et Savoyard est nouveau dans le CA et M. Gabriel BULLE trésorier, l'unique représentant du groupe des cinq fondateurs n'est pas présent. Il semblerait que le Dr POURTAU a outrepassé les consignes de M. de MAZIERES en faisant table rase de La Harka et en humiliant l'ancien président J. d'Epied. Cette éviction va provoquer une cassure dans le groupe, quelques départs et surtout un malaise qui va perdurer pendant les 3 ans de la présidence du Dr Pourtau.

Le CA se préoccupe d'obtenir des subventions pour l'installations de bat-flancs au refuge de l'Oukaïmeden (bat-flanc = cloison mobile entre deux lits). Le CA publie un programme à l'intention des membres du CAF de Casablanca pour mars: 21: visite de la Foire de Marrakech, 22: départ pour Tachdirt, 23: Ascension de l'Angour; 24: Tachdiirt à refuge de l'Ouka par le Tizi N'Addi; 25: Ascension de l'Oukaïmeden; 26: Refuge Ouka à Ourika par le Tizi N' Iddikht; 27: Ascension Djebel Tazaïne et coucher à Timichi; 28: par le Tizi Chiker au refuge d'Irghef; 29: Retour par Aghbal-Ourika et Marrakech.

Des membres de la section du Haut-Atlas préparent une collection de photos de la Montagne marocaine  à exposer lors de la Foire de Marrakech dans le stand du SITM. L'exposition comprendra aussi le tableau des courses depuis la création de la section (20 novembre 1936 et non depuis la création de La Harka).

Désignation de Paul Roché (en son absence) comme Commissaire général des collectives. Le commissaire général reçoit les inscriptions individuelles, désigne les commissaires de chaque course, établit les programmes des collectives de chaque semestre et les fait approuver par le CA. ( au semestre suivant la désignation d'un commissaire général des collectives sera à nouveau posée...)

Le 6 mai 1937 la section du Haut-Atlas du CAF donne une soirée au bénéfice de la construction du refuge d'Isgoun Ouanoums (futur refuge Louis Neltner) à Dar ben Najar dans la Palmeraie de Marrakech. Le temps n'était pas clément mais la soirée fut réussie. La contribution financière des marrakchis fut à nouveau conséquente.

Le Syndicat d'initiative de Marrakech de son côté traite de questions pratiques: il fixe les tarifs de location des mulets. De la maison forestière d'Ifeghane au refuge de l'Oukaïmeden: 12 francs, la nuit en supplément 5 francs, le mulet sans conducteur 4 francs de moins. Il décide aussi des réductions sur les "Droits de séjour" dans les refuges pour les membres de la section du Haut-Atlas du CAF, et pour les membres du Syndicat d'Initiative: remise de 50% sur la carte fixée à 5 francs pour le CAF, gratuité pour les membres du Syndicat d'initiative. 

Une assemblée générale du CAF, Section du Haut-Atlas a lieu le 21 octobre 1937 à Marrakech.

Ordre du jour: élaboration du programme des sorties du 1er novembre 1937 au 31 mars 1938. Désignation d'un commissaire général chargé de l'organisation des collectives. Présentation des plans du futur refuge et exposé des mesures prises pour sa réalisation. Fixation des dates des manifestations de l'année: banquet annuel, bal travesti. 

Le CA se réunit le 12 novembre. Tirage au sort des 3 membres du CA rééligibles: ARIN, BEAURIEUX, VOIRON. Il nomme Jacques de LEPINEY (Rabat) membre d'honneur car celui-ci a de nouvelles fonctions qui ne lui permettent plus d'être disponible. Un membre du comité est désigné pour aller se rendre compte de visu des réparations nécessaires à effectuer dans les plus brefs délais au refuge de l'Oukaïmeden: réparation des bat-flancs...

Nouvelles dates: sortie à l'Oukaïmeden le 20 novembre, sortie à l'Erdouz le 4 décembre, Banquet du CAF à Marrakech le 18 décembre. Prochain CA électif prévu pour le 7 janvier 1938.

Statistiques présentées par Léon Fourcade : En janvier 1938 les effectifs du CAF du Haut-Atlas sont de 128 membres. Il y a 2 ans: 28 membres et entre deux, en janvier 1937 : 111 membres dont 38 de la section Maroc Nord. Objectif pour 1939, dépasser les 150 membres.

Les informations manquent pour l'activité de la Section du CAF du Haut-Atlas à la fin de l'année 1937 et au début de l'année 1938. 

EN REVANCHE J. D'ÉPIED CRÉE LA PREMIÈRE ÉCOLE D'ESCALADE ET CONSTITUE UN NOUVEAU GROUPE AVEC POUR BASE MARRAKECH. 

Escalade-J-d-Epied-9fevrier-1938

Le premier article dans la presse ( 8 février 1938) ne donne aucune affiliation de l'école : ni le CAF, ni  une autre association, seulement Marrakech. Deux photos de sorties récentes: à gauche, au Jebel el M'Kacht, la paroi d'accès au sommet. à droite l'escalade d'un à-pic.

L'article signale que le groupe a à son actif 50 expéditions et qu'il en est à la deuxième pour l'année 1938, puisque mi-janvier il a fait le Jebel Afekoï (3750m).

L'auteur signale aussi une forme de démocratisation de l'Alpinisme: "L'alpinisme au Maroc ne doit pas être seulement l'apanage de  quelques uns, toute personne énergique - homme ou femme - peut et doit y venir". 

Il est regrettable que le Dr Pourtau n'ait rien fait pour laisser une place honorable à J. d'Epied dans la section du CAF de Marrakech où ses compétences en escalade largement démontrées auraient pu être mises en oeuvre. 

Un second article pour l'Alpinisme à Marrakech parait le 24 mars dans le Petit Marocain évoquant  le Dr Broussolle, récemment terrassé par l'épidémie de typhus qu'il combattait; J d'Epied gardait le souvenir de leur commune ascenssion en mai dernier  où ils grimpaient tous les deux encordés la rude face nord de l'Angour et lors de la collective suivante le majestueux Ouenkrime nord.  L'ex-président de la Harka  se remémorait aussi l'ami d'Azambuja dans une descente nocturne au retour du lac d'Ifni. D'autres amis aussi sont évoqués: Mirbeck, Jean Lafarge, Deyrolle, Paillet... C'était vraiment la première école d'escalade organisée au Maroc. Le marrakchi J. d'Epied fut à nouveau un  précurseur en lançant cette école. Ce n'est qu'en avril et mai 1941 que des courts stages d'initiation à l'escalade s'organisèrent à Boulhaut, puis à Kasba-Tadla, et en juillet sur la falaise du Cap Blanc près de Mazagan. Bien plus tard, en septembre 1941 une vraie École d'escalade sera organisée  par le Service de la Jeunesse et des Sports pour les 15-25 ans dans le Haut-Atlas à Tachdirt. C'était plus de deux ans après l'initiative de J. d'EPIED et de son groupe. Ils n'ont pas reçu le soutien du CAF et se sont heurtés à des obstructions.

Léon FOURCADE de son côté s'oppose à cette initiative et utilise aussi la presse pour dissuader les éventuels candidats à rejoindre ce groupe . Il rappelle dans le Petit Marocain le 2 avril que c'est lui qui détient les clés des refuges, que c'est lui qui attribue les cartes pour coucher à l'abri à Neltner et à l'Oukaïmeden. Pour le refuge Neltner sans carte du CAF: 9fr, avec carte: 3 fr. Pour le refuge de l'Ouka, sans carte du CAF 5fr et avec carte 2fr. En qualité de secrétaire général il est inspecteur des refuges. C'est à lui qu'il faut s'adresser, Cité Tazi en Médina.

Par ailleurs à défaut de proposer une collective, Léon FOURCADE propose aux membres du CAF de participer au bal qui sera donné le 8 avril à 22h dans les Salons de l'Hotel Mamounia par le SITM, le Club Alpin et l'Aéroclub de Marrakech: Tenue de soirée de rigueur. Entrée 10fr pour les dames et 20fr pour les messieurs.

À Pâques 1938 la collective change de massif, elle s'éloigne du Toubkal et fait la connaissance du Siroua en utilisant un car de la CTM pour franchir le Tizi n'Test. 

Une vingtaine de membres, dont plusieurs venant d'autres villes du Maroc, découvre cette montagne étonnante avec les marrakchis. Le vice Président Paul Roché en fait un compte rendu détaillé dans "La Vigie Marocaine". 

Léon FOURCADE poursuit dans la presse sa communication au nom du CAF pour contrer l'École d'escalade de Marrakech lancée par J. d'Epied en publiant un article sur une collective de la section assez banale mais montée en épingle. "L'Alpinisme marocain : Sur le toit de l'Afrique du Nord - 23 ascensionnistes ont gravi le Toubkal" 

ascension-Toubkal-20juin-1938

En fait le titre n'est pas tout à fait exact, seulement 13 ascension-nistes sur 23 ont opté pour l'ascension du Toubkal. Les 10 autres, moins entraî-nés, choisirent de s'arrêter plus bas au niveau du Tizi N'Ouanous (3600m) partiellement enneigé, afin de voir de loin le Lac d'Ifni. Cette collective eut lieu le 5 juin 1938. Les participants de ces deux groupes: MM. Brondel, Bergeron, Louis, Gayral, Robert, Bessière, Mme et Mr Fourcade et leur fils Philippe, Lady Mary Duncan et Mlle Voisenet de Marrakech, Mme et M. Malpertuy, Mme Malpertuy mère et Jean Guiseppi de Chemaïa, Docteur Loustaud, Mme Thivent et son fils de Safi, Brunel et Coindre, MM Brisepierre, Rincler et Goldhammer de CasablancaPhoto du haut: le pic du Jebel Tadat (3840m). Photo du bas: le Jebel Toubkal

Léon Fourcade était commissaire et Bessière  serre-file de cette collective. 

On se souvient que 2 ans plus tôt ce sont 24 ascensionnistes qui avaient atteint le sommet avec le Père Koehler qui célébra la messe. Pourtant, il n'y avait pas encore de refuge et il fallait dormir sans chauffage en s'abritant sous un rocher.

Ci-dessous : le groupe des 23 le samedi 4, après la marche d'approche, jusqu'au refuge terminé mais pas encore inauguré officiellement.

Toubkal-4_5_6_juin-1938Le lundi retour à Marrakech sauf pour un petit groupe de 6 qui gravit le Jebel Tadat (3840m), photo du haut.

Le 3 juillet un petit groupe de 7 aborde les clochetons de l'Ouenkrime Nord. Le premier clocheton fut escaladé en dépit d'un vent violent et d'un froid très vif.

Ouenkrime-juillet-1938

 Les sept ascensionistes sont: Mlle Carré, MM Bessière, Brondel, Fourcade, Hofgaard, Robert, Roché.

Le 23 juillet 12 membres se rendirent au refuge du Toubkal et y dormirent. Le lendemain plusieurs d'entre eux poursuivirent vers  les arêtes de l'Akloud et les autres vers le Tizi n'Ouanoums d'où ils apercevaient le toit neuf et étincelant du refuge.

Le 5 aout M. de Lépiney accompagné de quelques membres de l'institut Scientifique chérifien, de M. et Mme Dresch, de M.Mackwitz, Mlle Michaut, M. Bernaudat et M. Fourcade vinrent aussi au nouveau refuge. Ils firent "en premiere" la face sud du Toubkal le 7 aout. 

Refuge-Nelter-Isgoun-Ouagouns-12aout-1938

Le 12 aout le Président Pourtau communique: le chalet-refuge édifié au lieudit "Isgoun Ouagouns » portera le nom de Louis Neltner. Il annonce aussi son ouverture aux seuls membres du CAF dès le surlendemain 14 aout 1938, rappelant que c'est Léon Fourcade, Cité Tazi qui dispose des clés.

On n'entendra plus parler de Joseph d'EPIED et de l'École d'escalade de Marrakech. Il est probable qu'il a quitté Marrakech en été 1938. On le retrouvera à la fin de la guerre en France dans les Hautes Alpes.

Le 25 aout une collective avec M. Bessière pour commissaire, à laquelle participèrent 25 personnes, randonna jusqu'au lac d'Ifni

Les 23 et 24 septembre des casablancais montent à Neltner avec Hervé Brisepierre et le peintre André Timsit.

L'inauguration officielle du refuge était prévue pour le 30 octobre 1938, le temps en décida autrement, il fut nécessaire de décaler la date à l'année suivante.

Ainsi l'inauguration officielle du refuge Louis Neltner ne put se tenir que sept mois plus tard, le dimanche 28 mai 1939. 

Dans un article signé A.L. (Armand Lamy, ami de Fourcade) paru dans le Petit Marocain du 8 décembre 1938 on constate que les membres du Club Alpin Français se sont donnés le mot pour effacer toute trace de l'activité de la Harka. "Au début le S.I. de Marrakech avait pris en main les destinées de l'Alpinisme. Depuis deux ans il est remplacé dans ce rôle par une section du Haut-Atlas, émanation du Club Alpin Français. Cette section a déjà fait d'excellent travail grâce à l'énergie, à la fois d'animateurs et de savants tels que M. de Lépiney, Jean Dresch, Fourcade..."

On voit dans cette réécriture de l'histoire que tout le travail effectué par les alpinistes marrakchis de La Harka de 1934 à 1936 est compté pour nul.

Léon Fourcade feint de s'étonner dans la presse qu'il y a eu des défections "sans raison valable", ce qui laisse supposer qu'il n'est pas étranger à cette vague de démissions à commencer par celles des fondateurs de La Harka et de leurs amis. C'est à dire les vrais pionniers: ceux qui ont créé la station de l'Oukaïmeden avec la construction du premier refuge et l'aménagement de la première piste autocyclable, ceux qui ont lancé les Fêtes de la neige à l'Ouka dès 1935, ceux qui ont fait connaître dans la presse l'alpinisme dans le Haut-Atlas, ceux qui ont préparé les premières ascensions collectives avec la premiere messe au sommet du Toubkal par le père Koehler, ceux qui ont monté les premiers stands du club alpin à la foire de Marrakech,...

Défections-sous-Pourtau-Fourcade-12mars-1939 

"Entretenir entre les membres du club une certaine liaison...", encore faudrait-il ne pas provoquer l'exclusion des membres les plus actifs et les plus motivés."

Le début de l'année 1939 à la section du Haut-Atlas du CAF

La presse donne la composition du nouveau Comité de la Section du Haut-Atlas du Club Alpin Français dont le siège est à Marrakech. La réunion a eu lieu le 20 janvier. Trois membres étaient sortants du fait des statuts: Fourcade, Bulle et Brondel, ils ont tous les trois été réélus. Le docteur Adrien POURTAU a décliné le renouvellement de son mandat. Il considère qu'il n'était plus en capacité de poursuivre en qualité de Président de la section. Une élection interne a lieu dès le 27 janvier. Selon le conseil du Dr Pourtau, c'est Paul Roché qui devient président. Les deux vice présidents sont Léon Fourcade et Gabriel Bulle. Secrétaire général M. Gayral. Trésorier Dugendre.

Quelques semaines après on apprend par une lettre de Joseph MARCHANDISE, vice président de la commission des conflits au niveau du siège du Club Alpin Français à Paris qu'une plainte est montée jusqu'au sommet de l'association nationale. La phrase est accusatrice mais ne désigne personne nommément: « Nous regrettons vivement les incidents que vous nous signalez et qui révèlent une mentalité fâcheuse pour la bonne marche du CAF et nous sommes très étonnés que l’opposition vienne de personnes en qui nous estimons avoir toute confiance ».

De quelle opposition s'agissait-il ? Qui avait démontré une mentalité facheuse pour la bonne marche du CAF ? Nous pouvons le supposer sans pouvoir l'affirmer.

Toujours est-il  que Léon Fourcade démissionne de son poste de 1er Vice-Président.  Est ce lié au problème non résolu en son temps de l'éviction brutale de l'ancien président de La Harka que vient de réveiller il y a quelques mois la création de la PREMIÈRE ÉCOLE D'ESCALADE DU MAROC par J.d'Epieds et un groupe de ses amis grimpeurs ? Est ce lié aux problèmes évoqués dans la lettre de Joseph Marchandise ? Toujours est-il que Léon Fourcade se met en retrait de la direction du club en devenant simple assesseur aux côtés du Dr Pourtau aussi en retrait.

Le nouveau président Paul ROCHÉ magistrat depuis 1936 à Marrakech va pouvoir relancer le CAF du Haut-Atlas sur de nouvelles bases. Les vice-présidents sont MM BULLE (ancien de La Harka) et BLONDEL; le secrétaire général demeure M. GAYRAL, de même DUGENDRE reste trésorier. Quatre assesseurs complètent le comité: Dr POURTAU, MM Léon FOURCADE et deux nouveaux: DESCHASEAUX et Jean LAFARGE.

Ci-dessous des skieurs à l'Ouka pratiquant la conversion, à la manière de l'époque, pour changer de direction à 180 degrés. Daniel Lerais a reconnu madame Jean Lafarge née Marie Louise Munier, la 3e en partant de la gauche.

Ski-Ouka-conversion-1939 3

Ce nouveau  comité est une chance pour la section du Haut-Atlas. Le nouveau président est étranger aux dysfonction-nements des derniers temps. Paul Roché a une réelle expérience des relations humaines et de la montagne et il est qualifié pour défendre les intérêts et la dignité de la section. Il pourra réconcilier,  et accueillir ceux qui avaient été marginalisés ou écartés.  

C'est l'honneur du président Paul Roché d'avoir rappelé la vérité historique lors de l'inauguration du refuge Louis Neltner. : "En 1936, la « harka » de Marrakech était affiliée au Club Alpin français dont elle devenait une section, sous le nom de « Section du Maroc Sud » et sous la Présidence du Docteur Pourtau."  

Roché-alpinisme-mars-1939

Le 12 mars le Petit marocain publie des photos illustrant les activités du club tant en ski qu'en alpinisme.

Le 30 mars les alpinistes sont invités à s'inscrire à la collective du Jebel Sagho pour Pâques du 8 au 11 avril. C'est Paul Roché le président de la section qui est le commissaire de la collective. Il faut s'inscrire auprès de lui à son adresse personnelle: Villa Brus, rue F au Guéliz.  Innovation: la collective n'est pas réservée aux seuls membres du CAF, les sympathisants sont admis également. Le secrétaire général reçoit aussi les inscriptions: GAYRAL, immeuble Botta, rue Verlet Hanus.

President-Roché-Neltner-24mai-1939

Le 24 mai 1939 dans la presse locale le président Paul Roché annonce l'inauguration enfin officielle du Refuge Louis Neltner qui sera suivie de plusieurs excursions lors de la dernière semaine de mai et la première semaine de juin. (On trouvera une page spéciale sur l'inauguration du Refuge Neltner sur ce blog à la date du 28 novembre 2020.)

En juin 1939 le nouveau président annonce une bonne nouvelle aux membres du Club Alpin Français qui se rendraient l'été prochain en France: une réduction de 15% sur les téléphériques de France. Pour avoir la vignette la demande est a adresser au trésorier, domicilié à la villa "Les Aravis" au Guéliz

Les règles changent: alors qu'avec Léon Fourcade il y avait un seul responsable des clés à Marrakech; désormais pour le Refuge Louis Neltner par exemple la clé sera tenue par le gardien Mohamed ben Lahssen qui réside à côté du garage d'Imelil. Il détient aussi des cartes aux tarifs habituels; il suffira à chaque montagnard d'inscrire son nom et la date sur le carnet tenu par le gardien.

De même pour le refuge de l'Ouka, prendre les clés et les cartes à la maison forestiere d'Iferghane auprès du garde Bouvier. En arrivant au refuge prendre connaissance du réglement et s'y conformer. Avant de partir d'un refuge s'assurer que les portes et fenêtres sont fermées. Les excursionistes sont considérés comme des adultes responsables.

Début septembre 1939 la guerre est déclarée.

1935-Pentecôte,AYACHI(3800m),M et Mme Stambach, P

En décembre 1939 on apprend que le CAF du Haut-Atlas a désormais un siège social donnant sur la place Djemaa el Fna, près du bureau des calèches de la ville. Le mercredi 13 décembre une réunion y était prévue pour l'organisation de la semaine de ski à Noël.

Sur la photo le Président ROCHÉ avec Mme et M. Jean STAMBACH, lequel sera le président de la section du CAF de Marrakech en 1942.

Dès ses premiers mois de mandat de président, Paul Roché apporte des nouveautés utiles et positives. Au contraire du Dr Pourtau il s'engage personnellement dans l'organisation des collectives et il fait en sorte que les responsabilités soient mieux réparties et les décisions collégiales. Il fait connaitre les adresses utiles des principaux acteurs (trésorier, secrétaire général, président), il obtient un local pour que le CAF dispose d'une vitrine sur la place Djemaa El Fna. Il rend l'accés aux refuges du CAF plus accessible en délégant.

Mais en cette fin d'année 1939 la guerre avec l'Allemagne envoie chacun à son poste de combat et Paul Roché est mobilisé pour partir en Tunisie. La section du Haut-Atlas marocain du CAF va devoir lui trouver un successeur. 

L'histoire reconstituée des vrais pionniers de la station de l'Oukaïmeden et de la création du Refuge Louis Neltner dans le Haut-Atlas honore le dynamisme des marrakchis des années 30 et condamne les intrigues de personnes "en qui nous estimons avoir toute confiance".

Nous invitons ceux qui disposeraient de documents, photos, articles de presse, récits de souvenirs à propos de ces anciens de la Section du CAF du Haut-Atlas et au delà les membres de LA HARKA (1934-1936) à se signaler à l'auteur du blog afin de les partager et de compléter leur histoire qui fait partie de l'histoire de Marrakech.